Trop vaste pour trouver un titre

3 participants

Aller en bas

Trop vaste pour trouver un titre Empty Trop vaste pour trouver un titre

Message par pir@te Mar 18 Aoû 2015 - 1:32

Bonjour,

C'est la première fois que je poste sur ce genre de forum spécialisé.
Mais il le fallait car vous êtes les seuls qui peuvent me comprendre, on se comprend toujours plus ou moins entre nous.
J'ai "découvert" ce qui allait pas chez moi il y a 2 ans. Je savais que j'avais un truc de travers, pas comme les autres, un peu surnaturel même.
Non j’exagère avec le surnaturel mais quand j'étais petite j'avais aucun ami, j'étais toujours seule et j'avais peur des autres, à part une, car elle etait super étrange et gentille. Et quand j'ai grandi j'ai reussi à me faire des amis, j'ai jamais été populaire mais j'avais des amis sur qui compter. Mais jusqu’à présent j'ai toujours eu la sensation d'être fausse, une comédienne, une menteuse.
Tout ça parce que la personne que je montre aux autres n'est pas la vrai. Devant eux je suis un clown un peu bête sur les bords, toujours joyeuse dans n'importe quelle situation. Alors que je suis pas comme ça, j'aimerai tant qu'on me prenne plus au sérieux mais si je montrai ma vrai nature je ferai fuir. Je suis une personne sombre, déprimée et qui pense beaucoup, et à des sujets qui n’intéressent pas les autres gens.
C'est ce pourquoi je me sens seule, seule à l'intérieur.
Et je n'ai surtout pas envie que les autres sachent qui je suis vraiment, ni que je suis surdouée d'ailleurs.
En seulement 18 ans d'existence j'ai reussi à faire un nombre de connerie irréparable qui restera gravé à tout jamais. Les gens pensent que je suis quelqu'un de bien alors que c'est tout le contraire.. Oui c'est vrai que je suis tres empathique et tres à l'ecoute. Aussi bien optimiste quand je regarde notre belle nature. Mais il m'arrive parfois de detester tout le monde et notre propre existence sur la terre.
Je n'ai jamais dis à mes parents ce qui j'etais, j'ai peur, peur qu'ils ne comprennent pas, peur qu'ils attendent trop de moi et peur qu'ils le refutent.
Je suis trop sensible et j'ai pas peur de pouvoir le surmonter donc je prefere le silence. Mais comment vivre toute une vie avec ce poid ? J'arrive pas à savoir si je dois aimer cette faculté ou la detester. Je suis toujours triste quand je suis seule, et je suis toujours seule quand je suis triste.

De plus j'ai l'impression d'avoir gaché une partie de ma vie. J'ai fais des choses mal et en plus de ça j'ai jamais rien foutu scolairement parlant à part me lamenter. Je suis allée voir une psy mais je me suis rendue compte après une dizaine de scéances que je l'avais embobinée en lui montrant la face stable de ma personne.
J'ai l'impression que personne n'arrive à se mettre à notre place et à comprendre notre comportement , ce qui nous rend si seuls.
Je viens de commencer une relation avec un garçon, j'ai l'impression de lui mentir car il ne sait rien de moi, comme si je mentais sur la marchandise. J'ai l'impression d'être une tâche à coté de ce garcon qui est toujours heureux, actif et stable..


Ce post n'a aucun sujet concret, je l'ai crée pour me défouler, me vider de mes pensées et surtout partager, donc s'il vous plait, parlez moi de votre "expérience "

(désolé pour les fautes, je n'aime pas me relire)
pir@te
pir@te

Messages : 6
Date d'inscription : 18/08/2015
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Trop vaste pour trouver un titre Empty Re: Trop vaste pour trouver un titre

Message par Invité Mar 18 Aoû 2015 - 1:35

De plus j'ai l'impression d'avoir gaché une partie de ma vie.
Vois le bon côté de la chose, il te reste les autres...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Trop vaste pour trouver un titre Empty Re: Trop vaste pour trouver un titre

Message par pir@te Mar 18 Aoû 2015 - 22:12

Ugly Brat Brulant Nicolas a écrit:
De plus j'ai l'impression d'avoir gaché une partie de ma vie.
Vois le bon côté de la chose, il te reste les autres...

Autant faut il ne pas gâcher les autres Wink
Mais j'ai toujours l'impression qu'être zebre est un lourd fardeau à porter toute sa vie, et ça peut faire peur quand on est qu'au début et qu'on est deja fatigué

Merci de ta réponse Smile
pir@te
pir@te

Messages : 6
Date d'inscription : 18/08/2015
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Trop vaste pour trouver un titre Empty Re: Trop vaste pour trouver un titre

Message par Dame Seli Mar 18 Aoû 2015 - 22:36

pir@te a écrit: parlez moi de votre "expérience "


Je ne sais pas trop quoi te dire ... qu'attends-tu ? Qu'on te raconte comment on vit le fait d'être zèbre ? Comment on vit tout court ? Comment on est qui on est ?

Je ne suis au courant de mes rayures que depuis 2 ans ; ça a été pour moi, comme je le dis souvent, comme un brouillard qui se déchire, ou un voile qui se lève ; je voyais à peu près avant (mais ça, c'était avant ... ha ha ha !), mais d'avoir mis un mot sur quelque chose, ça m'a aidé à y voir plus clair.
Il se trouve que c'est arrivé alors que j'étais en pleine psychothérapie.
Alors, qui des deux ?

Avant ça, pendant des années, j'ai pratiqué un faux-self bien rodé ; je ne m'y sentais pas si mal au fond ... l'avantage, c'est que si je me sentais en confiance (dans une relation amoureuse par exemple, ou avec qq amies très proches), je savais être moi-même (avec mes fragilités, mes doutes).

Aujourd'hui, je me sens plutôt bien avec moi-même ; je ne parle que rarement de mes rayures (c'est-à-dire que je n'en parle que dans 2 circonstances : soit avec des gens qui savent de quoi il s'agit, soit avec des gens que je sais être assez ouvert pour m'écouter et donc ensuite savoir de quoi il s'agit).
Tu n'as pas envie de le dire à tes parents ? Ben ne le dis pas ... ça ne change pas le fait que ce sont tes parents.

Tu as le sentiment de ne pas être toi-même avec les autres, mais as-tu déjà essayé ?
Tu dis que les autres pensent que tu es quelqu'un de bien ; mais on est tous quelqu'un de "bien" ; tu te fais beaucoup de reproches, mais liste donc plutôt tes qualités, tes atouts, tes forces ; si si, tu en as forcément.
Va chercher en toi ce que tu trouves de bon, et garde ça précieusement.
Apprends à t'aimer ; plus tu t'aimeras, plus tu te montreras aux autres telle que tu es, plus les autres sauront t'apprécier.

Et puis des conneries, on en a tous fait, ce n'est pas la fin du monde (enfin, je ne sais pas ce que tu as fait comme conneries, mais tant que tu prends pas perpet', tu as encore des tas de choses à vivre).
Dame Seli
Dame Seli

Messages : 543
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Trop vaste pour trouver un titre Empty Re: Trop vaste pour trouver un titre

Message par pir@te Mar 18 Aoû 2015 - 23:31

Dame Seli a écrit:
pir@te a écrit: parlez moi de votre "expérience "


Je ne sais pas trop quoi te dire ... qu'attends-tu ? Qu'on te raconte comment on vit le fait d'être zèbre ? Comment on vit tout court ? Comment on est qui on est ?

Je ne suis au courant de mes rayures que depuis 2 ans ; ça a été pour moi, comme je le dis souvent, comme un brouillard qui se déchire, ou un voile qui se lève ; je voyais à peu près avant (mais ça, c'était avant ... ha ha ha !), mais d'avoir mis un mot sur quelque chose, ça m'a aidé à y voir plus clair.
Il se trouve que c'est arrivé alors que j'étais en pleine psychothérapie.
Alors, qui des deux ?

Avant ça, pendant des années, j'ai pratiqué un faux-self bien rodé ; je ne m'y sentais pas si mal au fond ... l'avantage, c'est que si je me sentais en confiance (dans une relation amoureuse par exemple, ou avec qq amies très proches), je savais être moi-même (avec mes fragilités, mes doutes).

Aujourd'hui, je me sens plutôt bien avec moi-même ; je ne parle que rarement de mes rayures (c'est-à-dire que je n'en parle que dans 2 circonstances : soit avec des gens qui savent de quoi il s'agit, soit avec des gens que je sais être assez ouvert pour m'écouter et donc ensuite savoir de quoi il s'agit).
Tu n'as pas envie de le dire à tes parents ? Ben ne le dis pas ... ça ne change pas le fait que ce sont tes parents.

Tu as le sentiment de ne pas être toi-même avec les autres, mais as-tu déjà essayé ?
Tu dis que les autres pensent que tu es quelqu'un de bien ; mais on est tous quelqu'un de "bien" ; tu te fais beaucoup de reproches, mais liste donc plutôt tes qualités, tes atouts, tes forces ; si si, tu en as forcément.
Va chercher en toi ce que tu trouves de bon, et garde ça précieusement.
Apprends à t'aimer ; plus tu t'aimeras, plus tu te montreras aux autres telle que tu es, plus les autres sauront t'apprécier.

Et puis des conneries, on en a tous fait, ce n'est pas la fin du monde (enfin, je ne sais pas ce que tu as fait comme conneries, mais tant que tu prends pas perpet', tu as encore des tas de choses à vivre).


Hey,

Merci de ta réponse.
J'attendais rien de ciblé , n'importe quelle réponse aurait été la bien venue et la tienne est tres satisfaisante, merci d'avoir pris la peine de répondre.

Je me reconnais dans ta découverte de la "zébritude". J'ai imaginé ça comme une longue marche dans un couloir sans fin, sombre et mystérieux avec à la clé le moment ou tu croises ta propre personne. Comme si je m'étais enfin rencontré et que je savais enfin ce que j'etais. D'un coté ca m'a rassuré d'etre quelque chose.

Tu parles de tes rayures avec aisance quand tu le fais ? Je l'ai fais une fois c'était assez laborieux..
Je sais pas si j'ai essayé mais j'imagine que c'est trop tard pour changer d'un coup et je me suis habituée à agir ainsi.

Merci
pir@te
pir@te

Messages : 6
Date d'inscription : 18/08/2015
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Trop vaste pour trouver un titre Empty Re: Trop vaste pour trouver un titre

Message par Dame Seli Mar 18 Aoû 2015 - 23:39

On peut toujours modifier son comportement et ses habitudes quand on choisit de le faire (et qu'on sait pourquoi on veut le faire).

J'en parle avec aisance si je peux en parler avec aisance.
Sinon ben je n'en parle pas.
Ce qui m'importe, c'est d'expliquer aux gens que non, je ne suis pas plus intelligente qu'eux, que non, avoir un QI plus élevé que la moyenne ne veut pas forcément dire avoir un super boulot super bien payé, que non, je ne retiens pas tout, que non, je ne réussis pas tout, que non, je ne suis pas wonder-woman.
Mais que oui, je suis hypersensible, hyperémotive, que je prends tout au pied de la lettre, que je suis maniaque, que je connais la fin de la phrase avant que l'interlocuteur ait fini de la dire (c'est pô ma faute, j'ai appris à boucler mon clapet), que oui, j'ai une immense empathie, que oui, je perçois des trucs ....

(et je te dis pas quand il faut que je parle du fait que mes enfants ont sauté une classe et ont des bonnes notes en ne foutant pas grand chose ....)

Bref, soit j'ai de l'écoute en face de moi, soit je me tais (pas de temps et d'énergie à bousiller pour des gens qui n'ont pas envie d'entendre ....)
Dame Seli
Dame Seli

Messages : 543
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 54
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Trop vaste pour trouver un titre Empty Re: Trop vaste pour trouver un titre

Message par Invité Mer 19 Aoû 2015 - 10:22

pir@te a écrit:
Ugly Brat Brulant Nicolas a écrit:
De plus j'ai l'impression d'avoir gaché une partie de ma vie.
Vois le bon côté de la chose, il te reste les autres...

Autant faut il ne pas gâcher les autres Wink
Mais j'ai toujours l'impression qu'être zebre est un lourd fardeau à porter toute sa vie, et ça peut faire peur quand on est qu'au début et qu'on est deja fatigué

Merci de ta réponse Smile

Non, c'est être un être humain qui est un fardeau difficile à porter. Je crois que c'est votre drame, vous rajouter à votre malheur un peu plus de malheur en vous mentant sur la soi-disante facilité qu'on les autres de vivre.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Trop vaste pour trouver un titre Empty Re: Trop vaste pour trouver un titre

Message par Hugo PidiPiou Jeu 20 Aoû 2015 - 12:28

Hellow Pir@te,

Moi, j'ai découvert que j'était un zèbre au début des vacances, avant je me trouvais décalé, bizarre, pas en phase... Je le suis toujours mais je suis rassuré de savoir que je ne suis pas un non-zèbre raté ou défectueux. En soi, je suis resté moi-même, décalé, bizarre, pas en phase, perturbant mais surtout à l'aise. J'ai décidé d'être honnête. Je l'ai dit progressivement à tout mes amis et amies, et j'ai revu ma vie pour voir ce que je voulais faire. Je suis donc passé de vivre seul avec un chat en plein Paris à vivre tranquillement avec une copine et des gosses à un endroit calme et reposant, et surtout un chat. Je suis un peu passé d'un extrême à l'autre. Mais je ne m'en veux pas, on change, on a le droit de changer, de bouger, d'évoluer, ça fait partie de la nature humaine...

Moi aussi, c'est amusant d'ailleurs, je n'ai eu qu'un ami jusqu'à il y peu. On étaient inséparables et on étaient seuls. Mais on s'en fichaient on étaient ensemble. C'était bien. Mais ça ne m'a plus suffit quand j'ai du le quitter, question d'orientation. Alors j'était seul. Je savais plus quoi faire, comment faire, je ramais vraiment. Et puis j'ai réussi à me faire des amis et des amies, des vrais. Qui sont venus vers moi parce que j'avais l'air sympa et qui ont fini, un peu malgré moi, par découvrir le vrai PidiPiou, le déprimé, anxieux, colérique, dépressif, mauvais et incroyablement maladroit. Et bien soit. Ils ne m'ont jamais abandonné. ils sont resté autour de moi et m'ont soutenu quand j'était mal. Autant que moi quand je me rongeais les sangs pour une broutille relationnelle entre une de mes meilleure amie et son copain.

En fait, je ne veux pas me cacher. Je dépense déjà suffisamment d'énergie à rester moi-même, je ne vais pas gâcher cette énergie en dépensant le double pour le cacher... Donc je montre qui je suis. Je l'assume et les gens sont perturbés parfois mais ils sentent l'espèce d’honnêteté que je dégage. Et bizarrement j'ai de plus en plus d'amis depuis que je fais ça. parce que je n'ai plus à mentir et je pense que les autres le sente...

Je suis aussi intransigeant avec moi-même. j'ai commis des erreurs... Innommables... Mais pour moi. Je m'explique : j'ai réussi à relativiser la gravité de ces erreurs en regardant l'importance qu'elles ont prises pour les personne concernés. Alors je ne sais pas si les autres ont une mémoire de poisson rouge ou l'inverse, que nous nous souvenons de tout mais ces erreurs disparaissent rapidement... Et les gens concernés sont même parfois étonnés qu'on s'en souvienne. En fait, ces personnes ont oublié ou ont voulu oublié pour rester malgré ça avec moi. Et ça me permet de faire le tri de temps en temps, entre les personne qui m'aime erreurs incluses et ceux qui se détachent à la première occasion...

Tu n'as pas à aimer ou à détester cette faculté... Si on regarde attentivement, elle fait partie de toi. Est-ce que tu veux vraiment détester une partie de toi-même? Tu veux vraiment t'ajouter ce poids? Et pour ce qui est de la sensibilité... Moi je dirais reste toi-même. Parce qu'être quelqu'un d'autre ce n'est pas bon. Si tu es sensible alors personne ne t'en voudra de l'être, les gens apprécieront même, ça peut te paraître paradoxal mais as-tu déjà essayé d'être toi-même? De laisser des gens voir qui tu es au fond, de déverser tes tracas, tes peines, tes poids, laisser s'ouvrir les vannes. En somme permettre à ton cerveau un instant d'être vide. Calme et détendu. Je ne sais pas si sur ce forum nous pourront atteindre ce cap mais jamais, ô grand jamais tu ne dois te dire qu'on t'en voudras d'être sensible, si tu es ici, ce n'est pas pour être la Pir@te joyeuse et optimiste ou déprimée et triste mais pour être Pir@te. Tout simplement toi. Joyeuse parfois, déprimé après, optimiste le lendemain et triste le sur-lendemain. Tu n'es plus seule. Peut être que tu ne trouveras pas ce que tu cherches sur ce forum mais j'aime croire que c'est possible. Qu'on peut te donner ce que tu cherches... 

Pour répondre à ton avant dernier paragraphe, je dirais que tu dois être toi-même encore une fois. Tu ne dois plus avoir peur d'être toi-même. Tu es née comme ça et tu le seras toute ta vie. Tu peux paraître autre chose, tu restes Pir@te. Et tu le seras toujours et comme tu dis "Mais comment vivre toute une vie avec ce poid?", et bien en l'enlevant. En en trouvant la source, que tu sembles connaître et en la détruisant. En étant ce que tu veux être. Et pas ce que les autres voudraient, ou ce que tu pense qu'ils voudraient...

Si ce petit exercice d'écriture t'as plu et t'as permis de mettre à plat tes pensées un instant alors je t'invite à recommencer. Encore et encore, jusqu'à ce que tu te sentes capable de repartir droit, de vivre pleinement, d'en parler à ta psy, à tes parents, tes amis, ton copain ou qui sais-je Smile

Moi je serais toujours là pour te soutenir, si tu me cherches tu sais où me trouver, sur ce fil ou par MP, ce sera un plaisir de continuer à discuter avec toi... En fait je voudrais t'aider, surement mon principal défaut...

A la prochaine ^^
Hugo PidiPiou
Hugo PidiPiou

Messages : 239
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 22
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Trop vaste pour trouver un titre Empty Re: Trop vaste pour trouver un titre

Message par pir@te Jeu 20 Aoû 2015 - 18:43

Dame Seli a écrit:On peut toujours modifier son comportement et ses habitudes quand on choisit de le faire (et qu'on sait pourquoi on veut le faire).

J'en parle avec aisance si je peux en parler avec aisance.
Sinon ben je n'en parle pas.
Ce qui m'importe, c'est d'expliquer aux gens que non, je ne suis pas plus intelligente qu'eux, que non, avoir un QI plus élevé que la moyenne ne veut pas forcément dire avoir un super boulot super bien payé, que non, je ne retiens pas tout, que non, je ne réussis pas tout, que non, je ne suis pas wonder-woman.
Mais que oui, je suis hypersensible, hyperémotive, que je prends tout au pied de la lettre, que je suis maniaque, que je connais la fin de la phrase avant que l'interlocuteur ait fini de la dire (c'est pô ma faute, j'ai appris à boucler mon clapet), que oui, j'ai une immense empathie, que oui, je perçois des trucs ....

(et je te dis pas quand il faut que je parle du fait que mes enfants ont sauté une classe et ont des bonnes notes en ne foutant pas grand chose ....)

Bref, soit j'ai de l'écoute en face de moi, soit je me tais (pas de temps et d'énergie à bousiller pour des gens qui n'ont pas envie d'entendre ....)

C'est ce qui est compliqué, car les gens ont un préjugés sur les surdoués comme si ce sont des génies qu'on trouve dans les plus grandes écoles et dans le dernier étage des bureaux. Alors que c'est pas du tout ça.. J'ai toujours été dernière en classe, moyenne, dans la lune et j'oublie toujours les choses que me dit ma mère (ça l'énerve beaucoup).
Du coup c'est pour ça que j'en parle pas, je préfère éviter les confusions et les préjugés.

Merci pour avoir apporté ta vision des choses ! Smile
pir@te
pir@te

Messages : 6
Date d'inscription : 18/08/2015
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Trop vaste pour trouver un titre Empty Re: Trop vaste pour trouver un titre

Message par Invité Jeu 20 Aoû 2015 - 18:47

Vois la surdouance, douance, précocité comme ce qu'elle est, une construction de l'esprit.
C'est des mots, des concepts...
Les romains ne connaissaient pas ces concepts et ils étaient humains.
Tous comme nous ne comprenons plus le concepts de polythéisme à la romaine.

Dans 6 siècles, on ne parlera surement plus de ce concept de douance machin truc.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Trop vaste pour trouver un titre Empty Re: Trop vaste pour trouver un titre

Message par pir@te Jeu 20 Aoû 2015 - 19:00

PidiPiou a écrit:Hellow Pir@te,

Moi, j'ai découvert que j'était un zèbre au début des vacances, avant je me trouvais décalé, bizarre, pas en phase... Je le suis toujours mais je suis rassuré de savoir que je ne suis pas un non-zèbre raté ou défectueux. En soi, je suis resté moi-même, décalé, bizarre, pas en phase, perturbant mais surtout à l'aise. J'ai décidé d'être honnête. Je l'ai dit progressivement à tout mes amis et amies, et j'ai revu ma vie pour voir ce que je voulais faire. Je suis donc passé de vivre seul avec un chat en plein Paris à vivre tranquillement avec une copine et des gosses à un endroit calme et reposant, et surtout un chat. Je suis un peu passé d'un extrême à l'autre. Mais je ne m'en veux pas, on change, on a le droit de changer, de bouger, d'évoluer, ça fait partie de la nature humaine...

Moi aussi, c'est amusant d'ailleurs, je n'ai eu qu'un ami jusqu'à il y peu. On étaient inséparables et on étaient seuls. Mais on s'en fichaient on étaient ensemble. C'était bien. Mais ça ne m'a plus suffit quand j'ai du le quitter, question d'orientation. Alors j'était seul. Je savais plus quoi faire, comment faire, je ramais vraiment. Et puis j'ai réussi à me faire des amis et des amies, des vrais. Qui sont venus vers moi parce que j'avais l'air sympa et qui ont fini, un peu malgré moi, par découvrir le vrai PidiPiou, le déprimé, anxieux, colérique, dépressif, mauvais et incroyablement maladroit. Et bien soit. Ils ne m'ont jamais abandonné. ils sont resté autour de moi et m'ont soutenu quand j'était mal. Autant que moi quand je me rongeais les sangs pour une broutille relationnelle entre une de mes meilleure amie et son copain.

En fait, je ne veux pas me cacher. Je dépense déjà suffisamment d'énergie à rester moi-même, je ne vais pas gâcher cette énergie en dépensant le double pour le cacher... Donc je montre qui je suis. Je l'assume et les gens sont perturbés parfois mais ils sentent l'espèce d’honnêteté que je dégage. Et bizarrement j'ai de plus en plus d'amis depuis que je fais ça. parce que je n'ai plus à mentir et je pense que les autres le sente...

Je suis aussi intransigeant avec moi-même. j'ai commis des erreurs... Innommables... Mais pour moi. Je m'explique : j'ai réussi à relativiser la gravité de ces erreurs en regardant l'importance qu'elles ont prises pour les personne concernés. Alors je ne sais pas si les autres ont une mémoire de poisson rouge ou l'inverse, que nous nous souvenons de tout mais ces erreurs disparaissent rapidement... Et les gens concernés sont même parfois étonnés qu'on s'en souvienne. En fait, ces personnes ont oublié ou ont voulu oublié pour rester malgré ça avec moi. Et ça me permet de faire le tri de temps en temps, entre les personne qui m'aime erreurs incluses et ceux qui se détachent à la première occasion...

Tu n'as pas à aimer ou à détester cette faculté... Si on regarde attentivement, elle fait partie de toi. Est-ce que tu veux vraiment détester une partie de toi-même? Tu veux vraiment t'ajouter ce poids? Et pour ce qui est de la sensibilité... Moi je dirais reste toi-même. Parce qu'être quelqu'un d'autre ce n'est pas bon. Si tu es sensible alors personne ne t'en voudra de l'être, les gens apprécieront même, ça peut te paraître paradoxal mais as-tu déjà essayé d'être toi-même? De laisser des gens voir qui tu es au fond, de déverser tes tracas, tes peines, tes poids, laisser s'ouvrir les vannes. En somme permettre à ton cerveau un instant d'être vide. Calme et détendu. Je ne sais pas si sur ce forum nous pourront atteindre ce cap mais jamais, ô grand jamais tu ne dois te dire qu'on t'en voudras d'être sensible, si tu es ici, ce n'est pas pour être la Pir@te joyeuse et optimiste ou déprimée et triste mais pour être Pir@te. Tout simplement toi. Joyeuse parfois, déprimé après, optimiste le lendemain et triste le sur-lendemain. Tu n'es plus seule. Peut être que tu ne trouveras pas ce que tu cherches sur ce forum mais j'aime croire que c'est possible. Qu'on peut te donner ce que tu cherches... 

Pour répondre à ton avant dernier paragraphe, je dirais que tu dois être toi-même encore une fois. Tu ne dois plus avoir peur d'être toi-même. Tu es née comme ça et tu le seras toute ta vie. Tu peux paraître autre chose, tu restes Pir@te. Et tu le seras toujours et comme tu dis "Mais comment vivre toute une vie avec ce poid?", et bien en l'enlevant. En en trouvant la source, que tu sembles connaître et en la détruisant. En étant ce que tu veux être. Et pas ce que les autres voudraient, ou ce que tu pense qu'ils voudraient...

Si ce petit exercice d'écriture t'as plu et t'as permis de mettre à plat tes pensées un instant alors je t'invite à recommencer. Encore et encore, jusqu'à ce que tu te sentes capable de repartir droit, de vivre pleinement, d'en parler à ta psy, à tes parents, tes amis, ton copain ou qui sais-je Smile

Moi je serais toujours là pour te soutenir, si tu me cherches tu sais où me trouver, sur ce fil ou par MP, ce sera un plaisir de continuer à discuter avec toi... En fait je voudrais t'aider, surement mon principal défaut...

A la prochaine ^^



Hey Smile

Merci beaucoup pour ce gros pavé très instructif et sincère.
Et aussi d'avoir apporté ta vision des choses ! Je peux pas envoyer de mp pour l'instant ( je suis encore une noobie sur ce forum).
C'est bien que t'est pu évoluer et te construire au fil du temps. En effet écrire sur internet me vide vraiment le cerveau et ça me calme énormément vu que je dis rien à l'oral.
Tu parles énormément d'agir en étant soi-même dans la société. C'est assez dur, des fois je le fais pas expres et mon caractère apparait. Malheureusement c'est souvent quand je fais la tête que je deviens capricieuse et bornée aha ! Apres, quand je vois qu'une personne en fasse de moi est ouverte d'esprit je peux me libérer et parler des sujets bizarres et profonds que j'aime tant, mais je change de registre en fonction de la personne. Si la personne est simpliste, je vais parler des sujets lambdas des ados de 18 ans ^^. En même temps tu ne peux pas demander ce qu'est la vie à n'importe qui.

Sinon je suis bien d'accord avec toi, je n'ai pas à hair ou aimer ce que je suis. Toute façon pour certaines activités j'adore être un zebre et dans d'autres moments je deteste (pour dormir surtout ...) mais pour rien au monde je ferai le vœux de changer car ça fait parti de ma personne.
Quand j'ai dis qu'être surdoué était un poid, je me suis mal exprimée. En fait je vis pour l'art, et mes sujets et mes inspirations je les puise dans la vie humaine, surtout ses vices. Et j'éponge en quelque sorte ce qui est detestable dans ce monde (entre autre les guerres, la famine, les animaux qui s’éteignent et la destruction de la nature). Et on va dire que ça m'épuise à force en même temps que ça me soulage de l'avoir posé sur une feuille. Le probleme c'est que je le prend trop à coeur et ça m'attriste énormément.


Merci Smile
pir@te
pir@te

Messages : 6
Date d'inscription : 18/08/2015
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Trop vaste pour trouver un titre Empty Re: Trop vaste pour trouver un titre

Message par pir@te Jeu 20 Aoû 2015 - 19:01

Ugly Brat Brulant Nicolas a écrit:Vois la surdouance, douance, précocité comme ce qu'elle est, une construction de l'esprit.
C'est des mots, des concepts...
Les romains ne connaissaient pas ces concepts et ils étaient humains.
Tous comme nous ne comprenons plus le concepts de polythéisme à la romaine.

Dans 6 siècles, on ne parlera surement plus de ce concept de douance machin truc.


Dans 6 siècle , à mon avis la terre ne sera plus, mais bon on peut toujours espérer Smile
pir@te
pir@te

Messages : 6
Date d'inscription : 18/08/2015
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Trop vaste pour trouver un titre Empty Re: Trop vaste pour trouver un titre

Message par Invité Jeu 20 Aoû 2015 - 19:07

Dans 6 siècle , à mon avis la terre ne sera plus, mais bon on peut toujours espérer Smile
Non... les gens pensaient cela à l'an 1000... et le train était au 19es l'invention du diable.
Faut pas désespérer. Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Trop vaste pour trouver un titre Empty Re: Trop vaste pour trouver un titre

Message par Hugo PidiPiou Jeu 20 Aoû 2015 - 22:35

@Pir@te

C'est un plaisir ma chère, ça me fait du bien aussi de dire tout ça de temps en temps Smile

Pour envoyer des MP, utilise simplement le petit bouton avec un personnage en bleu et les lettres MP sous mon icône et mes indications... Par exemple à droite à peu près de cette phrase, tu devrais trouver mon icône et en dessous le petit bouton ^^ (D'ailleurs on dit pas newbie plutôt?)

Au fil du temps, j'ai que 16 ans. toute cette évolution je l'ai fait en deux ans, montre en main. On a que deux ans de différence donc tes expériences sont très proches des miennes Wink

Alors si c'est bon pour toi, continue.

Ouais, je comprend, moi aussi je laisse apparaître mon vrai PidiPiou de temps en temps mais dans ce cas là, les autres sont avertis par moi ou une amie et ça dégénère très rarement, j'ai accepté que ma tête reprenne le contrôle de temps en temps, je peux pas la contenir et elle fait un peu ce qu'elle veut... A la rentrée, je fais de la méditation pour contrôler tout ça Smile

Ca, je crois qu'on le fait tous et il n'y a aucun mal à s'adapter à son interlocuteur, on est tellement de choses différentes qu'on peut se permettre d'être une fois la face A et l'autre la face B... Et c'est pas un caractère réservé aux zèbres ça, il me semble...

Haha, moi aussi je déteste dormir, enfin surtout le moment de flottement de'une demi heure à deux heures juste avant de m'endormir. Dans le noir complet et sans un bruit je peux pas vraiment m'empêcher de penser. Mais pas les pensées cool, naaaaaaa... Les pensées dures et acerbes. Donc je veille jusqu'à des heures incroyables et très tardives... (Donc je suis fatigué.)

Ha. Oui... Le mal, l'injustice, la bêtise humaine... En fait je préfère relativiser et me garder pour le moment. Je m'explique. Du haut de mes 16 et de tes 18, on a pas de voix. Donc je préfère économiser toute mon énergie pour la dépenser plus tard. Quand ma voix pourra être entendue. Et là je parlerais ^^Don je m'en détache un peu, sans l'oublier mais je minimise leur impact sur mon cœur.

De rien ^^
Hugo PidiPiou
Hugo PidiPiou

Messages : 239
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 22
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum