Films basés sur le mythe de Chtulhu

3 participants

Aller en bas

Films basés sur le mythe de Chtulhu Empty Films basés sur le mythe de Chtulhu

Message par ErikFromFrance Lun 3 Aoû 2015 - 0:35

Avant-propos :
Pour ceux qui n'ont jamais lu de livres de Lovecraft, ce monsieur était un romancier d'horreur qu'on rapproche souvent d'Edgar Poe pour son style et l'ambiance de mystère qui se dégage de ses histoires. L'ensemble des livres et du mythe repose sur l'existence de créatures monstrueuses, gigantesques, cruelles ou seulement destructrices, quasi divines, dont l'horreur dépasse l'entendement humain. Ces créatures vécurent il y a très très très très longtemps, et à défaut d'être mortes ou mortelles, elles furent bannies (mais on ne sait pas par qui) dans les étoiles, au fond de l'océan, etc. Dans le monde moderne (ou victorien, qui fut l'époque de Lovecraft), l'influence de ces créatures commence à se faire ressentir : cultes secrets, rituels de sorcellerie, apparition de créatures mutées... lisez les bouquins, quoi ! Des films ont été créés, dérivant du mythe de Chtulu et les voici. Si j'en ai oublié, n'hésitez pas à le dire. Apparemment "Hellboy" dérive aussi du mythe, mais je vais le laisser de coté car l'ambiance est très différente.


Notes :
vert gras = bon, à voir
orange gras = moyen mais à voir quand même
orange = moyen
rouge = mauvais
noir gras = non évalué ici pour de multiples et insondables raisons

(1963) La Malédiction d'Arkham (The Haunted Palace): 3.5/5
(1965) Le Messager du diable (Die, Monster, Die!) : 3.5/5
(1970) Horreur à volonté (The Dunwich Horror) 2.5/5
(1985) Re-Animator : 2.5/5 (3/5 note nanard)
(1986) Aux portes de l'au-delà (From Beyond) : 3/5
(1987) La malédiction céleste (The Curse) : 3/5
(1987) Prince of Darkness : 3/5

(1988) The Unnamable (The unnamable) : 4/5
(1990) Re-Animator 2 (Bride Of Re-Animator) : 2.5/5
(1991) Détective Philippe Lovecraft (Cast A Deadly Spell) : 3/5
(1992) The Resurrected (The Resurrected) : 2/5
(1993) The Unnamable II: The Statement of Randolph Carter : 2/5
(1994) L'antre de la folie : (in the mouth of madness) 4/5
(1994) Necronomicon : 1.5/5
(1994) Witch Hunt
(1997) Hémoglobine : 2.5/5
(2000) Cthulhu
(2001) Dagon : 2.5/5
(2001) Thirteen Ghosts :
(2002) Maléfique : 3/5 (3.5/5 pour les littéraires rigoristes)
(2003) Beyond Re-Animator (Beyond Re-Animator) : 2.5/5 (3/5 note nanard)
(2005) The Call of Cthulhu : 4.5/5
(2005) H. P. Lovecraft's Dreams in the Witch-House
(2007) Cthulhu
(2007) Brume (The mist) : 4/5
(2008) Cloverfield : 4/5
(2009) The Dunwich Horror (même titre que le film de 1970) : 2.5/5
(2011) The Whisperer in Darkness : 3.5/5



L'histoire:
(1963) La Malédiction d'Arkham : En 1765, avant d'être brûlé vif par un comité de lynchage, le sorcier Joseph Curwen lance une malédiction sur la ville d'Arkham et promet de revenir se venger de ses 5 bourreaux. 110 ans plus tard, Charles Dexter Ward (l'arrière-arrière-petit-fils de Curwen) et sa femme viennent à Arkham pour prendre possession du chatelet qu'ils ont hérité. Ward est choqué de découvrir sa ressemblance avec un portrait de son ancêtre et d'avoir une connaissance instinctive des recoins et passages secrets de la bâtisse.
(1965) Le Messager du diable : Steven, un homme américain d'une 30aine d'années, débarque à Arkham au Royaume-Uni à l'invitation de Susan Witley, sa fiancée. Demandant son chemin en ville, il se voit opposer la plus claire hostilité dès qu'il prononce le nom "Witley" en cherchant le manoir familial, et il découvre une ambiance mystérieuse en arrivant dans la luxueuse demeure...
(1970) Horreur à volonté : dans une bibliothèque universitaire (ou un truc du genre) un jeune homme demande à consulter un livre ancien, le Necronomicon. Il séduit l'une des documentalistes et l'emmène dans le manoir familial.
(1985) Re-Animator : un étudiant en médecine, aussi brillant que dépourvu de scrupules, travaille sur un sérum ramenant les morts à la vie. Après des ennuis judiciaires en Suisse, il poursuit ses études dans un hopital universitaire américain et va chambouler la vie des autres étudiants et enseignants.
(1986) Aux portes de l'au-delà : il existe une dimension spirituelle parallèle au monde physique et 2 scientifiques ont construit une machine (un résonateur) pour permettre aux 2 dimensions d'interagir. C'est alors que surgissent des créatures monstrueuses. L'un des scientifiques se fait dévorer tandis que l'autre est envoyé en psychiatrie où une jeune doctoresse décide de découvrir s'il est fou ou si ce qu'il décrit existe réellement.
(1987) The Curse : une femme et ses 2 enfants ont été pris en charge au sein d'une famille de fermiers après la mort du père. Dans la famille de fermiers, les moeurs sont arriérées, ultra-religieuses et ce qui est honteux est caché. Une nuit, un objet tombe du ciel au sein de la propriété.
(1987) Prince of Darkness : des scientifiques et un prêtre sont confontés à un mystérieux objet.
(1988) The Unnamable : un groupe de 3 amis évoque une légende urbaine sur une maison hantée. L'un des 3 décide d'y passer la nuit. 2 autres gusses du campus décident d'y emmener 2 jeunes filles pour les impressionner au moment où les premiers s'inquiètent de ne pas avoir revu leur ami depuis 2 jours.
(1990) Bride Of Re-Animator : 8 mois après la fin du 1er film (je ne détaillerai pas, pour éviter le spoil), un policier enquête sur les événements passés tandis que la technique de réanimation s'apprête à franchir une nouvelle étape.
(1991) Détective Philippe Lovecraft : Dans cette amérique des années 40, la magie est omniprésente et tout le monde l'utilise. Il est donc ordinaire de voir des objets flotter dans les airs, ou des créatures surnaturelles. H.P. Lovecraft, le détective privé avec un air de Dick Tracy, est peut-être le seul homme sur terre qui refuse d'utiliser la magie et il est embauché pour retrouver un livre qui a été dérobé : le nécronomicon.
(1992) The Resurrected : Claire Ward contacte un détective privé parce que son mari est devenu de plus en plus secret dans ses activités professionnelles et de plus en plus sombre dans son attitude.
(1993) The Unnamable II: The Statement of Randolph Carter : L'histoire reprend juste à la fin du 1er film, tandis que des éléments supplémentaires (non révélés dans le 1er film) viennent prolonger la 1ère histoire.
(1994) L'antre de la folie : Un enquêteur d'assurances est embauché pour retrouver Sutter Cane, un auteur à la Stephen King dont les livres semblent éveiller la folie et la violence parmi les lecteurs.
(1994) Necronomicon : Un homme nommé Howard P. Lovecraft (sans blague?) se rend dans un monastère qui abrite une biblithèque afin d'accéder au livre "Necronomicon" qui sera une source d'inspiration de ses futurs romans. Dans ce livre il découvre des choses terrifiantes...
(1994) Witch Hunt
(1997) Hémoglobine : un couple arrive sur une île qui doit être le lieu de naissance de cet homme qui cherche ses origines. La maladie dont souffre l'homme est sans doute liée à ses origines.
(2000) Cthulhu
(2001) Dagon : Barbara et Paul, un jeune couple navigue au large de la Galice avec un couple d'amis. Depuis le large, ils percoivent des chants religieux provenant du village proche, et c'est alors qu'une tempête se lève, faisant naufrager leur bateau. Barbara et Paul se rendent à terre avec le Zodiac de secours pour chercher de l'aide...
(2001) Thirteen Ghosts :
(2002) Maléfique : Un chef d'entreprise véreux arrive en prison. Il partage sa cellule avec un transexuel brutal, un vieil intellectuel bizarre, et un jeune fou auto-destructeur. Une pierre déscellée du mur de cellule révèle le journal d'un ancien prisonnier pratiquant la magie noire.
(2003) Beyond Re-Animator : un enfant a vu sa soeur tuée par un zombie du Dr West au moment où ce dernier était arrêté par la police. 15 ans plus tard, l'enfant est devenu médecin et s'est fait muter dans la prison où West est détenu.
(2005) The Call of Cthulhu : Dans un bureau, un homme raconte son histoire à un autre homme. Son histoire commence lorsque son oncle est mort et lui a légué d'étranges documents sur un culte maléfique...
(2005) H. P. Lovecraft's Dreams in the Witch-House
(2007) Cthulhu
(2007) Brume (The mist) : Une brume inquiétante pousse les clients et employés d'un supermarché à se barricader à l'intérieur.
(2008) Cloverfield : A Manhattan, une fête surprise est organisée pour célébrer le départ de Rob qui doit partir le lendemain pour un nouveau boulot au japon. Hud, l'un des amis, est chargé de filmer les messages personnels de tous les convives, quand au milieu de la soirée un monstre gigantesque (à la manière de Godzilla) émerge de l'eau et commence à détruire toute la ville. Hud continuera de filmer et le film constitue la cassette retrouvée par les autorités.
(2009) The Dunwich Horror : 2 chasseurs de monstres éduqués dans les arcanes du mythe de Chtulhu contactent un professeur d'université qui fut leur assistant des années plus tôt. Ils cherchent la page 751 du Necronomicon qui contient les secrets de la porte dimensionnelle pour amener ou bloquer Yog-Sothoth. Une famille dévouée au culte des grands anciens recherche également cette page.
(2011) The Whisperer in Darkness : Un professeur de littérature féru de débats se plaît à rabaisser les amateurs de folklore et légendes. Mais une correspondance s'établit entre lui et un homme affirmant qu'il peut prouver l'existence de créatures monstrueuses qui apparaissent près de sa ferme.


Mon avis :
(1963) La Malédiction d'Arkham : Ce n'est pas strictement basé sur Chtulhu mais plutôt sur Allan Poe, néanmoins le réalisateur a dit avoir volontairement tourné l'histoire à la sauce Chtulhu... L'ensemble du film passe bien et même la photographie a superbement vieilli. Cependant, compte tenu de l'évolution de la culture, ce qui pouvait être considéré comme un film d'horreur autrefois est simplement un film à suspense. Pour les gens qui veulent voir à quoi ressemble l'ancien cinéma en se faisant plaisir, ce film est à voir et à ranger à coté de James Bond vs. Doctor No.
(1965) Le Messager du diable : malgré une photographie vieillotte, quelques effets spéciaux d'un autre âge, et une scène d'horreur particulièrement kitsch, le film tient bien la route. Le scénario est bien construit. L'interprétation est tout à fait correcte. L'ambiance de mystère est bien posée et maintenue grâce à une musique efficace.
(1970) Horreur à volonté : série B. Le scénario est pas mal et le film commence assez bien mais au milieu du film on se fait chier et à la fin c'est festival d'effets spéciaux qui étaient déjà merdique à l'époque. A éviter.
(1985) Re-Animator : c'est un nanard avec du sang, beaucoup de sang... et de la viande... Le scénario est simple à suivre mais suffisamment complexe pour tenir la route. Les effets spéciaux sont dépassés. Le film en lui-même offre un bon compromis entre la tension d'un film d'horreur et l'hilarité recherchée par un nanard qui n'arrive pas à convaincre.
(1986) Aux portes de l'au-delà : C'est un nanard. Sinon, c'est adapté d'une nouvelle de Lovecraft mais c'est pas exactement du Chtulhu. Si vous n'êtes pas dérangés par le visionnage de nanard, c'est même plutôt sympa. Beaucoup mieux que dans le souvenir de mes 10 ans.
(1987) The Curse : le film se tient bien. Les effets spéciaux sont dépassés ca passe. Au final, un film moyen.
(1987) Prince of Darkness : longs passages nanardesques mais bonne tension : film moyen.
(1988) The Unnamable : Je surnote peut-être un peu (mais certainement pas beaucoup). Malgré les nombreux clichés et le coté kitsch du film, il retranscrit bien l'ambiance des nouvelles de Lovecraft. Une adaptation fidèle à l'esprit de l'oeuvre, donc. L'effraiement ou la tension du film emprunte des effets de manche un peu facile (son strident en changeant de plan) mais globalement, le film marche bien et on accroche.
(1990) Bride Of Re-Animator : pas vraiment de surprise. C'est dans la lignée du 1er film.
(1991) Détective Philippe Lovecraft : Ce qui est bien dans ce film, c'est l'originalité du monde. Ce qui est bien aussi (mais c'est plus personnel), c'est Julianne Moore :wub: . Ce qui est moins bien, c'est la qualité de l'image (j'ai dû récupérer un rip de VHS), les effets spéciaux pas formidables, et les stéréotypes. Le film se résume donc à une bonne idée mal mise en oeuvre. Le résultat est moyen.
(1992) The Resurrected : C'est vraiment mais vraiment une grosse merde. L'idée de repomper l'histoire de The Haunted Palace (le film de 1963) pour prolonger son mythe à l'époque moderne était plutot bonne mais la réalisation est minable et le film est super chiant. Sans oublier les clichés pourris : la lampe torche qui s'éteint juste avant de rencontrer un monstre et la lampe à gaz lâchée au sol juste après avoir aperçu ce monstre. A éviter ! ...ou alors vous êtes masochistes et vous aimez vous faire du mal.
(1993) The Unnamable II : The Statement of Randolph Carter : C'est de la merde. Soit ils n'ont pas compris ce qui était bien dans le 1er film, soit ils ont voulu innover... mais l'interprétation est mauvaise et les personnages s'éloignent de l'oeuvre de Lovecraft. Ca tient plus de la copie de Wishmaster que de la suite de Unnamable.
(1994) L'antre de la folie : La photographie du film vieillit mal mais le scénario, le jeu d'acteur, la mise en scène compensent largement.
(1994) Necronomicon : dialogues pourris (à moins que ce soit le doublage), interprétation pourrie, effets spéciaux pourris. La seule qualité de ce film, c'est qu'il justifie l'existence des notes les plus basses comme 1.5/5.
(1994) Witch Hunt
(1997) Hémoglobine : c'est du téléfilm américain nanard. Ca peut se regarder si on a vraiment mais vraiment rien d'autre à foutre.
(2000) Cthulhu
(2001) Dagon : Malgré ma note qui sanctionne des effets spéciaux, un jeu d'acteur et une mise en scène pourris, le scénario est vraiment pas mal et il y a des moments de réelle tension. Si vous êtes dans le trip Chtulu et que vous pouvez regarder au-delà des effets spéciaux, c'est tout à fait passable.
(2001) Thirteen Ghosts :
(2002) Maléfique : Pour les littéraires en herbe, l'atmoshpère est très dérangeante, comparable à "Mme Bovary" en ce que le spectateur ressent l'atmosphère pesante et languissante de la vie entre 4 murs. Le jeu d'acteur et la mise en scène sont bons, mais le rythme lent quoiqu'inexorable et régulier rappelle le récit des livres de Lovecraft. C'est donc fidèle mais lent. Globalement, un peu chiant, mais intellectuellement bon.
(2003) Beyond Re-Animator : Largement mieux que le 2eme film. Mais bien barré. Un nanard pas mal mais qui frise avec la série Z.
(2005) The Call of Cthulhu : L'ensemble du film est en noir et blanc et ressemble à un film tourné dans les années 1920 (date de publication du roman éponyme). L'interprétation est pas mal mais avec les travers qu'on s'attend à croiser dans un film des années 20. Les effets spéciaux sont bien foutus. L'ambiance est sombre et les éclairages sont intelligemment utilisés. La musique est infiniment atmosphérique et crée une atmosphère pesante conforme à l'esprit du roman. L'ensemble du film est bouclé en 45 minutes. On ne s'ennuie pas. Assurément un incontournable parmi les adaptations de Chtulu.
(2005) H. P. Lovecraft's Dreams in the Witch-House
(2007) Cthulhu
(2007) Brume (The mist) : Ce film n'a pas de mention explicite "mythe de chtulhu" mais partage au moins un élément majeur. C'est un très bon film, où le surnaturel propulse la psychologie humaine au premier plan. L'ensemble est très bien fait et vous fera passer une excellente soirée cinéma sur le canapé... n'oubliez pas le popcorn! Popcorn
(2008) Cloverfield : film à mi-chemin entre Godzilla et Chtulu, qui a donc sa place ici. Le style "filmé par les protagonistes" est suffisamment peu utilisé pour être original, même si les premières minutes sont insupportables. Les effets spéciaux sont convaincants, pour un film qui n'a pas l'air d'un blockbuster. L'interprétation est correcte et inégale (acteurs tantôt très bons, tantôt mauvais). La mise en scène est très correcte. Ca ne vaut pas un vrai 4/5 mais ca vaut plus qu'un 3.5/5 et je récompense l'originalité.
(2009) The Dunwich Horror : Pour la plupart des gens, ce téléfilm sera plutôt nul. Pour les chtulhuphiles, c'est une suite moyenne au film de 1970 (certains éléments sont communs) et ils apprécieront sans doute la participation de Dean Stockwell à ce film (il tenait le rôle principal dans le film de 1970).
(2011) The Whisperer in Darkness : le noir et blanc donne un véritable sentiment de film ancien... un peu à l'image du Chtulhu de 2005. Excellente mise en scène. Interprétation un peu faiblarde. Scénario mal exploité quoique la fin est bien.



Commentaires supplémentaires :
C'est marrant mais y'a un acteur, Jeffrey Combs, qui a joué dans plein de ces films :
- reanimator
- bride of reanimator
- beyond reanimator
- from beyond
- Necronomicon
- the dunwhich horror (2009)

Quand on voit les anciens films et qu'on lit un peu, on se rend compte que le mythe de Chtulu est avant tout le mythe de Yog-Sothoth qui peut créer le lien avec une dimension parallèle ou spirituelle peuplé d'horreurs. Chtulhu, lui, est juste sous la mer, même si on lui associe quelques créatures marines à demi humaines et des cultes sacrificiels.
ErikFromFrance
ErikFromFrance

Messages : 2873
Date d'inscription : 11/04/2014
Age : 42
Localisation : Roci Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Films basés sur le mythe de Chtulhu Empty Re: Films basés sur le mythe de Chtulhu

Message par Doom666 Lun 3 Aoû 2015 - 8:29

Bonjour à tous,
Merci pour ce partage, extrêmement intéressant. C'est un univers que j'ai pas mal côtoyé par le biais du jeu essentiellement. Ahh, l'affection des chiens de Tindalos... Wink
Cordialement.
Alain.
Doom666
Doom666

Messages : 946
Date d'inscription : 23/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Films basés sur le mythe de Chtulhu Empty Re: Films basés sur le mythe de Chtulhu

Message par Stauk Lun 3 Aoû 2015 - 8:36

Et les daltoniens ? Pourquoi ne pas utiliser un code couleur color-blind-friendly ?

http://safecolours.rigdenage.com/
Films basés sur le mythe de Chtulhu Pallet11
Stauk
Stauk

Messages : 6462
Date d'inscription : 16/01/2015

http://www.staukwood.com/

Revenir en haut Aller en bas

Films basés sur le mythe de Chtulhu Empty Re: Films basés sur le mythe de Chtulhu

Message par ErikFromFrance Lun 3 Aoû 2015 - 14:52

Pourquoi ne pas utiliser un code couleur color-blind-friendly ?
Si tu veux me soumettre une version modifiée que je mettrai dans le message initial, pas de souci.

En ce qui me concerne, j'ai déjà consacré assez de temps à cela.
ErikFromFrance
ErikFromFrance

Messages : 2873
Date d'inscription : 11/04/2014
Age : 42
Localisation : Roci Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Films basés sur le mythe de Chtulhu Empty Re: Films basés sur le mythe de Chtulhu

Message par Stauk Lun 3 Aoû 2015 - 15:15

ErikFromFrance a écrit:
Pourquoi ne pas utiliser un code couleur color-blind-friendly ?
Si tu veux me soumettre une version modifiée que je mettrai dans le message initial, pas de souci.
En ce qui me concerne, j'ai déjà consacré assez de temps à cela.

Il faudrait que je sois capable de le comprendre, le message ... ce n'est pas le cas, justement.
Stauk
Stauk

Messages : 6462
Date d'inscription : 16/01/2015

http://www.staukwood.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum