je suis foutu (modération forte)

+15
Poisson pas pané
JCVD
Darth Lord Tiger Kalthu
louise
Eddy
d_cli
Minuit
Blossac
Yack
Strelok
Lou42
'C.Z.
Princeton
Néfertiti
Baptism
19 participants

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Mer 17 Juin 2015 - 4:50

Bonsoir à tous
Je sais pas pourquoi j'écris ici mais j'en ai besoin voilà je me sens vraiment foutu, je fais des études nuuuulles ridicules qui mènent à rien, j'aime rien, j'arrive à rien jamais je me motive pour rien du tout. Y a des trucs que j'aime bien mais dans la balance mon horreur de l'effort l'emporte toujours, donc je fais rien. Je fais ma licence en bossant tout un peu avant et je suis obligé de me droguer et de me faire mal pour calmer toute la fureur que ça génère en moi de me soumettre à apprendre comme un connard, non en fait ce qui m'énerve surtout c'est que je me laisse déborder je suis incapable de tout je suis un cadavre un fantôme j'existe à côté de moi même

C'est pareil pour beaucoup d'entre vous vous le dîtes mais vous avez un travail vous vous levez vous avez tous des activités, moi je préfère me suicider que travailler, avec mon diplome de merde j'aurai jamais rien d'autre qu'un taf minable avec des employés débiles et un boss qui a le quart de mon QI, j'arrive déjà pas à me motiver à faire ce que ''''j'aime'''' alors travailler !!! je préfère sucer et donner mes fesses limite littéralement en vérité quelle horreur en plus je me couche à 5h et je me lève super tard tous les jours je peux rien changer à ça alors si je dois me lever tous les jours et faire un travail horriiiibllleee pour rentrer chez moi et rien faire pffff
Bon bref si je sais pourquoi j'écris vous avez pas une solution miracle j'en ai marre j'ai envie de me débrancher de rien faire vu que je peux pas me motiver (j'ai TOUT essayé) à quoi que ce soit j'aimerais pouvoir passer à un mode contemplatif et avoir la paix mais dans une grosse poignée de mois j'aurai fini mes parents vont arrêter de m'entretenir et je serai au monde comme je me sens au fond, une grosse merde qui flotte comme ça en pleurant en s'énervant en faisant du bruit, mais quelle horreur j'ai tellement envie de crever je sais même pas pourquoi j'écris ici ahahah puis finalement quel égoïsme et quel vacarme pour pas grand chose la vie ne me convient pas et je m'agite comme si le problème venait de l'extérieur looool j'espère que mort on est plus forcé d'être égocentré parce que j'en peux plus
Voilà je suis un diamant brut je le sais j'adore le beau le vrai je les caresse mieux que tellement de personnes j'aimerais être un prince je voudrais ne pas avoir à batailler pour vivre dans un univers qui me correspond parce que me battre je ne sais pas faire je suis bien trop fragile et subtil

Bon bref si jamais un millionnaire passe par ici et a envie de sauver une vie je suis là sinon j'aurai peut être diverti quelqu'un ? Ah c'était acide j'ai l'impression que je viens de vomir


Dernière édition par Baptism le Mer 17 Juin 2015 - 5:17, édité 2 fois

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Mer 17 Juin 2015 - 4:51

Ma tristesse est tellement belle, c'est du gâchis

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Mer 17 Juin 2015 - 4:59

J'ai envie de crier et que tout le monde m'entende j'aimerais tellement que tout le monde entende mon cri entende ce qui grouille en moi, j'aimerais savoir si vous aussi ça vous effraie

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Mer 17 Juin 2015 - 5:01

Comment cultive-t-on la folie ?
J'aimerais pouvoir être fou, quelle belle manière de vivre la vie c'est gâcher également que de tout ordonner, que de comprendre
Mais ça aussi c'est impossible, tout est carréééé tellement carré anguleux c'est moche ça me dégoûteeeeee

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Mer 17 Juin 2015 - 5:08

Il faut que je commette un crime, et que je sois assez habile pour me suicider avant qu'on m'attrape : ainsi ma mort aura un sens puisque j'aurai vécu juste avant

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Mer 17 Juin 2015 - 5:10

Pathétique

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Mer 17 Juin 2015 - 5:12

Alors les gars je vous l'ai dit je vais crever, je suis foutu, je dois faire quoi ???? De la respiration ventrale non je dois trouver ce que j'aime je vais m'acheter un carnet de coloriage pour adultes ou je vais faire de l'équitation je vais apprendre une langue fabriquer des meubles en carton j'ai tellement hâte je vais me découvrir ça va être génial et si je me trouve moche et répugnant et si j'aime pas j'ai le droit ou pas ???
J'ai envie de dépenser la consommation c'est génial c'est censé remplacer Dieu mais lui au moins il était gratuit

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Mer 17 Juin 2015 - 5:14

J'en peux plus et la musique est terminée et je me sens ridicule je m'en vais, je laisse ma puanteur mon odeur de renfermé mes miettes de rouille ma bile d'aigri prématuré

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Néfertiti Mer 17 Juin 2015 - 7:31

C'est difficile de conseiller une personne qu'on ne connaît pas ou peu. Mes solutions ne sont peut-être pas les bonnes pour toi et les tiennes (si tu en as pour mes questions) efficaces pour moi. Tu es d'accord avec moi ? Smile


Alors si cela ne te dérange pas, je peux te poser quelques questions sur toi au lieu de te donner une solution ? Si, oui, les voici :

Que comptes-tu faire aujourd'hui ?
Qu'est-ce que tu aimerais faire ou plutôt dans quel lieu voudrais-tu être aujourd'hui ?

Néfertiti

Messages : 682
Date d'inscription : 16/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Mer 17 Juin 2015 - 14:19

Salut
Merci d'avoir eu le courage d'entrer ici

Aujourd'hui, he bien je viens de me lever et je ne sais pas je vais commencer par boire beaucoup de café, je vais fumer un joint, et ensuite je sais pas je sais jamais ce que je vais faire de ma journée ? En vérité j'en fais tellement rien que je m'étonne que ce soit supportable.
Si parfois je fais à manger.

Ce que j'aimerais faire mais des tonnes de choses, j'aimerais être un artiste touche à tout, je voudrais fréquenter du beau monde et créer des vêtements, je voudrais être là où mon talent n'étoufferait pas, j'aimerais juste qu'on me donne l'occasion de m'exprimer. Je veux vivre à Tokyo et vivre très bien de mes vêtements, de ma musique, même de ma danse ?
Je sais que je serais bon, brillant, incandescent dans toutes ces disciplines, mais je peux pas, c'est juste pas possible ça fait des années que j'essaie, que je dis que je vais commencer au point où ça m'en a dégoûté

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Mer 17 Juin 2015 - 14:21

Je veux être n'importe où du moment que c'est électrique, stimulant, que 100% de moi même peut déborder dans tous les sens et que cette explosion fascine et exalte mon entourage

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Néfertiti Mer 17 Juin 2015 - 14:52

N'y a-t-il pas une exposition japonaise ou un musée spécialisé dans la culture asiatique (genre le musée Guimet) qui te tenterait histoire d'éponger tant bien que mal ton désir de Tokyo (je rêve aussi de me rendre dans cette ville !) ?

Aaaah, mais j'ai oublié de te demander où tu habitais ?

Après si tu as les moyens, ce serait quelque chose de fou et déclencheur d'adrénaline de prendre un billet aller/retour pour Tokyo ! Alalala, c'est bien de rêver ^^ Enfin, ça c'est mon côté insouciant : "on vert plus tard les conséquences, vivons !"

Le truc trop nul quand on aime danser c'est qu'on ne peut pas faire cela n'importe où. Lorsque tu es passionné par les livres même sans un sou, tu peux te rendre à la FNAC ou dans une librairie et feuilleter les pages...

J'espère que d'autres vont intervenir pour nous donner des idées. Car tu veux en quelque sorte te défouler ?

Comment y parvenir ? En dansant devant ton miroir musique aux oreilles à fond, en allant courir/marcher dans la forêt ou le parc du coin, en jetant violemment deux assiettes au sol et feindre la maladresse, taper dans des coussins, etc ?

Je te souhaite pour l'instant une chaleureuse journée,


Néfer sunny

Néfertiti

Messages : 682
Date d'inscription : 16/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Mer 17 Juin 2015 - 15:13

J'habite à Lyon et j'ai 24ans
T'es gentil Smile mais tu vois j'ai dit tokyo et la danse mais ça pourrait être quantité d'autres villes (grandes!!!) ou de disciplines y a rien qui me branche comme une évidence et surtout j'aime bien la danse mais je sais pas danser j'aime la musique mais j'ai jamais composé j'aime la mode mais je ne sais pas coudre etc
Pour me défouler je fume ça marche bien mais j'ai besoin d'autre chose un miracle qui me sorte du brouillard et qui change l'horizon immonde qui se profile devant moi et vampirise toute mon énergie..

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Néfertiti Mer 17 Juin 2015 - 15:42

Ok, tu habites Lyon... je suis un peu pariscentrée dsl ^^

Bref.

Je n'ai réellement pas envie de te faire perdre du temps avec "mes" solutions pas très adéquates (cf. mon premier post) et pourtant j'aimerais que tu ailles mieux et que tu réalises tes souhaits si ceux-ci peuvent t'apporter du bien Smile
(à moi-même : lorsqu'on dit qu'on ne fait que se parler à soi-même même lorsqu'on répond à un autre, je constate que ce n'est pas si incorrect...)


Tu sais quoi ? Étant donné que je pêche pour t'aider, je vais dégainer le smiley de la dernière chance, le smiley du dernier recours... TADAAA :
Long hug
Wink

Baptism, je te souhaite de passer une bonne fin de journée et j'espère que ta grande énergie ne sera pas gâchée (parce-qu'il y a un feu qui couve en toi !).


Dernière édition par Néfer le Mer 17 Juin 2015 - 15:43, édité 1 fois

Néfertiti

Messages : 682
Date d'inscription : 16/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Invité Mer 17 Juin 2015 - 15:43

T'aime manger et tu sais manger t'aimes dormir et tu sais dormir t'aimes chier et tu peux le faire,
aller voilà t'as vu t'as trop d'la boule, même un jour tu copuleras et t'auras des gosses,
c'est notre lot mon con, c'est la vie.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Mer 17 Juin 2015 - 15:48

Non je suis pas d'accord tu t'utilises comme intermédiaire pour me répondre et c'est normal 1. t'es pas psy 2. on a des similitudes
Donc rien d'égocentrique on peut ramener les choses à soi sans que bloquer le dialogue et si tout le monde avance c'est tant mieux
Dis moi toi comment tu remplis ta vie? Même si ça m'aide pas concrètement je suis curieux tu m'as écouté alors à mon tour!

Et oui merci ma journée ça va il fait beau et toi ça va?

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Mer 17 Juin 2015 - 15:50

Salut ooç ben j'aime manger mais je veux rester maigre et j'aime dormir mais de 5h à 15h alors ça m'empêche de vivre en société et des enfants looooolll quelle horreur pour eux comme pour moi!!!! jamais!!!

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Mer 17 Juin 2015 - 15:51

Sans que bloquer le dialogue lol beurk je peux pas éditer au secours

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Néfertiti Mer 17 Juin 2015 - 15:53

Baptism a écrit:Même si ça m'aide pas concrètement je suis curieux tu m'as écouté alors à mon tour!
Oui mais, moi tu ne m'as pas obligée ni donnée de conditions Very Happy En tous les cas, c'est très gentil !


Et oui merci ma journée ça va il fait beau et toi ça va?
Oui, il fait beau, il faut à tout prix que j'aille mettre le nez 5 minutes dehors histoire de profiter un peu Smile sunny

À++ Smile

Néfertiti

Messages : 682
Date d'inscription : 16/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Mer 17 Juin 2015 - 15:55

Bon mais non j'ai pas de chance car je dois travailler je veux bien vivre une vie sans élan je l'ai accepté mais je pleurs à chaque fois que je pense au monde du travail je suis forcé j'ai pas le choix c'est pire que tout
Je veux faire le deuil de ma vie de rêve tranquillement sans rien demander à personne et SURTOUT que personne me demande rien vs voyez?

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Mer 17 Juin 2015 - 15:57

Oui Néfer va dehors le soleil libère des molécules cools et au moins contrairement au sport y a rien besoin de faire
Mais abuse pas sinon tu vas fripper hihihi

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Néfertiti Mer 17 Juin 2015 - 16:01

^^

Néfertiti

Messages : 682
Date d'inscription : 16/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Mer 17 Juin 2015 - 16:09

Sinon j'adorerais me faire cryogéniser et me réveiller tous les 10 ans puis quand ça me plaît je reste c'est possible non? Bientôt?

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Mer 17 Juin 2015 - 16:14

Ou être mannequin ouiiii vivre dans le beau être beau <3 des choses tellement belles qu'elles rendent la mort ridicule
Je veux qu'une dame ou un monsieur me prenne sous son aile et qu'il me fasse vivre dans des choses assez belles pour mériter d'être considérées j'aimerais trop être le disciple de quelqu'un d'inspirant oh ce serait mon miracle venez me prendre je suis tout prêt pitié


Dernière édition par Baptism le Mer 17 Juin 2015 - 16:17, édité 1 fois

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Invité Mer 17 Juin 2015 - 16:16

Baptism a écrit:Salut ooç ben j'aime manger mais je veux rester maigre et j'aime dormir mais de 5h à 15h alors ça m'empêche de vivre en société  et des enfants looooolll quelle horreur pour eux comme pour moi!!!! jamais!!!

Et alors,
t'as qu'à avoir une génétique parfaite, ou tout au moins approchant la mienne, y en a marre des ces déficients !
Sinon tu peux te faire vomir,
j'ai vu t'aimais bien l'acidité.
Pour le reste tu vivras verras hein...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Mer 17 Juin 2015 - 16:23

Aha je me faisais dégueuler fut un temps mais c'est usant physiquement je préfère faire un repas / 2 jours hihi
Et je trouve que ça fait beauf de manger beaucoup sans prendre de poids j'ai remarqué que c'était souvent des personnes creuses qui avaient cette faculté je les déteste et à 40 ans ils deviennent horriblement laids

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Princeton Mer 17 Juin 2015 - 18:23

Salut Baptism, pourquoi ce pseudo ? Tu écris aussi beaucoup "en vérité", ce qui me rappelle la manière de s'exprimer de Jésus... En vérité je vous le dis... Tu as une belle écriture. J'aime ta sensibilité, ta vivacité, ton énergie, ton caractère emporté voire extrême. Je me retrouve dans ton désespoir, ton écoeurement, ton intransigeance. C'est comme s'il y avait un feu en toi qui voulait s'exprimer, sans trouver les formes adéquates pour le faire, sans trouver une forme assez pure, assez sublime. Car la vie réelle implique les compromis, les nuances, les contraintes, les efforts, les progressions et stagnations, de n'être pas une flèche, elle implique souvent (mais pas toujours) que les choses ne soient pas aussi belles qu'on les imagine (en effet, parfois elles le sont encore plus !). Tu pourrais ajouter à la liste des choses que tu aimerais faire ou être : écrire ou être écrivain. Tu me rappelles Flaubert dans sa jeunesse. Ci-joint quelques extraits de ses textes qui me plaisent et dans lesquels tu te reconnaîtras peut-être :

Spoiler:
"J'ai savouré longuement ma vie perdue ; je me suis dit avec joie que ma jeunesse était passée, car c'est une joie de sentir le froid vous venir au coeur, et de pouvoir dire, le tâtant de la main comme un foyer qui fume encore : il ne brûle plus. J'ai repassé lentement dans toutes les choses de ma vie, idées, passions, jours d'emportement, jours de deuil, battements d'espoir, déchirements d'angoisse. J'ai tout revu, comme un homme qui visite les catacombes et qui regarde lentement, des deux côtés, des morts rangés après des morts. A compter les années cependant, il n'y a pas longtemps que je suis né, mais j'ai à moi des souvenirs nombreux dont je me sens accablé, comme le sont les vieillards de tous les jours qu'ils ont vécus ; il me semble quelquefois que j'ai duré pendant des siècles et que mon être renferme les débris de mille existences passées. Pourquoi cela ? Ai-je aimé ? ai-je haï ? ai-je cherché quelque chose ? j'en doute encore ; j'ai vécu en dehors de tout mouvement, de toute action, sans me remuer, ni pour la gloire, ni pour le plaisir, ni pour la science, ni pour l'argent."

"Je rêvais la douleur des poètes, je pleurais avec eux leurs larmes les plus belles, je les sentais jusqu'au fond du coeur, j'en étais pénétré, navré, il me semblait parfois que l'enthousiasme qu'ils me donnaient me faisait leur égal et me montait jusqu'à eux ; des pages, où d'autres restaient froids, me transportaient, me donnaient une fureur de pythonisse, je m'en ravageais l'esprit à plaisir, je me les récitais au bord de la mer, ou bien j'allais, la tête baissée, marchant dans l'herbe, me les disant de la voix la plus amoureuse et la plus tendre.
Malheur à qui n'a pas désiré des colères de tragédie, à qui ne sait pas par coeur des strophes amoureuses pour se les répéter au clair de lune ! il est beau de vivre ainsi dans la beauté éternelle, de se draper avec les rois, d'avoir les passions à leur expression la plus haute, d'aimer les amours que le génie à rendus immortels."

"Il me vint bien vite un invincible dégoût pour les choses d'ici-bas. Un matin, je me sentis vieux et plein d'expériences sur mille choses inéprouvées, j'avais de l'indifférence pour les plus tentantes et du dédain pour les plus belles ; tout ce qui faisait l'envie des autres me faisait pitié, je ne voyais rien qui valût même la peine d'un désir, peut-être ma vanité faisait-elle que j'étais au-dessus de la vanité commune et mon désintéressement n'était-il que l'excès d'une cupidité sans bornes. J'étais comme ces édifices neufs, sur lesquels la mousse se met déjà à pousser avant qu'ils ne soient achevés d'être bâtis ; les joies turbulentes de mes camarades m'ennuyaient, et je haussais les épaules à leurs niaiseries sentimentales : les uns gardaient tout un an un vieux gant blanc, ou un camélia fané, pour le couvrir de baisers et de soupirs ; d'autres écrivaient à des modistes, donnaient rendez-vous à des cuisinières ; les premiers me semblaient sots, les seconds grotesques. Et puis la bonne et la mauvaise société m'ennuyaient également, j'étais cynique avec les dévots et mystique avec les libertins, de sorte que tous ne m'aimaient guère."

"Ce n'était point la douleur de René ni l'immensité céleste de ses ennuis, plus beaux et plus argentés que les rayons de la lune ; je n'étais point chaste comme Werther ni débauché comme Don Juan ; je n'étais, pour tout, ni assez pur, ni assez fort.
J'étais donc, ce que vous êtes tous, un certain homme, qui vit, qui dort, qui mange, qui boit, qui pleure, qui rit, bien renfermé en lui-même, et retrouvant en lui, partout où il se transporte, les mêmes ruines d'espérances sitôt abattues qu'élevées, la même poussière de choses broyées, les mêmes sentiers mille fois parcourus, les mêmes profondeurs inexplorées, épouvantables et ennuyeuses. N'êtes-vous pas las comme moi de vous réveiller tous les matins et de revoir le soleil ? las de vivre de la même vie et de souffrir la même douleur ? las de désirer et las d'être dégoûté ? las d'attendre et las d'avoir ?
A quoi bon écrire ceci ? pourquoi continuer, de la même voix dolente, le même récit funèbre ? Quand je l'ai commencé, je le savais beau, mais à mesure que j'avance, mes larmes me tombent sur le coeur et m'éteignent la voix.
Oh ! le pâle soleil d'hiver ! il est triste comme un souvenir heureux. Nous sommes entourés d'ombre, regardons notre foyer brûler ; les chardons étalés sont couverts de grandes lignes noires entrecroisées, qui semblent battre comme des veines animées d'une autre vie ; attendons la nuit venir."

"Quelquefois, n'en pouvant plus, dévoré de passions sans bornes, plein de la lave ardente qui coulait de mon âme, aimant d'un amour furieux des choses sans nom, regrettant des rêves magnifiques, tenté par toutes les voluptés de la pensée, aspirant à moi toutes les poésies, toutes les harmonies, et écrasé sous le poids de mon coeur et de mon orgueil, je tombais anéanti dans un abîme de douleurs, le sang me fouettait la figure, mes artères s'étourdissaient, ma poitrine semblait rompre, je ne voyais plus rien, je ne sentais plus rien, j'étais ivre, j'étais fou, je m'imaginais être grand, je m'imaginais contenir une incarnation suprême, dont la révélation eût émerveillé le monde, et ses déchirements, c'était la vie même du dieu que je portais dans mes entrailles. A ce dieu magnifique j'ai immolé toutes les heures de ma jeunesse ; j'avais fait de moi-même un temple pour contenir quelque chose de divin, le temple est resté vide, l'ortie a poussé entre les pierres, les piliers s'écroulent, voilà les hiboux qui y font leur nids. N'usant pas de l'existence, l'existence m'usait, mes rêves me fatiguaient encore plus que de grands travaux ; une création entière, immobile, irrévélée à elle-même, vivait sourdement sous ma vie ; j'étais un chaos dormant de mille précipices féconds qui ne savaient comment se manifester ni que faire d'eux-mêmes, ils cherchaient leurs formes et attendaient leur moule."

"Je ne trouvais rien qui fût digne de moi, je me trouvais également propre à rien. Travailler, tout sacrifier à une idée, à une ambition, ambition misérable et triviale, avoir une place, un nom ? après ? à quoi bon ? Et puis je n'aimais pas la gloire, la plus retentissante ne m'eût point satisfait parce qu'elle n'eût jamais atteint à l'unisson de mon coeur.
Je suis né avec le désir de mourir. Rien ne me paraissait plus sot que la vie et plus honteux que d'y tenir. Elevé sans religion, comme les hommes de mon âge, je n'avais pas le bonheur sec des athées ni l'insouciance ironique des sceptiques. Par caprice sans doute, si je suis entré quelquefois dans une église, c'était pour écouter l'orgue, pour admirer les statuettes de pierre dans leurs niches ; mais quand au dogme, je n'allais pas jusqu'à lui ; je me sentais bien le fils de Voltaire.
Je voyais les autres gens vivre, mais d'une autre vie que la mienne : les uns croyaient, les autres niaient, d'autres doutaient, d'autres enfin ne s'occupaient pas du tout de tout ça et faisaient leurs affaires, c'est-à-dire vendaient dans leurs boutiques, écrivaient leurs livres ou criaient dans leur chaire ; c'était là ce qu'on appelle l'humanité, surface mouvante des méchants, de lâches, d'idiots et de laids. Et moi j'étais dans la foule, comme une algue arrachée sur l'Océan, perdue au milieu des flots sans nombre qui roulaient, qui m'entouraient et qui bruissaient."

"Je ne voyais rien à quoi me raccrocher, ni le monde, ni la solitude, ni la poésie, ni la science, ni l'impiété, ni la religion ; j'errais en tout cela comme les âmes dont l'enfer ne veut pas et que le paradis repousse. Alors je me croisais les bras, me regardant comme un homme mort, je n'étais plus qu'une momie embaumée dans ma douleur ; la fatalité, qui m'avait courbé dès ma jeunesse, s'étendait pour moi sur le monde entier, je la regardais se manifester dans toutes les actions des hommes aussi universellement que le soleil sur la surface de la terre, elle me devint une atroce divinité, que j'adorais comme les Indiens adorent le colosse ambulant qui leur passe sur le ventre ; je me complaisais dans mon chagrin, je ne faisais plus d'effort pour en sortir, je le savourais même, avec la joie désespérée du malade qui gratte sa plaie et se met à rire quand il a du sang aux ongles.
Il me prit contre la vie, contre les hommes, contre tout, une rage sans nom. J'avais dans le coeur des trésors de tendresse, et je devins plus féroce que les tigres ; j'aurais voulu anéantir la création et m'endormir avec elle dans l'infini du néant ; que ne me réveillais-je à la lueur des villes incendiées ! J'aurais voulu entendre le frémissement des ossements que la flamme fait pétiller, traverser des fleuves chargés de cadavres, galoper sur des peuples courbés et les écraser des quatre fers de mon cheval, être Genghis Khan, Tamerlan, Néron, effrayer le monde au froncement de mes sourcils."

Ce que tu évoques m'est familier, aussi j'espère que tu trouveras ton chemin, un certain apaisement... Je te souhaite la joie et le bonheur, mais surtout, l'amour (ouais c'est les paroles de la chanson de Whitney Houston, I will always love you...)... Je vois que tu parles de mourir : s'il-te-plaît, ne laisse pas tomber. Même si c'est difficile, n'abandonne jamais. C'est ce que j'ai failli faire un jour, et depuis je revois ce jour comme la pire connerie, évitée de justesse, de ma vie. Je regrette tellement... Parce que les choses peuvent s'améliorer, au fil du temps... On peut s'en sortir... Trouver sa place... Une certaine sérénité... Retrouver le goût de vivre... C'est difficile mais pas impossible... Alors peut-être que pour le moment ce que je te dis n'est pas encore palpable, tant la montagne à gravir paraît immense. Je ne peux m'en remettre qu'à une petite chose, fragile, mais tellement puissante, qui est en toi, une petite lumière qui s'appelle l'espoir. Contra spem spero... J'espère avec toi ! N'hésite pas à t'épancher sur ce forum si cela te fait du bien, tu seras lu, et écouté, n'hésite pas à chercher du réconfort et de l'aide partout où tu le peux, entoure-toi, ne reste pas seul, prends soin de toi... Je t'envoie mon courage, mon espoir, et ma tendresse. A+
Princeton
Princeton

Messages : 1367
Date d'inscription : 09/03/2014
Age : 32
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Invité Mer 17 Juin 2015 - 19:07

j'étais cynique avec les dévots et mystique avec les libertins, de sorte que tous ne m'aimaient guère.



Boarf, à ta guise Baptism, je suis tout ici, y compris meurtrier.
Vouloir mourir ou vivre, c'est la même, juste dans un cas tu mangeras plus de frites.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par 'C.Z. Jeu 18 Juin 2015 - 13:47

Dur dur d'accepter la frustration... Mais bon, faut bien grandir. Bon courage !
'C.Z.
'C.Z.

Messages : 2910
Date d'inscription : 16/02/2015
Age : 40
Localisation : Côte d'Azur (de la Bretonie)

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Sam 20 Juin 2015 - 17:10

Princeton a écrit:Salut Baptism, pourquoi ce pseudo ? Tu écris aussi beaucoup "en vérité", ce qui me rappelle la manière de s'exprimer de Jésus... En vérité je vous le dis... Tu as une belle écriture. J'aime ta sensibilité, ta vivacité, ton énergie, ton caractère emporté voire extrême. Je me retrouve dans ton désespoir, ton écoeurement, ton intransigeance. C'est comme s'il y avait un feu en toi qui voulait s'exprimer, sans trouver les formes adéquates pour le faire, sans trouver une forme assez pure, assez sublime. Car la vie réelle implique les compromis, les nuances, les contraintes, les efforts, les progressions et stagnations, de n'être pas une flèche, elle implique souvent (mais pas toujours) que les choses ne soient pas aussi belles qu'on les imagine (en effet, parfois elles le sont encore plus !). Tu pourrais ajouter à la liste des choses que tu aimerais faire ou être : écrire ou être écrivain. Tu me rappelles Flaubert dans sa jeunesse. Ci-joint quelques extraits de ses textes qui me plaisent et dans lesquels tu te reconnaîtras peut-être :

Spoiler:
"J'ai savouré longuement ma vie perdue ; je me suis dit avec joie que ma jeunesse était passée, car c'est une joie de sentir le froid vous venir au coeur, et de pouvoir dire, le tâtant de la main comme un foyer qui fume encore : il ne brûle plus. J'ai repassé lentement dans toutes les choses de ma vie, idées, passions, jours d'emportement, jours de deuil, battements d'espoir, déchirements d'angoisse. J'ai tout revu, comme un homme qui visite les catacombes et qui regarde lentement, des deux côtés, des morts rangés après des morts. A compter les années cependant, il n'y a pas longtemps que je suis né, mais j'ai à moi des souvenirs nombreux dont je me sens accablé, comme le sont les vieillards de tous les jours qu'ils ont vécus ; il me semble quelquefois que j'ai duré pendant des siècles et que mon être renferme les débris de mille existences passées. Pourquoi cela ? Ai-je aimé ? ai-je haï ? ai-je cherché quelque chose ? j'en doute encore ; j'ai vécu en dehors de tout mouvement, de toute action, sans me remuer, ni pour la gloire, ni pour le plaisir, ni pour la science, ni pour l'argent."

"Je rêvais la douleur des poètes, je pleurais avec eux leurs larmes les plus belles, je les sentais jusqu'au fond du coeur, j'en étais pénétré, navré, il me semblait parfois que l'enthousiasme qu'ils me donnaient me faisait leur égal et me montait jusqu'à eux ; des pages, où d'autres restaient froids, me transportaient, me donnaient une fureur de pythonisse, je m'en ravageais l'esprit à plaisir, je me les récitais au bord de la mer, ou bien j'allais, la tête baissée, marchant dans l'herbe, me les disant de la voix la plus amoureuse et la plus tendre.
Malheur à qui n'a pas désiré des colères de tragédie, à qui ne sait pas par coeur des strophes amoureuses pour se les répéter au clair de lune ! il est beau de vivre ainsi dans la beauté éternelle, de se draper avec les rois, d'avoir les passions à leur expression la plus haute, d'aimer les amours que le génie à rendus immortels."

"Il me vint bien vite un invincible dégoût pour les choses d'ici-bas. Un matin, je me sentis vieux et plein d'expériences sur mille choses inéprouvées, j'avais de l'indifférence pour les plus tentantes et du dédain pour les plus belles ; tout ce qui faisait l'envie des autres me faisait pitié, je ne voyais rien qui valût même la peine d'un désir, peut-être ma vanité faisait-elle que j'étais au-dessus de la vanité commune et mon désintéressement n'était-il que l'excès d'une cupidité sans bornes. J'étais comme ces édifices neufs, sur lesquels la mousse se met déjà à pousser avant qu'ils ne soient achevés d'être bâtis ; les joies turbulentes de mes camarades m'ennuyaient, et je haussais les épaules à leurs niaiseries sentimentales : les uns gardaient tout un an un vieux gant blanc, ou un camélia fané, pour le couvrir de baisers et de soupirs ; d'autres écrivaient à des modistes, donnaient rendez-vous à des cuisinières ; les premiers me semblaient sots, les seconds grotesques. Et puis la bonne et la mauvaise société m'ennuyaient également, j'étais cynique avec les dévots et mystique avec les libertins, de sorte que tous ne m'aimaient guère."

"Ce n'était point la douleur de René ni l'immensité céleste de ses ennuis, plus beaux et plus argentés que les rayons de la lune ; je n'étais point chaste comme Werther ni débauché comme Don Juan ; je n'étais, pour tout, ni assez pur, ni assez fort.
J'étais donc, ce que vous êtes tous, un certain homme, qui vit, qui dort, qui mange, qui boit, qui pleure, qui rit, bien renfermé en lui-même, et retrouvant en lui, partout où il se transporte, les mêmes ruines d'espérances sitôt abattues qu'élevées, la même poussière de choses broyées, les mêmes sentiers mille fois parcourus, les mêmes profondeurs inexplorées, épouvantables et ennuyeuses. N'êtes-vous pas las comme moi de vous réveiller tous les matins et de revoir le soleil ? las de vivre de la même vie et de souffrir la même douleur ? las de désirer et las d'être dégoûté ? las d'attendre et las d'avoir ?
A quoi bon écrire ceci ? pourquoi continuer, de la même voix dolente, le même récit funèbre ? Quand je l'ai commencé, je le savais beau, mais à mesure que j'avance, mes larmes me tombent sur le coeur et m'éteignent la voix.
Oh ! le pâle soleil d'hiver ! il est triste comme un souvenir heureux. Nous sommes entourés d'ombre, regardons notre foyer brûler ; les chardons étalés sont couverts de grandes lignes noires entrecroisées, qui semblent battre comme des veines animées d'une autre vie ; attendons la nuit venir."

"Quelquefois, n'en pouvant plus, dévoré de passions sans bornes, plein de la lave ardente qui coulait de mon âme, aimant d'un amour furieux des choses sans nom, regrettant des rêves magnifiques, tenté par toutes les voluptés de la pensée, aspirant à moi toutes les poésies, toutes les harmonies, et écrasé sous le poids de mon coeur et de mon orgueil, je tombais anéanti dans un abîme de douleurs, le sang me fouettait la figure, mes artères s'étourdissaient, ma poitrine semblait rompre, je ne voyais plus rien, je ne sentais plus rien, j'étais ivre, j'étais fou, je m'imaginais être grand, je m'imaginais contenir une incarnation suprême, dont la révélation eût émerveillé le monde, et ses déchirements, c'était la vie même du dieu que je portais dans mes entrailles. A ce dieu magnifique j'ai immolé toutes les heures de ma jeunesse ; j'avais fait de moi-même un temple pour contenir quelque chose de divin, le temple est resté vide, l'ortie a poussé entre les pierres, les piliers s'écroulent, voilà les hiboux qui y font leur nids. N'usant pas de l'existence, l'existence m'usait, mes rêves me fatiguaient encore plus que de grands travaux ; une création entière, immobile, irrévélée à elle-même, vivait sourdement sous ma vie ; j'étais un chaos dormant de mille précipices féconds qui ne savaient comment se manifester ni que faire d'eux-mêmes, ils cherchaient leurs formes et attendaient leur moule."

"Je ne trouvais rien qui fût digne de moi, je me trouvais également propre à rien. Travailler, tout sacrifier à une idée, à une ambition, ambition misérable et triviale, avoir une place, un nom ? après ? à quoi bon ? Et puis je n'aimais pas la gloire, la plus retentissante ne m'eût point satisfait parce qu'elle n'eût jamais atteint à l'unisson de mon coeur.
Je suis né avec le désir de mourir. Rien ne me paraissait plus sot que la vie et plus honteux que d'y tenir. Elevé sans religion, comme les hommes de mon âge, je n'avais pas le bonheur sec des athées ni l'insouciance ironique des sceptiques. Par caprice sans doute, si je suis entré quelquefois dans une église, c'était pour écouter l'orgue, pour admirer les statuettes de pierre dans leurs niches ; mais quand au dogme, je n'allais pas jusqu'à lui ; je me sentais bien le fils de Voltaire.
Je voyais les autres gens vivre, mais d'une autre vie que la mienne : les uns croyaient, les autres niaient, d'autres doutaient, d'autres enfin ne s'occupaient pas du tout de tout ça et faisaient leurs affaires, c'est-à-dire vendaient dans leurs boutiques, écrivaient leurs livres ou criaient dans leur chaire ; c'était là ce qu'on appelle l'humanité, surface mouvante des méchants, de lâches, d'idiots et de laids. Et moi j'étais dans la foule, comme une algue arrachée sur l'Océan, perdue au milieu des flots sans nombre qui roulaient, qui m'entouraient et qui bruissaient."

"Je ne voyais rien à quoi me raccrocher, ni le monde, ni la solitude, ni la poésie, ni la science, ni l'impiété, ni la religion ; j'errais en tout cela comme les âmes dont l'enfer ne veut pas et que le paradis repousse. Alors je me croisais les bras, me regardant comme un homme mort, je n'étais plus qu'une momie embaumée dans ma douleur ; la fatalité, qui m'avait courbé dès ma jeunesse, s'étendait pour moi sur le monde entier, je la regardais se manifester dans toutes les actions des hommes aussi universellement que le soleil sur la surface de la terre, elle me devint une atroce divinité, que j'adorais comme les Indiens adorent le colosse ambulant qui leur passe sur le ventre ; je me complaisais dans mon chagrin, je ne faisais plus d'effort pour en sortir, je le savourais même, avec la joie désespérée du malade qui gratte sa plaie et se met à rire quand il a du sang aux ongles.
Il me prit contre la vie, contre les hommes, contre tout, une rage sans nom. J'avais dans le coeur des trésors de tendresse, et je devins plus féroce que les tigres ; j'aurais voulu anéantir la création et m'endormir avec elle dans l'infini du néant ; que ne me réveillais-je à la lueur des villes incendiées ! J'aurais voulu entendre le frémissement des ossements que la flamme fait pétiller, traverser des fleuves chargés de cadavres, galoper sur des peuples courbés et les écraser des quatre fers de mon cheval, être Genghis Khan, Tamerlan, Néron, effrayer le monde au froncement de mes sourcils."

Ce que tu évoques m'est familier, aussi j'espère que tu trouveras ton chemin, un certain apaisement... Je te souhaite la joie et le bonheur, mais surtout, l'amour (ouais c'est les paroles de la chanson de Whitney Houston, I will always love you...)... Je vois que tu parles de mourir : s'il-te-plaît, ne laisse pas tomber. Même si c'est difficile, n'abandonne jamais. C'est ce que j'ai failli faire un jour, et depuis je revois ce jour comme la pire connerie, évitée de justesse, de ma vie. Je regrette tellement... Parce que les choses peuvent s'améliorer, au fil du temps... On peut s'en sortir... Trouver sa place... Une certaine sérénité... Retrouver le goût de vivre... C'est difficile mais pas impossible... Alors peut-être que pour le moment ce que je te dis n'est pas encore palpable, tant la montagne à gravir paraît immense. Je ne peux m'en remettre qu'à une petite chose, fragile, mais tellement puissante, qui est en toi, une petite lumière qui s'appelle l'espoir. Contra spem spero... J'espère avec toi ! N'hésite pas à t'épancher sur ce forum si cela te fait du bien, tu seras lu, et écouté, n'hésite pas à chercher du réconfort et de l'aide partout où tu le peux, entoure-toi, ne reste pas seul, prends soin de toi... Je t'envoie mon courage, mon espoir, et ma tendresse. A+

Oui j'ai fait des répétitions désolé je m'entraîne à écrire d'un seul jet et j'ai un gros problème avec les redondances, ça me demande de relire mais quand je relis je supprime mes phrases et je les réécris sans arrêt, enfin !!! Merci pour le compliment, c'est vrai parfois j'ai l'impression que je me prends une bourrasque et hop je crache une belle ligne mais j'ai du mal à tenir un style élégant sur la durée, ça m'ennuie je n'aime que ce qui me vient spontanément.
''Car la vie réelle implique les compromis, les nuances, les contraintes, les efforts, les progressions et stagnations, de n'être pas une flèche'' !!!! Quelle horreur, une fois cette vérité admise à quoi ça sert de vivre ? Vivre d'accord si c'est pour être une belle foudre blanche, mais à quoi bon si c'est pour ramper dans la brume ? Non Centaure Z'ailée, pour moi grandir et exister ce n'est pas accepter cette réalité, c'est tout le contraire, tu n'as pas grandi tu es morte.

Oh merciii merci merci pour ces citations, c'est d'une justesse qui m'a tout de suite allégé l'esprit. J'ai envie de pleurer à l'idée que je ne pourrai jamais lui parler, mais je vais le lire et le dévorer, comment je n'ai pas pu savoir qu'il était ce genre d'homme ??
Voyez quand même, il a réussi à écrire des livres, je n'aurais même pas la force d'écrire dix pages : s'il était comme moi comment a-t-il fait ?

Boh t'en fais pas je me tuerai pas, être étudiant c'est supportable j'ai du temps et encore des oreilles pour me plaindre, il me faut simplement mon miracle avant de devoir travailler Smile
C'était une réponse de qualité ça fait du bien c'est cool ici <3

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Lou42 Sam 20 Juin 2015 - 23:13

C'est étrange : il y a quelques mois j'habitais à Lyon et je pensais sérieusement et lucidement à me suicider. Et puis des personnes qui m'aiment sont venues me chercher, elles m'ont tiré à bout de bras de mon goudron, elles m'ont aidé à me libérer les bras, et maintenant j'essaie de faire le reste.
Je ne sais pas si je peux vraiment t'aider mais je dirais que voyager peut être une très bonne idée. Et puis les antidépresseurs aussi -- ces merdes m'ont simplement sauvé la vie. Les oreilles ça fait toujours du bien, donc pense à garder tes amis même si tu n'es pas en état de t'en faire de nouveaux présentement. Mais dans tous les cas, je pense que voyager peut vraiment t'aider : juste lâche tout --et tu te rendras compte que ce n'était pas si important et que si, si, tu as le choix; pars quelque part où tu as envie d'aller mais qui soit dans ton budget; et là-bas tu verras qu'en fait tout est possible. Tout ce qui te disait ici que c'était stupide de vouloir être un artiste et en vivre, te dira là-bas que tu as raison de rêver si tu es fait pour ça et que les rêves existent pour être réalisés.
Je te promets, tout est possible. Ce qu'ils racontent ces sales "adultes" ces sales "grandes personnes" et "hommes importants" c'est que des conneries. C'est parce que eux ont eu peur de tenter le coup alors ils se vengent en disant que c'est impossible ; c'est des mensonges. Essaie.

Et puis aussi enferme toi dans une pièce avec un peu de bouffe et un crayon et beaucoup de papier et écris. Écris tout d'un seul trait sans respirer et puis envoie ça à un éditeur. Et si tu te fais refuser, envoie ça à un autre éditeur. Puis un autre, puis un autre, et encore un autre et tu seras publié.
Je te promets que tout est possible tant qu'on sait le rêver. Il faut avoir le courage de tenter.
Lou42
Lou42

Messages : 21
Date d'inscription : 20/06/2015
Localisation : Europe (most of the time)

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Jeu 25 Juin 2015 - 13:50

Salut merci de ta réponse
Ben j'ai déjà voyagé, et oui c'est un peu moins rigide ailleurs mais bon partout il faut travailler et s'infliger une routine beaucoup trop douloureuse pour que je puisse seulement l'envisager. Les anglosaxons sont toujours motivés pour tout alors oui quand tu écoutes leur discours tout est génial et réalisable, ils ont cependant des vies de merde à peu près similaires à celles des français et les artistes triment et sont déconsidérés comme les autres. De toute manière je suis un artiste sans art alors !

Heu évidemment je ne te dis pas ça pour que tu te suicides, mais t'avais l'air d'avoir besoin de faire le point, de brasser un peu à l'intérieur et de reprendre confiance en toi.
Moi ce n'est pas le cas, de l'espace défriché je m'en suis offert des tonnes, j'ai bien réfléchi et sans fracas je suis foutu puisque je ne suis pas un prince.
Je ne sais même pas dans quelle direction aller, je sais juste que quel que soit le chemin emprunté il finira par m'ennuyer. J'aurais pu vivre vieux si j'étais bien né, si j'avais hérité, gagné au loto, bref si j'avais des tunes parce que le vrai problème il est là.

Alors oui peut-être qu'un matin après une nuit particulièrement productive en hormones, je me réveillerai avec l'envie subite de dévorer le monde, j'attraperai un crayon et j'arriverai à pondre quelque chose de suffisamment crédible pour qu'on me publie. Je toucherai 200 euros, je serai très flatté, puis au bout de quelques mois tout le monde moi compris oubliera cet anecdotique sursaut et je recommencerai à chouiner dans la vase.

Bref je n'ai pas besoin de courage, ni de motivation au final, je sais ce que je veux : ne rien faire parce que je le mérite, donc un miracle. Je souffre le martyr depuis tellement longtemps maintenant, contraint de supporter la comédie des autres, forcé de la jouer avec eux et de me droguer pour rendre la chose tolérable, ça me paraîtrait bien légitime qu'on me foute enfin la paix et qu'on me permette de vivre une vie moins pathétique.

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Jeu 25 Juin 2015 - 14:00

Bon, l'opportunité qui me fait le plus vibrer en ce moment, ce serait de tenter le tout pour le tout : engranger des tonnes de fric de manière illégale, avec un casse intelligent par exemple, et essayer ensuite de m'enfuir. Préparer de quoi me suicider et toujours l'avoir sur moi histoire d'être sûr de pouvoir m'achever si jamais je me fais serrer.
Je suis sûr que certains y ont déjà pensé ici, imaginez à quel point le projet doit être grisant une fois véritablement mis sur pied ?

Je suis de plus en plus persuadé que les zèbres sont faits pour s'épanouir dans l'illégalité, qui demande d'être brillant en permanence et pas pour 2000k/mois ou un diplôme de merde, mais pour pouvoir être libre ! Voilà qui est stimulant et réclame de rester en vie, avec au final tout autant de contraintes sauf que celles ci ne sont plus dictées.

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Lou42 Ven 26 Juin 2015 - 0:59

Mais si tu penses sincèrement que tu pourrais te faire publier et en retirer 200€ et puis que ça te soule, pourquoi pas coucher tes tripes sur le papier et gagner 200€? Et après si en effet ça te soule, tu passes à autre chose! C'est seulement une question de perspective, au final ; tu vois le fait de finir par s'ennuyer de tout comme un découragement à faire quoi que ce soit alors que ça peut justement t'amener à toucher à tout! --Bon, après, il faut l'énergie de le faire, et moi je l'ai obtenue avec les médocs.
Rien ne t'obliges à rouler avec le système; il n'y a que toi qui pourra décider de t'enfermer dans une routine! Tu es libre si tu décides de l'être, point. Ce n'est ni l'illégalité ni l'argent qui te permets d'être libre, il faut seulement être prêt à tout sacrifier pour ta liberté.

Ne t'inquiète pas, si je me suicide, tu n'auras pas à en porter la responsabilité ^^ D'ailleurs moi aussi j'ai toujours de quoi me finir pas loin, même si je ne mène pas une trépidante vie de braqueur de banque... (Et je crois que ta règle ne s'applique pas à moi: je serais incapable de mener une vie sous pression... J'ai du mal à concevoir qu'on puisse s'épanouir dans l'illégalité en règle générale, mais je n'en sais rien.) Mais ceci dit les populations carcérales comptent 20% de zèbres, ce qui est bien supérieur à la population globale.
Bref, je m'éparpille-- je pense qu'obtenir l'énergie suffisante pour entreprendre quelque chose t'es nécessaire (que ce soit un bouquin ou un casse de banque). Après je ne suis pas dans ton esprit non plus, mais tes problèmes existentiels se résolveront d'eux-mêmes avec du temps je pense... On a quand même tendance à s'apaiser beaucoup avec le temps.

You sound like you're looking for recognition in the end, mais pourquoi tu aurais besoin de la reconnaissance de foules que tu méprises? Et puis je pense que la reconnaissance des foules est un leurre. La reconnaissance de tes proches et des gens que tu estimes peut être relieving mais autrement ne gaspille pas ton énergie à chercher ça...

Bon, j'arrête mon blabla, j'espère que ça pourra t'aider à remettre certaines choses en perspective...
Bonne nuit, bon courage pour ton prochain casse de banque Wink
Lou42
Lou42

Messages : 21
Date d'inscription : 20/06/2015
Localisation : Europe (most of the time)

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Strelok Ven 26 Juin 2015 - 8:19

Baptism a écrit:Bonsoir à tous
Je sais pas pourquoi j'écris ici mais j'en ai besoin voilà je me sens vraiment foutu, je fais des études nuuuulles ridicules qui mènent à rien, j'aime rien, j'arrive à rien jamais je me motive pour rien du tout. Y a des trucs que j'aime bien mais dans la balance mon horreur de l'effort l'emporte toujours, donc je fais rien. Je fais ma licence en bossant tout un peu avant et je suis obligé de me droguer et de me faire mal pour calmer toute la fureur que ça génère en moi de me soumettre à apprendre comme un connard, non en fait ce qui m'énerve surtout c'est que je me laisse déborder je suis incapable de tout je suis un cadavre un fantôme j'existe à côté de moi même

C'est pareil pour beaucoup d'entre vous vous le dîtes mais vous avez un travail vous vous levez vous avez tous des activités, moi je préfère me suicider que travailler, avec mon diplome de merde j'aurai jamais rien d'autre qu'un taf minable avec des employés débiles et un boss qui a le quart de mon QI, j'arrive déjà pas à me motiver à faire ce que ''''j'aime'''' alors travailler !!! je préfère sucer et donner mes fesses limite littéralement en vérité quelle horreur en plus je me couche à 5h et je me lève super tard tous les jours je peux rien changer à ça alors si je dois me lever tous les jours et faire un travail horriiiibllleee pour rentrer chez moi et rien faire pffff
Bon bref si je sais pourquoi j'écris vous avez pas une solution miracle j'en ai marre j'ai envie de me débrancher de rien faire vu que je peux pas me motiver (j'ai TOUT essayé) à quoi que ce soit j'aimerais pouvoir passer à un mode contemplatif et avoir la paix mais dans une grosse poignée de mois j'aurai fini mes parents vont arrêter de m'entretenir et je serai au monde comme je me sens au fond, une grosse merde qui flotte comme ça en pleurant en s'énervant en faisant du bruit, mais quelle horreur j'ai tellement envie de crever je sais même pas pourquoi j'écris ici ahahah puis finalement quel égoïsme et quel vacarme pour pas grand chose la vie ne me convient pas et je m'agite comme si le problème venait de l'extérieur looool j'espère que mort on est plus forcé d'être égocentré parce que j'en peux plus
Voilà je suis un diamant brut je le sais j'adore le beau le vrai je les caresse mieux que tellement de personnes j'aimerais être un prince je voudrais ne pas avoir à batailler pour vivre dans un univers qui me correspond parce que me battre je ne sais pas faire je suis bien trop fragile et subtil

Bon bref si jamais un millionnaire passe par ici et a envie de sauver une vie je suis là sinon j'aurai peut être diverti quelqu'un ? Ah c'était acide j'ai l'impression que je viens de vomir


(Si la personne est encore là....)

Nan mais sérieux? Ressaisis toi. Tant que t'es vivant, t'as toujours moyen de faire quelque chose. Ça fait quatre ans que je bosse à un endroit ou la grosse majorité des gens ont un QI à un chiffre! Justement le fait que notre cerveau soit ce qu'il est permet de réfléchir pour leur en mettre plein la mouille (taffement parlant). Au début, pareil pas trop confiance dans mon taf.Puis après j'ai réfléchis à mes atouts. Et ce qu'il y a dans le crâne est ce que j'ai de plus efficace. Donc je m'en suis servi, et là je suis pas trop mal. Ça pourrait être mieux, mais je le construit petit à petit.
(Je vais peut être en faire rager plus d'un mais, allez..), la solution du suicide, c'est de la lâcheté. C'est genre : je ragequit la vie parce que prendre un flingue et se mettre un pruneau c'est moins dur de se dire "bon, je met mon cerveau en mode 200% et je me fais une p'tite introspection pour savoir ce qui va ou pas, et ce que je pourrais faire".

TU veux pas te foutre en l'air. Si t'en aurais vraiment eu envie, tu l'aurais fait sans créer un topic sur un forum. Là je vois ça plus comme un appel à l'aide. En revanche, je pense qu'un suivi peut être nécéssaire.
DONC : Pose moi ce couteau et cherche un psy. Avec lui, tu pourras décider de ce que tu pourras faire ou pas. Genre comment niquer (taffement parlant encore hein) ton boss et t'épanouir dans la vie. Parce que bon, si tu continues à te renfermer et pleurer sur ton propre sort, tu vas pas t'en sortir.

Strelok

Messages : 15
Date d'inscription : 08/04/2015
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Dim 28 Juin 2015 - 3:47

Lou42 a écrit:Mais si tu penses sincèrement que tu pourrais te faire publier et en retirer 200€ et puis que ça te soule, pourquoi pas coucher tes tripes sur le papier et gagner 200€? Et après si en effet ça te soule, tu passes à autre chose! C'est seulement une question de perspective, au final ; tu vois le fait de finir par s'ennuyer de tout comme un découragement à faire quoi que ce soit alors que ça peut justement t'amener à toucher à tout! --Bon, après, il faut l'énergie de le faire, et moi je l'ai obtenue avec les médocs.
Rien ne t'obliges à rouler avec le système; il n'y a que toi qui pourra décider de t'enfermer dans une routine! Tu es libre si tu décides de l'être, point. Ce n'est ni l'illégalité ni l'argent qui te permets d'être libre, il faut seulement être prêt à tout sacrifier pour ta liberté.

Ne t'inquiète pas, si je me suicide, tu n'auras pas à en porter la responsabilité ^^ D'ailleurs moi aussi j'ai toujours de quoi me finir pas loin, même si je ne mène pas une trépidante vie de braqueur de banque... (Et je crois que ta règle ne s'applique pas à moi: je serais incapable de mener une vie sous pression... J'ai du mal à concevoir qu'on puisse s'épanouir dans l'illégalité en règle générale, mais je n'en sais rien.) Mais ceci dit les populations carcérales comptent 20% de zèbres, ce qui est bien supérieur à la population globale.
Bref, je m'éparpille-- je pense qu'obtenir l'énergie suffisante pour entreprendre quelque chose t'es nécessaire (que ce soit un bouquin ou un casse de banque). Après je ne suis pas dans ton esprit non plus, mais tes problèmes existentiels se résolveront d'eux-mêmes avec du temps je pense... On a quand même tendance à s'apaiser beaucoup avec le temps.

You sound like you're looking for recognition in the end, mais pourquoi tu aurais besoin de la reconnaissance de foules que tu méprises? Et puis je pense que la reconnaissance des foules est un leurre. La reconnaissance de tes proches et des gens que tu estimes peut être relieving mais autrement ne gaspille pas ton énergie à chercher ça...

Bon, j'arrête mon blabla, j'espère que ça pourra t'aider à remettre certaines choses en perspective...
Bonne nuit, bon courage pour ton prochain casse de banque Wink

Salut
He ben en fait je suis assez d'accord avec toi, y a sûrement des domaines qui pourraient m'accrocher au moins un moment j'en ai quelques uns en tête et j'aurais juste à m'y mettre mais j'ai pas l'énergie (ou la motivation) de commencer, parce que je sais qu'il faut commencer par ne rien comprendre et que ce qui est stimulant requière beaucoup d'entraînement et j'ai la flemme.
Bon alors faudrait que je prenne des médocs super déjà que je trouve que ma vie n'a aucun sens alors si je la vis avec un filtre !! Je vais être accro je vais en bouffer des tonnes si ça marche vraiment je me connais j'ai vraiment pas envie de retomber dans un vice aussi violent

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Dim 28 Juin 2015 - 3:54

Strelok a écrit:
Baptism a écrit:Bonsoir à tous
Je sais pas pourquoi j'écris ici mais j'en ai besoin voilà je me sens vraiment foutu, je fais des études nuuuulles ridicules qui mènent à rien, j'aime rien, j'arrive à rien jamais je me motive pour rien du tout. Y a des trucs que j'aime bien mais dans la balance mon horreur de l'effort l'emporte toujours, donc je fais rien. Je fais ma licence en bossant tout un peu avant et je suis obligé de me droguer et de me faire mal pour calmer toute la fureur que ça génère en moi de me soumettre à apprendre comme un connard, non en fait ce qui m'énerve surtout c'est que je me laisse déborder je suis incapable de tout je suis un cadavre un fantôme j'existe à côté de moi même

C'est pareil pour beaucoup d'entre vous vous le dîtes mais vous avez un travail vous vous levez vous avez tous des activités, moi je préfère me suicider que travailler, avec mon diplome de merde j'aurai jamais rien d'autre qu'un taf minable avec des employés débiles et un boss qui a le quart de mon QI, j'arrive déjà pas à me motiver à faire ce que ''''j'aime'''' alors travailler !!! je préfère sucer et donner mes fesses limite littéralement en vérité quelle horreur en plus je me couche à 5h et je me lève super tard tous les jours je peux rien changer à ça alors si je dois me lever tous les jours et faire un travail horriiiibllleee pour rentrer chez moi et rien faire pffff
Bon bref si je sais pourquoi j'écris vous avez pas une solution miracle j'en ai marre j'ai envie de me débrancher de rien faire vu que je peux pas me motiver (j'ai TOUT essayé) à quoi que ce soit j'aimerais pouvoir passer à un mode contemplatif et avoir la paix mais dans une grosse poignée de mois j'aurai fini mes parents vont arrêter de m'entretenir et je serai au monde comme je me sens au fond, une grosse merde qui flotte comme ça en pleurant en s'énervant en faisant du bruit, mais quelle horreur j'ai tellement envie de crever je sais même pas pourquoi j'écris ici ahahah puis finalement quel égoïsme et quel vacarme pour pas grand chose la vie ne me convient pas et je m'agite comme si le problème venait de l'extérieur looool j'espère que mort on est plus forcé d'être égocentré parce que j'en peux plus
Voilà je suis un diamant brut je le sais j'adore le beau le vrai je les caresse mieux que tellement de personnes j'aimerais être un prince je voudrais ne pas avoir à batailler pour vivre dans un univers qui me correspond parce que me battre je ne sais pas faire je suis bien trop fragile et subtil

Bon bref si jamais un millionnaire passe par ici et a envie de sauver une vie je suis là sinon j'aurai peut être diverti quelqu'un ? Ah c'était acide j'ai l'impression que je viens de vomir


(Si la personne est encore là....)

Nan mais sérieux? Ressaisis toi. Tant que t'es vivant, t'as toujours moyen de faire quelque chose. Ça fait quatre ans que je bosse à un endroit ou la grosse majorité des gens ont un QI à un chiffre! Justement le fait que notre cerveau soit ce qu'il est permet de réfléchir pour leur en mettre plein la mouille (taffement parlant). Au début, pareil pas trop confiance dans mon taf.Puis après j'ai réfléchis à mes atouts. Et ce qu'il y a dans le crâne est ce que j'ai de plus efficace. Donc je m'en suis servi, et là je suis pas trop mal. Ça pourrait être mieux, mais je le construit petit à petit.
(Je vais peut être en faire rager plus d'un mais, allez..), la solution du suicide, c'est de la lâcheté. C'est genre : je ragequit la vie parce que prendre un flingue et se mettre un pruneau c'est moins dur de se dire "bon, je met mon cerveau en mode 200% et je me fais une p'tite introspection pour savoir ce qui va ou pas, et ce que je pourrais faire".

TU veux pas te foutre en l'air. Si t'en aurais vraiment eu envie, tu l'aurais fait sans créer un topic sur un forum. Là je vois ça plus comme un appel à l'aide. En revanche, je pense qu'un suivi peut être nécéssaire.
DONC : Pose moi ce couteau et cherche un psy. Avec lui, tu pourras décider de ce que tu pourras faire ou pas. Genre comment niquer (taffement parlant encore hein) ton boss et t'épanouir dans la vie. Parce que bon, si tu continues à te renfermer et pleurer sur ton propre sort, tu vas pas t'en sortir.

Salut
Heu ben oui je ragequit la vie mais en même temps désolé pour ma franchise mais ta vie me fait pas rêver du tout, me dire que ma vie est ''pas trop mal'' parce que j'ai réussi à gravir les échelons en faisant bien mon petit travail, mieux que les autres, que je gagne de quoi m'acheter une mégane d'occasion et m'enorgueillir qu'on me complimente sur mon taf pendant l'after-work...
C'est toujours la même chose ''allez faut se remuer regarde moi je pensais que j'étais foutu et maintenant je suis secrétaire dans un cabinet dentaire, j'ai un peu envie de pleurer avant de me lever mais une fois que j'ai bu mon café j'ai presque l'impression d'être en vie'' mais ben je ragequit c'est clair oui je jette le jeu même et je vais en acheter un qui me divertira pour de vrai

Donc oui, ''tu continues à te renfermer et pleurer sur ton propre sort'' parce que ce dont vous avez réussi à vous satisfaire me donnera envie de mourir j'en suis sûr ! On y revient, je suis foutu Smile
C'est pas un drame en soi je suis qu'un seul individu parmi des tonnes

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Lou42 Dim 28 Juin 2015 - 16:20

Je ne soutiens pas le "sors-toi les doigts du cul" de Strelok... Je pense pas que ce soit la chose la plus constructive à dire à quelqu'un de déprimé...
Mais je pense que c'est important que tu trouves une solution. Parce qu'il y en a forcément une! Il existe tellement de gens différents sur Terre et tellement de choses à faire! Ne gâche pas ta vie à être malheureux... Il y a forcément une façon pour toi de t'épanouir! Et je pense qu'en effet aller voir un psy est la première étape pour trouver une solution. La dépression est une vraie maladie, qui a des causes et conséquences physiologiques et un des symptômes est de ne pas voir l'intérêt de se soigner tout en n'en ayant pas l'énergie. Je te dis pas de forcément prendre des médocs, je te dis juste que moi ça a changé ma vie, j'ai l'impression d'être redevenue moi-même, et à présent je vois le bout du tunnel. Perso ça ne me donne pas du tout l'impression de la vivre avec un filtre : au contraire, je pense que ça a levé le filtre de la dépression, et maintenant je peux raisonner lucidement sans voir seulement le 1/8 le plus noir.
Demande éventuellement à tes proches s'ils connaissent des psychiatres bien (parce qu'il faut un peu être préparé à tout avec ces oiseaux-là... -_-"); dans tous les cas c'est important que tu essaies, parce que ça vaut le coup. Et parler avec un psychiatre du fait que justement tu as tendance à plonger violemment dans les addictions pourrait mener à une solution qui te conviendrait.
Personne d'autre que toi ne peut décider de la vie que tu mèneras. Tu n'es en aucun cas obligé d'avoir une vie naze ou qui ne te satisfait pas. Il y a tellement de choses possibles... à partir du moment où on en a l'énergie.

Et si, c'est un drame en soi parce que c'est ta vie. Une vie gâchée est un drame en soi. La souffrance et le malheur d'un individu sont un drame en soi.
Lou42
Lou42

Messages : 21
Date d'inscription : 20/06/2015
Localisation : Europe (most of the time)

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Yack Dim 28 Juin 2015 - 17:15

Yack
Yack

Messages : 720
Date d'inscription : 14/04/2011
Age : 37
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Blossac Dim 28 Juin 2015 - 17:53

Etre le Prince de la loose, c'est déjà avoir une attitude royale!
Blossac
Blossac

Messages : 826
Date d'inscription : 09/11/2014
Age : 44
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Dim 28 Juin 2015 - 18:25

Lou42 a écrit:Je ne soutiens pas le "sors-toi les doigts du cul" de Strelok... Je pense pas que ce soit la chose la plus constructive à dire à quelqu'un de déprimé...
Mais je pense que c'est important que tu trouves une solution. Parce qu'il y en a forcément une! Il existe tellement de gens différents sur Terre et tellement de choses à faire! Ne gâche pas ta vie à être malheureux... Il y a forcément une façon pour toi de t'épanouir! Et je pense qu'en effet aller voir un psy est la première étape pour trouver une solution. La dépression est une vraie maladie, qui a des causes et conséquences physiologiques et un des symptômes est de ne pas voir l'intérêt de se soigner tout en n'en ayant pas l'énergie. Je te dis pas de forcément prendre des médocs, je te dis juste que moi ça a changé ma vie, j'ai l'impression d'être redevenue moi-même, et à présent je vois le bout du tunnel. Perso ça ne me donne pas du tout l'impression de la vivre avec un filtre : au contraire, je pense que ça a levé le filtre de la dépression, et maintenant je peux raisonner lucidement sans voir seulement le 1/8 le plus noir.
Demande éventuellement à tes proches s'ils connaissent des psychiatres bien (parce qu'il faut un peu être préparé à tout avec ces oiseaux-là... -_-"); dans tous les cas c'est important que tu essaies, parce que ça vaut le coup. Et parler avec un psychiatre du fait que justement tu as tendance à plonger violemment dans les addictions pourrait mener à une solution qui te conviendrait.
Personne d'autre que toi ne peut décider de la vie que tu mèneras. Tu n'es en aucun cas obligé d'avoir une vie naze ou qui ne te satisfait pas. Il y a tellement de choses possibles... à partir du moment où on en a l'énergie.

Et si, c'est un drame en soi parce que c'est ta vie. Une vie gâchée est un drame en soi. La souffrance et le malheur d'un individu sont un drame en soi.

Ok, je veux bien accepter l'idée ça me dérange pas en soi j'ai pas grand chose à perdre. Mais j'ai pas d'argent, et personne autour de moi ne peut me conseiller, ce ne sont certes pas des barrières insurmontables mais c'est déjà beaucoup trop pour que je puisse en toute bonne foi dire que je le ferai. Il faudrait que ce soit simple, que je pousse une porte et qu'une gentille dame intelligente m'attende pour me remettre à ma place.

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Dim 28 Juin 2015 - 18:28

Blossac a écrit:Etre le Prince de la loose, c'est déjà avoir une attitude royale!

king

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Minuit Dim 28 Juin 2015 - 18:38

J'pense pas qu'il cherche à se moquer de toi, moi elle me remonte le moral cette chanson.

C'est une gueulade d'adolescent mais quand on est révolté contre le monde entier on a effectivement des relents d'adolescence. C'est très sérieux l'adolescence.

Et sinon tu ne serais pas tenté par un gros voyage ? Puisque tu n'as rien à perdre... histoire de te nettoyer un peu les yeux ? La suggestion peut sembler un peu gonflée mais si tu y regardes bien... pourquoi pas ?
Minuit
Minuit

Messages : 182
Date d'inscription : 14/01/2013
Age : 27
Localisation : Paris

http://8-12hz.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Yack Dim 28 Juin 2015 - 18:44

Baptism a écrit:
Heu si c'est pour se moquer de moi t'es vraiment un gros tocard

Non pas du tout. Tu fais un procès d'intention.

J'ai choisi cette chanson car j'ai pensé que cela pouvait te redonner du moral. Au moins j'aurais essayé.
Yack
Yack

Messages : 720
Date d'inscription : 14/04/2011
Age : 37
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Dim 28 Juin 2015 - 19:08

Minuit a écrit:J'pense pas qu'il cherche à se moquer de toi, moi elle me remonte le moral cette chanson.

C'est une gueulade d'adolescent mais quand on est révolté contre le monde entier on a effectivement des relents d'adolescence. C'est très sérieux l'adolescence.

Et sinon tu ne serais pas tenté par un gros voyage ? Puisque tu n'as rien à perdre... histoire de te nettoyer un peu les yeux ? La suggestion peut sembler un peu gonflée mais si tu y regardes bien... pourquoi pas ?

Ben voyager si j'aimerais bien ! Mais j'ai pas d'argent et j'ai essayé un moment de partir en travaillant mais j'ai pas aimé travailler j'étais lent je comprenais rien je me suis fait virer partout puis c'était un soulagement à chaque fois

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Baptism Dim 28 Juin 2015 - 19:09

Evil Yack a écrit:
Baptism a écrit:
Heu si c'est pour se moquer de moi t'es vraiment un gros tocard

Non pas du tout.  Tu fais un procès d'intention.

J'ai choisi cette chanson car j'ai pensé que cela pouvait te redonner du moral. Au moins j'aurais essayé.

Ah ohhhhh désolé !!! Je me sens trop mal du coup je suis trop agressif

Baptism

Messages : 87
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Minuit Dim 28 Juin 2015 - 19:19

Moi au contraire ça m'a motivée, de travailler pour voyager. Pourtant Dieu sait que je suis leeeeente, souvent à côté de la plaque question tâches pratiques, que j'ai le plus grand mal à m'intégrer dans une équipe... mais comme je savais que je bossais pour partir, je tenais et j'y mettais même du coeur.

Et ensuite, bon certes il faut avoir le courage, mais il n'y a pas besoin de beaucoup d'argent en soi pour voyager. J'ai un ami qui en ce moment fait un tour du monde, et ça doit faire... six mois qu'il n'a plus d'argent. Il se débrouille, je sais pas trop comment, mais ça marche apparemment puisqu'il passe toujours de pays en pays.
...:
Voilà la page facebook du voyage, si tu veux y jeter un oeil : https://www.facebook.com/voyagetourdumonde?fref=ts

En plus j'ai l'impression qu'à l'étranger, hors de notre bocal habituel, et un peu dégagé du prisme de notre culture, on s'éprouve différemment, et on se découvre des ressources insoupçonnées.
C'est justement en ça que ça peut faire du bien. C'est pas juste pour "fuir", c'est pour faire l'expérience que, dans d'autres conditions que celles où on est scotché, on peut être "quelqu'un de bien", en fait, et apporter quelque chose là où on passe. Ca reste gravé à vie dans le coeur, par la suite.
Minuit
Minuit

Messages : 182
Date d'inscription : 14/01/2013
Age : 27
Localisation : Paris

http://8-12hz.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Minuit Dim 28 Juin 2015 - 19:25

Tiens d'ailleurs voilà une vidéo que j'ai retrouvée à ce sujet, pour continuer dans la veine "apologie du voyage" pirat :

https://www.dailymotion.com/video/xn2fd3_temoignage-d-une-adolescente-surdouee_lifestyle
Minuit
Minuit

Messages : 182
Date d'inscription : 14/01/2013
Age : 27
Localisation : Paris

http://8-12hz.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par Lou42 Dim 28 Juin 2015 - 22:33

Je plussoie l'apologie du voyage, je suis complètement d'accord avec Minuit!
Et puis en voyageant en car, ça prend longtemps mais ça revient à vraiment pas cher! Et la beauté de l'Europe te permet de ne pas dépenser quoi que ce soit en visas ^-^ En plus tu peux relativement facilement trouver des gens sympas pour t'héberger, te filer des bons plans ect. Ca peut vraiment aider à re-prendre confiance en tes capacités et à gagner quelques points de confiance en l'humanité Smile

Je comprends complètement que ce soit difficile, il m'a fallu aussi beaucoup d'énergie pour aller pousser la porte d'un psy... Surtout que je déteste téléphoner, et re-raconter toute mon histoire ect. Tu peux éventuellement regarder si ta fac ou ton Crous mets pas à disposition un-e psy gratuit, ou tu as accès à une médecine préventive, il y a la plupart du temps au moins 1 psychologue et c'est gratuit.

Pour voyager, si tu as un minimum de trucs planifiés, c'est possible que ta fac/école puisse te passer des sorte de bourses ou des aides. Par ta municipalité il peut y avoir des aides aussi. Une amie a rencontré un jour une femme qui vivait uniquement d'aides de sa municipalité et de trucs comme ça depuis 10 ans Laughing On peut être étonné de tout ce qui est disponible quand on sait où s'adresser.

La vie est cool les gens sont sympas! Yay! Yahoo !
Lou42
Lou42

Messages : 21
Date d'inscription : 20/06/2015
Localisation : Europe (most of the time)

Revenir en haut Aller en bas

je suis foutu (modération forte) Empty Re: je suis foutu (modération forte)

Message par d_cli Mer 1 Juil 2015 - 13:58

Bonjour,
Ne faites pas le deuil de votre ve de rêve mais faites soigner votre santé mentale pour retrouver l'énergie de vous battre.

d_cli

Messages : 19
Date d'inscription : 30/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum