F.O.G. : Fear, Obligation, Guilt . Communication indexée

Aller en bas

F.O.G. : Fear, Obligation, Guilt . Communication indexée Empty F.O.G. : Fear, Obligation, Guilt . Communication indexée

Message par Invité Jeu 28 Mai 2015 - 13:23

Bonjour Smile

Traduction rapide et au plus près de ce lien en Anglais : FOG

A rapprocher :
- pour la causalité à la communication paradoxale, autrement appelée double contrainte : lien
- pour les conséquences à la communication non violente, entre autres : lien

La traduction du mot FOG en Français est brouillard.

________________________________________________________________________________________________________

L'acronyme FOG, signifiant Fear (peur), Obligation, et Guilt (culpabilité) fut inventé par Susan Forward et Donna Frazier dans le livre "Emotional Blackmail" (Chantage émotionnel). Il décrit les émotions qu'une personne ressent souvent lorsqu'elle est en relation avec une autre souffrant d'un trouble de la personnalité.

Description:

La peur est un processus émotionnel qui déclenche une réponse physique quand une personne est confronté à une menace. La peur produit dans le corps de l'adrénaline afin de permettre la réponse "combattre ou fuir" dans des situations dangereuses. Lorsque nous avons peur, nous anticipons la possibilité qu'il arrive rapidement un évènement mauvais pour soi. Nos corps désactivent les fonctions de projection ou celles non critiques alors que nous nous préparons pour une action physique et immédiate. Nos systèmes digestifs s'arrêtent et expulsent les déchets. Nos systèmes immunitaire et de croissance sont mis en pause alors que nous nous préparons à négocier une menace soudaine et immédiate. Nos cœurs battent plus vite, notre respiration s'accélère afin de pourvoir plus d'oxygène à nos muscles. Nos sens s'aiguisent et nos pensées périphériques à long terme sont occultées. La peur est un instinct de survie qui préservait nos ancêtres dans des moments de danger extrême. Elle peut donc être utile. Cependant, une peur prolongée - le stress ou l'anxiété-, n'est pas si bonne pour nous et peut à long terme augmenter le risque de problèmes de santé.

Se sentir obligé provient d'un sentiment inné de responsabilité communautaire. Nous naissons avec ce sentiment instinctif d'être obligé envers ceux autour de nous. Dans l'histoire, les humains qui se sont isolés des communautés avaient plus de risques de périr. Seuls ceux qui participaient à la communauté étaient acceptés par elle. En résultat, nos communautés ont évolué de manière à ce que ceux ayant ce sentiment de responsabilité communautaire seront plus facilement acceptés par les autres et pourront plus facilement procréer. Cependant, lorsqu'une personne cruelle tire avantage de ce sentiment, elle peut manipuler nos réactions instinctives afin de nous faire faire des choses qui ne nous seront pas forcément bénéfiques.

La culpabilité à la même racine que l'obligation. La plupart d'entre nous se sentent coupables lorsque nous faisons quelque chose qui blesse ou déçoit autrui. Nos sociétés ont évolué d'une manière qui rend socialement inacceptable le fait de volontairement blesser autrui. Certains sont souvent alors incarcérés, ostracisés et condamnés par les autres. Ainsi, notre réaction de culpabilité peut être activée lorsque nous aidons de refuser autrui. Les personnes sans trouble de personnalité ressentiront souvent de la culpabilité lorsqu'elles seront amenées à poser des limites à l'autre. Elles auront à faire un choix, ou non, quant à répondre favorablement à la demande d'une personne qui souffre d'un trouble de personnalité. C'est lié au coût émotionnel quant à dire "non".

Exemple de "brouillard" :
- Un homme dit à sa femme : "je me tuerai si jamais tu me quittes"
- Une mère dit à son enfant, adulte : "Tu n'en as rien à faire de moi puisque tu ne viendras pas diner à Noël"
- Un adolescent dit à ses parents : "Je vous hais, vous avez ruiné ma vie", lorsque ceux-ci refusent de répondre favorablement à une de ses demandes.
- Une jeune fille fait une overdose d'anxiolytiques après que son petit ami l'ait plaqué,
- Un collègue affirme à tort "tout le monde est d'accord avec moi" lors d'un désaccord avec un autre collègue.

A quoi cela ressemble-t-il ?

Le "brouillard" peut générer un sentiment d'effroi et de désespoir. Il peut vous faire faire ou dire des choses qui vous déplaisent. A cause du "brouillard", certains sont restés dans des situations abusives, ont vécu dans des conditions sordides, ont souffert de problèmes physiques et ont sacrifiés beaucoup.

Si vous vivez depuis longtemps avec une personne souffrant d'un trouble de la personnalité, il y a des chances que vous soyez dans le "brouillard". Vous ressentez sans doute ses trois composantes mortifères : désespoir, inadéquation et impuissance. A force, la réaction la plus commune est de prendre sur soi et subir. Cela peut mener à une forme d' "inaction apprise".

Ce qu'il ne faut pas faire :

Si vous êtes dans le "brouillard" :
- N'oubliez pas qu'il est plus difficile de bien cerner les choses dans le brouillard. Ce que vous croyez voir n'est pas forcément ce qui est visible.
- Ne vous basez pas uniquement sur vos ressentis primaires pour vous orienter, car vos émotions peuvent être en grande partie négatives.
- Ne restez pas isolé.
- Faites ce que vous ressentez bon pour vous. Sortez, amusez-vous ...
- Ne maintenez pas une situation ou une relation lorsque vous n'avez pas l'opportunité de dire "non", alors que la situation s'y prête raisonnablement. Personne ne devrait vous demander de dire "oui" à chaque fois. Les relations satisfaisantes sont idéalement un échange, dans les deux sens. Personne ne devrait "recevoir" plus que ce qu'elle vous "donne", dans la majorité des cas.
- Ne vous sacrifiez pas pour quelqu'un d'autre. Cela affaiblit les deux autrement.

Ce qu'il faut faire :
- Apprenez ce que vous pouvez quant aux troubles de personnalité.
- Faites vous un réseau où vous pouvez parler des choses qui vous tiennent à cœur sans avoir le sentiment d'être jugé.
- Travaillez à poser des limites qui vous permettront de ne plus ressentir les émotions de désespoir, d'inadéquation et d'impuissance.
- Essayez de rationaliser chaque émotion de peur, de se sentir obligé, et de culpabilité.
- Essayez d'appréhender "ce qui fonctionne vraiment" au lieu de "ce qui a l'air bien" quand vous prenez des décisions.
- Retirez-vous ainsi que les enfants innocents des situations abusives émotionnellement parlant.

________________________________________________________________________________________________________

Voila. Ca vaut ce que ça vaut. Il y a du bon et du moins bon. A chacun d'y prendre ce qu'il veut et/ou a besoin. J'espère que ce sera utile.

N'hésitez pas à commenter ce que cela vous inspire comme règles d'hygiène relationnelle Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

F.O.G. : Fear, Obligation, Guilt . Communication indexée Empty Re: F.O.G. : Fear, Obligation, Guilt . Communication indexée

Message par Paradoxe Jeu 28 Mai 2015 - 20:49

Aimant a écrit:Désespoir, inadéquation et impuissance.

J'ai longtemps ressenti cela et vécu avec les conséquences qui en découle (dépression, pulsions suicidaire, etc.), pourtant c'est moi qui suis sensé être atteint d'un trouble de la personnalité, pas les autres.

Ou alors depuis le début j'avais raison, moi je vais bien, ce sont tout les autres qui sont fous ^_^
Paradoxe
Paradoxe

Messages : 372
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 36
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

F.O.G. : Fear, Obligation, Guilt . Communication indexée Empty Re: F.O.G. : Fear, Obligation, Guilt . Communication indexée

Message par Invité Jeu 28 Mai 2015 - 21:16

Je ne suis pas l'auteur du texte, je n'ai fait que le traduire Razz Wink . Je ne suis pas forcément d'accord avec tout. Je ne crois pas en l'existence de troubles, mais en l'utilisation inconsciente de mécanismes de défenses plus ou moins dans les extrêmes. Ou pas.

Paradoxe a écrit:
Aimant a écrit:Désespoir, inadéquation et impuissance.
J'ai longtemps ressenti cela et vécu avec les conséquences qui en découle (dépression, pulsions suicidaire, etc.), pourtant c'est moi qui suis sensé être atteint d'un trouble de la personnalité, pas les autres.
J'imagine bien ...

Tu soulèves la question de la "contamination". En l'occurrence la tienne par quelqu'un d'autre.

Qui a dit que cela ne pouvait pas s'appliquer à toi ? Avec toi comme non troublé Smile

Paradoxe a écrit:Ou alors depuis le début j'avais raison, moi je vais bien, ce sont tout les autres qui sont fous ^_^
A titre personnel, je dirai qu'il y a du vrai dans tes mots Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum