[LIVRE] Le Singe En Nous - Frans de Waal

2 participants

Aller en bas

[LIVRE] Le Singe En Nous - Frans de Waal Empty [LIVRE] Le Singe En Nous - Frans de Waal

Message par stv82 Lun 16 Mar 2015 - 21:05

Salut à tous,

Si vous aimez bien lire des trucs en rapport avec la psychologie/primatologie etc., vous pouvez essayer le livre Le Singe En Nous de Frans de Waal.
L'auteur est primatologue et étudie en particulier les chimpanzés et les bonobos, et tente dans ce livre de rapprocher les comportements des singes et des hommes ("positifs" et "négatifs"). C'est un regard assez franc sur tout ce qui a attrait au pouvoir, lutte diverses et variées pour tout et n'importe (bref tout ce qui ne me cause pas et que je ne comprends pas chez la masse).
Je vous dirai bien de vous protégez de cette lecture si vous avez une propension à déjà voir partout le pendant dans notre espèce (mâles alpha etc.) ou si vous savez qu'inéluctablement vous vous projetterez dans un singe vivant l'expérience de perdre ses testicules (ouch ça fait encore mal rien que d'y penser) mais vous comme moi savons que cela ne servira probablement à rien...

Donc voici quelques passages :

Si les gens s’esclaffent devant les primates au zoo, je les soupçonne de le faire précisément parce que le miroir qui leur est tendu les dérangent. Sinon, pourquoi des animaux aussi bizarres que les girafes et les kangourous ne déclenchent ils pas la même hilarité ? Les primates éveillent en nous une certaine nervosité parce qu’ils nous renvoient une images cruelles et sans fard de nous même, nous rappelant, pour reprendre la formule si pertinente de Desmond Morris, que nous sommes simplement des singes nus. C’est cet éclairage franc que nous recherchons, ou devrions rechercher, et à présent que nous en savons + sur les bonobos, nous avons la possibilité fabuleuse de voir notre reflet dans 2 miroirs complémentaires.

Pourquoi ne pas admettre que nous sommes l’un et l’autre ? Ces 2 traits de notre espèce correspondent à ceux de nos plus proches parents actuellement vivants.
Le chimpanzé exprime si bien la part violente de notre nature que les scientifiques qui publient la moindre étude sur l’autre composante ce compte sur les doigts de la main. Ne sommes nous pas aussi des créatures intensément sociales qui s’appuient les unes sur les autres et ont un réel besoin de relation entres elles pour mener une vie seine et heureuse ? L’isolement forcé représente pour nous la pire des condamnations juste après la mort. Nos corps et nos esprits ne sont pas fait pour une vie solitaire. Nous sombrons dans la dépression la plus totale en l’absence de compagnie humaine et notre santé s’altère. Une étude médicale récente à montré que des volontaires en bonne santé exposés au virus du rhume et de la grippe tombés plus facilement malade s’ils avaient peu d’amis ou de famille dans leur entourage.

Et c’est ainsi que nos chimpanzés avaient mis en évidence les mécanismes de la politiques des 2 contre un, depuis la nécessité de l’union jusqu’au sort d’un dirigeant devenu trop arrogant. Chez le chimpanzé mâle, le pouvoir est le moteur par excellence : une obsession constante, source d’immense avantage pour qui l’acquiert, et d’intense amertume pour qui le perd.

Lorsqu’on regarde les canines surdimensionnées d’un babouin mâle ou la masse et les muscles d’un gorille mâle, on voit des machines de combat qui se sont développées au fil de l’évolution pour vaincre des rivaux en quête de la seule monnaie reconnue par la sélection naturelle : la production des petits. Pour les mâles, c’est le jeu du tout ou rien. Le rang détermine qui disséminera sa semence et qui ne sèmera rien du tout. C’est pourquoi les mâles sont battis pour se battre, avec une propension à chercher les faiblesses du concurrent et une certaine cécité face au danger. Prendre des risques est un trait caractéristique du mâle, tout autant que dissimuler ses points faibles. Dans le monde du primate mâle, il est hors de question de paraitre amoindri. On ne s’étonnera donc pas que, dans la société moderne les hommes consultent moins le médecin que les femmes et ont du mal à révéler leur émotion, même quand tout un groupe de soutient les y invite. La sagesse populaire veut que les hommes aient appris dès leur plus jeune age à cacher leur état affectif, mais ces attitudes découlent plus vraisemblablement du fait d’être entourés de congénères près à sauter sur la moindre occasion de vous envoyer au tapis. Nos ancêtres remarquaient surement le moindre relâchement ou la moindre perte de tonus chez les autres. Un mâle de haut rang avait tout intérêt à camoufler ses insuffisances, une tendance qui sera devenu innée. Il n’est pas rare, chez les chimpanzés, qu’un chef blessé charge avec 2 fois plus d’énergie, créant ainsi l’illusion d’être en grande forme.

Attention, risque de maux au bas-ventre:

Fier et pas spécialement affectueux envers les humains en temps normal, Luit avait maintenant besoin d'une main amie. [...] J'en suis venu à voir dans cet instant où Luit avait cherché auprès de moi du réconfort une allégorie de l'humanité moderne : à l'instar des singes brutaux, couverts de notre propre sang, nous brûlons d'être rassurés. Malgré notre tendance à estropier et à tuer, nous voulons nous entendre dire que tout ira bien. Mais à ce moment-là je n'avais qu'une idée en tête : sauver Luit. Dès que le vétérinaire arriva, nous l’anesthésiâmes avant de l'emmener en salle d'opération, où il fallut des centaines de points de suture pour le recoudre. Pendant cette intervention de la dernière chance, nous nous aperçûmes que Luit n'avait plus de testicules. Ils avaient disparu du scrotum, même si les trous de la peau semblaient plus petits que les testicules proprement dits, que les gardiens avaient trouvés sur la paille de la cage.
- Éjectés par compression, conclut le vétérinaire, pas autrement ému

Steve
stv82
stv82

Messages : 499
Date d'inscription : 28/01/2015
Age : 39
Localisation : Au calme, en Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

[LIVRE] Le Singe En Nous - Frans de Waal Empty Re: [LIVRE] Le Singe En Nous - Frans de Waal

Message par pseudoacacia Sam 27 Juin 2015 - 12:50

AH merci !
Je connais un primate qui est obsédé par les singes et ne comprend pas toujours les humains..

...même si je me méfie énormément des propos évolutionnistes - ils ont bon dos! -, là où je vois plutôt des facteurs culturels un peu trop persistants!! (qui eux devraient évoluer Wink)

ça fera un bon cadeau !
Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven
pseudoacacia
pseudoacacia

Messages : 86
Date d'inscription : 21/06/2015
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum