L'agressivité en question

+4
Sograd
r'Eve
Lucy
fleurblanche
8 participants

Aller en bas

L'agressivité en question Empty L'agressivité en question

Message par fleurblanche Sam 25 Oct 2014 - 23:06

L’agressivité est une tendance à attaquer l’intégrité physique ou psychique de l’autre. Mais elle est aussi une composante du dynamisme général de la personnalité et des comportements adaptatifs d’un individu.

Cette double définition met en évidence l’ambiguïté majeure de ce concept. La traduction anglaise utilise deux mots différents qui permettent de sortir de cette difficulté. « Agressivity » traduit l’agressivité dans son sens négatif commun alors que « Agressiveness » fait référence à une agressivité positive et serait synonyme de combativité.

« Agressivity » et « Agressiveness » sont de même nature. L’éducation, dans ce domaine, consiste à ne pas tuer l’agressivité combative en voulant apprendre le contrôle de l’agressivité négative.

http://www.irenees.net/bdf_fiche-analyse-125_fr.html


Dans ce topic, je voudrais parler de l'agressivité négative. J’ouvre ce sujet parce que je trouve que l’agressivité négative est quelque chose qui mine les relations entre les gens, et qui peut faire beaucoup de dégâts dans la vie des gens.

Je voudrais explorer les types d’agressivité, les manières différentes dont elle s’exprime, etc. Si vous avez des contributions à faire ou des avis à donner sur la question, n'hésitez pas !    Smile


1 - Les types d'agressivité

L'agressivité physique
La plupart des enfants commencent à employer l’agressivité physique entre l’âge d’un et deux ans en réponse à la frustration ou comme moyen d’atteindre un but. Les premiers gestes agressifs commis envers les pairs consistent souvent à arracher le jouet, puis à frapper un autre enfant.

La fréquence de l’agressivité physique tend à s’accroître jusqu’à l’âge de 30 à 42 mois puis décline lorsque les enfants apprennent à réguler leur attention et leurs émotions, contrôler leurs impulsions et utiliser la communication verbale pour résoudre les conflits et exprimer leurs besoins.

Le déclin de l’agressivité physique s’accompagne d’une augmentation de l’agressivité verbale directe. Celle-ci est suivie par l’agressivité sociale et relationnelle à l’âge d’environ 4 ou 5 ans.


L'agressivité verbale
L’agressivité verbale inclut les menaces qui accompagnent l’agression physique, les disputes et le dénigrement verbal, qui vise à rabaisser le statut social de l’autre.


L'agressivité relationnelle
L’agressivité relationnelle consiste en un ensemble de stratégies indirectes qui impliquent les pairs comme outils pour saboter les relations sociales et l’estime de soi de la victime.
Répandre des rumeurs diffamatoires ou lier une amitié avec une autre personne pour se venger sont des exemples de telles stratégies.

La nature indirecte de l’acte agressif permet souvent à l’agresseur de rester anonyme et d’éviter une riposte de la victime et la désapprobation des autres pairs ou des adultes. L’agressivité sociale et l’agressivité relationnelle englobent aussi le rejet ouvertement exprimé d’une victime et les comportements non-verbaux comme les expressions faciales de mépris.

Alors que l’agressivité relationnelle n’entraîne pas toujours de conséquences négatives pour l’agresseur, elle présente clairement un risque sérieux pour la santé physique et mentale de ses victimes.

Plusieurs films considérés non-violents présentent une grande quantité d’agressions relationnelles; on peut déjà le constater dans les films d’animation populaires auprès des enfants d’âge préscolaire.

http://www.enfant-encyclopedie.com/pages/PDF/BrendgenFRxp1.pdf


L'agressivité active et l'agressivité passive

L’agressivité active a lieu au moyen d’une conduite violente et directe

l’agressivité passive, en revanche, est celle qui s’exerce par le biais du sabotage.

http://lesdefinitions.fr/agressivite#ixzz3HBN2mzZS


L'agressivité hostile et l'agressivité instrumentale
L'agressivité hostile blesse volontairement l'autre.

L'agressivité instrumentale vise à se procurer des satisfactions individuelles, sans désir de nuire à autrui.

http://psychiatriinfirmiere.free.fr/infirmiere/formation/psychologie/psychologie/agressivite.htm


2 - L’agressivité en fonction du sexe

Des différences entre les sexes en ce qui à trait à la fréquence et au niveau d’agressivité physique ont été rapportées de façon cohérente dans diverses études. Les scientifiques ont proposé des explications à la fois sociales et biologiques pour élucider ces différences.

Des niveaux plus élevés d’agressivité physique chez les garçons ont été rapportés par les mères dès l’âge de 17 mois. Les différences sexuelles en matière d’agressivité apparaissent donc avant que ce comportement puisse être largement affecté par la socialisation. Bien que la fréquence de l’agressivité physique diminue chez la plupart des enfants lorsqu’ils vieillissent, la réduction de l’agressivité tend à se produire plus tôt chez les filles et les différences sexuelles tendent à rester stables tout au long de l’enfance et de l’adolescence.

Il existe des formes d’agressivité verbale spécifiques à chaque sexe et elles correspondent aux différences entre les groupes sociaux masculins et féminins, notamment sur le plan de ce qui y est considéré important. Par exemple, l’agression verbale « face à face » tend à être plus commune chez les garçons que chez les filles, dès la petite enfance et jusqu’à l’âge adulte.

L’agressivité verbale indirecte est plus commune chez les filles que chez les garçons. Elle implique que l’agresseur cherche à nuire à la réputation ou au statut social de la victime et peut inclure l’ostracisme social. Des études finlandaises basées sur des rapports de pairs ont montré que l’agressivité indirecte atteint un sommet entre 11 et 17 ans, et que la différence entre le niveau d’agressivité indirecte des garçons et des filles s’accroît entre le milieu de l’enfance et l’âge de 17 ans (les filles ayant une tendance croissante à recourir à cette forme d’agressivité, qu’elles employaient déjà plus que les garçons pendant l’enfance).

Quelques garçons particulièrement agressifs contribuent de façon disproportionnelle aux problèmes de comportement en milieu scolaire, alors que, dans ce même milieu, le niveau plus élevé d’agressivité indirecte chez les filles a un impact négatif sur la vie sociale.

http://www.enfant-encyclopedie.com/pages/PDF/ArcherFRxp1.pdf
fleurblanche
fleurblanche

Messages : 4481
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 53
Localisation : Hémisphère sud

Revenir en haut Aller en bas

L'agressivité en question Empty Re: L'agressivité en question

Message par Lucy Ven 31 Oct 2014 - 17:40

L'agressivité est à mon sens une réaction de violence face à l'autre.
Violence qui peut être physique (coups, immobilisations "de force"...), verbale (insultes, dénigrement...), ou non-verbale, par des statures ou une intonation de mépris, de dénigrement, de domination (regards menaçants, position physique plus élevée...).

Pourquoi cette violence ?
Dans une écrasante majorité des cas, elle vise à établir ou à maintenir un rapport dominant-dominé.

Ce rapport peut être conscient, comme dans le cas de la hiérarchie professionnelle, ou des leaders politiques.
Mais dans la majorité des cas il est inconscient, et vise à établir une domination de la pensée, en imposant notre propre vision des choses comme seule et unique vérité.

La seule façon de ne pas entrer dans ce rapport d'agressivité serait d'établir un rapport systématiquement égalitaire, ce qui n'est pas possible concrètement : les parents par exemple doivent imposer des limites à leurs enfants, les professeurs à leurs élèves, les managers à leurs employés, et nos politiciens sont forcément décisionnaires de l'avenir du pays sans tenir compte de l'avis de chacun de nous.
Pour autant, la plupart des rapports de domination inconsciente pourraient être supprimés, simplement par le respect de soi-même autant que de l'autre.

Admettre qu'on peut ne pas être d'accord, sans qu'aucun des deux n'ait tort.
Accepter d'avoir des avis divergents et complémentaires, donc enrichissants.
Accepter qu'on ne détient pas une vérité absolue et que personne n'a à nous suivre, ni à nous imposer sa façon de penser.

Pas forcément évident.
Lucy
Lucy

Messages : 171
Date d'inscription : 16/10/2014
Age : 33
Localisation : Ligne 13

https://alicecolvert.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

L'agressivité en question Empty Re: L'agressivité en question

Message par r'Eve Ven 31 Oct 2014 - 17:58

Bééééééééééééé
Puisque j'ai souvent entendu dire que je suis "agressive" je crois que je dois intervenir  What a Face
Alors, par où commencer ?

Déjà, je n'imaginais pas qu'il y avait tant "d'agressivité" différentes  Shocked
Merci donc pour toutes ces infos  Courbette

Je peux dire, aux vues de mes expériences, de ma vie, que je les ai toutes connu

La plus violente ... amusant que j'emploi ce terme ... j'allais justement dire que la plus "dure" des agressivités est selon moi une violence psychique
Elle fait partie des violences invisibles, cachées ...

Après avoir lu toutes ces définitions, je suis soulagée
Soulagée car je ne me reconnais dans aucune d'elle
Je peux donc conclure que non je ne suis pas agressive
Ok j'ai un ton parfois très dur, sec, ironique ... mais rien à voir avec ce qui est décrit

S'il m'arrive d'être agressive et je dis bien si, c'est uniquement en cas de défense, de danger
Je crois que c'est instinctif, un reflexe primaire

J'ajoute que tout ce qui est foncièrement mauvais et fait gratuitement (agressivité, méchanceté, violence ...) reste un grand mystère à mes yeux
On a eu beau essayer de me faire comprendre que certaines personnes sont ainsi, je ne comprend pas.
Pire ! Je n'accepte pas ! C'est le déni total pale
Rien à faire. Je ne voit pas l'intérêt que l'on peut avoir à agir ou être comme cela No
r'Eve
r'Eve

Messages : 4090
Date d'inscription : 22/06/2014
Age : 48
Localisation : Mickeyland

Revenir en haut Aller en bas

L'agressivité en question Empty Re: L'agressivité en question

Message par Sograd Ven 31 Oct 2014 - 19:01

Un sujet intéressant.

Je trouve l'approche de l'agressivité positive / négative bien pensée...
Elle définit bien l'essence de la combativité qui ne peut être douce et passive.
Quand à l'agressivité négative, chacun a son petit travail perso à faire j'imagine...

Edit: j'ai bêtement validé l'édition...
Donc je m'épanchais en disant qu'il arrivait qu'on me reproche, implicitement ou explicitement, de ne pas être suffisamment combatif et ceci m'agaçant j'en devenais, parfois, agressif négativement. Je synthétise rapidement histoire de ne pas casser le fil...


Dernière édition par Sograd le Ven 31 Oct 2014 - 19:26, édité 2 fois

Sograd

Messages : 21
Date d'inscription : 19/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

L'agressivité en question Empty Re: L'agressivité en question

Message par r'Eve Ven 31 Oct 2014 - 19:12

Cela m'est aussi arrivé Sograd et je ne suis pas à l'abris que ca se reproduise What a Face
Le plus dur, comme tu dis, c'est que ca arrive toujours à des moments inopportuns avec des personnes qui n'ont rien à voir Crying or Very sad
Mais quand la soupape lâche ...
Alors la seule solution que j'ai trouvé, c'est lâche je sais, c'est de me sauver le temps que ca passe
r'Eve
r'Eve

Messages : 4090
Date d'inscription : 22/06/2014
Age : 48
Localisation : Mickeyland

Revenir en haut Aller en bas

L'agressivité en question Empty Re: L'agressivité en question

Message par Sélène-Nyx Ven 31 Oct 2014 - 23:47


Même les clowns sont agressifs ....
Sélène-Nyx
Sélène-Nyx

Messages : 3842
Date d'inscription : 29/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

L'agressivité en question Empty Re: L'agressivité en question

Message par dedezhu Dim 9 Nov 2014 - 21:33

loin de nier l'agressivité et que je puis l'être dans des circonstances des situations spécifiques

les aspects cliniques et définitoires de l'agressivité m'intéressent moins que l'agressivité que je vis que j'ai vécu

personne ne peut échapper à l'agressivité due à l'effroi, la peur, la réponse, l'envi, la jalousie, le désir d'écraser un argument ou de considérer un conjoint (dans mon cas précis) comme un paillasson... Le paillasson en question (dedezhu) a écrit déjà cette histoire dans un roman en 2013. Ainsi les coups physiques que j'ai pris - car l'agressivité est aussi une gestuelle et pas seulement un rapport théorique - je ne les ai pas rendu.

c'est un comportement une attitude que j'ai développées qui est douloureuse psychiquement mais salutaire pour se dégager et je n'ai pas de revanche à prendre les rapports de force s'ils existent certes ne m'intéressent pas et en ne répondant pas je n'excite pas l'adrénaline de mon ou ma tortionnaire spécialiste du "shut up you are a shit, you are nothing". Et même "tu n'existes pas".

Je ne m'arrête plus à des mots, des mots qui sont juste des outils (ou des armes) mais vides de sens au moment même où je leur tourne le dos.

l'agressivité somme toute : un aspect normal de l'individu parfois cela dépasse les "bornes" (les bornes de quoi? décrétées, choisies par le Ministère de la Santé?) et se transforme en "maladie" en "symptômes"

l'agressivité est un jeu social (il m'arrive bien sûr d'y entrer mais le soufflé retombe vite)

et il montre bien souvent (et sur ZC également) la "faiblesse" de celui-celle qui est agressif-ve parce que en cette personne il y a un vide (non-agissant, non-constructif, un vide vide) momentanément un vide qui n'est pas appelé à durer à moins qu'il y ait un "mal-être" plus généralisé de la vie et dans les relations humaines

d'un homme d'une femme faiblesse-fragilité qui cherchent à dominer à contraindre à combattre son propre soi-même mais pas en soi-même mais en les autres

l'autre est la facilité du moment du prétexte du jeu et l'agresseur ne demande pas l'avis à l'autre - un truc qui passe pas...

1ère possibilité situationnelle (en voiture):

- qu'est-ce que t'a dit là... répète un peu connard
- connard toi-même!
- quoi? non mais je vais te botter les fesses
- essayes toujours, enfoiré!

2e possibilité (en voiture):

- qu'est-ce que t'as dit là... répète un peu connard
- j'ai dit que j'étais un connard
- ah! j'aime mieux ça, oui t'as vraiment l'air d'un connard
(je ris sous cape) - alors bonne journée monsieur!

prendre le contrepied de l'agressivité... l'agressif-ve se calme... pas la peine de consulter à l'hôpital d'acheter des pilules et de faire le trou de la Sécu...

la maîtrise de son soi-même est un énorme travail...













dedezhu
dedezhu

Messages : 2163
Date d'inscription : 12/02/2013
Age : 66
Localisation : sud-ouest pyrénées

Revenir en haut Aller en bas

L'agressivité en question Empty Re: L'agressivité en question

Message par Invité Dim 9 Nov 2014 - 21:41

a ce qu'il parait je suis agressive

mais en tant que protection. j'agresse jamais quelqu'un pr le rabaisser humilier frapper ou quoi.

juste quand on est mechant avec moi j'arrive pas a me retenir alors j'explose. mais ca va je suis light (pas le genre a insulter a fond et tout )

mais mon ton est.................euh...agressiF.

mais je crois que la je suis peut etre HS parce que je parle pas de la meme agressivité

lol!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'agressivité en question Empty Re: L'agressivité en question

Message par Invité Mer 3 Juin 2015 - 14:15

Je me reconnais aussi dans le terme d’agressivité.
Sincèrement, j'aimerais calmer ça. Depuis quelques temps, je fais un travail sur moi-même. Ayant pris conscience de certaines façons de me calmer en cas de plongée vertigineuse dans mon cerveau reptilien bestial.
Mais c'est pas encore ça.
Le sentiment d'être dans une impasse, de devoir sauver sa peau et que la seule solution puisse être de rentrer dans le lard de l'autre.
Quand je laisse pisser auprès de quelqu'un, j'ai un sentiment de honte après. Comme si je l'avais laissé me dominer et que je ne valais pas grand chose, que je pouvais repartir la queue entre les jambes et bouffer les restes.
Alors qu'en entrant dans le conflit, même si ça finit mal, ou que le résultat est match nul, je sais que je ne me suis pas laissée faire, que je n'ai pas laissé à l'autre l'occasion de me marcher dessus.

Et puis, j'essaie de rationaliser le fond. Si je ne me laisse pas faire par l'autre, c'est que son avis à mon propos m'importe et si son avis m'importe c'est parce que j'ai besoin de me situer quelque part par rapport à cette personne dans une échelle de valeur humaine.
Le plus dur est de créer un détachement sur cet avis qu'a l'autre de moi. Parce que si je m'en fous, je n'aurais pas à avoir honte de quoi que ce soit vis à vis de lui.

J'sais pas trop si c'est clair pour vous, mais dans ma tête, ça va... j'me comprends.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'agressivité en question Empty Re: L'agressivité en question

Message par Pieyre Mer 3 Juin 2015 - 18:08

Merci Fleurblanche pour cet article, qui me paraît faire le point sur l'agressivité de façon excellente.

Je me demande juste si ce qu'on appelle agressivité indirecte n'est pas simplement de la manipulation.

Pieyre

Messages : 20908
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

L'agressivité en question Empty Re: L'agressivité en question

Message par ISIS75 Sam 7 Juil 2018 - 2:43

je ne pense pas etre agressive pour ma part, meme si je pourrai "écraser" bcp de personnes intellectuellement, je me retiens énormément. Par contre, bcp de gens sont parties de la discussion, c'est dommage...
ISIS75
ISIS75

Messages : 2862
Date d'inscription : 28/01/2014
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum