Mon empathie, j'en fais quoi ?

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Insomniaque Dim 28 Déc 2014 - 3:30

la morale de lhishoire ?

Insomniaque

Messages : 173
Date d'inscription : 07/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Pola Dim 28 Déc 2014 - 14:26

J'essaie de piger ce qui peut empêcher de se placer en position de defense ouverte...

Pola

Messages : 6058
Date d'inscription : 22/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Edelweiss Dim 28 Déc 2014 - 15:12

@Insomniaque : coucou, je pense que ta technique peut être utile quand on est "ciblé" négativement par quelqu'un, ça doit "décharger".
Si les intentions sont vraiment négatives (conflictuelles, agressives) j'imagine un filtre devant moi (qui prend une forme architecturale dans mon cas), je visualise qu'il stoppe les intentions négatives et les renvoie à l'expéditeur transmuées en énergies positives (on va dire créatrices et plus destructrices). C'est valable dans le calme, dans le cadre d'un conflit interpersonnel simple, pas d'une agression ne serait-ce que verbale (pas le temps dans l'action).
La seule chose possible à faire selon moi c'est de la "prévention" en faisant la visualisation tous les jours, un peu comme une prière. Ca me rappelle d'ailleurs un passage d'un livre de Raymond Moody où une mère racontait que son fils avait survécu à une embuscade pendant la guerre (je crois que ct au Vietnam) comme si ses ennemis ne l'avaient pas vu alors qu'ils passaient à côté de lui, or cette femme faisait une prière pour son fils où elle demandait que son fils soit "invisible à ses ennemis" Like a Star @ heaven
Edelweiss
Edelweiss

Messages : 549
Date d'inscription : 24/11/2014

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Blossac Dim 28 Déc 2014 - 16:32

@charlie .F:


Tu m'excuseras mais j'ai vraiment du mal à croire ce que tu racontes. On est plus proche de la voyance.
Peut-être devrais-tu acheter une boule de cristal?
Blossac
Blossac

Messages : 825
Date d'inscription : 09/11/2014
Age : 44
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Insomniaque Dim 28 Déc 2014 - 23:57

edelweiss:
Je pense que la raison d'utilisation est la bonne mais selon moi pas la bonne :
Pour transformer un attaque négative et la renvoyer au positif il faut d'abord la "lire" pour y trouver le sens contraire ! Selon moi ce qu'il faut c la prolongé ! Mais je ne sais pas comment !
Insomniaque
Insomniaque

Messages : 173
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 20
Localisation : Ma maman m'a dit de pas le dire :o

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Tesla Lun 29 Déc 2014 - 0:42

Insomniaque a écrit:edelweiss:
Je pense que la raison d'utilisation est la bonne mais selon moi pas la bonne :
Pour transformer un attaque négative et la renvoyer au positif il faut d'abord la "lire" pour y trouver le sens contraire ! Selon moi ce qu'il faut c la prolongé ! Mais je ne sais pas comment !

Un truc du genre "comprendre que ce n'est pas nous qui sommes concernés par l'attaque" (compréhension) , "se dégager de la vision selon laquelle nous sommes concernés" (pas de côté) et "sachant cela, ne pas empêcher la personne en face d'exprimer ce qu'elle a à exprimer" (prolongement).
Qu'en dis-tu ?
Smile
Tesla
Tesla

Messages : 366
Date d'inscription : 04/08/2014
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Blossac Lun 29 Déc 2014 - 7:36

Tesla a écrit:
Insomniaque a écrit:edelweiss:
Je pense que la raison d'utilisation est la bonne mais selon moi pas la bonne :
Pour transformer un attaque négative et la renvoyer au positif il faut d'abord la "lire" pour y trouver le sens contraire ! Selon moi ce qu'il faut c la prolongé ! Mais je ne sais pas comment !

Un truc du genre "comprendre que ce n'est pas nous qui sommes concernés par l'attaque" (compréhension) , "se dégager de la vision selon laquelle nous sommes concernés" (pas de côté) et "sachant cela, ne pas empêcher la personne en face d'exprimer ce qu'elle a à exprimer" (prolongement).
Qu'en dis-tu ?
Smile

J'appelle cela fuir ses responsabilités et ne pas se confronter à la société ni au débat.
Sans doute un bon moyen pour les faibles de se croire finalement plus forts puisque se croyant investis d'une sorte de "mission positive"
Blossac
Blossac

Messages : 825
Date d'inscription : 09/11/2014
Age : 44
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par noir Lun 29 Déc 2014 - 8:41

Une attaque contre autrui est très souvent et en premier lieu une attaque envers soi-même.
Elle en est une matérialisation : utiliser autrui pour se décharger de ce que l’on ne parvient soi-même à gérer.

Cela l’on peut le comprendre, le lire, le percevoir.

Après « comprendre » ne signifie pas nécessairement « accepter ».

A soi de voir où l’on place la limite, quand et comment l’on y réagit / répond.

La faiblesse ne se situe pas nécessairement du côté de celui qui laisse couler certains propos ou certaines attitudes, pas plus que la force ne se situe nécessairement du côté de celui qui aboie ou qui montre ses crocs.

noir

Messages : 2447
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 44
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Edelweiss Lun 29 Déc 2014 - 11:37

@Insomniaque : mercii en fait si si tu sais comment faire, je viens de comprendre, je visualiserai la même structure architecturale, en fait il y a des colonnes comme les colonnes des temples grecs, et les intentions négatives sont comme un fort courant d'énergie un peu comme un vent fort avant un orage, avec une consistance de brume qui glisse rapidement et avec puissance et est déviée par les colonnes ! c'est super, beaucoup moins prise de tête que ce que j'essayais de faire, et j'ai vu l'image spontanément en te lisant donc c'est adopté Like a Star @ heaven
Edelweiss
Edelweiss

Messages : 549
Date d'inscription : 24/11/2014

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Edelweiss Lun 29 Déc 2014 - 11:56

blossac a écrit: Sans doute un bon moyen pour les faibles de se croire finalement plus forts puisque se croyant investis d'une sorte de "mission positive"
Coucou, alors pour la remarque sur les "faibles" : Suspect
Pour la "sorte de mission positive" : non non ça n'est pas ça ici, pas dans ce procédé-là en tous cas, c'est juste un moyen de ne pas entrer dans la bataille en réveillant mon côté sombre, celui qui voudrait se venger, calmer, donner une bonne leçon et qui est épuisant...c'est ce procédé "apaisant" que j'utilise depuis un harcèlement au boulot, procédé qui m'avais permis de me relever en redevenant positive et de vaincre par une négociation gagnant-gagnant Wink
Et j'oubliais : c'est aussi dans le but de "déstabiliser l'adversaire".
Edelweiss
Edelweiss

Messages : 549
Date d'inscription : 24/11/2014

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Tesla Lun 29 Déc 2014 - 15:37

Blossac a écrit:
Tesla a écrit:
Insomniaque a écrit:edelweiss:
Je pense que la raison d'utilisation est la bonne mais selon moi pas la bonne :
Pour transformer un attaque négative et la renvoyer au positif il faut d'abord la "lire" pour y trouver le sens contraire ! Selon moi ce qu'il faut c la prolongé ! Mais je ne sais pas comment !

Un truc du genre "comprendre que ce n'est pas nous qui sommes concernés par l'attaque" (compréhension) , "se dégager de la vision selon laquelle nous sommes concernés" (pas de côté) et "sachant cela, ne pas empêcher la personne en face d'exprimer ce qu'elle a à exprimer" (prolongement).
Qu'en dis-tu ?
Smile

J'appelle cela fuir ses responsabilités et ne pas se confronter à la société ni au débat.
Sans doute un bon moyen pour les faibles de se croire finalement plus forts puisque se croyant investis d'une sorte de "mission positive"

Je parle d'attaques personnelles, pas de discussions raisonnées entre adultes.
Un individu commence à te descendre en flammes. On pousse même carrément le trait : il nie carrément ta valeur personnelle et te traite comme de la m****.
Tu fais quoi ?
Tu rentres dans le jeu du mec et tu lui mets un pain, tu accepte la "vérité" (assez discutable) selon laquelle tu n'as pas de valeur et que tu es de la m**** (parce que toi, tu es "fort"), ou tu le laisses se débrouiller avec sa haine et ses problèmes ?

Et puis bon, sans parler de ça, je pense que "l'avis de la société sur nous", le "débat" sont des choses un peu surfaites.
Ce n'est que mon avis, mais j'attache beaucoup plus d'importance à cultiver son jardin pour rendre notre monde un peu meilleur, qu'à se conformer, vouloir être accepté à tout prix, quitte à rentrer dans des débats dont nous savons qu'ils ne mèneront à rien.
Je pars également du principe que ce qu'une personne pense ou ressent est de sa seule et unique responsabilité. Le contraire aurait des implications très, très difficiles à défendre moralement ("responsabilité des victimes", etc ?).
Voilà qui devrait expliquer pourquoi je tiens cette position en particulier. Quoique, je n'ai fait que lancer une idée du tac au tac en réponse à un autre post, mais bon.

Après, je pense que tu as raison sur un point très important à mes yeux : il faut se méfier absolument de tout ce qui affirme que nous avons "une mission céleste", "la responsabilité de la paix dans le monde" (autre qu'à notre niveau personnel), ou une "quête de perfection".
Dans trois mille ans, je ne sais pas, mais ici et maintenant, on est des humains, pas des dieux.
C'est aussi pourquoi je ne crois pas au consensus, en une vérité unique, ou dans la nécessité de "faire débat pour que le vrai triomphe".
Ni même dans les vertus d'avoir tort ou raison dans l'absolu, si encore c'est possible de déterminer ça.
Par contre, nous avons un équilibre mental et émotionnel à préserver : on s'en fout de qui a tort ou raison, d' "assumer des responsabilités", ou encore mieux, de qui est supposément "fort ou faible". Je pense que personne n'est là pour en baver ou se justifier de vivre.

Bien sûr, il ne faut pas refuser de se confronter au changement, à la remise en question de nos idées par la vie.
Mais bon, je fais une distinction très nette entre "les déconvenues normales de la vie" et "les personnes qui vident leurs poubelles sur nous" (et je rejoins totalement Noir sur le sens donné à une attaque personnelle).
N'ayant pas lu tous les posts du fil, je ne sais pas si ce genre de distinguo a été abordé, et où on se situait par rapport à ça.

J'avais pensé à préciser mon idée et la mettre en contexte dans mon post précédent, j'aurais certainement dû Smile
Tesla
Tesla

Messages : 366
Date d'inscription : 04/08/2014
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Insomniaque Lun 29 Déc 2014 - 17:05

Tesla a écrit:
Insomniaque a écrit:edelweiss:
Je pense que la raison d'utilisation est la bonne mais selon moi pas la bonne :
Pour transformer un attaque négative et la renvoyer au positif il faut d'abord la "lire" pour y trouver le sens contraire ! Selon moi ce qu'il faut c la prolongé ! Mais je ne sais pas comment !

Un truc du genre "comprendre que ce n'est pas nous qui sommes concernés par l'attaque" (compréhension) , "se dégager de la vision selon laquelle nous sommes concernés" (pas de côté) et "sachant cela, ne pas empêcher la personne en face d'exprimer ce qu'elle a à exprimer" (prolongement).
Qu'en dis-tu ?
Smile
C'est parfaitement ca a quoi je pensais ^^ Nickel !


Blossac a écrit:
Tesla a écrit:
Insomniaque a écrit:edelweiss:
Je pense que la raison d'utilisation est la bonne mais selon moi pas la bonne :
Pour transformer un attaque négative et la renvoyer au positif il faut d'abord la "lire" pour y trouver le sens contraire ! Selon moi ce qu'il faut c la prolongé ! Mais je ne sais pas comment !


Un truc du genre "comprendre que ce n'est pas nous qui sommes concernés par l'attaque" (compréhension) , "se dégager de la vision selon laquelle nous sommes concernés" (pas de côté) et "sachant cela, ne pas empêcher la personne en face d'exprimer ce qu'elle a à exprimer" (prolongement).
Qu'en dis-tu ?
Smile

J'appelle cela fuir ses responsabilités et ne pas se confronter à la société ni au débat.
Sans doute un bon moyen pour les faibles de se croire finalement plus forts puisque se croyant investis d'une sorte de "mission positive"
Mais, dis moi, à quel moment est ce qu j’ai "attaqué" mon "adversaire" ? IL m’a attaqué, et je n’ai pas eu à riposter : il m’a suffit de l’accompagenr dans son trou ! et je ne fuis pas non plus puisque je comprend son sentiment, je ledécrypte sans pour autant m’en impregner ! alors le seul faible c’est celui qui ne fais rien pour aider qund on a besoin et cest ton cas !
De toute manière on est pas "chagé dune mission positive" !


noir a écrit:Une attaque contre autrui est très souvent et en premier lieu une attaque envers soi-même.
Elle en est une matérialisation : utiliser autrui pour se décharger de ce que l’on ne parvient soi-même à gérer.

Cela l’on peut le comprendre, le lire, le percevoir.

Après « comprendre » ne signifie pas nécessairement « accepter ».

A soi de voir où l’on place la limite, quand et comment l’on y réagit / répond.

La faiblesse ne se situe pas nécessairement du côté de celui qui laisse couler certains propos ou certaines attitudes, pas plus que la force ne se situe nécessairement du côté de celui qui aboie ou qui montre ses crocs.
Tout a fait !

edelweiss a écrit:@Insomniaque : mercii en fait si si tu sais comment faire, je viens de comprendre, je visualiserai la même structure architecturale, en fait il y a des colonnes comme les colonnes des temples grecs, et les intentions négatives sont comme un fort courant d'énergie un peu comme un vent fort avant un orage, avec une consistance de brume qui glisse rapidement et avec puissance et est déviée par les colonnes ! c'est super, beaucoup moins prise de tête que ce que j'essayais de faire, et j'ai vu l'image spontanément en te lisant donc c'est adopté Like a Star @ heaven
C’est tout a fait possible ! mais j’ai un peu plsu de mal a me l’imaginer ^^ J’arrive très bien a voir ce que tu veux dire mais le mettre en application sera plus dur pour moi Smile

Bon sur ce A+ !
Insomniaque
Insomniaque

Messages : 173
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 20
Localisation : Ma maman m'a dit de pas le dire :o

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Insomniaque Lun 29 Déc 2014 - 22:05

Bon ! c'est bien beau de savoir quoi faire en cas "d'attaque" ... mais on fait quoi contre le "malheur ambiant" ( comme je l'appelle). Pour ma part ça va pck j'arrive plutot bien a dissocier mes sentiments de ce des autres ... mais pour les autres ...
Insomniaque
Insomniaque

Messages : 173
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 20
Localisation : Ma maman m'a dit de pas le dire :o

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Insomniaque Mar 30 Déc 2014 - 12:58

avez vous des idées ?
Insomniaque
Insomniaque

Messages : 173
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 20
Localisation : Ma maman m'a dit de pas le dire :o

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Edelweiss Mar 30 Déc 2014 - 22:08

Coucou Insomniaque,
Est ce que tu as déjà ressenti ton énergie ? en passant les mains autour de ton corps mais à une certaine distance (genre 10cm) ?
Si oui, alors moi, le soir, je faisais comme si je dispersais cette énergie autour de moi, comme si je dessinais des tentacules à l'horizontale, en le faisant aussi de derrière ma tête et de ma colonne vertébrale, et en me disant que les personnes en contact avec cette énergie (qui n'était pas la mienne, partant du principe que nous sommes aussi des particules solaires par exemple Wink ) en bénéficient...que ceux qui soient perdus retrouvent leur chemin et des tas d'autres trucs plus bizarres les uns que les autres et tout aussi bisounours Laughing
Edelweiss
Edelweiss

Messages : 549
Date d'inscription : 24/11/2014

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Insomniaque Mer 31 Déc 2014 - 2:12

tu aime bcp imager tes propos pas vrai? Surtout tu aimes créé des méthode a l'aide d'image !! Et bien je pense que sa peut être util, moi je ne ressen pas cette fameuse énergie mais je suis certains que ça sera util a tout le monde ! Par contre, je ne sais pas pk, c'est assez bizzard, mais la seul émotion que je n'arrive qu avec grand mal a séparer des miennes ... C le bonheur...
Le problème, c que j'en deviens jaloux ! (ce qui pour moi est la pire des choses ... Je déteste les gens jaloux et je le deviens ! Pfff... Dailleurs je ne lai jamais été!). Je deviens jaloux du bonheur des autres ... Car moi je ressen la tristesse, la peur, le stress, le degout ... Je ne goute jamais au vrai bohneur, je ne fais que leffleuré, le serré dans mes bras, qlq seconde... Puis je reviens a la réalité me rendant compte que ce nest même pas le bonheur... Juste un leur, qlq chose qui viendrait me narguer... Bref un vrai supplice .
Insomniaque
Insomniaque

Messages : 173
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 20
Localisation : Ma maman m'a dit de pas le dire :o

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Edelweiss Ven 2 Jan 2015 - 23:08

Coucou Insomniaque,
Tu mets quoi derrière le mot bonheur toi ? le bonheur c'est peut-être un tas de choses au départ : être né dans un endroit correct, recevoir ce que l'on appelle de l'amour (au moins assez pour rester un individu dans la norme), ne pas être trop violenté par la vie et, une fois tout ça ok, alors chercher à accorder la vie qu'on a et ce qu'on aimerait qu'elle soit, sachant que tu as le droit d'avoir plein de vies différentes en une seule (successivement Wink)
Perso le bonheur ne me vient pas des autres, je ne le ressens pas non plus chez les autres par contre j'ai gardé le souvenir d'une femme qui était seule avec son enfant, dans un avion à côté de moi un jour, je l'avais trouvée magnifique car elle rayonnait la sérénité et l'amour, tout était paisible, elle avait ce que j'idéalisais et qui me parlait, et je l'ai enviée, ça n'était pas de la jalousie mais ct clairement "ah si seulement" je pouvais devenir comme elle.
Quand je ressens de la jalousie et tout ce qui n'est pas positif pour moi ni pour les autres c'est quand je ne m'aime pas, quand je ne me fais pas confiance, et c'est normal parce qu'en ne s'aimant pas tu fais de toi ton ennemi et pas ton allié, tu transformes ton corps et tout ce que tu es à l'intérieur (tout ce que tu as vécu aussi) en objet de haine, quelque soit le degré de cette haine.
Tu es ton meilleur allié pour accéder à ton bonheur mais avant cela tu es seul à savoir ce que pour toi signifie ce mot.
Concernant le bonheur des autres que tu ressens : c'est quoi ? de la joie de vivre ? de l'amour ? Et les autres émotions dont tu parles (dégoût, peur etc.) tu les ressens mais elles ne t'appartiennent pas du tout si j'ai bien compris et le bonheur que tu ressens il t'est étranger parce que ce n'est qu'une émotion "empruntée" à quelqu'un c'est ça ? alors ma question est : tes émotions à toi, pas comparées à ce que vivent les autres personnes, les tiennes, arrives-tu à les distinguer les unes des autres ? ton état d'esprit général est plutôt positif ou sombre ?
Est-ce que tu aimes lire ? si oui je te conseille un livre de poche de Paulo Coelho, c'est pas son plus connu et c'est tant mieux ; ) ça s'appelle Manuel du guerrier de la lumière, c'est plein de bon sens et il aide à s'interroger sur nos comportements au quotidien (mais il parle de Dieu Embarassed ).
En-dessous ça vient d'un blog, un peu de lecture avant la nuit Like a Star @ heaven :
"Voici quelques exemples de ce qu’est « un guerrier de la lumière »

Quand il le voit déprimé, le maître dit au guerrier :
» Tu n’es pas celui auquel tu ressembles dans les moments de tristesse. Tu es bien davantage.
» Tandis que beaucoup sont partis – pour des raisons que jamais nous ne comprendrons -, tu es resté.
» Pourquoi Dieu a-t-il emporté des personnes tellement incroyables et t’a-t-il laissé, toi?
» En ce moment même, des millions de gens ont renoncé. Ils ne s’ennuient pas, ne pleurent pas, ne font plus rien ; ils attendent seulement que le temps passe. Ils ont perdu la capacité d’agir.
» Mais toi, tu es triste. Cela prouve que ton âme est toujours bien vivante.

Il existe des résidus émotionnels, produits dans les usines de la pensée. Ce sont des douleurs passées, qui maintenant n’ont plus d’utilité ; ce sont les précautions qui ont eu de l’importance autrefois, mais ne servent à rien à présent.
Le guerrier a lui aussi des souvenirs, mais il parvient à faire le tri de ceux qui lui sont utiles. Et il se débarrasse des résidus émotionnels.
Un compagnon dit : « Mais cela fait partie de mon histoire. Pourquoi dois-je abandonner des sentiments qui ont marqué mon existence? »
Le guerrier sourit. Il ne cherche pas à éprouver des émotions qu’il ne ressent plus. Il change, et il veut que ses sentiments l’accompagnent.

Le guerrier sait que les mots les plus importants sont de tous petits mots. Oui. Amour. Dieu.
Ce sont des mots qui vous viennent facilement et emplissent de gigantesques espaces vides.
Cependant, il existe un mot, lui aussi très bref, que beaucoup de gens ont du mal à prononcer : non.
Celui qui ne dit jamais non pense qu’il est généreux, compréhensif, bien élevé; parce que le non a la réputation d’être maudit, égoïste, primaire.
Le guerrier se garde de tomber dans ce piège. Il y a des moments où, tout en disant oui aux autres, on peut se dire non à soi-même.
Aussi ne dit-il jamais oui avec les lèvres si son coeur pense non.

Si cela vous parle et que vous aimez, alors n’hésitez pas et procurez-vous le livre (il coûte moins de 5 euros..).

Aller, une petite dernière pour la route Smile

Les guerriers de la lumière se reconnaissent au premier regard.
Ils sont au monde, ils font partie du monde.
Souvent ils trouvent que leur vie n’a pas de sens.
C’est pour cela qu’ils sont des guerriers de la lumière.
Parce qu’ils s’interrogent.
Parce qu’ils continuent de chercher un sens.
Et ils finiront par le trouver."
Edelweiss
Edelweiss

Messages : 549
Date d'inscription : 24/11/2014

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Invité Ven 2 Jan 2015 - 23:27

Insomniaque a écrit:tu aime bcp imager tes propos pas vrai? Surtout tu aimes créé des méthode a l'aide d'image !! Et bien je pense que sa peut être util, moi je ne ressen pas cette fameuse énergie mais je suis certains que ça sera util a tout le monde ! Par contre, je ne sais pas pk, c'est assez bizzard, mais la seul émotion que je n'arrive qu avec grand mal a séparer des miennes ... C le bonheur...
Le problème, c que j'en deviens jaloux ! (ce qui pour moi est la pire des choses ... Je déteste les gens jaloux et je le deviens ! Pfff... Dailleurs je ne lai jamais été!). Je deviens jaloux du bonheur des autres ... Car moi je ressen la tristesse, la peur, le stress, le degout ... Je ne goute jamais au vrai bohneur, je ne fais que leffleuré, le serré dans mes bras, qlq seconde... Puis je reviens a la réalité me rendant compte que ce nest même pas le bonheur... Juste un leur, qlq chose qui viendrait me narguer... Bref un vrai supplice .


avec le temps je te le souhaite tu trouveras un équilibre qui fera que tu ne passeras pas du bonheur...( c'est à dire un bon moment qui passe) aux ténébres. mets tu "la jalousie" au même niveau que l'"envie" ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Invité Ven 2 Jan 2015 - 23:29

j'avais mis l'autre fil car je suis passée par plusieurs stades, comment je fonctionne ? ah je suis empathique, ah comment je la fais partir si je veux.

donc les deux fils montraient ces stades différents. lire l'expérience de quelqu'un dont l'empathie est partie ou s'est équilibrée peut permettre de trouver ses propres tuyaux sur le sujet avec l'expérience de quelqu'un qui est à un autre stade même si la situation n'est pas la même, ça reste dans le même sujet Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Insomniaque Sam 3 Jan 2015 - 2:41

Hello ZapGirl !
T'en a fais un sacré dossier toi ^^* bordel de merde que sa va être long ...*Razz
Bon je v ESSAYER de répondre a TOUTES tes questions ! Razz
Et bien pour moi le bonheur commence par les 3 premier points que tu as cité ... Sauf que j'en remplis qu'un seul ...
Non, elle ne appartiennent pas ... Mais a force de les sentir tout autour de ma bulle protectice ... Et bah sa d'étain sur moi un peu, puis plus tôt pas mal puis bcp et enfin c moi qui ressen du degout, de la peur et du stress !
Quand je parle du bonheur des autres je parle de joie de vivre, d'amour ... De tout ça, mais aussi que quand j'approche mes amis heureux, je "rêve" et je suis totalement a leur place se qui fait pendant un instant je peux attraper cette joie, ce bonheur tant convoité ... Et puis je me réveille et je me rend compte qu'il est pas a ma porté ...
C bcp ça oui, elle s'emmêle avec mes émotions sans que je men rende compte et je sens ce bonheur ... Avant de me,rendre compte qu'il n'est pas le mien
Alors, je n'ai aucun (ou pratiquement aucun) problème a distinguer mes émotions, mes sentiments.
Très,franchement, habitude  je suis plus positif que jamais ... Mais en ce moment ... Je suis plus noir que noir ....
OUI ! JAIME LIRE !!!  J'essayerais de voir pour me l'acheter ! Very Happy
PAS DU TOUT ! pour moi se sont 2choses différentes ! La jalousie implique d'avoir envie, mais l'envie n'implique pas d'être jaloux ! J'ai envie d'être heureux (dhabitude je ne suis pas jaloux du tout ! Mais comme je l'effleur en permanence sans jamais réellement qu'il m'appartienne ... Je deviens jaloux Sad ) et ben dans ce contexte je suis jaloux !

Voila, même si sa a été long et laborieux, sa a été un plaisir de réponde a tes question
sur ce je te souhaite une bonne nuit et a bientôt !
++
Insomniaque
Insomniaque

Messages : 173
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 20
Localisation : Ma maman m'a dit de pas le dire :o

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Blossac Sam 3 Jan 2015 - 7:44


Je parle d'attaques personnelles, pas de discussions raisonnées entre adultes.
Un individu commence à te descendre en flammes. On pousse même carrément le trait : il nie carrément ta valeur personnelle et te traite comme de la m****.
Tu fais quoi ?
Tu rentres dans le jeu du mec et tu lui mets un pain, tu accepte la "vérité" (assez discutable) selon laquelle tu n'as pas de valeur et que tu es de la m**** (parce que toi, tu es "fort"), ou tu le laisses se débrouiller avec sa haine et ses problèmes ?

Et puis bon, sans parler de ça, je pense que "l'avis de la société sur nous", le "débat" sont des choses un peu surfaites.
Ce n'est que mon avis, mais j'attache beaucoup plus d'importance à cultiver son jardin pour rendre notre monde un peu meilleur, qu'à se conformer, vouloir être accepté à tout prix, quitte à rentrer dans des débats dont nous savons qu'ils ne mèneront à rien.
Je pars également du principe que ce qu'une personne pense ou ressent est de sa seule et unique responsabilité. Le contraire aurait des implications très, très difficiles à défendre moralement ("responsabilité des victimes", etc ?).
Voilà qui devrait expliquer pourquoi je tiens cette position en particulier. Quoique, je n'ai fait que lancer une idée du tac au tac en réponse à un autre post, mais bon.

Après, je pense que tu as raison sur un point très important à mes yeux : il faut se méfier absolument de tout ce qui affirme que nous avons "une mission céleste", "la responsabilité de la paix dans le monde" (autre qu'à notre niveau personnel), ou une "quête de perfection".
Dans trois mille ans, je ne sais pas, mais ici et maintenant, on est des humains, pas des dieux.
C'est aussi pourquoi je ne crois pas au consensus, en une vérité unique, ou dans la nécessité de "faire débat pour que le vrai triomphe".
Ni même dans les vertus d'avoir tort ou raison dans l'absolu, si encore c'est possible de déterminer ça.
Par contre, nous avons un équilibre mental et émotionnel à préserver : on s'en fout de qui a tort ou raison, d' "assumer des responsabilités", ou encore mieux, de qui est supposément "fort ou faible". Je pense que personne n'est là pour en baver ou se justifier de vivre.

Bien sûr, il ne faut pas refuser de se confronter au changement, à la remise en question de nos idées par la vie.
Mais bon, je fais une distinction très nette entre "les déconvenues normales de la vie" et "les personnes qui vident leurs poubelles sur nous" (et je rejoins totalement Noir sur le sens donné à une attaque personnelle).
N'ayant pas lu tous les posts du fil, je ne sais pas si ce genre de distinguo a été abordé, et où on se situait par rapport à ça.

J'avais pensé à préciser mon idée et la mettre en contexte dans mon post précédent, j'aurais certainement dû Smile

Au négatif , je renvoie du négatif. Un procédé mathématique en fait. Moins par moins , ça fait plus.
Le problème dans le fait d'accepter le négatif de l'autre, c'est que l'estime de soi risque d'en prendre un coup, c'est ouvrir une porte aux autres pour t'agresser, et j'y vois également un côté infantile.( C'est celui qui dit qui est, na na na!).
Personnellement, j'essaie de plus rien laisser passer. le dialogue permettant souvent de désamorcer les tensions. La prévention aussi. Si je sens mon interlocuteur agressif, je fais en sorte d'anticiper les réponses et d'adapter mes réactions à son niveau.
Je lutte contre ma nature: Je suis un Bisounours et les gens le sentent rapidement. Il me faut en général les recadrer pour ne pas me faire bouffer! Si besoin est, je sais devenir l'agresseur à mon tour: C'est pénible mais efficace . Un bon mot bien cassant, et tout rentre dans l'ordre. L'effet de surprise provoqué ( Bisounours se transforme en Dracula)stoppe le processus pour un bon moment. Qui s'y frotte, s'y pique , en quelque sorte.
Blossac
Blossac

Messages : 825
Date d'inscription : 09/11/2014
Age : 44
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Invité Sam 3 Jan 2015 - 10:58

Insomniaque a écrit:Hello ZapGirl !
T'en a fais un sacré dossier toi ^^* bordel de merde que sa va être long ...*Razz

Bon je v ESSAYER de répondre a TOUTES tes questions ! Razz

Où as tu vu des questions ?
Je n'avais pas fait de dossiers, j'avais mis un lien sur un autre fil sur le même sujet et je n'avais pas pensé que comme moi on ne fera pas le lien.
Je n'ai pour ma part pas de questions sur ce sujet Smile

Et bien pour moi le bonheur commence par les 3 premier points que tu as cité ... Sauf que j'en remplis qu'un seul ...
Non, elle ne appartiennent pas ... Mais a force de les sentir tout autour de ma bulle protectice ... Et bah sa d'étain sur moi un peu, puis plus tôt pas mal puis bcp et enfin c moi qui ressen du degout, de la peur et du stress !
Quand je parle du bonheur des autres je parle de joie de vivre, d'amour ... De tout ça, mais aussi que quand j'approche mes amis heureux, je "rêve" et je suis totalement a leur place se qui fait pendant un instant je peux attraper cette joie, ce bonheur tant convoité ... Et puis je me réveille et je me rend compte qu'il est pas a ma porté ...
C bcp ça oui, elle s'emmêle avec mes émotions sans que je men rende compte et je sens ce bonheur ... Avant de me,rendre compte qu'il n'est pas le mien
Alors, je n'ai aucun (ou pratiquement aucun) problème a distinguer mes émotions, mes sentiments.
Très,franchement, habitude  je suis plus positif que jamais ... Mais en ce moment ... Je suis plus noir que noir ....
OUI ! JAIME LIRE !!!  J'essayerais de voir pour me l'acheter ! Very Happy
PAS DU TOUT ! pour moi se sont 2choses différentes ! La jalousie implique d'avoir envie, mais l'envie n'implique pas d'être jaloux ! J'ai envie d'être heureux (dhabitude je ne suis pas jaloux du tout ! Mais comme je l'effleur en permanence sans jamais réellement qu'il m'appartienne ... Je deviens jaloux Sad ) et ben dans ce contexte je suis jaloux !

Voila, même si sa a été long et laborieux, sa a été un plaisir de réponde a tes question
sur ce je te souhaite une bonne nuit et a bientôt !
++

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Edelweiss Sam 3 Jan 2015 - 13:48

@Zabgirl : coucou, Insomniaque a répondu à nos questions dans un même message, ct moi qui avait posé plein de questions ; )

@Insomniaque : il y est peut-être à la bibliothèque du coin aussi Wink
Edelweiss
Edelweiss

Messages : 549
Date d'inscription : 24/11/2014

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Insomniaque Sam 3 Jan 2015 - 14:43

oui, j'y avait pas pensé ^^
Insomniaque
Insomniaque

Messages : 173
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 20
Localisation : Ma maman m'a dit de pas le dire :o

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Insomniaque Dim 4 Jan 2015 - 13:51

Blossac a écrit:

Je parle d'attaques personnelles, pas de discussions raisonnées entre adultes.
Un individu commence à te descendre en flammes. On pousse même carrément le trait : il nie carrément ta valeur personnelle et te traite comme de la m****.
Tu fais quoi ?
Tu rentres dans le jeu du mec et tu lui mets un pain, tu accepte la "vérité" (assez discutable) selon laquelle tu n'as pas de valeur et que tu es de la m**** (parce que toi, tu es "fort"), ou tu le laisses se débrouiller avec sa haine et ses problèmes ?

Et puis bon, sans parler de ça, je pense que "l'avis de la société sur nous", le "débat" sont des choses un peu surfaites.
Ce n'est que mon avis, mais j'attache beaucoup plus d'importance à cultiver son jardin pour rendre notre monde un peu meilleur, qu'à se conformer, vouloir être accepté à tout prix, quitte à rentrer dans des débats dont nous savons qu'ils ne mèneront à rien.
Je pars également du principe que ce qu'une personne pense ou ressent est de sa seule et unique responsabilité. Le contraire aurait des implications très, très difficiles à défendre moralement ("responsabilité des victimes", etc ?).
Voilà qui devrait expliquer pourquoi je tiens cette position en particulier. Quoique, je n'ai fait que lancer une idée du tac au tac en réponse à un autre post, mais bon.

Après, je pense que tu as raison sur un point très important à mes yeux : il faut se méfier absolument de tout ce qui affirme que nous avons "une mission céleste", "la responsabilité de la paix dans le monde" (autre qu'à notre niveau personnel), ou une "quête de perfection".
Dans trois mille ans, je ne sais pas, mais ici et maintenant, on est des humains, pas des dieux.
C'est aussi pourquoi je ne crois pas au consensus, en une vérité unique, ou dans la nécessité de "faire débat pour que le vrai triomphe".
Ni même dans les vertus d'avoir tort ou raison dans l'absolu, si encore c'est possible de déterminer ça.
Par contre, nous avons un équilibre mental et émotionnel à préserver : on s'en fout de qui a tort ou raison, d' "assumer des responsabilités", ou encore mieux, de qui est supposément "fort ou faible". Je pense que personne n'est là pour en baver ou se justifier de vivre.

Bien sûr, il ne faut pas refuser de se confronter au changement, à la remise en question de nos idées par la vie.
Mais bon, je fais une distinction très nette entre "les déconvenues normales de la vie" et "les personnes qui vident leurs poubelles sur nous" (et je rejoins totalement Noir sur le sens donné à une attaque personnelle).
N'ayant pas lu tous les posts du fil, je ne sais pas si ce genre de distinguo a été abordé, et où on se situait par rapport à ça.

J'avais pensé à préciser mon idée et la mettre en contexte dans mon post précédent, j'aurais certainement dû Smile

Au négatif , je renvoie du négatif. Un procédé mathématique en fait. Moins par moins , ça fait plus.
Le problème dans le fait d'accepter le négatif de l'autre, c'est que l'estime de soi risque d'en prendre un coup, c'est ouvrir une porte aux autres pour t'agresser, et j'y vois également un côté infantile.( C'est celui qui dit qui est, na na na!).
Personnellement, j'essaie de plus rien laisser passer. le dialogue permettant souvent de désamorcer les tensions. La prévention aussi. Si je sens mon interlocuteur agressif, je fais en sorte d'anticiper les réponses et d'adapter mes réactions à son niveau.
Je lutte contre ma nature: Je suis un Bisounours et les gens le sentent rapidement. Il me faut en général les recadrer pour ne pas me faire bouffer! Si besoin est, je sais devenir l'agresseur à mon tour: C'est pénible mais efficace . Un bon mot bien cassant, et tout rentre dans l'ordre. L'effet de surprise provoqué ( Bisounours se transforme en Dracula)stoppe le processus pour un bon moment. Qui s'y frotte, s'y pique , en quelque sorte.

Pardonne-moi de te contre-dire de nouveau, mais je ne pense pas que sa se passe comme ça ...tu avoue te cacher dèrriere un masque ? Pourquoi?
Ils n'ont qu'a t'apprecier telle que tu es et pas tel que tu veux leur MONTRER ! certes tu es un bisounours et tu ne dois pas te laisser marcher sur le pieds, pour autant tu ne dois pas écraser les autres car tu pense que tu sens qu'il vont passé a l'offensive !
Crois-tu qu'en ouvrant tes portes aux autres tu seras forcément aggressé ? Moi les miennes sont totalements ouvertes ! leurs sentiments en sont jamais mal intentionnés ... je le sais, je mouvre a eux pour qu'il en parle et se libererent un un peu de tout ça sans meme sans rendre compte !!
Je n'ai pas de conseil a te donner, c'est juste que je ne comprend pas cette vision des choses ...
Insomniaque
Insomniaque

Messages : 173
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 20
Localisation : Ma maman m'a dit de pas le dire :o

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Blossac Dim 4 Jan 2015 - 14:06

Beaucoup de gens associent, à tort, gentillesse et faiblesse de caractère voire d'esprit.
Je dis donc que quand c'est nécessaire , je dois leur faire comprendre que certes je suis gentil mais qu'il ne faut pas abuser! Je suis très souvent déçu par les autres alors je me protège désormais. Je ne veux plus souffrir pour des choses dont les gens n'ont même pas conscience.
Savoir dire non est un travail que j'ai réalisé sur moi même.
Blossac
Blossac

Messages : 825
Date d'inscription : 09/11/2014
Age : 44
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Edelweiss Dim 4 Jan 2015 - 15:36

@Insomniaque : coucou, alors j'avais cette phrase qui m'est revenue "celui qui augmente la sagesse, augmente la douleur" mais je savais plus d'où cela venait, alors la phrase exacte est "celui qui augmente sa science, augmente sa douleur", tu comprends où je veux en venir petit zèbre Like a Star @ heaven (désolée pour la référence "religieuse" car ça vient de l'Ecclésiaste).
Tes amis ont des zébrures ou sont plutôt ressemblants ? parce que si ta réponse est non alors leur bonheur est peut-être plus simple.
En ce moment c'est à chaque fois que je me mets à table que je pense à ceux qui sont réfugiés de par le monde, à tous ces gens qui vivaient comme nous et aujourd'hui n'ont plus rien, et j'ai vraiment du mal avec ce que j'ai et ce que d'autres ont (aussi peu soit-il), en regardant mon assiette c'est eux que j'imagine.
Edelweiss
Edelweiss

Messages : 549
Date d'inscription : 24/11/2014

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Insomniaque Dim 4 Jan 2015 - 23:43

je comprend toutafais Very Happy
Mais ya pas de raison ! G autant le droit que!
'fin je veux dire jusqu'a mnt je me portais tres bien ! gt pas heureux, mais pas malheureux pour autant ...
et non, g pas d'amis zebré ou qui y ressemblent Smile
Insomniaque
Insomniaque

Messages : 173
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 20
Localisation : Ma maman m'a dit de pas le dire :o

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Edelweiss Lun 5 Jan 2015 - 15:48

@Insomniaque : coucou, tu sais "augmenter sa douleur" ça n'est pas forcément être malheureux Wink ce peut être être plus réaliste sur la vie et les sentiments.
Est-ce que tu en parles à quelqu'un de ce sentiment ? tes amis ? je peux te demander s'il s'est passé quelque chose de particulier qui a déclenché ça ? Like a Star @ heaven
Edelweiss
Edelweiss

Messages : 549
Date d'inscription : 24/11/2014

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Edelweiss Lun 5 Jan 2015 - 15:52

Pour le bonheur, leur bonheur est sûrement moins prise de tête donc plus simple. Bien sûr que tu y as droit aussi mais si tu es plus mature que ton âge physique alors c'est un peu moins facile.
Sais pas si tu connais ce site : http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com
http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/bibliographie
Edelweiss
Edelweiss

Messages : 549
Date d'inscription : 24/11/2014

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Aethos Lun 5 Jan 2015 - 16:15

L'empathie...être empathe...Blossac prêche ici une parole que l'on a tenter (dans son cas à juste titre semble-t-il, aucune critique) depuis fort longtemps. Celui qui veut la paix prépare la guerre. Or l’adage mathématique de moins par mois ça fait plus est la vulgaire réduction d'une évidence plus simple encore... moins par moins c'est moins que moins .-). Nulle ne peut prétendre à la paix qui fasse la guerre...et nulle n'est en paix qui commet la guerre légitime de la défense.

On ne put d'un côté souhaiter le changement de l'environnement, des autres, de leur situation en commettant précisément ce qui entraîne l'éternelle répétition des choses. Or accepter de devoir se protéger, ce que cerveau reptilien a très bien fait à notre place jusqu'à aujourd'hui, cela reviendrait à considérer la légitime défense comme seule solution. Ce qui n'est pas vrai... une autre chose consiste a réaliser définitivement que la douleur n'a JAMAIS tué personne. Personne ne meurt de la douleur, la douleur est un symptôme pas une cause. Donc en acceptant la douleur, ce n'est que comme cela que l'on peut aller chercher son origine. Une personne agressive doit être re4ue avec déférence. Elle est légitime dans son agressivité. Je ne peux pas faire aux aitres ce que je ne voudrais pas qu'on me fasse sous prétexte de me protéger c'est totalement absurde. Incohérent et tombant sous le coup de la torture psychique, d'autant plus si les réactions sont anticipées... Le taux d'erreur moyen de l'0humanité étant proche, moi compris de 100'% dans le cas d'un interprétation...Se protéger c'est se considérer menacé...or on se considère menacé par la douleur, qui n'a jamais tué personne rappelons-le...aucun raison donc de s'en prémunir puisqu'elle renseigne et permet l’apprentissage entre autre et pas uniquement. La douleur et les sentiments négatifs nous renseigne sur un état de l'autre, son agressivité, sa colère, sa tristesse, sa joie aussi,... toujours légitime... c'est l'objet qui ne l'est pas ;-)

être empathe c'est être capable de tenter d'îmaginer ce que ressent l'autre, de lui reconnaitre une parfaite légitimité dans ce ressenti et finalement le valider dans sa colère, sa frustration, sa joie aussi... en lui rappelant qu'aucune émotion n'est fausse ou mauvaise... c'est son activation qui peut l'être, son objet et sa formulation qui son important après...C'est reconnaitre aussi que parfois on se plante royalement... il y a aujourd'hui des machines...froides, méticuleuses et calculatrices... à nous de les identifier, car alors on ne traite aucunement avec un être humain dont seul l'apparence demeure... mais bien avec de cerveau doté d'une sévère puissance de calcul... dont le sens même est la caducité, la vacuité et l'absurdité...de cela il faut se prémunir...mais nul ne peut être empathe avec celui ou celle qui ne ressent rien...et croyez-moi, le développement personnel aura tôt fait de multiplier les machines.. ;-)

L'empathie n'a qu'un but, ultime s'il en est..changer le monde... oui il y aura des dommages collatéraux, oui il y aura des sacrifiés... mais tant que l'on me dira que je dois me protéger...alors j'y renoncerai, car nul ne peut me nuire... il n'y a ni guerrier, ni vaincu ni vainqueur... Celui qui veut la PAIX prépare la PAIX... Fais aux autres ce que tu voudrais qu'on te fasse... On ne peut aller contre sa nature de BISOUNOURS comme disent les sceptiques, de Saint Bernard pour certain... on et comme cela et personne ni rien ne peut quoi que ce soit contre cela... Le nombre n'a jamais fait la force... c'est l'union du nombre qui importe. Le rapport qu'entretient chaque partie à sa partie la plus proche qui est déterminant. Parfois j'ai mal, mais je n'ai "que" mal...cela ne m'a jamais tué... je n'aime pas la douleur, pas du tout... je la sais INEVITABLE de ma nature formelle de mon corps et de mon agencement... ce n'est pas la douleur le mal, mais son origine et sa cause... Or rien de sert de traiter les symptômes....

Enfin cela n'engage que moi... bien sur qu'on peut se protéger. Se protéger de quel danger au juste? Si je suis conscient du danger, c'est qu'il n'y en a plus... car la conscience est toujours consciente de quelque chose... Et alors, seulement, on sait, que rien de ce qui ne nous appartient ne peut nous être pris... Je préfère renoncer à la violence ordinaire de gens désabusé qui passe leur temps à légitimer leurs attaques sous prétexte de légitime défense que de croire à une telle connerie humaine que nous serions les seuls à pouvoir cela., Et si c'est le cas, alors je continuerai malgré tout. Ode à la folie ordinaire de gens qui ont vu le mal... ressenti, vécu, foulé aux pieds...

Il ne nous faut absolument pas des guerriers de lumières aujourd'hui... car toutes les lumières projettent leurs ombres... non...ils nous faut des seigneurs des ténèbres... non ceux par qui les ténèbres arrivent, mais bien celles et ceux qui peuvent se mouvoir en elles sans aucune lumière... et qui n'en ont plus besoin pour distinguer toute chose. Je crois que l'humain en est identiquement capable... car après, uniquement, diffère le calcul... or, la nature, ma nature, ne calcule pas... elle se contente d'un bilan parfaitement neutre...en équilibre... pas de perte, pas de bénéfice... la seule vie pour elle même... toute vie étant égale par ailleurs... toute chose l'étant aussi...

Aethos
Aethos

Messages : 724
Date d'inscription : 19/12/2012
Age : 41
Localisation : Suisse - Nyon

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Insomniaque Lun 5 Jan 2015 - 16:57

peut etre ... oui c surement ça ! mais je demande a peu près la meme chose que nimporte qui ...
Bref !
Alors,
Non je ne parle pas de ce sentiment a qui que se soit (sauf a ma meilleure amie, mais je n'ai pas eu le temps de tout lui expliquer ...).
Oui j'ai des amis, de bons amis, mais la plupart ne comprennent pas la plupart des choses dont je parle (ils sont tout sauf zebré ^^)
Oui tu peux me demander si un evenement a déclenché tout ça (lol ^^)
Et je n'en suis pas sur ...

Insomniaque
Insomniaque

Messages : 173
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 20
Localisation : Ma maman m'a dit de pas le dire :o

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Insomniaque Lun 5 Jan 2015 - 17:22

Aethos a écrit:L'empathie...être empathe...Blossac prêche ici une parole que l'on a tenter (dans son cas à juste titre semble-t-il, aucune critique) depuis fort longtemps. Celui qui veut la paix prépare la guerre. Or l’adage mathématique de moins par mois ça fait plus est la vulgaire réduction d'une évidence plus simple encore... moins par moins c'est moins que moins .-). Nulle ne peut prétendre à la paix qui fasse la guerre...et nulle n'est en paix qui commet la guerre légitime de la défense.

On ne put d'un côté souhaiter le changement de l'environnement, des autres, de leur situation en commettant précisément ce qui entraîne l'éternelle répétition des choses. Or accepter de devoir se protéger, ce que cerveau reptilien a très bien fait à notre place jusqu'à aujourd'hui, cela reviendrait à considérer la légitime défense comme seule solution. Ce qui n'est pas vrai... une autre chose consiste a réaliser définitivement que la douleur n'a JAMAIS tué personne. Personne ne meurt de la douleur, la douleur est un symptôme pas une cause. Donc en acceptant la douleur, ce n'est que comme cela que l'on peut aller chercher son origine. Une personne agressive doit être re4ue avec déférence. Elle est légitime dans son agressivité. Je ne peux pas faire aux aitres ce que je ne voudrais pas qu'on me fasse sous prétexte de me protéger c'est totalement absurde. Incohérent et tombant sous le coup de la torture psychique, d'autant plus si les réactions sont anticipées... Le taux d'erreur moyen de l'0humanité étant proche, moi compris de 100'% dans le cas d'un interprétation...Se protéger c'est se considérer menacé...or on se considère menacé par la douleur, qui n'a jamais tué personne rappelons-le...aucun raison donc de s'en prémunir puisqu'elle renseigne et permet l’apprentissage entre autre et pas uniquement. La douleur et les sentiments négatifs nous renseigne sur un état de l'autre, son agressivité, sa colère, sa tristesse, sa joie aussi,... toujours légitime... c'est l'objet qui ne l'est pas ;-)

être empathe c'est être capable de tenter d'îmaginer ce que ressent l'autre, de lui reconnaitre une parfaite légitimité dans ce ressenti et finalement le valider dans sa colère, sa frustration, sa joie aussi... en lui rappelant qu'aucune émotion n'est fausse ou mauvaise... c'est son activation qui peut l'être, son objet et sa formulation qui son important après...C'est reconnaitre aussi que parfois on se plante royalement... il y a aujourd'hui des machines...froides, méticuleuses et calculatrices... à nous de les identifier, car alors on ne traite aucunement avec un être humain dont seul l'apparence demeure... mais bien avec de cerveau doté d'une sévère puissance de calcul... dont le sens même est la caducité, la vacuité et l'absurdité...de cela il faut se prémunir...mais nul ne peut être empathe avec celui ou celle qui ne ressent rien...et croyez-moi, le développement personnel aura tôt fait de multiplier les machines.. ;-)

L'empathie n'a qu'un but, ultime s'il en est..changer le monde... oui il y aura des dommages collatéraux, oui il y aura des sacrifiés... mais tant que l'on me dira que je dois me protéger...alors j'y renoncerai, car nul ne peut me nuire... il n'y a ni guerrier, ni vaincu ni vainqueur... Celui qui veut la PAIX prépare la PAIX... Fais aux autres ce que tu voudrais qu'on te fasse... On ne peut aller contre sa nature de BISOUNOURS comme disent les sceptiques, de Saint Bernard pour certain... on et comme cela et personne ni rien ne peut quoi que ce soit contre cela... Le nombre n'a jamais fait la force... c'est l'union du nombre qui importe. Le rapport qu'entretient chaque partie à sa partie la plus proche qui est déterminant. Parfois j'ai mal, mais je n'ai "que" mal...cela ne m'a jamais tué... je n'aime pas la douleur, pas du tout... je la sais INEVITABLE de ma nature formelle de mon corps et de mon agencement... ce n'est pas la douleur le mal, mais son origine et sa cause... Or rien de sert de traiter les symptômes....

Enfin cela n'engage que moi... bien sur qu'on peut se protéger. Se protéger de quel danger au juste? Si je suis conscient du danger, c'est qu'il n'y en a plus... car la conscience est toujours consciente de quelque chose... Et alors, seulement, on sait, que rien de ce qui ne nous appartient ne peut nous être pris... Je préfère renoncer à la violence ordinaire de gens désabusé qui passe leur temps à légitimer leurs attaques sous prétexte de légitime défense que de croire à une telle connerie humaine que nous serions les seuls à pouvoir cela., Et si c'est le cas, alors je continuerai malgré tout. Ode à la folie ordinaire de gens qui ont vu le mal... ressenti, vécu, foulé aux pieds...

Il ne nous faut absolument pas des guerriers de lumières aujourd'hui... car toutes les lumières projettent leurs ombres... non...ils nous faut des seigneurs des ténèbres... non ceux par qui les ténèbres arrivent, mais bien celles et ceux qui peuvent se mouvoir en elles sans aucune lumière... et qui n'en ont plus besoin pour distinguer toute chose. Je crois que l'humain en est identiquement capable... car après, uniquement, diffère le calcul... or, la nature, ma nature, ne calcule pas... elle se contente d'un bilan parfaitement neutre...en équilibre... pas de perte, pas de bénéfice... la seule vie pour elle même... toute vie étant égale par ailleurs... toute chose l'étant aussi...

J'avoue que je suis bluffé par un si long message Shocked

D'autre part, je trouve ton message neutre, tu ne prend parti pour personne ... c cool Very Happy . Et je suis d'accord avec toi sur tout le message ... sauf a propos de la douleur: la douleur n'a jamais tué personne :/ pas tout a fait vrai Neutral et ui, la douleur tue INDIRECTEMENT ! Ce n'est pas la douleur qui viens nous tuer ( tout comme le sida: CETTE maladie ne tue pas : elle t'affaiblit et une autre maladie (dont tu peux facilement te faire contaminer à cause du sida)te tu ensuite !) mais les consequances qu'elle engendre en nous ...
Je suis a moitié daccord sur le point des "chevalier de lumiere et des tenebres": l'idéal c de s'adapter.
Bon je te remercie pour ce message
Sur ce,
++
Insomniaque
Insomniaque

Messages : 173
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 20
Localisation : Ma maman m'a dit de pas le dire :o

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Edelweiss Lun 5 Jan 2015 - 22:22

@Aethos : le guerrier de la lumière n'est justement pas un guerrier au sens strict, plutôt un résistant.
Tu parles du cerveau reptilien comme s'il n'agissait plus aujourd'hui, or il me semble qu'il est encore agissant puisque ce sont nos instincts de survie et de reproduction, non ? celui qui devient prégnant quand on boit trop par exemple et qui réveille le besoin de se reproduire (avoir des relations sexuelles donc) et, en l'absence de celles-ci, celui de manger.
Pour le reste, j'avoue que je ne comprends pas le sens de toutes tes phrases et pourtant j'aime l'abstrait.
Aethos ça ressemble à Athos mais ça vient d'où je suis curieuse ? study
Edelweiss
Edelweiss

Messages : 549
Date d'inscription : 24/11/2014

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Insomniaque Lun 5 Jan 2015 - 23:32

aethos, aethos ... Je suis sur d'avoir déjà vu un nom semblable quelque part scratch
Moi aussi je suis curieux Very Happy
Éclaire notre lanterne Smile
Insomniaque
Insomniaque

Messages : 173
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 20
Localisation : Ma maman m'a dit de pas le dire :o

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Edelweiss Mar 6 Jan 2015 - 0:12

Ca y est je vais faire ma vieille bique : dis donc Insomniaque, et si tu dormais plus peut-être que tu serais moins malheureux ? c'est peut-être juste de la chronobiologie et le manque de sommeil qui produit ton état actuel tu sais ? perso j'adorais me coucher très tard, et mon corps allait nickel, jusqu'au jour où mon corps n'a plus aimé du tout et m'a fait des tits prb pale alors que je faisais même pas la fête et que j'ai arrêté de fumer il y a déjà quelques années greuh !
Alors au dodooooo (écrans pas bons pour la chronobiologie en plus, mais qu'est-ce qu'on fout encore là hihi)
Edelweiss
Edelweiss

Messages : 549
Date d'inscription : 24/11/2014

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Edelweiss Mar 6 Jan 2015 - 0:13

Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven
Edelweiss
Edelweiss

Messages : 549
Date d'inscription : 24/11/2014

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Insomniaque Mar 6 Jan 2015 - 0:24

lol edelweiss
Mais CHE PAS MA FAUTE! j'suis insomniaque et puis g tjr été de nuit ( mais vraiment ^^). Je suis plus agité la nuit que le jour !
Et puis je vous aiment tellement. Long hug Bisous
Insomniaque
Insomniaque

Messages : 173
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 20
Localisation : Ma maman m'a dit de pas le dire :o

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Insomniaque Mar 6 Jan 2015 - 0:26

aller !
on continue la ou on c'était arrêté? ^^
Insomniaque
Insomniaque

Messages : 173
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 20
Localisation : Ma maman m'a dit de pas le dire :o

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Aethos Mar 6 Jan 2015 - 11:48

Encore une fois, énième, c'est drôle cette question concernant mon pseudo revient assez systématiquement.

ALors, en public cette fois: Aethos...vient d'Aethos... je me suis sûrement inconsciemment inspiré de mots et phonies entendues de-ci de là... Mais mon explication rationnelle est la suivante: en latin, "ae" se prononce "é"... ce qui nous donne phonétiquement [étos]...
La consonance avec éthique étant assez claire, je ne m'étalerai pas plus que cela, mais il demeure que je crois devenir une personne tentant de l'être, éthique...ou tout du moins doté d'une éthique....

J'ai réalisé à la suite d'une des questions qu'il s'agissait aussi je crois "des aethors", selon une personne active sur le net, d'une théorie de multidimensionnalité de l'existence avec un truc de conscience non dual... hasard ou non... j'ai bien ri, mais je n'en savais rien avant ;-)
Aethos
Aethos

Messages : 724
Date d'inscription : 19/12/2012
Age : 41
Localisation : Suisse - Nyon

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Aethos Mar 6 Jan 2015 - 12:47

@Edelweiss: je parle de cerveau reptilien, car il a su dès notre plus jeune âge individuel et âge collectif, nous prmunir de bien des maux. Cependant, celui-ci, tout aussi capable de retenir que l'autre, a finit de construire des terreur et des réactions de fuite et de combat face, non à des choses existantes, mais percues comme telles. Ainsi, les danger "sociaux": l'altérité, les étrangers, le différents, le non-homogène...sont autant de signes auxquels il réagit aujourd'hui par construction.

Je me refuse à penser que la nature humaine est mauvaise... elle est nature... c'est ce qu'on en dit qui est merdique.... justifiant du coup la remise totale de l'individu à son subconscient. Pour contrer le subconscient, il n'y a pas nécessairement besoin de savoir ce qui y est tapi...il suffit d'observer les conséquence de ses actes, d'envisager les conséquences des pensées pour se prémunir d'une soit disant mauvaise nature.

Je ne sais pas mon subconscient, je crois le connaître mieux que certains, mes deux kopecks, et je sais qu'il réagit faussement à des stimuli associés à une menace qui n'en sont en fait pas. Je le bride donc, le calme et le musèle au besoin. Cela m'a permis d'éviter de nombreuses conflagration et déflagrations dans ma vie. Ce n'est pas "l'envie" de nuire qui manquait, ohhh non... haineuse parfois...Toujours légitime dans son fonds...jamais dans sa forme... l'expression d'une émotion est parfois inadéquate ou illégitime.... jamais l'émotion ou le sentiment. Tout comme personne n’est illégitime...ce sont ces actes qui peuvent l'être. Rien ne justifient la défense autre que la menace...à nous de descendre le degré de menace correspondant. Pas si dur en fait... ;-)

Je ne dis pas que je ne me suis jamais senti menacé, mais pas au point de considérer une éventuelle défense comme légitime. J'ai osé l'attaque une fois dans ma vie, sous prétexte de défense...de ce moment je me suis promis de ne plus jamais faire usage de violence... trop facile...la surprise fait loi..

IL n'y a rien d'autre que de la violence dans la violence...même pour se défendre... d'une menace souvent bien plus pâle et faible que ce que l'on croit. Le courage de l'empathie réside précisément dans la peur...de soi surtout envers l'autre... Le courage de l’empathie est de se confronter à la menace afin de la réduire...
Aethos
Aethos

Messages : 724
Date d'inscription : 19/12/2012
Age : 41
Localisation : Suisse - Nyon

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Edelweiss Mar 6 Jan 2015 - 22:05

Ben oui, s'y confronter ne veut pas dire prendre des coups Wink je vis pas dans une grotte même si...je me confronte au monde donc je me confronte à des menaces éventuellement perçues ou clairement exprimées (malheureusement).
@Insomniaque : coucou je mets le lien ici aussi : http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/egosysteme/6375448-egosysteme-du-03-01-2015.html c sur la force de nos cerveaux, intéressant témoignage
Edelweiss
Edelweiss

Messages : 549
Date d'inscription : 24/11/2014

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Insomniaque Jeu 8 Jan 2015 - 22:27

Hey mes empathes d'amours !
Bon, je ne viens pas pour parler de #JeSuisCharlie (...)! nan, Je viens vous parler de recherches tres, tres, tres interressante ... Le neurone miroire !
Alors c'est quoi le neurone miroir ? He ben avant qu'un pote en parle dans la cour ... J'en savais rien du tout Razz oui, mais pour quoi je viens vous en parler ? Et bah pck sa a un rapport avec l'empathie !!! et pas des moindre ! Simple experience :
2 patients, 1 anestesié, l'autre non. les 2 patients sont mit cote à cote et celui qui n'est pas anéstésié est pincé et bien a ce moment celui qui été anestesié a resenti la douleur !! Incroayble non ? et se n'est pas tout ! il aurait également une influence sur l'apprentissage, le désir ... ILS auraient égalment un rapport avec le syndrome du membre fantome !
Bon, e n'ai pas le temps mnt de tout vous expliquer alors allez sur: http://fr.wikipedia.org/wiki/Neurone_miroir *I love you wiki Smile Amoureux *
Sur ce, les potos:
A+ Bisous Long hug
Ps: j'ai regardé ton lien : super !
Ps: je v certainement bientot te MP pour ce que je pense etre l'élement déclencheur !
Insomniaque
Insomniaque

Messages : 173
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 20
Localisation : Ma maman m'a dit de pas le dire :o

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Edelweiss Ven 9 Jan 2015 - 23:15

@Insomniaque : suis en train de lire l'article de wiki Wink connaissais pas du tout, mercii, en plus trop classe l'expression "neurones de Gandhi" Laughing Je connaissais pas non plus la "contagion émotionnelle" mais je vais creuser parce que je pourrais être concernée (greuh). En plus je peux plus écouter de concert ou de musique simplement jouée en live (sans que ce soit par des pro) parce que quelques notes et ça monte, ça monte et je dois vite sortir un mouchoir... Rolling Eyes
Edelweiss
Edelweiss

Messages : 549
Date d'inscription : 24/11/2014

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Insomniaque Ven 9 Jan 2015 - 23:18

Sad ma pauvre ! mo j'ai chialé quand j'ai touché mon idole pendant un concert Razz
Mais moi aussi pour la contagion émotionnelle et c surtout ça mon blem !
Ps: MP edel !
Insomniaque
Insomniaque

Messages : 173
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 20
Localisation : Ma maman m'a dit de pas le dire :o

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par Insomniaque Dim 11 Jan 2015 - 23:31

Re mes empathes que j'aime ! Comment va ?!
Bon, j'ai envie de répondre a la question du topic
Ton empathie t'en fais quoi? Et bien tu as 2 choix : sois tu vois sa comme un fardeau et tu essayes de le faire s'enfouir au fond de toi même et tu ghangeras, sois tu vois ça comme un don et tu l'utilise pour aider les autres ! Very Happy
voila ! A vous de voir:)
Insomniaque
Insomniaque

Messages : 173
Date d'inscription : 07/11/2013
Age : 20
Localisation : Ma maman m'a dit de pas le dire :o

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par ISIS75 Ven 3 Mar 2017 - 13:50

@aethos : 2 fois j'ai porté plainte pour vols dont un avec violence et 2 fois on m'a perdu les dossiers...
de la différence entre la théorie (faisons confiance à l'Etat, les lois, la Justice) et la pratique. J'ai du mener les enquêtes moi-même...
Je précise que pour le 1er cas, ça c'était passé dans une ville avec mauvaise réputation. Dans le 2nd cas, un arrondissement de Paris prestigieux...
ISIS75
ISIS75

Messages : 2861
Date d'inscription : 28/01/2014
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Mon empathie, j'en fais quoi ?  - Page 2 Empty Re: Mon empathie, j'en fais quoi ?

Message par ISIS75 Ven 3 Mar 2017 - 14:46

"Une personne agressive doit être re4ue avec déférence. Elle est légitime dans son agressivité"
oui et non... une personne agressive, j'arrive tjs à savoir pourquoi elle l'est... Le problème est que cette personne des fois peut croire que nous ou je suis son agresseur même si ce n'est pas toujours le cas (je parle d'une façon globale).
Comment j'essaie d'aider ? En identifiant son problème et en lui donnant des conseils précis (tel psy ou médecin (spécialisé dans telle pathologie), parler de tel régime, conseils sur l'écologie, conseils sur comment gérer son budget... Ou si j'ai pas envie de trop me prendre la tête ou si je sens une méfiance, juste en lui donnant un conseil plus général (tu devrais consulter un psy), tu devrais plus prendre soin de toi, demande à ton généraliste, prend rdv avec une assistante sociale... Ou si je sens que la personne n'est pas prête à recevoir mes conseils ou que j'ai pas le temps (pour ses problèmes car la relation n'est pas très équitable), je parle d'autres choses puis je lui dis de prendre soin d'elle.
ISIS75
ISIS75

Messages : 2861
Date d'inscription : 28/01/2014
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum