Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi

+3
MichelAngelo79
Harpo
Cyril THQI
7 participants

Aller en bas

Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi Empty Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi

Message par Cyril THQI Mar 10 Sep 2013 - 18:39

Je viens de lire le livre de Mihaly Csikszentmihalyi : Vivre – La psychologie du bonheur. L'auteur est psychologue. Il a identifié ce qu'il appelle l'expérience optimale. Cette expérience optimale s'articule autour d'une action et peut se vivre dans de nombreux contextes. Elle constitue à ses yeux la clé du bonheur. On peut regretter que le livre parle peu de la méthodologie. On y apprend tout de même ceci :
Mihaly Csikszentmihalyi a écrit:Au début de mes recherches, les données provenaient d'interviews et de questionnaires. Dans le but d'acquérir une plus grande précision et d'être le plus objectif possible à propos de phénomènes subjectifs sans comprendre le sens personnel de l'expérience vécue, nous avons développé la méthode de l'échantillonnage de l'expérience vécue (Experience Sampling Method, ESM). Cette méthode permet d'obtenir des données sur les pensées, les émotions et les activités de l'individu alors qu'il est dans son milieu naturel. Le participant note les informations demandées lorsqu'un télé-avertisseur se fait entendre à différents moments de la journée (de cinq à 8 fois), moments déterminés par le hasard. Selon les besoin de la recherche et la collaboration des sujets, cette procédure peut durer quelques jours ou quelques semaines. Il est donc possible de voir fluctuer l'humeur du participant au fil des heures et des jours et surtout de mettre en relation ses émotions, ses pensées et les événements de sa vie.
La phénoménologie de l'expérience optimale comporte huit caractéristiques majeures :
Mihaly Csikszentmihalyi a écrit:1. La tâche entreprise est réalisable mais constitue un défi, et exige un aptitude particulière ;
2. L'individu se concentre sur ce qu'il fait ;
3. La cible visée est claire ;
4. L'activité en cours fournit une rétroaction immédiate ;
5. L'engagement de l'individu est profond et fait disparaître toute distraction ;
6. La personne à le contrôle sur ses actions ;
7. La préoccupation de soi disparaît, mais, paradoxalement, le sens du soi est renforcé à la suite de l'expérience optimale ;
8. La perception de la durée est altérée.
On remarque facilement que ces points ont déjà été soulignés par de nombreuses personnes dans de nombreux contextes. On a également pu l'observer soi-même dans sa vie. Rien de révolutionnaire ici. Mais c'est peut-être justement ce qui devrait amener à le prendre au sérieux.
Cyril THQI
Cyril THQI

Messages : 1509
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 51
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi Empty Re: Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi

Message par Harpo Mar 10 Sep 2013 - 19:09

Peut on être heureux entre deux expériences optimales ?
Harpo
Harpo

Messages : 5770
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 59
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi Empty Re: Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi

Message par Cyril THQI Mar 10 Sep 2013 - 19:55

Je pense que selon l'auteur, entre deux expériences optimales, on peut vivre des expériences sous-optimales. Plus on sera proche du modèle de base, plus le bonheur sera important.
Cyril THQI
Cyril THQI

Messages : 1509
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 51
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi Empty Re: Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi

Message par MichelAngelo79 Mer 11 Sep 2013 - 12:18

Dans le même genre, je viens de lire :

"Comment devenir un optimiste contagieux" de Shawn Achor.

Un lire sur la psychologie positive, et ses 7 principes
Un très bon livre, assez déroutant.

En résumé; Le succès ne mène pas au bonheur c'est le bonheur qui mène au succès.
MichelAngelo79
MichelAngelo79

Messages : 67
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 51
Localisation : Scanneur intersidéral

Revenir en haut Aller en bas

Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi Empty Re: Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi

Message par siamois93 Mer 11 Sep 2013 - 19:03

@Cyril : Mais alors les moments par exemple où l'on est dans les transports en commun et l'on ne fait quasiment rien sinon attendre la fin du trajet, est-ce forcément des moments malheureux ?
Il me semble que dans les transports en commun il n'y a que le point 8 qui est valide.
siamois93
siamois93

Messages : 10025
Date d'inscription : 03/04/2012
Localisation : Draguignan

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi Empty Re: Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi

Message par Fata Morgana Mer 11 Sep 2013 - 19:10

1. La tâche entreprise est réalisable mais constitue un défi, et exige un aptitude particulière ;
2. L'individu se concentre sur ce qu'il fait ;
3. La cible visée est claire ;
4. L'activité en cours fournit une rétroaction immédiate ;
5. L'engagement de l'individu est profond et fait disparaître toute distraction ;
6. La personne à le contrôle sur ses actions ;
7. La préoccupation de soi disparaît, mais, paradoxalement, le sens du soi est renforcé à la suite de l'expérience optimale ;
8. La perception de la durée est altérée.
Je me dis que c'est typique de ce qui se passe quand on fait ce qu'on aime. Et je mets ça en lien avec Ivan Illitch:
"Quand apprend-ton vraiment ? Quand on fait ce qu'on aime.
Fata Morgana
Fata Morgana

Messages : 20818
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 64
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi Empty Re: Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi

Message par krapopithèque Mer 11 Sep 2013 - 19:18

siamois93 a écrit:@Cyril : Mais alors les moments par exemple où l'on est dans les transports en commun et l'on ne fait quasiment rien sinon attendre la fin du trajet, est-ce forcément des moments malheureux ?
Il me semble que dans les transports en commun il n'y a que le point 8 qui est valide.
Du même auteur , je termine bientôt : " Mieux vivre en maîtrisant votre énergie psychique " et il indique je cite : " transformer la routine en plaisir " sous la forme d'un défi quotidien et en refusant la facilité .
krapopithèque
krapopithèque

Messages : 2295
Date d'inscription : 24/06/2013
Age : 70
Localisation : sud

https://www.zebrascrossing.net/t11671-salutation-bonjour-kenavo-e

Revenir en haut Aller en bas

Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi Empty Re: Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi

Message par Eomer Mer 11 Sep 2013 - 19:53

siamois93 a écrit:@Cyril : Mais alors les moments par exemple où l'on est dans les transports en commun et l'on ne fait quasiment rien sinon attendre la fin du trajet, est-ce forcément des moments malheureux ?
Il me semble que dans les transports en commun il n'y a que le point 8 qui est valide.
Tout ce qu'on peut conclure c'est qu'un trajet en transports en commun n'est pas en soi une expérience optimale. Mais ce qu'il y a de bien avec les transports en commun, c'est qu'on peut faire autre-chose : lire, jouer sur son téléphone, travailler sur son ordinateur, écouter de la musique, méditer, dessiner...
Eomer
Eomer

Messages : 112
Date d'inscription : 11/07/2013
Localisation : Île de France

Revenir en haut Aller en bas

Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi Empty Re: Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi

Message par Cyril THQI Jeu 12 Sep 2013 - 8:39

Et ces autres choses qu'on peut faire peuvent donner lieu à cette fameuse expérience optimale.
Cyril THQI
Cyril THQI

Messages : 1509
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 51
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi Empty Re: Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi

Message par Fata Morgana Jeu 12 Sep 2013 - 8:55

J'ai l'impression de ne vivre que pour cette stase ! Parfois, je suis tellement absorbé en construisant un morceau de musique par exemple que je suis dans cette sorte d'hypnose. J'oublie même de manger parfois...Quand j'étais enfant je vivais des moments comme ça aussi, quand j'étais là encore absorbé dans un jeu. Mais peut-on générer nous-mêmes cet état qui est vraiment multifactoriel ? Ah, ne m'en parle pas, ça me donne une nostalgie...
C'est un équilibre si délicat qu'une mouche peut le détruire. Mais quand on vit ces moments d'accomplissement, le mot qui se présente à l'esprit c'est "vie ! " point d'exclamation.

Mais mis à part ce "programme" que tu appelles phénoménologie, listé plus haut, qu'est ce que le livre dit d'autre ? (Quoique l'expérience ait un petit coté big brother)
Fata Morgana
Fata Morgana

Messages : 20818
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 64
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi Empty Re: Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi

Message par Cyril THQI Jeu 12 Sep 2013 - 10:17

Fata Morgana, ce que tu décris avec la musique (et que je connais moi-même), correspond tout à fait à ce qu'il appelle expérience optimale.

Les 8 points que j'ai listés constituent le cœur du livre. Le reste sert surtout à bien les faire comprendre, notamment à l'aide de nombreux exemples.

Il fait aussi un néologisme : « autotélique ».
Mihaly Csikszentmihalyi a écrit:Le terme « autotélique » vient de deux mots grecs, autos (soi) et telos (but et fin). L'expérience optimale est une fin en soi ; elle est recherchée pour elle-même et non pour d'autres raisons que l'intense satisfaction qu'elle procure.
Une fois ce terme défini, il aborde les activités autotéliques et les personnalités autotéliques (ayant plus d'aptitudes à l'expérience optimale).

J'ai noté quelque chose d'intéressant au sujet de la personnalité autotélique. Elle est à l'opposée de la personnalité TDAH (Trouble de l'attention avec ou sans hyperactivité). D'un côté, une grande attention, de l'autre un déficit en attention. J'avais noté à partir d'autres sources que les personnes souffrant de TDAH on un déficit en dopamine, et ce déficit entraîne une plus grande difficulté à être heureux. Les choses se recoupent donc très bien.

Ensuite, on peut remarquer que beaucoup de personnes à haut QI se reconnaissent assez bien dans les caractéristiques du TDAH. A ce point que certains estiment que de nombreux individus pensant souffrir de TDAH ne sont que des surdoués qui s'ignorent.

Mais alors, si le surdoué partage de nombreux traits avec le TDAH, il pourrait bien partager celui dont on parle, l'absence de bonheur à cause d'un déficit d'attention (le mot « concentration » serait à mon avis plus jute). Par conséquent, on peut faire l'hypothèse que parmi les nombreux zèbres qui se plaignent d'être trop intelligent pour être heureux, certains sont peut-être plutôt insuffisamment attentifs pour être heureux.

Trop inattentif pour être heureux ?

Je pense que la question mérite d'être posée et d'être creusée sérieusement. En particulier par ceux qui, ici, souffrent et mettent cette souffrance sur le dos de l'intelligence. En particulier parce qu'il n'y a pas de liaison nécessaire entre l'intelligence et l'absence de bonheur. Certaines personnes intelligentes sont heureuses.
Cyril THQI
Cyril THQI

Messages : 1509
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 51
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi Empty Re: Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi

Message par Fata Morgana Jeu 12 Sep 2013 - 10:34

Je suis parfaitement d'accord avec toi.
J'entends souvent parler ici d'une pénible fuite des pensées. J'avais crée un fil à ce sujet "écrire domestique t-il le zébre ?" ou quelque chose d'approchant.
Et justement par rapport à cette hyperactivité - dont je suis victime - c'est précisément sa suspension qui apporte cette fluidité de l'être quand le moi et son acte ne font plus qu'un. Le contraste est saisissant. Dans mon langage on appelle ça le recueillement, mais peu importe.
Il apparaît quand ce qui est autour de soi (le contexte) en-dessous de soi (les pulsions primaires) et au-dessus de soi (ici la finalité du geste/telos) entrent en syntonie. C'est un équilibre difficile à trouver. "L'inspiration" est par nature fuyante. Cependant il peut y avoir une discipline qui prépare (et non pas engendre) cet état. Sans doute différente pour chacun. Mais cette nécessité de "l'ascèse" (du "travail"), on ne peut pas l'ignorer. Ce bien-être qui consiste aussi en l'adéquation de l'être et du faire ne peut pas se dispenser d'une discipline... Mot austère, soit, mais il y a là je pense quelque chose d'indispensable. D'ailleurs la procrastination est-elle autre chose que l'attente de ce moment ?
La dispersion est l'ennemi de cet état. Ma méthode consiste à picorer dans N'IMPORTE QUEL LIVRE une phrase par ci par là et regarder ce qui va venir s'organiser dans mon esprit autour de ça. Arborescences si on veut, mises en relation d'éléments disparates, ébauchent de developpements possibles. J'ai fais ça un peu sur mon fil ce matin. J'étais dedans ! Youpi ! Very Happy (Mais ce fut bref.)
Une chose est certaine: la concentration cela s'apprend. Et la concentration sans effort en particulier. C'est le travail d'une vie ? Et alors ? Smile


Dernière édition par Fata Morgana le Jeu 12 Sep 2013 - 12:56, édité 1 fois
Fata Morgana
Fata Morgana

Messages : 20818
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 64
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi Empty Re: Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi

Message par Eomer Jeu 12 Sep 2013 - 10:58

Cyril THQI a écrit:Trop inattentif pour être heureux ?
C'est peut-être pour cela que "on" (c'est à dire certaines personnes, dont moi) s'intéresse à la méditation de pleine conscience : si je ne fais pas attendion à mon attention, elle a tendance à dériver sur des sujets absorbants (comme la lecture de ce forum) mais qui sont très loin de l'expérience optimale. En pratiquant cette méditation, j'espère rester d'avantage présent et attentif à ce qui est ou à ce que je fais.

Quelques expériences optimales que j'ai vécues :

  • les sports de glisse
  • les sports nautiques
  • les arts martiaux
  • les problèmes mathématiques qui étaient posés pendant mes études
  • l'élaboration de certains programmes informatiques
  • le chant en chorale
  • le théâtre

Je mentionne aussi deux expériences que je qualifierai de faussement optimales car les 8 points s'appliquent presque, elle peuvent procurer du plaisir, mais elle ne me donnent aucune satisfaction a posteriori. Intuitivement, j'ai l'impression que ces activités existent justement pour simuler facilement une expérience optimale en mode consommation de masse :

  • les jeux video
  • les grands huits et autre manèges de fête foraine

Pour les activités type grand huit, il manque clairement le point numéro 1 : on est totalement passif. Pour les jeux video, ce qui manque parmi les 8 points est beaucoup moins clair pour moi. Le fait est que l'activité est complètement vaine, elle n'existe qu'en soi. Par ailleurs, l'attention est peut-être trop focalisée, le monde extérieur disparaît totalement pendant le jeu, alors que la plupart des activités que j'ai mentionnées plus haut (sports, arts collectifs et scéniques) se font en interaction immédiate avec le monde réel : l'eau, l'asphalte, l'autre (dans un sport de combat), le publique et les autres acteurs...

Mais alors, quid des activités purement intellectuelles que j'ai mentionnées plus haut, comme la programmation informatique ? J'ai parlé de "certains programmes". Je pense que la programmation, qui me donne souvent de plaisir, ne me laisse après coup une bonne impression que si le programme est utile ou si au moins il m'a appris quelque-chose, ce qui est utile en soi. En ce qui concerne les problèmes mathématiques purement académiques de ma jeunesse, c'est aussi un peu compliqué. J'avais l'impression qu'ils me faisaient toucher du doigt (de l'esprit, oui mon esprit a des doigts) une vérité extérieure, absolue et difficilement atteignable.

Voilà, à les relecture des 8 points, je pense que le point numéro 7 qui fait la différence. Je suis content d'avoir peut-être mieux compris ce point numéro 7 sur le renforcement de la conscience de soi et comme j'ai déjà écrit tout ça, je le poste.


Dernière édition par Eomer le Jeu 12 Sep 2013 - 11:02, édité 1 fois (Raison : grammaire)
Eomer
Eomer

Messages : 112
Date d'inscription : 11/07/2013
Localisation : Île de France

Revenir en haut Aller en bas

Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi Empty Re: Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi

Message par krapopithèque Jeu 12 Sep 2013 - 11:09

Etre " présent " à soi ; en solitaire puis en société en commençant par examiner nos automatismes .

Apprendre ou réapprendre à faire les choses avec passion .

Rétablir une attention vigilante avec ses proches .
krapopithèque
krapopithèque

Messages : 2295
Date d'inscription : 24/06/2013
Age : 70
Localisation : sud

https://www.zebrascrossing.net/t11671-salutation-bonjour-kenavo-e

Revenir en haut Aller en bas

Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi Empty Re: Le bonheur selon Mihaly Csikszentmihalyi

Message par Invité Jeu 12 Sep 2013 - 12:37

Lapalissade sous la douche:
Quand un problème est trop complexe j'aime bien utiliser la petite astuce de proba p(événement contraire de A) = 1-p(A)
L'événement contraire du bonheur est le malheur, autant on parle souvent d'un mirage pour le premier, c'est plus rare qu'on l'attribue au dernier.
Partons de l'hypothèse que le malheur existe et possède un contraire le bonheur.
Logiquement si on soustrait tout le malheur d'un individu à un instant t, il est censé rester seulement du bonheur. Deux cas de figure, soit on arrive à un ensemble vide, ce qui impliquerait qu'il n'y ait que du malheur, cela me laisse dubitatif. Ou bien on arrive à un chiffre positif, magique le bonheur existe.
Définissons l'humeur comme  la somme bonheur+malheur. Imaginons les comme deux fonctions, avec le bonheur >0 et le malheur <0.
Il m'est d'avis qu'il faut tout d'abord rehausser la courbe malheur si la fonction humeur reste négative après l'apport en bonheur d'une expérience optimale. Si ce n'est pas le cas alors il suffirait de produire suffisamment d'expérience positive pour que l'humeur le soit. Cependant, je pense qu'une stabilité est de mise, un trop-plein d'expériences optimales pourrait conduire à une sorte de burn-out. Or ce qui importe est la durée, une chute brutale de la courbe bonheur serait plus néfaste qu'autre chose. Ainsi une juste mesure d'expériences optimales serait à même de conduire à une fonction humeur stable et positif sur le long-terme.
On assisterait à un concert d'expériences optimales, sous-optimales - que je définirais par plaisirs - et déplaisirs. Le déficit en dopamine serait plus à même de porter préjudice aux sous-optimales, nécessitant ainsi, pour les personnes concernées, davantage d'expériences dites optimales.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum