Existential depression in gifted individuals

Aller en bas

Existential depression in gifted individuals Empty Existential depression in gifted individuals

Message par Gcg le Dim 21 Juil 2013 - 17:17

Existential depression in gifted individuals – Davidson Institute for Talent Development

Bonne fin de week-end Smile

Gcg

Messages : 24
Date d'inscription : 18/02/2012
Age : 39

Revenir en haut Aller en bas

Existential depression in gifted individuals Empty Re: Existential depression in gifted individuals

Message par Invité le Ven 14 Mar 2014 - 14:22



Exclamation "Dépression et impression de vacuité intellectuelle" t13099-depression-et-impression-de-vacuite-intellectuelle?highlight=dépression+existentielle

Je me retrouve dans ce dit Roknar, insensibilité totale protectionniste en gros... je pense que c'était moi "avant", une espèce de néant, semi conscient, je sentais que je pouvais aller loin dans mes pensées, c'était effrayant, finalement suivre le chemin plus confortable que notre itinéraire bis...redevenir animal comme l'exprime cotcot dans ce post.
mais je me suis réveillée depuis.
et en réaction pense passer à la phase inverse, rattraper ces année d'errance et ce coup ci pas laisser gâcher mes capacités.

Ici une approche plus émotionnelle..mais on sait que tout est lié..
Exclamation "La colère réprimée cause l'angoisse et la dépression" - exprimer - émotion" posté par carotterose
t6659-la-colere-reprimee-cause-l-angoisse-et-la-depression-exprimer-emotion?highlight=dépression


D'autre sujets parlent "concrètement" de solution à la dépression. Là je veux d'abord la comprendre.



je vais pas refaire ce qui a été bien dit..je vous copie colle.
Texte de  James T Webb sur le site SENG (Supporting Emotional Needs of the Gifted – Répondre aux Besoins Emotionnels des Surdoués). (j'ai apris par la même que c'était un des site le splus complets sur "notre" sujet.

repris sur plusieurs blogs/site dont  "talentdifferent"




Les surdoués ont tendance à expérimenter un certain type de dépression, connue sous le nom de dépression existentielle.

Bien qu’une épisode de dépression existentielle puisse survenir chez n’importe qui à l’occasion d’une perte majeure ou la peur d’une perte qui met en lumière l’aspect fini et éphémère de la vie, les surdoués sont plus vulnérables à ce genre de dépression qui les atteint plus facilement.

Parfois, cette dépression existentielle est à lier à l’expérience de “désintégration positive” mentionnée par Dabrowski (1996).

La dépression existentielle survient quand l’individu est confronté à certains événements fondamentaux de l’existence. Yalom (1980) en décrit quatre : la mort, la liberté l’isolement et l’absurdité

La mort est inévitable. La liberté est la base de l’existence, mais se réfère aussi à l’absence de barrières extérieures (ce qui signifie que les humains n’entrent pas dans un monde structuré de lui-même : il faut donc structurer le monde par notre propre action).

L’isolement rappelle ceci que, quelle que soit la proximité physique qu’on puisse avoir avec quelqu’un, il y a toujours un fossé, et, quoi qu’il arrive, nous sommes toujours seuls.

L’absurdité est une résultante des trois précédents : Si nous devons mourir, si nous devons construire notre propre monde et si, quoi qu’il arrive, nous sommes toujours seul…. alors quel est le sens de la vie ?

Pourquoi de telles préoccupations existentielles devraient elles survenir plus fréquemment chez les surdoués ?

En partie parce qu’une pensée et une réflexion substantielle ne peuvent qu’arriver à ce genre de considération, plutôt que de simplement se focaliser sur les aspects superficiels de la vie quotidienne.

Mais d’autres caractéristiques plus spécifiques des enfants surdoués les y prédisposent.

Parce que les enfants surdoués sont capables de considérer la façon dont pourraient ou devraient être les choses ils ont tendance à être idéalistes.

Néanmoins, ils sont tout autant capables de voir que le monde n’est pas ce qu’il devrait être.

Et parce qu’ils sont intenses, les enfants surdoués ressentent avec beaucoup d’acuité,  le désappointement et la frustration qui surviennent quand les idéaux ne sont pas atteints.

De façon similaire, ces jeunes gens découvrent très vite les inconsistances, l’arbitraire et les absurdités de la société et de ceux qui les entourent.

Les traditions sont alors remises en cause, voire défiées.

Des restrictions imposées à tel sexe ou tel âge de la population aux attitudes hypocrites adoptées pour faire différemment de ce qu’on l’on a dit, en passant par l’incapacité de s’intéresser à son prochain ou à l’impact d’un individu sur l’évolution du monde, tout peut y passer.

Quand ils tentent de partager leurs réflexions ou points de vue, les enfants surdoués se voient opposer, au mieux, de la surprise, au pire, de l’hostilité. Ils découvrent alors que les autres, en particulier ceux de leur âge, ne partagent pas les mêmes préoccupations, et sont plutôt concernés par des  thématiques plus concrètes telles que s’adapter aux attentes des autres.

Très vite, et même dès le plus jeune âge, l’isolement peut survenir, dans l’environnement social, mais aussi dans la famille, surtout chez ceux dont le QI est très élevé, quand ils découvrent que les autres ne sont pas préparés à aborder des sujets d’une telle importance.

Quand leur intensité est combinée avec une multi potentialité, les jeunes surdoués deviennent particulièrement frustrés quant à tout ce qui concerne les limites de temps et d’espace : il n’y a tout simplement pas assez d’heures dans une journée pour développer tous leurs talents et leurs envies. Faire des choix devient arbitraire, et le choix n’est à vrai dire jamais “le bon”. Même choisir une vocation peut devenir difficile quand il faut choisir entre différentes passions aussi différentes que le violon, la neurologie, les mathématiques théoriques ou les relations internationales.

La réaction des jeunes surdoués à ces frustrations (et de nouveau avec intensité), c’est souvent de la colère. Mais ils découvrent alors rapidement que leur colère est futile, parce qu’elle est dirigée contre le “destin” ou d’autres sujets qu’ils ne peuvent contrôler. La colère d’impuissance évolue alors bien vite en dépression.

Et dans une telle dépression, les enfants surdoués cherchent à trouver un sens à la vie, des repères auxquels ils peuvent se raccrocher pour se sortir de cette “injustice”. Souvent, pourtant, plus ils cherchent à s’en sortir, plus ils prennent conscience que leur vie est finie et brève, qu’ils sont seuls, et vraiment un organisme minuscule au sein de l’univers et que la liberté est terrible de se choisir la vie que l’on veut vivre.

C’en arrive à un point qu’ils se posent la question du sens de la vie  et demandent “la vie c’est seulement ça ? Il n’y a vraiment pas de sens ultime caché ? Je suis petit, un organisme insignifiant, seul, dans un monde absurde, arbitraire et capricieux où ma vie peut avoir juste un tout petit impact, et à la fin je meurs. C’est ça, la vie ? Que ça ?”

De telles préoccupations ne sont pas surprenantes chez les adultes qui traversent la crise de l’âge mûr. Pourtant, c’est une matière extrêmement préoccupante quand ces questions existentielles occupent l’esprit d’un enfant de 12 ou 15 ans. De telles dépressions existentielles doivent être prises au sérieux, demandent la plus grande attention, car elles peuvent être un prélude au suicide.

Comment pouvons-nous aider nos jeunes pousses brillantes à faire avec ces questionnements ? Nous ne pouvons pas beaucoup pour ce qui concerne l’aspect fini de notre existence. Pourtant, nous pouvons les aider à se savoir compris, à se sentir moins seuls et à savoir aussi qu’on peut trouver des moyens de les aider à structurer leur liberté et à lutter contre leur sentiment d’isolement.

L’isolement est de toutes façons déjà rompu, quand on peut simplement leur communiquer qu’on comprend les sujets qui les assaillent. Même si votre expérience n’est pas complètement la même, je peux me sentir bien moins seul si je sais que vous avez vécu des expériences à peu près similaires.

D’où l’importance des relations sociales dans le développement d’un surdoué (Webb, Meckstroth et Tolan, 1982).

Il apparaît que le toucher fait partie des meilleurs moyens de rompre l’isolement. De la même façon que les petits enfants ont besoin d’être tenus et touchés, les personnes qui expérimentent la dépression existentielle ont les mêmes besoins. Le toucher semble être un aspect fondamental et instinctif de l’existence, ainsi que c’est mis en lumière dans la relation mère-enfant ou le syndrome de retard de développement.

Souvent, j’ai « prescrit » une étreinte quotidienne à un jeune souffrant de dépression existentielle et j’ai conseillé aux parents des ados rebelles de leur dire « je sais que tu peux ne pas vouloir une étreinte, mais j’ai besoin d’une étreinte », une étreinte, un simple effleurement du bras, un coup de coude amical, ou même se taper la main comme le font les joueurs quand ils ont marqué un but, peuvent être très importants pour ces jeunes, parce que ça établit au moins une connexion physique.

Les thématiques et choix qu’impliquent le fait de gérer sa liberté sont d’ordre plus intellectuel, très opposés aux aspects rassurants du toucher comme solution sensorielle à une crise émotionnelle.

Les enfants surdoués qui se sentent submergés par une myriade de choix d’un monde non structuré peuvent trouver un grand réconfort à étudier et explorer des voies alternatives avec lesquelles d’autres ont structuré leur vie.  En lisant les biographies de gens qui ont choisi un chemin spécifique vers la grandeur et l’accomplissement, ces jeunes gens peuvent commencer à utiliser la bibliothérapie comme une méthode de compréhension que les choix sont autant de carrefours sur le chemin de la vie, dont chacun peut les conduire à leur propre sentiment de plénitude et d’accomplissement (Halsted, 1994). Nous avons tous besoin de nous construire notre propre philosophie de croyances et de valeurs qui formeront un cadre plein de sens pour nos vies.

Ce sont ces préoccupations existentielles qui peuvent conduire les adolescents à se consumer de façon si intense pour différentes causes (qu’elles soient académiques, politiques, sociales ou religieuses).

Malheureusement, ces préoccupations existentielles peuvent aussi déboucher sur des périodes de dépression, souvent mêlées à du désespoir, des efforts désespérés d’”appartenance”.

Aider ces jeunes gens à reconnaître les thématiques fondamentales de l’existence peut les aider, mais seulement dans la mesure où c’est fait de façon bienveillante. De plus, ces jeunes esprits auront besoin de comprendre que les thématiques existentielles ne sont pas des problèmes qui se règlent une fois pour toutes, mais qui, plutôt, ont besoin d’être revisités et reconsidérés plusieurs fois tout au long de la vie.

Par essence, nous pouvons aider beaucoup de personnes souffrant de dépression existentielle si nous arrivons à leur faire réaliser qu’elles en sont pas si seules qu’elles le pensent et si nous pouvons les encourager à adopter le message d’espoir écrit par le poète africano-américain Langston Hughes :

Accroche-toi ferme à tes rêves
Parce que si les rêves meurent
La vie n’est plus qu’un oiseau aux ailes brisées Q
ui ne peut voler.


Accroche-toi ferme à tes rêves
Parce que si les rêves meurent
La vie n’est plus qu’un champ aride
Recouvert de neige

NB : SENG a été créé en 1981 pour sensibiliser l’opinion publique aux besoins émotionnels des enfants surdoués.Peu à peu, l’association a étendu son action aux adultes surdoués.





Dernière édition par Nayru le Mer 27 Mai 2015 - 15:15, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Existential depression in gifted individuals Empty Re: Existential depression in gifted individuals

Message par nid_d'abeille le Jeu 26 Juin 2014 - 13:32

Merci ! . . .

nid_d'abeille

Messages : 428
Date d'inscription : 08/03/2012
Age : 29
Localisation : Marne

Revenir en haut Aller en bas

Existential depression in gifted individuals Empty Re: Existential depression in gifted individuals

Message par Zwischending le Jeu 26 Juin 2014 - 14:15

Extrêmement intéressant, et qui 'touche' juste, à mon sens :-) - notamment tous les apports et contributions faits par Nayru, en français (ça fait du bieeen parce qu'on est à la traîne sur plein de sujets comme ceux évoqués ici, comparés au monde de la recherche anglo-saxonne)

J'vais réutiliser des trucs, notamment sur mon fil, quand j'en aurais un peu plus le temps / loisir, et les importer sur mon fil Wink - boulot dans l'éducation / reconversions vers plus de, ''contacts'' notamment avec les divers langages émotionnels -

:-)
Zwischending
Zwischending

Messages : 888
Date d'inscription : 27/05/2013
Localisation : île de France

Revenir en haut Aller en bas

Existential depression in gifted individuals Empty Re: Existential depression in gifted individuals

Message par Kodiak le Jeu 18 Sep 2014 - 22:34

Merci infiniment Nayru pour ce partage Smile

Si j'avais eu la chance de lire ces lignes éclairantes à 14 ans, ou même à 18, tant de choses auraient pu être différentes dans ma vie....

Si ne serait ce qu'un parent d'enfant HP peut le parcourir, et s'en imprégner pour comprendre et aid(m)er un tant soit peu son enfant en prenant conscience de sa vulnérabilité particulière aux angoisses existentielles, alors sa publication sera une grande et belle action !!!
Kodiak
Kodiak

Messages : 1904
Date d'inscription : 05/11/2013
Age : 58
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas

Existential depression in gifted individuals Empty Re: Existential depression in gifted individuals

Message par guyom zigre doUx le Ven 19 Sep 2014 - 2:12

Kodiak a écrit:Merci infiniment Nayru pour ce partage Smile

Si j'avais eu la chance de lire ces lignes éclairantes à 14 ans, ou même à 18, tant de choses auraient pu être différentes dans ma vie....

Si ne serait ce qu'un parent d'enfant HP peut le parcourir, et s'en imprégner pour comprendre et aid(m)er un tant soit peu son enfant en prenant conscience de sa vulnérabilité particulière aux angoisses existentielles, alors sa publication sera une grande et belle action !!!


oui
guyom zigre doUx
guyom zigre doUx

Messages : 905
Date d'inscription : 24/06/2014
Localisation : milkyway

http://dandandan.net/

Revenir en haut Aller en bas

Existential depression in gifted individuals Empty Re: Existential depression in gifted individuals

Message par Invité le Ven 19 Sep 2014 - 7:23

Il y a de nombreuses fois où je doute être "HP" mais quand je lis ce genre d'article j'ai l'étrange sensation qu'on a retranscrit le tourbillon intérieur qui s'agite en moi chaque jour. Si j'avais pu le lire quand j'avais 15 ans... Et oui il faut s'accrocher à ses rêves coûte que coûte. Même si mon existence est comparable à celle de Sisyphe... l'espoir fait vivre.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Existential depression in gifted individuals Empty Re: Existential depression in gifted individuals

Message par guyom zigre doUx le Ven 19 Sep 2014 - 11:51

ParanoidPlatypus a écrit:Et oui il faut s'accrocher à ses rêves coûte que coûte.



alien
guyom zigre doUx
guyom zigre doUx

Messages : 905
Date d'inscription : 24/06/2014
Localisation : milkyway

http://dandandan.net/

Revenir en haut Aller en bas

Existential depression in gifted individuals Empty Re: Existential depression in gifted individuals

Message par Invité le Ven 19 Sep 2014 - 17:45

Merci pour la vidéo guyom Very Happy Very Happy alien alien

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum