Le surdoué et sa famille

Aller en bas

Le surdoué et sa famille Empty Le surdoué et sa famille

Message par cycliste le Jeu 9 Mai 2013 - 8:48

Je suis tombé là-dessus. Je n'ai pas encore bien tout lu, mais je me suis dit que ça pourrait vous intéresser:
http://www.voix-du-changement.com/index.php?category/Th%C3%A9rapie-familiale
cycliste
cycliste

Messages : 156
Date d'inscription : 27/02/2013
Localisation : Lille

Revenir en haut Aller en bas

Le surdoué et sa famille Empty Re: Le surdoué et sa famille

Message par meï le Jeu 9 Mai 2013 - 9:22

articles interessants!! Very Happy
meï
meï

Messages : 1321
Date d'inscription : 26/07/2009
Age : 46
Localisation : à l'Ouest

Revenir en haut Aller en bas

Le surdoué et sa famille Empty Re: Le surdoué et sa famille

Message par astronaute le Jeu 9 Mai 2013 - 9:59

Sublimissime témoignage cycliste vraiment merci merci merci et encore merci mille fois pour cet article .le point de vue psychanalytique est vraiment très intéressant je ne le connaissais pas et en plus il ma parlé . encore merci cyliste Impec !
astronaute
astronaute

Messages : 126
Date d'inscription : 07/07/2011
Age : 32
Localisation : Saturne

Revenir en haut Aller en bas

Le surdoué et sa famille Empty Re: Le surdoué et sa famille

Message par Harpo le Jeu 9 Mai 2013 - 12:30

Je viens de lire le premier pdf, et j'aime beaucoup la clarté de ce document, et l'endroit où il va. Je trouve par exemple que le problème est parfaitement posé ici :

La question n’est toujours pas tranchée entre les tenants de la vulnérabilité et ceux de la résilience. On a évoqué pour justifier ces différences des biais de recrutement. De fait, le véritable intérêt de ce débat réside-t-il dans la réponse à cette question ?

A mon sens, ces recherches ont pour principal intérêt de poser la question des mécanismes qui peuvent sous-tendre les difficultés d’intégration de certains surdoués et de souligner qu’il n’y a pas de fatalité du surdon. Le fait d’être surdoué n’est pas en soi prédictif de difficultés psychologiques ou
sociales.
On peut néanmoins s’interroger sur la faible part faite aux facteurs explicatifs internes au détriment des facteurs externes et en particulier les facteurs sociétaux et familiaux (en dehors de la pression familiale pour la réalisation de son potentiel évoquée par Webb) ...

Cela est révélateur de notre tendance à surestimer l’intrapsychique et la génétique au détriment de l’inter-psychique (ou le relationnel) et l’environnement.

Je continue la lecture dès que possible Wink
Harpo
Harpo

Messages : 5770
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 57
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Le surdoué et sa famille Empty Re: Le surdoué et sa famille

Message par Invité le Jeu 9 Mai 2013 - 14:30

Merci cycliste pour ce lien... Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le surdoué et sa famille Empty Re: Le surdoué et sa famille

Message par cycliste le Jeu 9 Mai 2013 - 17:11

astronaute a écrit:Sublimissime témoignage cycliste vraiment merci merci merci et encore merci mille fois pour cet article .le point de vue psychanalytique est vraiment très intéressant je ne le connaissais pas et en plus il ma parlé . encore merci cyliste Impec !

Merci l'astronaute pour ton enthousiasme. Je suis tombé dessus en cherchant sur le web des lien entre surdoué et Alice Miller, dont j'ai recommandé la lecture dans un message récent ici. Le passage où Alice Miller est citée:

Une hypothèse cohérente avec les écrits de Jeanne Siaud Facchin: «L’enfant surdoué vit dans l’anticipation anxieuse de ce qui pourrait arriver dans sa famille et recherche en permanence, plus ou moins consciemment, les moyens de porter assistance à ses parents ou de leur éviter des ennuis» (Siaud Fachin, 2008)

Alice Miller dans son ouvrage de référence Le drame de l’enfant doué évoque le même mécanisme : «Mais il existe des enfants qui sont ainsi : intelligents, éveillés, attentifs, ultrasensibles, et comme ils ne pensent qu’au bonheur de leurs parents, disponibles, secourables et sutout transparents, prévisibles, manipulables» (Miller, 2008). Cette analyse ne s’applique pas strictement dans son ouvrage à l’enfant surdoué mais reflète un mécanisme identique à celui que nous évoquons.

Si tu t'intéresses au point de vue psychanalytique (au bémol près qu'Alice Miller a fait dissidence de la psychanalyse pour des raisons qui me semblent bonnes):
https://www.zebrascrossing.net/t10679-alice-miller-l-avenir-du-drame-de-l-enfant-doue


Dernière édition par cycliste le Dim 12 Mai 2013 - 19:39, édité 1 fois
cycliste
cycliste

Messages : 156
Date d'inscription : 27/02/2013
Localisation : Lille

Revenir en haut Aller en bas

Le surdoué et sa famille Empty Re: Le surdoué et sa famille

Message par astronaute le Ven 10 Mai 2013 - 12:34

ok merci cycliste
astronaute
astronaute

Messages : 126
Date d'inscription : 07/07/2011
Age : 32
Localisation : Saturne

Revenir en haut Aller en bas

Le surdoué et sa famille Empty Re: Le surdoué et sa famille

Message par ♡Maïa le Ven 17 Mai 2013 - 8:46

Merci beaucoup pour ce partage très intéressant cycliste. Les 3 PDF donnent envie de lire le mémoire de recherche qui a inspiré ces articles...
J'apprécie le positionnement de l'auteure qui, plutôt que de balayer d'un revers de manche telle ou telle approche de la douance, tente d'intégrer l'ensemble des recherches dans une vision systémique.
Au lieu d'opposer l’œuf et la poule dans un rapport de causalité, s'intéresser au fonctionnement global d'un système complexe (individu - environnement) me paraît créatif et porteur...
♡Maïa
♡Maïa

Messages : 1733
Date d'inscription : 06/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Le surdoué et sa famille Empty Re: Le surdoué et sa famille

Message par Basilice le Ven 17 Mai 2013 - 8:58

Merci. Smile
J'aime particulièrement ce passage : « J’ai constaté que ce que nous éprouvons peut être si insupportable que nous inventons toute sorte de stratagèmes ingénieux -
des stratagèmes inconscients - pour tenir ces émotions à distance. C’est de l’échangisme émotionnel, au lieu de se sentir triste ou seul ou effrayé, on éprouve de la colère. (...) Vivre ses émotions exige du courage - les vivre plutôt que de les échanger sur le marché de l’émotion ou même de les reporter d’un coup sur une autre personne »
. (Winterson, 2012)
Basilice
Basilice

Messages : 1636
Date d'inscription : 01/11/2012
Localisation : Tout dépend des moments

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum