Texte sur l'amitié

Aller en bas

Texte sur l'amitié Empty Texte sur l'amitié

Message par Nounouille le Sam 20 Avr 2013 - 17:57

Voici un de mes nombreux texte, que j'ai présenté au concours d'éloquence (pour les jeunes entre 16 et 21 ans) des Lions club. Nous devions partir d'une citation de Diane de Beausacq intitulé "Votre veritable ami est celui qui ne vous passe rien et qui vous pardonne tout". Bonne lecture et merci d'avance à ceux qui me donneront des avis Smile

Qu'est ce qu'un ami? Du latin « amicus » dérivé de « amare » qui signifie aimer. Rassurez-vous, je ne suis pas ici pour vous faire un cours sur l'étymologie du mot « ami » mais pour vous parler concrètement de ce que ce mot employé si souvent par les êtres qui nous entourent représente réellement. J'irai plus loin, je vous questionnerai même sur la signification de chacun des mots que nous employons banalement et quotidiennement. L'Homme s'est forgé une langue afin de pouvoir communiquer avec son espèce tout en oubliant parallèlement que la seule langue véritable reste celle du cœur.
Commençons par le commencement. L'humain, animal pensant, a envisagé que la vie ou plutôt la Terre sur laquelle nous marchons, s'est formée il y a environ quatre milliards d'années. La vie y est apparue peu à peu et les premiers hommes ont vu le jour il y a seulement sept millions d'années. A l'époque, il n'existait pas tant de mots pour exprimer nos pensées et nos ressentis. Malgré cela, les hommes se comprenaient ainsi. Le véritable ami déchiffre nos pensées sans même que nous ayons recourt à la parole. Il existe une différence entre ce que l'on pense, ce que l'on exprime, et ce que l'autre croit comprendre; alors peut-être que finalement l'ami, c'est un décodeur de paroles ineffables, c'est celui qui, à travers un simple regard perçoit et comprend cette langue du cœur qu'un autre ne saura qu'entrevoir à travers une gestuelle ou des mots prononcés. Diane de Beausacq affirme que votre véritable ami est celui qui ne vous passe rien et qui vous pardonne tout.

Imaginons une route. Une route, un chemin sombre sur lequel nous marchons sans but précis. Au loin sur la chaussée vous apercevez une lumière. Elle est de couleur jaune, elle éclaire et orne le bitume grisâtre. Vous avancez, cette lueur vous suit. Tout au long de votre périple vous rencontrerez ces lumières multicolores. Ce chemin, c'est celui de la vie, de la destinée, celui qui se trace au fil des secondes. Et ces éclats de soleil formant un arc-en-ciel divin, sont vos amis. Certaines de ces perles rares vous accompagneront tout le long du trajet, tandis que d'autres s'éteindront au bout de quelques mètres au détour d'un croisement ou d'une funeste ruelle. Quoi qu'il advienne nous ne serons jamais seuls, en ouvrant les yeux, en regardant au delà de ce que nous voyons, nous pourrons les apercevoir et entendre leurs éclats de rire résonner au fin fond de nos âmes.
Vous comprenez qui ils sont? Ce sont des êtres comme vous et moi, marchant sur un sentier semblable. Le véritable ami ne reste pas le temps d'une saison mais le temps d'une existence. La plupart ne sont pas sur la chaussée par hasard, chacun a son rôle à jouer dans votre vie et il est primordial de prendre en stop ceux qui vous tendent la main.
Imaginons quelques instants qu'un brouillard aveuglant vous empêche de trouver votre direction. Sur cette route, il n'y a pas de GPS, seulement des amis. Vous vous dirigez vers une impasse, une des deux lueurs approuve votre choix tandis que la seconde vous demande avec insistance de revenir sur vos pas. Que faire? Qui suivre? Mesdames, messieurs chacun d'entre vous serez enclin à penser que votre véritable ami est celui qui approuve chacune de vos décisions. En réalité le véritable ami vous fera plus souvent pleurer que rire. Il ne sera pas toujours en accord avec vos choix et saura vous le faire entendre mais plus encore, il saura aussi les comprendre et vous pardonner chacune de vos erreurs.
Mark twain définit si bien le rôle du véritable ami: c'est de se trouver à votre côté quand vous êtes dans l'erreur puisque tout le monde sera à côté de vous quand vous aurez raison.
La vérité, aussi dure soit elle, est toujours bonne à entendre.
Un célèbre corbeau fit un jour les frais de sa naïveté. Après maintes flatteries du renard, le corbeau pensait avec conviction que ce dernier fût son ami.
Hélas ce grand crédule aveuglé par cette éloge en perdit son fromage. Cette expérience lui aura certainement appris que le véritable ami n'est pas celui qui nous complimente à longueur de temps mais celui qui nous fait connaître nos défauts et continue de nous accepter tels que nous sommes.
Au delà de son acceptation il y a aussi le bénéfice qu'il nous apporte inconsciemment. L'homme, tout au long du trajet, sera en constante évolution. L'ami, lui, porte un regard extérieur sur notre personne et ainsi il peut faire en sorte d'accompagner cette évolution et de nous prodiguer des leçons de vie. De par ses remarques et suggestions on ne peut que devenir meilleur et travailler sur nous même pour faire en sorte que les faiblesses d'hier deviennent les qualités d'aujourd'hui.
L'amitié est une rose , une rose au parfum envoûtant offerte à tous; pour la cultiver il faut du temps, de la patience et de l'amour. Si un jour cette rose se fane, regardez attentivement, il restera toujours un pétale, un pétale qui vous rappellera que l'espoir ne meurt pas. Les amis sont comme ces pétales de roses; ils demeurent présents dans le bonheur comme dans le malheur. Jour et nuit ils sont ici pour vous rappeler qu'il reste toujours un éclat de lumière au milieu de l'horreur.
Fermons les yeux. Sentez-vous la tiédeur de sa peau frôlant votre main atone imbibée de craintes et de doutes? Elle est là, elle vous rassure et restera posée durant la tempête. Le véritable ami est un être au grand cœur. Un être auquel on se livre avec confiance sans éprouver aucune méfiance. Un être capable de se réjouir de notre bonheur qui n'attend rien de nous en retour. Un être pourtant prêt à tout nous donner chaque jour. Un être présent, peu importe nos erreurs.
N'oublions jamais qu'une rose est fragile et qu'elle a besoin d'être entretenue
régulièrement. Lorsque l'on possède un tel joyau il faut s'engager à s'en occuper soigneusement pour le préserver indemne.

Questionnons-nous de nouveau. Pouvons-nous envisager l'existence d'un être ne faisant qu'un avec notre personne? Est-il possible qu'un individu puisse nous aimer sans tenir compte de notre âge, de notre religion, de notre « place » dans cette société hiérarchisée, de nos convictions ou de n'importe quel aspect matériel de la vie? Est-il possible qu'un être sage et tolérant puisse braver les circonstances de la vie au point de faire abstraction des actes et de réussir à pardonner toutes nos erreurs? Nous avons tous tendance à idéaliser l'autre. Finalement peut-être que ce « véritable ami » ne peut exister. Peut-être qu'en fin de compte notre vision du monde est faussée. Faussée par la recherche d'un idéal palliant à nos faiblesses les plus intimes. Ces valeurs, ces idéaux que nous cherchons éperdument en chacune des lumières croisées sur notre chemin ne se trouvent-ils pas déjà en nous? Et si c'était le cas, notre seul et véritable ami ne serait-il pas tout simplement nous même? Le problème avec vous et moi, c'est que l'on aura toujours cette tendance à se questionner sans pour autant trouver les réponses attendues.

Aujourd'hui peu importe si l'existence de cet ami idéal n'est pas vérifiée, car au delà de la différence qui empêche certains de s'aimer, il y a ceux que l'on considère comme de véritables amis. Ce sont eux qui partagent leur eau en temps de sécheresse. Ce sont eux qui refont le monde à nos côtés autour d'un verre. Ce sont eux qui, un jour, se sont engagés sans preuve matérielle à assurer nos arrières et à nous tendre la main en toutes circonstances. Quand on a la certitude d'avoir trouvé son véritable ami, celui qui nous accepte tel que l'on est, on ne peut que savourer pleinement la vie et devenir quelqu'un de bon.
Pour conclure j'aimerais vous raconter une anecdote. C'était il y a quelques années de cela. Une amie éperdument amoureuse ne voyait pas à quel point cette relation pouvait lui faire du mal et l'étouffer. Ces amis ou plutôt dirais-je ses connaissances, l'adulaient perpétuellement en soulignant la durée de son couple. Je fus une des rares à lui expliquer clairement que si elle voulait vivre un peu plus pour elle et profiter pleinement de sa jeunesse, il valait mieux qu'elle le quitte. Je lui avouai aussi qu'elle délaissait ses proches et que ces derniers qui encensaient tant sa relation étaient fort jaloux de la possessivité de son compagnon mais n'osaient lui révéler de peur de la décevoir. Vexée par ces propos, cette dernière ne m'adressa plus la parole pendant quelques mois. Puis elle revint, célibataire. Elle s'excusa mille fois et me remercia de lui avoir ouvert les yeux. Et calmement je lui confiai: tu sais, les amis, c'est fait pour ça, maintenant, a chaque fois que tu te sentiras seule, pense dorénavant à regarder autour de toi et peut-être que dans la pénombre du chemin tu apercevras la douce lumière d'un ami te tendant la main...
Nounouille
Nounouille

Messages : 21
Date d'inscription : 19/04/2013
Age : 23
Localisation : SUD

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum