Addiction aux anti-dépresseurs, mauvaise volonté des médecins

3 participants

Aller en bas

Addiction aux anti-dépresseurs, mauvaise volonté des médecins Empty Addiction aux anti-dépresseurs, mauvaise volonté des médecins

Message par Invité Sam 6 Avr 2013 - 12:47

Je poste ici un nouveau sujet, même si ce souci peut avoir été évoqué dans de précédents fils qui sont très intéressants, la nouveauté serait plutôt sur une tendance générale de la sphère médicale que j'ai pu observer. J'ai déjà évoqué ce "souci" dans ma présentation, que j'ai fini par effacer car trop "souffrante" et j'ai quand même eu une réaction de pudeur après coup. Je me suis sentie obligée de le dire aussi à certains avec qui j'ai noué une relation amicale récente ici.
Quand j'étais en classe de terminale, nous avons fait un test en cours de philo, j'aimerais bien mettre la main dessus après coup, car j'étais la seule de la classe dans la catégorie nommée "poètes maudits". Il était question d'une certaine douance alliée à une vulnérabilité qui tendrait à se droguer. A l'époque je ne prenais rien, donc ce diagnostique m'a fait un peu peur.
Tout comme l'invité qui a posté un sujet "D'addictions en addictions", j'ai été accro au chocolat principalement pendant la maladie de mon père et suite à sa mort. Ce problème de boulimie s'est arrêté suite à quelques consultations dans une unité d'addiction à l'hôpital psy de Nantes. J'ai perdu le plaisir pour le sucré par la suite.
J'ai commencé à fumer à l'âge de 25 ans et ai été dégoutée de la clope grâce à la cigarette électronique. Un peu accro à la cigarette électronique mais je suis en bonne voie, je baisse les doses de nicotine tranquillement.
J'ai été alcoolique et accro au sexe pendant une période de chômage, là dessus, ça a été long un peu mais je me suis dégoûtée du sexe et de l'alcool à outrance. Aujourd'hui je ne bois plus que à quelques occasions et j'ai une relation fidèle avec mon partenaire.
Tous ces soucis étant réglés, ou en bonne voie, je m'attaque à un gros pavé qui ne fait pas l'unanimité dans la sphère médicale et je ne sais pas qui pourra m'aider: les anti-dépresseurs et les anti-psychotiques.

Je prends des anti-dépresseurs en gros depuis l'âge de 21 ans. La prise m'a beaucoup aidée pour me libérer de mes addictions précédemment citées. Plusieurs tentatives d'arrêt avec rechute grave me menant à l'hôpital. Je prends une faible mais confortable dose d'anti-psychotiques depuis 5 ans suite à une grossesse non désirée qui m'a totalement déboussolée. Les effets secondaires les plus ennuyeux sont l'absence de libido pour le premier et la stérilité pour le second. Par rapport à ces effets secondaires, je me suis posée une question un peu paranoïaque je l'avoue (je concède que ça fait beaucoup de troubles mentaux à la fois et tout est mélangé, mais bon...) Ces médicaments sont-ils fait pour les violeurs ou pour nous empêcher de nous reproduire? Pourquoi des effets secondaires qui influent autant sur la sexualité?

J'ai parlé à plusieurs médecins de ma volonté d'arrêter et j'ai eu ces trois réponses.
- Pourquoi ne voulez vous pas prendre VOTRE traitement, vous savez la dépression, c'est comme le diabète, quand on est malade on doit se soigner par des médocs ET PIS C'EST TOUT
- Vous ne pourrez jamais arrêter vos médicaments, vous aviez peur du jugement des autres quand vous étiez plus jeune ça a dégénéré en schizophrénie, et la schizophrénie, c'est pour la vie.
- Je vais vous donner un autre traitement mais il fait grossir
- Peut-être êtes vous bi-polaire vous devriez essayer notre nouveau traitement mais il faut faire des prises de sang
- Pourquoi voulez vous vous soigner par les plantes, vous savez les adeptes du bien-être c'est des charlatans, prenez plutôt nos médicaments, y'a que ça de bon. Et puis tous le monde en prend des anti-dépresseurs maintenant, c'est plus un tabou, c'est vraiment rien du tout un petit cacheton tout mignon! (bon j'extrapole un peu là)

J'ai bien eu quelques offres de la part de psychologues mais ce n'est pas vraiment remboursé par la sécu et c'est super cher, je n'ai pas du tout les moyens. Alors que faire? Sport, relaxation, méditation, je serais plutôt pour, mais je n'aurais aucune aide des médecins pour diminuer le traitement, il faudrait bricoler le cacheton pour diminuer en douceur, ça va être coton!
Pour en prendre c'est toujours facile mais pour arrêter, y'a plus personne, alors franchement on nous prend pour des cons ou quoi?
Pour le millepertuis, il y a trop de risque d'interaction pendant le sevrage mais je veux bien essayer après 3 mois d'abstinence.

Votre avis sur tout cela? Bon week end forumeurs zébrés sunny

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Addiction aux anti-dépresseurs, mauvaise volonté des médecins Empty Re: Addiction aux anti-dépresseurs, mauvaise volonté des médecins

Message par bepo Sam 6 Avr 2013 - 13:47

La première chose que j'ai envie de te dire est que personne sur le web ne pourra faire mieux qu'un pro qui a ton dossier, du temps pour te poser des questions, des études derrière lui, etc...
En posant une question de ce type sur le web, tu t'exposes à recevoir des conseils qui risquent de te séduire (comme ils l'auraient fait pour n'importe lequel d'entre nous, je suppose) mais dont tu ne pourras que très difficilement évaluer la pertinence.
Par contre tu peux probablement trouver du soutien.

Ta situation a l'air complexe.
Sinon j'ai du mal a comprendre clairement ton post, et je me demande si tu n'utilises pas le terme antidépresseur pour désigner tout médicament qui agit sur la sphère psychique.

A ma connaissance, les troubles psychotiques nécessitent des traitement spécifiques qu'il ne faut pas arrêter. Le millepertuis ne peut pas les remplacer car il a seulement des effets antidépresseurs.
Si tu doutes des médecins que tu vois il me semble légitime de prendre un avis supplémentaire auprès d'autres medecins en exposant clairement tes doutes.

A ce que je sais des médicaments, les effets secondaires ne sont malheureusement pas sous le contrôle ni des médecins, ni des chimistes qui les mettent au point. Tu peux exclure le fait que l'objectif soit de nuire. Je crois même que si les labos pouvaient se débarrasser des effets indésirables ils le feraient, ça leur éviterait des tracas. La médecine ne peut tout simplement pas faire mieux pour l'instant.(même si il ya des derives parfois)

Les médicaments sont pour beaucoup issus des plantes.
Beaucoup de plantes sont toxiques.
Pas de raisons donc d'opposer médicaments et plantes à priori.
(de la même façon quand je fais cuire mes aliments, je fais de la chimie, ca n'en rend pas mon plat douteux en soi, sauf si j'identifie précisément une erreur de préparation)

A ma connaissance les antidépresseurs contrairement aux anxiolytiques par exemple ne provoquent que très peu de dépendance.
Ce qui ne veut pas dire que l'on ne procède pas a l'arrêt d'un traitement avec prudence.

Bon courage en tous cas.

bepo

Messages : 2624
Date d'inscription : 14/09/2009
Age : 51

Revenir en haut Aller en bas

Addiction aux anti-dépresseurs, mauvaise volonté des médecins Empty Re: Addiction aux anti-dépresseurs, mauvaise volonté des médecins

Message par Invité Dim 7 Avr 2013 - 12:37

Merci qwerty pour ta réponse. Le titre de mon post n'est pas exhaustif, car je ne parle pas des anti-psychotiques comme dans son développement . Mais il s'agit bien d'anti-dépresseurs et non d'anxiolytiques. D'après quelques témoignages, l'arrêt des anti-dépresseurs provoque quelques vertiges au début. Je connais beaucoup de personnes qui ont pu les arrêter en diminuant. Moi j'ai toujours fait des rechutes.
Un ami qui explore le forum sans participer me dit en tout cas que ta réponse est très bien.
Ma présence sur ce forum, prouve un peu que le livre de JSF a opéré une certaine séduction. Quoi de plus séduisant en effet, que de se croire "surdoué" et non "malade". C'est une question qui reste sans réponse pour le moment.
Pour ce qui est de balancer une portion de ma vie particulièrement vulnérable, j'ai toujours eu un grand recul qui a été remarqué par le psychiatre qui m'a suivi récemment. Donc pour reprendre ton image, je vais faire ma petite cuisine à l'aide des réponses qui me seront données. C'est un bon psychiatre, il a tout mon dossier en main mais pourtant il se refuse à me donner plus d'attention qu'un rendez vous de 15 mn tous les 3 mois. C'est vrai que je vais plutôt bien, j'ai fait des progrès extraordinaires ces dernières années. Peut-être a t'il des patients dont l'état réclame plus de soins et d'attention.
Je vais suivre ton conseil en tout cas. Je vais en parler à une addictologue que je connais un peu. Pour qu'elle me dirige vers quelqu'un avec qui je puisse avancer. Je me sens d'attaque et je n'ai pas envie d'en rester là. On peut le voir comme une "ambition" un peu spirituelle. Prendre des médicaments sans réellement savoir pourquoi ne me contente pas. Et puis il y a le risque de régresser. Comme dit Einstein "La vie c'est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l'équilibre". Cette quête fait toutefois peur à certains de mes proches et est totalement incomprise des médecins que j'ai vu récemment. Donc on verra...
Merci beaucoup pour ta réponse et bon dimanche. Smile


Dernière édition par Cilou sauvage le Dim 7 Avr 2013 - 13:27, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Addiction aux anti-dépresseurs, mauvaise volonté des médecins Empty Re: Addiction aux anti-dépresseurs, mauvaise volonté des médecins

Message par cramique Dim 7 Avr 2013 - 13:07

Il faut savoir ce que tu veux aussi. Oui ce qui n'est pas remboursé demande qu'on donne plus de sous^^.

Mis à part cette remarque rien ne t'empêche de combiner plusieurs méthodes. Je prends des ad et je me soigne aussi par pratique corporelle chinoise. C'est une autre façon de voir le corps et l'esprit, très intéressant. Maintenant si il est avéré que ta pathologie est grave c'est différent. Prends peut-être l'avis d'un autre spécialiste ? En tout cas tout ça t'a quand même aidé à ne plus être dépendante donc bravo Smile

cramique

Messages : 308
Date d'inscription : 11/08/2012
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Addiction aux anti-dépresseurs, mauvaise volonté des médecins Empty Re: Addiction aux anti-dépresseurs, mauvaise volonté des médecins

Message par Invité Dim 7 Avr 2013 - 13:42


Oui cramique, tu n'as pas tord. Toutefois, je ne suis pas radine sur la dépense, c'est juste que je fais ce que je peux!
Je pensais à faire de la méditation dans un association qui ne demande pas un grand investissement financier et une activité corporelle aussi. Tu as donc exploré un peu les philosophies taoïste et la médecine chinoise à travers cette activité. Intéressant!

Oui il se peut que ça soit grave, on ne sait pas...il faudrait juste que je sache exactement ce qu'il en retourne donc, oui, je vais demander l'avis d'autres spécialistes.

Merci Smile Bon dimanche à toi!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Addiction aux anti-dépresseurs, mauvaise volonté des médecins Empty Re: Addiction aux anti-dépresseurs, mauvaise volonté des médecins

Message par one-more-striped Jeu 11 Avr 2013 - 22:53

Bonsoir,
par mon vécu d'ancien utilisateur d'antidépresseur j'ai arrêté sans rechute ni effets de sevrages....
mais mon diagnostic de dépression était antérieur à mon diagnostic de Zèbre, ce qui a changé énormément de choses.
Je ne suis plus étiqueté "dépressif sous antidépresseurs " mais "surèfficient intellectuel déprimé"...le recours à une aide psychologique en parallèle y est pour quelque chose.Mes symptômes dépressif étaient les signes de ma zébritude cachée (en plus des problématiques personnelles dues à mon vécu).
Mon médecin, m'expliquait qu'un antidépresseur n'est qu'une béquille et donc temporaire...par contre si d'autres problématiques (tu as évoqué une schizophrénie) sont présentes le recours à la chimie devient fondamental pour se stabiliser et avoir une image de soi qui remonte un peu...
Tu dis manquer de moyens financiers: certaines mutuelles remboursent des séances de psychologues, certains travaillent en dispensaires ou structures gratuites, et pour finir, pour ce qui est de la méditation que tu évoquais, tu peux essayer le mindfullness ("méditer pour ne plus déprimer" par exemple, bon bouquin avec des exercices, et méthodes simples) facile et pas cher.

Ma maigre contribution à ta quête personnelle...bon courage.
one-more-striped
one-more-striped

Messages : 11
Date d'inscription : 08/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Addiction aux anti-dépresseurs, mauvaise volonté des médecins Empty Re: Addiction aux anti-dépresseurs, mauvaise volonté des médecins

Message par Invité Ven 12 Avr 2013 - 5:36

Merci pour ton témoignage positif one-more-striped et tes conseils avisés. Impec !
Je prends note pour le bouquin.
J'en profite pour te souhaiter la bienvenue parmi nous. cheers

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum