Question de zébrisme

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Question de zébrisme

Message par Priarus le Dim 3 Mar 2013 - 20:29

Bonjour à tous,
On va commencer par les présentations banales, ça m'aidera sûrement pour la suite. Donc je suis... en fait les problèmes commencent déjà là. En fait, mon frère à eu une bonne idée en me décrivant à sa belle famille en disant que je suis toujours entre une chaise et un clavier (d'ordinateur ou de piano). À ça, il faudrait rajouter le fait que je suis en prépa MP et que j'aime ça (enfin, façon de parler Rolling Eyes ). J'ai 18 ans (mais plus pour longtemps) et sans rentrer dans les détails, je dirais que je suis matheux, geek (programmation, linux et autre), grand amateur de jeux vidéo et pianiste à mes (très nombreuses) heures perdues. De ce côté là, je vais avoir de mal à aller plus loin sans devoir faire un roman.

Je vais donc passer aux raisons qui m'ont poussés à m'inscrire sur le site. Tout à commencé dès le début de ma scolarité (maternelle), dès le départ j'étais dans les meilleurs de ma classe et c'est aussi là qu'ont commencé les premières moqueries (assez légères de ce que je me souviens). Ensuite est venu le primaire, lui aussi sans trop de remous. En cours de CE1, on m'a mis en CE2 sans que ça me change beaucoup la vie. Durant toute cette période, j'étais plus ou moins seul et n'ai eu qu'un bon ami (zèbre à coup sûr) qui a déménagé en me laissant seul. Au cours primaire, j'ai eu d'excellents résultats (le 19.13 de moyenne au premier trimestre de CM2 est le souvenir le plus net de cette période).

Le collège à été lui beaucoup plus douloureux, en effet dès la 6° le "caïd" de la classe à décidé de me pourrir la vie (il est d'ailleurs gentiment resté dans la même classe que moi jusqu'en 3°), les raisons étaient probablement multiples : les bons résultats, le style vestimentaire très moyen (mes parents étant plutôt pauvres je portais des vêtements souvent très vieux), aucun répondant et le fait que je ne détestais pas le collège (enfin, pas le côté scolaire). Du coup, un élève assez perturbé en a profité pour m'utiliser comme punching ball et pour le coups même avec du recul je n'ai aucune idée de ce qui l'à poussé à faire ça. De leur côté, les adultes (profs, surveillants, CPE) m'ont à moitié fait comprendre que c'était de ma faute et qu'il fallait que je m'intègre, mais ça me semblais impossible vu que toutes les tentatives que j'ai fait se sont soldés par un bleu ou un mauvaise blague. C'est aussi dans cette période que j'ai commencé à avoir les premiers commentaires du type : "Il faut travailler autant dans les matières littéraires que dans les matières scientifiques", ils m'ont suivi jusqu'à la fin de la terminale. Ça me révoltait au plus haut point puisque je fournissais autant de travail dans toutes les matières, c'est à dire aucun. En 5° j'avais compris que mes bonnes notes étaient en partie la cause de violences verbales et physiques que je subissais, du coups j'ai essayé de faire de mon mieux pour me calquer dans le moule du mauvais élève, sans aucun résultat. En 4°, je me suis fait un ami! Il n'était certes pas dans la même classe que moi mais ça m'évitais de rester seul durant les récréations (et ça réduisait grandement les moqueries des autres). Mes tentatives pour devenir un mauvais élève ont aussi commencé à porter leurs fruits puisque j'ai réussi à instaurer une haine réciproque entre moi et ma prof d'allemand. La 3° a été la continuité de la 4°, c'est à ce moment là que j'ai découvert la programmation : l’aîné avais fait un jeu web et j'ai voulu faire pareil, du coup j'ai appris les bases de la réalisation d'un site web, et même un peu plus.

Le lycée à été une libération : les acteurs de mon malheur au collège ne m'ont pas suivi, malheureusement mon ami non plus. Ça m'a permis de me faire un peu mieux accepter par ma classe, mais sans faire partie du groupe. En 1°, un 36° élève est arrivé alors que la classe ne devais pas contenir plus de 35 élèves, ça a provoqué un rejet de la classe et je me suis donc retrouvé avec lui pour préparer le TPE (d'ailleurs, je n'étais même pas au courant des conditions qui ont accompagnés son arrivé dans la classe). Il s'est assez vite recréé un petit cercle d'ami dont je faisais partie. Enfin, c'était surtout quelques personne qui m'acceptaient parce que lui m'acceptait. Mon perpétuel travail pour ressembler à tout le monde (ne pas trop me démarquer par mes notes surtout) a réussi à atteindre un point à peu près convenable puisque j'étais dans le premier quart de la classe mais pas plus. Je suis donc arrivé au bac sans avoir fourni le moindre travail et en passant le plus clair de mon temps à faire autre chose en cours (jeu sur calculatrice notamment). Pour l'anecdote, j'ai failli réussi à rendre au prof de math le DM qu'il nous avais donné au début de l'heure. Puisque je voulais travailler dans l'informatique, les profs m'ont poussé à aller en prépa. Étonnamment, c'est mon prof de français de 1° qui m'a le plus poussé dans ce sens (à vrai dire c'est aussi le prof qui, j'ai l'impression, m'a le mieux compris dans toute ma scolarité).

Les craintes et les appréhensions liés à la prépa se sont avérés infondés (du moins dans mon cas), prépa provinciale aidant sûrement. J'ai plus ou moins continué au même rythme qu'au lycée à la différence près que je révisais une heure avant les colles (mon voisin de chambre à l'internant m'aidant pas mal de ce côté là), en revanche les exercices n'étaient jamais fait. Je passais le reste de mon temps à jouer à l'ordi (ou sur le piano de l'internat), souvent jusqu'à 2h du mat, ce qui m'a permis de découvrir les joies de passer la quasi totalité des cours de math en dormant (le prof donnait des polycopiés, donc pas de problème pour le cours). La très bonne ambiance de la classe et des professeur qui étaient là pour nous encourager et pas pour nous enfoncer a par contre énormément joué sur le fait que supporte bien la prépa. J'ai eu des nouvelles de mon ami zèbre de primaire qui a extrêmement mal supporté la prépa (il en est tout de même arrivé à bout). En fait, je pourrais presque dire que je me plais en prépa : c'est la première fois que je n'ai pas besoin de jouer le cancre et que la majorité de la classe m'accepte comme je suis ils me voient (vu que je suis même pas sûr moi même de bien savoir qui je suis ou plutôt ce que je suis, je doute qu'ils le sachent).

Je me rends compte que je raconte ma vie, que j'en ai écris une énorme tartine alors que je n'ai pas du tout parlé de la musique (violon, danse, chant, piano, solfège) ni des jeux, ni même de la programmation et que je n'ai même pas expliqué le pourquoi de ma venu sur ce forum, même si les évènements qui ont jalonnés ma vie en sont sûrement en grande partie la cause.
Pour faire court, le question de savoir si je suis un zèbre ou non me hante. Voilà, c'est dit. La première fois que j'ai entendu parler de ça, c'est quand mon zébré d'oncle a discuté de ça avec ma mère. Forcément, mon frère qui est le cliché typique du savant fou/personne coupé de la réalité (non, les sandales dans la neige c'est pas une bonne idée, ni le T-shirt quand il gèle et puis les feux d'artifice dans la chambre d'appartement non plus Razz ) est alors passé par la case psy pour se faire diagnostiquer zèbre. En revanche, quand j'ai voulu en parler à ma mère elle m'a simplement répondu qu'il n'y avais aucune chance (j'ai d'ailleurs eu l'impression qu'il y avais du dédain quand elle m'a répondu, même si avec du recul je doute que c'était son intention, ça ne lui ressemble pas du tout). La question est donc restée en suspens, mais je me suis petit à petit construit autour de cette idée et au final c'est plus ou moins comme ça que j'explique une majeure partie de mes problèmes. Je suis tombé plus ou moins par hasard (l’enchaînement des liens peut aller très loin) sur le wiki, puis sur ce forum pour y découvrir plus en profondeur ce qu'est un zèbre et me reconnaître dans un certain nombre de problématiques (collège très mal vécu, problèmes d'intégration/solitude, difficulté à se concentrer sans faire une ou deux choses en même temps, grandes qualités dans pas mal de domaines sans pouvoir les approfondir sans en abandonner d'autres). À la fois, ça a en partie renforcé son sentiment d'être zèbre, mais ça m'a aussi pas mal fait réfléchir sur ma différence vis à vis des autres pour au final me dire que je ne suis pas tant différent que ça (je suis pas un martien, ni une créature étrange. D'ailleurs, comment savoir à quel point un zèbre est différent des autres si on peut pas passer de l'état zèbre à l'état normopensant pour comparer?). Du coup je me met de plus en plus à douter de ce que je suis réellement et je redoute au plus haut point de savoir parce que dans les deux cas c'est pas cool No : si je suis "normal" (à supposer qu'il y ai une norme), ça veux dire que toute la construction que je me suis faite de moi même est fausse et qu'en plus j'ai des gros problèmes d'intégration qui ne proviennent pas d'un zébrisme mais d'une autre source qu'il faudra que je trouve. En revanche, si je suis un zébre c'est pas beaucoup mieux vu qu'il me sera très difficile d'avoir une vie épanouie si je me fie aux quelques témoignages que j'ai pu lire.

Enfin bon, si vous avez tout lu c'est que vous êtes bien courageux. En tout cas, cette introspection à défaut de m'avoir vraiment fait du bien (douter, c'est jamais agréable), elle vous permettra peut-être de m'aider dans ma quête.

Priarus
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 35
Date d'inscription : 03/03/2013
Age : 22
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question de zébrisme

Message par Invité le Dim 3 Mar 2013 - 20:54

Bonsoir Priarus, et bienvenue chez tes congénères Wink

Ah... le doute, le doute.... mais notre vie, C'EST le doute !

Je suis désolée que tu aies ce vécu difficile (mais on l'a tous connu), et ces interrogations sont difficiles certes mais salutaires. Tu doutes de ce que tu es.. je crois qu'on peut parler là du faux-self en action.

Cette carapace mise en oeuvre pour nous protéger des agressions extérieures et à laquelle on finit par s'identifier (par confort) jusqu'au jour où on se demande qui on est...et ça vient très vite. T'inquiètes que les non-zèbres (ou la plupart en tout cas), ne se posent pas la question !

Une vie épanouie.. je ne vais pas te dire "oui, mais bien sûr, t'inquiètes pas.. tu seras heureux" car ce n'est pas ce que j'ai connu moi-même. Et ce que j'étais a fait que je ne pouvais pas être heureuse "béate" car je me posais tout le temps des questions sur tout, que j'avais besoin de solitude parfois, que je me sentais étrangère à cette vie aussi (comment expliquer ça aux autres ?), hypersensible, etc...

Ai-je été pour autant "fondamentalement" malheureuse ? pas vraiment non plus, j'ai réussi des tas de choses.. mais je n'ai été heureuse car comprise et respectée vraiment (pour ce que j'étais, mes besoins particuliers, etc..) que par un de mes compagnons (un zèbre..).




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Question de zébrisme

Message par Dark La Sombrissime Encre le Dim 3 Mar 2013 - 21:13

Le doute est notre lot a tous. Mon parcours ressemble beaucoup au tien(surtout le coup du CM2, dans mon pays, c'est la classe dans laquelle on est a 10 ans.Je suis sortie du CM1 pour passer directement a deux classes plus haut) sauf que j'ai pas eu de moquerie, Juste une petite difficulté d'integration que j'ai vite reglé grace au mimetisme.

Cela pour te dire que tu es a peu pres comme nous et que c'est peut etre pas Juste un hasard. Quant a la longueur de ton message, c'est pas important et puis tu auras tout le temps pour nous parler un peu plus de toi.

Cela dit, bienvenue parmi nous!

Pour flooder un peu:
Mary, j'admire ta fecondité aujourd'hui.

Dark La Sombrissime Encre
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3259
Date d'inscription : 04/12/2012
Age : 23
Localisation : 4eme dimension

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question de zébrisme

Message par Invité le Dim 3 Mar 2013 - 21:15

Encre sombre a écrit: Mary, j'admire ta fecondité aujourd'hui.

J'ai décidé de me lâcher ce souar... lol!

santa

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Question de zébrisme

Message par Priarus le Dim 3 Mar 2013 - 21:25

Merci beaucoup à vous deux. À vrai dire, je n'aurais pas pensé être autant soulagé par vous réponses, même si je reste encore sceptique vis à vis de l'image que je donne aux autres. Malgré le fait que j'ai voulu raconter le plus fidèlement mon histoire, est-ce que je n'ai pas imperceptiblement fait en sorte de donner une image de moi même qui corresponde aux attentes que j'avais. Enfin bon, je suppose qu'à partir du moment où l'on se rend compte que l'image que l'on donne aux autre de sois-même est très différente de ce qu'on a l'impression d'être on peut difficilement faire confiance à l'image que les autres nous renvoie de nous-même.

Priarus
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 35
Date d'inscription : 03/03/2013
Age : 22
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question de zébrisme

Message par Dark La Sombrissime Encre le Dim 3 Mar 2013 - 21:32

L'image qu'on Donne aux autres de nous meme ne depend pas uniquement de nous mais aussi de l'autre car il a sa propre perception du monde.

Dark La Sombrissime Encre
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3259
Date d'inscription : 04/12/2012
Age : 23
Localisation : 4eme dimension

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question de zébrisme

Message par Invité le Dim 3 Mar 2013 - 21:53

Priarus a écrit: j'ai voulu raconter le plus fidèlement mon histoire, est-ce que je n'ai pas imperceptiblement fait en sorte de donner une image de moi même qui corresponde aux attentes que j'avais. Enfin bon, je suppose qu'à partir du moment où l'on se rend compte que l'image que l'on donne aux autre de sois-même est très différente de ce qu'on a l'impression d'être on peut difficilement faire confiance à l'image que les autres nous renvoie de nous-même.

J'adoooore.... on dirait du moi-même lol!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Question de zébrisme

Message par Darth Lord Tiger Kalthu le Dim 3 Mar 2013 - 22:02

Ça faisait longtemps que je n'avais pas entièrement lu une très longue présentation d'un nouveau, mais le style et l'histoire (le fond et la forme - merde je parle comme un prof) m'ont touché.
En tous cas bienvenu chez toi ! Au plaisir de te lire sur tes passions, au plaisir d'échanger (alors quelle distro ???), au plaisir de lire que tu as trouvé tes réponses, peut être au plaisir un jour de se croiser sur le chat et dans la vraie vie !

_________________
Appel tigres // Règles de courtoisie // pour les nouveaux // C'est quoi les Tigres ?
"Hasta la tigrolution siempre !" "Nous pensons trop et ne ressentons pas assez !"

Darth Lord Tiger Kalthu
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 16911
Date d'inscription : 02/12/2012
Age : 37
Localisation : Koriban

http://www.zebrascrossing.net/t14849-qu-est-ce-que-le-tigre#6200

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question de zébrisme

Message par Priarus le Dim 3 Mar 2013 - 23:13

@Mary Poppins, c'est aussi ce que j'ai pensé en voyant pas mal d'anecdotes. Par exemple le coup de lire un livre et se rendre compte au bout de 2 pages qu'on est en train de penser à autre chose, que le cerveau à lu les mots mais sans que l'on traite l'information, du coup on n'a plus qu'à relire à partir de l'endroit où on s'est éparpillé. Ça m'arrive extrêmement souvent et paradoxalement beaucoup plus sur les livres qui m'intéressent.

@Darth Lord KΛLŤĤŲ, je suis heureux que l'histoire t'ai "plu". Surtout pour le style, parce que malgré les heures passés à tourner et retourner presque toutes les phrases/pensées dans ma tête je n'arrivais pas à un résultat qui traduisait bien ce que je ressentais ou ce que je voulais dire. D'ailleurs, en jetant un coup d'œil je me suis rendu compte qu'il y a un nombre incalculable de parenthèses, malgré le fait que j'ai essayé au maximum de les éviter je n'arrive pas à ne pas hiérarchiser, classer les informations. Si je ne me contrôle pas j'arrive facilement à avoir 3-4 parenthèses imbriqués et ça devient incompréhensible (même pour moi). scratch

PS : ah, j'allais oublier le plus important. Je tourne essentiellement sous Ubuntu pour la programmation (c'est rudement plus pratique), même si je passe le plus clair de mon temps sous Windows pour les jeux.

Priarus
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 35
Date d'inscription : 03/03/2013
Age : 22
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question de zébrisme

Message par Darth Lord Tiger Kalthu le Dim 3 Mar 2013 - 23:15

Ben au moins parenthèse ça me parle justement, c'est logique !!!

_________________
Appel tigres // Règles de courtoisie // pour les nouveaux // C'est quoi les Tigres ?
"Hasta la tigrolution siempre !" "Nous pensons trop et ne ressentons pas assez !"

Darth Lord Tiger Kalthu
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 16911
Date d'inscription : 02/12/2012
Age : 37
Localisation : Koriban

http://www.zebrascrossing.net/t14849-qu-est-ce-que-le-tigre#6200

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question de zébrisme

Message par Eclair Fou le Lun 4 Mar 2013 - 13:49

Bienvenue Priarus
Dites c'est moi ou en France on fait facilement sauter des classes? Je ne compte plus le nombre de présentation sur les forum que je fréquente ou ai fréquenté et ou l'auteur disait avoir sauté une classe

Eclair Fou
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 429
Date d'inscription : 02/12/2011
Age : 26
Localisation : Genève, Suisse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question de zébrisme

Message par Darth Lord Tiger Kalthu le Lun 4 Mar 2013 - 13:57

C'est souvent la solution appliquée en effet pour les enfants diagnostiqués.

_________________
Appel tigres // Règles de courtoisie // pour les nouveaux // C'est quoi les Tigres ?
"Hasta la tigrolution siempre !" "Nous pensons trop et ne ressentons pas assez !"

Darth Lord Tiger Kalthu
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 16911
Date d'inscription : 02/12/2012
Age : 37
Localisation : Koriban

http://www.zebrascrossing.net/t14849-qu-est-ce-que-le-tigre#6200

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question de zébrisme

Message par Priarus le Lun 4 Mar 2013 - 16:09

ARG, après avoir pas mal parcouru le forum (peut-être 0.1%, peut-être moins) je me rends compte que même si il y a beaucoup de points dans lesquels je me reconnais, il y en a aussi beaucoup d'autres (plus je dirais) où j'ai l'impression d'être totalement à l'opposé.
Du coup, j'ai l'impression que la théorie de vrai-self et du faux-self n'est plus suffisant et que je me suis d'abord construit un faux-self pour donner aux autre une image de moi qui les satisfait, mais que j'ai ensuite construit un deuxième faux-self uniquement intérieur pour cette fois-ci me donner une image de moi-même qui me convienne. Je sais pas si c'est vraiment clair comme explication. En fait, j'en viens à me demander ce qui fait partie du moi (ma nature profonde) et ce qui a été construit par le moi. J'ai presque le sentiment d'être devenu un processus autonome résultant des création du moi (qui du coup coup n'est pas moi) lutant pour essayer d'expliquer le pourquoi de ma création.

edit : là, j'ai vraiment l'impression d'être devenu à moitié fou...

Priarus
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 35
Date d'inscription : 03/03/2013
Age : 22
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question de zébrisme

Message par Darth Lord Tiger Kalthu le Lun 4 Mar 2013 - 16:11

Ben ça fait parti de la création du moi de se l'expliquer, mais tu n'as pas pas à en donner le pourquoi aux autres si tu n'en a pas envie.
Et heureusement qu'on est tous différents même ici Wink

_________________
Appel tigres // Règles de courtoisie // pour les nouveaux // C'est quoi les Tigres ?
"Hasta la tigrolution siempre !" "Nous pensons trop et ne ressentons pas assez !"

Darth Lord Tiger Kalthu
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 16911
Date d'inscription : 02/12/2012
Age : 37
Localisation : Koriban

http://www.zebrascrossing.net/t14849-qu-est-ce-que-le-tigre#6200

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question de zébrisme

Message par korppi le Lun 4 Mar 2013 - 17:25

Priarus a écrit:ARG, après avoir pas mal parcouru le forum (peut-être 0.1%, peut-être moins) je me rends compte que même si il y a beaucoup de points dans lesquels je me reconnais, il y en a aussi beaucoup d'autres (plus je dirais) où j'ai l'impression d'être totalement à l'opposé.

Idem, pourtant j'ai été "dépisté". La "douance" n'est qu'une notion statistique qui n'implique pas que les individus qui "ont le tampon" soient tous des clones. Et comme dit le sith du dessus, heureusement. Smile

Je ne suis pas du genre à souhaiter spontanément la bienvenue, surtout que je suis encore tout nouveau ici. À quelques (grosses?) nuances près, je me reconnais dans ton parcours. Je trouve qu’il n'y a pas assez de codeurs par ici (ou peut-être sont-ils, comme moi, timides), alors il faut que j'encourage les amateurs de programmation à rester. Donc bienvenue!

J'ajoute une petite réflexion, personnelle et fort critiquable, sur le "moi", la nature profonde... C'est une question que je m'étais beaucoup posée, je me demande aujourd'hui si l'on est pas beaucoup plus "superficiels" et cérébralement plastiques que l'on ne le croît. On nous éduque, à travers, entre autres, l'héritage de la pseudoscience psychanalytique, à considérer que l'esprit est une jungle brumeuse dans laquelle sont enfouis, parmi la mémoire et l'inconscient, une multitude de sens cachés et, comme une sorte de Graal, un objet mystérieux qui s'appellerait le "moi". Qu'en sait-on? Pourquoi le moi ne serait-il pas plus "en surface"? Et les forces qui nous dirigent, ne pourrait-elles pas être plus primitives, instinctives, comme des émotions? N'est-ce pas une sorte de peur de se rendre compte qu'on est moins profonds, moins mystérieux, qu'on aimerait l'être qui nous pousse à creuser, là ou il n'y a rien, pour chercher un "moi" qui n'existe pas?

Oups, je voulais pas faire plus d'une ligne ou deux! Je m'égare! Bon, retour au boulot...

korppi
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 309
Date d'inscription : 05/01/2013
Age : 27

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question de zébrisme

Message par Priarus le Lun 4 Mar 2013 - 20:35

korppi a écrit:Idem, pourtant j'ai été "dépisté". La "douance" n'est qu'une notion statistique qui n'implique pas que les individus qui "ont le tampon" soient tous des clones. Et comme dit le sith du dessus, heureusement. Smile
C'est vrai qu'en y réfléchissant, vu que je suis arrivé sur le forum par un certain nombre de sujets qui abordent des caractéristiques typiquement zèbre, j'étais plus ou moins parti du principe que c'était le cas de tous les sujets ou presque.

korppi a écrit:Je ne suis pas du genre à souhaiter spontanément la bienvenue, surtout que je suis encore tout nouveau ici. À quelques (grosses?) nuances près, je me reconnais dans ton parcours. Je trouve qu’il n'y a pas assez de codeurs par ici (ou peut-être sont-ils, comme moi, timides), alors il faut que j'encourage les amateurs de programmation à rester. Donc bienvenue!
Sur tous les forums sur lesquels je me suis baladé (et qui n'avais pas un lien directe à la programmation), les codeurs étaient rare. En même temps, rare sont les personnes qui ne travaillent pas dans ce domaine (ou qui s'y destinent) et qui ont des bonnes connaissances tout de même. La proportion de codeur et en fait relativement faible dans la population, j'ai été forcé de me rendre compte que j'étais souvent le seul à me destiner à ce secteur, même en prépa.

korppi a écrit:J'ajoute une petite réflexion, personnelle et fort critiquable, sur le "moi", la nature profonde... C'est une question que je m'étais beaucoup posée, je me demande aujourd'hui si l'on est pas beaucoup plus "superficiels" et cérébralement plastiques que l'on ne le croît. On nous éduque, à travers, entre autres, l'héritage de la pseudoscience psychanalytique, à considérer que l'esprit est une jungle brumeuse dans laquelle sont enfouis, parmi la mémoire et l'inconscient, une multitude de sens cachés et, comme une sorte de Graal, un objet mystérieux qui s'appellerait le "moi". Qu'en sait-on? Pourquoi le moi ne serait-il pas plus "en surface"? Et les forces qui nous dirigent, ne pourrait-elles pas être plus primitives, instinctives, comme des émotions? N'est-ce pas une sorte de peur de se rendre compte qu'on est moins profonds, moins mystérieux, qu'on aimerait l'être qui nous pousse à creuser, là ou il n'y a rien, pour chercher un "moi" qui n'existe pas?
Non, ta réflexion est tout à fait valable. Je m'étais aussi questionné sur l'existence d'un moi que l'on pourrais qualifier d'inné et de presque immuable. C'est sûr qu'il n'existe peut-être pas fait peur. Après, je me rassure en me disant que puisqu'on a un corps qui est unique (et à fortiori un cerveau aussi unique), on a forcément une part de moi qui se situe là. Mais je doute qu'on puisse avoir une réponse avant que la science n'arrive à expliquer le fait qu'une conscience puisse émerger de l'amas de cellule que constitue notre cerveau.

Priarus
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 35
Date d'inscription : 03/03/2013
Age : 22
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question de zébrisme

Message par Invité le Lun 4 Mar 2013 - 21:34

Priarus a écrit:@Mary Poppins, c'est aussi ce que j'ai pensé en voyant pas mal d'anecdotes. Par exemple le coup de lire un livre et se rendre compte au bout de 2 pages qu'on est en train de penser à autre chose, que le cerveau à lu les mots mais sans que l'on traite l'information, du coup on n'a plus qu'à relire à partir de l'endroit où on s'est éparpillé. Ça m'arrive extrêmement souvent et paradoxalement beaucoup plus sur les livres qui m'intéressent.

Pareil... jocolor

D'ailleurs, ça me gave ! J'en arrive même à moins lire tellement j'en ai marre de relire ce que je viens de lire (mon score maximum : 3 fois, après le bouquin a appris à voler).


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Question de zébrisme

Message par __Byzantin__ le Lun 4 Mar 2013 - 22:02

Tu sais déjà quelle école tu veux faire après ? quels concours ?...

(et bienvenue au fait ^^)

__Byzantin__
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 93
Date d'inscription : 17/01/2013
Age : 27

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question de zébrisme

Message par Priarus le Lun 4 Mar 2013 - 22:17

Vu que je veux bosser dans l'informatique, que je préfère éviter les écoles généralistes (je veux faire de l'info, c'est tout ^^ ) et que je (enfin, mes parents) n'ai pas les moyens de payer une école privée, il ne me reste plus énormément de choix parmi les "bonnes" écoles. Donc par ordre de choix (hautement influencé par des avis très subjectifs et rarement en lien avec la qualité des écoles) :
- L'ensimag à Grenoble (CCP)
- L'enseeiht à Toulouse (CCP)
- L'ensiie sur Evry (Centrale)
- L'enseirb à Bordeaux (CCP)

Je vais donc passer CCP et Centrale. D'ailleurs, ça me fait penser que ce serais bien que je remette un peu d'ordre dans mes cours de math et physique de première et deuxième année pour voir ce que j'ai à réviser pendant ces vacances. Enfin, si je trouve la motivation pour réviser. J'ai déjà réussi à faire 1/4 de ce que je voulais faire aujourd'hui (le quart le plus simple, bien sûr).

Priarus
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 35
Date d'inscription : 03/03/2013
Age : 22
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question de zébrisme

Message par iWok le Lun 4 Mar 2013 - 23:32

Sois le bienvenu ici Priarus sunny

J'ai cru reconnaître une partie de mon parcours dans ta présentation...même si j'ai eu moins de difficultés à m'intégrer en apparence

Priarus a écrit: "Il faut travailler autant dans les matières littéraires que dans les matières scientifiques", ils m'ont suivi jusqu'à la fin de la terminale. Ça me révoltait au plus haut point puisque je fournissais autant de travail dans toutes les matières, c'est à dire aucun.
lol! Tellement! Quand les profs me disaient que j'avais un gros potentiel mais que je ne bossais pas assez...alors qu'en fait je n'en foutait pas une! Pété de rire

et puis aussi les tentatives pour devenir une mauvaise élève (en 6ème : puisque je vais dans une école "comme tout le monde", j'aurai des notes "comme tout le monde"! étrangement, ma mère n'a pas compris le lien)...les difficultés à se faire des amis (quant à les garder, n'en parlons pas!)...la prépa et les soirées passées à faire tout sauf bosser (lecture, films, séries pour moi)...et surtout ce Grand Méchant Doute partout, tout le temps Prisonnier

...et j'y ai aussi reconnu mon petit frère, qui a le même âge que toi, est également en prépa scientifique, et qui partage son temps libre entre les touches de son clavier et celles de son sax.

Et +1 pour les pages entières lues et relues grrr!

iWok
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 284
Date d'inscription : 20/11/2012
Age : 26
Localisation : 77

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question de zébrisme

Message par Priarus le Jeu 7 Mar 2013 - 18:51

Seul.










Quitter cette enveloppe charnelle trop lourde, trop maladroite et déjà vide.







Tout arrêter. N'être rien.

Priarus
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 35
Date d'inscription : 03/03/2013
Age : 22
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question de zébrisme

Message par Dark La Sombrissime Encre le Jeu 7 Mar 2013 - 19:32

Tout va bien?

Dark La Sombrissime Encre
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3259
Date d'inscription : 04/12/2012
Age : 23
Localisation : 4eme dimension

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question de zébrisme

Message par Priarus le Jeu 7 Mar 2013 - 19:44

A vrai dire, je ne me sens vraiment pas super bien. J'ai à moitié l'impression de m'obliger à me sentir mal sans arriver à savoir pourquoi.

Priarus
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 35
Date d'inscription : 03/03/2013
Age : 22
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question de zébrisme

Message par iWok le Jeu 7 Mar 2013 - 20:12

Priarus a écrit:J'ai à moitié l'impression de m'obliger à me sentir mal sans arriver à savoir pourquoi.

Bonsoir Priarus. J'ai aussi souvent l'impression de faire de l'auto-sabotage, de m'enfoncer et d'en être pleinement consciente, de savoir qu'il me suffirait d'en parler, de me bouger un peu, au moins d'essayer.
Assister à la défaite de la volonté mais pas à celle de la pensée... C'est sûrement super bisounours mais dans ces moments je me dis que la volonté reviendra, que la mort de la pensée serait bien pire.
D'ailleurs ça tombe bien, les zèbres ça pense tout le temps, non? Wink

Je ne peux pas te donner de conseils, juste un gros Long hug virtuel

iWok
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 284
Date d'inscription : 20/11/2012
Age : 26
Localisation : 77

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question de zébrisme

Message par JCVD le Jeu 7 Mar 2013 - 20:23

Priarus a écrit:Bonjour à tous,
On va commencer par les présentations banales, ça m'aidera sûrement pour la suite. Donc je suis... en fait les problèmes commencent déjà là. En fait, mon frère à eu une bonne idée en me décrivant à sa belle famille en disant que je suis toujours entre une chaise et un clavier (d'ordinateur ou de piano). À ça, il faudrait rajouter le fait que je suis en prépa MP et que j'aime ça (enfin, façon de parler Rolling Eyes ). J'ai 18 ans (mais plus pour longtemps) et sans rentrer dans les détails, je dirais que je suis matheux, geek (programmation, linux et autre), grand amateur de jeux vidéo et pianiste à mes (très nombreuses) heures perdues. De ce côté là, je vais avoir de mal à aller plus loin sans devoir faire un roman.

Je vais donc passer aux raisons qui m'ont poussés à m'inscrire sur le site. Tout à commencé dès le début de ma scolarité (maternelle), dès le départ j'étais dans les meilleurs de ma classe et c'est aussi là qu'ont commencé les premières moqueries (assez légères de ce que je me souviens). Ensuite est venu le primaire, lui aussi sans trop de remous. En cours de CE1, on m'a mis en CE2 sans que ça me change beaucoup la vie. Durant toute cette période, j'étais plus ou moins seul et n'ai eu qu'un bon ami (zèbre à coup sûr) qui a déménagé en me laissant seul. Au cours primaire, j'ai eu d'excellents résultats (le 19.13 de moyenne au premier trimestre de CM2 est le souvenir le plus net de cette période).

Le collège à été lui beaucoup plus douloureux, en effet dès la 6° le "caïd" de la classe à décidé de me pourrir la vie (il est d'ailleurs gentiment resté dans la même classe que moi jusqu'en 3°), les raisons étaient probablement multiples : les bons résultats, le style vestimentaire très moyen (mes parents étant plutôt pauvres je portais des vêtements souvent très vieux), aucun répondant et le fait que je ne détestais pas le collège (enfin, pas le côté scolaire). Du coup, un élève assez perturbé en a profité pour m'utiliser comme punching ball et pour le coups même avec du recul je n'ai aucune idée de ce qui l'à poussé à faire ça. De leur côté, les adultes (profs, surveillants, CPE) m'ont à moitié fait comprendre que c'était de ma faute et qu'il fallait que je m'intègre, mais ça me semblais impossible vu que toutes les tentatives que j'ai fait se sont soldés par un bleu ou un mauvaise blague. C'est aussi dans cette période que j'ai commencé à avoir les premiers commentaires du type : "Il faut travailler autant dans les matières littéraires que dans les matières scientifiques", ils m'ont suivi jusqu'à la fin de la terminale. Ça me révoltait au plus haut point puisque je fournissais autant de travail dans toutes les matières, c'est à dire aucun. En 5° j'avais compris que mes bonnes notes étaient en partie la cause de violences verbales et physiques que je subissais, du coups j'ai essayé de faire de mon mieux pour me calquer dans le moule du mauvais élève, sans aucun résultat. En 4°, je me suis fait un ami! Il n'était certes pas dans la même classe que moi mais ça m'évitais de rester seul durant les récréations (et ça réduisait grandement les moqueries des autres). Mes tentatives pour devenir un mauvais élève ont aussi commencé à porter leurs fruits puisque j'ai réussi à instaurer une haine réciproque entre moi et ma prof d'allemand. La 3° a été la continuité de la 4°, c'est à ce moment là que j'ai découvert la programmation : l’aîné avais fait un jeu web et j'ai voulu faire pareil, du coup j'ai appris les bases de la réalisation d'un site web, et même un peu plus.

Le lycée à été une libération : les acteurs de mon malheur au collège ne m'ont pas suivi, malheureusement mon ami non plus. Ça m'a permis de me faire un peu mieux accepter par ma classe, mais sans faire partie du groupe. En 1°, un 36° élève est arrivé alors que la classe ne devais pas contenir plus de 35 élèves, ça a provoqué un rejet de la classe et je me suis donc retrouvé avec lui pour préparer le TPE (d'ailleurs, je n'étais même pas au courant des conditions qui ont accompagnés son arrivé dans la classe). Il s'est assez vite recréé un petit cercle d'ami dont je faisais partie. Enfin, c'était surtout quelques personne qui m'acceptaient parce que lui m'acceptait. Mon perpétuel travail pour ressembler à tout le monde (ne pas trop me démarquer par mes notes surtout) a réussi à atteindre un point à peu près convenable puisque j'étais dans le premier quart de la classe mais pas plus. Je suis donc arrivé au bac sans avoir fourni le moindre travail et en passant le plus clair de mon temps à faire autre chose en cours (jeu sur calculatrice notamment). Pour l'anecdote, j'ai failli réussi à rendre au prof de math le DM qu'il nous avais donné au début de l'heure. Puisque je voulais travailler dans l'informatique, les profs m'ont poussé à aller en prépa. Étonnamment, c'est mon prof de français de 1° qui m'a le plus poussé dans ce sens (à vrai dire c'est aussi le prof qui, j'ai l'impression, m'a le mieux compris dans toute ma scolarité).

Les craintes et les appréhensions liés à la prépa se sont avérés infondés (du moins dans mon cas), prépa provinciale aidant sûrement. J'ai plus ou moins continué au même rythme qu'au lycée à la différence près que je révisais une heure avant les colles (mon voisin de chambre à l'internant m'aidant pas mal de ce côté là), en revanche les exercices n'étaient jamais fait. Je passais le reste de mon temps à jouer à l'ordi (ou sur le piano de l'internat), souvent jusqu'à 2h du mat, ce qui m'a permis de découvrir les joies de passer la quasi totalité des cours de math en dormant (le prof donnait des polycopiés, donc pas de problème pour le cours). La très bonne ambiance de la classe et des professeur qui étaient là pour nous encourager et pas pour nous enfoncer a par contre énormément joué sur le fait que supporte bien la prépa. J'ai eu des nouvelles de mon ami zèbre de primaire qui a extrêmement mal supporté la prépa (il en est tout de même arrivé à bout). En fait, je pourrais presque dire que je me plais en prépa : c'est la première fois que je n'ai pas besoin de jouer le cancre et que la majorité de la classe m'accepte comme je suis ils me voient (vu que je suis même pas sûr moi même de bien savoir qui je suis ou plutôt ce que je suis, je doute qu'ils le sachent).

Je me rends compte que je raconte ma vie, que j'en ai écris une énorme tartine alors que je n'ai pas du tout parlé de la musique (violon, danse, chant, piano, solfège) ni des jeux, ni même de la programmation et que je n'ai même pas expliqué le pourquoi de ma venu sur ce forum, même si les évènements qui ont jalonnés ma vie en sont sûrement en grande partie la cause.
Pour faire court, le question de savoir si je suis un zèbre ou non me hante. Voilà, c'est dit. La première fois que j'ai entendu parler de ça, c'est quand mon zébré d'oncle a discuté de ça avec ma mère. Forcément, mon frère qui est le cliché typique du savant fou/personne coupé de la réalité (non, les sandales dans la neige c'est pas une bonne idée, ni le T-shirt quand il gèle et puis les feux d'artifice dans la chambre d'appartement non plus Razz ) est alors passé par la case psy pour se faire diagnostiquer zèbre. En revanche, quand j'ai voulu en parler à ma mère elle m'a simplement répondu qu'il n'y avais aucune chance (j'ai d'ailleurs eu l'impression qu'il y avais du dédain quand elle m'a répondu, même si avec du recul je doute que c'était son intention, ça ne lui ressemble pas du tout). La question est donc restée en suspens, mais je me suis petit à petit construit autour de cette idée et au final c'est plus ou moins comme ça que j'explique une majeure partie de mes problèmes. Je suis tombé plus ou moins par hasard (l’enchaînement des liens peut aller très loin) sur le wiki, puis sur ce forum pour y découvrir plus en profondeur ce qu'est un zèbre et me reconnaître dans un certain nombre de problématiques (collège très mal vécu, problèmes d'intégration/solitude, difficulté à se concentrer sans faire une ou deux choses en même temps, grandes qualités dans pas mal de domaines sans pouvoir les approfondir sans en abandonner d'autres). À la fois, ça a en partie renforcé son sentiment d'être zèbre, mais ça m'a aussi pas mal fait réfléchir sur ma différence vis à vis des autres pour au final me dire que je ne suis pas tant différent que ça (je suis pas un martien, ni une créature étrange. D'ailleurs, comment savoir à quel point un zèbre est différent des autres si on peut pas passer de l'état zèbre à l'état normopensant pour comparer?). Du coup je me met de plus en plus à douter de ce que je suis réellement et je redoute au plus haut point de savoir parce que dans les deux cas c'est pas cool No : si je suis "normal" (à supposer qu'il y ai une norme), ça veux dire que toute la construction que je me suis faite de moi même est fausse et qu'en plus j'ai des gros problèmes d'intégration qui ne proviennent pas d'un zébrisme mais d'une autre source qu'il faudra que je trouve. En revanche, si je suis un zébre c'est pas beaucoup mieux vu qu'il me sera très difficile d'avoir une vie épanouie si je me fie aux quelques témoignages que j'ai pu lire.

Enfin bon, si vous avez tout lu c'est que vous êtes bien courageux. En tout cas, cette introspection à défaut de m'avoir vraiment fait du bien (douter, c'est jamais agréable), elle vous permettra peut-être de m'aider dans ma quête.


T'inquiète pas.
J'en suis passé par là aussi.
Dur au début, quand tu apprends que tu es (sois-disant) "surdoué".
En réalité, comme tu t'en apercevras en qq mois, ça ne change rien au schmilblick.
Peut-être y gagne-t-on un peu en confiance en soi.
Pour le reste...
Enfin, tu verras bien.
Ce forum est pas mal pour se faire une idée.
Après, on en a vite fait le tour.
J'ai été sympa avec toi, tu as de la chance ! D'habitude je fais ch... mon monde !
Bon vent !

ps: taupin crétin, khâgneuse suceuse, hec... hec... enc*** !

JCVD
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4027
Date d'inscription : 03/03/2013
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question de zébrisme

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:22


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum