Rêves d'Ours

Page 35 sur 36 Précédent  1 ... 19 ... 34, 35, 36  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Jeu 18 Juil 2013 - 9:45

Je me suis enivré hier soir.
Le rhum n'a su brûler que ma bouche,
L’intérieur de la tête est inaccessible,
Même cela je n'ai pas réussi.

Trois heures de sommeil plus tard, le thé.
Même pas mal de tête,
Mais mal dans le cœur, dans l'âme,
Mal à l'humain.

Lâcheté de l'ivresse,
Peur des démons,
Peut-être n'est-ce pas le dernier tunnel,
Alors retenir son geste

Et au fond, en avoir le regret.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Lemniscate le papillon le Jeu 18 Juil 2013 - 13:56

Coucou.... dans la même trampe....
Bizz à toi....


Lemniscate le papillon
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6338
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 47
Localisation : Gard

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Ven 19 Juil 2013 - 17:59

C'est parti d'un poème sur Facebook, à propos d'un chêne. Piuis comme le poème sonnait particulièrement à mes oreilles et ailleurs, j'ai cherché quelques extraits.

Et cela m'a beaucoup parlé ; j'aurai pu croire qu'il parlait de moi :

"Il se sentait alors de taille à tout faire, et à d'autres moments il était capable de tout oublier et de rêver avec un attendrissement et un élan nouveaux chez lui, d'écouter la pluie ou le vent, de contempler fixement une fleur ou le courant de la rivière : il ne comprenait rien et il sentait tout, emporté par un mouvement de sympathie, de curiosité, de volonté de comprendre, entraîné de son propre moi vers un autre, vers l'univers, le mystère et le sacrement, vers la beauté douloureuse du jeu du monde phénoménal."

Le Jeu des Perles de Verre - Hermann HESSE


Et l'extrait suivant a ouvert une porte de compréhension qui jusqu'alors m'était inaccessible dans toutes celles que m'avait montré Mjöllnir (salutations au passage). Il me semble bien, vrai, cohérent, sage de suivre ce chemin.

"(...) Pour un homme conscient, il n'était aucun, aucun autre devoir de se chercher soi-même, de s'affirmer soi-même, de trouver en tâtonnant son propre chemin, quel qu'il fût. Cette révélation qui était le fruit de ma rupture avec Pistorius m'ébranla fortement. souvent, je m'étais plu à jouer avec les images de l'avenir. Souvent j'avais rêvé de rôles qui devaient m'être assignés, comme poète peut-être, ou comme prophète ou comme peintre. Tout cela en vain ! Pas plus qu'un autre, je n'étais ici-bas pour composer des poèmes ou pour prêcher, ou pour peindre. Tout cela était accessoire. La vraie mission de chaque homme était celle-ci : parvenir à soi-même. Qu'il finisse poète ou fou, prophète ou malfaiteur, ce n'étais pas son affaire ; oui, c'était en fin de compte dérisoire ; l'important, c'était de trouver sa propre destinée, non une destinée quelconque, et de la vivre entièrement. Tout le reste était demi-mesure, échappatoire, fuite dans le prototype de la masse et peur de son propre moi. L'idée nouvelle, terrible et sacrée, se présenta à mon esprit, tant de fois pressentie, peut-être souvent exprimée déjà, mais vécue seulement en ce moment même. J'étais un essai de la nature, un essai dans l'incertain, qui, peut-être, aboutirait à quelque chose de nouveau, peut-être à rien ; laisser se réaliser cet essai de sein de l'Inconscient, sentir en moi sa volonté, la faire entièrement mienne, c'était là ma seule, mon unique mission.

(...) Or, celui qui, véritablement, ne veut rien d'autre que sa destinée, n'a plus de semblables ; il reste seul, comme Jésus à Gethsémani, entouré seulement des espaces glacés de l'univers. Il y a eu des martyrs qui se sont fait crucifier volontiers, mais ils n'étaient pas des héros. Ils n'étaient pas délivrés. Ils voulaient quelque chose de cher et d'intime. Ils avaient un modèle ; ils avaient un idéal. Mais celui qui ne veut que sa destinée n'a plus ni modèle, ni idéal, ni rien de cher et de consolant autour de lui. Et ce serait ce chemin-là qu'il faudrait prendre. Des hommes comme vous et moi sont bien solitaires, mais ils possèdent le compensation secrète d'être autres, de se rebeller, de vouloir l'impossible. A cela aussi il faut renoncer quand on veut parcourir son chemin jusqu'au bout. Il faut arriver à ne vouloir être ni un révolutionnaire, ni un exemple, ni un martyr. C'est inconcevable.
Oui, c'était inconcevable, mais on pouvait en rêver, on pouvait le pressentir. Parfois, dans mes heures de solitude, j'en avais l'avant-goût. Alors je regardais en moi et je voyais l'image de ma destinée. Je contemplais ses yeux fixes. Qu'ils fussent pleins de sagesse ou de folie, qu'ils exprimassent l'amour ou la perversité la plus profonde, peu importait. Il ne fallait rien choisir, rien vouloir. Il ne fallait vouloir que soi, que sa propre destinée. C'est en cela que Pistorius m'avait servi de guide sur une partie de mon chemin.
Ces jours-là, j'errais comme un aveugle. La tempête grondait en moi. Chacun de mes pas était danger. Devant moi, je ne voyais que l'obscurité de l'abîme où se perdaient tous les chemins. Et, en moi, je voyais l'image du guide qui ressemblait à Demian et dans les yeux duquel était inscrite ma destinée.
J'écrivis sur un morceau de papier : « Un guide vient de m'abandonner. Je suis dans les ténèbres complètes. Seul, je ne puis faire un pas. Viens à mon secours ! »
j'avais l'intention d'envoyer ces lignes à Demian, mais j'y renonçai. Chaque fois que je voulais le faire, cela m'apparaissait puéril et dénué de sens. Mais je savais la petite prière par coeur et souvent, je la prononçait mentalement. Elle m'accompagnait constamment. Je commençai à pressentir ce qu'est la prière.(...) "

Demian - Hermann HESSE




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Dim 21 Juil 2013 - 20:25

Un peu de musique, évoquée en d'autres temps et d'autres lieux





Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Dim 21 Juil 2013 - 20:56

Solitude nocturne en bord de route



Dernière édition par Ours le Lun 22 Juil 2013 - 16:52, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Lun 22 Juil 2013 - 13:57

Une lecture, quelques extraits, ré-assemblés.
Étonnante cohérence de l’œuvre ou résonance en moi...
Il va falloir que j'y fasse quelque chose.
Cioran, peut-être ?
What a Face 

Mots incendiaires
Jetés à la face
D’un monde muet
Cris et sanglots
Murés par le silence
Soleil évanoui
Dans l’essaim de la nuit
-----L’Ombre et la nuit

Nous ressemblons
A ces oiseaux désemparés
Que le vent déporte
De tempête en tempête
Et qui s'élancent
A l'assaut du soleil
Pour retomber calcinés
Dans une poussière de sang.
-----L’Ombre et la nuit

Amour que je ne peux chanter
Toi mon linceul et ma proie d’ombre
Mon havre de détresse
Mon rivage d’amertume
Ma prison
Ma nuit
Mon soleil dévasté
Amour prisonnier
Des tentacules de l’angoisse
Je deviens fou à essayer
De t’unir à mes jours atroces
-----Derniers poèmes

Recherche acharnée
D’une inaccessible pureté
Située au-delà
Des pistes humaines
Envol éblouissant
Dans le sillage
Des poètes maudits
Puis la chute
[...]
Qu’il est court le chemin
Qui mène de la plus haute étoile
Aux cellules verrouillées
Des cliniques psychiatriques
-----L’Ombre et la nuit

Quand je mourrai
Demain s’il se peut
Enterrez-moi
Dans une terre humide
Et lourde de chaleur
Que la voûte de planche
Étoile mon sommeil
Que personne ne pleure
Moi qui ne sus pas vivre
Je pourrai enfin m’élever
Dans la nuit au son clair
-----Derniers poèmes

Mort chaleureuse
Dispensatrice unique d’apaisement et d’oubli
Sous tes ailes déployées j’irai me réfugier
Comme un vagabond
Qui trouve enfin sa patrie
Après des années d’errance
Dans le labyrinthe du désespoir
-----Autres poèmes, «Adieu»

Francis Giauque (1934-1965)


Dernière édition par Ours le Lun 22 Juil 2013 - 16:49, édité 1 fois (Raison : mise en page et complément)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Harpo le Lun 22 Juil 2013 - 14:13

Ah, C'est la vie de ELP ! J'adore ! Et que de souvenirs...

Il y a celle-là aussi, ressuscitée par Quentin Tarantino



Plus joyeux que Francis Giaucque, le Chuck !

Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Mar 23 Juil 2013 - 15:59

For what it’s worth: it’s never too late to be whoever you want to be. I hope you live a life you’re proud of, and if you find you’re not, I hope you have the strength to start over again.

F. Scott Fitzgerald


Chercher la cohérence, malgré tout, entre soi et soi, entre soi et l'extérieur, entre soi et l'autre, entre soi et les autres, entre soi et les évènements ; sans mollir, sans tricher, sans se vendre, sans punir ni se punir.
Ne jamais fermer la porte, sauf aux caractères ressentis comme toxiques et encore, plutôt distancer que bannir.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Mag le Mar 23 Juil 2013 - 19:15

Very Happy j'appelle ça la cohérence cardiaque... vitale maintenant il me semble dans l'air du temps... mais comme ç'est difficile parfois...alien 

Mag
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3587
Date d'inscription : 18/05/2012
Age : 70

http://www.pearltrees.com/j1p/la-douance-facile/id5027857

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Mer 24 Juil 2013 - 7:22



Sur le chemin montant
Qui passe au pays d'Arwen
Entre le diable et le vent

Juste au soleil couchant
De par le bord de l'étang
Elle est entrée au domaine

Elle serrait en marchant
Dessous un manteau de laine
Un gilet brodé d'argent

On lui donnait seulement
Même pas seize ans, pour autant
Que la mémoire me revienne

Elle disait : Fallait que je m'en aille
Elle disait : Tout me fait mal, dedans
J'ai brûlé mon cœur de paille
Avec les feux de la Saint-Jean


Je lui aurais bien parlé, pourtant...

On ne l'a pas vue longtemps
S'en est allée comme sa peine
Au dernier jour du printemps

De longs cheveux d'enfant
Suivait le fil du courant
De la rivière aux dolmens

Elle disait : Fallait que je m'en aille
Elle disait : Tout me fait mal, dedans
J'ai brûlé mon cœur de paille
Avec les feux de la Saint-Jean


Je lui aurais bien parlé, pourtant...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Mer 24 Juil 2013 - 15:47

Ce matin, 10h00.
Devant une façade de maison de village qui ne paie pas de mine.
A quoi bon, depuis mardi matin et plus encore depuis mardi soir ; à quoi bon.
Visiter.
Si ce n'est pas cher, c'est qu'il y avait une raison, bien sur.
Faire des projets, des travaux, pour qui, pour quoi.
Une maison à zèbre, organisée, équipée pour...
Mais accueillir qui désormais ?
Des images joyeuses dévalent la rue du village et s'ébrument au moment où je les saisis.

Alors, ne se fier qu'à son instinct.
Reprendre le joug ; avancer.
Se limiter à l'intelligence du buffle.
Réfléchir, c'est déjà désobéir, désobéir à sa décision.

Il n'empêche :


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Mer 24 Juil 2013 - 18:04

Il n'empêche, je suis à l'arrêt.
J'ai les boussoles folles.

Elle disait "j'ai déjà trop marché,
Mon cœur est déjà trop lourd de secrets,
Trop lourd de peines"

Elle disait "je ne continue plus,
Ce qui m'attend, je l'ai déjà vécu.
C'est plus la peine"

Elle disait que vivre était cruel
Elle ne croyait plus au soleil
Ni aux silences des églises
Même mes sourires lui faisaient peur
C'était l'hiver dans le fond de son cœur.

Elle disait que vivre était cruel
Elle ne croyait plus au soleil
Ni aux silences des églises
Même mes sourires lui faisaient peur
C'était l'hiver dans le fond de son cœur.

Le vent n'a jamais été plus froid
La pluie plus violente que ce soir-là
Le soir de ses vingt ans
Le soir où elle a éteint le feu
Derrière la façade de ses yeux
Dans un éclair blanc.

Elle a sûrement rejoint le ciel
Elle brille à côté du soleil
Comme les nouvelles églises
Mais si depuis ce soir-là je pleure
C'est qu'il fait froid dans le fond de mon cœur.

Elle a sûrement rejoint le ciel
Elle brille à côté du soleil
Comme les nouvelles églises
Mais si depuis ce soir-là je pleure
C'est qu'il fait froid dans le fond de mon cœur.

Francis Cabrel - C'était l'hiver

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Mer 24 Juil 2013 - 18:12


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Mer 24 Juil 2013 - 18:18



Je voulais simplement te dire
Que ton visage et ton sourire
Resteront près de moi, sur mon chemin

Te dire que c'était pour de vrai
Tout c'qu'on s'est dit, tout c'qu'on a fait
Qu'c'était pas pour de faux, que c'était bien

Faut surtout jamais regretter
Même si ça fait mal, c'est gagné
Tous ces moments, tous ces mêmes matins

J'vais pas te dire qu'faut pas pleurer
Y'a vraiment pas d'quoi s'en priver
Et tout c'qu'on n'a pas loupé, le valait bien

Peut-être on se retrouvera
Peut-être que peut-être pas
Mais sache qu'ici bas, je suis là

ça restera comme une lumière
Qui m'tiendra chaud dans mes hivers
Un petit feu de toi qui s'éteint pas

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Mer 24 Juil 2013 - 18:20

Merci Maj...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Mer 24 Juil 2013 - 18:30

Oui, merci Maj.
Tout est dit dans ce morceau, la musique, son interprétation, sa gestuelle. Je sais que cela agace certains, mais moi cela me fait comprendre, cela m'ouvre à la musique qu'elle joue.
Pas de pathos, de la sensibilité et de la dignité.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Mag le Mer 24 Juil 2013 - 21:46

Ours : Long hug 

Mag
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3587
Date d'inscription : 18/05/2012
Age : 70

http://www.pearltrees.com/j1p/la-douance-facile/id5027857

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Jeu 25 Juil 2013 - 14:39

krapo a écrit:lol! 
pub:
http://www.dailymotion.com/video/xx5v26_un-ours-lave-sa-fourrure-dans-une-machine-a-laver_fun

Avec beaucoup de retard, j'ai regardé.
J'avais besoin de sourire, merci.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Ven 26 Juil 2013 - 10:26


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Ven 26 Juil 2013 - 17:07

Nos absents - Grand Corps Malade


C´est pas vraiment des fantômes, mais leur absence est tellement forte
Qu´elle crée en nous une présence qui nous rend faible ou nous supporte
C´est ceux qu´on a aimés qui créent un vide presque tangible
Car l´amour qu´on leur donnait est orphelin et cherche une cible

Pour certains on le savait, on s´était préparé au pire
Mais d´autres ont disparu d´un seul coup, sans prévenir
On leur a pas dit au revoir, ils sont partis sans notre accord
Car la mort a ses raisons que notre raison ignore

Alors on s´est regroupé d´un réconfort utopiste
À plusieurs on est plus fort mais on n´est pas moins triste
C´est seul qu´on fait son deuil, car on est seul quand on ressent
On apprivoise la douleur et la présence de nos absents

Nos absents sont toujours là, à l´esprit, dans nos souvenirs
Sur ce film de vacances, sur ces photos pleines de sourires
Nos absents nous entourent et resteront à nos côtés
Ils reprennent vie dans nos rêves, comme si de rien n´était

On se rassure face à la souffrance qui nous serre le cou
En se disant que là où ils sont, ils ont sûrement moins mal que nous
Alors on marche, on rit, on chante, mais leur ombre demeure
Dans un coin de nos cerveaux, dans un coin de notre bonheur

Nous, on a des projets, on dessine nos lendemains
On décide du chemin, on regarde l´avenir entre nos mains
Et au cœur de l´action, dans nos victoires ou nos enfers
On imagine de temps en temps que nos absents nous voient faire

Chaque vie est un miracle, mais le final est énervant
Je me suis bien renseigné, on n´en sortira pas vivant
Il faut apprendre à l´accepter pour essayer de vieillir heureux
Mais chaque année nos absents sont un petit peu plus nombreux

Chaque nouvelle disparition transforme nos cœurs en dentelle
Mais le temps passe et les douleurs vives deviennent pastel
Ce temps qui, pour une fois, est un véritable allié
Chaque heure passée est une pommade, il en faudra des milliers

Moi, les morts, les disparus, je n´en parle pas beaucoup
Alors j´écris sur eux, je titille mes sujets tabous
Ce grand mystère qui nous attend, notre ultime point commun à tous
Qui fait qu´on court après la vie, sachant que la mort est à nos trousses

C´est pas vraiment des fantômes, mais leur absence est tellement forte
Qu´elle crée en nous une présence qui nous rend faible ou nous supporte
C´est ceux qu´on a aimés qui créent un vide presque infini
Qu´inspirent des textes premier degré

Faut dire que la mort manque d´ironie

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Ven 26 Juil 2013 - 17:08


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Darth Lord Tiger Kalthu le Ven 26 Juil 2013 - 17:38

Le texte juste...

Darth Lord Tiger Kalthu
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 16894
Date d'inscription : 02/12/2012
Age : 37
Localisation : Koriban

http://www.zebrascrossing.net/t14849-qu-est-ce-que-le-tigre#6200

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Renarde20 le Ven 26 Juil 2013 - 18:17


Renarde20
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7209
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 45
Localisation : Lyon

http://www.zebrascrossing.net/t11058p20-le-debut-de-tout-le-rest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Dim 28 Juil 2013 - 10:57

Un petit sourire, même si je n'ai vraiment pas envie de sourire :


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Dim 28 Juil 2013 - 11:16

Souris ours.
Elle est vie. Elle est pulsion de vie.
Elle vit en toi comme en moi. Il y a une énergie qui est là et que l'on ressent.
Et si elle est morte, c'est parce qu’elle ne voulait pas mourir.
Paradoxe.
Elle n'aurait jamais supporté une vie fade.
Tu l'aurai vu vivre avec une personne par convenance sociale ou par désespoir de ne pouvoir faire autrement ?

La vérité est qu'elle nous a tous changé.
On s'en rends compte.
On le sait.
Maintenant, pleurer, oui, je pleure.
Mais je me demande pourquoi je pleure.
Est-ce que je pleure pour moi ou est-ce que je pleure pour elle.

Et là, je l'a vois souriante, son air goguenard se moquer de moi comme elle pouvait le faire, la chipie.
Me dire, " mais au lieu de me pleurer, vois plutôt ce que tu peux faire pour changer toi même maintenant ta vie. "
Je t'ai remis sur les rails de la vie mon gars, alors roule, tu sais le faire.
Bouge toi mon gars.

Comme tous changement c'est les phases de transition qui sont dures.
A nous de faire de cette énergie des choses, des actions à son image, simplement.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 2:56


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 35 sur 36 Précédent  1 ... 19 ... 34, 35, 36  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum