Rêves d'Ours

Page 4 sur 36 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 20 ... 36  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Ven 1 Mar 2013 - 17:33

Ana Blandiana – Nous devrions (Ar trebui, 1966)

Nous devrions naître vieux,
Arriver au monde sages,
Être capables d’y décider de notre sort,
Savoir quels chemins partent du carrefour primaire
Seul le désir de marcher est irresponsable.
Ensuite devenir plus jeunes, plus jeunes encore, en marchant,
Arriver forts et mûrs devant la porte de la création,
La passer pour entrer adolescents dans l’amour,
Pour être enfants à la naissance de nos fils.
De toute manière, ils seraient alors plus vieux que nous,
Ils nous apprendraient à parler, nous berceraient avant de dormir,
Nous disparaîtrions de plus en plus, devenant aussi petits
Qu’un grain de raisin, qu’un pois vert,
Qu’un grain de blé…

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Ven 1 Mar 2013 - 17:38

Ailleurs a écrit:A ne pas avoir de racines parce qu'à peine bourgeonnantes, elles ont été coupées,
A ne pas avoir de famille parce que la vie l'a éparpillée et en a effacé les traces,
A ne pas avoir de terre parce que la mémoire s'est emplie pêle-mêle de sons, de couleurs et d'odeurs,
A ne pas avoir de climat parce 8 heures suffisent à un enfant pour passer d'un canal gelé en février, à l'éblouissante brûlure desséchée du Tchad puis à la touffeur du sauna équatorial,
A ne pas avoir de classe sociale parce qu'en 5 jours à peine, un fils d'ouvrière parisienne se mute en bourgeois colonial puis apprend par la suite ce qu'est le yoyo social,

On s'invente
Une histoire,
Une famille,
Un pays,
Une cohérence.

Mais c'est artifice.

Car la vie est fragmentée et la mémoire déstructurée :
Ce qui est stable est l'instabilité,
Ce qui est certain est l'incertitude,
Ce qui est d'ici est de nulle part,
Ce qui est un jour n'est plus le lendemain,
Ce qui est familier est l'étranger.

Et la belle qui est là est soudain repartie.
Déjà.
A moins qu'on l'ait chassée.
Allez savoir.
Elle aurait pu être une attache.


J'ai voulu couper pour ne garder que quelques phrases mais c'était comme trancher à vif et je n'aime pas trancher à vif ;-)
Ma réponse tu la mettras donc avec ce que tu veux ... oupa ;-)

J'ai relu et j'ai envie de dire : avec le temps, ce manque de racines, la famille éparpillée, les canaux gelés que l'on sautent pour surgir au soleil ... toussa, pour moi, c'est devenu une force :-) Tu imagines, notre manque de racines nous permet d'être comme ces plantes volantes qui vont où elles veulent et peuvent pousser dans tous les terreaux, tu vois, ces fleurs qui occupent le plus petit bout de terre, qui poussent dans les failles du macadam ... On the road again ça nous permet d'aller chez les autres, de découvrir tous les paysages, savoir que rien n'est stable ... ben voui hein ! Je ne développerais pas parce que là je suis entre une journée passée sur les routes et la douche salvatrice avant de repiquer vers un anniversaire ... ) l'être humain est toujours en déséquilibre, marcher c'est se mettre en déséquilibre pour avancer, on ne pourrait pas se déplacer sinon ;-) Apprendre à marcher, à écrire, à parler, à être avec d'autres c'est (pour moi) s'affranchir de la stabilité, c'est prendre le risque du mouvement :-) Ce qui est dingue, c'est que souvent, on ne se souvient pas comment c'était qaund on apprenait mais le plus fou c'est qu'on oublie qu'on ne fait que ça tout le temps : apprendre :-)
Voilou, j'avais envie de partager ça avec toi et puis ça aussi :
"Qu'un cachalot soit seul n'est pas remarquable en soi : il est fréquent que les individus de cette espèce voyagent en solo, soit qu'il s'agisse d'un vieux mâle dominant, soit d'une femelles ou d'un juvénile, qui de toutes façons gardent le contact avec leur pod par le moyen de leurs clicks sur de vastes distances, mais qui, à nos yeux, paraissent isolés." (in :
http://www.dauphinlibre.be/cachalot_ambassadeur.htm)

et, sur le même site :
http://www.dauphinlibre.be/cachalot.htm

Bizbiz :-)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Ven 1 Mar 2013 - 17:40

P.S : des miens zamis nous ont envoyé, à la naissance de leur premier enfant un faire part où le petit nous annonçait la naissance de ses parents ... joli façon de dire que ça va dans les deux sens ;-) bon, je fiiiiiiiiiiiiiiiiiiiile ;-)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Ven 1 Mar 2013 - 18:16

J'adore ce que vient d'écrire kasha sur les cachalots et les clcs bounce

Prendre aussi conscience que les clics sont parfois émis sur des fréquences différentes, mais que le fond de la communication soustend le même désir de partager, découvrir et apprendre.

Amitiés Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Mag le Ven 1 Mar 2013 - 22:10

Vivat "click"

Amis

Mag
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3589
Date d'inscription : 19/05/2012
Age : 70

http://www.pearltrees.com/j1p/la-douance-facile/id5027857

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Saphodane le Ven 1 Mar 2013 - 22:34

Ailleurs, bisous.

Saphodane
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3002
Date d'inscription : 24/01/2012
Age : 31
Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Lemniscate le papillon le Ven 1 Mar 2013 - 22:41

Je t'ai cherché Ailleurs... mais te voilà ici....




Lemniscate le papillon
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6338
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 47
Localisation : Gard

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Renarde20 le Ven 1 Mar 2013 - 23:35

kasha a écrit:.../... l'être humain est toujours en déséquilibre, marcher c'est se mettre en déséquilibre pour avancer, on ne pourrait pas se déplacer sinon ;-) Apprendre à marcher, à écrire, à parler, à être avec d'autres c'est (pour moi) s'affranchir de la stabilité, c'est prendre le risque du mouvement :-) Ce qui est dingue, c'est que souvent, on ne se souvient pas comment c'était quand on apprenait mais le plus fou c'est qu'on oublie qu'on ne fait que ça tout le temps : apprendre :-)

Merci Kasha, tout plein beaucoup ! Ange

Renarde20
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7209
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 45
Localisation : Lyon

http://www.zebrascrossing.net/t11058p20-le-debut-de-tout-le-rest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Sam 2 Mar 2013 - 18:20

En prélude à un repas "comme il faut" avec "qui il faut", je révise mes classiques :
Les tontons flingueurs, la scène de la cuisine.

http://www.kewego.fr/video/iLyROoafMuun.html

Pas sur qu'on finisse comme cela ce soir, cela risquerait de faire "vulgaire".....

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Lemniscate le papillon le Sam 2 Mar 2013 - 18:33


Lemniscate le papillon
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6338
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 47
Localisation : Gard

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Renarde20 le Sam 2 Mar 2013 - 18:39


Renarde20
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7209
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 45
Localisation : Lyon

http://www.zebrascrossing.net/t11058p20-le-debut-de-tout-le-rest

Revenir en haut Aller en bas

Retrouver l'homme en deçà de sa pathologie

Message par Invité le Sam 2 Mar 2013 - 19:39


Si l'on remplace les mots de drogues, d'addiction, d'alcoolique, par la capacité intellectuelle, surdoué, ... ne trouverez-vous pas une lumineuse convergence.
Et au delà, n'y a t il pas une piste de recherche... Si l'on considère que ce témoignage du soin de l'addiction peut être transposé dans l'univers des HQI, alors n'y a t il pas une similitude fonctionnelle voire chimique dans le cerveau entre l'addiction et la douance ?

Bonne lecture :

La capacité d'exister
Utiliser la philosophie comme outil thérapeutique contre l'addiction? C'est le projet de cet ancien élève d'Henri Maldiney, qui dirige un centre médico-social d'aide aux alcooliques et aux drogués.
Ou comment ouvrir au monde des individus enfermés dans leur dépendance.

Par Bérénice Levet / Photo Manuel Braun - in Philisophie Magazine / Février 2013


« Vous qui avez affaire à l'homme malade, vous avez affaire à l'homme.
Bien entendu. Mais très souvent mal entendu. Car il arrive que le regard que nous portons sur-rhomme malade soit accommodé si fixement sur la maladie que nous cessons de voir l'homme et ne comprenons plus alors ce qu'est sa maladie. »

Ces propos d'Henri Maldiney, disciple français de Heidegger dont on fête le centenaire, auraient pu figurer sur le fronton de l'Assocation Drogue et Jeunesse (Adaje), centre médico-social qui accueille dans le XIVe arrondissement de Paris des personnes cherchant un soutien pour rompre avec leurs addictions. Ils servent en tout cas de boussole à son directeur, Bernard Rigaud, ancien élève de Maldiney, qui a placé la philosophie au cœur du dispositif de soin et de réinsertion de cette institution.
Rien ne destinait Bernard Rigaud à ce poste. En 1975, il s'inscrit à l'université de Lyon en droit, sciences politiques et philosophie. Il suit les cours de professeurs éminents, dont Henri Maldiney. «J'étais loin d'imaginer que ce serait un point d'ancrage de mon existence. » Maldiney s'inscrit alors dans la Daseinsanalyse qui utilise les catégories de Heidegger, comme celle d'ouverture au monde, pour réinterpréter la psychanalyse freudienne et les pathologies psychiques.
« Mais son enseignement n'est pas toujours très... ouvert. Il déroulait sa pensée par des sommations et des provocations. J'en sortais en proie à une certaine perplexité, marquée du malaise de ne pas la saisir. »
Son cursus achevé, Bernard Rigaud quitte Lyon pour Paris et soutient une thèse en histoire sur les funérailles nationales... Mais la mémoire des morts ne lui procure pas de quoi vivre. C'est sa formation en droit privé qui lui permet d'être engagé dans un groupe financier. Une activité à laquelle il se consacrera pendant quinze ans. À la fin des années 1990, il entame une psychanalyse. Un choc! Il décide de s'y former. Avant de rejoindre en 2005 l'Adaje.
Au moment où Rigaud en prend les rênes, cet établissement, créé en 1973, cultive déjà une pratique thérapeutique très humaniste et est ouvert à toute personne souffrant d'addiction. Souffrant? Plus exactement ayant souffert car, même si leur histoire ne se conjugue pas encore au passé, la rupture de consommation est la condition sine qua non de leur accueil dans cette structure. L'Adaje présente une double originalité. Celle d'offrir un hébergement, collectif ou individuel, à ces êtres en rupture de liens sociaux. Celle, ensuite, de proposer, en plus des activités de psychothérapie, une initiation à la philosophie ainsi qu'à l'histoire de l'art.
D'où est venue l'idée? En discutant avec Pascal Coulon, philosophe de formation qui enseignait dans ce lieu. De leur rencontre est né ce projet de faire de la philosophie et de l'histoire de l'art, « un allié de la recomposition de l'humain ». « Le thérapeute que je suis ne saurait faire l'économie de la question : qu'est-ce que l'homme? Qu'est-ce qu'une vie humaine?
Et il est vrai que j'y réponds dans les termes de Maldiney. Ce que le centre se donne pour mission de restaurer, de libérer, c'est ce qu'il appelle la capacité d'exister. » Qu'est-ce à dire? « L'existence humaine, en tant qu'elle est irréductible à la vie au sens biologique du terme, consiste, pour Maldiney, en une disponibilité, un accueil à l'événement, c'est-à-dire à l'imprévisible, l'inattendu, l’inanticipable. »
Le réel est taillé dans cette étoffe, et exister c'est y être ouvert. Or, « le sujet souffrant d'addiction est totalement absorbé par lui-même. Sa vie n'a plus qu'un centre, le produit de sa dépendance. La réalité des êtres et des choses qui l'entourent ne trouve plus par où s'immiscer». C'est notamment à l'enseignement de la philosophie — école d'étonnement — et de l'art — école du regard et de la perception — que Rigaud confie le soin de restaurer cette disponibilité.
Il n'y a évidemment pas de causalité directe. « La problématique de l'addiction est d'une telle complexité qu'elle impose de rester modeste », avertit Pascal Coulon. Il n'empêche qu'il est rare que ces élèves éprouvés par l'existence ne se sentent pas provoqués par les réflexions sur la condition humaine qui leur sont soumises.
Quelques exemples?
« Ils sont très sensibles à la distinction d'Épictète sur les choses qui dépendent de nous et celles qui n'en dépendent pas. Ils découvrent qu'ils sont libres de considérer que leur vie est un échec parce qu'ils sont dépendants. Ou de considérer qu'ils « la possibilité de se saisir de cette situation pour en recomposer les ternies. »
La conception sartrienne de la liberté n'est pas non plus sans produire d'effets: « Elle renforce chez nombre de nos élèves l'idée qu'ils ont le choix et la décision de ne plus se chercher d'excuses. »
La distance des œuvres et l'abstraction des concepts permettent étrangement à chacun de réfléchir sa propre histoire : « Lorsque j'aborde, avec Arendt, Jankélévitch, Derrida ou Dostoïevski, les thèmes de la faute, du châtiment et du pardon, ces questions résonnent chez ces êtres qui sont souvent, à tort ou à raison, rongés de culpabilité, ou qui ont connu des problèmes de justice. »
Rigaud et son équipe ne se font pas d'illusions: la philosophie n'est pas la panacée. Et elle ne prétend pas se substituer aux autres soins. Mais elle aide à la reconstruction de soi: « Les ateliers permettent aux hommes et aux femmes de se rendre compte que la culture leur est accessible, qu'elle s'adresse à une part d'humanité dont ils sont, eux aussi, dépositaires. »

Maldiney ne dit pas autre chose : retrouver l'homme en deçà de sa pathologie.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Dim 3 Mar 2013 - 2:17

Il y a effectivement de ça, Ailleurs.

Ceci étant, je pense que tu en conviendra, ce qui pousse les gens à prendre en compte leur addiction puis à vouloir la traiter est en eux. premièrement en eux !

La plupart du temps, un regard extérieur, même amical, qui ose parler de cela, est souvent pris comme intrusif ou critique, voire même à passer pour agressif.

Le temps et le chemin de l’expérience font beaucoup, y compris la lucidité sur soi (chose ô combien difficile à accomplir). Puis vient le doute associé à la fois à la " nécessité " d'évoluer et à la peur de se tromper de route, de quitter un environnement connu et maitrisé, accompagné de la crainte de s'égarer encore une fois...

Oui oui... le chemin de la vie, et le contrôle, encore ce contrôle, encore cette peur... Cette peur qui, une fois dépassée ouvre à de nouveaux horizons en plus que d'afficher la capacité que l'on a tous, celle de nous dépasser !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Renarde20 le Dim 3 Mar 2013 - 12:27


Renarde20
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7209
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 45
Localisation : Lyon

http://www.zebrascrossing.net/t11058p20-le-debut-de-tout-le-rest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Lun 4 Mar 2013 - 8:02

http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Fille_sur_le_pont

Je ne l'ai pas trouvé tout seul, cependant les résonances sont trop personnelles pour en afficher la source

"Adèle- Je sais pas...Quand j'étais petite, j'avais qu'une seule idée : c'était de grandir, je voulais que ça aille plus vite...

Mais maintenant, je sais pas à quoi ça a servi tout ça, je sais plus...(elle affiche un sourire, ses yeux s'embuent et ses joues se mouillent de larmes) Devenir plus vieille...Ce qu'y a devant moi j'ai l'impression que c'est comme une salle d'attente, dans une grande gare avec des bancs, des courants d'air, et derrière les vitres des tas de gens qui passent à toute allure, sans me voir, ils sont pressés, ils prennent des...des trains, ou des taxis, ils ont quelque part où aller, quelqu'un à retrouver, et moi je reste assise là, j'attends.

La femme- Mais vous attendez quoi, Adèle?

Un très long silence.

Adèle- Qu'il m'arrive quelque chose"


Des mots justes et sensibles.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Lun 4 Mar 2013 - 17:01

Objet univers, Peinture monde voici un carnet de croquis qui m'évoque à la fois de Moebius/Jean Giraud et de Sempé.

Exemple :

Un avion - vaisseau - arche de Noé :



Et son poste de pilotage :



Vidéo d'un feuilletage :


Site de l'artiste:
http://mattiasa.blogspot.fr/


Dernière édition par Ailleurs le Lun 4 Mar 2013 - 17:15, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par MarSupilami le Lun 4 Mar 2013 - 17:09

Ce week-end, j'ai vu le bord du monde ! J'ai pensé à toi et t'ai envoyé une bise par-delà les océans.

Smile

MarSupilami
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 788
Date d'inscription : 25/11/2012
Localisation : Océan Indien

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Lun 4 Mar 2013 - 17:13

Autre genre : troublante sensation de ce personnage récurrent habillé comme un commissaire politique, visitant à la fois des paysages tendant à l'horizon, à la fois des friches industrielles.

Le photographe est allemand ; résurgence d'un inconscient national ?







Site de l'artiste :
http://1x.com/member/ralphgraef/photos

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Lun 4 Mar 2013 - 17:14

MarSupilami a écrit:Ce week-end, j'ai vu le bord du monde ! J'ai pensé à toi et t'ai envoyé une bise par-delà les océans.

Smile

Merci Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Lun 4 Mar 2013 - 17:29

Ailleurs a écrit:Des mots justes et sensibles.

A l'époque où j'avais un fil, j'ai voulu plusieurs fois poster cette vidéo. J'adore ce film.

J'aime ce film à tel point que je me suis débrouillée pour avoir juste la bande son en mp3. Je l'écoute parfois, dans mon baladeur. Et le texte prend une autre dimension, une autre profondeur. On entend mieux les silences (s'tu veux, je te les envoie. Les mp3, pas les silences. Enfin disons les mp3, avec les silences dedans. Enfin bref.).

L'une des répliques que je préfère :

Gabor : La chance, la chance ! Qu'est ce que vous croyez ? Qu'ça s'attrape en r'gardant en l'air, comme la grippe ? Mais il faut s'bouger l'cul, il faut la vouloir, il faut aller la chercher la chance, bordel de chiotte !

Bien la bise par ici, Ailleurs.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Lun 4 Mar 2013 - 18:16

Kasha : "qui de toutes façons gardent le contact avec leur pod par le moyen de leurs clicks sur de vastes distances".

Où comment partir sans abandonner,
Où comment être sans consommer l'autre,
Et conserver le chemin du retour.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Lun 4 Mar 2013 - 18:20

Protée, ton passage par ici me donne un sourire.
Ne lâche rien, comme m'a dit une amie, qui le tient d'un ami, on ne peut compter que sur nous-même.
Et ce n'est pas du communautarisme, c'est de la protection.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par ⚡ Foxy Charlie ⚡ le Lun 4 Mar 2013 - 18:21

Protée a écrit:J'aime ce film à tel point que je me suis débrouillée pour avoir juste la bande son en mp3. Je l'écoute parfois, dans mon baladeur. Et le texte prend une autre dimension, une autre profondeur. On entend mieux les silences (s'tu veux, je te les envoie. Les mp3, pas les silences. Enfin disons les mp3, avec les silences dedans. Enfin bref.).

Rhooo vouiii la bande son Protée, moi ça me dit, moi ça me dit!!!!!! bounce

Et des bises à notre hôte bien sûr!!





Dernière édition par ⚡ Foxy Charlie ⚡ le Lun 4 Mar 2013 - 18:23, édité 1 fois

⚡ Foxy Charlie ⚡
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1143
Date d'inscription : 18/09/2012
Age : 34
Localisation : Sur son terril

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Lun 4 Mar 2013 - 18:23

@ Ailleurs

Exactement !
Le silence est le père de tous les possibles. Il ne signifie pas forcément l'oubli, surtout si la pensée le conduit â l'apaisement.
La parole n'est en fin de compte que la cristallisation d'un possible... En synchronicité Smile


Dernière édition par Mjöllnir le Lun 4 Mar 2013 - 19:35, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Lun 4 Mar 2013 - 18:41

Protée a écrit:
.../...
J'aime ce film à tel point que je me suis débrouillée pour avoir juste la bande son en mp3. Je l'écoute parfois, dans mon baladeur. Et le texte prend une autre dimension, une autre profondeur. On entend mieux les silences (s'tu veux, je te les envoie. Les mp3, pas les silences. Enfin disons les mp3, avec les silences dedans. Enfin bref.)
..../...

Volontiers. Je me suis fait envouté par sa voix, ce matin.
Et ces silences, pendant lesquels si l'on tendait l'oreille, on entendrait l'émotion surgir en vague et se briser en mots puis revenir en ressac.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 21:17


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 36 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 20 ... 36  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum