Rêves d'Ours

Page 3 sur 36 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 19 ... 36  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Mar 26 Fév 2013 - 14:28

ailleurs a écrit:Publié sur FB, groupe ZC.
Repris ici, car je ne peux qu'adhérer à cette réflexion, cette connaissance, cette relation, cette action en rhizome comme dirait Deleuze et son complice Gattari.
Repris ici, car ce complexe d'Atlas, c'est le commentaire instinctif de mon ostéopathe, il y a 18 mois, avant ZC, donc. Et c'est un de ceux et celles qui m'ont remis en mouvement.

Josiane Dutoit a écrit:
Je parcourais hier soir les différents posts et l'idée me vint de noter un mot-clé issu de chacun. C'est certes réducteur, mais l'impression générale qui ressortait à cette lecture était particulièrement négative. Je pourrais (trop facilement d'ailleurs) en déduire que "J'ai un fabuleux potentiel, mais il me condamne à vivre un enfer !"

Une chose m'a particulièrement frappée (au-delà des idées noires), c'est cette conscience du monde, très présente, mais une conscience peu optimiste (euphémisme), qui se traduit par un "complexe d'Atlas" ---> "Je porte toute la misère du monde sur mes épaules" et son corollaire souvent exprimé ---> "Je peux faire quelque chose".

La possibilité d'un mieux-être (mais peut-être que je me trompe méchant ?) ne réside-t-elle pas dans le lâcher-prise de ce sur quoi je n'ai aucun contrôle ? Du coup, sur quoi ai-je un contrôle possible ? Mes actes, mes paroles, mes pensées. C'est en opérant ce recentrage sur soi (qui peut sembler égoïste et par là même insupportable, bien que particulièrement salutaire) que j'ai alors la possibilité de vivre ma vie et donc de me sentir bien.

Une petite citation issue de la sagesse zen:

"Lorsque tu balayes la cour de ta maison, tu contribues à rendre le monde plus beau".

C'est effectivement là que s'opère le changement, le seul changement possible: dans mon environnement proche, là où je peux agir, là où je peux avoir le seul contrôle possible.

Fasse que ces mots vous apporte l'énergie d'une belle journée.

J'aime beaocoup (et depuis longtemps) ce que suggère mme Duboit ainsi que la citation.
Pour moi, cette reconstruction passe par une grande part de silence, voire de retrait. Ceci étant, ce recentrement tend à l'unification des contraires, à un rapprochement des déchirures dichotomiques que je portais. Je m'en sent conforté. Plus le temps passe, plus je crois que l'aide à apporter à autre que soi consiste à offrir une vue et une écoute partagée plus qu'un conseil. Un affichage de structure pour comparaison plus qu'un réconfort momentané. Et puis à laisser faire. En restant à l'écoute d'une demande potentielle.

... Ma cacahuète du jour, comme dirait Jarod Wink

Amitiés.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Mar 26 Fév 2013 - 14:33

renarde20 a écrit:Sommes nous seulement conscients des masques que nous portons, que l'on nous fait porter ... ?


Qu'est-ce qu'elle est belle cette photo. Dommage que sa définition ne soit pas plus précise et qu'elle soit un peu tramée.
Et elle est fort à propos.
Et c'est l'essentiel.
Ce WE, nous avons partagé un texte poétique un peu long dont la première partie évoquait un groupe humain où le visage était caché par un tissu (bleu, je crois).

Synchronicité, non ? c'est comme cela qu'on dit ?


Dernière édition par ailleurs le Mar 26 Fév 2013 - 14:41, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Mar 26 Fév 2013 - 14:40

Mjöllnir a écrit:
.../...
Plus le temps passe, plus je crois que l'aide à apporter à autre que soi consiste à offrir une vue et une écoute partagée plus qu'un conseil. Un affichage de structure pour comparaison plus qu'un réconfort momentané. Et puis à laisser faire. En restant à l'écoute d'une demande potentielle..../...

Lu quelque part, était-ce sur le fil d'Harpo ? ou de Mog*why ? ou d'Arkange ? une histoire de Pokemon qui rejoint ta réflexion.
Le temps est à nos apaisements.
Profitons.

Amitiés également.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Mar 26 Fév 2013 - 14:54

Je ne saurai te dire. Cela vient de mes réflexions, de mes lectures (dernièrement en psychologie et sociologie).
Je pratique à un fort recentrement, à un étalonnage, à une " délimitation " dirais-je presque.
Je ne m'alimente plus de ressentis, cherche plutôt à comprendre quelle " identité " ces derniers délimitent de moi. Quelle est la partie qui rappelle un vécu que j'aurais plus à paralléliser qu'à me remémorer.

Je vais donc lire les trois fils dont tu fais état. Merci Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Renarde20 le Mar 26 Fév 2013 - 15:13


Renarde20
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7209
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 45
Localisation : Lyon

http://www.zebrascrossing.net/t11058p20-le-debut-de-tout-le-rest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Mar 26 Fév 2013 - 16:20

Merci renarde20 Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Aerienne le Mar 26 Fév 2013 - 23:12

Tiens, tiens : un nouveau fil d' Ours - nouveau départ pour une nouvelle vie pleine de bonnes surprises dans tous les domaines.......

sunny

Amis

Aerienne
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1063
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 58
Localisation : GOLFE JUAN

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Mer 27 Fév 2013 - 9:19

Nouveau ?
Je dirai plus une suite douce et calme...

Merci du petit mot.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Mer 27 Fév 2013 - 9:20

De la belle tendresse pas mièvre.
J'aime beaucoup.





Spoiler:
I know you've been hurt
By someone else
I can tell by the way
You carry yourself

But if you'll let me
Here's what I'll do
I'll take care of you

I, I loved and lost
The same as you
So you see I know
Just what you've been through

And if you'll let me
Here's what I'll do
I just have got to take care of you

You won't ever have to worry
You don't ever have to cry
I'll be there beside you
To dry your weeping eyes

So darlin' tell me
That you'll be true
'Cause there's no doubt in my mind
I know what I want to do

And just as sure
One and one is two
I just got, I got to take care of you
I just got to take care of you
Take care of you

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Mer 27 Fév 2013 - 17:00

Publié par Collisions sur FB

Giuseppe Ungaretti – "Vagabond" / Dessin _ A. Giacometti _ "Man Walking"


"En aucune partie du monde
je ne peux m’établir

A chaque nouveau climat que je rencontre
je reconnais avec lassitude
qu’une fois déjà
je m’y étais habitué

Et je m’en détache toujours
étranger

Je vins au monde
retour d’époques trop vécues

Jouir d’un instant seul de vie initiale

Je cherche un pays Innocent"


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Mer 27 Fév 2013 - 17:08

Je me demande si cette errance ne ccorrespond pas à chercher vainement ailleurs ce qui se trouve déjà en soi : La possibilité d'acceptation.

Amitiés.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Mer 27 Fév 2013 - 18:06

A ne pas avoir de racines parce qu'à peine bourgeonnantes, elles ont été coupées,
A ne pas avoir de famille parce que la vie l'a éparpillée et en a effacé les traces,
A ne pas avoir de terre parce que la mémoire s'est emplie pêle-mêle de sons, de couleurs et d'odeurs,
A ne pas avoir de climat parce 8 heures suffisent à un enfant pour passer d'un canal gelé en février, à l'éblouissante brûlure desséchée du Tchad puis à la touffeur du sauna équatorial,
A ne pas avoir de classe sociale parce qu'en 5 jours à peine, un fils d'ouvrière parisienne se mute en bourgeois colonial puis apprend par la suite ce qu'est le yoyo social,

On s'invente
Une histoire,
Une famille,
Un pays,
Une cohérence.

Mais c'est artifice.

Car la vie est fragmentée et la mémoire déstructurée :
Ce qui est stable est l'instabilité,
Ce qui est certain est l'incertitude,
Ce qui est d'ici est de nulle part,
Ce qui est un jour n'est plus le lendemain,
Ce qui est familier est l'étranger.

Et la belle qui est là est soudain repartie.
Déjà.
A moins qu'on l'ait chassée.
Allez savoir.
Elle aurait pu être une attache.



Dernière édition par Ailleurs le Mer 27 Fév 2013 - 19:21, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Mer 27 Fév 2013 - 19:12

Tout aurait pu se passer autrement. Toujours.
Rire de ce qui nous arrive et s'ancrer dans l'instant, respirer l'impermanent comme un oxygène toujours renouvelé.
Ce qui fût n'est plus, tendons les bras vers ce qui est et sera Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Mer 27 Fév 2013 - 19:22

A la fois sans illusions :




Spoiler:
On n´oublie rien de rien
On n´oublie rien du tout
On n´oublie rien de rien
On s´habitue c´est tout

Ni ces départs, ni ces navires
Ni ces voyages qui nous chavirent
De paysages en paysages
Et de visages en visages
Ni tous ces ports, ni tous ces bars
Ni tous ces attrape-cafard
Où l´on attend le matin gris
Au cinéma de son whisky
Ni tout cela, ni rien au monde
Ne sait pas nous faire oublier
Ne peut pas nous faire oublier
Qu´aussi vrai que la Terre est ronde.

On n´oublie rien de rien
On n´oublie rien du tout
On n´oublie rien de rien
On s´habitue c´est tout

Ni ces jamais ni ces toujours
Ni ces "je t´aime" ni ces amours
Que l´on poursuit à travers cœurs
De gris en gris de pleurs en pleurs
Ni ces bras blancs d´une seule nuit
Collier de femme pour notre ennui
Que l´on dénoue au petit jour
Par des promesses de retour
Ni tout cela ni rien au monde
Ne sait pas nous faire oublier
Ne peut pas nous faire oublier
Qu´aussi vrai que la Terre est ronde

On n´oublie rien de rien
On n´oublie rien du tout
On n´oublie rien de rien
On s´habitue c´est tout

Ni même ce temps où j´aurais fait
Mille chansons de mes regrets
Ni même ce temps où mes souvenirs
Prendront mes rides pour un sourire
Ni ce grand lit où mes remords
Ont rendez-vous avec la mort
Ni ce grand lit que je souhaite
A certains jours comme une fête
Ni tout cela ni rien au monde
Ne sait pas nous faire oublier
Ne peut pas nous faire oublier
Qu´aussi vrai que la Terre est ronde

On n´oublie rien de rien
On n´oublie rien du tout
On n´oublie rien de rien
On s´habitue c´est tout


Mais aussi, d'un intense désir :



Spoiler:
Voilà combien de jours, voilà combien de nuits,
Voilà combien de temps que tu es reparti,
Tu m'as dit cette fois, c'est le dernier voyage,
Pour nos cœurs déchirés, c'est le dernier naufrage,
Au printemps, tu verras, je serai de retour,
Le printemps, c'est joli pour se parler d'amour,
Nous irons voir ensemble les jardins refleuris,
Et déambulerons dans les rues de Paris,

Dis, quand reviendras-tu,
Dis, au moins le sais-tu,
Que tout le temps qui passe,
Ne se rattrape guère,
Que tout le temps perdu,
Ne se rattrape plus,

Le printemps s'est enfui depuis longtemps déjà,
Craquent les feuilles mortes, brûlent les feux de bois,
A voir Paris si beau dans cette fin d'automne,
Soudain je m'alanguis, je rêve, je frissonne,
Je tangue, je chavire, et comme la rengaine,
Je vais, je viens, je vire, je me tourne, je me traîne,
Ton image me hante, je te parle tout bas,
Et j'ai le mal d'amour, et j'ai le mal de toi,

Dis, quand reviendras-tu,
Dis, au moins le sais-tu,
Que tout le temps qui passe,
Ne se rattrape guère,
Que tout le temps perdu,
Ne se rattrape plus,

J'ai beau t'aimer encore, j'ai beau t'aimer toujours,
J'ai beau n'aimer que toi, j'ai beau t'aimer d'amour,
Si tu ne comprends pas qu'il te faut revenir,
Je ferai de nous deux mes plus beaux souvenirs,
Je reprendrai la route, le monde m'émerveille,
J'irai me réchauffer à un autre soleil,
Je ne suis pas de celles qui meurent de chagrin,
Je n'ai pas la vertu des femmes de marins,

Dis, quand reviendras-tu,
Dis, au moins le sais-tu,
Que tout le temps qui passe,
Ne se rattrape guère,
Que tout le temps perdu,
Ne se rattrape plus...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Mer 27 Fév 2013 - 19:40

Ne roen oublier n'empêche pas de passer à autre chose Wink
Penser aux beaux jours enfuis voile souvent le regard sur ceux qui s'annoncent...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Jeu 28 Fév 2013 - 7:08

Ils avaient raison Loïc, Orchidée et d'autres.
Tous deux et d'autres que je n'ai pas su entendre.
Regarder son cachalot, regarder ses profondeurs.
Je comprend enfin ce que cela veut dire.
Je peux enfin les regarder sans dégoût ni regret.
Simplement les observer et les prendre en compte pour ce qu'elles produisent.

Pardonnez les précédents post qui pouvaient laisser croire en une lamentation.
Il s'agit d'une acceptation.

Scruter ses fondations quand la tempête s'approche.
Elle se lève,
J'en perçois les vibrations liminaires,
J'en vois les ridules marines,
J'en sens les coulis d'air tourbillonnants et poussiéreux !
Elle viendra de tous les horizons en même temps.
Tornade affective, typhon professionnel, cyclone vital, tempête relationnelle.
Je le sens.
Je le sais.

Viens si tu l'oses, je suis prêt !


Dernière édition par Ailleurs le Ven 1 Mar 2013 - 10:59, édité 3 fois (Raison : Mise en page)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Zarbitude le Jeu 28 Fév 2013 - 7:48

C't'à dire que selon moi, il te sera fait selon ce que tu crois.

C'est aussi simple que ça.

Et pour l'instant ce que tu crois n'a pas l'air génial Crying or Very sad

Du coup ca se retranscrit bien dans tes derniers messages.

Tu as le moral dans les chaussettes cyclops

Pour regarder son cachalot, faut vraiment être prêt et tant que tu ne l'es pas, bon sang ne le fait pas!

C'est du suicide!

Chacun à son rythme y viendra mais faut être vachement bien équipé.
J'en ai vu quelques-uns se noyer.
Z'avaient pas mis leur tuba, les c*ns!

Vas-y à ton aise. Ne précipite pas ces choses-là.
Avec toute mon amitié

Zarbitude
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4307
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Jeu 28 Fév 2013 - 8:29

@Zarbitude

Tout va bien, merci de l'expression de ta sollicitude.
J'oserai une question : "Avoir le moral", est-ce être joyeux, sautillant, agité et exubérant ?
Cela dépend évidemment de la personne.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Zarbitude le Jeu 28 Fév 2013 - 13:28

Hello Smile

Et "tout va bien", ca veut dire quoi pour toi?
Parce que franchement, ce que je ressens c'est que ca ne va pas très bien pour toi.
Mais je me trompe peut-être. Les écrits ne retransmettent pas toujours très bien les ressentis réels.....

J'suis pas psy non plus mais je fais assez confiance à ce que je ressens.

Avoir le moral c'est pour moi une question de confiance.
Par exemple, je fais confiance à la vie car je vois par l'expérience que j'en ai jusqu'ici, qu'elle m'apporte tout ce dont j'ai besoin.
Mais ca vient d'abord de moi, surtout des pensées que j'entretiens et qui font que j'attire à moi des expériences assez agréables en général.

Avoir le moral c'est me dire que j'ai aussi une bonne raison d'être là même si je n'ai pas vraiment d'idée précise de cette raison.
Je vois bien que tout a une raison d'être, alors le fait que je sois là répond à cette logique aussi.

Et tout ca, ca me donne un bon moral, un caractère assez joyeux.
Y'a rien de magique à ca. J'ai de bonnes raisons d'avoir le moral Very Happy

Et lorsque je me réveille le matin et que j'ai pas le moral, alors je repense vite à tout ce que je viens de te dire et hop lààààà, ca va mieux.

N'hésite pas à me poser encore des questions. Il parait que ma bonne humeur est contagieuese alors si ca peut t'aider, moi je ne demande pas mieux.

Zarbitude
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4307
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Jeu 28 Fév 2013 - 17:43

Via FB, je suis abonné à un blog de Science Fiction.
Et au hasard d'un post, une critique / commentaire d'une parution chez Folio, il y a cela :

"L’oiseau d’Amérique apparaît dans l’œuvre de Tevis comme un retour à « une vie sobre et alerte » . Ce roman dystopique est emprunt d’un double axe de lecture. Tout d’abord, il marque l’évolution personnelle de Tevis. Son précédent roman, l’Homme tombé du ciel (1963), faisait évoluer un héros archétypal, proche de l’auto-portrait, reflétant une peur grandissante de la réalité et le refuge de son auteur dans l’alcool. Pendant les vingt années suivantes, Tevis vit d’ateliers d’écriture et boit beaucoup. Son réveil a lieu dans son retour à l’écriture, avec cet « oiseau moqueur » (titre anglais d’origine) où l’humanité sombre dans l’auto-destruction à grand coup d’abrutissements et d’idioties. Second axe de lecture, Tevis cherche également à critiquer fermement la société américaine de ces années 70-80. Il n’est pas tant question de lapider la contre-culture mais de pointer du doigt la « séduction des moyens qu’offre notre société pour éviter de vivre nos vies, les drogues, la télévision et toutes ces incitations à banaliser notre existence » [1]. Ce constat est particulièrement intemporel et ne concerne que le présent, comme le martèle Tevis. Dans ce futur dystopique, l’homme abruti n’est plus à même de réfléchir à son sort, et étouffe ces pensées illégales dans les drogues et le sexe. « Pas de questions. Relax » . « Sexe vite fait, sexe bien fait » . La lecture, bannie depuis longtemps, est pourtant le seul moyen de réveiller l’homme condamné. Lorsque Paul et Mary Lou apprennent à lire, ils cessent de pratiquer le porno-sexe sans amour et de consommer des drogues avilissantes. Leur relation amoureuse, dévorante et consommée sans complexes, est pourtant interdite par la société individualiste de ce monde en décomposition. Mary Lou tombe enceinte, et Paul est envoyé en prison. Pourtant, les livres sont là, partout, du moment que l’on se donne la peine de s’y intéresser. Usant de références nombreuses à la littérature américaine, Tevis fait de Paul et de Mary Lou ses Candides, et de leur aventure initiatique un réveil progressif de l’humanité, qui privée de la lecture a étouffé sa propre âme.

Roman intemporel, la critique socio-médiatique de Tevis nous fait toujours écho. Télé-réalité, pornographie chic et banalisée chez les plus jeunes, fuite de la réalité dans les drogues et l’alcool, la déliquescence de ce monde dystopique apparaît comme un risque d’évolution constant pour nos sociétés occidentales. Et pourtant, la faiblesse est bien humaine, mais le piège est mortel, puisque l’humanité anesthésiée de ce futur sombre a orchestré, sans le vouloir, sa propre euthanasie."


CE n'est pas très loin de ce que j'ai l'impression de vivre avec vous depuis plus d'un an, un retour à ma vraie nature.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La vraie vie

Message par Arkange le Ven 1 Mar 2013 - 1:15


Arkange
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 734
Date d'inscription : 03/09/2012
Age : 41
Localisation : Orléans

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Ven 1 Mar 2013 - 7:07

Et bien c'est exactement ce que j'ai voulu signifier en ouvrant ce fil et en changeant de pseudo.

Tu as été "tuyauté" par ton patron ? albino

Bonne journée à toi.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Ven 1 Mar 2013 - 9:46

renarde20 a écrit:"Ce n’est pas l’encre qui fait l’écriture, c’est la voix, la vérité solitaire de la voix, l’hémorragie de vérité au ventre de la voix."
Christian Bobin _ "L’Inespérée"


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Ven 1 Mar 2013 - 17:13

E. Montale – "J’ai descendu, en te donnant le bras"
via FB - Collisions


"J’ai descendu, en te donnant le bras, plus d’un million d’escaliers,
et maintenant que tu n’es plus là c’est le vide à chaque marche.
Même ainsi notre long voyage a été court.
Le mien dure encore, et je n’ai plus besoin
des correspondances, des réservations,
des embûches, des déboires de qui croit
que la réalité est celle qu’on voit.

J’ai descendu des millions d’escaliers en te donnant le bras,
et non parce que quatre yeux y voient sans doute mieux.
C’est avec toi que je les ai descendus, sachant que, de nous deux,
les seules vraies pupilles, malgré leur épais voile,
c’étaient les tiennes."

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Invité le Ven 1 Mar 2013 - 17:23

E. Montale – "Ex voto"

"Il arrive
que des affinités d'âmes ne parviennent jamais
aux gestes ni aux paroles mais restent diffuses
comme le magnétisme.
C'est rare mais ça arrive.

Il se peut
que seul l'éloignement ne soit vrai,
vrai l'oubli, et vraie la feuille sèche
plus d'un bourgeon éclos. Ceci et cela
se peut ou peut se dire.

Je comprends ta volonté tenace
d'être toujours absent car
ta magie ne se manifeste que dans ces moments là.
Tu énumère les astuces que je comprends.

J'insiste
pour te chercher dans le fétu et jamais
dans l'arbre déployé, jamais dans le plein,
toujours dans le vide: celui qui résiste aussi
à la foreuse.

Etait-ce ou pas la volonté des Dieux
qui président ton foyer lointain,
étranges animaux domestiques multiformes
à plus d'une âme;
peut-être cela fût comme je le vis
ou peut-être pas.

J'ignore
si mon inexistence suffise à satisfaire ton destin,
si la tienne comble le mien qui en déborde,
si l'innocence est une faute ou
si elle se cueille sur le seuil de ta porte.
Je connais tout, j'ignore tout de toi, de moi."

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rêves d'Ours

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 23:25


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 36 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 19 ... 36  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum