A la recherche d'Atoum

Page 3 sur 16 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 22 Jan 2013 - 1:09

La transcendance


L'idée de transcendance est celle d'un certain type de rapport entre des êtres ou des choses, dans la mesure où un être ne peut être dit transcendant que par rapport à un autre. On ne peut pas, semble-t-il, être transcendant "tout court", dans l'absolu, sans comparaison avec autre chose. Mais alors cette idée se présente d'emblée comme déroutante, puisqu'elle signifie justement, en un sens, l'absence de rapport : il y a transcendance d'une chose par rapport à une autre lorsqu'il y a, entre elles deux, une complète discontinuité, une séparation radicale, pour ainsi dire un abîme : l'une est au-delà de l'autre. Quelques rapides exemples permettront d'illustrer cette idée. Parler d'une vérité transcendante, c'est évoquer une vérité qui serait ce qu'elle est en elle-même, qui ne dépendrait pas de la multiplicité des hommes et de leurs points de vue.

De même, parler de la transcendance de la conscience par rapport au monde, comme le font certains philosophes, c'est dire que la conscience est irréductible au monde, est en complète discontinuité avec lui (ce qui lui permet précisément de voir le monde comme monde) ; cet exemple invite, au passage, à ne pas envisager la transcendance de façon seulement statique ; la transcendance de la conscience par rapport au monde est à concevoir comme une activité plutôt que comme un état : effort toujours renouvelé de dégagement, de prise de distance, qui suppose sans doute une transcendance de principe, déjà là en puissance, mais qui la met effectivement en œuvre. Evoquer enfin une transcendance d'autrui par rapport à moi (et nous considérerons ici, en première approche, que "autrui" peut désigner aussi bien l'autre homme que Dieu), c'est proposer l'idée que chaque être d'esprit est un être à part entière, absolument, et non pas l'aspect ou le prolongement d'autre chose que lui-même : ce qui fait qu'existe fondamentalement entre eux un vide, une absence de lien.

La transcendance serait donc, en quelque sorte, le rapport qu'il y a entre les êtres ou les choses qui n'ont pas de rapport, en ce sens qu'il n'y a aucune continuité entre eux. Elle ne pourrait prendre place qu'entre des êtres dont l'un, au moins, aurait tout son être en lui-même, et serait en quelque sorte un absolu : ce qui n'est pas le cas de tous. Certains êtres semblent au contraire être fondamentalement immanents, en ce sens qu'il n'y a rien en eux qui les mette à distance du reste : ils ne sont que des éléments, des aspects, et pour ainsi dire des excroissances d'un tout plus vaste, au sein duquel n'existent que des différences de degré, où tout est en continuité avec tout, où tout est commensurable aussi ; ils se résolvent par conséquent en un ensemble de relations, et ne peuvent qu'à peine être appelés des êtres : c'est le cas des choses (dirons-nous : de tout ce qui est matériel ?), peut-être des animaux.

Mais outre l'idée de séparation, la transcendance paraît impliquer celle de hiérarchie, de surplomb : ce qui transcende, n'est-ce pas ce qui est "au-dessus" ? Il y aurait alors une dissymétrie entre ses termes, qui se confirmerait par le caractère unilatéral, non réciproque, de la transcendance : par exemple, si l'on peut soutenir que la vérité transcende nos particularités individuelles ou collectives, on ne peut dire que réciproquement nos particularités transcendent la vérité, bien qu'elles en soient radicalement distinctes. Ce qui transcende serait alors à entendre non seulement comme ce qui est délié et se tient au-delà, mais aussi comme ce qui l'emporte en perfection, ce devant quoi il faudrait s'incliner, ou ce vers quoi il s'agirait de tendre. Cela est-il incompatible avec l'idée d'une transcendance des hommes les uns à l'égard des autres ? Afin de tenter de réfléchir, entre autres, sur ce point, en prenant ensemble les deux aspects de la transcendance (séparation et hauteur), proposons pour finir quelques interrogations, que conduit naturellement à soulever l'exercice même du dialogue.

Si la transcendance est séparation, discontinuité radicale, cela signifie-t-il qu'elle rende impossible toute relation ? Il peut sembler que oui, et que toute relation ne puisse prendre place que dans l'immanence (où, par définition, tout est relié à tout). Demandons-nous pourtant si, au contraire, les relations les plus profondes ne supposent pas des êtres qui soient radicalement distincts, qui soient l'un pour l'autre un autre être, et donc, en ce sens, transcendants. Quelle rencontre, en particulier quel dialogue pourrait-il y avoir entre des êtres qui ne seraient pas des sujets autonomes ? Et de façon générale, comment la liberté des personnes et de leurs relations serait-elle possible sans transcendance ? Peut-être cette dernière, loin d'exclure la relation, en est-elle la condition la plus essentielle.

Il est d'ailleurs une autre raison d'envisager cette possibilité : que serait un dialogue, en effet, s'il ne se déroulait à la lumière et en vue d'une vérité dont nous reconnaîtrions la préséance sur nos opinions, nos habitudes, nos intérêts, et qui ainsi nous transcenderait ? La transcendance du vrai pourrait bien, elle aussi, être condition du dialogue. Davantage peut-être : sa transcendance ne consisterait pas à s'imposer et à dominer, comme on le croit souvent, mais à s'offrir comme ce qui permet aux hommes tout à la fois de s'élever et de se rencontrer, dans le même mouvement.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 22 Jan 2013 - 1:27

A qui donc sommes-nous ?
Victor Hugo



A qui donc sommes-nous ? Qui nous a ? qui nous mène ?
Vautour fatalité, tiens-tu la race humaine ?
Oh ! parlez, cieux vermeils,
L'âme sans fond tient-elle aux étoiles sans nombre ?
Chaque rayon d'en haut est-il un fil de l'ombre
Liant l'homme aux soleils ?

Est-ce qu'en nos esprits, que l'ombre a pour repaires,
Nous allons voir rentrer les songes de nos pères ?
Destin, lugubre assaut !
O vivants, serions-nous l'objet d'une dispute ?
L'un veut-il notre gloire, et l'autre notre chute ?
Combien sont-ils là-haut ?

Jadis, au fond du ciel, aux yeux du mage sombre,
Deux joueurs effrayants apparaissaient dans l'ombre.
Qui craindre? qui prier ?
Les Manès frissonnants, les pâles Zoroastres
Voyaient deux grandes mains qui déplaçaient les astres
Sur le noir échiquier.

Songe horrible! le bien, le mal, de cette voûte
Pendent-ils sur nos fronts ? Dieu, tire-moi du doute!
O sphinx, dis-moi le mot !
Cet affreux rêve pèse à nos yeux qui sommeillent,
Noirs vivants! heureux ceux qui tout à coup s'éveillent
Et meurent en sursaut !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 22 Jan 2013 - 1:44


http://www.ted.com/talks/laura_trice_suggests_we_all_say_thank_you.html

http://www.ted.com/talks/lakshmi_pratury_on_letter_writing.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 22 Jan 2013 - 7:58

" La personne qui s’engage dans une discussion en ayant sérieusement l’intention de se convaincre de quelque chose en échangeant avec d’autres doit supposer que ces derniers ne soumettent leurs affirmations à aucune autre contrainte que celle du meilleur argument " Habermas

" Le problème est qu'il n'est pas possible de s'abstraire du langage pour mesurer notre usage de ce même langage. Tout énoncé est un élément de réalité, une réalité déjà imprégnée de ce langage. Cela n'est pas sans conséquence sur le rapport entre vérité et communication. Les doutes quant à l’intuition réaliste et universelle associée à des concepts tels que la vérité résultent d’un tournant linguistique qui a transféré le critère de l’objectivité de la connaissance, de la certitude privée à la pratique publique de justification propre à une communauté de communication. " Habermas

" La vérité perçue est relative à la position de l'observateur " inconnu

« Les problèmes du mental ne peuvent pas se résoudre sur le plan du mental. » Eckhart Tolle

« Le mental n'est pas dysfonctionnel en lui-même, c'est un outil merveilleux. Le dysfonctionnement s'installe quand vous y cherchez votre moi et que vous le prenez pour vous. Il devient alors l'ego et prend totalement le contrôle de votre vie. Eckhart Tolle

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par MysticApocalypse le Mar 22 Jan 2013 - 8:29

sympa ces citations, mais j'ai une preference pour ECKHART TOLLE..........c'est en tout cas ce qui me parle le plus en ce moment Very Happy
Habermas en revanche m'amène à la reflexion donc au final les deux sont excellents!

MysticApocalypse
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3476
Date d'inscription : 07/08/2012
Localisation : Dans la limite du stock de neurones disponibles.....

Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 22 Jan 2013 - 8:38

J'aime bien Eckhart Tolle ausi Wink

Bonne semaine !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par MysticApocalypse le Mar 22 Jan 2013 - 8:49

moi je dirais ......tres bonne semaine........ Wink

MysticApocalypse
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3476
Date d'inscription : 07/08/2012
Localisation : Dans la limite du stock de neurones disponibles.....

Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 22 Jan 2013 - 9:00

Génial alors bounce

Il me tarde la fin pourtant. J'ai un super weekend qui m'attend !

Tiens, au fait, j'ai réfléchi sur le pardon :

- C'est bien de le donner parce que je ne me sens plus victime
- C'est bien aussi de ne pas le recevoir parce qu'ainsi je sais que l'aventure, quelle qu'elle soit, aurait un jour abouti à une impasse.

Il n'y a que de bons cotés à tout ça Smile

EDIT : Du coup Eckhart Tolle m'aide beaucoup. C'est mon mental qui était touché, pas mon moi profond, qui lui, est toujours en équilibre. L'égo est la plus belle des fumisteries. Le langage et les mots ne nous atteignent que si l'on y prête attention.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par MysticApocalypse le Mar 22 Jan 2013 - 10:02

" Le langage et les mots ne nous atteignent que si l'on y prête attention"


que ce soit dans le bon ou le mauvais sens en effet tout ne prend sa valeur que si l'on y prete attention!
si on prete attention à la n"gativité, s'invite dans notre vie tout comme peut le faire le positif si nous l'invitons!
ma signature......"nos démons intérieurs n'ont de valeur que celle qu'on veut bien leur donner.......tout comme nos innombrables qualités"
tout depend du regard que l'on porte sur "tout" Very Happy Bisous

MysticApocalypse
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3476
Date d'inscription : 07/08/2012
Localisation : Dans la limite du stock de neurones disponibles.....

Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 22 Jan 2013 - 12:51

Je suis en train de lire un livre de Poul Anderson : " Tau Zero ". Écrit en 1970. Il ne vient qu'à peine d'être traduit en français.

Il narre le voyage de 25 hommes et de 25 femmes dans l'espace, partant coloniser une planète sise à 32 années lumière de la terre.

Mélant à la fois la plus grande rigueur technique (pour ne pas "noyer" son lectorat dans les arcanes de la science), de la psychologie, de la sociologie et de l'aventure, ce livre est considéré comme l'un des meilleurs ouvrages de science fiction.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 22 Jan 2013 - 16:05

Je continue à travailler sur l'abandonnisme. Après avoir par moi-même ressenti le besoin de comprendre mes mécanismes internes, avoir posté des articles sur un fil à part, après avoir lu les derniers posts d'Ours sur son fil et celui de Mog*why sur celui de Colargolle, mon sentiment de compréhension des causes s'affine.
Ceci lève à la fois un voile sur le fond des actions passées (et l'explication du déchirement inexprimable l'accompagnant) ... lance avec force au visage la réalité des faits passés et leur aspect inéluctable à priori. Mais, et c'est cela l'important, permet, facilite même le travail de deuil.

C'est le début d'autre chose. La fin d'une spirale mortifère. L'ouverture vers l'acceptation de soi d'autant plus que le "piège" fut implanté depuis longtemps.

Ceci ne signifie pas pour autant un dédouanement complet de ses propres actions. Revenant à Eckhart Tolle, le mécanisme mental mis en oeuvre pour contrebalancer les stress traumatiques précédents ont servi de loupe ou de cache poussière. Je peux donc en déduire que " l'égo " influe donc.

Mis devant, j'avance. Modification complète du paysage. Tant mieux !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 22 Jan 2013 - 17:13

Un enfant qui a eu une famille (monoparentale ou non), qui a eu des amis (parce qu'il ne changeait pas rtrop d'endroit), des cousins ou une parentèle proche ... a pu aussi avoir des "cadeaux", soutien lors d'épreuves.
Il a reçu des choses, certaines lui étant parfois enlevées, et certaines restant néanmoins.
La relativisation s'établit alors, même si le mécamisme douloureux de l'absence agit encore.

Pour quelqu'un qui n'a que peu, voire pas du tout reçu, l'absence pèse d'un tout autre poids. Elle peut devenir mortifère, friser l'agonie.

De la cet abandonnisme qui s'exacerbe. La solitude devient moins pesante qu'un départ imaginé ou potentiel.

Pourtant, le déchirement perdure. Aucune situation ne convient.
La connaissance du mal est imprégné dans l'abandonniste qui a une voie telle que la mienne. Il sait fortement ce qu'un manque d'affection provoque et cherche à surcompenser quand il a un être à aimer. Bêtise aussi.

La voie ? Accepter et faire son deuil. S'aimer avec ses défauts. Regagner de l'estime de soi. Aller vers un nouveau paysage apprendre ce que je n'ai jamais su, vu, entendu.

Une totale remise en cause des mécamismes de protection autrefois mis en place.

Douloureux ... mais salvateur.


Dernière édition par Qilin le Mar 22 Jan 2013 - 19:38, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 22 Jan 2013 - 17:45







Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par MysticApocalypse le Mar 22 Jan 2013 - 18:01

je devais me coucher un peu car pas dormi mais ce que je lis là me touche profondement tout comme ceux qui te liront et se reconnaitront dans ce que tu dis sur le manque d'affection,de présence
cette solitude et ce deuil si laborieux a faire mais qui apres de longues et douloureuses années d"errances et de souffances,apres un grand travail d'introspection,enfin la libération,et l'élévation........
j'ai appris moi aussi seule à aimer et ai souvent trouvé que je savais plus aimer que les autres car mon coeur ,'avait pas eu l'opportunite de partager l'amour tout naturel qu'il avait à offir,alors je me suis vengée,j'ai aimé plus que les autres qui étaient censés en connaitre la signification
j'ai envie de donner une image positive a cette souffrance.....
ton coeur a conservé precieusement enfoui tout l'amour étincelant de l'innocence qu'il recelait ,comme un trésor que personne n'a su trouver et tu as décidé de le redistribuer au centuple l'amour comme une vague sur le coeur des hommes ignorant de ce que c'est d'aimer! dslsi c'est un peu confus je suis ko!
a tout à l'heure.......

MysticApocalypse
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3476
Date d'inscription : 07/08/2012
Localisation : Dans la limite du stock de neurones disponibles.....

Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 22 Jan 2013 - 20:35

Bonsoir mumu Smile

Je ne sais pas si j'ai su le distribuer. Une chose est sûre par contre, maintenant que j'ai démonté le mécanisme : J'ai fait porter, j'ai transmis la douleur de mon enfance à d'autres.

Ce que je dis là me semble faire partie du processus de "guérison". Cet aveu que je fais me permet de regarder ce qui provient de mes origines, ce qui vient de moi, puis ce qui arrive de l'extérieur.

Je pense désormais que tout est vecteur. Que je n'ai plus à être affigé de ce qui m'arrive, ayant porté des charges, chaussé des lunettes qui n'étaient pas complètement les miennes.

Je pleure et je voudrais crier. Non pas de la hargne mais de la souffrance. Mais j'ai désappris Sad

Jamais, au grand jamais, n'ai-je eu une épaule sur laquelle m'appuyer. Il a fallu que je tienne debout seul, allant au bout de mes forces et parfois même les dépassant.

Pour moi, tous étaient "identiques" puisque je n'avais hérité que d'une armure protectrice. Tout était danger ..

Et je cherchais un palliatif en "achetant", presque, de l'attention. Puis blessait en retout puisque je ne voyais pas ma propre armure.

L'enlever est une chose. Apprendre maintenant à savoir que je peux m'en passer pratiquement tout le temps en est une autre, et arriver à dire ce qu'il y a derrière en est une troisième.

Je comprends de plus en plus que mes actes blessent et me blessent en même temps, renforçant la douleur de tous. Et qu'il en est peu ou prou du même fonctionnement chez les autres.

Je ne peux rien faire contre ça, sinon me changer. Je sais que mon silence sur moi, ce recul que je prenais, ces barrières que je dressais, ces posts qui ne parlaient pas de moi (déshumanisés en quelque sorte), me retiraient du monde.

Je ne savais pas ce qu'était la soi-disant "faiblesse" montrée.mais oh combien ai-je toujours su la faiblesse intérieure qui est mienne Sad

Alors j'ai retardé mes pas. Me suis réfugié dans le silence, le retrait, l'acceptation docile ... une forme d'automutilation. La culpabilité poussée à sa presque extrémité ...

Doute de soi à même de faire douter les autres de moi. A justement les faire me quitter sans espoir de retour. C'est vrai d'ailleurs. Pourquoi l'auraient-ils fait ?

J'essaie d'être objectif là. Sans flagellation aucune. Juste un constat. Le nettoyage de la table ...

Que faire désormais ? Accepter simplement. Parcourir un autre chemin. Laisser le temps faire. Continuer mes recherches. Changer d'environnement. Ne pas relancer ceux avec qui j'ai échangé auparavent, car comment pourraient-ils me croire à présent ? J'ai laissé des traces de mon ancien "moi" trop visibles ...

Je n'ai jamais voulu juger. Et pourtant l'ai-je fait. De manière obscure et inconsciente mais je l'ai fait. Je me dresse pourtant devant cette peur de me voir avoir été ce que je ne tiens plus à être. Prêt à lacher ce qui m'a (mal) tenu debout jusqu'ici. Un parcours solitaire s'il en est. Une mue.

Je sais que ceci n'attirera personne. Les gens n'aiment pas la "maladie", les êtres décalés, les aveux trop intimes, le cru.

Et pourtant ... Si je tiens à aller au bout de mon parcours, il faut que je boive la lie de ma peine et que j'aille encore de l'avant.



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 22 Jan 2013 - 21:12

Ceci étant, je regarde avec amusement les jeux des uns et des autres.
Je suis heureux de m'en être extrait. Cela faisait partie de mon ancienne coquille, de mon ancienne peau.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par MysticApocalypse le Mar 22 Jan 2013 - 21:29

c'est bien de vider tout ce qui encombre......je l'ai fait enormement sur mes deux precedents fils et c'etait salvateur car en ecrivant ma souffrance,je reflechissait mieux et trouvais des solutions!
tout ça remue beaucoup,je le sais trop bien mais c'est un mal necessaire pour guerir et avancer sans les bagages trop encombrants du passé!
remercies d'avoir vécu ces epreuves et d'avoir trouvé ta voie......ton experience est le seul bagage que tu dois conserver avec tes bons souvenirs!le reste ne t'appartien plus(decides le ,visualises toi te debarassant d'un lourd fardeaux.....et poursuivant ta route avec confiance et bonheur et enfin libre!)
ça demande du temps,celui de regarder ces fardeaux mais d'un oeil exterieur,pas celui de la souffrance mais celui d'un observateur impartial qui est là pour comprendre ce qui a empêche de trouver les clefs pour guerir....."mon sanctuaire" decrivais la façon d'acceder a cet etat d'observateur!je le cherche toujours mais vous lis tous aussi ,je n'ai pas encore repondu a kathy sur son fil donc un peu eparpillée ce soir mais des que je retrouve je le post ici ,j'espere que ça t'aidera!
surtout fais ce qui te semble le plus liberateur pour toi.....ecrire est apparemment un bon moyen de te liberer alors oublies le reste et penses à toi simplement!rien ne t'empêchera quand tu le jugera necessaire d'editer les posts devenus trop personnels a ton goût,mais quand tu les supprime fais en une copie pour toi pour pouvoir revoir ton parcours et tes progres!
Wink Bisous


Dernière édition par mumu117 le Mar 22 Jan 2013 - 21:36, édité 1 fois

MysticApocalypse
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3476
Date d'inscription : 07/08/2012
Localisation : Dans la limite du stock de neurones disponibles.....

Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 22 Jan 2013 - 21:32

C'est déjà ce que je fais mumu Smile

Merci pour ces échanges !

Bisous

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par MysticApocalypse le Mar 22 Jan 2013 - 21:47

oui et c'est tres bien donc ne te mine pas pour tes fautes passées elles font aussi partie de ton cheminement alors les personnes que tu as jugées verront par elles même cette transformation en toi et je suis certaine que certains sauront reconnaitre ton désir d'evoluer!
pardonnes toi encore car il reste une souffrance par rapport à ça!sois indulgent envers toi.....tu le sais dejà tout ça mais se l'entendre repeter peut parfois aider!
avant je savais mais le le comprenais pas "interieurement" "completement",de ce fait je savais ce que je devais faire,je l'ai fait et refait jusqu'a ce que tout sois purgé et qu'aucune honte ne ressorte plus de tes erreurs mais au contraire une fierte d'avoir reagis comme il faut!
pour les partages.......c'est un reel plaisir car fais avec sincerite

MysticApocalypse
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3476
Date d'inscription : 07/08/2012
Localisation : Dans la limite du stock de neurones disponibles.....

Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 22 Jan 2013 - 22:15

Merci mumu encore une fois. Bisous

Je n'ai pas honte non, car il n'y a pas lieu.
Je suis juste stupéfait de voir les dégats que peuvent provoquer une enfance toxique, et d'abord et avant tout pour moi.

Dans le prochain post, je vais mettre un liien vers ce que je viens de mettre sur le fil "fiches de lectures". A propos de la rancune. Une chose par contre que je ne connais plus. C'est inutile à porter car trop encombrant, dissipateur d'énergie et chronophage Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 22 Jan 2013 - 22:16

Je continue mes posts sur la psychologie ici : http://www.zebrascrossing.net/t9171p40-fiche-de-lectures#375992

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 22 Jan 2013 - 22:30

Oui, je suis content de mon cheminement. J'utilise au mieux mes facultés pour plonger dans les concepts qui m'aident à franchir ces obstacles internes que j'ai dressés tout au long des années précédentes.

Là, à présent, je sais que mon énergie est placée là où elle doit l'être. A m'occuper pleinement de moi !

Je remercie la vie des occasions qu'elle m'offre à présent de ne trouver ma voie.
Je la remercie aussi de me montrer que le nombre n'est qu'un artefact de la qualité.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invitado le Mar 22 Jan 2013 - 22:34

Pour les écorchures occasionnées par l'armure, justement, comme l'être que je suis et qui réagit un peu trop promptement et sauvagement à l'encontre de certains commentaires, certaines attitudes. Curieusement, je ne réagis pas de cette manière avec tout le monde.

Certains écrits un peu ambigüs sur ton autre fil (qilin) qui auraient pu être mal pris....ben, sur le fil du funambule, entre deux choix, ce fut toujours celui de "voir" justement cette armure qui entaille au passage et pas une volonté de blesser qui que ce soit. Ce n'était pas dans l'intention de blesser un tel ou un autre tel, le lecteur, mais afin d'apaiser une souffrance oubliant les "rayures" de l'armure sur tout ce qui passe à portée.

Donc, pour ma part, j'en conclus que la polémique d'une manière générale n'est pas inconsidérée, mais bien précise et motivée, pas juste pour jouer "les mouches du coche" (ce que j'ai longtemps cru).



J'ose une suggestion : tu ne devrais pas trop culpabiliser, car, lorsqu'il y a discorde à un moment, seulement deux possibilités :

- soit un malentendu qui sera levé, s'il doit l'être, le jour venu ;
- soit le signe qu'il y a un désaccord plus profond avec l'autre. Ne reste qu'à savoir si la source est dans les paroles (écrits), le comportement, la philosophie.

Entre ces trois sources, il est difficile d'adopter la même attitude.
Même si tous les êtres font partie du même microcosme, que l'on puisse sentir "l'autre", en tant que "vivant", il y a des semblables (et même des animaux) avec lesquels le chemin n'est possible dans sa totalité, ou seulement une petite partie, d'autres, pas du tout ou plus tard.

Et enfin, il y a des êtres avec lesquels nous n'aurions jamais dû marcher, parce qu'ils cherchent un but et ne voient pas "le chemin" (l'apprécient encore moins). Ou pire, N'avancent pas, tournent en rond ou se voient bloqués par leurs démons que eux ne voient pas, mais que les autres en passant, voient très bien, mais ils parviennent à "retarder" ou imprégner les moins avertis ou ceux en quête de chimères (ou peut être pour d'autres raisons encore).

Dans ces cas là, on est fautif de ne pas s'être fait confiance, de n'avoir pas voulu s'écouter.



Culpabiliser à outrance ne sert qu'à se faire souffrir, car, quelque soit le coeur que le "pénitent" mette dans son pardon, il n'atteindra jamais celui ou celle qui a été offensé, si ce (ou cette) dernier n'est pas prêt à pardonner (et encore moins si l'offensé, a quelques responsabilité dans l'affaire et refuse de SE pardonner. Il n'acceptera jamais celui de l'autre).


Je ne parle pas précisément de ton histoire, que je ne connais pas, même si je répond à ce commentaire qui m'inspire, suis plus générale.












Invitado
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 22 Jan 2013 - 22:42

suis là! albino
j'ai lu beaucoup de tes posts et je me retrouve vraiment beaucoup dedans mon ami!
la culpabilité, y'a beaucoup de choses à en dire! mais oui, je pense que ça se résume à déjà s'accepter comme tu es, avec le droit à l'erreur (plus facile à dire qu'à faire!), même si tu as causé du tort à quelqu'un (j'espère que je suis bien dans le sujet parce que je l'ai pris en cours... Embarassed ) et aussi accepter que l'autre ne te pardonne pas s'il est rancunier ou de mauvaise foi...ça arrive...te mine pas! c'est pas à toi que j'ai parlé de problèmes de conscience ? peut-être pas...je disais que celui...si peut-être, tu me diras que je ne me rabâche pas trop! (je me fais vieille! lol)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 22 Jan 2013 - 22:45

tu vois quand même ce que tu génères ? 54 pages bon Dieu! tu te rends compte de ce que tu fais partager aux gens ? et tu veux partir ? (là, ça s'appelle du harcèlement! lol)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche d'Atoum

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 0:12


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 16 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum