Qui je suis? Un doux mélange de doutes et d'oxymores.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Qui je suis? Un doux mélange de doutes et d'oxymores.

Message par Millénium le Lun 14 Jan 2013 - 23:39

Bonjour à toutes et à tous,

En fait, je voudrais bien vous raconter ma vie entière, mais ce serait trop long, trop ennuyeux, et surtout, trop vain - car j'ai l'impression que ma vie, vous en avez déjà parlé en long et en large sur la plupart de vos posts de présentations.
Alors voilà, je suis, comme le titre de ce post l'indique, une poupée faite de brume, cousue du fil du doute et des couleurs des paradoxes. Les gens me disent souvent que je suis complètement normale, simplement un peu "hystérique", "hyperactive", "trop dans le cérébral", "beaucoup beaucoup beaucoup trop sensible", "en train de tout le temps réfléchir alors que ça sert à rien", "un peu folle et surtout très bizarre", "compliquée pour pas grand chose", "qui s'invente des problèmes alors qu'elle n'a pas vraiment de quoi se plaindre", "toujours très enthousiaste et curieuse sur tout", "très maladroite, aussi".
Je vous parle de moi, et la première chose que je vous dis, c'est comme les gens me perçoivent.

Ce qu'ils ne voient pas, c'est la plaie au fond de mon âme, que l'automne arrose chaque année joyeusement de jus de citron pour réveiller la terrible Mélancolie. Et quand elle se réveille, c'est des larmes et des larmes qui ruissèlent et creusent mes joues, dans la tristesse profonde de la solitude de ma chambre. Sans raison évidente, pourtant. Et c'est là le plus grand problème.

Toute petite, déjà, j'étais atteinte de cette "dépression saisonnière", qui m'atteignait qu'en automne, accompagnée d'une douce voix qui semblait me susurrer de drôles de mots tels que "tu es spéciale, tu as quelque chose de plus que les autres, tu vas devoir te battre pour te faire entendre, mais tu ne dois jamais cesser de marcher, parce qu'il y a une force en toi qui surpassera tout et si tu l'exploites, tu iras loin et tu changeras le monde."
Contre cette voix se battait une autre, plus grave, qui hurlait la vanité du monde et me montrait avec véhémence sa cruauté et combien d'illusions les Gens (avec majuscule, j'y reviendrai plus tard) se construisent pour se cacher et vivre derrière un écran. La mélancolie m'a rendue lucide et absolument déprimée. Parce que j'ai eu l'impression de voir l'envers du décors du monde, c'est-à-dire sa réelle réalité. Et je ne trouve pas cela particulièrement beau.
A cela s'est ajoutée une grande solitude. Je précise toutefois que j'ai grandi dans une famille liée, toujours entourée de beaucoup de gens merveilleux qui m'ont soutenue. Je sais que face à cela, je n'aurais jamais le droit de me plaindre. Mais même dans cette foule d'amour, je me suis souvent sentie seule, très seule. Et, comme une aphone qui crie sa douleur dans une vallée remplie de sourds, personne n'a jamais compris/entendu ma solitude.

Jusqu'au jour où j'ai fait pour la seconde fois ce que j'appelle l'expérience "J'ai-vu-j'ai-su". On m'a demandé de faire un remplacement dans une troupe de théâtre locale et, fervente passionnée de cet art, j'ai accepté sans vraiment savoir dans quoi je m'embrigadais. Le pas de la porte passé, mes yeux se sont rivés sur un seul garçon parmi la vingtaine de personnes qui étaient accumulées dans ce petit endroit. Je l'ai vu. Et j'ai su. Avec clarté et précision, tout ce qui allait se passer entre lui et moi a défilé devant mes yeux en un seul éclair. Une amitié a très vite grandi, a failli basculer dans une relation d'amour et de haine où (je peux le dire à présent) on se serait dévorés tout crus. Notre relation a toujours été un rapport de force - je frappe et je me braque, j'attends de voir ce que tu riposteras et je frapperai encore plus fort la prochaine fois. Comme un test pour savoir qui serait le plus intelligent, le plus habile, le plus fort. Lire en l'autre, en déployant des techniques pour qu'il ne lise pas en soi. On est devenus liés, notre amitié est encore très présente dans ma vie en ce moment, même si on ne s'est plus parlés pendant de longs mois, et tout ce que j'ai vu la première fois que j'ai croisé son regard s'est passé. D'une certaine manière, il m'attirait, parce que je savais qu'il savait des choses en moi que personne d'autre ne pouvait savoir. Et je savais que je pouvais voir en lui des choses qui me parlaient particulièrement, et qui faisaient peur aux Gens, qui ne pouvaient pas le comprendre. C'est lui, qui, un jour m'a dit "je suis un zèbre. et tu en es un aussi." Il m'a poussée à lire "Trop intelligent pour être heureux" et en effet, je me suis beaucoup retrouvée, surtout dans les chapitres qui traitent de l'hypersensibilité, du rapport avec les couleurs (synesthésie,... je parle toujours des gens en termes de couleurs car c'est comme ça que je les vois, et depusi toute petite je vois les jours de la semaine et les chiffres en couleur), l'empathie, "dons" particuliers pour les arts (musique, surtout, bcp de facilité à reproduire des accords/mélodies d'oreille, j'ai même appris l'accordéon en quelques mois en ayant qu'une base de piano, et je passe ma vie à écrire avec obsession, en plus du théâtre qui prend beaucoup de places aussi), caractère sceptique et lunatique, jamais sûre de moi et constamment dans le doute (alors que les Gens me perçoivent comme une personne qui a entièrement confiance en elle, masque que je me suis forgée avec le temps pour pouvoir survivre, j'imagine...), etc...

Beaucoup de gens ne me croient pas quand je leur dis mon âge. Ils pensent toujours que j'ai au moins 3 ans de plus. La plupart des gens que je côtoie ont entre 5 et 10 ans de plus que moi. Et quand je passe du temps avec les gens de mon âge, très vite, je m'ennuie à mourir - je comprends vite comment ils fonctionnent. C'est pourquoi je les ai appelés les Gens, contrairement aux Autres. Car, avant de savoir ce qu'était un Zèbre au sens comme on l'entend sur ce forum, je m'évertuais à chercher les Autres, dans ma vie, ceux qui, étranges et bizarres, n'étaient pas compris par les Gens, la Masse. Je n'en ai pas rencontrés beaucoup, mais ceux que j'ai rencontrés m'ont aidée. Et pour la plupart (ils ne sont pas certifiés zèbres, certains n'en ont même pas conscience et je voudrais leur en parler mais c'est délicat et je ne me sens pas vraiment prête pour le moment..), je l'ai su dès la première seconde où je les ai vus, comme l'expérience "j'ai vu, j'ai su" dont j'ai parlé à l'instant. C'est un peu comme si je les reconnaissais. Et c'est le genre de personne avec qui je peux rire du monde en leur faisant part de mes observations - toujours voir le truc que personne ne voit jamais, le détail de certaines attitudes des gens, le sentiment dont personne ne parle jamais... je n'ai pas d'exemples sous la main, et c'est difficile d'expliquer ça par écrit...

Bien-sûr, je voudrais pouvoir faire le test pour savoir si oui ou non je suis une zèbre. Car tout ça ne me suffit pas. Bien sûr que je suis différente des gens qui m'entourent, car peu d'entre eux m'ont réellement comprise. Mais j'envie au fond de moi la tranquillité des esprits qui n'ont pas une pensée en arborescence (je pense en mouvement dans ma tête et tout va tellement vite que le temps que je finisse une phrase, je suis déjà trois sujets plus loin) et qui ne se posent pas beaucoup de question (or je ne fais que ça, et je me demande même parfois si je cherche aussi des réponses ou pas) et qui vivent leur vie de routine sans problème de relations ni autre (or, la routine est bien quelque chose qui m'angoisse éperdument) et qui passent la soirée sereinement devant la télé (je suis très active et chaque année je me mets plus de responsabilités sur le dos pour voir jusqu'où j'irai, en croyant toujours que le prochain stade sera le burn-out). Et je crois que j'essaie toujours de leur ressembler, à ces Gens, en me cachant derrière des airs de petite fille maladroite, enthousiaste et touchante, peut-être, parce que la vie aurait été plus facile. Après, bien sûr, tout le monde souffre et je ne le nierai pas. Mais j'ai le sentiment d'avoir aussi beaucoup souffert alors que je n'ai jamais vécu de réels traumatismes, etc. Cette souffrance a toujours été présente et je lui dois énormément de choses, en y repensant en prenant du recul, car elle m'a permise d'évoluer peut-être plus vite et de comprendre certaines choses que d'autres ne comprendront que trop tard. Donc je voudrais faire le test pour savoir si je suis vraiment Zèbre ou pas. Mais j'ai très peur. Premièrement, au niveau financier (en Suisse, je connais qqn qui l'a fait chez une psychologue réputée et qui connaît bien le sujet et ça coûte 800 francs suisse...) ça correspond à plus d'un mois de loyer à Genève, donc c'est chaud pour une étudiante.. Et ensuite, j'ai peur qu'on me dise... que je n'en suis pas une. Car, ayant grandi dans ce décalage constant avec le monde extérieur, contrainte de me réfugier dans l'art pour me sentir exister et tenter de me valoir aux yeux du monde, je serais contente de me dire que j'ai trouvé une famille, des gens qui me comprennent et avec qui je peux avoir des discussions qui me font avancer (comme c'est le cas avec mes quelques amis Zèbres, et qui en ont conscience ou pas). Si c'est le cas, je serai contente, non pas parce que ce serait écrit sur une feuille que je suis "supérieure à la moyenne" (car vraiment, voilà, on s'entend bien sur ce point là, ce n'est pas le but), mais simplement de savoir QUI et CE QUE je suis et d'en avoir... une preuve. Parce que oui, si toutes mes émotions exacerbées constamment me font passer par tous les paradoxes et me transforment en réelle oxymore, le doute, lui, ne sera jamais apaisé par moi-même. Donc oui, j'ai peur de le faire, car si je ne suis pas une zèbre (alors que je le ressens profondément malgré mes doutes), il ne me restera plus qu'à m'exiler dans la montagne ac des poules... =-/

Voilà... C'est environ mon histoire. Et je me rends compte que, comme d'habitude, les mots ont pris ma main et je me suis emportée.... Merci à ceux qui m'auront lue jusqu'au bout! Smile

Je vous embrasse et vous dis à très bientôt sur le forum!

Millénium

Millénium
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 1
Date d'inscription : 14/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui je suis? Un doux mélange de doutes et d'oxymores.

Message par Lophophora le Mar 15 Jan 2013 - 0:33

Bienvenue Millénium, je te souhaite d'avoir vécu ta dernière dépression automnale en 2012... le meilleur est à venir.

Lophophora
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 359
Date d'inscription : 11/12/2012
Age : 43
Localisation : Dans le sud du Vexin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui je suis? Un doux mélange de doutes et d'oxymores.

Message par Dark La Sombrissime Encre le Mar 15 Jan 2013 - 4:40

Bienvenue Millenium, je reviendrai commenter demain, suis trop fatiguee la.

Dark La Sombrissime Encre
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3259
Date d'inscription : 04/12/2012
Age : 23
Localisation : 4eme dimension

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui je suis? Un doux mélange de doutes et d'oxymores.

Message par Basilice le Mar 15 Jan 2013 - 6:55

La montagne et les poules, why not...
Mais pas par dépit, ce serait dommage !

Bienvenue Millénium. Smile


Basilice
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1335
Date d'inscription : 01/11/2012
Age : 34
Localisation : Tout dépend des moments

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui je suis? Un doux mélange de doutes et d'oxymores.

Message par Zarbitude le Mar 15 Jan 2013 - 8:42

Bonjour Millénium,
Merci pour le merveilleux partage de "qui tu es". J'ai vu et j'ai su....en lisant ton message, que tu es une zébrette En chemin
Mais je comprends ton envie-besoin que ce soit concrétisé par une autorité reconnue.
Je "vois" aussi que l'argent ne sera pas un problème. Lorsque tu auras franchi le pas de faire le test, l'argent viendra.
Ca fait un peu "prévision de Nostradamus" LOL
Mais c'est ce que je vois. C'est ça, mon don à moi bounce
En fait, c'est juste une impulsion de mon coeur vers le tien.
Bizzz



Zarbitude
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4300
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui je suis? Un doux mélange de doutes et d'oxymores.

Message par Dark La Sombrissime Encre le Mar 15 Jan 2013 - 11:29

comme promis je suis revenue Laughing

j'aime beaucoup ta presentation tu dis franchement ce que tu vois, ce que tu sens et c'est super.
d'abord je dois te dire que mis a part le "hysterique" et le "qui s'invente des problèmes alors qu'elle n'a pas vraiment de quoi se plaindre" (tout cela parce que je suis peu expressive verbalement dans mon habitat naturel (oui, je le suis dans d'autre milieu, mimetisme quoi!), les gens me qualifient exactement comme toi.
en fait on se ressemble beaucoup toutes les deux.
le doute est notre lot a tous qui n'avons pas encore ete declaré officiellement "zebre". donc, t'inquiete c'est tres normal ton angoisse mais enfin, pourquoi avec les poules? perplexité...

sur ce, bienvenue a toi Millenium! a tres bientot j'espere!

Dark La Sombrissime Encre
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3259
Date d'inscription : 04/12/2012
Age : 23
Localisation : 4eme dimension

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qui je suis? Un doux mélange de doutes et d'oxymores.

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 5:44


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum