Quo vadis?

Page 4 sur 15 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Jeu 17 Jan 2013 - 14:57

Smile

Dauphin
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 41
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Sam 19 Jan 2013 - 21:15

Je continue de vaguer ici et suit mon petit bonhomme de chemin. J'ai réussi à moins venir ici mais j'y reviens toujours. Et une fois revenue, je n'en décolle pas! Je suis réellement bien ici... je ne sais que penser de cela...

Je suis un peu troublée sinon car j'ai une amie dans la même école (j'hésite à dire amie vu ce qui s'est passé il n'y a pas longtemps mais bon) qui est absolument pareil que moi (on réfléchit vraiment pareil).
A vu de nez, elle ne me semble pas zèbre.
Par contre, elle aussi, les amitiés, ça n'a jamais trop été ça, elle est assez perfectionniste, elle a du mal en cours (trop perfectionniste? Ou ne comprend pas la méthode?), elle est très stressée/angoissée, on pense souvent pareil...
Par contre, je lui ai demandé pour les groupes si elle avait les mêmes problèmes que moi, du genre: "Tu es trop perfectionniste" ou alors du genre qui fait qu'elle ne pense jamais pareil que les autres et elle n'a pas semblé comprendre ce que je lui disais. Je pense que ça ne lui parlait tout simplement pas... mais peut-être qu'elle ne l'a pas encore identifié... Je sais pas trop... En tout cas, je suis surprise de voir qu'on a toujours beaucoup de mal à se séparer... on parle, on parle, on parle... et on peut compléter les phrases de l'autre...
Je n'ai jamais eu d'autres personnes autant comme moi, je pense...

Même si parfois, elle ne comprend pas où je veux en venir pour certaines choses...

Sinon, je n'ai pas l'impression qu'elle comprend plus vite, va plus vite...

Par contre, à la base, on était trois (une vient de partir) dans la formation et j'ai toujours vu l'autre comme une grande menteuse et manipulatrice... mais je suis la seule à l'avoir vu comme ça... je ne peux pas en être sûre mais cela se voyait que tout le monde gobait ses âneries (y compris l'amie dont je parle plus haut)... moi, non!
Je me demande si c'est significatif, ce n'est pas la première fois que j'ai l'impression d'être la seule à voir clair en telle personne... Et c'est douloureux... on se pose des questions sur soi ( "Ne suis-je pas méchante/ insensible?"), sur les autres ("Mais bon sang, ils sont cons ou quoi?"), on culpabilise de se dire tout ça... mais c'est là!

CarpeDiem
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 895
Date d'inscription : 26/12/2012
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Dim 20 Jan 2013 - 17:20

Je suis réellement bien ici... je ne sais que penser de cela...
Pense pas...profite Wink !

Dauphin
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 41
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Dim 20 Jan 2013 - 17:28

Je me demande si c'est significatif, ce n'est pas la première fois que j'ai l'impression d'être la seule à voir clair en telle personne... Et c'est douloureux... on se pose des questions sur soi ( "Ne suis-je pas méchante/ insensible?"), sur les autres ("Mais bon sang, ils sont cons ou quoi?"), on culpabilise de se dire tout ça... mais c'est là!

Ne renie surtout pas ton ressenti, c'est ta boussole salvatrice!!! Elle te protège, les autres...ils gèrent bien comme ils veulent si pas capables de voir...ou de t'entendre!

Moi me prenais la tête avec mon chef...puis ça m'a saoûlé: dépense énergétique et émotionnelle inutile et improductive...j'ai donc décidé de lui exposer mon avis (argumenté) et qd on n'était pas d'accord, je lui disais: on en reparle ds 6 mois... et 6 mois après le déroulement était conforme à ce que je lui avais dit... sauf que personne n'y gagnait rien non plus, vu qu'au départ si je "m'acharnais" sur les sujets c'est que je trouvais qu'ils en valaient la peine ms aussi qu'il y avait un risque que ça tourne +/- au vinaigre...nous constations donc 6 mois après la présence d'acide acétique...J' y gagnais une épargne énergétique et émotionnelle...
C'est notre lot: vive la lucidité!

Dauphin
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 41
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Dim 20 Jan 2013 - 17:42

Dauphin a écrit:
Je me demande si c'est significatif, ce n'est pas la première fois que j'ai l'impression d'être la seule à voir clair en telle personne... Et c'est douloureux... on se pose des questions sur soi ( "Ne suis-je pas méchante/ insensible?"), sur les autres ("Mais bon sang, ils sont cons ou quoi?"), on culpabilise de se dire tout ça... mais c'est là!

Ne renie surtout pas ton ressenti, c'est ta boussole salvatrice!!! Elle te protège, les autres...ils gèrent bien comme ils veulent si pas capables de voir...ou de t'entendre!

Moi me prenais la tête avec mon chef...puis ça m'a saoûlé: dépense énergétique et émotionnelle inutile et improductive...j'ai donc décidé de lui exposer mon avis (argumenté) et qd on n'était pas d'accord, je lui disais: on en reparle ds 6 mois... et 6 mois après le déroulement était conforme à ce que je lui avais dit... sauf que personne n'y gagnait rien non plus, vu qu'au départ si je "m'acharnais" sur les sujets c'est que je trouvais qu'ils en valaient la peine ms aussi qu'il y avait un risque que ça tourne +/- au vinaigre...nous constations donc 6 mois après la présence d'acide acétique...J' y gagnais une épargne énergétique et émotionnelle...
C'est notre lot: vive la lucidité!

Ou pas! Xd!

Excuse-moi, mais parfois, je me demande vraiment comment les gens font pour ne pas voir telle ou telle chose et je me sens imploser avec l'envie de leurs dire: "mais bordel, vous êtes c... ou quoi? Ouvrez les yeuuuux!".
Je m'y retrouve du coup un peu dans ce que tu dis, j'ai appris à être un peu plus diplomate... Du coup, je m'explique (sans m'énerver), ou je tâte le terrain... mais encore souvent, je me tais car il est véridique de dire que lorsque les autres ne comprennent pas, rien de sert de "pousser".
C'est marrant quand même ce que tu me dit, je me souviens avoir annoncé à deux reprises à mon ex-meilleure amie ( si tant est qu'on puisse la considérer comme telle) des choses (déplaisantes) qui me paraissaient claires comme de l'eau de roche (en gros, une amie commune nous prenait toutes deux pour des grosses naïves bien concons)... Malgré mes explications calmes, rationnelles, que j'ai pris le temps de lui retourner dans tous les sens pour lui montrer qu'il n'y avait pas d'erreurs, elle m'a limite ri au nez, s'est foutu de moi, etc...
Pour les deux choses, elle s'en est mangée plein la poire plus tard: elle s'est prise mes vérités en pleine face par ladite amie qui la prenait vraiment pour une c... Et elle est venue se plaindre auprès de moi comme une âme en peine et je crois même qu'elle ne se souvenait pas que je lui avais dit que ça allait se produire. J'ai résisté à l'envie de lui dire: je te l'avais dit!

Sinon, il y a aussi ceux qui voient que telle personne cache ceci ou cela ou est comme ceci et comme cela. Et moi, je suis incapable de dire/penser comme eux parce qu' alors qu'eux voient une possibilité dans tel comportement, j'en vois plusieurs... Du coup, ils sont sûrs d'eux et moi, avec le temps, j'ai appris à dire: oui, c'est clair (je n'en pense pas un mot mais bon, j'ai pu avoir un semblant de lien social en disant cela, qui m'a bien perdu en chemin mais bon...)!

CarpeDiem
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 895
Date d'inscription : 26/12/2012
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Dim 20 Jan 2013 - 17:56

Sinon, il y a aussi ceux qui voient que telle personne cache ceci ou cela ou est comme ceci et comme cela. Et moi, je suis incapable de dire/penser comme eux parce qu' alors qu'eux voient une possibilité dans tel comportement, j'en vois plusieurs...
En gros: je me fais mon avis, la plupart du temps assez tarnché!...sans pour autant tout exclure...et finis en général sur mon 1er avis...Ce qui m'a appris à faire confiance (+ qu'au départ en tous cas!) à mon empathie, mon ressenti (qui là se combine forcément à de la réflexion et the lucidité...!). Ms j'ai aussi appris à garder mon avis pr moi Wink J'annonce mes réserves...en disant que je n'arrive pas à les expliquer (ce qui n'est pas forcément vrai!) sans "enterrer" les autres possibilités. De toutes façons il n'y a ni pire sourd ou aveugle que...! Après chacun voit midi à sa porte, et apprend à me faire confiance...ou pas!

Dauphin
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 41
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Dim 20 Jan 2013 - 18:44

"J'annonce mes réserves...en disant que je n'arrive pas à les expliquer (ce qui n'est pas forcément vrai!)"
Ahhh, toi aussi?!!! Lol!
Cela me fait prendre conscience que je passe ma vie à faire des concessions (alors que je ne pense fondamentalement pas pareil!)... Sad

"Après chacun voit midi à sa porte, et apprend à me faire confiance...ou pas!"
Pourquoi me dis-tu ça? La personne en qui je n'ai profondément pas confiance, c'est moi! Après, forcément, ça retentit sur les autres, mais le problème initial, c'est ma confiance en moi... et peut-être aussi le fait que je ne me retrouve pas en les Autres...

CarpeDiem
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 895
Date d'inscription : 26/12/2012
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Lun 21 Jan 2013 - 13:21

"Après chacun voit midi à sa porte, et apprend à me faire confiance...ou pas!"
Pourquoi me dis-tu ça?
Je parlais de moi: certains (rares) finissent par se fier à mon avis, ou au moins demandent des explications supplémentaires; à force de se rendre compte que mon avis finit par coller à la réalité!

La personne en qui je n'ai profondément pas confiance, c'est moi! Après, forcément, ça retentit sur les autres, mais le problème initial, c'est ma confiance en moi... et peut-être aussi le fait que je ne me retrouve pas en les Autres...
Idem! Suis toujours ébahie de voir comment des absurdités peuvent être littéralement gobées dès qu'elles sont affirmées avec un tantinet de conviction!!! Je suis l'exact opposé Suspect mais avec une façon de pensée non identique, il m'est déjà + dur d'être convaincante ...

Dauphin
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 41
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Lun 21 Jan 2013 - 19:31

Dauphin a écrit:
"Après chacun voit midi à sa porte, et apprend à me faire confiance...ou pas!"
Pourquoi me dis-tu ça?
Je parlais de moi: certains (rares) finissent par se fier à mon avis, ou au moins demandent des explications supplémentaires; à force de se rendre compte que mon avis finit par coller à la réalité!

La personne en qui je n'ai profondément pas confiance, c'est moi! Après, forcément, ça retentit sur les autres, mais le problème initial, c'est ma confiance en moi... et peut-être aussi le fait que je ne me retrouve pas en les Autres...
Idem! Suis toujours ébahie de voir comment des absurdités peuvent être littéralement gobées dès qu'elles sont affirmées avec un tantinet de conviction!!! Je suis l'exact opposé Suspect mais avec une façon de pensée non identique, il m'est déjà + dur d'être convaincante ...

Désolée, y'a eu méprise pour le "chacun voit midi à sa porte", j'ai crû que tu me parlais! Mdr! Suis égocentrique en fait, perdue dans mes problèmes et du coup, j'en oublie qu'on ne parle pas forcément de moi!

Oui, pareil que toi sinon pour les absurdités des autres... personnellement, soit, comme toi, il m'est difficile d'être convaincante, soit, j'ai l'idée très nette en tête mais je ne vois pas comment l'expliquer!

CarpeDiem
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 895
Date d'inscription : 26/12/2012
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Lun 21 Jan 2013 - 19:33

Je me rends compte qu'en fait, la "difficulté d'être convaincante" rejoint "la difficulté à expliquer" lol!

CarpeDiem
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 895
Date d'inscription : 26/12/2012
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Lun 21 Jan 2013 - 21:40

bounce

Dauphin
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 41
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Sam 26 Jan 2013 - 13:14

Bon... aujourd'hui, je devrais travailler à pleine balle pour lundi (car je ne connais rien et j'ai des partiels) et je ne fais... rien! Si, je parcoure ce forum et loin de me rassurer, ça ravive mes doutes sur une éventuelle zébritude (toujours ce problème de plutôt rien comprendre que comprendre vite et beaucoup de choses) tout en identifiant des points communs avec des zèbres (grosses difficultés niveau sommeil, qui, je ne l'avais pas identifié avant, étaient déjà présentes dès la maternelle => pour la sieste; ultra-perfectionnisme ; sensation de décalage lors de travaux de groupe = pétage de plombs les 3/4 du temps ou introvertion = je ne dis plus rien et m'ennuie ; le fait d'être très stressée/ compliquée, etc...).
Un truc qui me pose soucis, c'est que j'ai énormément de mal à faire les choses simples, mais pas forcément de facilités à faire les choses compliquées (même si ça arrive, mais bon, j'ai du mal à trouver ça anormal).

Bref...

Là, tout de suite, je suis venue car ça va pas du tout, je ne supporte pas de ne pas savoir. Ou plutôt, j'ai l'impression que je ne suis pas zébrée sauf que j'ai des grosses difficultés (scolaires, sociales, familiales, psychologiques, affectives...) qui ne sortent pas de nulle part et je ne vois rien pour les expliquer, à part le perfectionnisme en lui-même.

Ok, mais pourquoi je suis à ce point perfectionniste??? Alors que les autres (les 3/4 des gens) voient les choses simplement, ne vont pas plus que ça voir derrière les choses, etc...

Je comprends pas et ça me boufffeeee! Et puis, j'ai pas envie de bosser! Lire une masse de choses (mes cours) et l'apprendre par coeur, eurk...

Vous savez ce que je viens d'identifier? Qu'il y a beaucoup de choses que je sais (une amie de la promo me pose plein de questions sur les cours et j'ai tout le temps les réponses - sans avoir appris -mais je suis incapable de répondre aux questions du prof) mais qu'il me faut apprendre la manière de répondre à une question!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Je crois que mon ennuie face au fait d'apprendre vient majoritairement de là: je sais mais je ne sais pas comment montrer que je sais!
( y'a des aussi des choses que je sais pas hein mais je crois que le coeur du problème ne se trouve pas là)

Apprendre un truc que l'on sait juste parce qu'on ne sait pas comment l'exprimer, la barbe!!!!!!!

J'ai souvenir d'avoir toujours eu ce problème, ça vous parle ce genre de problèmes?

Sinon, je suis là parce que je coule (pas le moral du tout: marre marre marre)... je souffre terriblement de ne pas savoir ceci ou cela...

Sinon, j'ai eu une journée cette semaine où je me suis sentie terriblement vivante, terriblement bien, terriblement moi, une journée où j'étais hyperexcitable, hyperstimulée, hyper hyper dans tout... et j'ai passé ma journée à avoir le cerveau qui tournait de toute part mais je m'y retrouvais quand même, ça partait dans tous les sens mais j'avais l'impression que c'était mon fonctionnement normal (là, c'était comme ça mais c'est rare) et je crois que c'est du au fait que je suis tombée sur un cours qui était en fait un moment de travail de groupe, où les gens, pour une fois, m'écoutaient et s'ils n'ont pas forcément saisi tout ce que j'ai dit, ils trouvaient très intéressant ce que je disais!

Cela m'a mis dans une joie énorme! Mon cerveau a fonctionné à pleine balle toute la journée! Le soir, je suis revenue et j'ai voulu me forcer à me reposer juste 15 min (pour réviser ensuite) et j'ai failli me relever direct car je me suis sentie comme j'avais l'habitude de l'être étant enfant: je pensais (et là, c'était vraiment évident comme si je pouvais toucher/voir la pensée) à beaucoup (donc, plusieurs) choses à la fois et ça partait dans tous les sens tout en étant organisé (et en même temps, indépendant, je voulais ne pas penser pour me reposer mais plus j'essayais de relâcher mon esprit, plus il réfléchissait)... Au final, j'ai quand même tenu mes 15 minutes (mais je ne me suis pas reposée, ni fatiguée, j'étais contente de cet état) et après, je me suis mise aux révisions et j'ai lu, et paf, tout rentrait, j'avais l'impression d'être névrosée, j'avais les mains qui tremblaient, le cerveau qui était en pleine ébullition et j'ai compris (en apparence, à mon avis, c'était déjà compris dans un coin de ma tête, mais inconscient) tout d'une seul coup, tout appris d'un seul coup! Au cours de cette même journée, j'ai pu expliquer plein de choses à une amie, des choses vues en cours que je n'ai pas appris ni lu (après le cours)....J'ai vraiment été hyperstimulable toute la journée! C'était juste génial, comme si je sortais d'une... inhibition! C'est rare ce genre d'état mais cela m'arrive régulièrement... Je ne sais qu'en penser... Cela fait terriblement zèbre mais bon, je suis incapable de trouver la solution à tel problème de maths, etc... enfin, bref, marre de me poser des questions en général mais aussi marre de me poser des questions sur moi, ça me crève (fatigue) et ça me crève (tue) le coeur! J'aimerais savoir qui je suis, comment je fonctionne, pourquoi ça va pas... et je me sens seule (moins grâce à ce forum mais seule quand même, dans mon quotidien)... No

CarpeDiem
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 895
Date d'inscription : 26/12/2012
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Sam 26 Jan 2013 - 14:56

Je lance un immense « Help », c'est-à-dire que ça ne va pas du tout…

Bon… je viens d’avoir mes parents au téléphone et ça a été la méga crise (pleurs pleurs pleurs de ma part) encore au sujet de mes études et mes parents ont très bien compris (mieux que moi) que ça n’est tout simplement plus possible et je crois qu’ils ont pris l’ampleur du problème, quelque chose a du se débloquer chez eux… j’ai l’impression qu’ils ne voulaient pas voir, maintenant, y’a comme une barrière de tombée, ils voient et mieux que moi en plus… ça fait mal car je me prends la vérité de plein fouet mais ça fait aussi terriblement du bien d’être comprise (soulagement), qui plus est, par mes parents.
Et, vous allez rire (ou non), ils m’ont dit qu’ils seraient bien que je vois un psy (pas de manière désagréable) et le fait est que je suis totalement d’accord avec eux. Du coup, comme je ne savais pas comment aller voir un psy spécialisé niveau « surdoués » car y’en a une près de chez mes parents (mais du coup, comme j’ai du mal à mentir, ils auraient su donc je pouvais pas trop le faire), maintenant, je pense que je ne vais rien leurs dire (j’ai honte de penser que je puisse être « surdouée » même si j’en doute fortement, là est d’ailleurs le problème) quant à la spécialisation de la psy mais ils seront au courant que j’y vais, ce sera déjà pas mal. Et, avant ça, n’ayant pas (mais je vais chercher quand même, quoique…) de coordonnées de psy spé en « surdouance » sur la ville où j’étudie, je pense que je vais voir qqn de non spécialisé dans ce domaine. Je me dis que ça peut être pas plus mal d’avoir qqn de non- spécialisé dans ce domaine mais en même temps, j’ai peur, si je suis « surdouée » (ahh, ça me crispe), qu’elle (la personne psy, psychologue) me brise en 1000 morceaux en me sortant n’importe quelle connerie… et ça serait pire que tout ! Que faire alors ? (tiens, encore une question !!!)

Et la palme de la conversation avec mes parents arrive maintenant : je vais arrêter mes études. Ils m’ont dit d’arrêter, je sais que je ne peux pas continuer… je leurs ai juste dit que je n’étais pas prête, je sais que je ne suis pas capable de supporter cette idée (surtout dans l’après – quand j’aurai arrêté), et je n’ai pas le courage du tout non plus de l’annoncer à mon formateur référent (curieux comme pas un – et donc, faudrait tout lui expliquer, sauf que je n’en ai pas l’envie, surtout que je ne me comprends pas – et qui croit que je suis « épanouie »). Donc voilà, mon père a eu du mal un peu à comprendre, il me dit d’arrêter de me prendre la tête, qu’après tout, si je ne suis pas bien dans les études, j’arrête et puis voilà, sauf qu’il n’a sans doute pas très bien compris que le malaise est plus général et va au-delà de la formation (ce que ma mère a très bien compris par contre). Donc bon, sinon, ils me disent de pas trop traîner, je pense qu’ils ont peur que je fasse une connerie, enfin, ils m’ont dit : « tu ne vas pas faire une dépression, hein ? ». Ce qui n’a pas de sens pour moi vu que j’y suis, dans la dépression et jusqu’au cou et ce qu’ils ne savent pas, c’est que toute petite, je pleurai déjà de longues heures dans mon coin… la dépression, j’ai l’impression que je l’ai en moi depuis toute petite… d’ailleurs, ça me fait prendre en compte la mesure de mon décalage face aux autres, je me rappelle maintenant m’être souvent demandée : « Mais pourquoi les gens veulent pas de moi ? Pourquoi j’arrive pas à me faire des amis ? Pourquoi mes parents me comprennent pas ? » (du genre : « t’es têtue hein ! », alors que je voulais des réponses, pas avoir raison à tout prix… juste trouver du sens aux choses). Et ma mère perçoit bien mon perfectionnisme, mes exigeances avec moi-même, mon entêtement à aller jusqu’au bout des choses (même si ça fait mal, même si ça sert à rien) parce qu’il ne faut pas abandonner… D’ailleurs, elle m’a parlé de son bac râté trois fois, et du fait qu’elle avait fait AS. Je ne sais pas si je « surdouée » mais elle m’a très bien comprise là, trop peut-être ? Si je suis « surdouée », j’en viens à me demander si ma mère ne l’est pas aussi, ce qui me surprend… Voyez par vous-mêmes : mon père a d’énormes capacités (il fait très « surdoué » je trouve : il a une mémoire d’éléphant, calcule très vite, culture++) mais ne comprend pas pour un sou mes difficultés (du fait de trop penser, etc… - difficultés pourtant très type « surdoué ») tandis que ma mère ne me semble pas avoir d’énormes capacités (mémoire, culture - mais ça reste à prouver et puis, elle est tout à fait capable d’apprendre plein de choses seule dans un bouquin même des maths bien dures) mais elle comprend intuitivement mes difficultés (j’ai l’impression qu’elle revit à travers moi ce qu’elle a déjà vécu, d’ailleurs, elle a un gros complexe d’infériorité qu’elle essaie de refouler – et c’est étonnant qu’elle m’ait parler spontanément de ses études, chose dont elle parle peu), je suis surprise, presque choquée d’avoir senti qu’elle ressentait comme un écho en moi (je me trompe peut-être mais…).

Bon... petite conclusion : je suis vraiment perdue, je coule à flot, si y’a quelqu’un qui passe, pitié, dites quelque chose, n’importe quoi… et puis, j’ai besoin d’entendre des pensées rassurantes sur les études, je culpabilise déjà tellement à l’avance de les arrêter… et je ne sais même pas comment les arrêter même si je sais que c’est nécessaire !

PS: mon père n'a pas arrêté de me dire qu'il était sûr que j'étais capable (pour mes études d'inf), pourquoi je me sens incapable alors? (ma mère a compris que de toute manière, je ne voulais pas être inf... donc le problème est ailleurs mais je me pose des questions: il m'est impossible d'accepter les compliments: les choses qu'on me dit que je fais bien, je trouve que c'est juste "normal" mais les choses qui merdouillent un peu, ça y'est, c'est parce que je fais mal! Automatiquement! - c'est sûr, avec ça, comment aller bien?!!!).

CarpeDiem
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 895
Date d'inscription : 26/12/2012
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Sam 26 Jan 2013 - 17:31

Je reviens ici pour vous demandez ce que vous pensez de ce que dit Raymonde Hazan sur ces vidéos: Vidéos
Personnellement, je me suis sentie soulagée... Cela me parle tellement! Biensûr, il y a toujours cette question: la personne normo-pensante ne ressent-elle pas de même? Pour moi, c'est tellement normal que c'est ce que tout le monde est... oui, sauf que je me sens tellement décrite à travers ces mots alors qu'en principe, je ne comprends pas (c'est quelque chose qui ressort régulièrement de ma bouche)...

C'est bien simple: je dis souvent "je comprends pas" ou "je sais pas" et pourtant, souvent, j'ai compris quelque chose ou je sais quelque chose mais je ne le dis pas (perception intuitive d'un décalage?)...

CarpeDiem
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 895
Date d'inscription : 26/12/2012
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Dim 27 Jan 2013 - 15:14

Et, avant ça, n’ayant pas (mais je vais chercher quand même, quoique…) de coordonnées de psy spé en « surdouance » sur la ville où j’étudie, je pense que je vais voir qqn de non spécialisé dans ce domaine. Je me dis que ça peut être pas plus mal d’avoir qqn de non- spécialisé dans ce domaine mais en même temps, j’ai peur, si je suis « surdouée » (ahh, ça me crispe), qu’elle (la personne psy, psychologue) me brise en 1000 morceaux en me sortant n’importe quelle connerie… et ça serait pire que tout ! Que faire alors ? (tiens, encore une question !!!)

Je ne peux que te conseiller un psy spécialisé en douance:
http://www.zebrascrossing.net/t5570-annuaire-de-psychologues-par-specialite-et-par-region
Si tu ne trouves pas là, et quand bien même, il te serait aussi utile de poster un fil spécifique là-dessus, pour demander conseil à tes co-habitants pour recueillir leurs avis.
Même (surtout!) si tu doutes de ta douance, un psy "généraliste" ne sera pas en mesure d'y penser et réfléchira avec un manque de données, ce qui pourra le faire se diriger vers une fausse piste.
Pour un psy spécialisé, qui aura cette donnée en tête, le risque d'erreur d'orientation sera moindre...et tu pourras aussi aborder le sujet sereinement, ce qui ne sera pas (jamais?) possible avec un psy non spécialisé.

Évidemment là je parle de psychologue! Je ne pense pas qu'un psychiatre te soit utile, à l'heure actuelle...mais ça aussi tu peux en discuter avec le psy!

Dauphin
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 41
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Dim 27 Jan 2013 - 15:21

Dauphin a écrit:
Et, avant ça, n’ayant pas (mais je vais chercher quand même, quoique…) de coordonnées de psy spé en « surdouance » sur la ville où j’étudie, je pense que je vais voir qqn de non spécialisé dans ce domaine. Je me dis que ça peut être pas plus mal d’avoir qqn de non- spécialisé dans ce domaine mais en même temps, j’ai peur, si je suis « surdouée » (ahh, ça me crispe), qu’elle (la personne psy, psychologue) me brise en 1000 morceaux en me sortant n’importe quelle connerie… et ça serait pire que tout ! Que faire alors ? (tiens, encore une question !!!)

Je ne peux que te conseiller un psy spécialisé en douance:
http://www.zebrascrossing.net/t5570-annuaire-de-psychologues-par-specialite-et-par-region
Si tu ne trouves pas là, et quand bien même, il te serait aussi utile de poster un fil spécifique là-dessus, pour demander conseil à tes co-habitants pour recueillir leurs avis.
Même (surtout!) si tu doutes de ta douance, un psy "généraliste" ne sera pas en mesure d'y penser et réfléchira avec un manque de données, ce qui pourra le faire se diriger vers une fausse piste.
Pour un psy spécialisé, qui aura cette donnée en tête, le risque d'erreur d'orientation sera moindre...et tu pourras aussi aborder le sujet sereinement, ce qui ne sera pas (jamais?) possible avec un psy non spécialisé.

Évidemment là je parle de psychologue! Je ne pense pas qu'un psychiatre te soit utile, à l'heure actuelle...mais ça aussi tu peux en discuter avec le psy!

Aïe aïe! Tu confirmes ce que je pense, à savoir que si c'est pour me diagnostiquer un mauvais truc, ou essayer de me faire aller mieux sur une mauvaise base, ça risque de faire très mal...
C'est pour ça que j'ai dit à mes parents que je voulais attendre de revenir chez eux (sur leur région, j'ai les coordonnées d'une psy spécialisée dans la douance) mais ils m'ont dit de consulter tout de suite, sauf qu'ici, effectivement, je n'ai trouvé personne de spécialisé dans ce domaine!

JE te remercie, je vais poster quelque chose!

CarpeDiem
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 895
Date d'inscription : 26/12/2012
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Lun 4 Fév 2013 - 20:06

Hello tout le monde! Je poste ce soir pour donner des nouvelles et aussi pour avoir, si possible, quelques infos par Dauphin concernant le métier d'infirmier en général et, en particulier, en psy. Je dois dire demain si je poursuis ma formation ou non et je ne sais toujours pas la réponse (aïe)... J'aimerais connaître un peu une journée type en psy, si c'est possible...
Sinon, tous vos conseils seront les bienvenus, quels qu'ils soient...
Merci!

CarpeDiem
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 895
Date d'inscription : 26/12/2012
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Mar 5 Fév 2013 - 7:23

La journée type dépend des établissements et du chef de service!
Ce que je trouve sympa: les patients ne restent pas dans leur chambre, tu évolues parmi eux pour observer les liens qu'ils peuvent établir, et interagir.
Il y a des activités de groupe à mener: tu utilises un support pour entrer en communication, les faire réfléchir, les faire penser à autre chose, leur permettre d'augmenter leur estime de soi,...selon les patients! Un groupe peut être constitué par plusieurs personnes ayant des pathologies différentes, peu importe, chacun y trouvera qqch; à toi de mener la barque, ou la laisser un peu flotter...
Tu effectues des entretiens infirmiers (différentes visées possibles: faire baisser l'angoisse, mieux connaître le patient, familial, avec le médecin,...)
La multiplicité des autres professions enrichit la prise en charge, et tes savoirs. Tout comme les réunions cliniques, la supervision...
Je ne sais que te dire: pose des questions plus précises...

Dauphin
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 41
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Mer 6 Fév 2013 - 23:43

Dauphin a écrit:La journée type dépend des établissements et du chef de service!
Ce que je trouve sympa: les patients ne restent pas dans leur chambre, tu évolues parmi eux pour observer les liens qu'ils peuvent établir, et interagir.
Il y a des activités de groupe à mener: tu utilises un support pour entrer en communication, les faire réfléchir, les faire penser à autre chose, leur permettre d'augmenter leur estime de soi,...selon les patients! Un groupe peut être constitué par plusieurs personnes ayant des pathologies différentes, peu importe, chacun y trouvera qqch; à toi de mener la barque, ou la laisser un peu flotter...
Tu effectues des entretiens infirmiers (différentes visées possibles: faire baisser l'angoisse, mieux connaître le patient, familial, avec le médecin,...)
La multiplicité des autres professions enrichit la prise en charge, et tes savoirs. Tout comme les réunions cliniques, la supervision...
Je ne sais que te dire: pose des questions plus précises...
Je te demandais ça car je m'intéresse à tout ce qui est psychologique, après, je sais pas trop... Faut voir... Je veux dire: ça me semble intéressant (tout ce qui est en santé mentale) mais il faut voir en vrai... Smile
Sinon, je poursuis mes études et si ça va pas en stage, j'arrête!
Sinon, rien à voir mais j'ai encore eu une conversation à la c... aujourd'hui avec deux amies, encore une fois, j'avais tout le monde contre moi! Je suis très énervée! Je suis surtout contrariée par le fait que je fais l'effort de comprendre l'avis des autres (sans toutefois les faire miens) mais que ça n'est pas réciproque et également par le fait qu'une fois de plus, on ne me comprend pas mon raisonnement (dont je suis sûre à 99%), etc... Enfin bref, marreeeeeee! C'est tout le temps comme ça! Que suis-je censée faire? Me taire? Je le fais plus ou moins et ça provoque chez moi un intense désintérêt! Lorsque je ne le fais pas, je me bats irrémédiablement à perte (personne n'entend raison ni ne semble écouter jusqu'au bout ce que je dis) et donc, je dépense de l'énergie dans le vide!

CarpeDiem
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 895
Date d'inscription : 26/12/2012
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Jeu 7 Fév 2013 - 8:29

Ben pdt mes études, je m'étais trouvé un ptit groupe plus ouvert: après qq situations identiques ... ms éclairées ensuite par les formateurs à la même lumière que moi, ils ont fini par s'apercevoir que c'était pas si nul ce que je disais...!
Je ne te conseille pas de t'acharner à expliquer tes idées, s'ils ne comprennent pas, tant pis!...mais si tu tiens à ce qu'elles apparaissent il me semble difficile qu'on t'objecte quoi que ce soit: tu es dans le groupe au même titre que les autres: ton "paragraphe" n'est pas moins valable que le leur...et les juges sont les formateurs, pas la pression du groupe ou le plus grand nombre qui fait foi (rappel sur le régime de Vichy...)...

Dauphin
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 41
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Jeu 7 Fév 2013 - 20:49

Dauphin a écrit:Ben pdt mes études, je m'étais trouvé un ptit groupe plus ouvert: après qq situations identiques ... ms éclairées ensuite par les formateurs à la même lumière que moi, ils ont fini par s'apercevoir que c'était pas si nul ce que je disais...!
Je ne te conseille pas de t'acharner à expliquer tes idées, s'ils ne comprennent pas, tant pis!...mais si tu tiens à ce qu'elles apparaissent il me semble difficile qu'on t'objecte quoi que ce soit: tu es dans le groupe au même titre que les autres: ton "paragraphe" n'est pas moins valable que le leur...et les juges sont les formateurs, pas la pression du groupe ou le plus grand nombre qui fait foi (rappel sur le régime de Vichy...)...

Je suis d'accord avec tout ce que tu dis mais j'ai déjà tout essayé et rien y fait... J'ai beau avoir des gens plutôt compréhensifs, s'ils ne voient ce dont je parle... inutile d'insister... Sad
On va bien voir comment ça évolue mais je ne sais plus par quel bout m'y prendre.

CarpeDiem
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 895
Date d'inscription : 26/12/2012
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Ven 8 Fév 2013 - 5:20

euh...partir d'une des leurs pour retomber sur la tienne???...

J'imagine que la palisse n'aurait pas mieux fait...mais fallait que j'écrive qqch!...

Dauphin
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 41
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Ven 8 Fév 2013 - 22:50

Dauphin a écrit:euh...partir d'une des leurs pour retomber sur la tienne???...

J'imagine que la palisse n'aurait pas mieux fait...mais fallait que j'écrive qqch!...

Lol!
Je ne sais que te dire...

Si ce n'est qu'aujourd'hui, une des filles avec qui je me prends la tête a dit devant une formatrice que l'érythème pouvait mener à une escarre (je lui avais soutenu y'a pas si longtemps que l'érythème, c'est une escarre!), j'ai fermé ma g... et la formatrice lui a répondu tout de go: " L'érythème EST une escarre"!

Vu comment elle m'avait pris le choux, je l'avoue (c'est pas sympa), j'ai bondi sur l'occasion et je lui ai balancé: " Ah! C'est ce que je te disais" (vu le nombre de fois où je me suis faite rembarrée pas super gentiment).

Réponse: " Mais X (mon prénom), arrête, c'est pas la peine de réaborder le sujet, tu sais bien qu'on va pas être d'accord, l'erythème c'est rien du tout en comparaison du stade 4" (merci, je sais, j'ai jamais dit le contraire, n'empêche, l'érythème n'est pas n'importe quelle rougeur alors merci bien! - En plus, le fait que l'érythème, c'est "rien du tout", c'est encore contestable vu que ça évolue vite!)
Enfin bref, quelle mauvaise foi!

Je suis vraiment fatiguée de tout ça...

Sinon, en pratique, je comprends rien et je suis nulle... rien que pour la perf ou quoi. En plus, je mets trois plombes: je suis quasi-incapable de passer à l'action (je réfléchis trop): j'ai une espèce de défaut de spontanéité. Les autres font (mécaniquement - je parles des choses simples du côté de la pratique), moi, je fais ensuite, quand je les ai observé faire (sinon, je suis bloquée, je peux pas faire)... Sad Je complexe trop!
Rien que de poser un garrot (à l'ancienne, pas qui se clipse), je n'y arrive pas, je sers pas assez (pas par peur de trop serrer mais je me retrouve toujours avec un noeud lâche): la honte!
Tout est comme ça...

CarpeDiem
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 895
Date d'inscription : 26/12/2012
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par attilap le Sam 9 Fév 2013 - 1:41

Vous discutez bien tout les deux !

Bienvenue déjà !

Je sens que tu as besoin d'appartenir à un groupe pour en finir avec ce poids de solitude. Je crois premièrement que tu dois t'accepter telle que tu es, une belle personne.
Tu porte beaucoup trop de choses, souffle un peu ...
Tu es toi, c'est une vérité difficilement réfutable. Apres l'étiquette Surdoué ne révèle pas ce que tu es, elle te permet peut etre de comprendre certaines choses. Mais je crois que nous sommes tous à des échelles différentes de conscience. Te prend pas trop la tête avec tout ces tests alien

Essaye de te recentrer sur toi, lache tout ...


attilap
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 414
Date d'inscription : 05/12/2012
Age : 30
Localisation : Sur Terre, en ce qui concerne mes pieds !

http://hexogone.overblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Sam 9 Fév 2013 - 9:49

pr info, me suis aussi orientée pr faire taire tous ceux qui m'ont dit que je ne ferai jamais rien 2 mes 10 doigts!!!
Effectivement, avec cette motivation...G réussi à "dompter" 1 peu ma maladresse! (juste 1 peu: que qd je me concentre+++, après ciao et bjr les conneries!)
C'est pas très important tt ça, ça peut venir "d'1coup", il suffit 2 pas gd chose pr débloquer...(facile à dire, pas à vivre qd on C pas ce qui débloquer et qd...!), ms évidemment 1 peu moins 2 pression ne pourra que te faire avancer!

Dauphin
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 41
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quo vadis?

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 6:50


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 15 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum