Quo vadis?

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Jeu 14 Mar 2013 - 22:56

Cad?

Si tu veux dire que ma partie sur l'IFSI est illogique, c'est tout à vrai, je le sais, mais je ne peux m'empêcher de le penser et de le ressentir comme ça.

CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Jeu 14 Mar 2013 - 23:06

Non, c'est pas ça!!!

Tu veux faire comme tout le monde pour être normale ... en fait c'est qd on est normal, qu'on fait comme tt le monde!!!
Tu attribues le cptt de tes parents à ton égard au fait qu'ils penseraient que tu es c... (et non, pas question de l'écrire, moi!!!) vu qu'ils n'ont pas le même avec tes frères: et si tes frères n'étaient pas comme toi, ou toi comme eux, et que tu désarçonnais tes parents...les priverais de leur boussole parentale plutôt Question

Amour
Dauphin
Amour
Dauphin
Dauphin

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 44
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Jeu 14 Mar 2013 - 23:16

J'y ai bien pensé mais franchement, tu veux savoir le fin mot? J'en ai ras-le-cul d'essayer de comprendre tout le monde! ça me saoûle d'avoir toujours été vu comme une caractérielle, une chieuse, une sauvage, une entêtée de première, un moulin à paroles qui fait chier tout le monde, quelqu'un de trop compliqué parce que je me pose trop de questions, quelqu'un que l'on écoute même pas la moitié du temps... ça fait 24 ans que je vis avec cette image que me renvoie mes parents, cette image que j'ai à l'intérieur de moi alors que, je le jure, je suis VRAIMENT animée des meilleurs sentiments qui puissent m'animer! J'ai envie d'aider tout le monde, de comprendre tout le monde (même le dernier des crétins), de faire rire les gens, d'avoir toujours le sourire, de soutenir tout le monde, de m'ouvrir ou monde, etc... et je passe juste pour une chieuse dans tout ce que je fais...

Jusqu'à quel point vais-je devoir comprendre les gens?

Et si mon "anormalité" (si tant est qu'elle existe) n'était pas ce que tu penses, je fais quoi?
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Jeu 14 Mar 2013 - 23:30

Ben au moins tu l'as ton "discours" de J-4, presque 3!!!...

Amour
Dauphin
Amour

PS: pr te répondre...tu auras avancé!!!
Dauphin
Dauphin

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 44
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Ven 15 Mar 2013 - 15:54

il n'y a pas de modèle tout fait et surtout il y a trop d'éléments négatifs dans les caractéristiques qu'on leur a prêtées. Il n'est pas possible de dégager des notions solides, structurées, les éléments ne s'assemblent pas en un tout cohérent, ils restent épars, contradictoires, comme si, en se regardant dans un miroir, on ne voyait qu'une surface plane et vide. Ils se disent : "ce n'est pas possible que je sois ce rien, ce néant, j'avais des qualités, il semble que tout se soit effacé, comme si j'existais à peine ..." Ils ne trouvent nulle part de place qui leur convienne, ils changent alors souvent de résidence, de métier, de pays même, dans une quête perpétuelle de leur propre image, qui se dérobe sans cesse, puisqu'elle ne leur a jamais été retournée de façon cohérente ...

Il est donc impossible de s'y reconnaître et ils errent, s'affublant parfois d'oripeaux, dont ils pensent qu'ils vont leur conférer le relief qui leur manque ; ce seront des prises de position provocatrices, des goûts trop exotiques, des recherches d'originalité destinées à surprendre, mais dont ils n'arrivent même pas à être dupes, tant ces artifices sont factices et inutiles. Toute satisfaction leur est interdite : tant qu'on ne sait pas qui on est, quelle direction choisir, tant qu'il suffit d'un peu d'obscurité, d'un trouble plus grand, d'un environnement trop différent pour que tous les repères péniblement mis en place disparaissent, il n'est pas possible de se former de soi une image acceptable.

auteur?:
A.ADDA


Amour
Dauphin
Amour
Dauphin
Dauphin

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 44
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Ven 15 Mar 2013 - 16:42

Ahh, mon "amie" Arielle Adda! J'ai horreur de l'écouter parler (elle parle trop lentement: je regarde autre chose en même temps) mais par contre, je trouve qu'elle a un certain don pour dire les choses à la fois précisément, pointilleusement et simplement. En fait, c'est surtout qu'elle cible parfaitement (presque, le parfait n'existant pas) les choses.

Je crois que mon malaise vient du fait que je me retrouve un peu dans ce discours ou d'autres d'ailleurs, mais pas complètement, d'une manière floue. Et sans tenir compte des propos-mêmes, c'est surtout parce que j'ai tellement appris à être "comme tout le monde" que je suis incapable de m'identifier sous des termes tels que "goûts exotiques", "provocatrices", etc...

La seule chose qui me frappe l'oeil est: "dans une quête perpétuelle de leur propre image, qui se dérobe sans cesse, puisqu'elle ne leur a jamais été retournée de façon cohérente ..."

Par exemple, je ne me sens pas caractérielle du tout, juste absolument pas comprise, pas entêtée ( ce que mes parents prennent pour de l'entêtement, c'est simplement le fait que je pose des questions, qui ne sont qu'une volonté d'échanger, d'aller plus loin, d'avoir des réponses ou de chercher à les obtenir...), ni parlant trop (je ne dis sans doute pas 90 % de ce que je pense alors que je parle trop!!!!!)), que je me prends trop la tête ( comment comprendre, par exemple, qu'une soi-disant véritable "amie" ne me contacte absolument pas durant des mois entiers? Comment ne pas ressasser ça encore et encore? Se demander ce qu'est l'amitié? Ce qu'est cette personne? Mais aussi ce que je suis biensûr...), je ne me sens pas sauvage pour un sou non plus (j'ai toujours voulu avoir des ami(e)s et malgré mon extrême timidité, j'allais vers les autres, mais eux, ne venaient pas vers moi), par contre, je n'aimais pas être forcée à voir telles personnes, ou, à tel moment et surtout, pas trop souvent (grands besoins de solitude mais je n'associe pas ça à de la sauvagerie), etc... Je pourrais continuer des heures...

Je me souviens d'un jour où je devais avoir 16 ans à peu près et je me suis jurée (après une énième crise d'incompréhension avec mes parents):
=> De ne plus faire d'efforts, de ne plus parler à mes parents, de ne plus chercher à échanger avec eux ou les autres, de rester dans mon coin, collée à l'ordi/la tv ( ce que je ne faisais pas avant), de les laisser se plaindre de moi sans plus chercher à me justifier, etc...
J'avais à moitié oublié tiens Shocked ... Suite à ça, je me suis posée des questions: est-ce ça une crise d'adolescence? Je me pose toujours la question même si je me souviens m'être dit que les autres ne vivaient pas la même chose que moi et pas du tout avec la même intensité...
En tout cas, par la suite, je suis devenue niaise (tv et ordi +++, à outrance, biensûr, je me faisais engueulée avec des "c'est pas normal" à la clé, d'ailleurs, combien de fois ai-je entendu: "faut rentrer dans le rang", "faire comme tout le monde", etc...), je n'ai effectivement (globalement parlant car c'est pas vraiment possible sinon) plus cherché à échanger avec mes parents ( biensûr, j'ai eu le droit à des remontrances: "mais tu ne nous parles pas, tu ne cherches pas à t'intéresser à nous!" - ma question, que je ne leurs ai jamais posé: "mais qui s'intéresse à moi?"). Par la suite, j'ai davantage échangé avec eux (pas le choix, à force de se faire engueuler, on fait comme si...) mais je crois que quelque chose s'est cassé... et je les ai aussi observer me démonter sans pitié aucune jour après jour, sans rien dire à part des « bah oui, c’est balo… », « oui, je sais, je suis pas normale… » d’un air blasé, etc…

Voilà… J’avais presque oublié…

Conclusion :
Jamais mes parents ne se sont remis en question, je dis bien jamais. A plusieurs reprises, j’ai entendu (ça aussi, j’avais oublié) le « c’est pas normal, tu te rends compte quand même ?!! », le « va falloir changer » ( ahhh ça, j’ai essayé, voilà où j’en suis aujourd’hui…), le « arrête de t’écouter un peu », etc… Le must, c’était d’avoir tout fait d’un sens, ça n’allait pas, bon alors, je vais tout faire de l’autre, ça ne va pas non plus, non, ça n’a jamais été . J’ai dépensé une énergie folle à faire comme les autres, à faire comme ils voulaient que je sois, et ça n’a jamais marché mais en plus, on n’a jamais vu les efforts que j’ai fait et on m’a toujours trouvé encore un peu plus conne (bah oui, moi, j’ose) que je ne l’étais déjà…

On n’a pas cessé de me répéter d’un peu partout que mes parents m’aimaient, bah moi, je dis : « comment on peut aimer et autant faire souffrir son enfant et être même l’instigateur de 80% de sa souffrance ? ».

Sinon, j’ai toujours pensé que mes parents, comme tous les parents, voulaient des enfants un peu euh parfaits et que c’est pour ça qu’ils me disaient tout ce genre de choses (du coup, je comprenais pas pourquoi ils n’en faisaient pas de même avec mes frères). Et quand je les entendais dire des choses du genre « rentrer dans le rang », « faire telle chose normalement », j’ai toujours pensé que n’importe quel parent en faisait de même pour pousser son enfant à faire mieux… Je n’ai jamais pensé que j’étais effectivement différente… Et je ne le pense toujours pas, j’ai passé 24 ans à me dire que je n’étais pas normale à ne pas pouvoir suivre mes études tranquillou, avoir un travail tranquillou, avec des ami(e )s tranquillou, avoir un copain tranquillou, à devoir me forcer pour tout (et à en finir crevée, minée, faisant toujours un peu plus semblant…). Plus qu’anormale ou différente, je me suis tout simplement sentie nulle (bah oui, les autres, malgré les difficultés, ils suivent les choses plutôt sereinement, dans l’ensemble ; moi, tout m’est difficile)… Et je peux vous assurer que mes parents m’ont bien enfoncé de ce côté-là en me critiquant sur mon caractère ou quoi…

Je reconnais que, d’un autre côté, ils m’ont toujours dit intelligente même si ma mère m’a souvent répété ici et là que j’étais vraiment « bornée » ( et là, ça avait le sens de « nulle » ; je ne comprenais parfois rien même à la plus simple chose, qui n’était pas simple pour moi). Ceci dit, je ne les ai jamais crû quand ils me disaient intelligente (je bossais : j’avais d’à peu près bonnes notes –sans être la meilleure- bref, j’étais pas exceptionnelle).

J’ai beaucoup de rancoeurs contre mes parents et j’ai l’impression que je ne les comprendrais jamais dans leur « fermeture d’esprit » (vu qu’ils n’ont jamais cherché à me comprendre). Moi, au moins, je les écoutais ( d’où mon sentiment que je suis nulle)…
Pour preuve, un psychiatre leurs a dit une fois que c’était de leur faute (quoi, je ne sais pas), ils sont partis, énervés, ne m’y ont plus jamais amené.

Sinon, encore une fois, j’ignore si je suis « surdouée » (rien de nouveau donc) mais je mettrai ma main à couper que mon père est « surdoué » ( mémoire énorme, hypersensibilité, hyperémotivité, hyperstimulabilité, calcule très rapidement, etc… il a arrêté l’école à 14 ans) et même probablement THQI (il n’est pas diagnostiqué du tout hein)… Alors, si je suis différente, pourquoi il ne « sent » rien (pourquoi, même confusément, il ne me comprend pas ?). A moins qu’il ne me rejette la « normalité » qu’on lui a infligé… J’en sais rien… Cela me fatigue… encore.

CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Ven 15 Mar 2013 - 20:24

Tiens, méga crise de mon père envers ma mère... pas si heureux que ça mon padre... Je le comprends bien: ma mère est à fond dans le ménage (mais tous les jours alors que nous, on s'en tapeee), elle nous fait changer d'habits un peu tout le temps pour être beau, propre, présentable (alors que nous, on s'en tape - toutes proportions bien gardées), nous critique tout le temps (pas de manière constructive et elle est agressive en plus), ne nous comprend pas... Il faut savoir que mon père est un peu spécial parfois dans son comportement (très "naïf" sans qu'il le soit vraiment, trop jovial, trop content, trop entêté, trop gentil, trop curieux, trop bizarre? - Paraît que je lui ressemble beaucoup...). Mais ma mère critique et c'est tout...
J'ai failli me mettre à pleurer... Mon père a dit: "mais je vais finir par exploser" (dans une colère noire, ça faisait peur à voir). Crying or Very sad

Bref, cela me fait me demander jusqu'à quel point ma mère peut participer à mon moral en berne et comment mon père se sent-il?
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Ven 15 Mar 2013 - 22:34

Question con mais je viens de remarquer que, par exemple, quand je regarde sur youtube (ou autre) une vidéo (d'Arielle Adda par exemple, ou JSF ou n'importe qui d'autre), pendant que j'écoute, je suis "obligée" de faire autre chose, genre regarder autre chose sur internet (bon, pas trop compliqué quand même sinon je perds le fil) sinon ça m'ennuie, sinon, j'écoute plus... et ça n'est qu'un exemple...

A se demander si mon inattention continuelle ne vient pas de là... (en plus de mes problèmes à une oreille)

Peut-être que je délire?
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Ven 15 Mar 2013 - 23:36

Arielle Adda (article: "Que sont les enfants doués devenus ?"): "Comme il n'a jamais acquis la moindre technique de travail, qui lui aurait permis de surmonter les premières difficultés, il plonge, sans pouvoir se rattraper ; il peut lire dix fois une leçon, ou même vingt fois, il ne la retient pas, parce qu'il ne sait pas comment procéder, et on le voit rester des heures devant son livre ouvert, rêvant en apparence, luttant en fait contre un effroi glacial, puisque sa mémoire si bonne a disparu. Il est pétrifié d'horreur, épouvanté"
Shocked

Edit:
Je suis en train de regarder des vidéos avec Arielle Adda (entre autres) et elle dit des choses qui me laissent sur le bip:
- https://www.youtube.com/watch?v=ujCKM9s2yQo (vers les 6 min): "les enfants "surdoués" sont des enfants faciles à élever" (et elle insiste bien hein) Shocked. Comme je n'ai pas été facile du tout aux dires de mes parents, je m'interroge. De plus, comment un enfant qui désarçonne ses parents, pose sans arrêt des questions, est capable de tenir tête, etc... peut-il être facile à élever? Pour le coup, j'ai envie de dire qu'elle a fûmé la moquette là la Arielle!
- https://www.youtube.com/watch?v=ujCKM9s2yQo ( à la fin): sur le facteur d'hérédité, Mme Adda stipule que "Généralement, tous les enfants sont doués (dans une fratrie) avec une prédominance pour l'aîné" Shocked . Je ne pense vraiment pas que mes frères soient "surdoués" (mais je peux me tromper) et perso, je ne suis pas l'aîné.
=> Parfois, je me dis que c'est mon oreille déficiente qui explique bon nombre de choses... ça plus le fait que je sois réellement nulle Neutral
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Sam 16 Mar 2013 - 15:05

CarpeDiem a écrit:
Je suis en train de regarder des vidéos avec Arielle Adda (entre autres) et elle dit des choses qui me laissent sur le bip:
- https://www.youtube.com/watch?v=ujCKM9s2yQo (vers les 6 min): "les enfants "surdoués" sont des enfants faciles à élever" (et elle insiste bien hein) Shocked. Comme je n'ai pas été facile du tout aux dires de mes parents, je m'interroge. De plus, comment un enfant qui désarçonne ses parents, pose sans arrêt des questions, est capable de tenir tête, etc... peut-il être facile à élever? Pour le coup, j'ai envie de dire qu'elle a fûmé la moquette là la Arielle!
L'éducation de mes Z, petits, a été assez effectivement plutôt simple...Cela est dû je pense au fait qu'en leur expliquant le pourquoi du comment ils intégraient vite les règles de sécurité puisqu'alors elles prenaient sens. Ils observaient aussi beaucoup, avant de faire (même un jeu)...
Si tu entendais ma mère, qui elle "a instauré une dictature"...tu aurais exactement la remarque opposée! Surtout me concernant (suis l'aînée)!! Mon frère quant à lui a pratiquement eu le statut de king ...

CarpeDiem a écrit:- https://www.youtube.com/watch?v=ujCKM9s2yQo ( à la fin): sur le facteur d'hérédité, Mme Adda stipule que "Généralement, tous les enfants sont doués (dans une fratrie) avec une prédominance pour l'aîné" Shocked . Je ne pense vraiment pas que mes frères soient "surdoués" (mais je peux me tromper) et perso, je ne suis pas l'aîné.
=> Parfois, je me dis que c'est mon oreille déficiente qui explique bon nombre de choses... ça plus le fait que je sois réellement nulle Neutral
Chez moi, ce n'est pas l'aîné qui prédomine, enfin, lui, il s'est +/-autosabordé pr ne pas paraître intelligent aux yeux des autres (les copains de classe)...
Je sais en revanche que mon frère (qui a passé le même test de masse que moi au collège) a eu un résultat en deçà du mien (ms combien?), ce qui du coup ne signifie pas qu'il ne soit pas "doué" (je pense d'ailleurs qu'il l'est, comme certains cousins et leurs enfants, etc...); il a en revanche tjs été mieux "intégré" que moi partout: chaque être, doué ou pas, a sa propre personnalité...

Amour
Dauphin
Amour
Dauphin
Dauphin

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 44
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Sam 16 Mar 2013 - 18:07

Justement, cela confirme mes gros doutes.

Quand je dis que mes frères ne me semblent pas "surdoués", c'est , comment dire, dans le fait qu'ils ne me semblent pas hypersensibles par exemple, ils sont loin d'être insensibles hein mais je sais pas... Quand je me vois moi à côté... (je sais qu'on ne réagit pas tous de la même manière mais quand même...) s'il y a bien un doute que je n'ai pas ou peu, c'est bien sur l'hypersensibilité. De toute façon, mon médecin traitant qui me suit depuis toute petite n'a cessé de répéter que j'étais très sensible (et m'avait même conseillé à plusieurs reprises de consulter un psy). Et puis, j'ai somatisé un max (eczéma, insomnie, migraines, vertiges, maux de ventre, etc...) et pas mes frères. En fait, chez eux, y'a rien qui ressort en "trop".
Moi, je me sens "trop" dans tout, toujours en dehors des limites ou en dedans mais étouffant comme pas une...
Côté intelligence, ils sont pas c... du tout, mais ils ne me semblent pas plus curieux que ça... Je sais pas...
Ils n'ont pas non plus cette espèce d'excentricité que j'ai (je ne suis pas excentrique mais j'ai des comportements que je qualifierai d'excentrique).
Pour l'aîné, je ne sais pas s'il avait des "facilités"étant tout jeune mais je ne crois pas... Par contre, il a toujours été rusé/malin.
Pour mon autre frère, il avait de grosses difficultés étant tout jeune avec les devoirs (alors que je pouvais les lui faire -je suis plus jeune).

Pour ma part, si je dois être honnête, genre, quand j'avais 8 ans, je ne me souviens pas avoir eu une quelconque difficulté pour faire mes devoirs ( et j'avais même l'impression de ne pas avoir de limites: j'aurais pu apprendre plusieurs niveaux au-dessus je pense... c'est d'ailleurs ce que je recherchais dans les cahiers de mon frère mais, à cet âge, ça me paraît normal non?). Par contre, contrairement à eux, j'étais miss connerie, et vas-y que je renverse ce verre, me cogne, trébuche, file mes collants (pas grave, je les supportais pas mais ma mère rageait bien) et vas-y que je faisais plein de fautes d'étourderie à l'école ( qu'est-ce que ça a pu me saoûler -j'avais compris mais faux à cause d'un "1" oublié ou un truc dans le style - et ma mère me disait, d'un air mauvais, de "faire attention quand même" Rolling Eyes, je pouvais pas faire mieux, aujourd'hui encore, c'est comme ça... et ça me faisait très peur pour le métier d'inf).

Siinon, c'est tout con mais quand on parle aussi d'hypersensibilité, je pense aussi aux vêtements que ma mère me mettait quand j'étais petite. Et bien, je ne supportais... rien (rien que pour ça, j'étais qualifiée de "chieuse") et c'était horrible... je passais des journées en ne supportant pas ce que j'avais sur moi.. Mon père est pareil... J'ai toujours pensé que j'étais effectivement chieuse m'enfin... je faisais pas semblant de ne pas supporter, alors, hypersensibilité?
Le tic tac de l'horloge auquel tout le monde s'habitue la nuit, bah pas moi ni mon père... ma mère, elle, elle dit à mon père: "mais comment font les autres?" (sur un air critique à souhait). Ma réponse: ils ont la capacité de le supporter presqu'instinctivement, pas nous! Je vois pas pourquoi on irait se faire ch... à se relever en plein milieu de la nuit pour enlever l'horloge, se faire engueuler par tout le monde juste pour le plaisir...

J'avoue que plein de choses m'interpellent, par-ci par-là...

Sauf qu'en surfant sur le net, à chaque fois qu'une mère ou un père parle de ses enfants, tous les enfants de la fratrie sont "surdoués" ou possiblement "surdoués".

J'ai envie de dire: bah alors, moi, je ne le suis pas.
Bref, gros coup encore... Gros doute encore!

Par contre, pour l'éducation, je vois ce que tu veux dire, perso, j'avais le droit à: "parce que c'est comme ça" (quand je demandais pourquoi on devait manger à telle heure par exemple, et pas une autre)
Forcément, je disais que c'était pas logique et je poursuivais mes questions pour me faire toujours un peu plus envoyée ch...

Pareil, mes frères n'ont jamais été comme ça...

Par contre, ce qui est vrai aussi, c'est qu'effectivement, si on m'expliquait, je faisais sans broncher.
Il est vrai aussi que ma chambre était toujours impeccablement rangée au millimètre près (mais ça ne plaisait pas à ma mère qui s'en plaignait encore^^).
Il est vrai que j'étais bonne élève, faisait bien mes devoirs, etc... Mais ça, c'est marrant, ça ne ressort pas... je suis juste une "chieuse" et je ne dis pas ça pour me faire plaindre ou quoi... mais ça fait toujours mal. Parfois, je me dis que mes parents me détestent, surtout ma mère.

Sinon, je posais telle et telle question et ma mère me disait souvent d'aller voir le dico, mes frères n'étaient pas comme ça non plus...
Et mes frères n'ont jamais peiné à avoir des ami(e)s, ni copine.
Moi, c'était toujours la galère et c'est toujours comme si quelque chose ne passait pas avec les autres et impossible de savoir quoi... En revanche, je me suis toujours bien entendue avec les amis de mes frères (sans que ce soit mes amis - j'en fais la distinction).

Bref, je me sens vraiment perdue (sans blague?), je m'entends bien avec mes frères mais je ne suis vraiment pas comme eux. Et je ne suis vraiment pas perçue comme eux par mes parents.
Je ne sais plus que penser...
Encore une fois, j'identifie vraiment pas mes frères comme étant "surdoués" (même si l'aîné est vraiment malin quand même et curieux, mais plus en grandissant...), du coup, je me dis que je ne dois pas l'être... et patatras, c'est quoi alors cette put.in de différence à la c... qui me mine la vie?
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Sam 16 Mar 2013 - 18:17

J'ai oublié un truc, je ne sais pas si j'en ai parlé là, je ne crois pas...

Je me pose des questions sur un éventuel TDA... Après, ayant des troubles auditifs, c'est difficile à dire... mais bon... Même quand il n'y a rien d'auditif, je me pense à autre chose, je regarde autre chose, etc... (que ce que je suis en train de faire^^). Cela m'est tellement normal que... Des gens qui restent vraiment concentrés, ça existe?

Enfin, je me revois lire étant petite, dans une classe bruyaaaante, j'étais parfois dans mon monde et là, par contre, très concentrée sur mon bouquin. Enfin, je crois...

Edit: je remarque qu'il est parfois difficile de différencier "TDA" et "Déficit de l'inhibition latente".
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Sam 16 Mar 2013 - 19:13

TDA peut aussi se confondre avec scanneur...

Je faisais mes devoirs en musique... En cours je pensais svt à autre chose, ou remplissais les lettres rondes des photocopies...sans ça c'était ennuyeux, ça m'aidait donc à tenir en place!!!

J'ai rencontré IRL une mère qui avait 1 + 1, donc 50-50...

Hypersensibilité sensorielle aussi (et oui, pas d'horloge à tic-tac chez moi non+...ou insomnie!), photosensibilité visuelle et olfactive (parfum et eau de parfum bannis, sinon mal à la tête! Et les fleurs pareil: pas ds une pièce), certaines matières intouchables (mais moins que petite! Collants, cols roulés, laine, étiquettes...gros grès...), goût assez fin (malgré la clope, je sens mieux que bcp...)
Côté somatisation, il m'a fallu attendre 35ans!!!

Mon surnom, donné qd G T ado: Gaston (Lagaffe)

Apprendre pls nivx au-dessus: non, c'est pas normal. Aller farfouiner ds les cahiers de ses frères pr le faire, non+. Tu n'es pas normale, pas ds la norme donc! Tu es juste toi, et en tant que telle :normale!!! Moi, qd je remarque des regards style "qu'est-ce qu'il lui prend encore à celle-là?", je réponds que je suis complètement folle, que c'est génétique puis prends un air surpris en disant "pourquoi, pas toi? C'est dommage, ça aide pr travailler ici..."

Amour
Dauphin
Amour


Dauphin
Dauphin

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 44
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Sam 16 Mar 2013 - 21:10

Dauphin a écrit:TDA peut aussi se confondre avec scanneur...
Je ne sais pas si je suis "scanneuse". Etant petite, je ne sais pas trop comment j'étais... mais actuellement, je peine à comprendre plus qu'autre chose (apparemment, les scanneurs progressent vite dans un domaine) et en plus, j'ai toujours tendance à remettre les choses en question, à aller questionner le détail de la question qui ne gêne personne mais qui, moi, me bloque.
Après, m'éparpiller, je sais pas... Le truc, c'est que j'ai toujours eu mes parents pour bien me dire que "ça, c'est pas normal", donc bon... je sais plus ce qui est naturel, ce qui ne l'est pas... Par exemple, j'aurais eu des parents laxistes, je suis sûre que je serais une vraie petite excentrique, étudiante en philo/psycho, le genre un peu timbrée (pardon pour ceux qui se sentiront visés, même si, selon moi, ça n'est pas péjoratif!)...

Dauphin a écrit:Je faisais mes devoirs en musique... En cours je pensais svt à autre chose, ou remplissais les lettres rondes des photocopies...sans ça c'était ennuyeux, ça m'aidait donc à tenir en place!!!
Rahh, devoirs avec la musique, cela m'est peu arrivé, plutôt la tv. Je sais pas si j'étais très très concentrée mais plus qu'avec rien du tout! Il me semble que je n'ai jamais pu apprendre un cours en restant sagement assise (d'ailleurs, petite, j'avais la bougeotte, ce qui fait que je suivais ma mère partout - pas pour la coller comme elle le pensait mais parce que j'avais besoin de bouger et que tourner en rond, ça va deux secondes, et vu qu'elle allait dehors, rentrait dans la maison, etc...)
Le must? Faire les devoirs dans la cuisine, tout en parlant avec môman ( ce qui l'agaçait vu qu'elle croyait que je faisais rien en lui parlant alors que si je ne lui parlais pas, je ne pouvais pas réfléchir ou apprendre).
Il me semble aussi qu'en cours, j'avais vraiment la bougeotte (me demande si mon stress ne venait pas de là: ne pas pouvoir bouger = stress+++): à postériori, je pense que ça vient du faire que j'avais tellement d'idées en tête que j'avais besoin de bouger autant que les idées que j'avais dans la tête. Comme pour rétablir un certain équilibre: agitation de l'esprit => Agitation du corps.
"remplissais les lettres rondes des photocopies": idem. Ou alors, juste écrire, dessiner... Ou parler. Quand j'étais plus jeune, je fabriquais carrément des sarbacanes et je "lançais" des boules de papiers avec! Smile On s'occupe comme on peut!


Dauphin a écrit:J'ai rencontré IRL une mère qui avait 1 + 1, donc 50-50...
De quoi? TDA et scanneuse? Ou alors, tu parles des enfants: un "normopensant", un "surdoué"?

Dauphin a écrit:Hypersensibilité sensorielle aussi (et oui, pas d'horloge à tic-tac chez moi non+...ou insomnie!), photosensibilité visuelle et olfactive (parfum et eau de parfum bannis, sinon mal à la tête! Et les fleurs pareil: pas ds une pièce), certaines matières intouchables (mais moins que petite! Collants, cols roulés, laine, étiquettes...gros grès...), goût assez fin (malgré la clope, je sens mieux que bcp...)

Pour les horloges à tic-tac, on n'en a jamais eu: celles dont je parle, c'est en vacances, mais, biensûr, impossible d'en avoir chez nous.
Pour ma part, en plus des migraines classiques, j'ai des migraines ophtalmiques. La nuit (tous les chats sont gris), je vois des lumières partout et je vois rien du tout (danger au volant) mais ma mère est comme ça aussi et pas mon père. Les flashs d'appareil photo, je les conserve devant les yeux pendant trois plombes, ce qui étonne toujours tout le monde. De manière globale, je passe ma vie les yeux plissés: le soleil me pique TOUJOURS les yeux ( je pense que ça contribue au fait que j'adore la pluie, elle au moins, elle me laisse en paix). D'ailleurs, y'a une photo chez nous de moi et mes frères à la plage. C'est assez drôle car moi et mes frères avons la même orientation, cad face au soleil, pourtant, y'en a qu'une seule qui tire une tronche pas possible et qui plisse les yeux comme pas permis...
Les fleurs, mon père est comme toi... Moi, je ne sais pas trop (j'aime pas les fleurs)... Mais je crois que je suis comme ça aussi. Je n'ai JAMAIS quelque chose d'odorant dans ma chambre par exemple, même si ça sent bon, je ne le supporte pas, là encore d'ailleurs, je me pose des questions sur le déficit de l'inhibition latente: je sens toujours l'odeur (d'où l'écoeurement et l'impossibilité de la supporter). Par contre, autant petite, je ne pouvais pas me mettre de parfum, autant adulte, je peux, mais je pense que j'ai appris à supporter (pour faire comme tout le monde, pour être... "normale").
Je me reconnais vraiment dans ce que tu dis.
Pareil, quand j'étais petite, je ne supportais pas: les cols roulés, les écharpes, les gants (ça, c'est toujours d'actualité, y'a pas moyen, pourtant, j'ai toujours les mains gélées), certains tissus (mais je les fuis comme la peste), les étiquettes (c'est même pas la peine d'y songer). J'ai appris à supporter parce que je trouvais que ça faisait fashion par exemple les écharpes (no comment!). Les cols roulés, bah mother a tellement insisté que ça a fini par marcher...
Le mieux reste sûrement les affreuses cagoules que ma mère me mettait quand j'étais toute petite (quand il fait froid), ran lala, je pestais, un truc de fou!

Dauphin a écrit:Côté somatisation, il m'a fallu attendre 35ans!!!
Aucune somatisation avant? Suis surprise!
Je n'ai été que ça perso!

Dauphin a écrit:Mon surnom, donné qd G T ado: Gaston (Lagaffe)
Lol! Je vois bien le truc...

Dauphin a écrit:Apprendre pls nivx au-dessus: non, c'est pas normal. Aller farfouiner ds les cahiers de ses frères pr le faire, non+. Tu n'es pas normale, pas ds la norme donc! Tu es juste toi, et en tant que telle :normale!!! Moi, qd je remarque des regards style "qu'est-ce qu'il lui prend encore à celle-là?", je réponds que je suis complètement folle, que c'est génétique puis prends un air surpris en disant "pourquoi, pas toi? C'est dommage, ça aide pr travailler ici..."
Je ne dis pas que j'apprenais plusieurs niveaux, enfin, peut-être, là, tout de suite, je ne me souviens pas... En tout cas, j'en avais l'envie mais ma mère ne voulait pas, elle me disait: "fais d'abord tes devoirs!" et puis, elle ne craignait que j'aide mon frère.
Mais le niveau supérieur (enfin "les" - deux ans d'écarts avec mon frère) ne m'ont jamais parût inaccessible (après, je dis peut-être des conneries).

Cela me rappelle une chose, c'est assez drôle mais les meilleures années scolaires que j'ai connu sont le CE1 et le CE2, or, j'avais la même instit, je me demande si elle ne surfait pas à cheval sur deux niveaux scolaires. Peut-être que je vois midi à quatorze heures... Mais en tout cas, je suis incapable de différencier ces deux années. Et je me souviens n'avoir jamais eu l'impression d'apprendre réellement des choses différentes d'une année sur l'autre, plus de refaire les mêmes calculs, le même genre d'écriture... Je ne sais pas, y'a peut-être pas beaucoup de différences notables entre le CE1 et le CE2. Sinon, au CP, me souviens même pas avoir appris, ah ça, c'est fort, je me revois avec mes bouquins, je lisais tranquille, je calculais tranquille, etc... Je ne connaissais pas la difficulté enfin, je ne crois pas! D'ailleurs, je me souviens de mes parents rentrant à la maison (tjs quand j'étais en CP), les yeux brillants de fierté, après une réunion avec mes instits. Je ne sais plus ce qu'ils m'ont dit mais quelque chose du genre qu'ils étaient vraiment fiers de moi, et autre chose. J'ai l'impression que cette autre chose est importante, capitale à savoir... mais je n'arrive pas à m'en souvenir! Je me souviens les avoir trouvé bizarre! Déjà, pour moi, ils étaient anormalement fiers, encore une fois, me souviens pas d'avoir fait un effort... c'était un jeu perpétuel le CP. Après, c'est loin, j'affabule peut-être... Par contre, je me souviens qu'en CP (en cours) déjà, je me grattais les bras avec un acharnement pas possible, comme si j'étais très mal en cours malgré tout (stress++) d'ailleurs, on me disait toujours d'arrêter mais avec une voix qui se voulait apaisante (z'avait peut-être compris qu'un rien m'angoissait, sûrement...).
Je me souviens aussi d'une autre chose, ça n"a rien à voir mais j'avais été éblouie par la merveille que représentait le mélange des couleurs. On apprenait les couleurs en faisant des mélanges de peintures. Et, en mélangeant le vert et le bleu, mais sans vraiment mélanger, juste en tenant le pinceau au-dessus, je m'étais retrouvée avec des sinuosités qui se mélangeaient un peu, donnant du turquoise. C'est l'un des trucs les plus beaux que j'ai vu dans ma vie. La peinture mal mélangée donnant de somptueuses nuances, j'étais en extase! (une vraie folle) D'ailleurs, ma couleur préférée est le turquoise!
De même, en maternelle, j'étais une "artiste" selon la maîtresse, je faisais des dessins extrêmement colorés. Tiens, je pense encore à autre chose (tu peux sauter des lignes Dauphins, suis lancée, peux plus m'arrêter): je ne comprenais pas pourquoi (toujours en maternelle) mes p'tits camarades s'échinaient à dépasser quand ils coloriaient... Parfois, je les enviais avec leur maladresse qui ne les angoissait pas. Moi, je ne dépassais pas et le fait de vouloir faire parfaitement me stressait encore! Par contre, ça m'énervait de voir qu'ils coloriaient comme des... gamins! Cela aussi, ça n'est pas "normal"? J'étais peut-être juste pointilleuse, perfectionniste mais pourtant, les autres s'appliquaient aussi...

"Moi, qd je remarque des regards style "qu'est-ce qu'il lui prend encore à celle-là?", je réponds que je suis complètement folle, que c'est génétique puis prends un air surpris en disant "pourquoi, pas toi? C'est dommage, ça aide pr travailler ici..."
Laughing
J'imagine la tronche des personnes à qui tu dis ça... C'est le genre de choses que je peux lancer sans trop y faire attention mais ça choque (han lala, tu oses dire que t'es folle et même que c'est pas négatif!).
Les gens sont tellement... droits.

Pas de sinuosités (comme cette peinture dont je te parle), pas de mouvements, pas de flexibilité, pas de folie,.... juste des cases, de la "normalité", des carcans, des limites, etc...

Je crois que je touche des doigts un de mes problèmes: j'étouffe!

Vraiment, j'étouffe!!!

J'ai toujours voulu rentrer dans la belle petite boîte là, dans laquelle chacun est, pour faire plaisir à papa et maman ou pour avoir la paix.

Mais moi, si j'arrivais à me libérer des contingences sociales, je serai artiste folle: le genre en train d'écrire/peindre/sculpter/dessiner/jouer d'un instrument de musique avec la musique à fond (pour quand j'écris ou quoi), seule, dans un élan passionnel, presque fou, une espèce d'explosion du cerveau... Le cheveu rouge, l'habit fou, etc... La "normalité" m'ennuie... et je suis, malgré tous mes efforts, incapable d'y rentrer.

En relisant ce dernier paragraphe, je me dis: mince, j'ai une âme d'artiste depuis toujours et j'ai fait de ma vie un schéma rationnel, logique, scientifique, froid... alors que l'art, c'est chaud, c'est expressif, c'est non-cadré, ça peut prendre toutes les formes, etc... Hors, maintenant, brimée que je suis dans tous les élans que j'ai pu avoir, j'ai du mal à créer alors que, paraît-il, j'ai un don pour l'écriture, mais je commence à écrire, et j'arrête... Alors qu'écrire, je le sens, c'est ma vie (tout comme la lecture). C'est d'ailleurs pour ça que mon "blocage" du cerveau, ma triste mémoire d'aujourd'hui, ma faible concentration me "tuent" à petits feux (ils m'empêchent de lire/écrire comme je le voudrais). ça me rend triste!

Je n'arrive pas à affronter cette "normalité" et à faire ce dont j'ai envie... à toujours entendre de devoir être normale... (c'est surtout par rapport à mes parents, famille). Les autres, j'ai juste envie de leurs faire découvrir que sous les dehors de la folie, se cachent d'exquises saveurs, venues de loin (pour eux surtout), d'une originalité inégalable.
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Lun 18 Mar 2013 - 12:11

Fais ch.. j'avais écrit tout un truc!!!!!!!!!!!!!

Bon, pour la faire courte: j'ai appelé ( on ne sait comment) la psy spé en "surdouance" et déjà que ça fait au moins plus d'un mois qu'elle n'est pas joignable, j'ai entendu un truc du genre (sur son répondeur):
"Je serai joignable à la mi-avril" Shocked

C'est quoi ce délire?

Je suis pas croyante mais là, je vous avoue que j'ai l'impression que l'au-delà m'envoie un message: n'y va pas, t'es pas concernée par la "surdouance"!

Faut savoir qu'à chaque fois que j'entreprends quelque chose, c'est comme ça... marre!

En même temps, faut bien l'avouer, je suis soulagée mais bon, en attendant, me coltine des interrogations, des interrogations, des interrogations...

J'ai bien un autre nom mais je ne sais pas ce que cette dame vaut (pour parler crûment), j'ai eu beau chercher sur internet... pas trouvé d'avis, je ne sais pas qui pourrait me renseigner...
Ou attendre, mais j'ai l'impression qu'à la mi-avril, je pourrais encore me brosser (Martine).

Le seul truc de positif, c'est que j'ai pu parler à la psy que j'ai vu aujourd'hui de cette anticipation constante qui m'anime tout le temps... et qui m'angoisse forcément (j'anticipe toutes les difficultés).
Et aussi d'une autre chose très importante pour moi, le fait de comprendre tout le temps (ou presque) tout le monde, de voir tous les côtés d'une personnes, ou même toutes les facettes d'une chose/situation...
Et elle anticipait à moitié ce que je lui disais, comme si elle le savait déjà, elle n'étais pas surprise pour un sou...
Par rapport à ça, je lui ai raconté la fois où je me suis prise la tête avec deux amies de l'IFSI qui soutenaient que les personnes âgées -ou d'autres - sont agressives par nature. Je leurs disais que non, que d'ailleurs, pourquoi être agressif face à un soignant jusqu'alors inconnu? Cela n'a pas de sens... sauf s'il y a un malaise, que la personne a peur de la mort ( et que ça l'enferme dans une espèce de monde un peu noir: l'échéance qui arrive), se sent seule, que sais-je? Et la psy n'était pas surprise et semblait être d'accord avec moi (heureusement, quelque part Laughing ). Cela m'a fait du bien pour une fois... COmbien de fois j'ai pu comprendre quelqu'un que personne ne comprenait ou ne veut comprendre... je ne sais pas et ça me tue. Je trouve les gens bouchés mais en même temps, ils sont tous du même avis (alors je me dis que je suis bien naïve de comprendre tout le monde). J'ai fini la séance en disant: "Peut-être qu'ils ne comprennent pas" (c'est tout con mais je sais pas, pour moi, c'est évident, pour eux, c'est juste con = > est-ce que ça vient du fait qu'ils ne sont pas ouverts d'esprit ou alors, ils ne sont vraiment pas en mesure de voir comme moi?).
Bref, cela m'a fait du bien...
Sinon, j'ai dit que je regrettais (monn choix pour l'IFSI). Elle m'a demandé si j'avais vraiment envie d'être infirmière: Réponse: non (elle n'a rien demandé d'autre, tout était dit, je crois).

Sinon, on n'a parlé du fait que la notion de soin/santé était très présente chez ma mère et ma grand-mère, que ça me paraît normal, comme ça partout.
Et aussi que je ressemble beaucoup à ma grand-mère qui est très:
- Angoissée.
- Jamais contente.
- Semble hypersensible.
- Se pose toujours beaucoup de questions.
- Mauvais caractère (moi, j'aime son caractère, j'aime tout chez elle et fuck les gens, faudrait que je le lui dise d'ailleurs).
- COMPRENDS TOUT LE MONDE (la psy m'a demandé si elle était comme ça, et bien oui!)

Vous savez quoi? Elle a une mémoire énorme même à 90 ans.

Dernièrement, il m'arrive souvent de me demander si elle ne serait pas... "surdouée". Je sais, j'en vois partout... Mais elle n'est pas comme tout le monde (et je lui ressemble beaucoup, d'ailleurs, y'a un lien spécial entre nous). Et cette angoisse pour un oui ou pour un non... je suis sûre qu'elle vient d'une hyperlucidité! Bref... Juste comme ça, ça n'est pas la mère de mon père mais bien de ma mère! Etrange non?
Du coup, ma mère...? Ma mère a un parcours atypique aussi (bac râté trois fois = > Bac scientifique - elle l'a peut-être râté mais elle était capable de m'expliquer plein de choses pendant mes études... et formation d'AS). Je ne l'identifie pas du tout comme une "surdouée" (manque le côté un peu "fou/bizarre" mais bon, je me trompe peut-être).

D'ailleurs, ce côté "fou", j'ai l'impression qu'il n'est que chez moi... à moins que je ne vive dans une famille tellement bridée que... (mes parents sont quand même d'une autre génération). Mais bon, j'ai du mal à comprendre, car, justement, à force d'être bridé, on finit par craquer... je suis la seule qui semble craquer...

Tiens, je voulais revenir sur mon père aussi, sans le demander, j'ai eu des infos très intéressantes par ma mère:
Il n'a jamais vraiment supporté ses patrons (trouvant toujours à redire et les trouvant pas mal cons), il a toujours eu la bougeotte (envie de changer de lieu de travail)...
Il aurait bien aimé être patron, c'est sûr (mais vu les horaires/emmerdes...).
Curieux non?

Bref, tant de questions!...

J'ai (encore) pas fait court... cyclops
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Lun 18 Mar 2013 - 14:53

CarpeDiem a écrit:Fais ch.. j'avais écrit tout un truc!!!!!!!!!!!!!

Idem...donc je referai...+tard (là en pleine série de taf!)

Amour
Dauphin
Amour
Dauphin
Dauphin

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 44
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Lun 18 Mar 2013 - 14:54

No soucy, bon courage pour le taf!
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Dim 24 Mar 2013 - 21:33

Allez... encore un rdv avec la psy demain... qu'est-ce que je vais encore bien pouvoir dire?
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Lun 25 Mar 2013 - 18:14

Pour info, j'ai contacté la psy spé (par email) et j'ai balancé un gros topo assez mal dit (ça ne retranscrit pas super bien le comment du pourquoi, etc...) mais bon, au moins, je me suis lancée... Y'a plus qu'à attendre une éventuelle réponse, un jour...
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Lun 25 Mar 2013 - 18:15

Suis en plein taf là...V dodo!
T'es sûre qu'elle est toujours en exercice cette psy?

Cool pr l'email

Amour
Dauphin
Amour
Dauphin
Dauphin

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 44
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Lun 25 Mar 2013 - 18:18

Bah elle me semble pas "vieille", et elle est archi-spécialisée dans la "surdouance", je l'imagine mal se faire la malle dans un domaine où elle est archi-reconnue et puis sur son répondeur, elle dit bien de la contacter à la mi-avril, pas de ne plus jamais la recontacter... Question

Cela me fait un peu peur ce que tu dis m'enfin...

Ok, va te reposer! Wink

CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Lun 25 Mar 2013 - 23:55

Ohhhhhhh, mais non, dsl de t'avoir affraid Exclamation

Amour
Dauphin
Amour
Dauphin
Dauphin

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 44
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Lun 25 Mar 2013 - 23:56

Nan mais t'inquiètes pas, si j'ai pu envoyer un mail, je devrais survivre... Smile
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Ven 29 Mar 2013 - 12:06

Pour info, la psy m'a répondu par mail pour me dire de venir la voir sauf que là, impossible de trouver des dispo, je viens de trouver du taf et j'ai pas mes horaires^^, voilà, super, j'enrage...

Et pour le taf, j'ai grand peur que ça ne le fasse pas vu la loque que je suis mais bon "c'est génial, c'est génial" (mes parents). C'est vrai, c'est pas comme si je broyais du noir, suis crevée et suis lente dans n'importe quoi... Bref, je sens que je vais me marrer... pale

EDIT: j'ai oublié de parler du fait que je passe sans arrêt par: je vais voir la psy - je vais pas la voir - je vais voir la psy - etc...
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Ven 29 Mar 2013 - 13:34

Les dispo, ça va bien finir par le faire...!

Amour
Dauphin
Amour
Dauphin
Dauphin

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 44
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Ven 29 Mar 2013 - 13:35

Mouais...
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Jeu 4 Avr 2013 - 21:26

Rdv pris avec la psy... Je l'ai pris sans savoir mes horaires de travail, ouille! ^^
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Ven 5 Avr 2013 - 11:57

ben y'a + qu'à dire à ton taf que RV médical spécialisé (y'a tjs D délais faramineux!)...!
Dauphin
Dauphin

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 44
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Ven 5 Avr 2013 - 21:00

Oui, c'est juste qu'à la base, j'ose pas trop... m'enfin, j'ai quand même prévenu et faut que je re-prévienne (moi qui aime pas ça)...
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Sam 6 Avr 2013 - 20:59

Je me pose une question: j'ai eu de l'orthophonie ( je ne m'en souviens pas) quand j'étais en maternelle (découverte de ma surdité et rééduc). Et je lis sur internet que quand c'est comme ça, y'a des tests de fait à l'enfant, de langage, mémoire, etc... Du coup, forcément, je me dis que si y'avait eu quelque chose à voir côté fonctionnement cognitif particulier, ça aurait été vu... Question

Sinon, plus ça va, plus je me demande quand même vachement si j'ai pas un TDA (maladresse, impulsivité, erreurs d'étourderie, etc...).

Genre, là, au taf (qui n'est vraiment pas compliqué), je fais des bourdes et pourtant, je fais TRES attention (mais je sais aussi que je suis constamment dans la lune - mais je ne m'en rends pas compte tout de suite).
Franchement, ça me fait souffrir... C'est comme ça dans tout ce que je fais!
Je fais affreusement gaffe avec une grosse fatigue à la clé et paf, une erreur, puis une autre, etc...
Je me souviens, quand j'étais petite, j'en étais verte de rage (arrêtez de m'imaginer verte), genre j'avais compris le truc et je faisais boulettes sur boulettes et paf, tout faux ou presque^^).

Est-ce qu'un TDA non pris en charge peut s'aggraver à l'âge adulte? Parce qu'autant j'avais fortement tendance aux fautes d'étourderie étant plus jeune, autant maintenant, c'est ingérable: je suis INCAPABLE de rendre un travail sans bourde!
Voilà, ça fait mal de le dire mais je réalise que ce problème, quel qu'il soit, participe grandement à la mésestime que j'ai pour moi.

Si ça se trouve, j'ai "juste" un TDA et j'affabule grave...
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Mar 16 Avr 2013 - 13:39

Crying or Very sad

Ce que je me sens seule...
Marre de n'être comprise par personne, ni même ma famille...
Marre d'être critiquée.
Marre d'aller au travail et de le vivre comme un enfer quotidien ( grosse angoisse), de voir des collègues que je ne sens pas du tout (connards d'hypocrites sûrement) qui, même s'ils étaient sympa, m'ennuieraient, de toute manière.
Marre d'avoir l'impression de ne pas savoir vivre, d'être étouffée par mes parents et de devoir vivre chez eux, marre de facebook sur lequel je reste pourtant pour observer les gens vivrent... et s'afficher impudiquement. Marre de la tv que je regarde comme pour endormir tout ce que je peux ressentir. Marre de me coucher super tard, pour vivre enfin un peu tranquillement quand il est tard et que tout le monde dort et me fiche la paix. Marre de ne pas arriver à m'endormir ou trop tardivement. Marre de cette idée que je suis peut-être différente, différence que, de toute manière, personne ne veut voir! Marre de n'avoir envie de voir ni de parler à personne lorsque l'on vit sur une terre emplie de monde. Marre marre marre!

Cela sert à quoi tout ça, y'a tellement de gens bouchés sur terre, qui, en plus, et c'est le comble, vous reprochent justement d'être bouchés!
J'ai l'impression que jamais je n'aurais un travail où je serai au moins zen, des amis, un copain... Pour ces deux derniers, je ne les recherche même plus... Ne jamais être comprise, se forcer à sortir, se faire cruellement ch... à quoi bon?
Marre de ne me sentir jamais bien...
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Lun 22 Avr 2013 - 21:29

Demain... Shocked

Y'a encore quelqu'un ici sinon?
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Mar 23 Avr 2013 - 2:03

Hello!

Oui suis là...mais + en pointillés: assez débordée en ce moment...avec le cerveau en boucle en +.......!

Amour
Dauphin
Amour
Dauphin
Dauphin

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 44
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Mar 23 Avr 2013 - 5:09

Le cerveau en boucle, je vois bien le panneau...
J'espère que tout va bien quand même.
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Mar 23 Avr 2013 - 22:10

Bon, je fais un copié collé d'un mail que j'ai envoyé un qqn que j'ai rencontré ici car je suis un peu naze.


Bon, j'ai vu la psy spé... Et franchement, je ne sais pas quoi dire.

Juste qu'elle est très gentille, dynamique, qu'elle a vrt pris les choses en main: c'était pas du genre " je vous écoute" mais plutôt du genre à poser plein de questions et directo, pas d'espèce de temps mort (ni au tout début, ni jamais en fait). Je n'ai pas été gênée de la séance et je ne me suis pas posée mille questions . Bref, je l'ai bien vécu, et pourtant, j'avais envie de faire demi tour mille fois en venant ( mais vu que j'avais pris rdv^^, je suis pas mal élevée lol).

Enfin voilà, je suis restée 1H30 0_o. On a parlé de plein de choses même si j'ai l'impression de ne pas avoir évoqué en profondeur tout ce que je voulais dire (en même temps, c'est long), notamment mon côté émotif. En même temps, elle a poussé du côté intellectuel, voir si ça pouvait coller éventuellement avec la surdouance. Mais bon, c'est assez flou, il faut que je continue à prendre du recul et voir si je comprends mieux et plus rapidement que les autres (en gros), mais bon, j'ai des gros doutes là-dessus. Pi j'ai bien du mal à le voir, ou c'est qu'il n' y a rien à voir.
Je lui ai parlé de mes difficultés en travaux de groupe.
Et on a pas mal vu mon stress, mon angoisse et mon absence de confiance en moi.
Elle m'a dit qu'il fallait absolument se concentrer là-dessus. Voir qqn. Elle m'a dit de la contacter si je voulais les coordonnées de qqn (qui est, en plus, au courant de la surdouance, tout ça).
A la fin, elle m'a demandé si j'avais des tocs. J'ai dit oui, elle était tellement surprise qu'elle m'a posé deux fois la question. Elle m'a dit: "mais vous ne me l'avez pas dit!". Ma réponse: "Bah euh non, je n'y ai pas pensé... pi, ça me paraît tellement... normal". Elle était vrt surprise. Bref, elle a insisté sur le côté "il faut que vous voyez qqn" (elle n'est pas thérapeute) sans me forcer la main ni en me donnant les coordonnées mnt de la thérapeute qu'elle connaît.
Sinon, on a parlé de ce qui m'avait amené sur zebra crossing, si c'était vrt le hasard donc je me suis expliquée là-dessus.
On a parlé du test, et elle bien dit: "mais comment voulez-vous faire le test avec cette confiance en vous?"( enfin, absence quoi) Donc, j'ai dit que pr l'instant, c'était hors de question. Elle pensait pareil.
Sinon, elle a dit que y'avait des éléments effectivement qui pouvait faire évoquer un fonctionnement différent, faire évoquer la surdouance.
Elle m'a aussi demandé de répondre, sans réfléchir, si je me sentais plus rapide, que je comprenais mieux et tout... mais j'en étais incapable (je me mettais à réfléchir), après je lui ai dit que je me sentais plutôt lente, donc voilà... Elle m'a dit: "Oui mais est-ce que ce n'est pas parce que vous vérifiez tout?" (ça, je sais pas trop). Etc etc...
Bref, faut vraiment que j'essaie de plus voir tout ça par moi-même.
Faut aussi que je cherche ce que je veux, elle a pas mal axé sur les études. Malheureusement, je fais comme un blocage et elle a parlé pas mal de ça et moi, je ne veux pas entendre parler. Elle m'a juste demandé si je n'avais pas envisagé des études par correspondance. J'ai dit que je n'y avais pas pensé avant parce que, connaissant mes parents, ça ne serait pas passé mais que dernièrement, j'y avais pensé (pas pr en faire mais juste comme ça, que ça aurait été mieux par correspondance).
Elle m'a aussi demandé si j'avais révélé mes questionnements autour de moi. J'ai dit que non et qu'on se moquerait sûrement de moi, etc... Elle m'a dit de ne surtout pas le faire du coup.

J'ai sûrement oublié plein de trucs mais bon, voilà le gros.

Je me sens soulagée d'avoir parlé mais sinon, bah, ça ne change rien, je reste avec mes questionnements et puis, comme je n'ai vraiment pas l'impression d'être rapide, de mieux comprendre que les autres, etc... j'ai encore plus la sensation de me penser surdouée pour rien...
Je ne me sens pas forcément mieux (tjs ces doutes) même si c'était important que j'y aille. Et c'est une femme vraiment bien comme on dit. Elle sait ce qu'elle fait, pas de doutes. Elle sait comment mettre à l'aise, poser les bonnes questions, etc...

Maintenant, elle m'a dit qu'on pouvait se revoir pr reparler de tt ça. Sinon, pour le test, elle m'a dit que je saurais un jour, vrt, que je suis prête pr le faire.

Ah, j'oubliais, on a parlé de mes pbs de mémoire qui sont sûrement dus, pr elle, au stress. C'est ce que je pense aussi. Elle m'a dit qu'il faudrait songer à faire un bilan avec une orthophoniste pr voir ce qu'il en est car le fait de s'en inquiéter est un cercle vicieux.

Bref, je ne me sens pas forcément mieux ce soir, malheureusement...
Car, pas de miracle, bien évidemment, que faire mnt?
Et puis, je me sens tjs aussi nulle, aussi peu logique, aussi lente... est-ce que je fais complètement fausse route?

(rien à voir avec moi mais en sortant, j'ai croisé une jeune femme d'environ mon âge qui venait la voir, ma main à couper qu'elle venait pr la même chose, elle avait l'air vrt sympa, vrt... je sais pas, c'est dingue, comme si le courant passait direct, incroyable)
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Mer 24 Avr 2013 - 10:07

Oui manifestement...tu connais!

Amour
Dauphin
Amour
Dauphin
Dauphin

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 44
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Mer 24 Avr 2013 - 14:59

Euh... qu'est-ce que je connais? Lol!

Sinon, je voulais dire que je me sens là, à froid, un peu plus soulagée et puis, assez fière d'avoir été la voir, d'avoir osé. C'était vraiment dur et j'étais crevée mais vraiment (je marchais carrément de travers et j'avais les yeux qui se fermaient).

Sinon, bah... grand point d'interrogation quand même... je ne sais absolument pas quoi faire. J'ai parfois des envies d'oublier toute cette histoire de surdouance mais ça me rattrape...
Et quand on me dit de voir d'abord qu'est-ce qu'il en est côté angoisses/stress avant de voir le côté surdouance, je ne sais que dire... Je pars de l'hypothèse que peut-être je suis "surdouée" et que du coup, ça amène ces angoisses/ce stress. Je n'ai rien vécu de traumatique et j'ai pourtant toujours été très stressée/angoissée alors l'hypothèse "c'est fonctionnel" ne me paraît pas con du tout...

Du coup, ça peut me faire partir complètement à côté de la plaque tout ça... Enfin, elle m'a bien dit qu'on pouvait mettre au courant l'autre psy (si je la vois - problème = parents) de cette hypothèse "surdouance" ou non (à moi de voir sûrement).

Le seul truc qui me raccroche à tout ça, toujours, c'est le fait de pinailler sur les mots, comme le dit la psy (dans ce qu'elle m'a dit hier et lors d'une conférence): "c'est jamais le bon mot, c'est pas vrt ça...". Je ne sais pas comment expliquer mais elle me pointait tout à fait. Je n'en revenais pas. Et vu que j'y avais le droit à chaque travail de groupe, c'est assez bizarre.
Le reste...
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Mer 1 Mai 2013 - 19:55

Dauphin a écrit:vi.......dès que les Zébrillons Dort ...ou que je m'éteindrai Smile dvt l'écran, comme une bougie ce soir dehors chez moi!!!


Amour
Dauphin
Amour

Je suis en train de relire mon post (nan, suis pas égocentrique^^) et je viens (seulement) de comprendre ce que tu voulais dire lol! !

Je me demandais tellement ce que foutait une bougie dehors que j'ai pas compris que c'était qu'une simple métaphore ( j'adore les métaphores en plus), à ne pas prendre au pied de la lettre. Mais non, impossible, j'imaginais juste la bougie dehors pfff, faut-il en rire ou en pleurer, je ne sais pas mais là, ma connerie me fait rire.

CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Mer 1 Mai 2013 - 22:24

J'aurais opté pour le rire aussi...cela permet-il du coup de prendre conscience du décalage induit par le petit vélo qui tournait dans tes pensées à ce moment-là?

Amour
Dauphin
Amour
Dauphin
Dauphin

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 44
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Mer 1 Mai 2013 - 23:51

En fait, cela me fait surtout prendre conscience que même si j'ai toujours le cerveau en déconfiture, il va un peu mieux...
Parce que moi qui comprends très bien les métaphores et en use à outrance (c'est même mon leitmotiv:à tel point que j'écris des poèmes à tours de bras), je me dis que pour ne pas avoir compris celle-là, j'étais vraiment à l'ouest!
Je crois aussi que j'ai tellement peur de ne pas comprendre que je ne comprends pas...
En fait, je comprends ta phrase (d'aujourd'hui) comme quoi "je pensais trop", sauf que, pour moi, je ne pensais pas assez pour ne même pas avoir l'idée que c'était une métaphore (nan je dis ça parce que vu que je contredis tout le temps tout le monde, sans le vouloir... Et que je déteste pourtant contredire...).
Quelque part, je pensais trop à trop de choses, oui, peut-être, mais surtout, j'avais le cerveau vraiment trop embrumé, fatigué... j'ai l'impression qu'il l'est un peu moins (mais toujours) car j'arrive de nouveau à lire (sans lire 20 fois la même phrase, enfin, ça recommence au bout d'un moment mais moins). Mais c'est déjà ça! Smile

Là, pour être honnête, j'hésite entre (je me sens vraiment folle de dire ça) arrêter "mes folies" et ne plus venir sur ZC ni parler de surdouance (et éviter d'y penser) et me laisser vivre et c'est tout... A la limite, si je dois y revenir, j'y reviendrai... Bref, j'hésite entre ça et aller voir une autre psy spé que celle que j'ai vu (pourquoi? J'en sais rien) et faire ce test à la con le plus rapido possible (ce qui semble très dur à mettre en oeuvre et que je me sens pas prête à faire)... Shocked

Je commence à me dire que la première soluce va être la "bonne".
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Jeu 9 Mai 2013 - 21:16

J'avais envoyé un mail à la psy spé en surdouance et elle m'a répondu. Je mets ici mon mail et sa réponse en gras. J'espère que ça ne va à l'encontre d'aucune règle sur ce forum... Simplement, je n'ai pas du tout l'envie de reprendre ses propos (avec toute ma subjectivité) mais bien de les laisser tels quels^^.


Bonjour,

Je vous recontacte car je me pose des questions :
- Lors de notre entretien, vous avez évoqué un fonctionnement différent, par rapport à la norme, j’imagine, autre que la « surdouance », de quel fonctionnement (au pluriel ?) parliez-vous ? De TDA/H peut-être ?
Le seul fait qu’il y ait seulement des domaines dans lesquels on voit un décalage peut amener un sentiment de différence. Ce n’est pas seulement lorsque tout est décalé
Le TDA, c’est un pb attentionnel, il n’ya pas de sentiment de différence mais des difficultés prononcées.

- D’autre part, vous m’avez fait part de l’importance que je travaille avec une psychologue sur mon stress, mes angoisses et ma confiance en moi. C’est une importance que je vois également. Mais, je me demande si toutes ces caractéristiques pourraient venir justement d’une « surdouance », cela vous semble-t-il possible ?
Oui cela peut expliquer et tout peut être lié. Le savoir est déjà une étape, puis un travail peut être fait, un peu différemment s’il y a justement un fonctionnement particulier

En effet, j’ai vraiment l’impression d’avoir toujours été aussi angoissée/stressée, comme si c’était fonctionnel (ou presque = façon de voir les choses, d’appréhender le monde ?) plutôt que conséquent à un traumatisme/ quelconque problème. Quant à ma confiance en moi, je pense l’avoir perdue petit à petit, en me sentant incomprise ici et là, en famille, en société…
En fait, même si je vois tout l’intérêt de travailler sur ces caractéristiques, je suis comme bloquée par cette hypothétique piste qu’est la « surdouance » . Actuellement, je ne peux m’empêcher de « tourner en rond » en ressassant tous les aspects de ce fonctionnement et de relire ma vie ici et là au travers de celui-ci. Je ne pense pas être en mesure de travailler sur mon stress/mes angoisses/ma confiance en moi sans avoir une réponse sur mon fonctionnement. D’autre part, je pense que ces problèmes ne se résoudront pas rapidement, hors, ces questionnements sur mon fonctionnement (différent ou non) commencent (et c’est peu dire) à me rendre « folle », à devenir obsessionnels.
Se pose donc la question du test WAIS, que je suis toujours un peu réticente à passer mais en tendant de plus en plus vers cette dernière option, afin de simplement faire cesser le doute. Doute qui m’empêchera, j’en suis persuadée, de progresser sur un quelconque aspect de mon état psychologique.
Cela est souvent le cas. Ce doute est toujours présent et empêche d’avancer. Passer la wais est alors inévitable.
Parfois, il faut attendre un peu. Il n’y alors plus de peur car il y a un besoin de savoir. Oui ou non


Je voulais rajouter que j’ai fait part de mes doutes (sur la « surdouance ») à mon ancienne meilleure amie (à qui je reparle tout à fait cordialement depuis peu). Avant cela, je lui ai posé des questions, de savoir si elle me trouvait hypersensible, compliquée, prétentieuse, exigeante, pointilleuse/perfectionniste/ « pinailleuse ». Elle m’a effectivement avoué qu’elle me trouvait vraiment très hypersensible, pas forcément prétentieuse mais très « Madame Je sais tout », très compliquée, très exigeante envers moi-même et du coup, envers les autres aussi, très pinailleuse également. Il semble aussi que je fasse peur de par ces caractéristiques (trop d’exigences, trop compliquée, et très certainement « chiante », ce que m’a avoué à demi-mots cette amie). Elle m’a aussi dit, en lisant les caractéristiques du « surdoué » que :
• « Je pense que oui tu réfléchis beaucoup sans vraiment de off. Tu as soif d'absolu ça c'est clair. Tu es très curieuse et tu arrêtes souvent des projets avant de les terminer. Oui tu déplois surement beaucoup d'énergie pour les autres (mais pas que). Tu es très timide et ça peut en effet aller jusqu'à la phobie sociale je crois. Tu as très peu confiance en toi en effet et voit surtout tes défauts même si je pense que tu es parfois lucide sur tes capacités et tes compétences. «
Ainsi que :
• « J’ai parfois l’impression que tu gâches tes possibilités. »
• « Tu gagnerais à avoir plus de souplesse. Tu as un côté super méfiant un peu écorchée vive ».
Et :
• « mais parfois le côté pointilleux fait un peu peur » (après m’avoir parlé de mon côté « pinailleur »).
Tout ceci est intéressant n’est ce pas ?
C’est ce genre de réponse que j’attendais à mes questions lors du rdv mais vous n’étiez pas à même de dire tout cela.
Vous avez certainement aujourd’hui un autre regard sur les choses…

Pour compléter mon premier mail puisque nous avons abordé ensemble le domaine intellectuel, je voulais ajouter le fait qu’il m’est plus difficile de me comparer aux autres aujourd’hui (étant sortie du circuit scolaire). Il me semble cependant que :
- J’ai effectivement parfois l’impression d’être plus rapide et d’être peut-être même « bridée » dans cette rapidité. J’ai effectivement appris à aller moins vite de par les fautes d’inattention que je peux faire ici et là (que je continue de faire en allant moins vite).
C’est différent de ce que vous avez dit. C’est intéressant de voir que vous pouvez analyser différemment les choses. vous autorisée à le faire… vous dites que vous êtes plus rapide 
Mais effectivement, j’ai une certaine rapidité qui n’est pas/peu « utilisée », ce qui, je crois, me frustre . Dans tout ce qui est arithmétique, algébrique, il me semble que ce que j’ai pris pour de la « feignantise » de la part d’autrui (utilisation de la calculatrice à tout va, lenteur) n’est en fait qu’une rapidité plus importante de ma part. Mais j’ai toujours un doute, notamment parce qu’il m’est difficile de considérer le fait que les gens en général puissent être moins rapides. Dans le domaine plus littéraire (qui est le domaine où je me sens naturellement douée et à l’aise), je pense avoir toujours eu un grand train d’avance (vocabulaire plus étendu, finesse d’expression, … et facilité à repérer des concepts, etc…). Là aussi, j’avais certainement une rapidité puisque je pouvais écrire 4 pages (sensées) quand les autres en écrivaient 1. Par ailleurs, j’ai toujours eu beaucoup de difficultés à structurer mes idées, mon cheminement (qui est très tortueux, autant intérieurement que sur le papier). Trop d’idées qui partent dans tous les sens, ce qui m’a valu un bon nombre de « mal-dit » et de « manque de rigueur » ( manque de rigueur pointé dans tous les domaines) malgré un niveau d’expression assez important. Il me paraît également important de noter que j’ai dû changer ma manière de parler au collège, quand je me suis rendue compte que j’avais un langage soutenu, trop pointu et faisait très prétentieux (j’ai eu des moqueries à ce sujet) et mon langage semblait même surprendre certains professeurs (sans qu’ils ne m’en parlent cependant directement).
Encore une analyse différente…
Vous remarquez bien un décalage alors ? que vous avez masqué progressivement.

- Au niveau de ma logique, par contre, j’ai vraiment l’impression d’avoir souvent du mal à comprendre telle ou telle chose. J’ai remarqué que parfois, cela peut être dû à un implicite non compris (Cette personne parle de ça, ça ou ça ? Ou dans quel contexte aborde-t-elle cette question ? Quel domaine ? Par rapport à quoi ?). Bref, je ne comprends pas car ne comprends pas la question (imprécision de celle-ci).
Ce n’est pas un pb de logique mais un besoin de tout bien comprendre ce qu’il ya autour
D’autre part, je peux dire « je n’ai pas compris » quand j’ai en fait compris ce que l’on m’explique (et qui est apparemment suffisant pour tous) mais que ce que j’ai compris ne m’est absolument pas suffisant. J’ai besoin de comprendre quelque chose dans sa globalité sinon je ressens comme un blocage et comme une impression de n’avoir rien compris.

Continuez à vous observer et vous saurez.
Viendra le moment ou vous voudrez savoir pour passer à autre choses.
On est ce que l’on est. il y a toujours des explications. C’est important d’avoir les bonnes.
Il faut bien commencer par quelque chose



Voilà... je voulais revenir sur cette amie avec qui je m'entends de nouveau très bien (j'espère que ça va durer), la conversation que j'ai eu avec elle. C'était édifiant. Je veux dire, j'ai tellement de mal à voir la réalité et la possibilité même d'être "surdouée" d'ailleurs. C'est trop dur je trouve. Autant l'inverse l'est aussi, du à mon manque de confiance en moi, autant être "surdouée", être plus rapide, aller plus loin que les autres ou ne serait-ce même qu'être profondément différente, c'est vraiment dur je trouve... Je me considère comme agissant normalement moi, comme tout un chacun j'imagine. Quand je dis normalement, j'entends, comme "moi".
Et puis, "Tu es très timide et ça peut en effet aller jusqu'à la phobie sociale je crois.". Hannn 0_o. Moi qui étais très timide étant jeune et qui me pensait limite guérie, lire cela.... My god quoi! Je ne l'ai pas du tout mal pris vu que j'ai soif de vérité à mon égard. Mais, je ne me voyais pas en position de phobique sociale et pourtant, je relis plein de choses de mon passé (jusqu'à maintenant) et effectivement, il faut l'avouer, pour le moins, je m'en rapproche!

Je suis comme soulagée d'avoir enfin pu avoir un avis clair sur ce que l'on pense de moi.
C'est triste de voir qu'on ne me dit qu'à 24 ans ce que l'on pense de moi. C'est compréhensible (car très dur) mais triste. Parce que moi, je n'ai jamais vu tout ça, ou je l'ai vu mais ponctuellement. Par exemple, je pouvais me montrer exigeante, là, à un instant T mais pas fondamentalement exigeante et si, pourtant, c'est le cas...

Le pire, c'est que je ne changerai pas tout ça... Diminuer un peu et encore... C'est trop difficile je trouve... Je ne peux m'empêcher de dire que "c'est pas tout à fait ça", "c'est plutôt ceci cela", "un peu plus machin chose"... C'est terrible parce qu'en face de quelqu'un comme moi, j'en aurais vraiment marre... Mais quand je dis tout ça, c'est clairement par soif d'absolu, de précision... Comment trouver... un compromis?
Je tiens à cette amitié et j'ai peur de tout foutre en l'air parce que je ne peux m'empêcher d'être pointilleuse/exigeante, de prendre très mal de foutus détails...
Si quelqu'un arrive à gérer ça...

Sinon, pour le coup de la logique, je me suis mal exprimée avec la psy. Enfin, je n'ai pas parlé du fait que, vraiment, il m'arrive souvent de ne rien comprendre à quelque chose d'apparemment très simple! Sad
Mais certaines choses très difficiles, j'ai souvent moins de mal, ceci dit. Pas toujours.

Et sinon, je viens de comprendre que si j'ai eu soudainement l'envie de voir une autre psy, sans raison apparente, c'est parce que j'avais senti qu'un truc ne passait pas... Le feeling était très hein, juste qu'en fait, j'ai "perçu" que ça bloquait et qu'elle attendait que je lui dise certaines choses et que je tournais en rond. Et finalement, j'en étais frustrée sans trop comprendre pourquoi. Je comprends mieux pourquoi suite au mail...
Ce que ça peut être énervant de percevoir un peu ce que l'autre pense et d'en éprouver une gêne, que l'on ne comprend pas forcément sur le moment.
Mais je reste sur ma première impression, c'est une psy géniale^^.
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Dim 12 Mai 2013 - 15:01

Y'a quelqu'un?? Lol!

Juste pour dire que je pense essayer de me donner un coup de pied au cul pour une rencontre IRL.

Pour le test, j'attends encore. Au-delà de tout doute, c'est surtout que maintenant que je ne suis plus en circuit scolaire (qui me rendait malade), je vais de mieux en mieux (mais ça n'est pas encore ça).

D'ailleurs, je constate que je peux lire le journal (par exemple) en comprenant ce que je lis et sans relire 20 fois (non, je ne plaisante pas) une phrase (phrase par phrase, je vous laisse imaginer la chose). C'est fou non?
Pourquoi est-ce que cette école (ou une autre, ce système scolaire) me rendait si malade?

J'ai aussi remarqué que j'ai un sommeil, quoique meilleur (dépression oblige: hypersomnie bonjour => Je dors minimum 12h lorsque c'est possible), très perturbé. J'ai vraiment les idées qui, je sais pas, s'emmêlent, à toute vitesse. C'est très perturbant. Cela me laisse dans une espèce de semi-sommeil, nauséeux, cauchemardesque. Et pourtant, mon cerveau tourne beaucoup moins vite qu'avant. Je le sens bien parce qu'avant, faire une sieste, me poser, ça m'était impossible (le tournoiement de mes pensées me rendait presque folle, fallait que je sois occupée).

Sinon, je suis assez surprise de la réponse de la psy sur le TDA. Je ne sais pas trop pourquoi.
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Lun 13 Mai 2013 - 10:08

Concernant le TDA, moi non + j'vois pas pourquoi tu es surprise...enfin presque!!!...
Je vais donc passer à autre chose (moi, hein!!!): fous-le toi ce coup de pied au cul!!!!!!!!

Amis

Amour
Dauphin
Amour
Dauphin
Dauphin

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 44
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Lun 13 Mai 2013 - 11:06

Hihi! Ceci dit, je ne m'attends à rien d'exceptionnel, avec mon déficit auditif, c'est assez compliqué pour moi les sorties en groupe alors les rencontres IRL... Je ne vais pas me défiler pour autant mais bon... ça risque de me laisser un arrière goût de ce côté-là... Pi, je préfère échanger à 2-3 max^^ (je suis indécrottable). M'enfin... Smile

Pour le TDA/H, pourquoi tu mets "presque"? Lol!
Moi, c'est surtout que le TDA/H me semble être un fonctionnement différent à part entière et que selon ce que met la psy, on dirait que ça n'en est pas un.
Enfin, je sais pas, j'ai pensé ça en lisant ce qu'elle a écrit, j'ai pas beaucoup réfléchi à la question (quoique, ça m'est un peu impossible xd) mais ça me turlupine.
TDA/H = difficultés prononcées et c'est tout? Pas de sentiment de décalage, pas de "fonctionnement différent", j'ai un gros doute mais bon, je ne suis pas psy... Seulement, à lire ce que l'on lit sur les personnes souffrant de TDA/H et sur leur témoignage, je ne suis pas sûre qu'elles seraient d'accord avec cet avis...
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Lun 13 Mai 2013 - 15:40

Alors:
-primo
-secundo
-tertio


Voilà!
Donc si tu n'étais pas "atteinte" jeune, ça n'apparaît pas adulte...et vu ce que tu racontes du temps que tu passais à essayer de faire bien (comme les autres), ben ça colle pas!

J'aimerais bien que tu trouves une situation où tu as été impulsive: mais une IRL, hein, pas une rêvée ou fantasmée...!

Le déficit d'attention peut exister ailleurs que ds un TDA/H (qui lui même-le H-n'est pas forcément compris ds le "package"!), par exemple si tu es en dépression, prise par des questions existentielles (ou pas) en permanence (tu sais: "le petit vélo qui tourne dans la tête, sans jamais rencontrer de stop ou de panneau de ralentissement...!"), quand tu te sens "décalée" ou pas à ta place, quand tu t'ennuies et du coup vaques ailleurs...etc...etc...etc...

Amour
Dauphin
Amour
Dauphin
Dauphin

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 44
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Lun 13 Mai 2013 - 17:32

Dauphin a écrit:Alors:
-primo
-secundo
-tertio


Voilà!
Donc si tu n'étais pas "atteinte" jeune, ça n'apparaît pas adulte...et vu ce que tu racontes du temps que tu passais à essayer de faire bien (comme les autres), ben ça colle pas!

J'aimerais bien que tu trouves une situation où tu as été impulsive: mais une IRL, hein, pas une rêvée ou fantasmée...!

Le déficit d'attention peut exister ailleurs que ds un TDA/H (qui lui même-le H-n'est pas forcément compris ds le "package"!), par exemple si tu es en dépression, prise par des questions existentielles (ou pas) en permanence (tu sais: "le petit vélo qui tourne dans la tête, sans jamais rencontrer de stop ou de panneau de ralentissement...!"), quand tu te sens "décalée" ou pas à ta place, quand tu t'ennuies et du coup vaques ailleurs...etc...etc...etc...

Amour
Dauphin
Amour

Bon, je vois.
Je connais tes deux premiers liens, pas le dernier, qui me semble d'ailleurs plus précis sur certains aspects du TDA/H.
Effectivement, chez moi, c'est sûrement la dépression qui agit.
Mais, par contre, y'a bien un truc de spécial: j'ai toujours été dans la lune (alors, ça vient de mes oreilles ou autre) bien que n'étant pas en dépression petite (enfin, je ne crois pas) et surtout, un vrai problème pour ne pas faire d'erreurs bêtes toutes les lignes... Par contre, il est vrai que j'étais quand même capable de me concentrer et même, d'hyper- concentration. Mais je me souviens d'une chose, par exemple, genre, on nous passait un film éducatif et je me rendais systématiquement compte à un moment ou à un autre que j'avais rien écouté du truc quoi... C'est interrogeant... Et j'entendais très bien la tv^^. En cours, je ne sais pas trop... Mais comme dit plus haut, on parlait de moi comme d'une enfant très dans la lune.
En tout cas, je visais le TDA, pas le TDA avec H lol.
Mais bon...
"Le déficit d’attention ou inattention

- Une incapacité à se concentrer sur une tâche plus de quelques minutes, une grande distractibilité,

Les mots clefs : absent, rêveur, dans sa bulle, n’écoute pas, ailleurs, dans le brouillard, dans les nuages, rêvasse, pense à autre chose, tête en l’air…

Les caractéristiques du déficit d’attention dans le TDAH : Prise d’indice (sélection) défaillante, incapacité à maintenir un effort, déficit de l’attention sélective, déficit de l’attention soutenue."
Je ne sais pas trop pour tout ça... La sélection défaillante, je me pose la question... le reste, non, peut-être pas effectivement.

"L’hyperactivité

- Une agitation motrice non contrôlée et incessante,

Les verbes d’actions : courir, grimper, sauter, trépigner, ramper, bouger, déplacer, aller, venir, Descendre, monter, remuer, prendre, lâcher, tomber."
Euh, ça ne m'a jamais concerné^^.
J'avais une agitation (trop de cogitation à l'intérieur), c'est net et du coup, fallait que je bouge ok, mais pas au point de pouvoir dire que j'étais hyperactive, ça, c'est clair.

"L’impulsivité

- L’impulsivité verbale et motrice.

Les attitudes significatives : N’apprend pas de ses erreurs, agit avant même de penser, moins satisfait par les récompenses que les autres enfants, moins sensible aux conséquences de ses actes que les autres enfants, contrôle de soi inadéquat."
Je ne sais que dire... Il est vrai et c'est ce que tu pointes dans ton post, que je suis plutôt du genre à ressasser et tourner 10 000 fois la question dans ma tête avant d'envisager quoique ce soit, que ce soit verbal ou moteur.
Mais j'ai quand même une sorte d'impulsivité, c'est peut-être une sorte de fausse impulsivité: c'est plus celle qui va me faire dire/faire des conneries lorsqu'émotionnellement, ça ne va pas (colère/peur/stress...)...
Effectivement, pointé comme ça... ça ne me correspond pas...

Et probablement que c'est la dépression qui me fait voir trouble là-dedans lol. J'y avais déjà songé mais c'est plus clair à présent.

Que je te trouve une situation où j'ai été impulsive, euhh, je vais y réfléchir^^ (je suis "déchirée" de fatigue). Mais effectivement, on ne parle pas de la même impulsivité que plus haut^^.

Reste que ces nombreuses fautes d'étourderie, cahiers brouillons, tâchés, jamais clairs (j'ai toujours été incapable - même jusqu'à mes dernières études - de rendre quelque chose de propre malgré tout mon bon vouloir).
Franchement, je l'ai mal vécu d'ailleurs: rendre toujours quelque chose de moche, brouillon, avec des flèches dans tous les sens, etc... Pi quand tu regardes les copies de la voisine, pi du voisin (même plutôt brouillon), qui sont bien mieux que les tiennes, tu te dis "mais purée, je suis vraiment nulle" (oui, encore).
Je comprends pas d'où ça vient... Parce que je n'y avais jamais prêté attention vu que j'en ai honte et qu'on m'a toujours de mieux faire et basta, mais c'est spé^^.
Souvent, je crois que c'est parce que j'avais une idée, une autre, une autre... alors, j'effaçais, je faisais des flèches, je raturais... Y'a aussi les oublis de mots, de petits paragraphes...
Et je pense aussi que c'est parce que ma pensée va trop vite par rapport à ma vitesse d'écriture, d'où, souvent, l'oubli de mots, la peur d'oublier des idées aussi qu'il faut chopper au passage.
Mais bon, je me trouve tellement gogole que j'ai peine à penser ça mais c'est ma seule hypothèse.
Là, par exemple, j'ai beau écrire très vite au clavier, ça va pas encore assez vite, pas vraiment, mais c'est déjà mieux. D'où le fait que j'écrive rapidement des pâtés. Ce qui m'enchante (j'ai l'impression d'avoir mis pas mal de mes idées).
Par écrit (avec stylo), la galère^^.
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Lun 13 Mai 2013 - 20:26

Ben ouais, c'est mieux l'ordi!!!!!!!!!!!!! Y'a pas photo: moi j'me souviens de mes crampes pdt les rédac...........

Le praxique étant tjs à la bourre par rapport au mental.......et le foisonnement d'idée avec une (presque) impossibilité de se contenter d'une ou deux (c'est tellement frustrant...et superficiel, et imparfait...) sinon...
Le même foisonnement empêchant d'ailleurs même de commencer à rédiger... L'horreur totale= sujet libre.........avec une telle vastitude, que choisir?... et le temps qui file...file, et à la moitié du temps, plus trop le choix, donc passage en 5e d'emblée, sans avoir monté les rapports intermédiaires...et finir avec une copie bien râturée; perso, pour faire + propre, "j'collais" carrément des astérisques qui se reportaient à des paragraphes entiers parfois bien gentiments insérés entre 2 lignes horizontales...
Bref toujours frustrée d'avoir mal fait ou au moins pas si bien que possible...

Pareil, tu vois...?????????????????? sauf que je l'atrtibue pas à un TDA (même sans H!)...et heureusement car on a bien voulu attribuer ce trouble à 2 de mes 4Z...mais non: pas d'accord, et s'il fallait recommencer, j'ferais pareil: c'est pas à cause d'un TDA que j'en ai encore 1 (le 1er est + grand!!!) qui saute +/- partout (ouf, pas à l'école!!!!): pour qu'il reste immobile, il suffit de le faire réfléchir...sauf qu'il faut y mettre un certain niveau, sinon, c'est de la routine donc totalement inefficace puisqu'il peut gérer cela comme un "réflexe". At home j'en suis encore à lui dire qu'on mange les 6 pieds par terre (2 pour lui, 4 pour la chaise) ; qu'on ne trifouille pas tout ce qui passe à portée de mains...; il a 12 ans...
Mais voilà, si j'pose une colle pendant un de leur jeu "de furie", style: tu dois planter 10 arbres en 4 rangées de 5, j'me retrouve immédiatement avec 3 Z devant feuille avec stylo et un silence à faire pâlir tout monastère...certes éphémère vu que la réponse arrive assez vite, et que j'connais pas assez d'énigmes...! mais voilà: CQFD, aucun TDA(/H) chez moi! En même temps suis déjà cernée par la dyspraxie...j'ai largement mon lot!!!!!!!!!!
Bref j'ai évité la ritaline à 2 enfants qui n'en avaient aucunement besoin! Et bien contente de ça parce que hein, c'est quand même des amphét ce médoc...

Amour
Dauphin
Amour
Dauphin
Dauphin

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 44
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Lun 13 Mai 2013 - 21:44

Dauphin a écrit:Ben ouais, c'est mieux l'ordi!!!!!!!!!!!!! Y'a pas photo: moi j'me souviens de mes crampes pdt les rédac...........
Mdr! Perso, j'ai une écriture spé qui fait que j'écris très vite et avec le minimum de prise sur le stylo. Enfin bref, tout est étudié pour écrire vite et sans crampes (enfin, le minimum mais j'en ai aussi). Le truc, c'est que pris dans la rédac, on s'en fout, n'est-ce pas? C'est peut-être plus après que c'est gênant.
C'est marrant quand même mais j'ai toujours pu écrire genre 4 pages quand les autres en écrivaient 1. Me suis toujours dit qu'ils étaient feignants mais peut-être pas? J'aimerais être une petite souris pour voir l'intérieur du cerveau des autres, quoique... mdr!

Dauphin a écrit:Le praxique étant tjs à la bourre par rapport au mental.......et le foisonnement d'idée avec une (presque) impossibilité de se contenter d'une ou deux (c'est tellement frustrant...et superficiel, et imparfait...) sinon...
Oui, on dirait moi. Si y'a pas cette idée, pi cette idée, pi encore une autre, même si c'est "juste" pour compléter une autre idée, surtout si c'est pour ça d'ailleurs. Mais tu me décris exactement en tout cas. D'ailleurs, ça explique (mais pas seulement) comment on peut (enfin, moi en tout cas) n'être jamais content du rendu. En général, y'a toujours une idée qui se fait la malle. Lol.

Dauphin a écrit:Le même foisonnement empêchant d'ailleurs même de commencer à rédiger... L'horreur totale= sujet libre.........avec une telle vastitude, que choisir?... et le temps qui file...file, et à la moitié du temps, plus trop le choix, donc passage en 5e d'emblée, sans avoir monté les rapports intermédiaires...et finir avec une copie bien râturée; perso, pour faire + propre, "j'collais" carrément des astérisques qui se reportaient à des paragraphes entiers parfois bien gentiments insérés entre 2 lignes horizontales...
Bref toujours frustrée d'avoir mal fait ou au moins pas si bien que possible...
Oui, toujours frustrée, je comprends, j'étais pareil.
Sinon, à part les astérisques (moi, c'était les numéros xd), bah tout pareil. Et, en général, les sujets m'ont toujours parût assez libre... dans le sens où pour vraiment délimiter le contexte, il aurait fallut faire un sujet avec tous les domaines/champs d'application/ etc.. exclus. Lol.
"paragraphes entiers parfois bien gentiments insérés entre 2 lignes horizontales" Oui, pareil, mdr!

Dauphin a écrit:Pareil, tu vois...?????????????????? sauf que je l'atrtibue pas à un TDA (même sans H!)...
Oui, j'ai bien vu, ça colle pas. De toute façon, je n'excluais pas pour autant la "surdouance". Pi, ouais, j'ai tout confondu entre TDA et dépression, je pense.

Dauphin a écrit:et heureusement car on a bien voulu attribuer ce trouble à 2 de mes 4Z...mais non: pas d'accord, et s'il fallait recommencer, j'ferais pareil: c'est pas à cause d'un TDA que j'en ai encore 1 (le 1er est + grand!!!) qui saute +/- partout (ouf, pas à l'école!!!!): pour qu'il reste immobile, il suffit de le faire réfléchir...sauf qu'il faut y mettre un certain niveau, sinon, c'est de la routine donc totalement inefficace puisqu'il peut gérer cela comme un "réflexe". At home j'en suis encore à lui dire qu'on mange les 6 pieds par terre (2 pour lui, 4 pour la chaise) ; qu'on ne trifouille pas tout ce qui passe à portée de mains...; il a 12 ans...
Mais voilà, si j'pose une colle pendant un de leur jeu "de furie", style: tu dois planter 10 arbres en 4 rangées de 5, j'me retrouve immédiatement avec 3 Z devant feuille avec stylo et un silence à faire pâlir tout monastère...certes éphémère vu que la réponse arrive assez vite, et que j'connais pas assez d'énigmes...! mais voilà: CQFD, aucun TDA(/H) chez moi! En même temps suis déjà cernée par la dyspraxie...j'ai largement mon lot!!!!!!!!!!
Je trouve que tout ce qui a à avoir avec le TDA/H est assez trouble d'ailleurs.
Sinon, cela me fait penser à ce que Raymonde Hazan en dit, de l'hyperactivité. Que donner de la ritaline, ça brime l'enfant, il est tout calme (ou plus calme) et hop, ça contente tout le monde. Ouais, mais le gamin, bah, c'est SA normalité et il est certainement pas pleinement heureux comme ça.
Que penses-tu du TDA/H à proprement parler? On dirait parfois que ça flirte avec la "surdouance" et que tout est mélangé. Et on prend ça pour un trouble attentionnel. Mais bon, "trouble"...
Le côté dyspraxique ne doit vraiment pas être évident. En tout cas, tes enfants ont de la chance de t'avoir. Je n'aime pas les comparaisons mais juste comme ça, mes parents, à part me trouver tous les défauts du monde, ne pas chercher à me comprendre vraiment dans mes difficultés (" t'es nulle")... bah...

Dauphin a écrit:Bref j'ai évité la ritaline à 2 enfants qui n'en avaient aucunement besoin! Et bien contente de ça parce que hein, c'est quand même des amphét ce médoc...

Amour
Dauphin
Amour
[/quote]
Ah, la ritaline ne vraiment pas que des émules. Personnellement, je ne m'y connais pas suffisamment mais bon, certains effets font peur^^. Et puis, oui, des amphet... bah voilà quoi
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Mar 14 Mai 2013 - 13:00

TDA/H, PMD, ... tout plein de diagnostics à formuler avec pincettes chez les Z...surtout que le corps médical dans sa grande majorité ne connaît pas la zébritude!!!!!!!!!!!

Amour
Dauphin
Amour
Dauphin
Dauphin

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 44
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par Dauphin le Mar 14 Mai 2013 - 13:02

Quo vadis? - Page 7 21200_10


Amour
Dauphin
Amour
Dauphin
Dauphin

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 44
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Quo vadis? - Page 7 Empty Re: Quo vadis?

Message par CarpeDiem le Mar 14 Mai 2013 - 20:45

Dauphin a écrit:TDA/H, PMD, ... tout plein de diagnostics à formuler avec pincettes chez les Z...surtout que le corps médical dans sa grande majorité ne connaît pas la zébritude!!!!!!!!!!!

Amour
Dauphin
Amour
Et NE VEUX pas la connaître...
Je m'imagine tous ces gens qui se trimballent des pathologies qu'on leurs a apposé mais qu'ils sentent un peu confusément que ça ne colle pas... Comment se sentir mal, bonjour! C'est horrible, je trouve... C'est le meilleur moyen de fournir des efforts dans le vide, pour régler un problème imaginaire, et par-là même s'épuiser...
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum