Le blues du non-HQI

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le blues du non-HQI

Message par C12H23O2Na le Sam 5 Jan 2013 - 17:10

D'une part, c'est possible mais culte, rejet ou relativisation restent dans la même erreur de perspective : le passé observé à travers une seule lorgnette, celle d'un jugement.

Mouais, mais j'hésite encore à ne pas considérer cela comme un "mal nécessaire et temporaire". Tu crois vraiment que tout le monde est dupe ? Moi je pense qu'à un moment où à un autre, les gens en auront marre de ces salades.

Ensuite, je crois que tu veux l'impossible : comment être sûr à 100% de ce que nous savons du passé ? Même s'il y a certaines preuves indéniables, une bonne part reste du domaine du témoignage, et donc forcément soumis à une certain subjectivité. Je vois mal comment on pourrait enseigner le passé de manière parfaitement neutre - ça me parait même impossible... et peut-être même contre-productif ; après tout le but c'est aussi de le mettre en relation avec le présent, ne serait-ce que pour apprendre des erreurs du passé.
Et, d'ailleurs, pourquoi toujours refuser le jugement ? Je pense que le jugement est ce qui fait de nous des êtres humains et non des créatures de logique pure dénuées d'émotions. Après, tout est question de dosage et de raison.
J'ajouterai même que l'autocensure que les hommes s'imposent en renonçant au jugement de valeur est un jugement de valeur, c'est une morale à l'œuvre.

C12H23O2Na
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 577
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 38
Localisation : Savoie, planète terre (enfin je crois)

http://intelligencedifferente.xooit.fr/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues du non-HQI

Message par Invité le Sam 5 Jan 2013 - 17:40

Mouais, mais j'hésite encore à ne pas considérer cela comme un "mal nécessaire et temporaire". Tu crois vraiment que tout le monde est dupe ? Moi je pense qu'à un moment où à un autre, les gens en auront marre de ces salades.

Ceux qui ne s'en foutent pas commencent déjà à en avoir marre (la repentance, l'histoire caviardée par le politiquement correct etc). Mais si le type d'approche reste le même, et c'est bien ce qui est en train de se passer, il n'en sortira qu'un re-départ du balancier dans le même sens...

Ensuite, je crois que tu veux l'impossible

Dis, vouloir l'impossible, sur ce topic, c'est toi qui as commencé ! Razz
Mais en fait, ce que je dis ne nécessite pas une connaissance absolue du passé, ni l'abandon total du jugement : ce que j'espère, c'est l'abandon du jugement brutal, sans appel et a priori comme unique approche du passé (du type un personnage du XVIIIe siècle est raciste = on efface son nom et sa mémoire, on interdit son oeuvre; une époque est barbare envers une minorité = on ne retient rien d'autre, on n'en parle plus, on ne l'étudie plus, sous prétexte de "se méfier de l'apologie de la barbarie". C'est ce qui se passe actuellement.)
En fait, la connaissance absolue du passé ne soit pas possible n'est pas du tout un problème. Au contraire, plus on est capable de l'étudier sans se laisser aller à un jugement immédiat qui nous amène à rejeter entièrement et de manière définitive, pour un côté déplaisant à nos regards modernes, des réalités éminemment multifacettes, plus on est capable de s'intéresser à toutes les facettes connues, plus on sera également à même de prendre un peu de distance face aux nombreux biais de témoignages. D'avoir un regard critique, en somme... L'émotion et le jugement doivent suivre la connaissance et non la précéder, encore moins la faire danser au son de leur musique. Savoir que (par exemple et pour simplifier) Louis XIV, c'est à la fois une vie culturelle bouillonnante en France qui rayonne dans toute l'Europe et un Etat belliqueux et expansionniste, avoir un avis sur l'un et sur l'autre, être éventuellement admiratif de l'un et révulsé par l'autre, c'est bien différent de dire : "Louis XIV, c'est un tyran qui fait la guerre à tout le monde. C'est tout, je ne veux rien savoir, et j'entends qu'on n'en parle pas aux élèves, qu'on vire ses statues, qu'on ne parle plus jamais de Lully, Molière et compagnie, c'est de l'apologie de despotisme tout ça messieurs-dames".

ça paraît vraiment impossible, ça ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues du non-HQI

Message par C12H23O2Na le Sam 5 Jan 2013 - 17:49

Dis, vouloir l'impossible, sur ce topic, c'est toi qui as commencé ! Razz

Touché Very Happy

plus on est capable de l'étudier sans se laisser aller à un jugement immédiat qui nous amène à rejeter entièrement et de manière définitive, pour un côté déplaisant à nos regards modernes, des réalités éminemment multifacettes, plus on est capable de s'intéresser à toutes les facettes connues, plus on sera également à même de prendre un peu de distance face aux nombreux biais de témoignages. D'avoir un regard critique, en somme... L'émotion et le jugement doivent suivre la connaissance et non la précéder, encore moins la faire danser au son de leur musique.

Ok, sous cet angle, je te suis Very Happy
Je me fais piéger par mes propres raisonnements un peu trop absolus, bigre Razz
Mais comme je m'attendais un peu à un "faut pas juger", je voulais exprimer à quel point cette remarque, qu'on balance un peu à tour de bras ces derniers temps, était absurde.
Pour le jugement, je crois qu'il faut le considérer comme un état dynamique : je pense qu'on émet tous des "premiers jugements" - souvent à partir d'une croyance ou d'une intuition - mais il faut accepter de mettre ce jugement à l'épreuve et à le réviser par la suite... et accepter de se tromper aussi ! Je crois également que la société moderne est moins en moins tolérente vis à vis de l'erreur (il suffit de suivre l'actualité pour le constater).
A la place de l'absence de jugement, je parlerais donc plutôt "d'acceptation d'apprendre (apprendre, au sens de "réviser ses jugements")". Reste la question des convictions et de l'intuition, mais là on vole vers de sacrés hautes sphères Very Happy


Dernière édition par C12H23O2Na le Sam 5 Jan 2013 - 18:11, édité 4 fois

C12H23O2Na
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 577
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 38
Localisation : Savoie, planète terre (enfin je crois)

http://intelligencedifferente.xooit.fr/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues du non-HQI

Message par Invité le Sam 5 Jan 2013 - 17:59

Tu as certainement déjà croisé un de mes messages où je déclarais mon rejet du relativisme à tout crin et du "tout se vaut", donc certes non, ce n'était pas dans ce sens qu'il fallait entendre mon "il ne faut pas juger". Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues du non-HQI

Message par C12H23O2Na le Sam 5 Jan 2013 - 18:21

Pas encore, je l'avoue Gêné

C12H23O2Na
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 577
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 38
Localisation : Savoie, planète terre (enfin je crois)

http://intelligencedifferente.xooit.fr/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues du non-HQI

Message par super tom le Dim 6 Jan 2013 - 10:58

.


Dernière édition par super tom le Lun 7 Jan 2013 - 1:45, édité 1 fois

super tom
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 58
Date d'inscription : 23/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues du non-HQI

Message par C12H23O2Na le Dim 6 Jan 2013 - 11:28

Oui pardon, je me suis laissé embarquer
@Fusain:
Discussion très intéressante mais je crois qu'il faut faire un nouveau fil ou en changer
.

Bon résumé :

Problématiques : complexe d'infériorité, estime de soi instable, problème de gestion des émotions, besoin de se comprendre pour mieux se connaître

Sources de frustrations :
- être parti sur une piste qui semblait coller, mais qui visiblement ne colle pas après "expertise"
- malgré cela, ne pas réussir à être totalement convaincu du résultat
- ne pas comprendre "ce qui ne colle pas"
- impression d'être un imposteur narcissique ("je voudrais être comme eux, pouvoir discuter avec eux au même niveau qu'eux", "je voudrais qu'on m'admire comme je les admire").
- conscience qu'il s'agit sans doute de fantasmes et de fausses représentations mais besoin de se le prouver.

C12H23O2Na
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 577
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 38
Localisation : Savoie, planète terre (enfin je crois)

http://intelligencedifferente.xooit.fr/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues du non-HQI

Message par super tom le Dim 6 Jan 2013 - 12:36

.


Dernière édition par super tom le Lun 7 Jan 2013 - 1:46, édité 1 fois

super tom
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 58
Date d'inscription : 23/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues du non-HQI

Message par seleine le Dim 6 Jan 2013 - 12:41

je suis diagnostiqué THQI et TDAH, j'avoue que je me retrouve ici , mais je me sens un peu idiote

je viens d'etre diagnostiquée pour les deux

seleine
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 1
Date d'inscription : 06/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues du non-HQI

Message par Invité le Dim 6 Jan 2013 - 12:55

C12H23O2Na a écrit:
- impression d'être un imposteur narcissique ("je voudrais être comme eux, pouvoir discuter avec eux au même niveau qu'eux", "je voudrais qu'on m'admire comme je les admire").
Oh my gosh, mais je suis sûre que bien des surdoués avérés ne se sentent pas au niveau de certaines conversations recherchées ; être surdoué n'est pas un sésame pour exercer sa pensée dans les hautes sphères, je crois que tu es à égalité d'une grande partie du forum, dont moi-même (pas avérée surdouée mais mensane potentielle, c'est un début non ? ^^).

Et lis-tu ces thqi qui souhaitent aussi un accomplissement personnel, qui courent après le haut niveau et ceux qu'ils admirent ? On en est tous (ok peut-être pas tous, j'exagère) là, à regarder les réalisations des autres et se trouver bien gauche, inactif, petit, banal...
Mais en même temps, même avec notre vie pleine de quotidien, on apprend chaque jour, et je me dis quelque part que ça peut servir de préparation à une action future, comme mon fils progresse doucement, jour après jour, et ne sait pas encore qu'à un moment il courra grâce à toutes les petites expériences qu'il emmagasine (pauvre de moi).

Bon bref, en résumé : si tu trouves le forum intéressant, si parfois tu te sens largué, si d'autre fois tu as envie de partager, alors tu as autant ta place ici que moi Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues du non-HQI

Message par Invité le Dim 6 Jan 2013 - 13:19

Spoiler:

Discussion très intéressante mais je crois qu'il faut faire un nouveau fil ou en changer
Pas de souci, mais justement c'était "la preuve" que peu importait l'hqité ou pas pour pouvoir avoir une discussion de fond Wink


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues du non-HQI

Message par Kyn le Mer 9 Jan 2013 - 10:38

C12H23O2Na a écrit:Mes ailes ? On me les a déplumées et couvertes de goudron il y a bien longtemps...

*arrive avec de nouvelles ailes et les greffe sur le dos de C12H23O2Na.*
On est pas là pour juger, pour critiquer l'intelligence ou autre chose. Ce qui fait de nous des zèbres, du moins, si je l'ai bien compris, c'est notre différence. On perçoit le monde différemment du commun des mortels (Échec critique en jet de modestie !), mais les chiffres du QI n'entrent pas en ligne de compte. Sans compter que, comme les autres l'ont dit avant moi, ils se révèlent souvent foireux.
Mais quoi qu'il en soit, tu fais partie des zèbres, donc tu es un zèbre.

Et oui, ma phrase est parfaitement logique !

Kyn
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 50
Date d'inscription : 08/01/2013
Age : 29
Localisation : Evreux

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues du non-HQI

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 20:56


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum