A la recherche d'Atoum

Page 16 sur 20 Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17, 18, 19, 20  Suivant

Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mer 9 Jan 2013 - 19:25

C'est fou le bien que m'ont fait ces recherches ces dix derniers jours. Entre la psychologie et la sociologie, et le repos que j'ai pris; entre le recul sur le monde et le travail que j'ai accompli en introspection ... je me rends compte combien j'ai changé.

Je commence à voir apparaitre plus clairement mes désirs. Je vois mieux comment orienter la carrière professionnelle. Je laisse mes sentiments ressortir (tous Smile).

Je supporte bien mieux l'incurie qui nous environne tous, passe de l'impatience à la constance, de l'interrogation à l'acceptation.

Je ne suis plus heurté; je suis donc plus pacifique, plus acceptant ... et ainsi ... bien plus libre de mes mouvements Smile

Je m'aperçois que les mots et attitudes ne reflètent pas seulement des ressentis, mais des envies chez tous les êtres humains, qu'elles soient des envies de rapprochement, de pouvoir et autres. Et que ces mêmes mots sont la plupart du temps un "voile" qui cache, consciemment ou non, ce que l'être prononçant ne se dit pas à lui-même (comment pourrait-il alors prétendre à le faire comprendre à un autre ?)

Je crois que j'ai dépassé ça. Il y a un fil sur la franchise auquel j'ai répondu. En substance; pas dans une situation donnée, plutôt en l'orientant comme un discours entre deux êtres. Eh bien, je me sens en cet état. En sachant exactement ce que je souhaite et en l'exprimant tel quel ...

Je crois comprendre (mais désormais j'y mets beaucoup de précaution, sachant qu’auparavant je me connaissais moins bien et donc commettais plus d'erreurs d'interprétation) que les questions qui fusent à droite et à gauche sur le pourquoi - et le comment - se gérer sont en fait une expurgation, une recherche autre part qu'en soi ou de trouver assez de justifications - pour prendre des décisions douloureuses - ou bien encore pour regarder une certain réalité - considérée comme brutale et inéluctable - en face.

Il n'est effectivement pas facile du tout d'ouvrir les yeux. Cela aveugle pour un temps. Brule la rétine de la conscience. Et pourtant ... combien est-ce libératoire pour moi !

Je me sens déchargé d'un poids. Celui d'avoir l'impression de devoir changer les choses. Je vais dès à présent consacrer cette énergie économisée à " m'envoler " vers ce que je souhaite vivre. C'est chouette Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mer 9 Jan 2013 - 21:33

Norbet Chatillon :"Juger l’autre, c’est porter un jugement sur soi"

Critiquer autrui, c’est souvent lui attribuer les défauts ou les qualités que nous n’osons pas reconnaître en nous, explique le psychanalyste Norbert Chatillon. Une façon de rejeter ce qui nous trouble.

Psychanalyste, Norbert Chatillon exerce à Paris. Par ailleurs directeur de la revue Approches, il intervient en conseil auprès de dirigeants de grandes entreprises.


D’où vient la manie de juger systématiquement ?

Norbert Chatillon : Juger, à l’origine, c’est opérer une distinction. Identifier qui je suis et qui est l’autre, en quoi je lui ressemble et en quoi nous sommes différents. Le jugement est, de fait, aussi essentiel et naturel que la respiration. Ce n’est que lorsque nous passons de l’altérité, caractère de ce qui est autre, à l’altération, action de dégrader, que nous polluons le jugement en tant que fonction psychique vitale.


Pourquoi certains « abusent-ils » de cette fonction ?

Dès lors que ma différence avec l’autre ou ma ressemblance à lui me gêne, me trouble, me dérange, bref met à mal mon identité, je me défends. Et la meilleure défense, pour certains, reste l’attaque !


Pourquoi une dissemblance ou une similitude nous gênerait-elle à ce point ?

Nous sommes, tous et naturellement, confrontés à ce que Jung appelle notre « part d’ombre ». Il s’agit de tout ce que nous avons du mal à reconnaître comme nous constituant : notre lâcheté, notre violence, nos blessures, nos faiblesses, notre angoisse. Mais aussi tous ces facteurs positifs que, pour des motifs à analyser, nous refusons de considérer comme nôtres. C’est cette part d’ombre qui nous fait attribuer à l’autre des qualités ou des turpitudes que nous ne nous avouons pas, via un mécanisme de projection bien rodé. Pas évident d’assumer que l’on n’a pas le même statut social qu’un tel ou la même gentillesse. Difficile de se dire que nous pourrions, nous aussi, nous conduire comme ce malotru croisé un soir. Il est bien plus facile de juger. Voire de condamner, quand le pouvoir nous en est donné.


Mais alors, qui je juge quand je juge ?

Vous ! Juger l’autre, c’est porter un jugement sur soi. Car vous en dites plus sur vous-même que sur l’autre. Souvenez-vous de saint Luc : « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? » La parabole a bel et bien une fonction psychique. Voir la paille dans l’œil du voisin nous permet d’éviter de considérer notre propre poutre, de nier notre part d’ombre et de remettre à plus tard une éventuelle remise en question. « Untel boit trop » évite de se pencher sur sa propre dépendance, à la nicotine ou au chocolat, par exemple. « Unetelle ne travaille pas assez » permet de justifier que l’on travaille plus que de raison, etc. C’est un mécanisme identitaire très simple : l’autre fait ou pense « mal », il est différent de moi, donc je fais ou pense « bien ». Et son pendant : l’autre fait ou pense « bien », je suis pareil, donc je fais ou pense « bien ». C’est extrêmement bénéfique ! À court terme, évidemment.


Pourquoi avoir recours à ces petits arrangements avec soi-même ?

Parce que c’est douloureux de se remettre en question ! Reprenons l’exemple de votre amie qui jugeait, en de mauvais termes, semble-t-il, la façon dont sa sœur élevait ses enfants. Sans doute a-t-elle si peur de mal faire qu’elle a besoin de se rassurer en portant un jugement sur toutes celles qui font différemment d’elle, sa sœur au premier chef. Pour une bonne et simple raison : en jugeant la maman d’à côté, elle s’épargne cette question ô combien angoissante : suis-je une bonne mère ? Admettre que l’autre puisse faire différemment et bien est trop déstabilisant. À l’inverse, juger que l’autre fait bien parce qu’elle fait pareil est sécurisant. Là encore, on retrouve cette idée de distinction première entre soi et l’autre. Mais elle est polluée par la projection et la nécessité de se considérer elle-même comme évoluant dans le bon, le juste, le beau, autrement dit le contraire du fameux voisin de table !


Comment se fait-il que certains aient davantage besoin de se rassurer que d’autres ?

Nous avons tous besoin de prouver que nous existons. Mais certains, par manque de confiance en eux, d’autonomie, de conscience de soi en tant que sujet à la fois semblable et différent de l’autre, vont trouver comme moyen, pour exister, d’être en lutte contre cet autre. C’est un combat acharné pour prouver une identité qu’ils ont du mal à trouver au fond d’eux-mêmes.


Ceux qui ne jugent pas seraient donc plus confiants que les autres ?

Chacun de nous juge, passe son temps à juger, de ses premiers cris à son dernier souffle. Il n’y a pas, selon moi, de gens qui ne jugent pas. Il y en a certains, en revanche, qui fuient le jugement, par peur de se tromper, d’être jugés à leur tour, d’être « désaimés », ou plus simplement par fidélité aux injonctions morales et éducatives (« Ça ne se fait pas » ou « Ce n’est pas bien »), ou bien encore pour éviter coûte que coûte un éventuel conflit (« Que se passe-t-il si l’autre ne juge pas comme moi ? »). Celui qui affirme ne pas juger ressemble en réalité à celui qui juge beaucoup : ils ont tous deux la même difficulté à accorder sa vraie valeur au jugement, qui est un fait et rien d’autre. Ils se mettent à « penser » le jugement, à lui donner une valeur sociale. Et « tombent » ainsi dans le jugement de valeur.


Qu’est-ce qui fait que l’on pèche, par excès ou par défaut ?

L’histoire personnelle de chacun. Sans doute une soif de justice différente, une façon de réparer les blessures de l’enfance, de combler les manques. Les choix que nous opérons tout au long de la vie sont imprégnés, pas forcément du passé, mais de la façon dont celui-ci agit en nous au présent. Prenons le choix d’un métier, par exemple. Il y a, dans chaque entreprise, des gens dont le travail est de juger. Il me semble que l’attrait pour ce type de profession – le contrôle, l’expertise, la certification… – prend sa source dans un sentiment d’injustice personnelle ou sociale. Et vise, bien sûr, une action correctrice. À l’inverse, je connais des étudiants en droit qui ont préféré le barreau à la magistrature pour avoir à défendre et ne pas être en situation de requérir une peine ou une relaxe. Pour ne pas avoir à juger, en fait. Dans ces deux cas de figure, on utilise le jugement pour régler des comptes. On se laisse bercer par l’illusion de trouver, ce faisant, une légitimité à exister. Dans le droit chemin, qui plus est !


Comment ne plus être dupes de nos jugements à l’emporte-pièce ?

Évidemment, un travail sur soi permet d’y voir clair sur la complexité organisatrice de nos jugements, d’en comprendre les mécanismes et d’assumer au mieux notre part d’ombre. Ce que nous pouvons tous faire, là, maintenant, est de rester vigilants. Lorsque le jugement cesse d’être une simple différenciation, lorsqu’il se confond avec l’arbitraire, alors on peut se dire que l’on s’égare. Et puis, un brin d’autodérision est toujours le bienvenu. Si l’on casse du sucre sur le dos d’un collègue mais que l’on reste pleinement conscient qu’il s’agit là d’une petite mesquinerie de notre part, alors rien n’est perdu ! Le plus important est de ne pas être dupe. Tant qu’il y a de la vie, il y a… du jugement.


Comprendre rend indulgent

Selon la psychanalyse classique, nous jugeons plus sévèrement les auteurs d’actions immorales si nous sommes tentés de les commettre. C’est une façon de nous punir, par procuration, de nos désirs interdits. Une expérience menée par Mario Gollwitzer, psychologue à l’université de Coblence-Landau, en Allemagne, semble indiquer le contraire. Près de trois cents personnes se sont vu proposer des scénarios d’actes transgressifs – voler un vêtement dans un magasin, resquiller dans le métro, faire travailler un plombier au noir… Tout d’abord, il leur a été demandé de décrire leur ressenti face à la possibilité de se livrer à ces conduites répréhensibles. Ensuite, elles ont dû juger des individus ayant osé passer à l’acte. Et là, surprise ! Loin d’être plus sévères avec ceux qui avaient réalisé leur plus cher désir interdit, les sujets de l’expérience – y compris les plus autoritaires ou enclins à l’autojugement négatif – ont à l’inverse été plus coulants avec eux : se reconnaissant et s’étant senti en empathie avec ces « coupables », ils ont saisi leurs motivations. La possibilité de comprendre nous aiderait donc à être moins intransigeant. Mais encore faut-il accepter de comprendre. Précisons que les participants avaient été préparés psychologiquement à se montrer indulgents dans leurs jugements.


La faute au surmoi

C’est le surmoi, partie de la personnalité dont Freud a fait le siège de notre conscience morale, qui nous incite à juger les personnes et les actes. Apparaissant à la fin de la période œdipienne, vers 6-7 ans (l’âge de raison), il est l’héritier des interdits parentaux et sociaux. Paradoxalement pourtant, plus les parents sont laxistes, plus le surmoi de l’enfant est sévère, nous apprennent les psychanalystes d’enfants : c’est une stratégie psychologique pour compenser le manque de repères fiables. Les individus les plus intransigeants, hypersensibles à la culpabilisation, enclins à l’autojugement négatif, ont généralement grandi dans un milieu trop « cool ». Ils sont durs avec eux-mêmes et très exigeants vis-à-vis des autres, dans le but de se hisser à la hauteur d’un idéal moral inatteignable. Le côté pulsionnel du surmoi le rend insatiable, boulimique : il réclame toujours plus – plus de perfection, plus de sacrifice. « Tu dois être quelqu’un de bien », serine-t-il. Et plus nous lui cédons et tâchons d’être irréprochable, moins nous avons la sensation de l’être.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mer 9 Jan 2013 - 21:35

Pour illustrer le post précédent Pété de rire

A la recherche d'Atoum - Page 16 CEstLaFauteDe

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mer 9 Jan 2013 - 21:40

J'adoooooooore l'autodérison Pété de rire

C'est un des plus beau trucs que je connaisse pour avancer Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par ViVie le Mer 9 Jan 2013 - 21:48

Quelque chose a résonné avec ça dans ma lecture de tes textes alors cadeau Bisous

ViVie
ViVie

Messages : 762
Date d'inscription : 02/10/2010
Age : 59
Localisation : Toulouse, France, Europe, Terre

http://www.zebrascrossing.net/t4546-au-pied-du-mur-_

Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mer 9 Jan 2013 - 21:51

Ouahhh Salut Vivie Very Happy

Chuis content de te voir là !! Merci !!

Bisous

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mer 9 Jan 2013 - 23:22

Ouais bon c'est pas tout ça ... je marine, je cogite, je bouillonne ... j'ai une fichue idée en tête là ...

Elle vient de la digestion de ce que j'ai posé sur ce fils ces deux derniers jours ... mais elle ne veut pas prendre "corps" ... laisser les mots la saisir. elle se convulse, vapeurs entrelacées et à priori encore fuyantes !

Je vais essayer tout au moins d'en approcher le sens ...

Prenant en compte à la fois la période pré-œdipienne qui est spécifique à chaque être au point de vue de l'imprégnation, la sensibilité différente (constitutive ?) de chacun d'entre eux, le tissu social et sociétal les environnant, le sexe, le niveau culturel (et après on dira qu'un Z ne pense pas en multidimensionnel Razz) ... je ne peux que conclure que le langage ne soit pas autre chose qu'un vecteur minimaliste de transport, un à-priori par défaut.

Ceci étant, il me semble évident que la réception d'une information (aussi bien orale que scripturale), s'introduit telle quelle (c'est à dire dans le schème personnel dont je viens de parler), donc presque totalement vidé de la substance émise par l'origine de l'échange d'information.

Pour aller plus loin, je pense que la gradation perceptuelle de la charge reste intimement liée à la connaissance d'un écosystème commun : Il est beaucoup plus facile de parler de politique (hormis les courants qui portent à friction, mais ne serait-ce encore pas là un problème de construction ?), de la pluie et du beau temps, de sport, etc ... que de connaissances ou phénomènes inconnus par l'un des protagonistes de l'échange.

Faisons maintenant un parallèle avec les ressentis de l'Homme, ceux qui ont justement du mal à être exprimés au travers du "verbe". Ces fameux ressentis intimes dont la source vient de ce pré-œdipe que j'évoquais plus haut. Prenant en compte à la fois l'intégration parfaite que ces derniers ont avec l'être, les racines profondes et parfois non analysées qu'ils plongent dans la psyché, et la difficulté à les exprimer, ne peut on pas comprendre quelle opposition ils peuvent faire apparaitre entre les êtres ? Sachant même que ces ressentis appellent à des mécanismes archaïques et automatiques de protection (peur, fuite agression), est-il possible de considérer qu'un échange se fasse, puisqu'il est complètement improbable (alors que ceci l'est -même sémantiquement appauvri - pour des phénomènes externes partageables) de communiquer sur eux d'une manière "valorisée" en commun ?

Ceci m'amène tout droit à parler de l'instinct. Comment alors se fait-il que des personnes pouvant ne si peu partager de "fondements" identiques arrivent à "sentir" qu'un contact peut s'établir ? Y a-t-il là un mode de communication qui s'est installé en dehors d'un périmètre que l'on considère comme rationnel ? Et, plus que cela, le mode d'expression factuel, ce langage coupé en deux (dicible à minima pour le commun envisageable, indicible pour les racines), et le pragmatisme intellectuel (devoir d'indépendance, désir de maitrise et de contrôle, etc.), n'est-il pas ferment à dissociation, fragmentation, voire même éclatement de cet autre vecteur de ressenti ?

Je vais dormir là-dessus ...


Dernière édition par Qilin le Jeu 10 Jan 2013 - 23:59, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Jeu 10 Jan 2013 - 12:14

A la recherche d'Atoum - Page 16 It-is-the-greatest-heresy-to-think-there-is-anything-impossible-for-the-soul


A la recherche d'Atoum - Page 16 Vivekananda-quotes-wallpapers-i17


A la recherche d'Atoum - Page 16 Motivational-thoughts-swami-vivekananda-life-risks-quotes


A la recherche d'Atoum - Page 16 484455_453590411328905_237378477_n


A la recherche d'Atoum - Page 16 68001_390967920971663_1530067039_n


A la recherche d'Atoum - Page 16 A-Silent-Hug


A la recherche d'Atoum - Page 16 Overthinking


A la recherche d'Atoum - Page 16 317957_266307936831558_1457007160_n_large


A la recherche d'Atoum - Page 16 106b475714377b0a34b7e59b6aab9feb_w500_h450_cp_sc


A la recherche d'Atoum - Page 16 206123_278289928950973_255308370_n

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Jeu 10 Jan 2013 - 17:48

CESSEZ D’ÊTRE GENTIL, SOYEZ VRAI !
Être avec les autres en restant soi-même

(Auteur : Thomas d'Ansembourg)


Thomas d'Ansembourg, auteur de l'ouvrage, psychothérapeute, formateur en communication consciente et non violente, formé à différentes approches psychothérapeutiques, particulièrement à la méthode du Dr Marshall Rosenberg.

Thomas d'Ansembourg a avoué que la rencontre avec la communication consciente et non violente a provoqué chez lui un changement de vie. Sans cela, il serait aujourd'hui encore ce qu'il était jusqu'à l'âge de 35 ans, selon ses termes :
- un pauvre juriste qui s'emmerde ;
- un pauvre célibataire coincé dans un célibat défensif ;
- quelqu'un qui vit une vie qui n'est pas la sienne, qui vit à côté de sa vie…

C'est la gentillesse de façade qui est visée, pas la bonté foncière qui s'exerce gratuitement par un don désintéressé. Nous n'échappons pas à la gentillesse de façade. Nous disons « tout va bien » quand « cela ne va pas » ; nous disons à des relations : « Oui, nous reviendrons avec plaisir » alors que nous pensons : « Plus jamais de barbecue chez eux ! » Nous sommes poussés à dire des choses socialement admissibles qui nous trahissent et nous nous prostituons en quelque sorte.

Issu d'une famille aimante et catho de 5 enfants où tous vivaient dans une grande maison, grands-parents compris, Thomas d'Ansembourg a toujours été sensible aux conflits, aux tensions, aux non-dits, aux attitudes de façade. Pourquoi sommes-nous si mal à l'aise pour nous dire les choses ? Plutôt que par des mots, les conflits se manifestent par des attitudes : bouder, faire la gueule, claquer les portes, etc. On ne trouve pas les mots ; pauvreté du vocabulaire relationnel. D'ailleurs, c'est pour cela que, par la suite, il est devenu avocat : pour résoudre les conflits, mais des conflits déjà éclatés, fruits de malentendus provenant d'un mal exprimé ET d'un mal écouté. Il s'agit de la personne qui a des besoins mais qui ne parvient pas à les clarifier ni à les exprimer dans une demande claire ET la personne qui entend les plaintes, les critiques, les jugements et qui contre-attaque.


Exprimer clairement ET entendre clairement pour ne pas susciter de malentendus

Pour cela, il est nécessaire d'apprendre à écouter ce qu'on ressent. Prendre des heures pour apprendre à écouter, pour apprendre à être avec les autres et pas seulement trouver des solutions et donner des conseils

D'Ansembourg a travaillé dans une association (Flics et Voyous) s'occupant de gamins de la rue, de jeunes délinquants. Il a constaté qu'il y a une violence externalisée (frapper, détruire, voler, tuer, agresser, enfreindre, etc.) et une violence intériorisée (automutilation, se piquer, se droguer, se prostituer, etc.). Pendant ce travail, il s'est rendu compte que la violence provient :
- du manque de conscience de ce que je ressens ;
- du manque de vocabulaire pour exprimer mes sentiments et mes besoins.

Comment parvient-on à dire ce qu'on ressent (au moins à soi-même, ce qui serait un début…) ? Si on n'y parvient pas, on « tutoie (le « Tu » qui tue… : tu es comme ci, tu es comme ça : juger, critiquer, commenter le comportement de l'autre) plutôt que de dire JE, la vérité de ce qui se passe en moi. Thomas d'Ansembourg s'est rendu compte, qu'à cet égard, bien qu'étant avocat, il n'était pas plus outillé que les gamins de la rue qui s'expriment par la violence. Il a donc commencé une thérapie.

La thérapie consiste à travailler la conscience de soi ; couper les ficelles intérieures qui nous manipulent et font de nous une marionnette dont nous n'avons pas le contrôle ; se libérer des pièges que nous ne voyons pas car ils sont chevillés à nos habitudes de fonctionnement. Cela lui a permis de voir au-delà du vernis et de prendre conscience :

- qu'il était dans un enfermement, tant vis-à-vis de lui-même que vis-à-vis des autres ;
- qu'il était prisonnier d'un certain nombre de pièges ;
- qu'il avait une peur viscérale de l'engagement sentimental et que, chaque fois, il disait : « TU ne me conviens pas », plutôt que de se dire « j'ai peur » et de chercher pourquoi.

Une certaine éducation, malgré une bonne éducation, nous amène à des mécanismes de violence.


Les conditionnements de l'amour conditionnel

Les parents ont fait ce qu'ils pouvaient avec ce qu'ils avaient, ce qu'ils étaient et ce qu'ils avaient reçu. Il ne s'agit pas de faire un procès, il s'agit de prendre conscience de soi-même et de comprendre l'enclenchement du piège. Par où c'est venu que je suis coincé là-dedans ? Par où c'est venu que ma relation avec moi-même, avec les autres, avec la vie, n'est pas ce qu'elle devrait être ?

Quand on était petit, on nous a dit et on a ENTENDU : tu serais gentil d'aller ranger ta chambre ; tu serais gentil de bien travailler à l'école ; tu serais gentil de jeter un œil sur ton petit frère pendant que je sors faire une course, etc.

MAIS on capté et encodé autre chose… On n'a pas encodé « tu serais gentil de », MAIS « je t'aime si » tu ranges ta chambre, etc.

JE T'AIME SI = amour conditionnel. Acheter l'amour, l'intégration, l'appartenance par un comportement adéquat.

On a capté et encodé que l'amour, l'intégration, l'appartenance sont à acheter par un comportement adéquat. Je suis aimé pour ce que je FAIS et non pour ce que je SUIS.


Premier piège : on a davantage appris à FAIRE qu'à ETRE

On a tous en commun les besoins de survivre, de partager, de donner aux autres, de contribuer au bien commun, etc. Mais certaines fois, on devrait s'arrêter et se poser la question : « Pourquoi est-ce que j'en fais tant ? Pourquoi suis-je toujours la bonne poire de tous ? » :
- j'aime donner et aider, certes, MAIS ;
- j'attends surtout de recevoir de la reconnaissance, des gratifications ;
- je quête l'amour des autres : aimez-moi ! Aimez-moi !

Les personnes qui exercent dans le social et le caritatif sont particulièrement victimes de l'activisme : en raison de l'abondance et de l'urgence des besoins, elles risquent souvent l'épuisement, le burn-out (« carbonisation psychologique »), la dépression.

Je donne, je me dépense car j'ai du mal à m'aimer moi-même si je ne suis pas dans le FAIRE. Si je ne suis pas dans le FAIRE et dans l'ACTION, je me juge sévèrement et j'ai du mal à m'aimer moi-même. J'ai du mal à ETRE, alors que c'est ce que nous quêtons véritablement tout au long de notre existence.

Le parent qui ne prend pas de temps pour lui-même explose sur le conjoint ou sur les enfants. Se donner le temps de respirer, oser être vrai, dire qu'on a besoin de prendre 1H pour soi tout seul et qu'après on sera disponible. Se centrer plutôt que d'être dispersé et énervé. Être à l'écoute de soi pour pouvoir être à l'écoute de l'autre, cela s'apprend. Des ados viennent me voir en consultation : « Je viens vous voir parce que je n'arrive pas à dire à mon père de m'écouter. Il s'assied pour m'écouter, mais au bout de 5 minutes que je lui parle, il se lève et se rue sur le téléphone en disant : je vais appeler Untel qui va t'aider à résoudre ce problème ». Le papa a appris à être gentil… Quand il y a un problème, il a été programmé pour résoudre le problème. Il n'a pas appris à fréquenter un problème, la souffrance d'un proche, à être là et à écouter. Il se dépêche de vouloir résoudre, c'est plus sécurisant pour lui de répondre par le FAIRE que de répondre par l’Être.

Apprendre à s'écouter, apprendre à être dans l’Être. Côtoyer ses propres fragilités ce qui permet de mieux écouter et de mieux comprendre les fragilités des autres. On a du mal à simplement être AVEC. On sait donner des conseils, encourager à l'action, critiquer : on est piégé dans le FAIRE.

Dans nos agendas, y a-t-il des moments quotidiens pour s'arrêter, respirer, contempler, ne rien faire, bénir, se laisser bénir ? Comme il y a de moins en moins de VIE dans les choses à FAIRE, on en fait de plus en plus. La vie devient une course, surtout pour les parents. Tout le long du jour, on ne va pas de choses choisies en choses choisies. Le soir, quand on se couche à 23H passées, c'est souvent en s'affalant et disant : « Plus, je ne peux pas ! J'ai mérité largement de dormir enfin ! »

Souvent, nous cherchons notre propre approbation : je m'aime épuisé et à bout ; mais je ne m'aime pas détendu et joyeux… Je dois faire des choses pour être aimé. Et pourtant c'est le contraire de mon désir profond selon lequel je veux pouvoir sentir que je m'aime malgré tout, même imparfait ; sinon, comment aimer l'autre imparfait ?


Deuxième piège : le risque de ne pas mettre l'estime de soi en soi, mais dans le regard de l'autre

Le regard de l'autre me tient à sa merci. Je m'adapte, je me sur-adapte à des attentes supposées de l'autre. On finit par vivre dans un leurre, car on a du mal à vivre une saine estime envers soi-même. Quand nous nous sur-adaptons aux autres, les autres zappent, et c'est nous qui changeons d'écran… Chercher à plaire et éviter de déplaire, cela bouffe beaucoup d'énergie. On est toujours en adaptation à la supposée attente de l'autre, plutôt que d'être en attente de soi et de se connaître. Connaître nos vrais talents qui vont pouvoir contribuer à tous.

On pense être un gagnant, mais on voit bien qu'on est coincé, qu'on a du mal à s'ouvrir… Voici quelques signes d'une estime de soi défaillante :
- la personne qui prend toute la place ;
- le timide qu'il faut toujours aller extraire de sa tanière et de son coin ;
- la personne qui se vante toujours ;
- la personne qui se plaint toujours, etc.

C'est fatiguant pour l'entourage… Il s'agit d'acquérir une juste estime de soi, pas un ego hypertrophié. Sinon, je passe mon temps à quêter sans cesse à mon entourage des éléments d'estime de moi-même.


Troisième piège : Peur de la différence ; peur d'être différent

Il est nous est difficile de faire bon accueil à la différence, même à celle de notre conjoint, celle de nos ados, celle d'autres membres de la famille, celle de collègues de travail, etc. Notre seuil de tolérance à la différence est vite atteint. La peur de la différence mène à des rapports de pouvoir / soumission.

On a des difficultés à faire bon accueil à la différence, car on a encodé : « si je m'autorise ma différence, on ne m'aimera pas ». Si je laisse libre cours à la joie, à la créativité, à la fantaisie qui sont le propre de l'enfance, on finira par me dire (les frères et sœurs, l'institutrice, etc.) : « tu es un peu trop comme ceci ; tu n'es pas assez comme cela ; etc. »

Nous avons encodé une pensée binaire : « Oublie-toi toi-même pour pouvoir t'intégrer ». Le désir d'appartenir au groupe, le désir d'intégration est tel, qu'on perd son originalité pour avoir une place ; du coup, notre tolérance à l'originalité de l'autre est vite atteinte. On va lui demander de la taire ou bien de s'en aller… Il est nécessaire d'accueillir nos talents propres, notre propre originalité, pour pouvoir accueillir la différence des autres. Faites l'essai de parvenir à vous taire devant des positions différentes d'un autre et de l'écouter 5 mn montre en main sans immédiatement le relayer en disant « OUI MAIS… » Nous sommes profondément insécurisés. On a amalgamé DESACCORD et DESAMOUR. Si je suis différent, je crains de ne pas être aimé, de ne pas être accueilli. On peut cohabiter avec un être cher même si on est en désaccord : au moins, nous sommes d'accord sur le fait que nous ne sommes pas d'accord, et c'est déjà un point commun !

Du coup, nous évitons les conflits qui finissent par pourrir et fermenter jusqu'à l'explosion, faute de savoir en prendre conscience, de les exprimer, d'avoir le vocabulaire adéquat pour le faire. Vouloir éviter un conflit consiste à vouloir enfermer un camembert qui pue dans un placard pour s'isoler momentanément de sa pestilence. Mais à partir d'un moment, il finira par empester toute la maison, et il sera impossible d'échapper à son odeur… Les rapports vrais ne sont ni faciles ni confortables mais ils sont indispensables. Dire simplement : « Je me sens triste et préoccupé et j'aimerais qu'on prenne un moment pour se parler parce que je tiens à toi ». Les relations vraies finissent par sonner juste. On n'est plus dans la mascarade et c'est très sécurisant. Les deux clefs pour désamorcer les conflits sont :
- une saine estime de soi ;
- respect de l'autre dans son altérité / c'est-à-dire respect de soi-même dans son originalité propre…

Vouloir faire comme tout le monde pour « appartenir », pour « s'intégrer », ça n'ajoute rien au monde ni à notre entourage. Etre soi-même pour donner de soi-même, telle est la véritable contribution.


Quatrième piège : Difficulté à dire NON à temps

On a encodé comme une marque de désamour le fait qu'on nous dise NON. Si je dis NON à l'autre, il va comprendre : je ne t'aime pas. Donc, on dit OUI pour être gentil, pour acheter l'amour afin d'en recevoir. Si on dit OUI à répétition à des demandes réitérées, on finira par dire à l'autre : « TU m'as envahi ! », alors que c'est moi qui ne suis pas parvenu à baliser mon territoire… « TU es la goutte qui fait déborder MON vase ! » Or, c'est à moi d'être responsable de mon vase : je suis responsable d'aller m'asseoir de temps en temps sur la chaise de mon intériorité pour m'écouter moi-même, ce que je ressens, mes besoins, etc.

Apprendre à dire NON à temps, mais également à la bonne personne : en général, on va se plaindre à la mauvaise personne… Que d'énergie consumée en plaintes, récriminations plutôt que d'être en synergie, en coopération avec les autres.

Chaque fois que nous disons NON à une chose, c'est parce que nous disons OUI à autre chose. Donc, dire d'abord OUI (= écouter, accueillir la demande de l'autre) mais dire NON parce qu'on a un besoin plus urgent (de solitude, d'intimité avec le conjoint, etc.). Pratiquer à la fois l'écoute de soi + l'écoute de l'autre, pour ne pas parvenir à une opposition entre deux NON, source de conflit et de jugements mutuels.

Chercher à comprendre à quoi l'autre dit OUI quand il me dit NON. Décoder le NON de l'autre. La fillette ne veut pas aller se coucher parce qu'elle veut encore jouer… Ici, être vrai consiste à accompagner ce qui est vivant dans l'autre, tout en accompagnant ce qui est vivant en moi, sans démissionner de ce qui est vivant en moi (je suis crevé et je veux aller dormir pour être détendu et disponible demain).


Cinquième piège : Difficulté à discerner et à accueillir ses émotions

Est-ce que je suis à l'aise avec la tristesse ? ma tristesse ? Est-ce que je suis à l'aise avec la colère ? ma colère ? Tenter de contacter notre énergie vitale, lâcher ce qui nous encombre, car 90 % des colères qui partent en direction des autres, si on prend le temps de les comprendre, de les travailler, nous changent et nous font grandir. Comment utiliser ma colère pour me renseigner sur moi-même ? Commencer à exister par moi-même. Clarté précision, discernement. Sortir des rapports pouvoir / soumission. Etre dans des rapports de synergie et de coopération.

Nous sommes coupés en quatre morceaux :
1. tête : le mental, l'intelligence intellectuelle, cérébrale. Notre tête a été sur-formée à étiqueter, analyser, raisonner, catégoriser, etc. ;
2. le thorax (cœur, respiration) : l'intelligence spirituelle, émotionnelle, intuitive, les sentiments ;
3. l'abdomen (les tripes) : les besoins ;
4. les jambes : la demande claire adressée à l'autre et conforme à nos besoins.

Nous sommes souvent coupés de nos sentiments, de nos émotions, que nous avons du mal à identifier, à cerner. Les sentiments permettent de connaître nos besoins, de savoir ce qu'on a dans les tripes. Ces coupures, ces enfermements, ces manques de circulation de l'info en nous, proviennent du fait que nous avons été encodés. Il nous fallait devenir un gentil enfant sage et raisonnable. Quand un enfant se met en colère, on lui demande d'aller s'isoler un instant et d'aller réfléchir sur sa colère. Or, comme personne ne lui a enseigné à traiter sa colère, à discerner les besoins vivants sous-jacents à la colère, il renonce à sa colère, pour demeurer intégré à sa famille, pour ne pas rompre avec l'appartenance nécessaire à sa survie biologique :
- coupe-toi de tes sentiments, de tes émotions, ça dérange. Deviens intelligent au lieu de te mettre en colère, au lieu d'être triste, au lieu d'être joyeux, etc. ;
- ne fais pas ce que tu penses être bon, mais écoute les autres et fie-toi à leur jugement : c'est cela qui est nécessaire pour t'intégrer. Adapte-toi.

Afin de rectifier le tir, visiter notre cœur quand il souffre plutôt que d'attendre et demander des consolations. Prendre le temps de descendre dans notre souffrance pour en explorer les causes. Apprendre à décoder nos émotions comme une clef qui nous permet de connaître nos besoins. En nous coupant de nos sentiments, on vit à côté de notre vie, de la vie qui aurait pu être la nôtre.

Faire bon usage de ses émotions et exprimer des demandes claires. Les jambes symbolisent l'action, la demande claire que nous ne savons pas exprimer la plupart du temps. La mère de famille appelle ses enfants à la cantonade : « J'ai besoin d'aide ! ». Elle exprime un besoin, pas une demande. Une demande claire serait : Est-ce que toi tu pourrais faire ceci (mettre le couvert) pendant que ton frère fait cela (laver la salade). Si je dis « j'ai besoin de te parler », ce n'est pas une demande claire. Par contre, « j'ai besoin de te parler pendant 10 minutes avant le dîner », est une demande claire. La demande est claire : elle ne demande pas quelqu'un qui soit gentil, mais quelqu'un à qui elle puisse parler pendant 10 minutes.


Comment cela se passe avec l'autre ?

Comme moi, l'autre est également coupé de ce qui se passe en lui. Cela se solde donc souvent par des tactiques guerrières, une guerre d'arguments : « J'ai raison parce que + arguments » auquel il est répondu « tu as tort + arguments ». On n'est pas dans l'écoute et la coopération.

Il existe un choix fondamental à faire dans la vie : être heureux OU BIEN avoir raison… Vouloir avoir raison à tout prix est le reflet de notre insécurité intérieure face à la différence.

A un moment, on ne sait plus quelle langue parler à l'autre, tant la déconnexion se creuse entre les personnes. Nous demeurons en façade avec ce que l'autre a dit et le ton qu'il a employé. On n'a pas écouté le sentiment (tristesse) ni le besoin de l'autre (j'ai besoin que tu penses à moi). Il est nécessaire d'aller voir derrière la façade plutôt que de riposter.

Pour cela, il est nécessaire d'entrer dans le terrain commun, dans ce qui nous rassemble. Nous avons tous besoin de partager avec les autres, de vivre ensemble dans une ambiance paisible et harmonieuse. Si nous communiquons au niveau des sentiments et des besoins, nous nous situons dans le domaine qui nous rassemble ; si nous communiquons au niveau du mental et des arguments, c'est un domaine qui nous divise. Ce n'est pas parce que j'écoute les sentiments et les besoins de l'autre que je démissionne de mes propres sentiments et besoins. Ce type d'attitude fait autorité. il ne s'agit pas d'une autorité SUR, mais d'une autorité AVEC.

Vigilance dans la relation : ne pas prendre pour argent comptant que les mots que nous employons sont une évidence pour l'autre et qu'il les reçoit comme nous les disons, en toute transparence, sans interférence, ni interprétation, ni filtre. Certaines fois, il est nécessaire de faire reformuler : Dis-moi ce que tu as compris de ce que je t'ai dit…

Ne pas être dupe d'une attitude. Apprendre à décoder les sentiments et besoins de l'autre, par-delà ses attitudes de façade. Une attitude d'enfermement (« je n'ai besoin de personne » d'un ado) peut signifier : je ne veux plus souffrir, je me protège, je me tais. Faire preuve d'empathie : « A la fois, j'ai envie de respecter son silence s'il est apaisé et heureux pour toi ; à moins que ton silence ne provienne de la tristesse ». Rejoindre le vivant en l'autre ; accompagner le vivant en l'autre avec une écoute active, en proposant des noms de sentiments, des noms de besoins, tout le vocabulaire qui fait défaut, pour qu'il puisse le saisir. Dans ce cas, l'empathie consiste à mettre ses propres sentiments entre parenthèse, momentanément, pour pallier l'urgence, pour écouter ce que fait tant souffrir l'autre.

Il est nécessaire de bien travailler la présence à soi-même pour pouvoir être présent aux autres. De même, la pacification intérieure intense permet d'instaurer des rapports pacifiants avec les autres.

Joël pique 15 mobylettes par jour, sur la Grand Place de Bruxelles, presque en face du commissariat, ce qui génère des courses-poursuites. Pourquoi Joël pique-t-il des mobylettes en si grand nombre alors qu'en fourguer 2 ou 3 par jour serait suffisant pour son argent de poche, sa dope, etc. Voler autant de mobylettes ne répond pas à un besoin vital et fondamental de l'être humain. Par contre, la prise de risque est une stratégie répondant au besoin de se sentir exister, de se sentir vivre. Je pique des mobylettes car la vie des adultes me paraît grise. J'ai besoin que la vie soit festive, vivante. Le besoin de Joël est recevable, le vivant en lui, se sentir exister physiquement, vie grisante, palpitante, rejoindre les copains, etc. même si la stratégie qu'il utilise est inappropriée. D'autres feront des sports à risques, des explorations à risques. Vivre des stimulations joyeuses dans l'appartenance, avec un fort sentiment de vivre : nous désirons tous cela.

De même qu'on enseigne aux enfants à lire, écrire et compter, ce serait bien de :
- leur enseigner à bien s'écouter eux-mêmes pour s'exprimer avec clarté ;
- leur enseigner à bien écouter l'autre et le laisser s'exprimer avec clarté ;
- leur enseigner à vivre selon le mode : « je ne t'impose pas mes besoins ; je ne me soumets pas aux tiens ».

Cela requiert un apprentissage quotidien… Apprendre à dire : « Je me sens… parce que j'aurais besoin de … ; est-ce que tu es d'accord pour … »

Apprendre à cohabiter avec nos talents et nos forces respectives, nos sentiments et nos besoins respectifs. S'intégrer sans démissionner de soi-même et sans prendre le pouvoir.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Ven 11 Jan 2013 - 1:53

Je me mets en absence indéterminée.

J'ai un grand point à faire sur ce que je suis.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Ven 11 Jan 2013 - 12:45


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Ven 11 Jan 2013 - 13:10

Un peu de science pour finir.

Les travaux d'un physicien (Kip Thorne) sur les trous noir et le temps :





http://www.jpl.nasa.gov/search/search.php?q=kip%20thorne

http://www.scienceface.org/clip.php?clip=2

http://worldsciencefestival.com/search/results/ec17fa73912fa9501af38c4c7d4884cf/

http://www.multimedia.ethz.ch/speakers/pauli/2011

http://www.ctc.cam.ac.uk/hawking70/multimedia_kt.html

Puis des vidéos TEDxCaltech sur YouTube :

https://www.youtube.com/playlist?list=PLFE01FB27B28A7E36

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Ven 11 Jan 2013 - 15:26

A la recherche d'Atoum - Page 16 Travaux


« Le silence est aussi plein de sagesse et d'esprit en puissance que le marbre non taillé est riche de sculpture. » Aldous Huxley

« Le silence n'est un outil de terreur que pour les gens qui sont incapables de se taire parce qu'ils ont l'obsession de la parole... Ce sont d'ailleurs des gens dont on peut se passer. » William Burroughs


Dernière édition par Qilin le Ven 11 Jan 2013 - 23:27, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Ven 11 Jan 2013 - 15:28


Bonne retraite.


Et si l'enfer est pavé de bonnes intentions, devient riche de son or!!!


Dernière édition par Mis en pate le Ven 11 Jan 2013 - 18:05, édité 1 fois (Raison : La descente du post me fait rire...)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Lemniscate le papillon le Ven 11 Jan 2013 - 19:23

Salut à toi.... mi Amigo

Juste de passage sur ton fil, où je prends toujours plaisir à te lire, tout ce que tu écris est plein d'enseignements, trés riche, trés sage... A la recherche d'Atoum - Page 16 2698908354

Grand merci à toi !

Mille Bizzousss

A la recherche d'Atoum - Page 16 732478
Lemniscate le papillon
Lemniscate le papillon

Messages : 6348
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 50
Localisation : Gard

Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Mag le Ven 11 Jan 2013 - 22:41

Bonne retraite et belle rencontre !

http://au-bout-de-la-route.blogspot.ca/2013/01/tout-est-question-dangles.html#more

A bientôt Au galop !
Mag
Mag

Messages : 3757
Date d'inscription : 19/05/2012
Age : 73

http://www.pearltrees.com/j1p/la-douance-facile/id5027857

Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Lun 14 Jan 2013 - 9:30

Merci Mag et Lemniscate Smile

Pour vous, une réflexion sur l'intégration entre la science et la spiritualité :




"Comment faire évoluer notre cerveau ? Aller vers l'inconnu !"




"Comment casser la coquille pour être soi-même"




Nos trois cerveaux : Aller de la pensée au faire puis à l'être



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Lun 14 Jan 2013 - 11:19

Tout est devenir ...

Tant de syllabes qui s’entrechoquent.
Tant de contours dans les nuées.
Tant d’éclats, rires qui se moquent.
Tant de détours dans mes pensées.

Outre le vent, il y a la pluie ;
Ombres dansantes dans ma mémoire
Où la lumière de l’envie,
Oui ! Fait écho à mon histoire.

Une rencontre, un sourire.
Un fugace instant volé.
Une couleur qui y délire
Une ? Et cet instant tôt envolé,

Terre brunâtre de mon enfance,
Toujours voit elfes qui dansent.
Tout mot semé sur une page
Tout mot planté comme un ravage



Est comme un cri, espérance
En devenir… Ou flamme qui stance
En la nuit, en clair-obscur
Echo des mots sur tous les murs … ?

Si l’on en croit la liturgie,
Si l’on est sûr de l’héritage,
Si l’on admet le grand passage,
Si l’on croit en ces bougies

Tous tourments sont vaines peines,
Tous instants sont nourriture.
Tout, tout ce que le cœur capture
Tend à offrir, les mains pleines,



Des sons, des odeurs et des songes
Dans les détours de cette vie.
Dis-donc, toi qui te ronge,
Dans les sentes des maudits

Est-il un endroit où il se pose
Enfin, l’oiseau que mal tu suis ?
Entre écorchures que tu fuis
Et la réalité qui s’impose

Voudrais-tu vraiment choisir ?
Volonté claire de changer l’onde ;
Visiter là, par ta faconde
Veules endroits où le moisir

Est ce qui reste de l’espoir ?
Eh bien non ! Non !!! Et ce noir
Entourage vain des mots tracés
Encre qui tue, entrelacée,

Nourrit la page de traits sinistres.
N’oublies pas que la vie est cuistre,
Non plus que tu as le temps.
N’étant ici que quelques ans

- Informels mais identiques -
Il faut saisir la quintessence
Il faut surgir des dynamiques
Inventer, peupler les absences

« Rouler » serein et optimiste.
Rendre la main à tout soupir,
Renouveler le jeu de piste,
Rester toujours en devenir.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Lemniscate le papillon le Lun 14 Jan 2013 - 12:56

OUAH.....

Bizousss à toi...

Je suis en train de regarder toutes ces vidéos... c'est génial !!!! je fais juste une pose, pour te dire à quel point c'est intéressant instructif..etc... bref merci, de faire accroître mes cellules grises et de faire évoluer ma conscience...

A la recherche d'Atoum - Page 16 1933707700
Lemniscate le papillon
Lemniscate le papillon

Messages : 6348
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 50
Localisation : Gard

Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Lun 14 Jan 2013 - 15:14

Salut Lemniscate Smile

Bah ... je ne fais rien de plus que de poster ce que je découvre tu sais. C'est en quelque sorte un "repository "pour moi, ici. Si je perds mon PC ou qu'il tombe en panne, je sais que je pourrai retrouver y des informations Wink

Et puis si cela sert, c'est la cerise sur le gâteau ^^

Merci en tout cas de ta présence Lemniscate et franchement content que tu y trouve de quoi t'alimenter Smile


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Lun 14 Jan 2013 - 15:32


Flamme qui saute et qui vacille
Une fois ici puis encore là
Flamme saute et puis qui brille
Dans les yeux de tous ceux-là

Qui dans ce monde ont débarqué.
Flamme qui luit, plus marquée
Dans l'âme aussi, de certains
Confondus ci-bas par le destin

Au sein de la multitude. Demain
N'est que recherche de certitudes
N'est que recherche d'une autre main
Qui briserait notre solitude.

Des rêves géants et apeurés
Conscience aigue de petitesse
Sentiments mêles de tristesse
Parés de couleurs chamarrées

Vagues de chaleurs et de doutes
Ondulations qui pavent la route
Et temps qui passe, inachevé
Loin de ce que l'on concevait

Du monde, des gens, de l'autre
De soi-même. Se faire l'apôtre
Du don de soi, est-ce la voie
Ou faire juste ce que l'on croit ?

Tous ces démons qui nous tentent
Tous ces poids qui sur la pente
Nous entrainent sans se lasser
A passer pour des trépassés

Ont-ils raison de nous contraindre
A douter de cet esprit vivace
Qui sait rêver, qui sait se plaindre
Qui de la vie voit la rosace

Et toutes les couleurs de l'arc-en-ciel ?
Qui, de son trop plein de miel
Tire son art, sa foi, son courage
Pour dire son débordement de rage

A ne pouvoir souvent donner ?
Qui parcourt sentiers non défrichés
Où combien de pals sont fichés
Ayant tué la foi des abandonnés.

Notre place est à chercher
Dans un monde dur et fragmenté
Dans un sol plein de rochers
Ou seul l'écart a augmenté

Entre les êtres et les mots
Entre les choses et leur vue
Entre la naissance et la mue
Entre le don et des écots

Entre la jouissance et l'envie
Entre l'existence et le déni
Entre l'être et le paraitre
Entre naître en envie d'être

Entre faire et s'adapter
Entre action et volonté
Entre le rêve et la journée
Entre maintenant et l'ajourné

Entre "je peux" et "je le dois"
Entre "tant pis" et "après moi".
Faut-il apprendre à renoncer
Ces quelques paroles prononcer

Pour refuser ce qui nous blesse
Dans nos toutes nos idées trier ?
Alors une part de nous on laisse
Mais on arrête de hurler

C'est la conscience, l'acuité
Sur cette vie qui nous limite
Qui nous déchire. Qui nous irrite.
N'est-ce point trop de fatuité ?

Chemin vers l'utopie ? Peut-être.
Mais n'a-t-elle pas fait avancer
Ceux pour qui l'impossible enclenchait
L'avancé vers leur " autre être " ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Lun 14 Jan 2013 - 16:41


A la recherche d'Atoum - Page 16 Bouddha-final1


L'existentialisme est un mysticisme (thèse de Soren Olsen sur l’œuvre de Ionesco) : http://www.ionesco.org/these.html


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Lun 14 Jan 2013 - 16:45

A voir : Le chemin solitaire d’Arthur Schnitzler

A la recherche d'Atoum - Page 16 Pdj_flyer_stan_chemin_web_-_Copie-809ef

Dans cette pièce dérangeante ("Der einsame Weg"), publiée en 1904 par un médecin autrichien admirateur de Freud et en rupture avec la société moraliste de Vienne, les personnages accouchent de leurs lâchetés, peurs, échecs et déceptions.

Une femme vient de mourir. Cinq personnes qu’elle a connues se croisent. Et petit à petit, dans le huis clos de ces retrouvailles, les incompréhensions, les rêves avortés du passé, les ressentiments du présent, les blessures jamais refermées ressortent dans une amertume pathétique. Et les personnages, à travers ces vies détricotées, ces liens d’amitié ou d’amour brisés un jour par lâcheté, par crainte de perdre sa liberté, ne peuvent que constater que "la vieillesse est solitaire".

"Qui se préoccupe vraiment des autres ?", "Il est trop tard", "Le chemin qui descend, nous sommes tout à fait seuls dessus, nous qui n’avons jamais appartenu à quiconque", lancent tour à tour les acteurs de cette introspection collective.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Lun 14 Jan 2013 - 16:51

Éloge de l'équilibre (Jean Delorme)

A la recherche d'Atoum - Page 16 9782296099715

Quatrième de couverture :

" La terre et l'homme sont malades. C'est donc autour de la notion d'équilibre, trop souvent méprisée, que devront se construire des solutions raisonnables pour l'atteindre. L'équilibre n'est pas un état, c'est une conquête, une mise en harmonie de forces et d'énergies opposées, la résolution de tensions et de conflits qui sont la règle ainsi que l'on compris les premiers philosophes grecs comme les médecines orientales mentionnés dans cet ouvrage. "


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Lun 14 Jan 2013 - 17:06

Reconnaître le solitaire et le solidaire en chacun d’entre nous (Interview d'Yvan Amar recueillie par Jacques Durand en avril 1995)

Question : Pouvez-vous nous parler du parcours spirituel qui est original et différent pour chaque individu ?

En fait, c’est la source même de la liberté de chacun. Le parcours de chacun est plus qu’original, il est unique et incomparable, et c’est en cela qu’il doit être l’occasion pour chacun de recouvrer sa liberté d’origine.
Le chemin n’est pas un chemin pour aller vers la liberté ; c’est un chemin dont la nature est la liberté, et ce n’est que dans la mesure où, au travers de ce chemin, on peut vivre ce qu’il y a d’unique, d’incomparable, que non seulement on peut témoigner de cette réalité universelle de façon unique, mais aussi entrer en relation vivante avec tous les êtres, tous les témoignages uniques de cette même réalité.
Quand je reconnais ma propre façon unique, incomparable, de témoigner de la réalité universelle, je peux d’autant mieux accueillir - et entrer en relation avec - tous les autres témoignages uniques existants.
La beauté de cette prise de conscience, c’est qu’à la fois elle m’oblige dans la liberté à l’impeccabilité, l’excellence, et la rigueur de ce dont je dois témoigner moi-même, mais elle m’oblige aussi à reconnaître cette même pensée qui anime tous les êtres autour de moi dans leur originalité et leur liberté.
La conscience du caractère unique de chacun engendre à la fois le respect, la tolérance, et aussi le sentiment de la nécessité de se relier à tous les êtres : qu’on ne peut grandir que tous ensemble. On a quelque chose à assumer en propre, on ne peut l’assumer que seul, mais on ne peut grandir qu’ensemble. Reconnaître le solitaire et le solidaire en chacun de nous voilà le grand paradoxe.

Les faire se rencontrer relève d’un exercice d’équilibre très particulier. Nous connaissons l’équilibre facile ; comment tenir sur un espace restreint.
Mais celui-là est d’une autre nature ; il est le plus délicat d’entre tous : comment tenir en équilibre sur un non espace ! Il est l’équilibre du Fils de l’Homme.
Seul le coeur connaît cet équilibre-là. Voilà la leçon importante de toutes les époques : l’égoïsme ne peut jamais être le chemin, qu’il soit individuel ou collectif, scientifique ou religieux.
La seule façon de témoigner, c’est d’être libre de toutes les croyances illusoires, de toutes les appropriations illusoires, et nous sommes dans une telle confusion spirituelle aujourd’hui.
Ce n’est déjà pas facile de se sortir du fatras du quotidien égoïste, mais quand on nous propose, pour en sortir, un nouveau fatras spirituel, celui-là, nous passons de Charibde en Scylla, nous passons d’un bazar relativement connu à quelque chose de quasiment pire !
Si, à notre époque, il y a un rappel de la dénonciation traditionnelle de l’égoïsme, ce doit être un rappel dans la modernité. La tradition s’actualise toujours en fonction du temps et du lieu où elle s’exprime. La vérité d’un enseignement, fût-il éternel, n’a de valeur que si elle est formulée selon le temps et le lieu où l’on se trouve.
Seulement il faut faire la distinction entre une modernité traditionnelle et le “Big Bazar” du “New Age” (nouvel âge). Le New Age est trop souvent un fatras d’approches plus ou moins sauvages, sans organisalion ni principe de cohérence, alors que la spiritualité moderne, la tradition dans la modernité, est un langage moderne imprégné d’une rigueur.
Il y a une vérité éternelle qui est la tradition, et pour que la spiritualité ait un sens aujourd’hui, il faut qu’avec les éléments du monde moderne, il y ait constamment la présence d’une intelligence, d’une cohérence, d’une rigueur qui relèvent de l’expérience de cette dimension éternelle. Seule cette qualité-là peut constamment ramener à une exigence, à une intégrité, à une qualité jamais corrompue, jamais corruptible. Ce qu’elle énonce en priorité, c’est ce qui est au-delà de la corruption, qui est incorruptible. Quand Jésus bazarde les marchands du Temple, il rappelle un nettoyage que l’on doit faire à l’intérieur de nous-mêmes. Ce principe premier “JE SUIS” doit “bazarder” tout ce qui, en nous, peut corrompre cette qualité d’origine. Le temple que nous sommes doit être complètement débarrassé de tout ce qui peut corrompre cette dimension d’origine.
Il est important dans le cheminement de faire la part de ce qui relève en nous de la concession à la mécanique corruptrice, car on est très complice de cette corruption-là. On est ravi de se laisser corrompre par les peurs, les habitudes, les acquis de toutes sortes.

Il n’y a qu’une seule façon de pouvoir dénoncer cette corruption, c’est d’être en contact intime, soit avec cette intelligence en nous, soit avec cette intelligence vivante dans un homme qui, lui, peut nous obliger à la voir en nous. Cet homme-là ne nous permet pas de la voir, il nous oblige à la voir. Et c’est dans la mesure où l’on veut bien coopérer, où l’on veut bien faire face, dans cette vision, à ce qui en nous est la corruption d’origine, qu’un travail authentique peut s’accomplir.
Dans le grand supermarché de la spiritualité New Age, si ce principe n’est pas là, nous sommes à nouveau avec les marchands du temple ; toutes les corruptions, toutes les déformations sont possibles.
Dès lors, on prête le flanc à toutes les critiques du monde que l’on prétend transformer. On prête le flanc à toutes les accusations, parce que nous-mêmes ne nous comportons pas de la façon digne et impeccable dont ce principe doit témoigner dans le monde. Cela est important et doit être dit, surtout dans le cadre d’un journal d’annonces où tant est proposé. Et il est important qu’il y ait là, plus que n’importe où, une immense rigueur.
Nous sommes sur un chemin de transformation, tout notre itinéraire, c’est la transmutation du plomb en or. Il y a une chose que la pierre philosophale nous fait découvrir, dès qu’on entre en contact avec elle : c’est que le plomb, c’est de l’or. devenir de l’or ; le plomb révèle l’or qu’il est déjà. L’or, c’est le plomb qui a grandi. Ce n’est pas du plomb qui a changé de nature. C’est du plomb qui a déployé sa nature d’origine. Le plomb est un moment du grandir de l’or. Le plomb c’est de l’or “premier âge’’, et en fait, quand on rencontre la pierre philosophale, elle nous fait reconnaître que l’on est de l’or, même si, apparemment, on en témoigne qu’au niveau du plomb. C’est là que commence ce que j’évoquais précédemment : la nature même du chemin est liberté.

Quand on reconnaît, grâce à la "pierre philosophale", qu’on est déjà "de l’or", cette reconnaissance-là apporte une très grande liberté. Mais y sont associées aussitôt deux choses : la première, une responsabilité. Suis-je prêt à assumer cette vision : je suis "de l’or" qui doit grandir ? Vais-je faire ce qu’il faut pour faire grandir cet or-là, et non pas simplement dire : « le plomb c’est déjà de l’or », et vivre au niveau du plomb que je suis.
Et la seconde, c’est que la "pierre philosophale" est en même temps élixir de vie. De même le sage, par la vision de sagesse, nous dit ce que l’on est, et par la vision de compassion s’adresse à notre souffrance ; il ne fait pas que parler de réalité ultime, il vient souffrir avec nous
.
La "pierre philosophale", la “poudre de projection” est jetée dans le feu, dans le creuset, en même temps que le plomb. Le maître de compassion vient avec nous dans la souffrance. Il vient souffrir avec nous pour pouvoir nous réconcilier avec l’état du grandir que l’on est ; la souffrance dans laquelle on se trouve, parce que cette souffrance-là, seule, est notre porte d’accès à la réalité. Notre plomb est notre seule porte d’accès à l’or.
Cela est le deuxième aspect de renseignement : c’est d’être réconcilié avec sa propre souffrance, d’être réconcilié avec son propre mensonge, parce que le chemin de la vérité passe par notre mensonge conscient. C’est donc de travailler sur ce que l’on est, mais avec le principe de cohérence et la rigueur issus du témoignage ultime.

Voilà à quoi nous oblige une démarche, voilà à quoi nous oblige la rencontre avec le réel.


Yvan AMAR (1950-1999) à publié aux éditions "Le relié" les ouvrages suivants :

  • "Les béatitudes”
  • “Les nourritures silencieuses”
  • “La pensée comme voie d’éveil”
  • “L’Obligation de conscience”
  • “La conscience corporelle”
  • “L’Alchimie de l’homme”.


Et chez Albin Michel :

  • "L’effort et la grâce”
  • “Les dix commandements intérieurs”
  • “Le maître des béatitudes”.


Marie de Hennezel lui a consacré un livre entier : “Mourir les yeux ouverts” (Editions Pocket).





Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Lun 14 Jan 2013 - 17:34

Je continue à poster d'autres de mes découvertes là : http://www.zebrascrossing.net/t9171p20-fiche-de-lectures#367573

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Lun 14 Jan 2013 - 18:26

Allez !!! bounce

Une petite séance de cinéma ?




Et la compilation des phrases culte des " Tontons flingeurs " Laughing



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Lun 14 Jan 2013 - 19:20

drunken





bounce

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Lun 14 Jan 2013 - 20:03

Allez, comme à mon habitude (pffff ... Very Happy) une bordée de citations.

----------------------------------------------------------------

" La vie s'arrête lorsque la peur de l'inconnu est plus forte que l'élan." Hafid Aggoune

" Le bonheur n’est pas le fruit de la paix ; le bonheur, c’est la paix même. " Alain

" Le temps que l’on passe dans l’agitation est du temps perdu. Comment pourrait-il s’envoler celui qui s’échine en remuant le fumier du monde ? " Cheikh Al Alawi

" Ne demande pas : « Qui a raison ? » Demande : « Que puis-je apprendre de toi ? " Rabbi Alon Goshen-Gottstein

" Ne dis jamais que tu ne vaux rien, car dans la plus sale des flaques, le ciel peut se réfléter. " Alain Anderset

" La vie est la seule chose qui ne se trompe pas, si toi, cœur, tu as le courage de l’accepter. " Alessandro d’Avenia

" Seule la lutte contre l'inhumain, si nous acceptons de le combattre ensemble, peut réconcilier celui qui croyait au ciel comme celui qui n'y croyait pas. " Louis Aragon

" Il faut regarder le néant en face pour savoir en triompher. " Louis Aragon

" Tu connaîtras la justesse de ton chemin à ce qu’il t’aura rendu heureux. " Aristote

" Celui qui est charnel l’est jusque dans les choses de l’esprit ; celui qui est spirituel l’est jusque dans les choses de la chair. " St Augustin

" L’homme souhaite le bonheur même lorsqu’il fait en sorte que le bonheur devienne impossible. " St Augustin

" Sois calme et comprends, car tu te troubles et dans ta demeure intérieure tu atténues la lumière. " St Augustin

" Le bonheur, c’est de continuer à désirer ce qu’on possède. " Saint Augustin

" Ne te laisse point prendre au tourbillon; mais dans tout élan, propose toi le juste; et, dans toute représentation, sauvegarde ta faculté de comprendre. " Marc Aurèle

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Lun 14 Jan 2013 - 20:57

Et hop Smile ... Un peu d'auto-dérision ! Ça fait du bien de temps en temps Wink

A la recherche d'Atoum - Page 16 19351

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Lun 14 Jan 2013 - 21:40

Tout ce que l'on réprime s'imprime
Ce à quoi on résiste, persiste
Ce qui nous affecte, nous infecte
Ce que l'on fuit, nous poursuit

En revanche, heureusement
Ce à quoi l'on fait face, s'efface
Ce que l'on visualise, se matérialise
Et ce que l'on bénit, nous ravit


Mitakuye Oyasin (chef de prière Sioux)


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Lun 14 Jan 2013 - 22:10

Allez, je vais faire un tour sous la neige . Gouter à cette belle ville sous son manteau qui, je l'espère, sera blanc. Et puis manger une crêpe au sucre tandis que j'irai chercher des cigarettes.

La vie simple est la plus belle des vies Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Lemniscate le papillon le Lun 14 Jan 2013 - 22:16

Ramene moi aussi une crêpe au nutella, et un paquet de clope...stp

Bizz Wink
Lemniscate le papillon
Lemniscate le papillon

Messages : 6348
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 50
Localisation : Gard

Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Lun 14 Jan 2013 - 23:29

Bon. Me v'la revenu Smile

Il neige à petits flocons bien épars, mais le sol est encore trop chaud pour que cela tienne au sol Sad

J'ai trouvé des clopes et des crêpes Smile

Cependant Lemniscate ... je suppose que la tienne ne tiendra pas longtemps dans une lettre. Aussi me proposerai-je pour la manger à ta santé (si tu le veux bien, hein ?) Razz

Quant aux clopes, je veux bien te les envoyer Laughing


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Lemniscate le papillon le Lun 14 Jan 2013 - 23:35

Bon... tant pis pour le nutella !!! grrr régale toi à ma santé alors

et les clopes tu me les envoies une par une ??? ça va mettre une plombe pour les reçevoir....Very Happy
Lemniscate le papillon
Lemniscate le papillon

Messages : 6348
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 50
Localisation : Gard

Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Lun 14 Jan 2013 - 23:39

P'têt bien Wink

Mais comme ça tu fumeras moins Razz

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Lemniscate le papillon le Lun 14 Jan 2013 - 23:45

Ahahh.. ça c'est pas dit !!! Evil or Very Mad
Lemniscate le papillon
Lemniscate le papillon

Messages : 6348
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 50
Localisation : Gard

Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par MysticApocalypse le Mar 15 Jan 2013 - 2:57

un petit coucou par ici......je vois qu'on ne se refuse rien.... Wink moi je suis passée prendre un peu d"air positif par ici et je vois qu'on parle plaisirs......il est est vrai qu'une vie heureuse est une vie simple......faites de petits plaisirs simples qu'il faut simplement apprécier.....
pas étonnant que beaucoup de zèbres soient épicuriens Very Happy
bisous et c'est toujours un plaisir de vous lire même si j'interviens très peu dernièrement sur le forum!
MysticApocalypse
MysticApocalypse

Messages : 3476
Date d'inscription : 07/08/2012
Localisation : Dans la limite du stock de neurones disponibles.....

Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 15 Jan 2013 - 10:36

Hey !

Les plaisirs simples sont l'essence de la vie. Que faire des frictions ? S'y réchauffer ? Il y a un bon feu de bois pour ça, surtout en cette période !

Bises et à bientôt Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 15 Jan 2013 - 12:13

Toujours rester à niveau ...


A la recherche d'Atoum - Page 16 5154889z9282022

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 15 Jan 2013 - 14:02

Patience dans l'azur
(Paul Valéry)



Ces jours qui te semblent vides
Et perdus pour l’univers
Ont des racines avides
Qui travaillent les déserts

Patient, patience,
Patience dans l’azur !
Chaque atome de silence
Est la chance d’un fruit mûr.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 15 Jan 2013 - 14:42

Les mouettes
(Jules Lemaître)



Par les couchants sereins et calmes, les mouettes
Vont mêlant sur la mer leur vol entrecroisé,
Tels des gris souvenirs pleines de douceurs secrètes
Voltigeant dans un coeur souffrant, mais apaisé.

L'une, dans les clartés rouges et violettes,
D'un coucher de soleil, fend le ciel embrasé,
Une autre comme un trait, plonge dans les eaux muettes
Ou se suspend au flot lentement balancé.

Nul oiseau vagabond n'a de plus longues ailes
De plus libres destins, ni d'amours plus fidèles
Pour le pays des flots noirs, cuivrés, bleus ou verts

Et j'aime leurs ébats, car les mouettes grises
Que berce la marée et qu'enivrent les brises
Sont les grands papillons qui butinent les mers
.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 15 Jan 2013 - 15:11


" Il faut savoir risquer la peur comme on risque la mort. " Georges Bernanos

" Pour un être conscient, exister consiste à changer, changer à se mûrir, se mûrir à se créer indéfiniment soi-même. " Henri Bergson

" Nous ne savons pas si les choses qui nous affligent sont ou non le commencement secret de notre bonheur. " Jorge Luis Borges

" Le premier pas vers le changement est la prise de conscience. Le second est l’acceptation. " Nathaniel Branden

" C’est une grande misère que de n’avoir pas assez d’esprit pour bien parler, ni assez de jugement pour se taire. " La Bruyère

" Le non-agir ne signifie pas repos après l’action mais repos toujours en action. " Chang Chung-Yuan

" Les choses qui s’écroulent sont une sorte d’épreuve, mais aussi une sorte de guérison. " Pema Chödrön

" Tout ce que l’on a à faire est de se démasquer, si pénible que cela soit. " Chögyam Trungpa

" Le succès, c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme. " Winston Churchill

" Mourir, c’est célébrer ses noces avec l’éternité. " Djalal al-Din Rumi


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 15 Jan 2013 - 15:54

Je continue à alimenter le fil sur la psychologie et la sociologie.

http://www.zebrascrossing.net/t9171p20-fiche-de-lectures#368604

Pour en revenir sur le débat sur la franchise et le heurt entre murs, cette façon de faire est sans doute différente, mais elle conduit néanmoins à poser quelques "briques" ... Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 15 Jan 2013 - 16:09

Charles Beaudelaire parlant de l'hypermnésie au travers de son poème

Spleen


J’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans.

Un gros meuble à tiroirs encombré de bilans,
De vers, de billets doux, de procès, de romances,
Avec de lourds cheveux roulés dans des quittances,
Cache moins de secrets que mon triste cerveau.
C’est une pyramide, un immense caveau,
Qui contient plus de morts que la fosse commune.
— Je suis un cimetière abhorré de la lune,

Où comme des remords se traînent de longs vers
Qui s’acharnent toujours sur mes morts les plus chers.
Je suis un vieux boudoir plein de roses fanées,
Où gît tout un fouillis de modes surannées,
Où les pastels plaintifs et les pâles Boucher
Hument le vieux parfum d’un flacon débouché.

Rien n’égale en longueur les boiteuses journées,
Quand sous les lourds flocons des neigeuses années
L’ennui, fruit de la morne incuriosité,
Prend les proportions de l’immortalité.
— Désormais tu n’es plus, ô matière vivante,
Qu’un granit entouré d’une vague épouvante,
Assoupi dans le fond d’un Sahara brumeux,
— Un vieux sphinx ignoré du monde insoucieux,
Oublié sur la carte, et dont l’humeur farouche
Ne chante qu’aux rayons du soleil qui se couche.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 15 Jan 2013 - 18:16

Je viens de recevoir une super nouvelle Hourra !

Une de mes amies vient d'avoir son CAPES !!!

Je suis tellement content pour elle que j'en saute de joie. Elle l'a passé en même temps qu'elle prépare une thèse et c'est fantastique d'avoir pu faire cela en même temps !

Chapeau bas Courbette

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Doinel le Mar 15 Jan 2013 - 18:19


Tu as sauté avec tes pieds ou par la force de la pensée, bien assis sous ton arbre?
Doinel
Doinel

Messages : 1297
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 54
Localisation : Rouen

http://laboitedalphonsed.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 15 Jan 2013 - 18:22

Sur mes pieds Doinel.

Il se trouve (mais il semble que peu puissent s'en rendre compte - sans doute aussi parce que j'en fait rarement état) que j'ai un cœur qui vibre et qui résonne.

Le seul fait de l'histoire l'a contraint à rester en silence, et il n'est point facile de lui redonner confiance. Seuls ceux qui me connaissent bien le savent ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Doinel le Mar 15 Jan 2013 - 18:28


Pour l'instant je ne te connais que comme ce moine assis sous son arbre Very Happy
Doinel
Doinel

Messages : 1297
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 54
Localisation : Rouen

http://laboitedalphonsed.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 15 Jan 2013 - 18:36

Il y est parce qu'il faut pour lui qu'il se retire un peu du monde.
Il y est parce que cela a toujours été un abri.
Il y est parce que ces branches l'ont accepté là où les bras de parents l'ont refusé.
Il y est parce qu'il médite en paix, qu'il puise en lui la force que personne ne lui a transmise.
Il y est parce que c'est un moyen de découvrir le monde en lui après avoir vu le monde autour.
Il y est parce qu'il y est bien, encore un temps, encore un peu avant de reprendre sa marche au dehors.
Il y est parce qu'aller vers l'autre c'est, je le crois, d'abord aller vers soi. Y regarder ce qui génère les émotions et ce qu'elles disent de lui. Pour appréhender celle des autres.
Il y est parce qu'il apprend à lire ... derrière ses propres mots, ses propres maux ...
Il est y, souvent en silence, à remonter les fils des uns et des autres, pour ne pas parler sur l'instant mais sur la durée. Pour éviter ce qu'il s'est fait à lui-même : Se projeter au dehors en s'oubliant ...
Il est là et il l'accepte, comme une onde dans le temps ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'Atoum - Page 16 Empty Re: A la recherche d'Atoum

Message par Invité le Mar 15 Jan 2013 - 19:51

Fabienne Brugère et Guillaume le Blanc : Judith Butler, trouble dans le sujet, trouble dans les normes (Auteur le l'article : Sandrine Alexandre)

http://www.actu-philosophia.com/spip.php?article148

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Page 16 sur 20 Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17, 18, 19, 20  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum