du neuf... avec un oeuf... et p'tet un boeuf (ou une "beuh"!)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

du neuf... avec un oeuf... et p'tet un boeuf (ou une "beuh"!)

Message par ébullitionnelle sensible le Ven 7 Déc 2012 - 5:49

Bonjour à tous!

Déjà, merci d'exister! Cool

Ensuite, j'espère que je suis autorisée à créer un nouveau message, même si je pourrais me retrouver dans de nombreux titres, mais se présenter, c'est prendre une place : alors j'ose, j'en prends une pour moi. albino (d'où le neuf du titre)

En plus, désolée, mais je n'ai pas préparé mon entrée, n'ai pas regroupé mes notes sur le sujet donc les ai encore moins organisées. Pardon.

Contexte de découverte de la surefficience (qui reste à diagnostiquer) : En congé mat, je participais vaguement à un forum relativement creux au sujet des enfants et de l'éducation... j'ai lancé un débat qui ne se creusait pas... jusqu'à ce qu'une personne intéressante intervienne... et que je réponde. Et là, le côté torturé a saisi une forumeuse qui m'a balancé "ah j'ai compris, t'es surefficiente!". Jamais entendu parler. Rien sur Wikipedia. Des sites plus ou moins perso., des dénominations changeantes avec un terme générique de "profil atypique" (là oui, je veux bien) mais surtout -plus généralement- dans le panier des "surdoués", alors là, à l'opposé de moi!!! J'ai toujours eu conscience de mes limites intellectuelles et aurais refusé tout test de QI de peur d'être face aux résultats, face à un diagnostic de "débile légère", enfin "personne souffrant de déficience" ou plus light ou plus codé "personne en situation de troubles cognitifs"... = avec un statut d’handicapé.

Bref, j'ai fait de rapides recherches (j'ai appris à ne plus me perdre dans les méandres du net et à limiter mon temps investi à différentes choses ayant un quotidien déjà très très rempli) et j'ai acheté le bouquin "je pense trop". Là, paf. Du blabla, pas top scientifique... mais qui me correspond si bien ! Troublant, dérangeant même car j'ai le sentiment que cette "pathologie" (excusez-moi mais je perçois ce "problème" de la sorte) a formaté ma personnalité. Moi qui ai réussi à enfin trouver ma "voie identitaire" de manière progressive, au fil du temps, depuis ma petite adolescence, moi qui assume mes points de vue, mon honnêteté et parfois mes difficultés d'intégration sociale... je me prends dans la tête que :
-Aspects positifs (allez, pour une fois je commence par là) :
1/ J’ai un truc effectivement « biologique » qui explique mes bizarreries… Là c’est le point soulageant : je comprends mieux.
2/ J'ai déjà fait le point sur mes nombreuses bizarreries. Et même si je ne les avais pas forcément regroupées, je me suis analysée pour me comprendre et j'ai appris à palier mes difficultés (certaines en tout cas) et à assumer mon chemin.
-Aspects négatifs :
1/ Il y a donc réellement quelque chose qui cloche chez moi. Ça angoisse de se savoir différente… définitivement différente.
2/ ET PIRE : Je réalise que ce que je pensais avoir construit et construire encore- de "moi" n'est qu'une simple adaptation à cette pathologie et que cette dernière m'a joliment fait croire que je décidais de mon chemin alors qu'elle m'a conditionnée à devenir ce que je pensais avoir choisi d’être devenue (et que je pense être). Là, c'est dur. On touche à ma liberté de penser, pire à mes propres choix qui ne seraient qu'illusoires. Bref, je suis bernée par ma pathologie, c’est elle qui me balade, elle qui m’a formatée...

Bon, j'ai tout de même trouvé, entre le site de François Calais et le bouquin des trucs qui ne me correspondaient pas. Notamment, une caractéristique qui me paraît fondamentale : être capable de faire plusieurs choses à la fois. Pour le coup, et c'est là toutes mes limites intellectuelles (et le fait que je perçoive cette pathologie que de manière handicapante, puisque je n'ai pas les avantages mais cumule largement les inconvénients!), je suis incapable de faire deux choses à la fois! Enfin deux choses réfléchies (allez, je me permets une blague largement répandue "je suis une nana quand même, donc je sais parler et étendre une lessive!!!", je suis vache de la faire, j'ai un homme avec qui on partage réellement tout, enfin a-t-il eu le choix? en tout cas il adhère, bref!). Donc j'en étais que je ne pouvais faire deux choses nécessitant réflexion en même temps. In-ca-pable! Alors j'ai une petite explication. Etant totalement évaporée et éprouvant de réelles difficultés de concentration étant petite, ma mère m'a réellement formatée (à ces âges, j’accepte bien cette idée) à me focaliser sur une chose à la fois. Depuis, c'est mon arme pour faire, de manière rapide et efficace (car organisée). Deuxième point que je relie direct : je ne lis jamais les bouquins en diagonale : je lis tout, je commence par le début et m'interdis de ne pas le finir. Bref, là aussi, je subis le formatage très "scolaire" (dans le sens négatif du terme) de ma môman. Mais ces formatages ont été certainement, pour moi, les outils les plus utiles pour évoluer (et donc trouver très progressivment une place dans la société). Une certaine rigueur que j'essaie de transmettre à mes élèves (ah oui, dans la liste des tares -lol- je suis instit... dans le spécialisé! Pour les "déficients intellectuels" d'après ma fiche de paie, enfin les personnes souffrants de "troubles cognitifs"... coïncidence bizarre, un retour à la source? bref, je m'éloigne encore, mais pas tant que ça).

Les autres différences perçues... ont toute une explication repérée dans mon vécu, dans mon histoire donc mon évolution (« trop tactile » : je suis à l’opposé mais parce que je suis très sensible au toucher justement / la synesthésie que j’attribuais –à tort ou non- à certaines formes d’autisme / le « vide identitaire »possible, le fait de ne pas savoir dire non… mais là, j’ai beaucoup évolué et me suis affirmée, enfin je suis même à l’opposé !).
Sauf tout ce qui touche au paranormal (télépathie, prémonitions, présences occultes…) mais j'en flippe tellement que si je devais m'en approcher, je fermerais la porte à triple tour et ajouterais des verrous!

Bon, face à la multitude de trucs que j'ai eu l'impressions de lire "pour moi" (comme s'ils avaient été écrits pour me décrire... petit retour dans l'enfance : nombriliste!), je me suis dit que ça devait être mon cas. Je vous passe donc la liste de "compatibilités" que j'ai relevées...
J'aimerais bien savoir comment faire un diagnostic... et où. Mais d'après l'auteure, il vaut mieux éviter les tests de QI (OUFFF, tant mieux!), alors je ne sais pas trop vers quelle structure ou quelle personne me tourner. Ce diagnostic me permettrait d'être sûre et j'espère, me donnerait des indices sur mon fonctionnement cérébral. Il faut que je trouve le temps de fouiller sur les nombreux posts du forum qui semble très complet…

Au passage, j'ai tout de suite pensé à ma meilleure pote... et ai aiguillé une autre copine vers la surefficience. Clairement, on est dans le même panier, avec nos nuances... mais cette façon de se comprendre sans devoir se répéter ou expliciter notre cheminement de pensée ne me laisse pas de doute (en tout cas si j'en suis une, elles sont également touchées!). J'ai eu l'honneur de les mettre sur la voie...... avec le choc que cela peut représenter. Mais je les sais toutes deux suffisamment constructives et en recherche d'explications ;o)

Je n'ai pu me résigner à acheter les bouquins de Jeanne Siaud Facchin. Le terme "surdoué" me rebute. Même si –a priori-, c’est the référence dans le domaine !?

Au final, je ne sais pas si mon mail va fournir une petite pierre à l’édifice déjà bien entamé du forum… ou s’il n’aura été utile que pour moi.
Il est vrai que je suis en pleine couvade (d'où l'oeuf du titre), je ne vais pas tarder à mettre au monde mon troisième enfant et vais être largement occupée à l’accueillir (et et gérer les deux frangins de 2 et 4 ans!)… Je ne sais pas si je vais pouvoir être très active ici. Je mets toujours un point d’honneur à prioriser mes choix d’action, notamment ce qui touche à mes proches (et mon boulot en temps normal !).

En tout cas, j’ai de la lecture devant moi… et vais certainement réagir (d'où le boeuf du titre! jocolor ). Mais le nombre de pages de chaque sujet peut parfois rebuter ("alors ça! ça m'intéresse ça... Ai-je 2 heures devant moi pour tout lire? ou 3 si je veux répondre? Laughing )

Merci si vous êtes arrivé(e) jusqu’ici.
Bonne journée à tous et à bientôt !

ébullitionnelle sensible
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 134
Date d'inscription : 06/12/2012
Age : 38
Localisation : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: du neuf... avec un oeuf... et p'tet un boeuf (ou une "beuh"!)

Message par Luc le Sam 8 Déc 2012 - 15:20

Bienvenue, ébullitionnelle sensible !

ah j'ai compris, t'es surefficiente!

Sauf que ... il est où le site de François Calais ? je ne le trouve pas Question

_________________
Mode d'emploi du forum

Luc
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3959
Date d'inscription : 19/06/2009
Age : 58
Localisation : La Défense, près de Paris

http://wiki.zebrascrossing.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: du neuf... avec un oeuf... et p'tet un boeuf (ou une "beuh"!)

Message par Cyrille999 le Sam 8 Déc 2012 - 15:35

Bonjour à toi ébullitionnelle sensible,

Moi, je ne sais faire qu'une seule chose à la fois. Et c'est très bien. A toi qui est angoissée d'être différente, je t'aiderai à l'être, se différencier, c'est mon cheval de bataille, moi, j'ai toujours adoré être différent.....

Pour que tu sois sûre de ton efficience, c'est tests de QI, na ;-)

Prends soin de toi,
Cyrille

Cyrille999
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 284
Date d'inscription : 28/10/2012
Age : 51
Localisation : Lumière céleste

http://cyrille.chagnon.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: du neuf... avec un oeuf... et p'tet un boeuf (ou une "beuh"!)

Message par ébullitionnelle sensible le Dim 9 Déc 2012 - 8:22

Bonjour!

Merci pour vos réponses.
Lol à Luc pour sa phrase en bleue ;o)

Voici le lien du site en question, il y a un onglet spécial "surefficience mentale":
Ah non, je n'ai pas le droit, je suis trop jeune ici ;o)
Disons que sur un moteur de recherche commençant par G, il faut taper "surefficience mentale" et c'est le premier lien. Tu es directement dans le bon onglet, celui de la surefficience.
Je ne fais ici aucune pub, ce n'est pas un lien commercial... juste les réflexions d'un homme qui a une histoire très spéciale... et c'est en lisant une partie de ses écrits sur le site que j'ai commencé à découvrir la surefficience. J'espère donc ne pas entraver la chartre établie ici Embarassed

Pour ce qui est du QI, bah je ne me sens pas motivée du tout... ou alors il me manque encore qq mois (ou années) pour que l'idée germe!?

Je serais plus dans l'idée d'un diagnostic "général" : à vrai dire j'ai regardé la liste des psy spécialisés en cognitivisme et par chez moi, personne! ça limite les possibilités, je ne sais pas si je vais me donner les moyens d'aller à Paris ou autre grande ville ...

En fait, ce qui m'intéresserait de savoir, c'est bien de confirmer que mes bizarreries sont liées à mon cerveau et comprendre davantage cette foutue machine qui ne s'arrête pas : comment je pense, comment je pourrais contrôler mieux mes pensées et donc mes émotions... car ce sont ces dernières qui sont parfois difficiles à vivre : je me sens bien vivante (là c'est sûr, je ne m'ennuie jamais), mais je disais toujours par le passé : "c'est comme si mon corps était trop petit, trop faible, trop condensé ou pas assez je ne sais quoi pour ressentir tout ce que je ressens, en positif ou en négatif... J'ai l'impression qu'il va exploser".
Encore hier soir, mon homme voulait pour une fois regarder un DVD (voilà plus de 3 ans que nous n'avons plus la TV, à mon initiative, enfin avec son accord tout de même) : c'était le seigneur des anneaux. Je n'ai pas pu supporter la violence, les images lugubres, l'ambiance stressante : mon corps est crispé, je sursaute, j'étouffe... Je lui ai dit "je ne sais pas comment tout le monde fait pour supporter toutes ces images!" Il m'a gentiment répondu "eh bien nous ne sommes ni Gandalf, ni Fredon mais les spectateurs, c'est tout". Cette empathie, même pour du fictif, malgré qu'on ait commencé le film (mais pas fini, du coup vite arrêté) sur un PC, avec lumières, dans une ambiance salon et non salle de ciné... je rentre trop dedans, à fond. Et les bouquins, je chiale super facilement. Même la petite maison dans la prairie me fait monter les larmes! Une vrai madeleine spongieuse.
Heureusement, le bonheur des autres aussi je le vis avec eux Surprised) il faut bien des compensations!

Je vais finir "je pense trop", après je fais mon 3è... après on verra! Mais le sujet ne me lache pas à vrai dire... ça expliquerait tellement de choses!

Je profite de vos réponses pour vous poser une petite question sur les dénominations qui restent -pour moi- encore bien floues.
surefficiente = zèbre? = forcément surdoué?
y a-t-il un schéma avec terme générique (je mettrai bien en haut ou mieux au centre "profil atypique") et toutes les déclinaisons possibles (et leurs caractéristiqus propres).J'ai l'impression que tout le monde emploie ces mots (et d'autres encore) à leur sauce, selon leurs propres représentations des choses (moi la première).
Je suis persuadée de ne pas être surdouée, pour moi j'ai des symptômes de suractivité mentale et de sensibilité trop aigue... mais pas d'intelligence hors norme. Je n'ai pas de spécialité, j'ai toujours été très moyenne en tout, je l'ai maintenant accépté (mais j'aurais aimé avoir un domaine de prédilection, tant pis lol)

Enfin, à Cyrille, pour ce qui est de la différence... je l'assume. Ce n'est pas tant la différence, mais plus ce qui me manquerait : genre un peu plus d'armes. En arme, j'ai mon caractère! Même si je peux hésiter sur des choix, ou ne pas savoir du tout quoi faire selon les situations, je sais aussi défendre avec ardeur des choses dont je suis convaincue pour y avoir quand même bien réfléchi (sauf si on me présente des contre-arguments qui me semblent valables). Le souci de la différence, c'est surtout de savoir quoi en faire, comment mieux la maîtriser ou tout simplement la connaître (pour connaître ses limites). Je me sais différente depuis longtemps mais n'ai pas dû réussir à regrouper tous les éléments de cette différence, et surtout leur potentiel d'utilisation et leurs faiblesses. Je suis en fait dans la volonté de contrôler... on me l'a déjà fait remarquer, c'est effectivement flagrant. Tout contrôler, ou au moins tout savoir pour ne pas être dupe, pour mieux affronter. On me pense souvent sûre de moi (pour ne pas dire butée ou hautaine) alors que ce n'est pas vrai pour tout, même pour rien à mes yeux. Par contre, je l'ouvre, je demande, je veux savoir, comprendre les décisions des autres... et réagis si j'ai des choses à dire. Bref, j'ose plus en public qu'avant, même si je ne suis pas sereine de le faire (je veux être au clair avec mes valeurs). Autant dire que ça peut bien mal passer, mais tant pis, j'assume mon chemin et moi-même ;o)

Merci pour vos encouragements en tout cas Very Happy

A bientôt!!!

ébullitionnelle sensible
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 134
Date d'inscription : 06/12/2012
Age : 38
Localisation : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: du neuf... avec un oeuf... et p'tet un boeuf (ou une "beuh"!)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 4:47


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum