Et rebondir de bumper en bumper...

Page 4 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Aller en bas

Re: Et rebondir de bumper en bumper...

Message par Fleur de Lotus le Sam 9 Déc 2017 - 12:12

Work in Progress

Je vais mieux, même si je me suis endormie en pleurant. Triste encore un peu au réveil, mais la vie se charge de me remettre en route.

Alors voilà une chanson, un poème, écrite pour répondre à un Je t’aime qui semblait appeler ce type de réponse.

Je me trompais, mais j’ai aimé écrire cette chanson. Alors je me la réapproprie, et ce sera mon petit post du matin.

Peut-être un autre ce soir, je vais rencontrer Robin, l’amoureux de ma fille, celui dont elle ne voulait pas et qui est déjà “l’homme de sa vie”.




Viens avec moi dans la nuit, je t’écrirai une chanson ....

Viens avec moi dans la nuit
Je t'écrirai une chanson
Tu seras là, groggy
Et moi j'te dirai "Rêvons"

Sur le chemin tu riras
Pendant que moi j'écrirai
Fou de ma prose tu seras
Oubliant qui tu étais

Seulement méfie toi de moi
Surtout de mon exigence
Car j'attendrai tout de toi
Plus qu'une simple présence

Tu seras mon prisonnier
Mots et rêves emmêlés
A jamais envoûté
Ensemble pour l'éternité

Car il faut que je te dise
Je t'aime et je t'aimerai
T'envoutant à ma guise
Encore, toujours, à jamais  

Tous les jours et toutes les nuits
Tu guetteras mon passage
Aucun repos dans ta vie
Tu oublieras le mot sage

Mais si tu es encore là
Fébrile conquistador
Et mes rêves d'au delà
Tu veux les résoudre ... Alors...

Viens avec moi dans la nuit
Je t'écrirai une chanson
Tu seras là, averti,
Et moi j'te dirai "Vivons"


avatar
Fleur de Lotus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 340
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et rebondir de bumper en bumper...

Message par Fleur de Lotus le Dim 10 Déc 2017 - 13:48

Work in Progress


Dimanche, couchée un peu tard, dans la nuit,  mais en forme. Réveillée un peu trop tôt, et toujours en forme. Par contre, avec ma fille qui roupille encore dans le lit de fortune dans lequel elle dort tous les quinze jours, de l’autre côté du “mur vitré” de ma chambre (oui c’est un très vieil appartement, petit, mal foutu, mal chauffé mais “plein de charme”) pas trop la possibilité de répondre à l’appel de G., ami ZCien qui aimerait me parler.  

Ceci dit, tant pis pour le sommeil de ma fille, un petit coup de Radio Jazz en prenant un café et en parcourant le dernier numéro de Philo Mag, et le suivi de quelques posts sur le forum derrière et un peu de broderie et…. oui, bon, je suis multi-tâches, j’en ai pris mon parti il y a bien longtemps. Plutôt que de me trouver dispersée, je vois ça comme une chance. Bien sûr je ne fais pas tout, vraiment tout, en même temps, je passe de l’un à l’autre, je picore, je zappe. Enfant du siècle finalement…

Et d’ailleurs, maintenant que j’écris ce texte, dans le bureau à deux mètres de ma fille qui rêve en souriant, tout en tapant du mob (monstre) sur le jeu, je me prépare mentalement à la seule tâche importante que je repousse, la correction de copies, tout en reprenant des petits bouts de phrase de l’article. Je suis un peu dispersée donc, quand même. Mais je me concentrerai ici quand ça deviendra “chaud”, c’est à dire intime, ce qui ne manquera pas d’arriver.

C’est donc dans un doux mélange de musique soul, de posts et messages sur ZC, et de réflexions vaguement philosophiques  que m’est venue l’idée de départ de mon texte du jour.  Devais-je changer, comme le laissent à penser nombre d’injonctions ou conseils que l’on peut lire/entendre  ici et là  ou bien y avait-il une autre voie ?

Et c’est donc dans le dossier du dernier  Philo Mag sur “Pourquoi est-ce si difficile de changer ?” que se trouve en partie ma réponse du jour.

Il y a en effet un article qui prend le contre-pied de la question du dossier, avec l’interview de Pierre Zaoui, maître de conf’ en philosophie à Paris 7, qui affirme que “pour qu’il y ait changement réel, il faut commencer par résister aux injonctions vides de chargement - il faut surtout ne pas vouloir changer !”. Et pour cela il se sert donc de Spinoza qui, dans l’Ethique écrit que  “le désir est l’essence de l’homme”.

En effet, nous dit Pierre Zaoui (pages 66 et 67), pour trouver la réponse à la question du dossier  il faut se référer au Conatus, un concept d’origine stoïcienne qui désigne chez Spinoza l’effort que fait chaque chose (une pierre, un animal, un être humain) pour persévérer dans son être.

En bref on est jamais que son désir, compris comme ce qui inscrit et projette dans la durée notre vouloir-vivre. Dès lors, il s’agit de discerner ce qui procure de la joie, c’est à dire notre puissance d’agir. Non pas celle que procure les drogues et addictions, qui nous leurrent, mais celle que procure la joie d’aimer, la joie de créer, la joie d’être à sa place et de la sentir.

Pour réussir un “changement” salvateur, il faut donc rester le même, mais un peu plus puissamment, ce qui peut amener à réorienter ses désirs.

Or, étant donné que le désir nous constitue, mais que pourtant il nous échappe, (merci Freud et Lacan), il ne faut pas oublier qu’on ne décide jamais de son désir, on en est ni la cause ni le maître, puisqu’il est essentiellement lié à une histoire personnelle. Et Lacan d’affirmer que “La seule chose dont on puisse se sentir coupable, c’est d’avoir cédé sur son désir” (et non [u]à[/u] son désir), c’est à dire qu’il faut, vaille que vaille, tenter de ne pas céder au gros méchant Moi narcissique qui voudrait tout gouverner, pour laisser le désir, parfois bien coincé, emprisonné, emmuré, nous montrer le chemin.

Le héros lacanien ou le héros spinoziste est donc celui qui tient bon, qui suit encore et toujours la même direction, tombe, se relève, recommence, insiste, malgré les échecs, les railleries, la lassitude, les doutes, les peurs.

Pour devenir ce genre de héros, ou d’héroïne, il ne faut donc pas de dispersion (LoL…..) mais une constance dans ce désir qui nous tenaille, il faut trouver une joie dans le mouvement de son activité, d’où en résultera peut-être une forme de libération heureuse, de révélation de soi-même à soi-même.

Bon… et bien tout ceci est très positif, je trouve !

N’est-ce pas ce que j’ai précisément tenté vendredi, même si c’était douloureux ? Chercher, creuser, fouiller, suivre mon désir, au fil des mots, des phrases, des idées.

Quand je disais qu’écrire me sauve… en fait écrire m’offre cette puissance d’agir dans la joie, je l’ai même écrit ici. Me voilà spinoziste sans le savoir.

Je m’épate moi-même.

C’est dimanche, je me suis couchée de bonne humeur, réveillée de même et je devrais réussir à corriger ces fichues copies cet après-midi, avec la récompense qui viendra ensuite, la satisfaction d’avoir pu m’éparpiller à gogo tout en restant sur mon chemin.

Elle est pas belle la vie ?!?
avatar
Fleur de Lotus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 340
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et rebondir de bumper en bumper...

Message par Fleur de Lotus le Lun 11 Déc 2017 - 9:21

Work In Progress


Questionnements sur ce que je donne à voir/entendre/lire de moi, et les dangers auxquels je m’expose. Questionnements  en après-coup, bien évidemment, comme toujours.

C’est tout moi, ça, je fonce, je me donne, à fond, entière,  toujours, cash, à la vie à la mort, c’est comme ça, tu prends ou tu prends pas, mais c’est moi, l’écorchée vive qui réapparaît toujours et dégueule toutes ses tripes, sauf que j’ai appris à y mettre les formes, surtout par écrit, mais après… après, je me questionne.

Moi je me dévoile, mais en face, quel que soit cet “en face”,  ben… je ne sais pas toujours. Et j’en suis toute désemparée, moi, la prof de communication. Le chemin parcouru, entre l’enfant qui ne sourit sur aucune photo, absente au monde mais le regard dur et pénétrant, et la prof virevoltant devant ses étudiants amusés. Ce qu’on est capable d’appendre pour survivre quand même…

Face to face, si, je vois bien,  dans le regard, les yeux qui papillonnent et vrillent, le sourire figé, le raclement de gorge, le désir de fuite ou de me faire un câlin, là tout de suite, la crainte de me faire du mal ou au contraire la petite étincelle d’espoir, genre “en voilà une qui pourrait tomber dans mes filets” (en même temps si celui-là est comme ça, depuis le temps, j’ai appris à les repérer, normalement je les capte à 10 000 donc à priori je ne me serai pas dévoilée, mais je peux l’avoir fait avant, avant la rencontre et c’est là justement que…).

Ce week end, un ami veut me parler, je ne sais pas pourquoi, il m’envoie un sms et demande s’il peut m’appeler, mais moi, mon téléphone, je l’ai oublié au fond de mon sac, je suis avec ma fille, et son tout nouveau chéri qui est déjà “l’homme de sa vie”, mon téléphone je vais le reprendre à quasi deux heures du matin, je ne vais pas répondre, alors j’attends le lendemain, mais ma fille est là pour le week-end, et c’est petit chez moi, et donc je réponds qu’il peut m’appeler, mais elle dort encore, donc oui, mais plus tard. L’après-midi passe, aucun appel, je suis avec ma fille, je laisse filer. Le soir arrive.. et je fais quoi ? J’appelle ? Je suppose que c’est ce que ferait toute personne “normale” mais…. bah non, moi je m’inquiète mais je ne fais rien. Est-ce qu’il allait mal et je n’ai pas su répondre à son appel à l’aide. Est ce que je l’ai repoussé en parlant de ma fille, est ce que… Heureusement, je l’ai déjà rencontré plusieurs fois, il sait comme je suis, je l’ai tellement mis en garde, moi je le cerne assez bien, il est peut-être perdu là… Mais je ne fais rien, je laisse filer et me voilà à regretter de n’avoir pas su rappeler. Pauvre petite tête brûlée stupide.

Echange de messages privés ou de mails, il ya bien une complicité qui s’installe mais tout ça, ce sont des mots, des images, des perceptions, qu’en est-il du réel là dedans. Aucune idée, en vrai. Bien sûr, depuis que je joue, j’ai appris à faire confiance à mes ressentis, mais je me suis aussi trompée, j’ai aussi fait des conneries, je me suis fait mal, très très mal, une fois, avec un joueur, je lui ai certainement fait mal aussi d’ailleurs, sans le vouloir, il était simplement très jeune, et perdu, et maladroit, mais clairement pas pour moi, alors j’ai tâché de me rattraper, ensuite. Mais il n’empêche que là, dans les échanges écrits, moi je me dévoile, à fond, comme dit, et en face, c’est souvent différent, question de sensibilité, de média, de timing, que sais-je encore.

Et puis, tiens, le “danseur”, il savait tout de moi, on a passé des nuits ensemble à relever des défis, on a fait de l’ERP, je lui ai écrit des textes que j’oserai à peine montrer et… plus rien. Je n’existe plus. Il va rejouer en RP, c’est désormais évident, je l’ai croisé, avec sa belle fiche RP toute neuve, mais rien, je pense même qu’il m’a effacée de toutes ses listes d’amis. Il a plongé dans l’enfer de sa dépression, il a tout oublié et il revient, table rase du passé et moi avec. Dur.

Et puis encore, hier soir. Il y en a un sur le jeu qui me poursuit, déjà, de ses assiduités. Je ne sais pas qui c’est, j’ai RP une demie heure avec lui il y a trois jours, et son personnage est tombé amoureux du mien. Mais de toute évidence c’est le joueur qui espère maintenant, et grave encore. Je suis à peine sur le jeu depuis cinq minutes, je ne suis pas en RP, car pas en ville mais il m’envoie message sur message : j’aurais pas besoin d’aide, je fais quoi, je vais venir RP quand, est ce que le type qui me parlait sur la place a des vues sur mon personnage, etc, etc, etc. Lui aussi il est cash, entier, à vif,  il en serait touchant si je ne commençais pas à baliser. Car je ne sais vraiment rien de lui, et si c’était un manipulateur…

“C’est un jeune !” me dit ma fille cadette, “dégage le rapidement sinon il va se faire des idées! Tu vas encore une fois te donner et regretter ! Prends tes distances avec le RP, tu sais bien que… “.

“Attention à toi et ta propension à attirer les prédateurs et les “ghosteurs” (ceux qui disparaissent du jour au lendemain comme “le danseur”)” me dit l’aînée avec qui je joue aussi parfois, moins maintenant à cause de son bébé. “Tu as le chic pour te mettre dans des situations pas possibles, tu le sais, mais bon, on se refait pas hein :p Tu crois pas que tu ferais mieux de retourner dans la vraie vie ?”

Elles m’aiment mes filles, elles me connaissent et elles savent que je prends leurs avis avec le sourire.  L’autre, la musicienne, me dirait la même chose, avec peut-être plus de tact, plus de sensibilité, elle ne joue pas mais nous sommes en connexion sensible bien plus intime, plus personnelle, plus féminine, plus “artistique”, peut-être.

Bref. Tout ça pour dire que je me questionne. Ici aussi je me dévoile, beaucoup, et je ne regrette pas, c’est bénéfique. Entre mes premiers post d’Octobre et ce qui s’est passé ces toutes dernières semaines, je le sens, je le sais, j’ai énormément avancé. Mais il n’empêche, ici, le réel est à la porte et tant qu’il ne s’est pas dévoilé, au cas où le dévoilement reste possible, il serait peut-être bon que je garde un léger voile pudique sur mon être écorché.

Voilà la question du jour.
avatar
Fleur de Lotus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 340
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et rebondir de bumper en bumper...

Message par Fleur de Lotus le Mar 12 Déc 2017 - 18:25

Work in Progress


Cela faisait quelques jours que je n'avais pas écrit pour mon personnage qui pourtant évolue au mieux.

Évoluant tous les soirs en RP sur le jeu pendant minimum deux heures depuis huit ou dix jours, ma brunette a pourtant déjà rencontré plusieurs personnages, dont certains espèrent même "conquérir son coeur" et j'avais donc largement de quoi écrire. Pourtant rien ne venait, du moins naturellement.

Alors je me suis un peu forcée, un texte est sorti et j'en suis plutôt contente. D'ailleurs, ayant posté mon texte hier en fin d'après-midi, c'était assez amusant de voir hier soir la ronde des charmeurs s'agrandir et s'intensifier. On a les plaisirs relationnels que l'on peut ....

Mais en fait cela m'a surtout obligée à réfléchir sur la ou les raisons de cette incapacité temporaire.

Et ce que j’en ai compris me désole un peu, mais c’est ainsi.


J'ai besoin d'un lecteur potentiel qui me touche. Je ne fonctionne pas au nombre de lecteurs, non, mais à leur qualité essentielle, intime. Voilà pourquoi malgré le succès réel d'un de mes livres jeunesse, je n'ai pas continué. Non pas que la qualité des jeunes lecteurs ne me satisfaisait pas.

Non ce n'était pas ça.

En fait, c'est l'Autre que je cherche à travers l'écriture, et c'est à “lui”, cet Autre, que je m'adresse, toujours. Celui ou celle ou ceux qui peuvent, par leur lecture et donc leur présence projective, me faire avancer. Et puis, bien évidemment, comme je ne peux mentir ici puisque c’est la règle que je me suis fixée, il y a aussi cette attente, parfois insoutenable, de l'Autre, unique et entier, qui tentera avec moi l'aventure de vivre et d'avancer.

Or si je joue ou jouais ou jouerais encore quelques temps avec cette petite Lyly, et surtout si je raconte ses aventures, c'est/c'était/ce sera, du moins tant que je n'aurais pas pu vérifier que c'est désormais impossible, avec l'espoir de rejouer avec "le danseur".

Car je n'arrive pas à faire le deuil d'une relation qui n'a pas eu de fin réelle. Je n'arrive pas à me convaincre que je dois tourner la page, recommencer, jouer simplement pour passer le temps et raconter de temps à autre ce qui se présente à Lyly.

Mais...

L'ai-je même déjà fait ? Je ne crois pas. Déjà, il y a huit ans, je “cherchais quelque chose” qui était en fait quelqu’un.

À travers le jeu j'ai toujours raconté les évolutions de mes personnages, et j'écrivais donc pour les joueurs que je croisais, via leurs personnages, et qui me lisaient ensuite, trop contents de pouvoir suivre ce que j'en retirais. Cela m'a sauvée, j'en suis persuadée. Je croyais que c'était le RP mais je me trompais, c'était déjà l'écriture de moi à travers mes personnages, cette auto-fiction que je déroule au gré des événements et des rencontres sur le jeu. Et cette quête de l'Autre.

Mais alors ?

Mon histoire avec M. aussi  ?

Bigre, c'est bien possible. Et cela expliquerait tellement de choses...

Notre relation a commencé à s'étioler à partir du moment où nous n'avons plus su jouer en toute liberté.

Nous vivions ensemble, mais il travaillait très tôt le matin et se couchait donc très tôt, et nous vivions en décalé, ce qui n'aide pas. Nous avions cessé de jouer à WoW, mais nous avions d'autres jeux, qui passaient aussi par l'écrit et nous demandaient une implication érotique qui nous mettait en "danger", en tout cas intimement, et ça collait encore.

C'était la narration ludique, l'écriture, qui nous tenaient éveillés, surtout la mienne, lui étant plus dans la musique, les sens, la vibration (érotique) et surtout son évolution personnelle intime.

En fait, ce qui nous a éloignés c'est son désir d'évoluer.

Profitant d'une période de 7 mois de maladie professionnelle (allergie) qui le gardait en intérieur, nous avons recréé des personnages, mais sans succès réel.

En effet il n'arrivait plus à trouver sa place sur le jeu face à moi. Et certainement que je ne facilitais pas les choses.

Notre relation réelle avait évolué dans un style que je n'aurais pas imaginé avant de le jouer puis le vivre, mais comme moi je m'y étais investie à fond... et bien je n'avais plus très envie de faire autrement sur le jeu ni de revenir aux débuts de notre relation RP.

De fait, le M. que j'avais rencontré sur le jeu, voyou au coeur tendre, macho mais plein de charme, envahi par un Eros lumineux et exigeant, ce mec coincé dans un corps de femme qui dégageait sur le jeu une masculinité vive, ludique et charmante, cet homme là n'était plus le M. avec qui je vivais au quotidien.

Polarisé par les transformations de son corps, narcissique à l'extrême, coincé par l'absence de pénis,  toujours aussi envahi par un Éros que l'on tentait de canaliser via nos jeux, M. s'était peu à peu éteint, au fond de lui, puis désengagé de  notre relation et lorsque cela s'est dit, enfin, je n'ai pas su, une nouvelle fois, m'adapter.

Il n'y avait plus entre nous qu'une sorte de routine qui se disait ludique mais ne l'était plus. Tenter de retourner sur WoW nous l'a démontré.

C'est sans doute mieux ainsi. Je n'étais plus moi-même. Je m'étais perdue dans sa quête de lui-même en tant qu'homme.

Mais c'est donc bien le jeu, la narration, l'écriture, une forme d'Art de vivre ou de vie qui fait Art qui nous ont tenus éveillés et aimants pendant six ans. Et c'est à nouveau en partie ce que j'espère, partout où je dépose mes textes.

Bon... et bien au moins je sais pourquoi j'écris ici.
avatar
Fleur de Lotus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 340
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et rebondir de bumper en bumper...

Message par Fleur de Lotus le Mer 13 Déc 2017 - 13:29

Work in Progress


Le week-end dernier j'ai écrit et envoyé un mp, à un membre du forum, samedi dans la nuit, mp que j'ai enlevé le lendemain avant qu'il ne l'ait lu. Le ZCien à qui je l'avais envoyé à donc dû recevoir un mail d'alerte, ne rien trouver dans sa messagerie venant de moi, et se questionner.

En fait c'était un petit commentaire sur un album de musique qu'il m'a conseillé, et le fait que c'était une certaine chanson (autre que celle qu'il m'avait signalée) que j'avais le plus écoutée en dansant sur ma chaise et en jouant  jusqu'à une heure du matin.

Alors pourquoi l'ai-je enlevé ce message, plutôt anodin ? Et bien parce qu'en après-coup j'ai eu le sentiment de trop me dévoiler, alors que je ne sais rien de lui, et d'ailleurs je l'ai écrit sur mon fil dimanche.


Trop me dévoiler avec un titre de chanson... c'est stupide bien sûr.  Mais c'était dit par mp, et donc "en secret", en pleine nuit, ça parlait de danse et cela avait donc un caractère "intime" qui m'a inquiétée, le lendemain.



Bien évidemment je me suis questionnée sur ce qui me dérangeait.  En fait, bien que ne connaissant pas cet "ami", mais n'ayant à priori aucune raison de m'en inquiéter, il m'a semblé tout de même "dangereux" de laisser ainsi  se créer un lien, d'autant plus intime qu'il ne se dit pas en public.



Pourquoi ?

Tout simplement parce que partager des sensations en privé avec quelqu'un est de l'ordre de l'intime. Surtout lorsqu'il s'agit d'un échange basé sur le vécu, la musique, la danse, ce que cela procure, en soi et donc bien réel, même si le message passe virtuellement de l'un à l'autre.

En effet, échanger ainsi sur des sensations musicales, et ici corporelles puisque l'on parlait, lui et moi, de danse, et ce après lui avoir envoyé auparavant un texte de fiction érotique (pour quelle raison ? C'est une autre question à laquelle je n'ai pas de réponse) ne pouvait pas être anodin, surtout sans s'être jamais vus et avoir de visu pu étalonner nos périmètres respectifs de connexion.


Il y a complicité, désir de connivence, dans ce genre d'échanges, ce qui en soit n'a rien de dérangeant. Mais ici il y a risque de projection. Or moi je ne sais quasiment rien de lui, alors que lui sait au contraire quasiment  "tout" de moi, grâce à mon fil et ce texte envoyé. D'où mon sentiment de trop me dévoiler, et le mp effacé.

Nous habiterions à très grande distance, le problème serait différent car l'idée de se voir resterait lointaine, vague et hypothétique. La projection n'en serait pas amoindrie, sans doute même au contraire, mais me concernant, et me connaissant, elle serait moins dangereuse. Quoique... M. a tout de même quitté La Réunion, sa famille, son conjoint et son enfant pour me rejoindre...


Tout ça n'aurait d'autre incidence qu'une correspondance sensible et personnelle que j'apprécie, certes, mais aussi peu intime que celles que je peux avoir avec certains membres de ZC, sur leurs fils ou leurs commentaires.Tant que ça reste public, c'est voué à être amoindri par le filtre d'une lecture à plusieurs. Cela perd en intimité et donc en projection. On reste sur le terrain du partageable et on ne dérive donc pas vers l'intime.

Donc j'ai effacé mon mp dimanche, puis je me suis questionnée lundi et mardi, enfin j'ai commencé à écrire ce post hier soir, alors j'ai compris ce qui me chiffonnait, puis j'ai envoyé de nouveau un mp dans la nuit et finalement je clos ce non-événement en postant mon billet du jour. Mon mp a perdu une partie de son intimité puisque j'en parle ici. Et j'ai le sentiment de désamorcer ma propension à projeter sur tout et n'importe quoi/qui.

Je me fais peut-être tout un cinéma, c'est fort probable. On est pas Toomuch pour rien. Mais je sais aussi combien je me fais avoir par mes pensées qui filent dans tous les sens, combien je me suis fait avoir par des connexions en miroir, et mon empathie, combien je suis vulnérable à cause de ce baromètre d'émotions qui ne cesse d'exploser les scores, dans un sens comme dans l'autre.

La vie m'a appris que le plus grand danger pour ma petite personne ... en fait c'était moi.
Moi et ma folie, moi et mes rêves, moi et mes questions, moi dans ce corps, cet espace, ce temps, moi dans cette drôle de vie.

Mais j'apprends ! La guerrière laisse de plus en plus souvent l'enfant s'exprimer, sans juger, sans presser, avec amour.

Écrire ici, de façon réflexive, continue donc de m'aider à avancer sur ce chemin qui me semble finalement, de jour en jour, bien plus lumineux encore que je ne l'imaginais.

Et c'est ainsi que l'Amour nous guide vers la plénitude de l'Etre.
avatar
Fleur de Lotus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 340
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et rebondir de bumper en bumper...

Message par Fleur de Lotus le Jeu 14 Déc 2017 - 21:59

Work in Progress


Ça se bouscule dans mon espace virtuel, ça se bouscule même beaucoup, échanges de mails, de SMS, de messages privés, et même en direct sur le jeu où l’on m’a retrouvée, échanges de conversations ou de correspondances qui m'étonnent, me questionnent, m'interpellent.

Ça se bouscule et cela en devient de ce fait préoccupant, tout à la fois agréable, parce que cela vibre en moi, beaucoup, de plus en plus, et que c'est bon de se sentir vivante ainsi, mais aussi légèrement angoissant, comme si mon être intime était animé d'un mouvement brownien qui m’échappait, et s’accélèrerait et risquait de m'emporter, me faire imploser... même si je sais aussi combien cette implosion peut être jouissive, quand elle est partagée.

Je ne sais pas si cette bousculade intérieure, ou plutôt cette bascule, car je pressens que c'en est une, est due aux divers dévoilements sur mon fil ou aux échanges "secrets" que finalement, et presque malgré moi, j'entretiens petit à petit, tout en tâchant de me prémunir de leurs dangers en les rendant plus ou moins publics sur ce fil.

Je pressens que c’est une bascule car présentement, alors que je suis chez moi après une journée de travail assez ordinaire, et que je suis sur l’écriture de mon post quotidien,  je m’aperçois que je ne cherche pas à m’animer, mais à me poser. Et que ça ne fonctionne pas.

Toute la journée, comme je le fais quasi tous les jours, j'ai essayé d'écrire ce post, par petits bouts, et aujourd’hui j’ai peiné.  Car ce processus d'écriture de soi qui m'est pourtant naturel, et particulièrement sur ce fil qui est quotidien, m'a été difficile, compliqué, lourd. Et cela participe de mon questionnement, forcément.

Qu’est ce qui s’est passé, les jours derniers.

Plusieurs choses, anodines, l’une prise après l’autre, mais qui mises toutes ensemble font ce mouvement brownien qui m’inquiète un peu, voire même me rend triste, et m’épuise. Un ensemble, un univers, une ambiance qui tourne autour de ces échanges virtuels, de ce que j’y mets de moi, de ce que je dégage, et de ce que j’y cherche.


Depuis quelques jours, j’ai le sentiment d’en avoir peut-être trop dit sur moi, toujours avec sincérité, toujours avec cette quête de “vérité”, toujours avec amour, mais peut-être trop. Car ce sont de toute évidence ces textes, et y compris d’ailleurs les textes de pure fiction, qui attirent à moi ce mouvement brownien, externe puis interne.

Or comme je sais depuis longtemps que je suis entièrement responsable de ce qui m’arrive, du moins depuis que je ne suis plus une enfant, et quand bien même je suis sensible aux synchronicités, ou, ce qui revient au même, à l’attirance née de nos désirs (des émotions, des idées, des personnes, des événements), je ne peux que me questionner sur ce que je dégage comme “appel”.

Tout comme un être humain naît du désir d’un autre, et ce bien avant même sa conception (cf Françoise Dolto), tout événement, rencontre, fait, sentiment, etc, naît de notre désir, et ce avant même que nous en ayons conscience, si tant est que cela arrive un jour.

Alors quel est ce désir qui émane de moi et attire toute cette agitation.

Comme me l’a fait remarquer un de mes interlocuteurs “privés”, j’ai  besoin de me donner à l’autre, “corps et âme”. Et dans le virtuel cela passe par le texte. Lorsque j'écris, c'est comme si j'offrais mon âme. Dès que je m'investis dans un texte, que ce soit un mp, un mail, un texte de fiction, un post sur mon fil ou une session de RP, je suis toute entière.  Tout autant ou peut-être plus qu’en live, car le virtuel rassure.

Depuis que j'écris ici, c'est à dire depuis Octobre, deux mois et demi donc, j’ai beaucoup évolué, beaucoup appris sur moi, grâce à mon fil, ce Work in Progress et cette écriture sincère et entière.

Or, je constate que ces textes parlent très souvent, de près ou de loin d’Eros. Et j’ai le sentiment que là se situe le point de bascule.

Il y a eu ce texte érotique, envoyé jeudi, en réponse à un mp qui me “demandait” de ne pas quitter ce forum pour un autre. Le texte s’adressait à une “Dame”, il a résonné en moi. J’ai renvoyé mon texte, sans réfléchir. Un texte érotique, écrit pour M. Une “petite folie” me dit-on, sans conséquences. Sauf que si, des conséquences il y en a eu. C’est bien la nuit suivante, celle de jeudi à vendredi dernier, que j’ai fait ce rêve ou plutôt ce cauchemar. Et c’est bien le lendemain, vendredi, que j’ai vidé mon sac en racontant cet épisode peu glorieux sur ma vie sexuelle.

Envoyer ce texte n’avait donc rien d’anodin. Il a déclenché la bascule que je sens grandir en moi, ce soir. Et qui me rend vaguement triste, mais surtout fatiguée, vraiment fatiguée.

Depuis que j’écris ici, je vis des hauts et des bas, au gré de ces écrits, et de mes découvertes. J’ai commencé par glisser, puis par remonter de ma cave, et enfin ressortir les vieilles archives. Je me mets en danger, je l’ai toujours fait. Peut-être parce que je sais qu’ainsi je reste vivante et je me sauve.

Aussi, je suis épuisée mais je ne doute pas d’être sur la bonne voie.

Il me semble alors que je peux reprendre à mon compte cette phrase trouvée sur un autre fil : "Là où est le danger, croît aussi ce qui sauve." d’un auteur que je ne connaissais pas avant ce soir, Friedrich Hölderlin.


Et j’ai finalement réussi à me poser, un peu.
avatar
Fleur de Lotus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 340
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et rebondir de bumper en bumper...

Message par Fleur de Lotus le Ven 15 Déc 2017 - 18:21

Work in Progress


Les jours se suivent et ne ressemblent pas, mais ça, on le savait déjà.

Résilience, excès assumé, saut dans le vide, glissement incontrôlé ?

Tout à la fois, puisque de mes atermoiements d’hier, avec ce mouvement brownien intérieur qui m’agitait plus que je ne l’aurais voulu,  je m’extrais en acceptant un rendez vous pour demain,  tandis que je danse sur une chanson postée ailleurs.

Et pendant ce temps “le danseur” est sur son nouveau personnage, je le suis de loin, par habitude, mais il y aurait comme une forme d’indifférence qui me prend et je sais que c’est une bonne chose.

Joie de vivre, écriture, rires, amitiés, échanges, correspondances, laisser-aller, jeux tendres et bienveillants, confiance, matière sensible, émotions, légèreté de l’être.

Il paraîtrait que mon changement d’avatar serait un signe. Possible…



Je sens que je vais me le repasser souvent ce mix que j’offre en partage, cela devrait plaire à d’autres.

avatar
Fleur de Lotus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 340
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et rebondir de bumper en bumper...

Message par Fleur de Lotus le Sam 16 Déc 2017 - 20:03

Work in Progress

Cet après-midi j’ai rencontré,  en vrai, un ZCien, R.,  avec qui j'échange "en secret" depuis quelques semaines.

Je ne savais quasiment rien de lui, il écrit peu, se livre encore moins, mais il m’avait contactée par mp, ensuite il avait cherché et trouvé les textes de fiction de mon personnage, puis il m’avait retrouvée sur le jeu, pour pouvoir "papoter en direct", ce qui dénotait une détermination somme toute assez... étonnante mais qui me parlait.

C'est lui qui m'avait  proposé cette rencontre en me prévenant d'un "Ne t'inquiète pas, j’ai bien conscience que même si tu y parles beaucoup d'amour, ton fil n'est pas une fiche Zeetic, j’ai simplement envie de te voir, amicalement”.

Donc no stress, à priori !

Néanmoins, lorsque j'ai reçu son mp vendredi, j'ai mis un moment à répondre. D'une part j'étais en réunion, mais surtout il me fallait du temps pour sentir ce qui se passait en moi.

Étonnement, curiosité, stress, questionnement, puis réaction, je fonce, on verra bien. Bah oui.. je fonce pour contrecarrer le stress, le contraire du lapin qui reste paniqué dans la lumière des phares.


Rendez-vous avait donc été pris dans un café que nous avons finalement cherché ensemble et nous avons papoté pendant près de trois heures. Un moment fort agréable.

Nous avons pu parler de tout ce qui nous rend similaires, puis différents et il a  même pu faire émerger une petite notion que je trouve très parlante, c’est celle de “Décolleté de l’esprit”.

J’explique.

Il y a eu un petit moment tout à la fois gênant (pour moi) et drôlatique, lorsque le bouton supérieur de mon chemisier a sauté et que mon chemisier s’est donc largement ouvert sur cette partie de l’anatomie que les femmes enrobent de dentelle, ceci pile au moment où arrivait le serveur qui ainsi, tout comme R. d’ailleurs,  a pu avoir une vue plongeante sur mon décolleté.  

R. m’a charriée, j’ai rougi, et nous avons ensuite parlé de ce qui pouvait être positif, dans cet événement. En effet, c’est tout de même une image appréciée, à condition que cela reste un jeu, compris de part et d’autre comme tel. Pas question de laisser à penser que j’allume sciemment pour ensuite aller me plaindre si je me retrouve coincée contre un mur.

C’est alors que nous avons dévié sur mon fil et cette façon que j’ai de me dévoiler. Un dévoilement vaguement exhibitionniste car très intime parfois et qui donc évoquait ce dévoilement d’une poitrine plus ou moins cachée selon les personnes présentes, les lieux, les moments.

Ainsi donc, j’offrirai à lire une sorte de décolleté de mon esprit… Intéressant.



Or, justement, cette semaine j’ai eu différents échanges privés qui m’ont un peu bousculée, j’ai parlé de ce mouvement brownien qui agitait mes neurones.

Pourtant, alors que justement je disais vouloir raison garder au sujet de ces échanges privés, hier j’ai entamé une autre "relation secrète", ou disons donc privée, que je n'ai pas non plus initiée, mais à laquelle j’ai répondu en envoyant le fameux texte érotique précédemment cité…

Un paradoxe parmi des milliers, pas de quoi s'inquiéter ! Après tout, on écrit pour être lu, il s’agit seulement de trouver le bon lectorat. Et puis d'en parler ici me protège, du moins ai-je plaisir à le penser, ça me rassure.


Mais à l’écrire ici je m’aperçois que non seulement j’ai envoyé ce texte mais je suis intervenue sur une fiche Zeetic, … et c’est encore pour cette même fiche que j’ai préparé un nouveau mix de textes, sons et images…


Bon, et bien je dois l’admettre, il semble que je sois bien dans une démarche de “Décolleté de l’esprit” et que je serais donc bien moins innocente que je le croyais…





Et pour finir, comme promis, dédicace spéciale Wink


avatar
Fleur de Lotus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 340
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et rebondir de bumper en bumper...

Message par Fleur de Lotus le Dim 17 Déc 2017 - 20:16

Work in Progress


De quoi vais-je encore bien pouvoir  parler aujourd’hui qui puisse me faire avancer, puisque c’est bien l’objet de cet “atelier”.

Love, of course. What Else ?



Fin de journée, ou quasi, j’ai bien travaillé, et bricolé mes cadeaux de Noël, je ne suis pas allée sur le jeu, mais j’ai tout de même un peu “joué”, avec plaisir.
Pourtant, même si j’apprécie ce type de “jeu”, j’ai peur qu’il m’entraîne un peu plus loin qu’il ne le faudrait. Et ce soir je me dis que je dois me méfier. De moi, bien sûr.


Je repensais cet après-midi à un moment de l’échange d’hier avec R.
Nous parlions de lui, de ce qu’il faisait de sa vie, s’il avait des enfants, ce genre de choses. Et non, il n’en a pas. Mais il aimerait, bien sûr.
“Mais à mon âge” me dit-il “cela devient compliqué”.
“Bah… trouves-en une plus jeune que toi !”.

Il a souri, acquiescé vaguement,  puis il a évoqué mon post sur le sujet, me disant que c’était une des raisons pour laquelle il aimait à me lire. Je mets, parfois, le doigt sur “le truc” qui cloche, dans cette vaste affaire qu’est l’Amour.

Et c’est à cela que je réfléchis en écrivant.


Le bout de chemin que j’ai fait avec M. était beau, intense, fou, passionnel, créatif, sensible, génial, profondément vivant. Mais mes filles s’inquiétaient. Notre différence d’âge poserait problème un jour. Je le savais, mais je n’écoutais pas. J’étais vraiment amoureuse, accro, dingue de lui. Lui aussi. C’était bien réel.

Pourtant il m’a poussée à le virer. Aujourd’hui il a “toute sa vie” devant lui, moi aussi, mais cela ne peut être la même. Il veut “fonder” une famille, moi… faire avec celle que j’ai.

Je peux, c’est certain et je n’en doute pas, aimer de nouveau à la folie, offrir tout ce que je suis à un homme qui se donnera lui aussi, et reprendre le chemin à deux plutôt que seule. Mais je ne peux plus avoir ce projet de “fonder” une famille. Bien sûr, je le sais, et c’est pour cela que j’en suis inquiète, je vais foncer dès que mon coeur se remettra à battre très fort à l’unisson d’un autre. Mais j’ai très peur, de souffrir, pour les mêmes raisons. Et ce n’est pas une question d’âge. C’est le fameux hiatus dont j’ai déjà parlé. Et il y en a peut-être d’autres, auxquels je n’ai pas encore réfléchi.


Au moins sur le jeu, en RP, je n’ai pas ce genre de questions. Mais justement, c’est là que l’on voit la différence entre les joueurs, les joueuses, les jeunes et les moins jeunes.

Une joueuse qui n’a pas eu d’enfants aura très envie de le jouer. Une joueuse déjà mère (et il y en a bien plus qu’on ne croit !) n’a pas très envie de jouer la fille enceinte, merci, elle a déjà donné, elle donne encore et elle a autre chose à expérimenter. Un joueur qui n’a pas eu d’enfants aura envie de le jouer aussi, mais pas tout de suite. Les jeunes joueurs n’ont pas encore le désir de paternité, tandis qu’un joueur plus âgé sans enfants, ça commence à le travailler. Un joueur déjà père n’aura aucun goût pour ce jeu-là, il sera essentiellement dans la recherche de sensations érotiques, d’ERP.


M. avait très envie d’ERP… mais aussi de jouer un père. Avec mon personnage de départ, celui avec lequel je l’ai rencontré (car nous en avons eu beaucoup, de très différents), je l’avais tout de suite senti.  Pourtant, il avait une fille, toute petite, mais justement il n’en était pas “le père”. Alors pour lui, j’ai joué ce désir d’enfant, je lui ai même écrit un texte, qui racontait cet enfant à venir. A cette époque, je l’aimais mais il était loin, à la Réunion, je ne pensais pas qu’il me rejoindrait. Je ne savais pas que j’allais détruire ma vie de famille. Je ne savais pas que j’allais basculer. Je ne savais pas qu’un jour ce désir de paternité nous éloignerait.

Aujourd’hui, je sais ce que cela fait, de voir celui qu’on aime, partir, pour vivre ce qu’on ne peut plus lui offrir. Et une chose est sûre, je n’ai pas du tout envie de revivre tout ça.



Ou alors … je m’en fous, je vis au jour le jour,  ici et maintenant comme on dit, au Présent, avec un grand P. Et peu importe le désir enfoui qui risque de ressortir un peu plus tard, si cet homme n’en a pas fini avec la paternité, par exemple.

Voilà ma question du jour.
Et je dois avouer que cela me travaille un peu, tout à coup.
avatar
Fleur de Lotus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 340
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et rebondir de bumper en bumper...

Message par Fleur de Lotus le Lun 18 Déc 2017 - 10:50

Work in Progress

Réveil difficile, nuit compliquée, prise à doses homéopathiques, ambiance éthérée…

Heureusement, je ne dois pas sortir aujourd’hui. Mise en route du chauffage que j’éteins manuellement avant la nuit (le charme des appartements anciens, j’en ai déjà parlé), les radiateurs sont sous les fenêtres, un regard dehors.

“Oh c’est tout blanc !”

Je suis à ma fenêtre et j’ai vue sur un toit recouvert de neige. Une couverture blanche est tombée sur le monde et je m’émerveille à voix haute, toute seule chez moi.

“Tu parles toute seule ma pauvre fille, ça ne s’arrange pas.”

Je vais préparer mon café.

“Mmh… ou alors ça s’arrange, vas savoir…”


Beaucoup de choses à faire cette semaine, Noël approche, les cadeaux à finaliser, je les réalise tous moi-même, j’ai l’hyper agitation productive, autant en profiter, les conseils de classe qui s’enchaînent avec les bulletins à remplir, les copies de BTS blanc à corriger en surplus. Et ces nuits découpées en tranches depuis trois jours, ce qui n’aide pas.

Le mouvement brownien ne semble pas pouvoir s’arrêter, pas tout de suite.

R. m’avait donné vendredi son numéro de téléphone pour que je puisse décider du café samedi. Je devais l’appeler, je me suis contentée de SMS.

Or j’ai récolté, gagné, un nouveau numéro. Cela me touche et me fait énormément plaisir, c’est indéniable. Mais cela me fait aussi un peu peur. Je sens que je vais devoir en rester aux SMS quelques temps.

Se laisser prendre par la voix, c’est toute une histoire pour moi.

Je l’ai expliqué sur un autre fil. Absolument pas anodin. Même M. ne m’appelait pas, il évitait, il savait que bien que vivant ensemble,  un appel de lui allait me déstabiliser, m’emporter ailleurs, avec lui. Je ne sais pas pourquoi c’est ainsi, mais de fait, même si maintenant je peux parler au téléphone avec mes enfants, ils prennent toujours la peine de me demander avant par sms s’ils peuvent appeler. De toute façon, ils le savent, je ne réponds jamais, ou très rarement, si je ne suis pas prévenue. Pourtant je suis en confiance avec eux ! Mais certaines craintes sont tenaces.

Avant de rencontrer M. en France, puisqu’il est arrivé de la Réunion, nous étions souvent sous skype, écrit, et parfois audio, parfois seulement. J’acceptais pour lui faire plaisir, surtout que nous avions parfois des échanges assez… particuliers. Il aimait entendre mon souffle. C’est érotique, un souffle, une voix, le dérapage du débit quand la gêne s’installe, la bascule de l’assurance, la défaillance, quand ce n’est pas le glissement de la vibration sonore. Bien sur il faut écouter, être présent, mais quand on est hyper sensible, difficile de ne pas l’être, c’est plutôt le contraire qui est compliqué. La neutralité d’un appel, il faut se mettre dans une disposition d’esprit particulière, rester quasi froide, professionnelle. Ça aussi j’ai appris.

Mais là… je ne sais pas si je saurais.


Après la voix il y a l’odeur. Là c’est pire.  Ou ça peut être merveilleux, mais le risque est bien présent. Je sens tout, même si je ne suis pas à fleur de peau. Au moins au téléphone il n’y a pas le risque d’être incommodée par une odeur. Même mon propre fils me pose problème parfois… Ah, les garçons (et aussi les filles, parfois !) et leur propension à ne pas sentir que leur linge a été mal séché, que leur douche n’a pas été assez savonneuse, que le déodorant ne fait pas tout, quand ils y pensent, que leur tee-shirt de la veille aurait dû rester au panier, que cette veste cent fois portée aurait bien besoin d’un lavage…

Là aussi j’ai appris à faire avec. Même mon fils je ne dis plus rien. A quoi bon, je l’agresse, vu que de son côté, il n’y a rien de notable. Je module, mais je me débrouille pour baliser mon espace vital, au mieux.

Mais pour le moment je n’en suis pas là. J’ai simplement un numéro de téléphone à gérer.


Je regarde la neige. J’aurais aimé en profiter à deux, même à distance. C’est une motivation ça.


avatar
Fleur de Lotus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 340
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et rebondir de bumper en bumper...

Message par Fleur de Lotus le Lun 18 Déc 2017 - 17:15

avatar
Fleur de Lotus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 340
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et rebondir de bumper en bumper...

Message par Fleur de Lotus le Mar 19 Déc 2017 - 12:19

Work in Progress

Accident de la route, crash en plein vol, ça fait mal, j'avoue. Mais comme dirait mon copain Nietzsche, "ce qui ne me tue pas, me rend plus forte ». Ça doit être pour cette raison, répétée, que je suis aussi forte.


Ah, non me susurre-t-on dans l'oreille, pas forte, mais "solide » ou autrement dit fiable, digne de confiance, j'assure disons. Bah ! N’est-ce pas ce pourquoi mes parents m'ont désirée? Assurer à leur place.

Difficile de se défaire d'une mission aussi essentielle.

Parfois j'aimerais bien pouvoir me reposer sur une épaule qui jouerait avec moi le jeu du "échangeons un moment nos rôles respectifs", ou autrement dit aujourd’hui c’est "toi faible femme, moi assurer, moi m’occuper de toi", ça me changerait, c'est clair. J’en ai un peu soupé des hommes qui rêvent encore d’être des petits garçons mais tentent de faire croire le contraire, le concept du souminateur.

Pourtant c’est bien ce que j’ai laissé croire au père de mes enfants. Le problème (ou la chance ?) est que je ne m’en rendais pas compte, que c’était un jeu, et qu’en fait, lui, c’est un autre jeu dont il rêvait, sans le voir non plus. De toute façon, je ne suis pas sûre qu’il aurait assumé, si cela avait été dit, qu’en fait, il avait envie d’une bonne correction… en remplacement de celles que Maman lui donnait, bien moins sexy, très certainement.


Pour pouvoir trouver cette épaule,  il me faudrait un Homme qui soit suffisamment lucide pour voir que tout cela n'est qu'un jeu, et que, au fond, comment dire... nous sommes tous des enfants ayant échoué sur une île déserte habitée de nos fantasmes, la plupart du temps projectifs, névrotiques, trompeurs, que nous avons tous construits un petit radeau de bric et de broc, que nous dérivons, d’une île déserte à l’autre, et que nous faisons tous de grands gestes sur notre île déserte, espérant y attirer un Autre en dérive, mais en fait, nous ne faisons qu'entraîner les autres,  pire l'Autre, dans le puits sans fond de notre désespoir infantile.

Bon, pas très gai, tout ça.  Un peu désabusée, la fille solide.

Mais qui a dit que la lucidité amenait à la Joie déjà ? Ah… Moi je crois bien.

Voyons voir où tout cela me mène…

Hier je suis tombée sur des photos de M., sur ma page Facebook, j’aurais mieux fait de m’abstenir, cela ne m’a pas rendue très gaie.

Pourtant, à regarder ces photos de lui et de sa nouvelle copine, la même que celle pour laquelle je l’ai viré, jeune, pas spécialement jolie mais « de la conversation dans le balconnet », un français déplorable, une piste bleue, et encore (* j’explique plus bas pour ceux qui n’ont pas eu la chance d’écouter ma grande théorie alpine sur l’intelligence :p ), je me disais que lui, M., avait été cet Homme là.

Un monde, tout de même. C’est un mec qui n’est pas né mec qui aura été jusqu’à présent le seul vrai mec que j’ai rencontré. Il y a de quoi rire. Vraiment. C’est sans doute pour cette raison que je me suis révélée vraiment Femme face à lui. Et il est parti pour quelle raison ? Maintenant je me dis que la paternité n’était pas la véritable raison. Avec elle, il va pouvoir jouer au souminateur, autant qu’il voudra, elle n’y verra que du feu. Moi je savais, j’avais compris, et appris, avec lui.

Avec elle, il peut jouer avec son désir, sans crainte que cela se retourne contre lui. Il peut tout à la fois être dominant socialement, et assurer son image de mec qui assure, un vrai mec donc, et en même temps l’inciter à jouer la fille qui tient les rênes du désir, parce qu’il est comme tous les autres, un petit garçon qui rêve de maman en  secret et…. c’est pas racontable, je vous assure.

C’est ce que j’ai vu sur ces photos. Et cela ne m’a pas rendue très gaie. Hier.

Alors c’est quoi un souminateur ? Et bien c’est très souvent un mec intelligent, voire très intelligent, manipulateur, mais comme tous les zèbres, et qui rêve de jouer au petit garçon, parce que ça l’excite, mais, mais surtout !!! qui tient à garder le contrôle de tout ça, parce que sinon ça abîmerait son ego de mec, socialement parlant. Donc il pousse, il incite, il joue du désir de la femme qui est dans son collimateur, il lui fait croire qu’elle le tient, qu’elle va décider, qu’elle sera la maîtresse de son désir à lui, mais en fait c’est lui le maître du jeu, et ce faisant il la trompe.

Quand on s’informe vraiment, comme je l’ai fait, sur ce type de relation, que j’ai bien expérimentée, je ne m’en cache pas, cette notion apparaît vite comme importante à saisir. Et les Domina qui partagent leurs expériences sur le net mettent en garde les débutantes. Le souminateur est un danger pour toute femme qui n’a qu’un seul désir, satisfaire l’homme qu’elle aime.  Car il la manipule, et la vampirise, elle devient son jouet et il la pousse sur un chemin qu’elle n’a pas nécessairement envie de prendre. Je sais de quoi je parle.

Mais j’apprends ! J’apprends tous les jours. Je reste « solide », finalement.

Hier, en regardant ces photos, j’étais triste, crash en plein vol, disais-je plus haut.

Mais ce matin, dans ma voiture, je l’ai compris, que la crise était passée. J’observais les hommes que je croisais, aux passages piétons, ils sont nombreux. Je m’amusais à les regarder dans les yeux, aucun risque, facile et sans danger, comme jeu. Pas un, pas un, n’a détourné le regard. Pas un dans lequel je n’ai pas vu un vague espoir.

Je serais mauvaise, d’avoir joué à ce jeu ce matin ? Non. Je le sais. Ce n’est pas moi qui agit mal, ce n’est pas moi qui heurte et blesse. Moi je sais que c’est un jeu, quand le jeu commence et quand il finit. Je n’ai blessé personne ce matin, je sais que j’ai même éclairé la journée de quelques uns. Ils y penseront plus tard, ils s’en exciteront même un peu, cela les rendra vivants.

Je n’ai pas mal agi, et cela m’a remise en Joie. Mais comme c’est petit, comme c’est triste, comme c’est pathétique tout de même. Et elle est où cette épaule ? Bon… au fond je ne doute pas. Elle va venir quand je ne l’attendrai plus.

Je vais me remettre sur mon « grand roman » qui finalement serait plutôt « une grande série ». Ma discussion de samedi dernier a été profitable, merci encore R. Tu as raison, je tiens quelque chose, là.

Allez, Zou ! La vie est telle que nous décidons qu’elle soit.
Et je la veux belle, lumineuse et aimante.
Ainsi soit-elle.



_________________________________________________________________
* Ma grande théorie alpine sur « Qu’est ce que l’intelligence » pour les Nuls.

Avant de mettre un nom et des tas de concepts sur ma bizarrerie, j’avais développé une façon de comprendre le monde social et mes échanges avec «les autres » qui m’aidait bien.

Quand je parlais avec les gens, en dehors de mes enfants, j’avais remarqué que  je « voyais », de façon nette, les limites de leurs pensées ; que ces limites étaient parfois très proches, je me cognais dedans, et parfois plutôt lointaines, car j’avais du champ, et rarement, mais très rarement, que je ne les voyais pas. J’en ai donc développé une sorte de carte alpine des couleurs.

Piste verte : bah… à part le temps qu’il fait, on ira pas loin dans la  conversation. Trois secondes.
Piste bleue : on pourra évoquer les problèmes climatiques, sans entrer dans les détails. Une minute.
Piste rouge : Il y aura quelques notions partageables, je pourrai même peut-être apprendre quelque chose. Je ne m’ennuierai pas au bout d’une minute mais de peut-être  de dix ou quinze, si je suis en forme.
Piste noire : Ah, là il y a du répondant, j’apprends, je m’amuse bien plus, je ne m’ennuie pas tout de suite, je peux même me tromper sur ses intentions, et je dois me méfier.
Hors piste : Bingo. Le fun total. L’extase, je ne perçois aucune limite, je peux m’éclater. Le danger est réel et immense, mais le fun, le plaisir, la Joie aussi.
avatar
Fleur de Lotus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 340
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et rebondir de bumper en bumper...

Message par Fleur de Lotus le Mar 19 Déc 2017 - 20:58

“Il vaut mieux en rire qu’en pleurer !!!", aurait dit ma grand mère.
Et là, je ne résiste pas à en rire.
Parce qu’il y a de quoi, vraiment.


Je me suis fait bernée, ici. Il n'y avait pas de quoi en être fière et je ne comptais pas m'étaler sur le sujet.

Mais je voulais (devais) en parler sur ce fil car il me sert à avancer et si je ne parle pas de ce genre d'événement alors autant fermer boutique.

Or j'avais "promis" - en fait simplement dit mais pour moi la parole dite vaut promesse - de ne pas évoquer l'événement en question avec la possibilité de détecter l'autre personne.

Comment faire ? Et bien c'est très simple en fait. Procédé narratif. On prend un présumé coupable que le lecteur connaît et on lui fait porter le chapeau. Simple et sans malveillance. On passe pour fragile, encore un peu, peut-être, mais il s'agit de tenir une promesse, donc...

Oui, j'ai bien vu ces photos de M. sur Facebook, hier, un peu par hasard, elles étaient sur mon fil, mais cela ne m'a rien fait. Regard extérieur, factuel, sans émotions. J'ai vu sur son visage, dans sa posture, ses yeux à lui, le désir de paraître, intense, profondément narcissique, et émanant de la jeune femme, rien, sinon la plénitude de se sentir désirée, et c'est tant mieux pour elle. Je le pense.

Voilà pour le choix du personnage.

Maintenant le sujet. Là par contre, je me suis effectivement servi de cette expérience avec M. Car je n'aurais jamais lu, compris, appris, ce qu'était un souminateur, s'il ne m'avait pas poussée, et parfois sans même le vouloir consciemment. Mais je n'en ai aucune nostalgie ! Comment pourrais-je regretter de m'être fait bernée, de temps à autre. J'ai appris, beaucoup, et lui aussi. Tout a toujours été bienveillant, sensible, intelligent. Réciproque et formateur. Je ne regrette rien.

En ai-je fait le deuil ? Oui. Cela n'a pas été simple, c'est vrai, je crains toujours un peu de reprendre contact, mais rien ne presse et c'est bien pour moi du passé. Un passé que je continue d'explorer pour comprendre mon présent, comme ce matin.

Grâce à ce procédé narratif j'ai donc pu raconter, analyser et comprendre ce qui s'était passé ici, le but étant pour moi de rebondir, d'avancer, sans blesser qui que ce soit.


Mais....

Voilà qu' "On" me lit, sans voir que j'ai surtout cherché à le protéger, ce "On". Voilà qu'"On" m'écrit pour me dire que je ferais mieux de balayer devant ma porte, moi qui joue les victimes tout en essayant de séduire avec mes écrits, alors que je n'ai pas fait ce deuil, moi qui ne sait plus qui je suis avec toutes mes identités numériques et qui demande donc aux lecteurs de me "recadrer".

Euh... et bien là, comment dire....

Tout d'abord je suis stupéfaite, littéralement. J'ai toujours beaucoup de mal à accepter l'idée qu'il puisse y avoir malveillance, même si j'en suis victime. Puis je me maudis de m'être encore une fois fait bernée, en beauté même. Ensuite je me félicite d'avoir échappé au pire, et d'en tirer une bonne leçon de vie. Et finalement j'en ris, de bon cœur.

Et puis me revoilà pour mettre tout ça au clair, parce que, quand même quoi.

Allez, sans rancune !
avatar
Fleur de Lotus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 340
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et rebondir de bumper en bumper...

Message par Fleur de Lotus le Mer 20 Déc 2017 - 13:12

Work in Progress

Il est peut-être temps de plier bagages. Ce  "travail" m'a été d'un grand secours, au fil des jours, mais je me questionne sur la suite à donner aux derniers événements.

Or il n'y a pas de meilleur moyen pour avoir la réponse que d'en parler ici, justement.

J'y suis arrivée pleine d'espoirs un peu fous, de peines et de douleurs, mais dotée d'une volonté intacte de rebondir et d'avancer. Ce que j'ai fait, jour après jour. Et je remercie ceux avec qui j'ai interagi avec sincérité, ce qui est le cas de quasiment tout le monde ici, bien évidemment je choisis sciemment ce terme.

J'ai besoin d'écrire, c'est vital. Je n'en avais pas une conscience aussi fine avant de débarquer sur cette plateforme. J'écrivais déjà beaucoup, mais il me fallait d'abord vivre puis réagir. Il n'est pas toujours simple de se dévoiler, quoi qu'on ait pu penser de ce fil. Or justement c'est ici que j'ai appris à simplement me regarder être, en mots sensibles. C'est ici que je me suis lâchée.

J'apprends énormément, dès que je prends la plume, ou désormais le clavier, et que je me dévoile, intimement, tout en sachant pertinemment que je serai lue, un peu, beaucoup, passionnément ou pas du tout, qu'il y aura donc projections, peut-être transfert, puis contre-transfert, Amour ou Haine, réactions sensibles. Une vraie cure psychanalytique où le sujet est Verbe et le psy Regard réflexif, le Moi qui devient Ça et le Soi qui émerge peu à peu.

C'est un travail artistique, je le sais désormais. Nul besoin de milliers de lecteurs ou d'un éditeur reconnu (ce que j'ai déjà obtenu) mais d'une écriture de soi entière, vraie, crue, qui déchire le voile des convenances et laisse éclore l'intime Désir d'Etre.

Au fil des jours je me suis démise de mes craintes de plaire ou déplaire, défaite de mes atours virtuels, enveloppée de mes fantasmes, de mes rêves, de mes peurs, de mes amours, de mes dégoûts, de mes joies et de mes peines, toutes profondément vraies, sincères même sous les mots qui embellissent.

Bien évidemment est arrivé ce qui devait arriver. Et j'en suis heureuse, finalement, car vaille que vaille, j'avance et je grandis, parfois dans la douleur.

Mais n'est-ce pas le lot de tout chemin.

Je crois que je vais revenir demain.


****




A pour le premier pas,
B pour être tombée,
C pour avoir avancé,
D pour la peur transcendée,
E pour le sourire au fond de tes yeux,
F, G, H I, etc.. pour tout ce que je ne connais pas encore, mais qui est contenu dans ce Z.


avatar
Fleur de Lotus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 340
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et rebondir de bumper en bumper...

Message par Fleur de Lotus le Jeu 21 Déc 2017 - 18:43

Work in Progress


Après demain je pars pour trois jours dans le sud, quelque part dans le Var. Direction l'appartement de ma fille aînée, son compagnon et son bébé. Hôtel pas cher dans le bourg, deux chambres payées d'avance, pour moi et mes enfants. Ce n'est pas que ça m'enchante de payer pour eux et de dormir avec ma seconde fille tandis que la troisième dormira avec son frère, mais je n'aime pas déranger, peser, m'imposer. Et déranger un bébé encore moins.

Par contre c'est moi qui ait souhaité ce week-end là-bas, alors j'assume. Et puis on y va pour être tous ensemble chez ma fille... en famille. Sauf qu'il y aura leur père et sa nouvelle femme qui doit dormir, lui, dans un autre hôtel, certainement plus cher.

Je vais donc me retrouver seule, célibataire, en vrai et dans ma tête, et "en famille"´ face à un couple dont j'ai très bien connu l'homme, et pour cause. Et je sais que cela va être compliqué.
Du non stop « en famille ». Pas de petit coin pour me retirer, m'extraire du groupe, m'évader dans une lecture ou dans l'écriture. Je crains un peu le trop-plein d'émotions.

Heureusement le compagnon de ma fille, qui me connaît bien maintenant, a proposé de sortir les jeux de société dès le repas terminé, histoire de ne pas s’éterniser dans des conversations oiseuses, et de faire fuir les deux importuns. Car c’est une tradition et un vrai plaisir, depuis toujours dans cette famille que j’ai créée, ce partage autour du jeu. Mais "curieusement" la nouvelle femme de mon ex n'aime pas jouer. Elle va donc être tentée de l'entraîner dehors. « Comme ça on sera tranquilles, ne t'inquiètes pas trop" me dit ma fille.

Mmmh... à voir. J'ai tout de même un peu peur de glisser et de devoir me cacher de nouveau dans ma cave.



Enfin, tout n'est pas si inquiétant !

Ce matin j'ai remplacé mon cours par un petit atelier d'écriture pour un groupe d'étudiants courageux, seulement 8 présents sur les 20 habituels.
Je leur ai proposé d'écrire un texte à la manière de Georges Perec avec La disparition. Un texte sans la lettre E. Petit atelier d’écriture Oulipo. Et je me suis amusée avec eux, bien sûr.

Je voulais parler... devinez quoi, d'amour bien sûr !
Voilà ce que ça a donné :

"Fout l'camp !"
Un cri, un coup, un point final.
Un loup n'aurait pas fait plus.

Il partait à jamais, son sac à la main.
Là j'ai appris. Tout finit, l'amour aussi.

Alors, quoi,  pour plus tard ?

Plus tard, iI faudra s'accomplir, abolir tout cri, s'adoucir, grandir, sans tout noircir.

Plus tard j'irai là-bas. Là où l'amour anoblit.
Plus tard, oui. J'irai. Là-bas, pour toujours.

Non, pourquoi plus tard.

J'y suis, aujourd'hui, ici.
avatar
Fleur de Lotus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 340
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et rebondir de bumper en bumper...

Message par Invité le Jeu 21 Déc 2017 - 20:57

Joli texte, Fleur de Lotus! Il te ressemble bien, surtout la fin Smile

Je te souhaite un bon séjour avec tes enfants. Peut-être qu'il ne faut pas trop te focaliser sur la présence de ton ex-mari pour profiter au mieux des autres convives?

Je préfère aussi les jeux de société aux conversations oiseuses, ils sont une bonne façon de partager!

Je te souhaite le meilleur pour ces jours de fête  flower

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Et rebondir de bumper en bumper...

Message par Fleur de Lotus le Jeu 21 Déc 2017 - 21:30

Merci beaucoup Tempête Smile
avatar
Fleur de Lotus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 340
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et rebondir de bumper en bumper...

Message par Fleur de Lotus le Ven 22 Déc 2017 - 22:38

Work in Progress


Je pars demain matin et je suis bien plus dans l'attente de mon retour et d'une nouvelle première rencontre, c'est assez étrange. Un ZCien que j'ai contacté parce que ses mots, rares, me touchent, qu'il est lyonnais et que je le sais en démarche artistique.

J'ai hésité, "chat échaudé....", encore du transfert, des attentes incomprises, des projections inopinées... mais moi j'ai besoin de ces rencontres sensibles, elles me nourrissent, et c'est bénéfique quand cela reste sain, bienveillant et sincère. Or c'est un ZCien qui ne me lit pas, je le sais aujourd'hui, donc sans projections polluantes. Et c'est tant mieux.

Alors pourquoi le contacter ?

Bien sûr j'en ai assez de cette solitude que je n'ai pas souhaitée mais que j’ai provoquée. Bien sûr c'est d'amour et de partage dont j'ai besoin et dont je parle sans cesse. Mais c'est un désir qui reste avant tout sensible, respectueux, attentif et désireux de découverte de l'Autre. C’est un désir de partage, essentiellement, qui est aussi artistique,  même si pour moi l’amour est une forme d’Art. Mais n’est ce pas le cas pour tout le monde ?

Alors je lui ai d’abord proposé d'échanger sur nos démarches artistiques, via le forum, moi les mots et lui l'image. Je lui ai envoyé une nouvelle sur l’enfance et la mort, une nouvelle qui a gagné un prix, il y a quelques années, que j'aime bien.

La connexion s'est faite, immédiate et naturelle. Il a réagi en me donnant les références qui lui venaient à la lecture de mon texte, et en m’offrant un lien sur son book. J’ai donc eu accès à ses photos, une série m’a particulièrement touchée, j’ai écrit un petit “poème”, que je lui ai envoyé et qui l’a surpris. C’est amusant les projections réciproques sur les productions, c’est très riche ce regard extérieur. Et on peut faire mieux, très certainement.

La rencontre a alors été souhaitée, de part et d’autre, et nous nous voyons la semaine prochaine. Elle est envisagée comme simple, amicale, “dans une saine bienveillance”. Je suis sûre qu’elle sera belle, tout comme l'a été celle avec R. que je salue au passage.

.....

Mais cela m'a donné une autre idée. Il y a ici d'autres personnes sensibles et en recherche artistique, une recherche  qui se veut en évolution, une démarche. J’ai l’intuition qu'avec certaines personnes le partage pourrait être enrichissant, créatif et beau.

Alors je lance un appel. Moi j'aime écrire. Mettre des mots sur une émotion née d'une perception, graphique, photographique, sonore, olfactive, kinesthésique, est un acte créateur qui me remplit. Alors pourquoi ne pas tenter l’expérience avec d’autres ?



Ceci étant dit, je tâche de faire un petit passage demain, histoire de ne pas vous laisser sans nouvelles…. et puis je le sais, maintenant, que je suis accro à ce fil  ! Wink
avatar
Fleur de Lotus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 340
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et rebondir de bumper en bumper...

Message par Fleur de Lotus le Sam 23 Déc 2017 - 9:49

Work in Progress

Petite réflexion nocturne et billet du jour matinal avant de prendre la route.

Ce qui s'est passé récemment m'a fait prendre conscience que j'ai besoin d'avoir "autour de moi" des personnes avec qui je suis "en Amour", parce que c'est ainsi que je fonctionne, c'est vital, et que c'est aujourd'hui presque plus important que mes enfants mais sans nécessairement y mettre toute cette tension érotique que j'attisais sans vraiment m'en rendre compte.

C'est d'observer de loin ma seconde fille qui m'a mis la puce à l'oreille.

Elle a un amoureux, musicien comme elle, avec qui elle vit, elle crée, elle partage cette partie d'elle qui ne se montre qu’à un seul. Mais elle a aussi sa bande, garçons et filles musiciens, avec qui elle partage tout autant sinon plus, la musique, les rires, les rêves, et l’amour sans Eros,  cet Amour dont je parle si souvent.

La vie dont je rêvais à vingt ans, elle l'a mise en œuvre, dans une grande maison à la campagne où elle est en colocation avec d'autres musiciens. Elle ne parle pas d’amour mais d'amitié, pourtant lorsque je les vois, je sens cet Amour qui les traverse, il y a entre eux une connexion très particulière, celle du partage artistique que permet la création musicale et c'est de cela dont je rêve aussi.

Je l'ai dit, et écrit ici, que c'était mon voeu, ce lieu de partage, mais je ne voyais pas ce que j'y mettais.  Car la douleur due à l'échec de ma dernière relation amoureuse me trompait.

Bien évidemment que je n'ai pas envie de rester célibataire, mais j'ai encore moins envie de me cloîtrer seule dans une vie qui tournerait autour de ma petite personne et de mes enfants.

Nous sommes, les humains, femmes et hommes, jeunes et vieux, enfants et guerriers, des êtres de partage, de communication, et encore plus nous, les sensibles. Et c’est un comble quand on voit les difficultés qui sont les nôtres pour communiquer, justement.

Il me semble aujourd'hui que je viens de faire un immense pas dans la compréhension de ce qui m'anime, et cela me remplit de joie. Une joie tout à la fois mature et enfantine, pleine.

J'adore ce sentiment d'avancer sur mon chemin, cela me remplit.

Et puis, Ô Joie, comme un bonheur arrive rarement seul, j’ai appris très tard hier soir que la femme de mon ex avait contrecarré ses plans. On ne le verra que le soir du 24, pour le repas.

Alléluia !!!!

Je sais maintenant que tout au long de ce week-end, nous jouerons, beaucoup,  nous chanterons (ah ! Boby Lapointe dans le texte, quel bonheur), nous rirons aussi beaucoup, ils se chamailleront tout en étant d’accord sur le fond et je ferai le médiateur, je parlerai de moi au présent et au futur et non plus au passé, et je serai en Amour.

Que ce week-end vous soit doux... le mien démarre au mieux. I love you
avatar
Fleur de Lotus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 340
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et rebondir de bumper en bumper...

Message par Fleur de Lotus le Lun 25 Déc 2017 - 18:39

Work in Progress

24 heures passées « en famille » avec mes enfants, leur père, sa nouvelle femme et son fils à elle, du même âge que ma dernière.  Finalement, ces 24 heures furent assez agréables, drôles et  chaleureuses.

Pourtant…

Difficile de regarder mon ex dans les yeux, clairement, mais surtout pour ne pas donner l’ air de retrouver une complicité perdue, et surtout devant sa femme qui est à l’affût de toute dispersion de son attention vers le passé. De fait elle ne l’a pas lâché un moment.

Difficile de ne pas montrer qu’on est heureux de voir remonter des souvenirs familiaux que les enfants racontent avec force détails amusants.

Difficile de réagir comme si on était deux étrangers alors que tout nous rapproche sur le moment.

Difficile de ne pas se laisser toucher par les signes de cette vie passée, qui ressortent dans les traits d’un bébé, dans une anecdote, un sourire, une attitude, une musique qui revient en jouant à Shabadabada ou en cherchant un morceau sur Spotify.

Difficile de ne pas ressentir le danger du questionnement, virtuel mais tout de même perceptible, de part et d’autre, du fait de mon célibat retrouvé, et donc difficile de se parler, tout simplement, sans « écouter » le langage paraverbal, sans se regarder et sans écouter vraiment ce qui se dit.

Difficile, mais faisable. La preuve.

Mais il est reparti très fatigué. Et je le suis aussi.

L’effort était intense, c’est certain.

Mais cela en valait la peine. Les enfants sont heureux, ils me l’ont déjà dit hier soir au moment de repartir à l’hôtel et  ils le sont encore maintenant une fois leur père parti et l’heure du bilan arrivée.

De là à dire que j’ai envie de recommencer, pas sûre, pas sûre du tout.
Mais ce sera forcément différent dans un an, donc…
avatar
Fleur de Lotus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 340
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et rebondir de bumper en bumper...

Message par Fleur de Lotus le Mar 26 Déc 2017 - 13:06

Work in Progress

Discussion clé hier soir avec ma fille musicienne, la seconde.

21 heures. Un moment nécessaire de calme après la tempête émotionnelle que nous venions de vivre tous ensemble, leur père parti, le bébé couché, certains lisant, d'autres jouant seul, moi digérant un message privé reçu en fin d'après-midi, je me suis retrouvée à regarder avec elle sur son téléphone, le compte Instagram d'un photographe amateur brestois, véritable ethnologue sans prétention de la faune des quartiers populaires de "Brest même" en images drolatiques assorties de hashtags comme "suiciqui...etc" (humour breton) qui nous amusaient toutes les deux.

Dans un moment de complicité tendre et intime nous avons peu à peu dévié sur la représentation de sa musique puis de sa vie d'artiste, puis des démarches artistiques de gens qu'elle suivait, puis plus particulièrement d'illustrateurs érotiques, puis de mon travail, de sa mise en images, pour évoquer la micro édition et enfin déployer ensemble l'idée de l'objet qui seul peut matérialiser un travail artistique littéraire, un livre,  et enfin réfléchir ensemble sur le type d'objet artistique que je pourrais produire de manière autonome.

C'est la que le déclic a eu lieu.

En tournant autour de toutes ces idées, il est apparu évident que je devais produire de tous petits livres, un par nouvelle, sur papier à grains, mis en page et illustrés avec sensualité par moi-même, imprimés par centaines en sérigraphie, déposés en librairie, et ce afin de prévoir une expo complète, peut-être en association avec un "faiseur d'images" mais peut-être tout simplement à partir de mes propres créations non littéraires (qui elles sont plutôt de type "art brut").

Seule je n'aurais pas réussi à le formaliser, même si j'y avais déjà vaguement réfléchi.

Ma fille a proposé de m'aider, pour l'impression en micro-édition, car elle connaît ce milieu sur Lyon. Sur le moment je n'ai pas trop accroché à l'idée car même si je parle absolument de tout avec mes enfants, partager avec elle un projet qui tourne autour de l'érotisme ne me semblait pas possible, je ne voulais pas la mettre mal à l'aise.

Mais l'idée a fait son chemin pendant la nuit. Elle est sensible à ce type de projet, c'est elle qui s'est proposée et elle rêve de me voir aller au bout de ma démarche artistique, enfin. Je dirais qu'elle seule "sait" et même à sa manière "porte" mon désir artistique enfoui au moment de la naissance de sa petite sœur. J'expliquerai une autre fois, je ne veux pas disgresser.

Donc ce matin je lui ai précisément demandé comment elle voyait les choses et nous avons décidé de ce que nous pouvions réaliser ensemble. Elle ne lira pas mes textes érotiques (les autres si, bien sûr) ou en tout cas, pas avant qu'ils soient scénarisés,  objectivés et donc sortis d'un contexte maternel, mais va m'introduire auprès de ses contacts dans le milieu lyonnais de la micro-édition, dès la première semaine de Janvier.

Je suis décidée, mon projet est très clair, les textes sont écrits mais je vais tâcher de les retravailler en cherchant comment les illustrer à ma façon, je vais en parler avec deux ou trois personnes qui, je crois , y seront sensibles et pourront m'apporter un regard extérieur toujours nécessaire quand on crée et me voilà en route.

Et je voulais vous remercier, tous.

Depuis que j'ai repris ce fil en octobre dernier, c'est tout ce qui se passe ici, devant, derrière et à côté de ce dévoilement, donc en lien avec ZC et ses membres, qui m'aura permis d'aboutir.

En effet je le sais, je le sens, je l'ai écrit : ici je me questionne, j'évolue, je réagis, je glisse, je tombe, je me relève mais toujours j'avance. Ici, et donc avec vous tous.

Me reste maintenant à me trouver (ou reprendre) un pseudo qui me servira de "nom d'artiste" car il est impossible d'imaginer mêler mon identité professionnelle (ou familiale) à une production d'écrits à caractère fantasmatique et encore moins érotique.

Je quitte le Var et je reprends la route, des questions plein la tête, encore (toujours ?), mais le cœur en Joie.

Il y a quelques jours des étudiants m'ont demandé si j'avais des bonnes résolutions pour l'année à venir et cela m'a bien fait rire. Non, ai-je répondu avec le sourire.

Mais me voilà avec une vraie résolution : oser être moi-même, affirmer une forme d'expression qui m'est personnelle et m'engager sur ce chemin qui m'attire depuis toujours, en autonomie.

Et c'est certainement la plus belle résolution que j'ai pu avoir.
avatar
Fleur de Lotus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 340
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et rebondir de bumper en bumper...

Message par Fleur de Lotus le Jeu 28 Déc 2017 - 10:41

Work in Progress


Premiers "vrais" jours de ma nouvelle vie.

Hasard,  synchronicité ou plutôt suite logique de cet épanouissement qui a démarré ici il y a trois mois, hier après-midi j'ai rencontré T. pour la première fois, suite à un échange de mails que j’avais initiés il y a un peu plus d’une semaine.

Et nous avons discuté sans interruption pendant … 6 heures !

Une après-midi extrêmement riche, foisonnante, bienveillante, amusante, tendre, pleine de secrets dévoilés mais aussi d’échanges légers, mélange de textes et de photos, de ressentis sensibles sur l’art, la rage de vivre, l’enfance, le corps, ses limites, le sexe, l’amitié, l’amour, le couple, la parentalité, la vie tout court. Nous n'avons pas vu le temps passer. Et nous nous sommes quittés après nous être mis d’accord pour tenter de mener ensemble un projet mixant textes et images, aussi bien de l'un comme de l'autre, au gré de nos disponibilités, de nos envies, et de nos rencontres à venir. Un régal d’ondes positives porteuses de sens.

Et cette après-midi passée au coin d'une petite table du "Drôle de Zèbre" (ça ne s'invente pas) ne fait que renforcer ce que j’ai été amenée à comprendre lors du week-end de Noël.

Je suis pleine de mots, de sensations, de couleurs, de textures, de phrases toutes en ruptures et douceurs, de rires et de pleurs, de grains, de papiers, d'encres, de peaux, de fils, de tissus, d'assemblages colorés tout en demi-teintes ... qui ne demandent qu'à se dire.

Tout est là, en moi, en vrac, bouillonnant, lave de cris qui deviennent caresses pour peu qu'il y ait un Autre en face qui sait les prendre pour ce qu'elles sont.

Au commencement était le Verbe nous dit-on, et j'en suis d'accord.
Mais le Verbe n'est pas ce qu'on en croyait.

Il est transcendance de nos rages de vivre, éclats de lumière sensible qui illuminent nos chemins, déchirures de conscience d'être dans le néant de notre ignorance, et en ça Il est Amour, indéniablement. Mais il vient de nous, et de nous seuls. Il est là le sens de nos vies. Juste là devant nos yeux. Tout nous est donné, offert. Il nous appartient de l'accepter, ce Tout, pour ce qu'il/elle crée en nous et d'apprendre à le partager.

….

Et là, juste là, T. vient de m'envoyer un mail pour un retour critique sur un texte donné hier, retour intelligent, bienveillant, qui fait sens et me remet sur le chemin... que du Bonheur !
avatar
Fleur de Lotus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 340
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et rebondir de bumper en bumper...

Message par Kiwi44 le Jeu 28 Déc 2017 - 15:33

Coucou, Fleur ,
Tu viens d'écrire la plus belle description d'une NRE que j'ai jamais lue.
Je te souhaite tout le bonheur possible, et que ça dure...
avatar
Kiwi44
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 263
Date d'inscription : 07/06/2017
Age : 49
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et rebondir de bumper en bumper...

Message par Fleur de Lotus le Jeu 28 Déc 2017 - 15:49

Merci Smile Mais c'est quoi une NRE ?
avatar
Fleur de Lotus
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 340
Date d'inscription : 30/11/2012
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et rebondir de bumper en bumper...

Message par Kiwi44 le Jeu 28 Déc 2017 - 16:42

Fleur de Lotus a écrit:Merci Smile Mais c'est quoi une NRE ?
état d'esprit vécu au début de la plupart des relations romantiques significatives, impliquant généralement des sentiments et une excitation émotionnelle accrue.
Explication en anglais ICI. Tu peux écarter l'aspect polyamour qui ne te concerne peut-être pas...
avatar
Kiwi44
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 263
Date d'inscription : 07/06/2017
Age : 49
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum