Oh une maison

Page 5 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par Bretonne le Lun 26 Nov 2012 - 23:52

EkaterinaOndirignee a écrit:

Pour BCyrulnik, je partage ton point de vue, ayant eu à "résilier"...oui, la vie continue....mais comment ? Mais après de nombreuses répétitions du psychodrame, arrive un moment où il "faut aller se chercher".


Tes analyses : me donnent l'impression que l'on vient (enfin) de m'indiquer qu'il fallait enlever la peau de l'orange (après l'avoir mangé avec la peau pendant longtemps Suspect ouioui Embarassed ) pour atteindre sa saveur...


Slurp! Smile

EkaterinaOndirignee a écrit:

Pour BCyrulnik, je partage ton point de vue, ayant eu à "résilier"...oui, la vie continue....mais comment ? Mais après de nombreuses répétitions du psychodrame, arrive un moment où il "faut aller se chercher".


Exact. La résilience, ce n'est que recouvrir le mur cassé d'une belle couche de peinture.

Mogwai a écrit:

Tu sais ce qui me mets mal à l'aise moi ? Mes propres certitudes, le peu qu'il en reste. Elles m'agacent. J'ai l'impression de tourner en rond. Au fond, je m'en fous un peu de la place du psy dans la société
C'est vrai que c'est jouissif de déglinguer Dabrowski et Cyrulnik, c'est politiquement incorrect. Et je suis sûre qu'en cherchant la petite bête, on peut même démonter tout ou partie du raisonnement de Miller.
Mais bon, une fois qu'on a fait ça, on fait quoi ? La théorie du complot, une fois digérée, m'ennuie. Ça ne m'a jamais tentée non plus de ressembler à un gros chat yogique "libéré de ses moi/désirs/pulsions". Du coup je n'ai même pas l'échappatoire de cette voie là. Le tantra c'est pas pour moi (pourtant ça devrait, il y est question d'"identité absolue entre l'esprit et la matière").
Ce soir j'ai regardé "Mon oncle d'Amérique", basé sur les travaux de Laborit. Ça, ça m'intéresse encore, sans doute parce qu'on n'a toujours pas de certitudes pour expliquer ce lien entre l'esprit et le corps, que c'est une voie de recherche, et que si tes recherches aboutissent à quelques théories, ça m'intéresse toujours de les lire.


C'est certainement que ce ne sont pas "tes" certitudes, ou "plus" tes certitudes. Personnellement, je ne cherche pas à avancer, mais à faire pousser une pensée. Je ne peux faire autrement, c'est vraiment comme l'arbre. Quand je lis une pensée, une opinion, paf immédiatement je la confronte à ce que je ressens. Si je m'aperçois quelques semaines plus tard que ça ne me convient plus de penser cela, ou que je m'en fiche, je laisse juste tomber. Je sais que plus tard, une autre pensée me fera comprendre pourquoi j'ai pensé cela alors. Je sais que c'est toujours juste, car c'est ce que je ressens, non ce que je pense qu'il est "bon de penser".
La théorie du complot t'ennuie, soit! Pour moi il n'y a pas de théorie du complot. Je pense que la société fonctionne sur des schémas aux rouages bien huilés, que je suis obligée de dépenser de l'argent pour manger, et que Bush est un être humain, que certaines personnes sont fascinées par les théories du complot parce qu'il est plus facile de réaliser qu'une société secrète ment à un état, plutôt que de réaliser que ta propre mère t'a menti depuis l'enfance. C'est un tansfert par grandeur. De la même façon, je suis fascinée par les théories de la Terre Creuse, car c'est une symbolique "une vérité se trouve trouve cachée au dedans". Mais elle me correspond tellement, et puis je la trouve belle cette idée, magique, poétique. Les théories du complot finissent pas ennuyer, parce qu'une fois qu'on a compris que l'état nous ment, que le 11 septembre c'était pas Ben Laden, etc...Comme tu dis: "Qu'est ce qu'on fait?" Et ben on arrête de tourner autour du pot et on se penche enfin sur soi-même pardi! Et puis, on arrête la culpabilité, parce que c'est pas bon pour la santé. S'ennuyer, c'est pas grave. L'inspiration jallit de l'ennui parfois.


siamois93 a écrit:En vous lisant, la minette rousse de Bretagne et la bestiole toulousaine Smile j'ai l'impression que vous disez qu'on ne peux pas soigner les gens sans les aimer. Que le "nécessaire détachement du praticien" qui vise aussi à le protéger ne doit pas empêcher d'aimer ses patients (oups j'ai failli écrire parents ).
C'est tout le problème je crois pour le praticien (l'êtes-vous ?) : en plus de la technique du guérison utilisée, trouver la bonne façon d'aimer.
Perso je raccroche ça à mes expériences d'enseignant de t'aï-chi-chuan.

Salut Siamois, je te connaissais pas! T'es rigolo avec ta barbe. On dirait un Breton en fait.

Bah oui, je dis qu'on ne peut pas soigner les gens sans les aimer. Mais attention, moi je dis que aimer=laisser l'autre être ce qu'il est. Le détachement du praticien, c'est de la coucougnette en sauce, parce que ça fait référence à "l'attachement". Hors, l'attachement est un schéma parental non résolu:

Mes parents ne m'ont pas apporté l'amour dont j'avais besoin alors que j'étais totalement dépendant d'eux, donc je recrée la dépendance avec toutes les personnes avec lesquelles je décide de créer un lien (toujours dans le but secret de recevoir cet amour).

Mais en fait, le patient PEUT (et non DOIT) ressentir cet attachement, parce qu'il est vital. Et qu'il ne peut s'adresser à un thérapeute que si celui-ci a résolu ses propres conflits, afin que la relation "parent-enfant" puisse être résolue. Cela ne veut pas dire que le praticien doive adopter le patient et lui donner de l'argent de poche chaque mois, mais qu'il doit tout simplement faire vivre, ne serait-ce que pendant 2h (2h peuvent guérir un être humain, si ce sont 2 "bonnes" heures), le sentiment de compréhension, de soutien, et donc d'amour, le tout dénué d'attente en RETOUR (besoin de retour en affection, besoin d'être compris, besoin de reconnaissance, beaucoup d'argent, que le patient guérisse...). Une personne a besoin dans sa vie de ressentir qu'elle peut être comprise (aimée) pour son bien-être uniquement. GRATUITEMENT. C'est pourquoi la demande de sommes astronomiques est si peu humaine.

Et pour répondre à ta question, oui je suis thérapeute. Et je fais payer très peu, pour un long moment de consultation et je fais payer 3 consultations et pas la 4ème. Mes patients savent que je compte écrire un livre qui sera destiné à financer un institut destiné à soigner les gens gratuitement (ce ne sont pas les recettes du livre, quoiqu'on peut toujours rêver, qui vont financer ça, mais ce sera une base pour la demande de subventions, car je n'ai aucun diplôme justifiant ces subventions, bref faut prouver à l'état qu'on est fiable, et j'ai aussi très envie d'écrire un livre). En attendant, je leur dis bien ce que je pense du devoir de payer les consultations, je prends peu de patients, car j'ai un autre travail à côté (j'ai aussi une petite société de rédaction web et référencement de site). Un patient m'a dit une semaine qu'il ne pouvait me voir car il n'avait plus d'argent pour la fin du mois et qu'il fallait qu'il attende le mois suivant. Je suis venue (je me déplace à domicile) chez lui quand même, sans le faire payer. Pour l'instant j'ai encore peu de patients, mais si je commence à en avoir suffisamment pour vivre, je baisserai le tarif des consultations. Je précise en passant, si jamais quelqu'un tombe sur ces lignes, que je ne prends personne du forum. Je suis ici pour RECEVOIR autant que pour donner. Je suis ici parce que je me sens seule et que j'ai besoin d'être aimée et comprise par des gens. Mes patients je leur donne, sans espérer d'amour de leur part. D'ailleurs, pour l'histoire, une fois, une patiente qui a énormément besoin d'exprimer sa colère, m'a traité de grosse conne, à un moment où je ne comprenais rien à ce qu'elle voulait me dire (elle parlait dans un mouchoir en hurlant, ça n'aide pas). Je l'ai consolée. Elle était extrêmement surprise et s'est confondue en excuse, elle n'arrêtait pas de dire "je suis désolée, chuis désolée", mais je lui ai dit: vous pensez que je vous aime moins si vous me traitez de grosse conne? Non. Vous avez le droit de penser que je suis une grosse conne. Vous avez le droit de penser de n'importe qui qu'il est un gros con. Après, n'allez pas imaginer que ça me fasse plaisir. Je souffre d'être insultée. Mais je ne vous retire pas ma compréhension pour autant. Je vous accepte. Vous n'avez pas à me faire plaisir. Je n'attends pas de vous que vous me fassiez plaisir.

La petite anecdote pour dire qu'ici, j'ai beau être pleine de pédagogie, et expliquer un tas de trucs, j'ai besoin de vous, de votre compréhension, et si quelqu'un m'insulte, je lui dirai d'aller se faire voir et que j'ai aucune envie de lui parler. Very Happy


Mogwai a écrit:
Le "nécessaire détachement" est une illusion s'il se rapporte au ressenti du praticien. Un thérapeute bien formé apprend qu'il va au contraire réagir intimement face à un patient. Ça peut être des images, des idées, des réactions physiologiques,... On appelle ça le contre-transfert, et dans certaines méthodes, cette empathie maîtrisée est même l'outil de travail principal dans la mesure où les ressentis du thérapeute lui apportent des pistes sur l'état de son patient, et donc des idées de techniques appropriées à ce qui se joue là, dans le présent.

Voilà. Et dans le cas de la patiente qui m'a traitée de grosse conne, je lui ai clairement fait comprendre que l'insulte pouvait me blesser, mais en aucun cas, elle me perturbait. Je prends partie pour les gens que je traite, je ne suis jamais neutre.

FaWantsBi a écrit:
Bretonne a écrit:je me disais que si tout le monde avait ses besoins 100% comblés, on serait des animaux conscients de nous-même. Les animaux ont des particularités, natures différentes. Mais cela n'empêche pas qu'ils soient "réalisés pleinement".
Pas tellement sûr de ça... les animaux (en tous cas les classiques carnivores domestiques) ont, je suppose, à peu près les mêmes besoins fondamentaux que nous, et donc sûrement les mêmes dispositions à ce qu'ils soient mal comblés dans leur jeunesse.
(Je précise que je vis avec une chatte traumatisée, mal sevrée et complètement frappadingue, que j'aime néanmoins sans concessions).

C'est vrai ce que tu dis. En fait, je voulais parler des animaux sauvages. Les animaux domestiques, eux, ressemblent à leur maître. Ca va dans les deux sens. Ils sont choisis par leur mâitre parce qu'ils ont la même souffrance de base, et progressivement l'animal devient à l'image de son maître. Les deux communiquent en s'envoyant pleins d'ondes. J'ai aussi eu une chatte traumatisée, qui s'est enfuie, d'ailleurs. (Elle a fugué 3 fois, moi aussi 3 fois quand j'étais jeune) Je l'aimais tellement. Elle était pareille à moi.

J'en profite pour faire une apparté pour Mogwai, je suis d'accord avec toi pour la belle verte, je l'avais pas revu depuis très longtemps et je l'ai reregardé, en fait ils ont plutôt une société fascisante façon communauté utopique Hippies, mais j'avais surtout le souvenir de leur vie très simple et très paisible. Alors quand je parlais d'êtres humains pareil à des animaux comme dans la Belle Verte, je parlais surtout de leur tranquillité. La fin du film, ou ils expliquent aux deux filles ce qu'ils font de leurs journées est très belle.

FaWantsBi a écrit:

Je suis finalement arrivé au bout de la lecture des derniers développements de ce fil. fiouf.

Pour tout dire, ce que tu écris me pose problème... chaque fois que tu décris un dysfonctionnement affectif, j'ai l'impression d'être pointé du doigt.
Jusque dans les petites histoires (oui, on les kiffe, btw) qui me bousculent. Alors je ne sais pas trop si je creuserai ou si je jetterai un voile pudique par dessus tout ça pour ne pas trop m'faire mal. Grmblf...
Comme le dirait Plamondon, "au secours, j'ai besoin d'amour". En appuyant sur le secours et son côté pathétique.
Merci d'être passée par là quoi qu'il en soit. Cool

Et sinon, pour ce qui est de Dabrowski, c'est là un avis très tranché. Pour le moment j'arrive pas à me persuader d'y réfléchir et encore moins d'y répondre.
En même temps qui m'le demande ? Sonneper...

Du bisou.
Bisous

Si ça te bouscule et que c'est désagréable, force rien. Mais si tu veux en parler plus hésite pas. Tu peux aussi passer par ici pour dire prout, ou encore pour mettre des vidéos de chatons qui chantent i wish a merry christmas en miaou-miaou.

Oui je suis tranchée sur Dabrowski, car c'est la guerre. ouarf ouarf. Bisous aussi. et merci de kiffer mes tites histoires. hi hi. hou hou. cat pig albino rendeer


Mogwai a écrit:Il y a un monde entre la théorie et la pratique Fa...
Imagine que ta copine te dise "Mon chéri, mon besoin là maintenant, c'est d'aller coucher chez le voisin". Si tu l'aimes vraiment (au sens défini plus haut), tu es censé lui répondre avec un grand sourire empli de sérénité "Mais oui mon amour, va, je te respecte entièrement dans ce que tu es".
Je sais pas toi, mais moi je suis pas Bouddha...
Dans le pire des cas, à viser cet idéal d'amour, je trouverais peut-être la force de laisser partir l'autre vers son accomplissement, et une fois la porte fermée, j'irai m'écrouler dans un coin en vagissant !

Alors ça c'est très intéressant. (Le reste aussi hein ^^) Beaucoup de monde confond "laisser l'autre être" et "supporter l'humiliation". Si ton mec te dit, "j'ai besoin d'aller coucher chez la voisine (voire SUR la voisine)", tu es donc en couple avec quelqu'un qui a envie de faire ce genre de choses. Pourquoi t'imposer quelqu'un qui peut te faire du mal? Si ça m'arrivait, je regarderais mon compagnon, je lui dirais: ok va chez la voisine, mais en rentrant tu ne me trouveras plus, ni moi, ni ma tasse bleue préférée, ni mes chaussettes rouges et jaunes à petits pois, parce que je serai partie. Je m'aperçois que je sortais avec quelqu'un que je croyais connaître, et je m'aperçois que je me suis trompée, que j'ai fantasmé, et ça me fait d'ailleurs me poser des questions sur moi-même. Pourquoi cet attachement violent à toi? Pourquoi cette souffrance si intense liée à un manque de respect évident de ta part? Ensuite, je pleurerais sûrement, car ça me ferait mal et c'est comme ça, mais ensuite je ferai ma valise et je partirais sans regrets. Un homme qui peut dire cela à la femme qu'il a choisi pour être sa compagne, a de GROS SOUCIS à régler. Je ne dis pas que le désir sexuel est anormal, mais le fait de ne pas pouvoir supporter la frustration sexuelle (je ne parle pas de frustration liée au fait de ne jamais faire l'amour de sa vie, qui génère un BESOIN vital sexuel) montre un problème lié à l'enfance à ce niveau-là.

EkaterinaOndirignee a écrit:
Au regard des réactions induites, les exposés de bretonne atteignent peut être le problème en plein "coeur" si j'ose dire.


Gêné Amour

ours a écrit:Aimer pour aider l'autre à atteindre sa plénitude ?
Mais qu'est-ce qui est premier : l'amour, la dévotion à l'autre ou le désir de se soumettre à l'aspiration de l'autre et espérer en tirer un profit personnel, que ce profit soit sensuel ou éthique ? - d'ailleurs l'éthique n'est-elle pas une sensualité de la morale ?
Et qu'en est-il quand le chemin de l'autre ne se conforme pas à ses propres aspirations ?
En introduisant là son propre ressenti, on induit alors que l'amour comporte une certaine attente de l'autre pour soi. On n'est donc plus sur un rapport désintéressé mais sur un échange. Je t'aide dans ton trip et tu m'aides dans le mien.
Mais là, on est dans la contractualisation et de la contractualisation à l'argent, il n'y a qu'un pas.
Alors, si on file ce raisonnement, l'amour est nécessairement vénal, la seule différence étant le moment où l'on paye, pour faire référence à une blague douteuse sur la différence entre une épouse et une prostituée.
Mais, si j'ai le plus grand respect pour ces femmes et hommes qui ont souvent plus de vertus que celles présentes dans les temples, églises et mosquées en tout genre, on sent bien que ce raisonnement filé... file à l'eau.

On en revient toujours aux putes. Bon. Soit. Vous êtes bien installés? Chips

(oula, j'ai fait un vieux mouvement de clavier moi, j'ai failli tout effacer)

Déjà, il existe 8000 formes de prostitution. Et souvent on ne fait référence qu'à une seule: une femme qui prend de l'argent pour baiser un type crasseux dans un hôtel à passes, elle a un mac, elle met des bottes en cuir et un décolleté ras-le-téton, elle parle comme ça: saaalut chééééri, tu montes? Ca fait très cliché, mais honnêtement, faites ce petit jeu: Je dis un mot et vous pensez à l'image. PAMPLEMOUSSE. Ok vous la voyez la demi rondelle chiante à manger? bon. Je dis COUTEAU SUISSE, limite vous avez eu l'odeur du pâté henaff de la colo là non? Maintenant je dis PROSTITUEE. Alors? Bref.

Bien-entendu, TOUT le monde sait que quelque part, la limite est faible entre certaines formes de couples et la prostitution. Mais on va quand même recybler un peu.

Sylviana (oui c'est moche!) s'est mariée, à un âge tendre qui réclamerait de folles étreinte sous la tente dans un camping du Cap d'Agde, avec un vieux rouston qui étreint follement sa poche à dialyse de peur qu'elle ne tombe. Mais voilà. Le vermoulu est riche. Sylviana s'est mise en couple en viager. La seule contrainte? Vivre aux côtés de ce papi geignard, manger aux mêmes heures que lui, regarder le cyclisme le dimanche à la télé et lui faire un bisou sur le front de temps à autre. A part ça, on fait chambre à part, on ne couche pas ensemble, on se regarde pas dans le blanc des yeux et on a un amant. Prostituée ou infirmière à domicile?

Marie (j'espère que personne qui ne lit mes posts ne s'appelle Marie ou Jean-Paul car il va s'en prendre plein la gueule) (si c'est le cas, MP et je change en Romuald et Charline) (vous pouvez aussi demander à ce qu'on change direct en Romuald et Charline) (oh non maintenant j'ai envie qu'ils s'appellent comme ça) (bon allez je change) (je parle encore toute seeeeule Horreur ).

Donc Charline est en couple avec Romuald. Il est beau, il est jeune, il sent bon le sable chaud (pas du Cap d'Agde), et il roule en Ferrari. Ils s'aiment, violons. Pendant 3 ans, Charline vit sa vie de femme au foyer, achetant tout ce qui lui fait plaisir, bijoux, robes, PS 3 (car Charline kiffe killer des méchants dans Call of Duty) mais un jour qu'elle était en train de mettre sa race à un gros méchant, Romuald rentre du travail plus tôt que prévu. Il a été licencié pour raisons économiques. Charline, tout en tripotant nerveusement sa bague de fiançailles, une émeraude sertie dans de l'or blanc, et en disant: mais tu vas t'en sortir hein Romu? Ca va aller hein? Mais déjà, son esprit vogue vers des contrées inexplorées, d'autres terres à découvrir...Que voulez-vous Charline à l'esprit aventurier!


Muriel a été violée depuis l'enfance par son père. Elle s'enfuit de chez elle à l'adolescence et vit de squats en squats, dépendant souvent d'un mec pour se loger. Un jour, un de ses amis lui présente un type, Gégé qui lui propose d'être son mac. Elle choisit de le suivre, car si elle doit se forcer à coucher, autant que ce soit pour du fric. Et puis elle a un projet. Ouvrir une ferme pédagogique avec des animaux, elle adore les animaux. Alors elle pourra mettre de côté progressivement. Et puis, elle découvre que c'est pas si terrible que ça. Elle a des amies, d'autres prostituées qui la comprennent vraiment. Elle a des clients réguliers qui sont pathétiques mais pas violents. De temps en temps on tombe sur des tarés bien-sûr, c'est pas un métier sans risques, mais dans ce cas-là, on crie, et le gérant de l'hôtel connaît la chanson. De toutes façons tout le monde se connaît et les clients sont souvent des relations au mac, alors ils ont pas intérêt à détruire la marchandise, sinon ils ont vite fait de se faire planter par Gégé. Bref. Ca fait 12 ans que Muriel fait ça, et elle a pas réussi à mettre un seul rond de côté. Surtout qu'elle est tombée enceinte de Gégé, alors elle a un gosse à nourrir maintenant. Et puis faut bien payer son pourcentage à Gégé, et les temps sont durs, l'hôtel a augmenté ses tarifs.


Laurent a toujours été surprotégé par ses parents. Il n'a jamais manqué de rien. Enfin...matériellement. Peu à peu, Laurent est devenu un adulte qui a du mal à s'assumer. Il se sent incapable de travailler, il se décourage souvent, se lance dans quelques projets, puis finalement, demande à ses parents de l'aider financièrement. Impossible pour Laurent de se sentir fort. Mais quand il rencontre Amélie, tout change. Elle aussi est perdue et elle le considère comme son sauveur. Alors Laurent se sent soudain très fort et aide Amélie à trouver du travail. Il se mettent en ménage. Elle travaille, lui s'occupe de la maison (il est sur un projet de reprises d'études), progressivement, une routine s'installe. Amélie travaille la journée comme aide-soignante, le soir elle rentre, le dîner est prêt, elle raconte sa journée harassante, les patients, les infirmières, les médecins, les prises de becs avec une collègue... Laurent la console, elle est si heureuse de l'avoir. Mais Laurent ne lui dit pas qu'il a passé sa journée à jouer à des jeux en réseau, et que ses études se passent mal. Il dit: ça avance, ça avance...Et Amélie paie le loyer, paie les courses, paie les factures, pour soutenir son chéri. Il ferait la même chose si elle était dans cette situation non? Mais e qu'Amélie ne sait pas non plus, c'est qu'elle est la 5ème d'une lignée de copines qui ont toutes suivi le même schéma. Elle ne le saura jamais, elle a juste compris dans quel guêpier elle s'était fourrée, après trois années de bons et loyaux services.

Alors elle est où la limite? Ben en fait, y en a pas. Et y a pas besoin d'en mettre, car le terme prostitution, c'est comme "con" ou "gentil", ça veut rien dire et tout dire à la fois, c'est pas précis, c'est pas défini.

La seule importance et le seul lien qu'il y a dans toutes ces histoires, c'est la notion de TRAHISON. La trahison va toujours à double sens. On se trahit soi-même et on trahit l'autre. Vous connaissez l'expression: "Agis avec les autres comme tu aimerais qu'on agisse pour toi?" C'est très juste, très révélateur. On agit toujours avec les autres comme on agit avec soi-même. Parce qu'on se VENGE. Je suis méchant avec moi, et je vais te le faire payer. Mais ça vient de plus loin. On m'a nié, donc je me nie (puisque je ne connais que cela), mais comme au fond (très au fond), je sais que je me nie, il faut que je retourne cela vers l'autre, sinon je meurs. Parce que si je ne transcende pas, tranfère pas, reproduis pas, vers l'autre, ce que je vis moi-même, je me dévore entièrement. C'est un principe de Réflection (et non réflexion). A l'image de la lumière qui frappe contre la vitre. Si elle est renvoyée, la chaleur ne la traverse pas. (Les vitres à cristaux cholestériques font ça, merci Google) Si la lumière traverse la vitre, la chaleur la traverse et si la chaleur est trop intense, la matière se trouvant derrière brûle.

Donc, ce qu'il y a d'important c'est "EST-CE QUE JE ME TRAHIS?" Si dans le couple, il y a attente de recevoir de l'autre quelque chose qu'on a pas reçu enfant, et que l'autre ne le SAIT PAS, et qu'il croit qu'il donne autre chose par exemple, il y a trahison. Si l'homme et la femme se donnent de l'amour et se mettent en couple pour fonder une famille, si la femme par exemple a eu de grands manques affectifs petite, et l'a dit à son compagnon, qu'elle attend de lui qu'il ne ravive pas ces douleurs en se comportant par exemple infidèlement ou regarde avec insistance d'autres filles, que l'autre l'accepte, il y a une demande honnête et saine. Si par contre, la femme ne relie pas consciemment ses souffrances affectives avec sa jalousie, quand son copain regarde une autre femme, incapable de formuler son ressenti, elle se trahit, en se disant par exemple qu'elle est trop moche pour que son copain ne regarde qu'elle, elle se venge plus tard d'une façon ou d'une autre, par exemple en le forçant à l'accompagner essayer des vêtements (et bien entendu, il sera obligé de lui dire que chaque robe lui va à ravir, sous peine de crise de larmes énormes).


Dans la 1ère histoire, Sylviana s'est trahie elle-même. Elle préférerait vivre avec un homme qu'elle aime et pouvoir faire l'amour avec son conjoint. Mais depuis l'enfance, on lui a répété qu'elle n'était bonne à rien, et son père (avec qui sa propre mère s'était mariée pour de l'argent) lui disait des choses comme: c'est toi qui a cuisiné? Et ben dis-moi Josselyne (sa mère), t'en as fait une fille bonne à marier on dirait! Il disait souvent "bonne" en parlant d'elle. D'ailleurs il la reluquait beaucoup et cela depuis sa puberté. A moins que ça n'ait commencé avant...Du coup, elle a obéi et s'est mariée. Elle n'était bonne qu'à cela, n'est-ce pas?
Et puis elle trahit un homme âgé (figure du père) par vengeance, lui faisant croire qu'elle l'aime.

Dans la 2ème histoire, Charline s'est aussi trahi elle-même. Quand elle était petite, elle a vécu dans un univers où on vouait un culte à la perfection. Son père, parfait, sa mère parfaite. Du moins, LEUR idée de la perfection. Vous comprendrez aisément sa réaction. (et tout le blabla, niée dans son "soi", etc...vous commencez à la connaître ma petite chanson Sérénade )

Dans la 3ème, je raconte déjà son enfance. Muriel s'est trahie tout le temps. Trahie en couchant avec ses amis pour le logement, trahie en couchant avec des hommes toute la journée (quel être humain a besoin de cela naturellement, à part le bonobo peut-être?) (ah mais c'est pas un être humain c'est pour ça) (mais ils ressemblent beaucoup quand même) (ça fait peur un peu d'ailleurs) (vous aimez bien regarder des images de bonobos vous?) (oui je vous attend pendant que vous allez regarder une image de bonobo sur Google). (Je viens d'aller voir aussi, en fait ça ressemble plutôt à un chimpanzé) (Du coup je me sens mieux, j'aime bien les chimpanzés) (je sais pas pourquoi j'avais gardé cette image de bonobo bizarre) (ça doit être un truc sexuel pas réglé). (elephant)
Et donc je finis, elle s'est aussi trahie en mettant son rêve de ferme pédagogique de côté, et en ayant un enfant avec ce mac. (qu'elle trahit aussi de cette façon, car c'était la dernière chose dont il avait envie, elle espère bien que son fils la vengera, en faisant chier son père jusqu'à ce qu'il en crève)


Dans la dernière histoire, Laurent s'est trahi aussi (quelle surprise!!! Sleep ) Ses parents lui ont fait croire que l'amour pouvait être remplacé par l'argent. Famille bourgeoise typique de nos campagnes, avec fiston à la mode Tanguy. Gros mou en devenir, ce genre d'enfant a totalement oublié son "soi", rêve de donner l'affection qu'il n'a pas reçu pour en recevoir en retour, mais ne reçoit que de l'argent. Du coup, il se venge en profitant de sa compagne, la laissant faire tout le boulot et tout payer.


Pouhhhhh je suis fatiguée de taper moi!!! (En plus j'ai passé toute la journée à rédiger un texte trèèèèèès bizarre, ça s'appelle du content spinning et ça ressemble à ça:

Attention ça pique les yeux a écrit:
{{Customisation|Personnalisation} avec logo {de la société|entreprise} avec {le site {web|internet|} PubAvenue|PubAvenue|la société PubAvenue.}|Avec {le site {web|internet|} PubAvenue|PubAvenue|la société PubAvenue}, des vêtement {personnalisé|personnalisable|publicitaire|promotionnel} {sous toutes les formes|à gogo}|Le {meilleur flocage maillot et {toutes sortes de|la} {customisation|personnalisation}|Vous {souhaitez|voulez|désirez} un{e casquette|polo|tee shirt|t shirt|vêtement|textile} {personnalisé|personnalisable|publicitaire|promotionnel}?| {Demandez|Faites appel} à PubAvenue pour votre {communication|publicité}! |Pour un polo {personnalisé|personnalisable|publicitaire|promotionnel}, c'est chez PubAvenue !|Envie d'une {customisation|personnalisation} avec {marque de société|logo entreprise}? {le site {web|internet|} PubAvenue|PubAvenue|la société PubAvenue} vous aide à {personnaliser|customiser} vos vêtements {promotionnels|publicitaires}!|Tout les vêtement|t shirt|tee shirt|polo} {personnalisé|personnalisable|publicitaire|promotionnel} et textile {personnalisé|personnalisable|publicitaire|promotionnel} avec {le site {web|internet|} PubAvenue|PubAvenue|la société PubAvenue}|La plus {belle|jolie|élégante} casquette {personnalisé|personnalisable|publicitaire|promotionnel} est chez PubAvenue|Pour avoir le plus {joli|beau|élégant} {tee shirt|polo|t shirt|vêtement} {personnalisé|personnalisable|publicitaire|promotionnel}|Besoin d'un {polo|t shirt|tee shirt|vêtement} {personnalisé|personnalisable|spublicitaire|promotionnel} ?|Des {vêtement|t shirt|tee shirt|polos} {personnalisé|personnalisable|publicitaire|promotionnel} de qualité|Tout le textile {personnalisé|personnalisable|publicitaire|promotionnel} sur {le site {web|internet|} PubAvenue|PubAvenue}|A vous les {superbes|jolis|beaux} {tee shirt|vêtement|t shirt} {personnalisé|personnalisable|publicitaire|promotionnel} et casquette {personnalisé|personnalisable|publicitaire|promotionnel}|Quand {communication|publicité} rime avec {textile|vêtement} {personnalisé|personnalisable|publicitaire|promotionnel}|Le meilleur de la publicité avec la casquette {personnalisé|personnalisable|publicitaire|promotionnel}|PubAvenue {vous aide à créer|crée avec vous} vos vêtements {promotionnels|publicitaires} {à votre image|personnalisés}.|Chez PubAvenue, votre {publicité|communication} est {créée|facilitée} par les vêtements {promotionnels|de société|avec logo}.|{Créez|Réalisez} vos vêtements {promotionnels|publicitaires} grâce à PubAvenue.}


A part que j'en tartine des dizaines de pages chaque semaine....

Allez gros bisous tout le monde!!! Des câlins! Long hug







Dernière édition par Bretonne le Mar 27 Nov 2012 - 2:57, édité 2 fois

Bretonne
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 222
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 35
Localisation : Aubusson

http://www.contentologue.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par TSC le Lun 26 Nov 2012 - 23:52

Vive le palper-rouler...

TSC
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 258
Date d'inscription : 03/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par Invitado le Mar 27 Nov 2012 - 1:21



Le palper-rouler à vale l'appeau d'or qui se range ou se mange.




Invitado
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par Bretonne le Mar 27 Nov 2012 - 2:51

Ah ben j'avais pas vu vos ptits palper rouler dis donc.

Bon du coup, Post géant deux cases ci-dessus.

Bretonne
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 222
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 35
Localisation : Aubusson

http://www.contentologue.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par Mag le Mar 27 Nov 2012 - 6:22

Téléportation Very Happy study cyclops study scratch

Téléportation Grignote Amis Idée Poète Pour Toi

Téléportation Fou study Fume Poète study Grignote Fume Poète Crazy

Téléportation Yahoo ! Amoureux Fou Sois cool ! Danse Passionné

Téléportation Science

j'écrirais tout ça après distillation
je nous aime
Long hug

Au galop !


Mag
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3589
Date d'inscription : 19/05/2012
Age : 70

http://www.pearltrees.com/j1p/la-douance-facile/id5027857

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par Fa le Mar 27 Nov 2012 - 10:23

Bretonne a écrit:mes chaussettes rouges et jaunes à petits pois
Ouh purée !
La fille de Dorothée Cool

Sinon j'ai un collègue qui s'appelle Romuald.
Hum.

Jolie tirade sur la prostitution.

Merde je viens de comprendre tranchée/guerre.
Que viens-je faire ici ?
un bisou Bisous

Fa
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1849
Date d'inscription : 23/06/2012
Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par TSC le Mar 27 Nov 2012 - 10:39

Quel succès (mérité)!!!

Je vais réclamer un pourcentage sur tes bénéfices car je fais régulièrement la pub de ton fil sur le chat. tongue

TSC
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 258
Date d'inscription : 03/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par ♡Maïa le Mar 27 Nov 2012 - 13:38

Merci pour ce gros "pavé" Bretonne, décidément c'est très agréable de te lire. C'est marrant, les concepts que tu développes, je les connais déjà, mais ta façon de les exposer a quelque chose de... rafraîchissant flower
Un livre, quelle bonne idée... Tu nous donneras ses références ? Smile

Sur la question de la gratuité des séances, tu m'interpelles vraiment. Quelques uns de mes collègues de formation qui (eux) se sont installés, participent à une association qui propose des thérapies gratuites ou très peu chères aux personnes en difficulté sociale. Mais cette offre est limitée à un an je crois... Le temps pour la personne de "se refaire une santé" et de pouvoir participer activement à sa transformation.
Car, si je te suis dans ce "dénué d'attente en RETOUR", n'y a t-il pas un moment où il est important que le client construise une autonomie ? L'argent (à défaut de mieux) ne peut-il constituer le symbole d'un "principe de réalité" qui aiderait la personne à reprendre en main le cours de sa vie d'adulte ? (c'est une vraie question, je ne demande pas mieux que de changer d'avis Wink ).

Pour ce qui est de la trahison de soi-même, voilà un sujet qui me préoccupe au quotidien. Car, avec ce cerveau de zèbre dont je suis affublée, je passe mon temps à me demander où se situe la limite entre mes besoins légitimes et ceux de l'autre, à quel moment je peux demander à l'autre de "faire un effort" parce que j'ai bien exprimé mes failles et que ce n'est pas très sympa s'il continue de ne pas en tenir compte, et à quel moment c'est empiéter sur ses propres besoins parce que je ne saurais pas gérer correctement mes frustrations. En miroir, à quel moment est-il juste de "faire un effort" pour l'autre parce qu'il en a exprimé le besoin, et à quel moment on rentre dans ce que tu as appelé "prostitution", c'est à dire le déni de soi répétitif...?
Tu dis "Beaucoup de monde confond "laisser l'autre être" et "supporter l'humiliation".". OK, prenons donc ce curseur du sentiment d'humiliation comme signal d'alarme.

Dans notre métaphore filée du gars et de la voisine, comme tu le dis, le désir sexuel est parfaitement normal. C'est le passage à l'acte qui serait problématique (et encore, c'est bien parce que dans notre culture occidentale la notion de relation de couple est basée plus ou moins implicitement sur celle d'exclusivité, mais mettons qu'on ne peut pas se soustraire à sa culture d'origine). Alors si la femme se sent humiliée par l'expression de ce désir sexuel, c'est ELLE qui a un problème (de confiance en elle), pas l'autre ? Si elle va bien, si la relation est satisfaisante par ailleurs, elle peut juste répondre "Ah ouais, t'as raison, elle a vraiment un joli cul la voisine" et passer à autre chose...
Dans cet exemple, le curseur du sentiment d'humiliation n'est donc pas un repère fiable... ?
Ou alors, si je comprends ce que tu dis, la femme est censé connaître son soucis et l'exprimer ? "Tu sais, je me sens humiliée quand tu fais ça, c'est parce que quand j'étais petite gnagnagna". Et après ? Doit-on vraiment attendre d'un conjoint qu'il vienne réparer nos blessures infantiles ? En lui demandant de s'asseoir sur ses pulsions qui sont saines et normales au demeurant ? Dans ton exemple du couple parfait, mettons que le gars s'adapte gentiment "OK ma chérie, j'ai bien compris que tu as une blessure à cet endroit là, et comme je t'aime, je vais faire un effort et cesser de regarder la voisine quand elle passe sous mon nez avec son décolleté". N'y a-t-il pas un risque qu'il finisse par se venger par un autre moyen parce qu'il est empêché d'être simplement lui-même ?

Rholala la mise en abyme... Hamster scratch

♡Maïa
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1734
Date d'inscription : 06/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par Bretonne le Mar 27 Nov 2012 - 14:33

Je te répondrai ce soir Mogwai. Smile

En attendant, je partage avec vous sur ce fil ma tristesse du jour. J'ai eu pleine confirmation de ma mère aujourd'hui qu'elle ne m'aime pas et qu'elle en est incapable. Je ne suis désormais plus la bienvenue chez elle (de façon officielle, car avant je n'étais pas bienvenue mais elle se forçait). Elle n'a jamais tolérée mon "Aspergerité". Car oui, je suis Asperger, par tous les côtés sauf pour l'empathie. Mais je crois qu'on se méprend sur les Asperger en disant qu'ils sont dénués d'empathie par manque de développement émotionnel, c'est juste que l'autre est si complexe, que sa compréhension doit en passer par le filtre de l'analyse. J'analyse sans cesse.
Alors, les boules quoi. J'ai jamais trouvé un psy qui soit à la mesure de comprendre mon cas. A chaque fois, je tombe sur des personnes qui veulent me persuader d'être "celles qui savent" et moi je dois être celle qui apprend. J'ai pas étudié psycho à la fac, ni fait médecine, ni me suis faite psychanlyser, alors qu'est que j'y connais, hein? Du coup, je passe mes séances entre sensation de me trahir, analyse complète du contenu des objets du bureau, leur forme, leur couleur, j'estime leur poids, je compte les stylos, j'observe attentivement les poils mal rasés de la barbe de mon psy, le dessin de ses lunettes, je vois qu'un rayon de soleil traverse les nuages derrière, dehors il y a 4 fenêtres semblables, sauf une avec un pot
de géranium, ce que je note, et l'observation de millions de choses dans les ambiances, attitudes, analyse des intentions de mon interlocuteur. Et tout cela, en racontant ma vie et en voyant qu'il écrit sur son papier, ou pas. J'essaie de deviner par le mouvement du stylo, ce qui est écrit.

C'est bizarre, j'ai réussi à passer tous les caps de la compréhension de moi-même, je m'aime donc. Mais me manque la sécurité affection. J'ai besoin d'être comprise et écoutée. Ca me fait un bien fou que vous me lisiez et me compreniez. Je ne ressens pas le besoin que vous soyez d'accord avec moi, mais que vous soyez enthousiaste à l'idée que j'analyse. D'habitude, c'est, soit mes patients qui sollicitent mon analyse pour y chercher ce qui leur convient et rejettent ou acceptent ce que je leur renvoie, par pur intérêt personnel (et c'est très bien comme ça), soit ce sont des gens qui me disent que je vais trop loin ou qui captent rien, ou qui pensent que je me la pète avec mon attitude d'encyclopédie ambulante. Car Aspie a ce côté aussi, j'emmagasine énormément d'informations (qui sembleraient inutiles pour certain), mais que moi je trouve passionnantes. Quand je vois mon colocataire galérer à enlever les germes des cosses de ses graines, tout de suite mon cerveau va chercher dans le tiroir intitulé: "Alimentation, répertoire, enlever les écorces, peaux et cosses>répertoire graines>les tremper dans de l'eau et remuer pour faire remonter les écorces plus légères.
Quand je vais chez quelqu'un et que je sens l'odeur d'humidité, tiroir moisissures>répertoire tuer les moisissures>pépin de pamplemousse. Combiné à tiroir Bâtiment>répertoire application sur grande surface>répertoire outillage>spray. Si la personne se plaint de l'humidité chez elle, et me dit "je ne sais plus quoi faire", paf réponse prête. Bip. Bip. zzziiii.

Petite j'adorais imiter les bruits des machines, des animaux. Encore aujourd'hui je marche sur les trottoirs en suivant une trajectoire qui a sa logique: suivre les pavés jaunes, marcher au centre puis passer à pavés larges, taille approximativement plus grande que le pied, ne pas marcher sur les jointures, si pavés petits, couvrir 3 pavés avec le pied, marches d'escaliers, un pied fait 3 marches, l'autre 2 et j'alterne.

Est-ce que quelqu'un vit ça?


Bretonne
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 222
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 35
Localisation : Aubusson

http://www.contentologue.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par Harpo le Mar 27 Nov 2012 - 14:40

scratch

Edit : ce grattement de tête suit le post de Mogwai, non la touchante et bretonne tristesse.

Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par Mowa le Mar 27 Nov 2012 - 14:42

@ Bretonne: Non, en tout cas pas tout. Sans doute une partie. N'empêche. Pour Toi

Edit. en fait c'est surtout marcher ou pas sur les pavés que non, pas moi. Le reste, oui, quand même beaucoup. Avec moins d'acuité probablement?

Long hug


Dernière édition par zébrée? le Mar 27 Nov 2012 - 14:52, édité 2 fois

Mowa
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3127
Date d'inscription : 07/07/2012
Age : 48
Localisation : Suisse, la Côte

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par MysticApocalypse le Mar 27 Nov 2012 - 14:46

bonjour bretonne,tout d"abord,bienvenue,je decouvre ton fil avec un grand plaisir et je dois dire agréablement surprise!tout comme toi je suis asperger et empathique,pour moi ce n'est pas du coup incompatible !je fais aussi l'incomprehension des psy qui m'ont attribué toutes sortes de maladies mentales à défaut de réussir à me cerner réellement,du coup je m'analyse toute seule comme je l'ai toujours fait et je m'en porte que mieux!!
tres heureuse de te lire....... Very Happy

MysticApocalypse
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3476
Date d'inscription : 07/08/2012
Localisation : Dans la limite du stock de neurones disponibles.....

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par Mowa le Mar 27 Nov 2012 - 14:47

Je voulais aussi rebondir sur l'histoire de la tasse bleue.

En fait, je me demande dans tout ça si le "véritable" amour (de soi, de l'autre...) ne serait pas qqch du style: "Ma chérie j'entends bien ton désir et je prends acte. Mais ne me demande pas de choisir à ta place et n'attends pas non plus ma bénédiction. Je m'aime et me respecte trop pour rester si tu passes à l'acte car ce serait trop douloureux pour moi. Fais-ton choix comme tu l'entends en fonction des données telles qu'elles sont.

(Bon je dis pas que j'en serais capable, hein. Moi aussi j'ai plein de petits "moi" qui crient dans tous les sens, c'est une cacophonie qu'on s'entend même plus penser.)

Mowa
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3127
Date d'inscription : 07/07/2012
Age : 48
Localisation : Suisse, la Côte

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par Invité le Mar 27 Nov 2012 - 14:51

Bretonne a écrit:
.../... c'est juste que l'autre est si complexe, que sa compréhension doit en passer par le filtre de l'analyse. J'analyse sans cesse.
.../... Encore aujourd'hui je marche sur les trottoirs en suivant une trajectoire qui a sa logique: suivre les pavés jaunes, marcher au centre puis passer à pavés larges, taille approximativement plus grande que le pied, ne pas marcher sur les jointures, si pavés petits, couvrir 3 pavés avec le pied, marches d'escaliers, un pied fait 3 marches, l'autre 2 et j'alterne.

La première ligne, je passe mon temps à ne pas comprendre et à demander en douce à ceux en qui j'ai confiance ce que veut dire ceci ou cela, telle ou telle attitude. Quelques fois, j'ai une drôle de tête en guise de réponse.....

Quand aux pavés et dalles, identifier une logique de déplacement (ou de ménage ou de vaisselle à la main, cela marche aussi) et la peaufiner en tentant de tenir compte de tous les paramètres disponibles..... le bonheur ! Et tu as déjà essayé cela en voiture ? Là c'est le pied intégral parce qu'en plus il y a un fond de danger : pondérer risque / optimisation / respect d'une règle improvisée....

C'est grave ? Razz
Ah !
Ben c'est trop tard !


Dernière édition par ours le Mar 27 Nov 2012 - 14:55, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par Bretonne le Mar 27 Nov 2012 - 14:54

Mumu, que fais-tu qui te semble "aspie" et comment le sais-tu? Moi je me suis autodiagnostiquée, en faisant des tests sur Internet (résultats les plus forts pour tout, même concernant l'empathie, mais c'est là que je n'étais pas tout à fait d'accord avec leur test), mais aussi en lisant les questions j'étais morte de rire: Quand vous prenez le train, essayez vous de comprendre le réseau de chemin de fer? Réponse: OUI, mais aussi d'observer les fils électriques qui s'entrecroisent et la progression systématique des poteaux, comptage des vaches, observation des déchets, déduction de leur nature, essayer de comprendre qui a jeté ça là, pourquoi et depuis combien de temps. Observation de la texture du plastique de la tablette, fermeture cassée, comparaison avec la tablette à côté, comptages des minutes qui me séparent de l'arrivée.

Est-ce que tu mets de la couleur sur la musique, ou des graphiques? Moi je vois la musique se dessiner en diagramme, je mets des couleurs pour les instruments, mais aussi des textures. Smile

Et @ours, ah ouais trop bien, moi aussi je fais la vaisselle dans l'ordre et je classe la vaisselle de façon optimisée sur le portant. Very Happy

Bretonne
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 222
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 35
Localisation : Aubusson

http://www.contentologue.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par Invité le Mar 27 Nov 2012 - 14:59

Bretonne a écrit:.../...
Quand vous prenez le train, essayez vous de comprendre le réseau de chemin de fer? Réponse: OUI, mais aussi d'observer les fils électriques qui s'entrecroisent et la progression systématique des poteaux, comptage des vaches, observation des déchets, déduction de leur nature, essayer de comprendre qui a jeté ça là, pourquoi et depuis combien de temps. Observation de la texture du plastique de la tablette, fermeture cassée, comparaison avec la tablette à côté, comptages des minutes qui me séparent de l'arrivée.
.../...
Et @ours, ah ouais trop bien, moi aussi je fais la vaisselle dans l'ordre et je classe la vaisselle de façon optimisée sur le portant. Very Happy

Le coup du train, je peux tenir 4h00 de TGV avec cela....
Par contre la synesthésie musicale, pas trop...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par Bretonne le Mar 27 Nov 2012 - 15:00

Ah et je précise que je ne conduis pas, je n'ai jamais eu vraiment le temps (ni l'argent en même temps) et je n'ai jamais eu d'attrait pour la conduite (car je trouve les autres automobilistes trop dangereux et imprévisibles, mais si les routes étaient parfaitement dégagées, ça me plairait), j'ai passé le code une fois, et je l'ai eu (j'adore le code). J'adore conduire sur des routes dégagées quand je le peux (en Bretagne l'année dernière, on passait par les routes sans police). Pareil pour le vélo, j'aime faire du vélo (et réparer mon vélo surtout), mais pas en ville.

Bretonne
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 222
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 35
Localisation : Aubusson

http://www.contentologue.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par Bretonne le Mar 27 Nov 2012 - 15:03

Pour la musique, je pense que c'est une question d'expérimentation en fait. J'ai eu quand j'étais petite une éducation musicale (vite fait hein) par mon père, qui est aussi un aspie, et qui me faisait écouter le boléro de Ravel, en m'expliquant l'arrivée progressive des instruments. C'est un truc de famille, quoi.

Bretonne
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 222
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 35
Localisation : Aubusson

http://www.contentologue.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par ♡Maïa le Mar 27 Nov 2012 - 15:14

En premier lieu : Long hug

Et sinon, concernant les caractéristiques que tu décris comme étant "Aspie", c'est précisément la question que je me posais quelques posts plus hauts sur ce qui fait qu'un Z et un Aspie se ressemblent énormément.
Je ne peux pas m'empêcher de ranger la vaisselle dans un certain ordre sur le portant moi non plus, et tant de petites marottes devenues limite inconscientes (mais pas tant que ça en fait Wink ).
J'analyse tout, tout le temps, mais je ne suis pas autiste.
J'ai souvent du mal à capter l'humour ou le second degré, mais je ne suis pas autiste.
Il m'arrive d'avoir envie de vomir quand les émotions sont trop fortes (La cité de la peur quoi Wink ), et pourtant je ne suis pas autiste...
Enfin je crois pas...
C'est quoi vraiment la limite ?

EDIT : d'ailleurs, y'a une émission ce soir sur France 2, rien que la bande annonce me fait chialer, je ne vais pas la rater !

♡Maïa
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1734
Date d'inscription : 06/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par Invité le Mar 27 Nov 2012 - 15:21

http://www.rdos.net/fr/

Par là cela peut t'intéresser si tu n'y es pas déjà allé.

J'ai un peu cessé de me poser des questions sur ce que je suis depuis mon test. J'essaie de vivre maintenant, et cela ne reste pas simple !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par Bretonne le Mar 27 Nov 2012 - 15:26

Je ne sais pas où se place la limite, mais je pense que déjà, à la base, quelqu'un qui se pense autiste a de plus fortes chances de l'être que quelqu'un qui ne se pense pas.

Après tout, on se reconnaît aux descriptions, de façon intense, je veux dire. Moi j'ai pleuré quand j'ai lu les "questions" des tests. Je pensais que TOUT le monde mélangeait les bruits et la voix des gens. Je ne supporte pas les terrasses bondées, car je n'arrive pas à percevoir la voix de l'autre. J'ai pensé pendant longtemps avoir un problème d'audition. Quand j'entend du violon, les premières notes souvent je crois que c'est quelqu'un qui crie.

Mais aussi je ne considère pas le classement de la vaisselle comme une marotte (tiens j'ai aussi une aversion pour certains mots, sonorités, comme "marotte" qui me semble dévié de "carotte", mais de façon hyppocrite, comme si marotte avait volé la place de carotte, mais ça se voit à cause du "m"). Je considère que ranger la vaiselle par ordre croissant, et dans une logique d'optimisation d'espace est HYPER passionnant.

Very Happy

Bretonne
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 222
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 35
Localisation : Aubusson

http://www.contentologue.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par Harpo le Mar 27 Nov 2012 - 15:34

Bretonne a écrit:
Petite j'adorais imiter les bruits des machines, des animaux. Encore aujourd'hui je marche sur les trottoirs en suivant une trajectoire qui a sa logique: suivre les pavés jaunes, marcher au centre puis passer à pavés larges, taille approximativement plus grande que le pied, ne pas marcher sur les jointures, si pavés petits, couvrir 3 pavés avec le pied, marches d'escaliers, un pied fait 3 marches, l'autre 2 et j'alterne.

Est-ce que quelqu'un vit ça?

Je connais très bien ce type de démarche. Je ne le fais plus trop, mais je l'ai fait longtemps, et uniquement quand je marchais seul. Par contre, je rêve encore que je marche ainsi, assez régulièrement, et depuis très longtemps. Je connais quasiment toujours le nombre de marches quand je monte des escaliers. Quand au rangement de la vaisselle ou du linge à étendre, n'en parlons même pas Wink
Mais comme Mogwai je ne suis pas Asperger. J'en ai sûrement quelques traits, mais je reste persuadé que je ne le suis pas.

Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par Mowa le Mar 27 Nov 2012 - 15:36

Ah tiens, oui, la systématisation du linge à étendre, ça je connais Rolling Eyes

_________________
Quel est le plus petit pas possible que je peux faire pour me rendre la vie plus belle aujourd'hui?

Mowa
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3127
Date d'inscription : 07/07/2012
Age : 48
Localisation : Suisse, la Côte

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par Invité le Mar 27 Nov 2012 - 15:38

Quand vous prenez le train, essayez vous de comprendre le réseau de chemin de fer? Réponse: OUI, mais aussi d'observer les fils électriques qui s'entrecroisent et la progression systématique des poteaux, comptage des vaches, observation des déchets, déduction de leur nature, essayer de comprendre qui a jeté ça là, pourquoi et depuis combien de temps

Je vous propose un autre truc : cherchez les chevreuils... Notamment en automne-hiver, à la lisière.
Sur un Paris-Lyon en fin d'après-midi, j'en ai compté jusqu'à 12.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par ♡Maïa le Mar 27 Nov 2012 - 15:39

Bretonne a écrit:quelqu'un qui se pense autiste a de plus fortes chances de l'être que quelqu'un qui ne se pense pas.
J'ai longtemps pensé que je l'étais, jusqu'à ce que je découvre la notion de douance.
Le test proposé par Ours, je l'ai fait deux fois en 8 mois. Le fait d'avoir intégré ma zébritude => trouvé une vie sociale avec des pairs + baisse de la dépressivo-anxiété semble avoir atténué un certain nombre de traits Asperger, notamment au niveau de la communication.

Mais bon, si on est Aspie ET surdoué, on peut très bien avoir hyper compensé et ne plus savoir réellement...

Parmi les personnes risquant le plus souvent un mauvais diagnostic ou une absence de diagnostic, on compte les adultes, les femmes et les individus doués.
http://forum.asperansa.org/viewtopic.php?f=6&t=2371

Quand je laisse tomber un morceau d'ongle dans la nature ou le métro, je me fais le schéma du cycle des atomes qui composent ce morceau et je trouve ça fascinant qu'un bout de moi aille se promener tout seul comme ça geek

♡Maïa
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1734
Date d'inscription : 06/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oh une maison

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 8:00


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum