"Je suis mon seul maitre"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Je suis mon seul maitre"

Message par Aleas le Mer 31 Oct 2012 - 4:05

Je suis resté en hésitation pendant 5 min devant cette seule ligne.. "Titre du sujet", avant de me décider avec un proverbe que je n'ai appris que récemment, et qui pourtant est...

Plutôt que de d'hésiter devant chaque ligne en me posant la question du "est-ce politiquement correct, est-ce que ce que je dévoile deviendrait une arme contre moi, est-ce compréhensible ?" Je vais faire quelque chose que j'ai surement jamais fait les 16 seules et dernières années de ma vie : je laissera cours à mes pensées, sans contraintes. Je préfère prévenir avant, le flot est extrêmement chaotique. J'essaierai de sauter 1 ligne entre chaque changement, mais...
Bah, appréciez vous même.

Je me suis inscrit dans le but de recueillir des avis me concernant. J'expose surtout ma situation, ce que j'ai découvert de moi à force d'introspections, et voir ce que cette communauté en pense. Comme d'habitude, je vous attribuerai un degré de fiabilité & un degré d'estime, c'est à dire voir si votre avis m'intéresse, pour ensuite le confronter à ce que je sais déjà à ce que je sais de moi. La parole finale m'appartient, mais j'ai souvent cru que les autres n'étaient que le reflet de nous-même, ou du moins d'une partie. C'est comme ça que je procède afin de traiter des informations venant de l'extérieur. Famille, collègues, profs (T. S lycée), publicité, etc...
Comme nombreux ici, j'ai pas mal mangé durant la scolarité. Sans souvenir de la maternelle, j'étais seul au primaire. Diagnostiqué tôt comme "surdoué" avec 140 et quelques au WAIS, a moins de 7 ans (j'aimerai d'ailleurs récupérer le dossier, et même le repasser, voir l'évolution...), j'alternai CE2 CM1 dans deux classes différentes en une année. Vu la situation sociale pas jolie déjà, déscolarisé pendant les 6 derniers mois. La "maîtresse" ne m'a pas aider, un des ares moments dont je me souviens étant moi brandissant un poing enfantin face à elle (elle m'harcelait comme d'habitude avec le fameux "en rang par deux en se tenant la main, petit génie", difficile s'il n'y a que du vent") qui se met alors à me menacer de contacter la police etc... Bref, en effet elle m'a aidé.
Notes excellentes pourtant, si on ne compte les sujets que je ne voyait pas (allez donc apprendre les maths du cm1 sans le ce2... le tout en bouffant les deux programmes simultanément. Du plaisir). J'ai au final atterrit en CM2, après cette déscol catastrophique. autre établissement, j'ai eu enfin une bonne période.
Collège, avec vraiment de la fermeture d'esprit pas possible de la part des autres. Ou c'était moi ? Après tout, ils ne sont pas seuls, eux. La violence était fréquente, aussi. Agréable. Oui j'suis quelqu'un qui aime beaucoup l'ironie sombre ou évidente.
L'évidence... Merde, sans retenir mes mots. La quasi totalité des réactions, des paroles, des actes gestes possibilités si évidente... Et l'pire là dedans, c'est qu'on peut pas l'esquiver. Comme les poings. Bah, en gros, notes bonnes, social désastreux. L'habituel. J'commence à m'éveiller à mon comportement interne. Je me préfère clairement à ce qui traîne dehors.
Lycée. d'année en année. Ah oui, j'oubliais de dire que j'ai jamais vraiment bossé dans ma vie. Même le brevet, j'y suis allé pépère en révision la soirée d'avant, pour un Assez B. Bah j'reprends. j'améliore le social (je catalogue les réactions à avoir, à ne pas avoir, j'apprends à rire aux blagues foireuses, aux insultes"pour jouer", bref aux conneries de c'temps là, vous connaissez probablement. Je peut rire sur commande, un ton sérieux comme il faut, jamais trop se dévoiler afin qu'on ne retourne pas ça contre toi... Prudence, méfiance voilée sous rires, ca marche de mieux en mieux. Parfait, j'ai plus à me soucier trop de ça : je n'ai plus qu'a le considérer comme un matière comme une autre. Encore du travail.

Bref pour la scolarité (j'aime aussi beaucoup bref). Je ne sais pas encore si j'suis assez dérangeant pour vous. Vacances d'été avant le lycée. Déclic. Fameux, magique, magnifique. J'aime pas ce monde. Trop fermé, société aberrante, fonctionnement moisi. Il me suffit de regarder les journaux 5min pour rire : comment les gens ne se rendent pas compte qu'on les entube ? J'pousse la réflexion. Ils veulent pas savoir. Ils ont leur vie pépère, on coupe la langue de ceux qui n'ont pas l'pouvoir de l'avoir pépère, on les fait passer comme dérangeants. Et vous savez c'que fait une pop normale sur un truc dérangeant mais moralement pas bien de supprimer ? On l'ignore. J'pousse la réflexion. Donc plus de 50% (actuellement, j'estime à 80%) de personnes qui ne veulent progresser, qui désire juste une vie "normale" simple basique redondante ennuyante inhibitante asphyxiante (voyez la transition, c'est mon avis là). Ca m'écoeure. J'aime pas ce monde. 2 choix. Le changer, càd en le controlant (j'ai trouvé un moyen assez "simple" pardonnez du peu, si on est calé en informatique, mais ca boufferait quand même quelques années. Désolé si j'vous parait naïf ou aberrant, mais sachez qu'il y a quelques journées de réflexions, si ce n'est semaines, dans ce thème là), ou bien me barrer. Mais pour ça, que les probas sont basses qu'ils vous tombent dessus un truc sympa... 3 moyens : social, via connaissances qui vous proposent un truc. Scientifique par l'invention. Ou alors se servir dans les bases de données sécu. Si vous en voyez d'autres...

Vous devez être perdu (dites le si vous avez suivi jusqu'au bout sans relire, voir si c'est possible). On va prendre un rythme plus lent. Moi: je me connais. Cf titre. A défaut de progresser dans l'un des 4 choix ci-dessus (flemme, j'préfère encore ignorer un petit moment l'temps de sortir du lycée, puis j'hésite après niveau parcours, mais un truc pépère qui me laisse faire mes expérimentations dans mon coin), je "me" cultive. Si vous voulez un petit apercu, j'ai réfléchi et pourquoi j'avais une foulée longue (déteste perdre temps, extérieur assez désagréable, souvent, en tout cas pas intéressant). Pourquoi je préfère tel type de musique (j'abhorre tout ce qui est "chanson de jeune", plus globalement des paroles compréhensibles en francais ou anglais (Car, c'est que du commercial sans sens. Dites moi ce qu'il y a a retirer d'intéressant du tube du moment, quoi...).
Pourquoi je lis énormément, je joue à des jeux : j'm'évade. Voir plus haut. En même temps, ça m'permet d'alimenter toujours plus "mon univers idéal". J'hésite maintenant entre plusieurs, chacun apportant un cadre, un "gameplay" différent. J'vois le fait d'être Dieu comme un truc sympa : imaginez un dev de jeu vidéo, mais sans l'clavier, juste à la force de la pensée. Toujours plus d'univers intéressant à façonner, et surtout ensuite à observer voire vivre.
Par pitié, me parlez pas de Dieu et du truc que c'est devenu, style église etc. Idem, c'est commercial à mourir, j'supporte pas.

En gros, j'supporte pas l'mensonge. J'aime avoir des informations aussi précise qu'exacte. Le plus possible. Les deux facteurs de puissance : argent (c'est à dire, support de la foule), et connaissances. (Bravo à celui qui devine quel moyen j'ai trouvé pour "takeover the world", à ce stade là. Allez, c'est pas si... simple. Ah, si.)
Je suis mon seul maitre fait, pour moi, aussi référence au fait que, si, notre soi même investit efforts et énergies adéquats, tout est possible. Question de volonté. En prenant contrôle de ma vie, c'est comme ça que j'ai vu la société tel que je vous la dépeint, c'est à dire prison, inhibiteur et abrutissement tout à la fois, créée au début par les foules avides de "calme que je déteste tant", pour le voir se retourner contre lui par ceux qui tirent les ficelles (et me dites pas que y'a rien au dessus du président américain. Sinon, plusieurs présidents auraient déjà viré Wall Street, actions, etc... Suffit de voir le lobby du tabac (il a du mal en ce moment), du pétrole, des armes...).

Ca fait beaucoup de texte, écrit quasiment d'une traite, sans couper sa pensée. Sympa. Maintenant y'a plus qu'a voir vos réactions.
Après une courte pause, j'vois quand même à rajouter.
Qui se sent plus "ouvert", détendu, à cette heure de la journée nuit. J'ai une raison possible, si vous voulez. (en gros, si vous subiss(i)ez pas mal dans la vie, c'était surtout en journée, hm ? Donc, z'avez développé une vigilance accrue à vos faits, pour éviter de souffrir plus. Auto-conditionnement. Même en le sachant, c'est pas terminé pour l'enlever. Si on veut l'enlever. J'aurai jamais par exemple osé dire ça la journée.
Petit topo, même si c'est une vision fragmentaire de moi, c'est à ce jour la plus proche de "moi" que j'aurai jamais donné à quiconque.
En faisant jouer la molette de la souris, désolé mais j'ai apparemment pas passé beaucoup de ligne.

Rien que de voir ce que vous avez compris de mon texte dans vos réponses me ferait plaisir. Merci d'avance de la fraîcheur que vous allez m'apporter, niveau réflexion (j'prends tout les avis, même ceux disant que j'suis ou naïf ou complètement perdu. Mais j'dois avouer que, si j'devais "accepter" votre point de vue, ca serait remettre en cause 3 ans de réflexions. Evidemment, 3ans de ma réflexion comparé à ce que vous pourriez refuser catégoriquement de mon "moi", sachant qu'en plus je suis devenu quelqu'un d'extrêmement égocentrique ... (ce qui m'emmerde,
Tenez, un sujet intéressant pour la fin, j'viens d'y penser.
Dualité colère/tristesse.
Pas trop de rapport hm? Pourtant...
Pour moi, la tristesse ne survient que quand un malheur, immuable, tel la mort, arrive. Là, on peut plus rien faire, donc j'préfère verser des larmes pendant, au max, 1 journée. Pourquoi qu'une ? J'déteste être influencé par mes émotions. Donc, au dela de cette journée, je viderai la mémoire de l'évènement du sentiment. Je m'en souviendrai, mais il ne m'influencera plus.
Au contraire, j'éprouve de la colère quand j'voit n'importe qui (sauf ceux que je hais absolument (3 personnes, j'me souviens de leurs noms malgré les années). Pourquoi la colère ? Représentez vous là : un sentiment qui vous force à agir, même si en mal.
A agir, donc, à être actif, au contraire de la tristesse passive. Donc, lorsque quelque chose ne me plait pas, comme les journaux télés (qui montrent donc les nouveautés dans le monde, superbe monde), j'vire assez dans la colère. Mauvais exemple, ca me fait plutôt rire (c'est comique quand même quelque chose vu par la quasi-totalité de la population, qui présente comment cette quasi-totalité se fait entuber). Mais quand vous voyez quelqu'un pleurer, ca tend à m'énerver. "Nom de dieu, tu pleures une fois chez toi c'est bon, ou alors t'apprends à vivre avec/Combattre". Evidemment, si j'lui dit comme ça, on va m'traiter d'monstre.

Evidemment, tout ça c'est mon avis, alimenté par toutes les infos que j'ai pu absorber, et par mon propre code génétique qui définit mes gouts, attirances, ainsi que par mon expérience, mon vécu.
Si vous pouviez d'ailleurs me décrire en un mot, selon vos mots, ce serait... (Froid?Perdu?Etranger? Quoi ?)

Aleas
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 2
Date d'inscription : 04/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Je suis mon seul maitre"

Message par BR le Mer 31 Oct 2012 - 8:03

Bon, j'ai pas tout lu, désolé, mais aurais-tu tout lu toi-même ? Je ne crois pas non plus.

J'aime aussi dire "bref" Smile

Sinon en un mot..: "échaudé".

T'as l'air échaudé par la vie, comme beaucoup ici...

Alors, bienvenue.

BR
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 255
Date d'inscription : 08/08/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Je suis mon seul maitre"

Message par Pascartes le Dim 10 Fév 2013 - 19:04

Pourquoi je lis énormément, je joue à des jeux : j'm'évade. Voir plus haut. En même temps, ça m'permet d'alimenter toujours plus "mon univers idéal". J'hésite maintenant entre plusieurs, chacun apportant un cadre, un "gameplay" différent. J'vois le fait d'être Dieu comme un truc sympa : imaginez un dev de jeu vidéo, mais sans l'clavier, juste à la force de la pensée. Toujours plus d'univers intéressant à façonner, et surtout ensuite à observer voire vivre.

Tout pareil, sauf que jouer à dieu est quelque chose qui nous dépasse, et créer un monde idéal satisfaisant est une tâche impossible à notre niveau (enfin en tout cas pour moi), donc frustrante.

Pascartes
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 295
Date d'inscription : 03/11/2012
Age : 30
Localisation : Paris-Breiz

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Je suis mon seul maitre"

Message par Olifaxe le Dim 10 Fév 2013 - 20:04

Tout lu, aussi vite ou presque que c'est pensé et écrit. Comment tu fais pour écrire aussi vite que tu pense ?

Ta volonté de tout contrôlé, ton mépris du confort moderne, tout ton trip Nitzschéen de surhumain contrôlant tout par sa seule volonté, dédaignant tout ton irrationnel et tout ce qui pourrait impliquer une inertie. Tu es jeune, j'ai pas besoin de connaitre ton age pour le savoir.

Bientôt, à ce rythme, tu arrivera au ridicule de regretter le joyeux temps où la moitié des gosses crevaient avant 2 ans parce qu'au moins à l'époque la sélection était faite. Tu n'en est pas encore là, Dieu merci.

Oui, parce que Dieu existe. Comment je le sais ? Je le sais, c'est tout. Comment je peux le prouver ? Je peux pas, c'est même hors de propos comme question. Entre la réalité et la fiction, il y a la Foi et il y a Dieu, qui n'est ni réel au sens de palpable, de démontrable, ni imaginaire.

Tu es très intelligent, tu le sais déjà. Je ne suis pas sur d'avoir envie de te connaitre, tu n'as pas l'air méchant ou effrayant, juste chiant en fait.


Olifaxe
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 105
Date d'inscription : 10/02/2013
Age : 28
Localisation : Sevran

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Je suis mon seul maitre"

Message par Pascartes le Dim 10 Fév 2013 - 20:30

@Olifaxe

Charmante façon de l'accueillir. Tu n'est pas loin du point Godwin avec ta référence à Nietzsche et ton trip sur la sélection naturelle des bébés. Il me semble qu'il est très loin de ce genre de pensée. Celui qui comprend les choses est souvent chiant, mais on peut se demander alors si c'est un mal.

Pascartes
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 295
Date d'inscription : 03/11/2012
Age : 30
Localisation : Paris-Breiz

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Je suis mon seul maitre"

Message par Olifaxe le Dim 10 Fév 2013 - 21:33

Pardon d'avoir été trop brusque, c'est l'impression qu'il m'a fait. Celle de quelqu'un tellement surpris par sa spécialité qu'il essaie de la jouer à fond, et de devenir une sorte de surhommes qui contrôle tout.

Le "j'aime la colère parce qu'au moins ça nous fait agir" et "je hais la tristesse parce qu'elle est illogique et elle implique l'inertie" ont été plutôt la goutte d'eau.

Le petite leçon sur l’existence de Dieu était aussi une manière de le provoquer un peu.

Mais c'est vrai qu'un "bienvenu" aurait été un préalable nécessaire. La spontanéité a tué la courtoisie.

Olifaxe
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 105
Date d'inscription : 10/02/2013
Age : 28
Localisation : Sevran

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Je suis mon seul maitre"

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 4:57


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum