Des types en noir

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Des types en noir

Message par wkndmarkt le Mar 23 Oct 2012 - 23:15

le navet a écrit:(wkndmarkt, « douloureux bonheur de précision », bon ben là, c’est moi qui n’ajoute rien. Merci)
oui oui comme Duchamp faisait de la "peinture de précision", je maintiens

je vais juste en dire un peu plus parce que ça a continué à me travailler quasiment toute la journée - même si c'est le genre de choses qui passent mieux à l'oral pour moi.
dans ton texte d'hier il y a une chose que je trouvais très juste, mais j'ai sûrement fait ma mayonnaise avec des idées différentes, et je n'arriverai sûrement pas à la retranscrire dans toute sa largeur: la qualification de l'allégresse, que j'entendais comme un être au monde du plus conscient possible / il me semblait que tu l'associais (aussi) à la douleur, au moins à des vécus douloureux.
Plus j'avance, plus je me désintègre, et plus ces moments d'allégresse sont teintés de mes douleurs les plus significatives, celles sur lesquelles on ne peut pas revenir, toujours. Ce ne sont pas des moments d'insouciance - mais c'est infiniment plus puissant - je pensais tout à l'heure au café (pour l'amertume) ou aux vins un peu complexes, qui ne sont pas des choses qui se donnent - les enfants n'aiment pas ça - il faut un minimum de vécu; du coup la joie qu'ils donnent est teintée de la douleur de leur compréhension, le raffinement. L'allégresse dont tu parles, je la relie forcément au matin, au frais (oui oui), au fait d'être à jeun, et aussi des grands espaces, je suis absolument d'accord, mais aussi à un arrière goût de douleur transcendée (quelque chose comme), une amertume surement liée à la solitude encore renouvelée d'être encore là encore plus loin. où on se sentirait accéder à une forme de dignité encore inconnue. (accepté là, mais avec tout de même le souvenir du renoncement, de ce qu'on laisse derrière)(la beauté est dans les choses qu'on quitte (?))
Et je crois qu'il y a des grands espaces parce que ça correspond toujours à des avancées, bêtement, à des avant-postes.
C'est ce que je lisais dans l"allégresse" - et finalement c'est peut-être juste ça, des avancées - se tenir debout au bout d'un truc.

chose numéro deux: "c’est pas tellement la sérénité qui m’intéresse"
(dans la prétention de mon ignorance, j'ai longtemps cru être le seul à penser ça) du coup oui on chercherait plutôt le chan d'avant le zen, l'extraversion dans le monde, et plutôt bourré que détaché. (je ne sais plus quel poète chinois s'est noyé, complètement ivre, sous la lune)
je pense que tu te méfiais de la "solidité" d'ours pour la même raison que je me méfie de la méditation: moi je veux être dans le monde entier, pas bouclé dans un circuit sensoriel réduit à mon microcosme.
ça demande une fluidité, qui est forcément une méfiance envers la pensée. la solidité, pour ce genre de visée, n'est pas dans la pensée. la solidité c'est la douleur passée, le goût de l'événement dans la bouche. et puis l'intelligence c'est du flux, c'est comment tu le comprends, pas comment tu l'expliques, ça n'a rien a voir avec la pensée (dans le fond, j'en ai peur, la pensée m'emmerde)

personnellement, je pense que mon but est de me dissoudre dans le réel - c'est mon destin. j'en suis encore loin, mais tant que ça sera mon but, enfin ma pulsion, je pense que ça m'autorisera l'allégresse.

[edit sans rapport] à propos d'alcool, tu connais le "B comme Boisson" dans l'abécédaire de Deleuze? la recherche du dernier verre et les choses trop grandes pour nous? [/edit]

(bon comme d'habitude, une fois posé c'est figé c'est moche, je ne sais plus trop quoi en penser, mais c'est pas grave, on va quand même cliquer sur Envoyer)(puis éditer 15 fois)

Et que ta joie demeure!

wkndmarkt
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 146
Date d'inscription : 07/12/2011
Age : 49
Localisation : Parijs

Revenir en haut Aller en bas

interlude

Message par félindemars le Mer 24 Oct 2012 - 13:29

Le poète chinois qui s’est noyé dans la rivière Yangtze en essayant d’embrasser la lune qu’il venait de peindre est Li Bô (701-762),
fulgurant génie au ciel des lettres chinoises,
considéré comme le poète le plus romantique de la dynastie de Tang.
1100 poèmes nous sont parvenus à ce jour.
Li Bô est connu pour son extravagante imagination, ses images taoïstes et… son grand amour pour l’alcool.


Voici un exemple de ses écrits :

Un toast à notre vie

Monsieur, ne voyez-vous point que l’eau de la rivière jaune vient du ciel ?
Elle coule jusqu’à la mer et ne retourne plus jamais.
Monsieur, ne voyez-vous point devant le miroir net d’une noble demeure quelqu’un se languit pour ses cheveux blancs ?
Le matin, ils sont comme les fils de soie noire, le soir, devenus neige.
Dans la vie, quand on se voit réaliser ses désirs, il faut se réjouir à volonté.
Ne pas laisser la tasse d’or vide vers la lune.
Si le ciel m’a fait, je dois sûrement servir à quelque chose.
Mille pièces d’or dépensées, elles reviendront.


Il avait reçu le prénom Bo (clarté) et le surnom Taibo (grande clarté)

Son nom a croisé nos discussions.
A méditer.




félindemars
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 68
Date d'inscription : 17/02/2011
Age : 54

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des types en noir

Message par Fa le Mer 24 Oct 2012 - 14:16

le navet a écrit:c’est pas tellement la sérénité qui m’intéresse
A la loupe de la réponse de wkndmarkt à ce sujet, je me rends compte à quel point j'avais zappé cette petite phrase... alors qu'elle rejoint fortement une de mes préoccupations récentes.

J'aime bien vos idées là dessus.
Mais la plongée dans le réel... le vrai réel qui pique ? Ca m'effraie, parfois.
Et puis j'associe le réel aux tâches quotidiennes, à l'ennui... Alors je reste dans le rêve.
Il faudrait que je refasse ce lien entre réel et sensations (agréables, de préférence). Juste ressentir plutôt que de philosopher brasser de l'air... ouais, j'aimerais...

Fa
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1849
Date d'inscription : 23/06/2012
Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des types en noir

Message par Renarde20 le Mer 24 Oct 2012 - 14:24

La réalité n'est pas seulement à l'extérieur ...
Ce qui me heurte si fort de ce monde qui m'agresse vient très souvent du plus profond de moi !
Entendre et écouter l'enfant blessé en nous. Le bercer, le consoler, lui assurer notre présence et notre aide ... Apprivoiser sa confiance pour acquérir enfin la notre.

Renarde20
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7209
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 45
Localisation : Lyon

http://www.zebrascrossing.net/t11058p20-le-debut-de-tout-le-rest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des types en noir

Message par le navet le Jeu 25 Oct 2012 - 1:55

Bonsoir renarde,

Je crois que j’ai du mal avec cette histoire d’enfant blessé en soi, il m’emmerde, cet enfant. J’ai envie de le zigouiller pif paf et on n’en parle plus (tu parles d’une communication non violente !). J’ai du mal mais ça ne veut pas dire que ce n’est pas une bonne idée, sûrement que je ne sais pas faire (une sorte de désir de table rase, j’ai l’impression qu’il a déjà tellement pleuré que j’en ai marre de l’écouter). Mais je dois quand même te dire que j’ai ressorti une minuscule photo de moi petiote barbotant dans une bassine orange, hirsute (des fois je la regarde quand j’ai envie d’être ivre morte), alors bon…

Fa,

Ce que tu écris m’interroge, enfin c’est une question que je me pose aussi (imagination vs réel). J’ai parfois l’impression que l’imagination augmente le réel (sans le vider de sa substance), et que parfois, à l’inverse, elle en détourne (elle l’occulte ou le remplace). Peut-être qu’après c’est une question de proportions (je veux dire, pour vivre) ; ou alors, d’une distinction à faire entre imagination et fantasme ?
Il me semble que si on est toujours dans le fantasme d’un ailleurs, d’un autrement, d’un autre temps, d’un autre tout court, alors le réel est toujours et nécessairement, décevant (ou en tout cas, jamais celui que l’on attend). Et c’est peut être ça qui fiche la trouille, l’incertitude et l’éternelle surprise du réel (qu’on ne voit pas, si on n’y est pas). Sa cruauté aussi, parfois.

Je me demande si cette histoire de désir qui ne saurait prospérer que sur du manque (donc forcément sur de la réalité estimée insatisfaisante en tant que réalité), n’est pas en fin de compte une vaste fumisterie…

Pour digresser un peu, mais peut-être pas tant que ça, il me semble que l’imagination dans la création artistique, si elle n’est pas le réel lui-même, en propose un regard sur, une recomposition, qui peut enrichir, intensifier, questionner, et que c’est aussi un biais considérable d’accès (même s’il existe aussi la fonction échappatoire).

Félin, merci beaucoup pour Bo, je ne le connaissais pas.

wkndmarkt,

Mille mercis pour ton message édité quinze fois (d’ailleurs j’en ai lu une version où il y avait le mot disparition, mais je vois que conformément à sa nature éphémère tu l’as déjà enlevé… Il ne reste plus "que" dissolution). Il me fait cogiter dans tous les sens et je te répondrai sans doute plus longuement quand ça se sera un peu calmé…

Je voudrais juste ajouter, par rapport à ce que tu écris là :
"...plus ces moments d'allégresse sont teintés de mes douleurs les plus significatives"
que je retournerai volontiers ta proposition, au sens où il y aussi dans les moments graves et/ou très douloureux des instants de joie pure, non pas déconnectés de ce qui se joue par ailleurs, mais liés, complètement liés (je voudrais écrire mieux ce que je ressens par rapport à ça mais je n’y parviens pas, les mots s’échappent et disparaissent … eux aussi). Je reviendrai (avec mon magma).

Pour Deleuze, j'aime bien ce qu'il dit à B comme boisson (j'ai eu l'impression de comprendre très nettement tout ce qu'il disait, ce qui n'est pas le cas de pas mal d'autres trucs), je l'avais écouté peu après avoir arrêté et je me rappelle avoir trouvé ça très juste, et surtout plus intéressant que ce qui est habituellement dit sur l'alcoolisme...

(ours, si tu passes une patte par ici, je t'envoie quelques pensées, je t'ai un peu lu sur ton fil sans savoir quoi écrire même si l'envie m'est venue)

le navet
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 72
Date d'inscription : 05/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des types en noir

Message par le navet le Ven 26 Oct 2012 - 14:10

L’allégresse, pour moi, ce serait exultation et désolation, ensemble, peut-être ?

J’ai l’impression que le réel a à voir avec la limite, qui serait la limite ultime de l’ici et maintenant, une limite qui a longtemps été positivement insoutenable pour moi, si je regarde bien. C’est une limite au sens de frontière avec l’irréel (ce qui n’est pas là, ce qui est ailleurs, ce qui est avant et après), mais ce n’est pas une limité au sens de limité, réduit, rabougri.

*
Hier, je suis allée voir ça, au cinoche:



Et j'ai repensé à celui-là:


Hiroshima mon amour, Alain Resnais


*

Dans l’expo de photos de Bernard Plossu que j’ai vue récemment à Marseille, il y avait cette phrase (enfin de mémoire, je ne sais pas si c’est vraiment la bonne, je ne l’ai pas notée) : comprendre, c’est écouter ce qu’on voit, et je trouve que ça a un lien avec ce que tu écris wkndmarkt sur la fluidité, et enfin sur l’idée qu’il ne s’agit pas d’expliquer. J’ai comme la vague impression de commencer seulement un peu à voir…

Il y a quelques mois, j’ai commencé une sorte de journal filmé (vu que je n’ai jamais écrit de journal intime, ou approchant, et vu aussi que je cherchais une voie et pour appréhender les images), l’idée étant juste d’utiliser ce que j’ai toujours ou presque sur moi (mon tél portable) pour glaner, un peu comme quand on ramasse des trucs qui traînent dans les poubelles ; glaner des fragments, saisir et prélever des détails, etc. L’idée aussi, sans doute, était peut-être de conserver ce qui part à jamais, ce dont on ne se souvient pas (mais ce n’était pas mon but conscient, d’autant que j’ai toujours détesté les films de famille et l’oncle machin qui dégaine sans arrêt sa caméra).

Je ne voulais pas filmer des moments particuliers en l’envisageant à l’avance mais, au gré du temps, de mes déambulations et de mes émotions, saisir des petits bouts, sans avoir savoir ce que j’allais réellement en faire et sous quelle forme.
Un truc pour moi, pour expérimenter. Je me disais que je verrais peut-être mieux qu’avec mes seuls yeux.

J’ai commencé ça un peu comme ça, et puis mon fils aîné (11 ans) est tombé très gravement malade. Il y a eu alors ce huis-clos dans une chambre d’hôpital au 16ème étage, onze jours et dix nuits à attendre, sans savoir s’il allait vivre ou mourir. Et j’ai prélevé, un peu, des riens : des murs écaillés, le ciel à travers la grille, le café en bas, la nuit, enfin bref. Très peu de gens. Puis mon fils s’est rétabli, et j’ai gardé ces images, mais sans les regarder, et je savais en même temps qu’il fallait que j’en fasse qqch, que je les vois et que je les assemble, enfin j’ai cru sans doute qu’avec elles j’arriverai à éclaircir ce fameux truc que je n’avais pas éclairci à la mort de mon père (ce moment où il était vivant et après mort, et aussi qui sont les gens, ce qu’est la vie, enfin tout un tas de machins).

Je l’ai fait (j’ai gardé tout brut, son réel et images, pas de voix-off, j’avais imaginé en faire une mais ça n’allait pas, il y a juste une phrase au milieu écrite, enfin bref ce n’est très pas important) et ce qui m’a frappée, après coup, c’est d’une part que j’ai vu cette tension à comprendre dans mon choix d’image (notamment à plusieurs reprises je m’approche du visage de mon fiston, quand il dort, ça dure longtemps), et qu’en même temps elles ne disent rien, rien du tout, elles ne disent que le dérisoire, l’absurde, l’impossibilité de saisir le réel si ce n’est, au moment où, d’être complètement et entièrement présent à celui-ci.

C’est peut-être alors cette tension vers, qui m’intéresse le plus, tension qui ne pouvait exister quand je me bardais de tout côtés d’étais imaginaires.

(je suis désolée, je ne réponds pas du tout de la façon dont j’aurais aimé le faire…)
(et je mets plein de parenthèses partout)
(et j’ai un problème avec les smileys, je ne sais pas si c’est que je ne sais pas les utiliser ou que je ne les aime pas)
(et j’ai un problème avec échanger par écrit de façon construite)
(c'est plutôt, telle chose fait écho à une autre, des bribes se répondent ou emmènent encore ailleurs, liens, connexions de points quelconques vers d'autres points quelconques - impossibilité de la cohérence et du bien ficelé)
(et à l’oral c’est pareil je ne sais pas faire, et c'est pire si on est plus de deux)

le navet
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 72
Date d'inscription : 05/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des types en noir

Message par wkndmarkt le Sam 27 Oct 2012 - 23:40

le navet a écrit:Mille mercis pour ton message édité quinze fois (d’ailleurs j’en ai lu une version où il y avait le mot disparition, mais je vois que conformément à sa nature éphémère tu l’as déjà enlevé… Il ne reste plus "que" dissolution).
ah ouais, tu as eu le temps de voir ça? c'est cool Smile
(désolé pour les éditions, pour ce genre de propos je n'arrive pas à faire autrement: il faut que le texte soit publié pour que je voie ce qu'il faut y modifier, je ne sais pas pourquoi)

le navet a écrit:Je voudrais juste ajouter, par rapport à ce que tu écris là :
"...plus ces moments d'allégresse sont teintés de mes douleurs les plus significatives"
que je retournerai volontiers ta proposition, au sens où il y aussi dans les moments graves et/ou très douloureux des instants de joie pure, non pas déconnectés de ce qui se joue par ailleurs, mais liés, complètement liés
OUI tout à fait, ça marche dans les deux sens. Je crains d'ailleurs que ça tende à se rejoindre vers une allégresse qui ne soit plus que moitié (souvenir de la) douleur et moitié joie; peut-être que la douleur aura changé de nature d'ici là.

le navet a écrit:Dans l’expo de photos de Bernard Plossu que j’ai vue récemment à Marseille, il y avait cette phrase (enfin de mémoire, je ne sais pas si c’est vraiment la bonne, je ne l’ai pas notée) : comprendre, c’est écouter ce qu’on voit, et je trouve que ça a un lien avec ce que tu écris wkndmarkt sur la fluidité, et enfin sur l’idée qu’il ne s’agit pas d’expliquer. J’ai comme la vague impression de commencer seulement un peu à voir…
oui ça ressemble à ce que j'avais en tête; à savoir que c'est être dans le monde (je ne dis pas dans le moment) avant même qu'il soit formalisé/cristallisé en pensée - donc ça peut correspondre à une écoute.

le navet a écrit:Il y a quelques mois, j’ai commencé une sorte de journal filmé (...)
et qu’en même temps elles ne disent rien, rien du tout, elles ne disent que le dérisoire, l’absurde, l’impossibilité de saisir le réel si ce n’est, au moment où, d’être complètement et entièrement présent à celui-ci.

C’est peut-être alors cette tension vers, qui m’intéresse le plus, tension qui ne pouvait exister quand je me bardais de tout côtés d’étais imaginaires.
C'est à la fois étonnant et très familier ce que tu dis là. Décidément je comprends plein de trucs ici. Certains arrivent à produire du sens en image de manière très fluide et très naturelle, sans effort apparent. Pour moi, comme pour toi apparemment (ça reste à vérifier) ça ne donne rien - juste une éventuelle injonction à travailler beaucoup plus pour que ça commence à éventuellement donner quelque chose. D'un côté je trouve ça terrifiant, d'un autre côté je pense que c'est juste une forme d'altération de la spontanéité. Je pense, en tout cas j'espère que ça se retrouve; effectivement une fois qu'on a vu les étais on est sur la bonne piste - reste à piger comment ça tient quand on les enlève.
Je situe ça autour d'un malentendu avec moi-même sur "ce que j'ai à dire".

le navet a écrit:(je suis désolée, je ne réponds pas du tout de la façon dont j’aurais aimé le faire…)
moi non plus, c'est dramatique
(et je mets plein de parenthèses partout)
et tu es bien la seule à faire ça ici!
(et j’ai un problème avec les smileys, je ne sais pas si c’est que je ne sais pas les utiliser ou que je ne les aime pas)
les smileys sont bienveillants, mais je ne les aime pas non plus, j'admets
(et j’ai un problème avec échanger par écrit de façon construite)
là encore, tu es bien la seule!
(c'est plutôt, telle chose fait écho à une autre, des bribes se répondent ou emmènent encore ailleurs, liens, connexions de points quelconques vers d'autres points quelconques - impossibilité de la cohérence et du bien ficelé)
bah c'est surement parce qu'on est dans des zones pas forcément simples, alors on fait comme on peut
(et à l’oral c’est pareil je ne sais pas faire, et c'est pire si on est plus de deux)

wkndmarkt
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 146
Date d'inscription : 07/12/2011
Age : 49
Localisation : Parijs

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des types en noir

Message par wkndmarkt le Dim 28 Oct 2012 - 0:05

félindemars a écrit:Le poète chinois qui s’est noyé dans la rivière Yangtze en essayant d’embrasser la lune qu’il venait de peindre est Li Bô (701-762)
C'est bien lui! 李白!
Merci félin d'avoir précisé mon allusion nonchalante.
Par contre j'ai vraiment du mal avec les traductions françaises des poètes Tang - je trouve que les traductions "mot à mot" de François Cheng (l'écriture poétique chinoise), même si elles sont difficiles à lire, sont souvent plus parlantes et beaucoup plus proches des originaux.

Par rapport au chan, je recherchais aussi sans la retrouver une citation traduite par Jacques Gernet, dans L'intelligence de la Chine, qui me semble coller à ce qu'on se raconte ici; un commentaire d'un texte bouddhiste: "la vérité est impermanente, et non-produite"; un truc comme ça. C'est d'une profondeur inouïe, quand c'est correctement cité et commenté. En gros, ça dit que la vérité (donc ici "le réel", ou "l'allégresse") n'est pas "tenable" dans la durée: elle nous tombe sur la tête, de temps en temps; on la saisit, puis on la perd. On ne peut pas la produire, la provoquer, tout ce qu'on peut faire c'est apprendre à se mettre dans l'état le plus propice à une nouvelle révélation, temporaire.

(du coup par extension, on ramènerait presque la "vérité" à une forme de sensation - puisque dans le bouddhisme en général toute sensation est aussi définie comme impermanente, et qu'elle est le plus souvent non-produite. je trouve ça plutôt pas mal)

wkndmarkt
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 146
Date d'inscription : 07/12/2011
Age : 49
Localisation : Parijs

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des types en noir

Message par le navet le Ven 2 Nov 2012 - 19:19

wkndmarkt a écrit:

(du coup par extension, on ramènerait presque la "vérité" à une forme de sensation - puisque dans le bouddhisme en général toute sensation est aussi définie comme impermanente, et qu'elle est le plus souvent non-produite. je trouve ça plutôt pas mal)

Une forme de sensation, oui, c’est sans doute aussi ténu et incroyable que ça.
(mais je suis pour l’instant totalement ignare, en matière de bouddhisme)

Ce que tes mots m’évoquent, et là où il me semble partir de très très loin, voire de nulle part, c’est la question du corps. J’ai l’impression pour ma part qu’il y a eu amputation, relégation, en tout cas coupure nette (et sans doute assez occidentale) entre le mental (qui tourne et tourne à vide), et le corps qui sent. Et que c’est le corps, en premier lieu, qui est support pour être dans le monde ; qu’il n’est pas coupé de l’esprit, en réalité.

Je relierais à ça, l’altération de la spontanéité que tu évoques, et dans laquelle je me reconnais, même si ça m’embête de le faire (dans la série des trucs qu’on préfèrerait être, et force est de constater…).

Je crois que pour ma part que c’est assez lié au fait d’avoir évolué dans le pays du faux. On sent que c’est faux, mais on apprend, à force, que ce qu’on sent n’a pas lieu d’être, alors on le rentre, on l’élimine, on se coupe. Et après, plus tard, bien plus tard, on ne sait plus, on ressent dans tous les sens, ou on ne sent plus rien, on ne sait plus comment ça peut s’accorder avec la pensée, avec le réel, de toutes façons on ne sait pas, pour le réel, on ne sait plus si on pense, on ne sait plus rien de rien.

(Archéologie socio-culturelle, tentative d’exploration du faux-self par d’autres voies, ou le pays du faux:
Mésalliance bourgeoisie/petits commerçants, accord subtil du faire semblant consubstantiel et de la vente-sourire organisée, le meilleur terrain possible?

Un bon terreau bien grouillant, bien fertile, je crois.

Tout à lisser sans cesse, lisser comme on repasse, écarter et tanner les peaux pour que tout glisse, tout s’huile et vous me mettrez deux baguettes, ailleurs de père en fils on s’appelle alternativement Paul ou François ou Charles et on est notaire, et les grands appartements au bord du Rhône luisent, mais point trop n’en faut, c’est subtil, on sait se mettre à la portée du bas-monde, on ne la ramène pas trop, les signes distinctifs sont ténus mais très clairs, on en est ou on en n’est pas, de l’autre les clients c’est toute la vie, les clients à qui il faut sourire et le fric, sourire dents blanches= fric et c’est bien, on bosse à quatorze ans de ce côté-là, on se saigne, on conspue Tonton Robert qui vit à cinquante ans passés aux crochets de sa mère le nez dans ses bouquins, des bouquins on n’a pas idée.

En dessous on part de pas grand-chose mais c’est les trente glorieuses, quand on veut on peut, et on vend, on vend encore, on gagne de l’argent, on le dépense, on se sépare sans se séparer, on meurt d’une longue maladie. On vit dans un immeuble cossu spécialisé en suicides/morts violentes de jeunes hommes dans la force de l’âge (mais il n’y a jamais de problèmes, sous les hauts plafonds — à peine quelques incidents).

En dessous, on est petit, mais on sent que tout sonne faux. On sent que quelque chose cloche, mais sans savoir quoi. Il n’existe rien d’autre que le lisse, érigé en dogme non écrit. Alors on marche dans la combine. Et on accumule les squelettes dans les placards, comme tous les autres. On devient virtuose pour planquer le sang et la merde.

Dans le pays du faux, il y a des faux mots et des silences, parce qu’il faut que toujours, tout aille bien ; que tout aille apparemment bien. Dans le pays du faux, on fait ce qu’on a à faire pour cela, on maintient, on compacte, on tait, on relègue en permanence la réalité dans des cryptes. On ne meurt pas, dans le pays du faux. On ne baise pas, non plus. On n’est pas triste, ivre, mort de trouille, en colère à péter les plombs, désespéré, fou de joie. Non. On a son quant-à-soi. Si on dit, ça existe, et on ne veut surtout pas que ça existe. Tout doit continuer et se perpétuer, dans le morne factice. Et plus des failles s’ouvrent, et plus il faut colmater.

Dans le pays du faux il y a de lourdes tentures vertes et des tapis moelleux.)

Dans ce sens-là, le pays du faux est entièrement produit et permanent, et je me demande dans quelle mesure il n’est pas aussi promu et fabriqué par la société dans laquelle on vit (et mon petit microcosme d’enfant n’en serait qu’une des variations, un élément particulier bien que parfaitement banal, d’un ensemble plus vaste).

Pour moi, le faux self n’a rien d’un masque. Il n’est pas non plus une politesse un peu exagérée, que d’aucuns pratiqueraient par facilité d’âme. Il est une chape de plomb, ou alors un poison qui contamine insidieusement chaque organe et se transmet soigneusement.

De ça, il me semble en être sortie (ou à peu près) ; que dépression et alcool ont été comme des moyens (à ma médiocre mesure, j’aurais préféré être révolutionnaire) de transgresser la donne de ce jeu bien pipé. Mais reste à faire avec tout, du coup. Tout est entièrement nouveau. Comme s’il n’y avait plus aucun point de repère. (Et puis, comment faire pour ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain, si bébé il y a ?)

J’entrevois alors la possibilité d’un état de disponibilité, de vacance au monde qui ouvrirait au lieu de restreindre. C’est encore très très ténu, comme expérience, et ça part d’une complète désorientation (peut-être un préalable nécessaire, mais est-ce si sûr ?). Seulement je suspecte fortement qu’il y ait encore pas mal d’illusions à dégommer, sur mon propre compte. Et qu’il faut absolument les dégommer. Ou alors, se jeter dans l’arène comme un animal sauvage ?

le navet
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 72
Date d'inscription : 05/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des types en noir

Message par Invité le Ven 2 Nov 2012 - 22:17

Face à ces "longues maladies", ces "incidents" que tu décris, on me servit des "fatigues", des "l'entreprise lui donne bien des soucis", des "notre évêque l'a rendu disponible pour des missions en Afrique", des disparitions soudaines dans les mythologies familiales et des apparitions aussi. Un véritable régime soviétique.
Le plus étonnant c'est que cela a pris une forme "2.0" maintenant, mais cela existe toujours.
Et moi, en contre poison je lisais Céline et Simenon. Je lisais de la Science Fiction, un peu de philosophie, histoire de survivre. Comme un tuba, comme une bouteille d'oxygène.
Et j'acceptais.

Autant t'avouer que ce que tu écris résonne fortement. Genève n'est pas loin des quais de Saône et la bourgeoisie du sud est à l'image de celle du monde.

Tu n'as peut-être pas tant d'illusions à gommer. Tu as déjà fait le travail de décapage. Il te reste simplement à constater qu'il est des gens qui s'offrent et sont vraiment ce qu'ils sont. Et globalement, c'est plaisant.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des types en noir

Message par le navet le Sam 3 Nov 2012 - 0:39

Bonsoir ours,

Oui, s’il n’y avait pas eu de livres, il me semble que je serais morte étouffée.

Et comme tu le souligne à juste titre, les mots sont primordiaux. Chez moi il formait comme une sorte de gangue (ces mots dont tu parles, du genre "maman se repose"), et il m’a été très difficile de m’en extraire, d’autant qu’après, plus tard, j’ai choisi un boulot dans lequel il existe aussi une novlangue (le langage administratif et juridique). Depuis je recherche sans cesse le mot exact, le mot non-publicitaire, mais il s’échappe sans cesse…

Là je repense à un truc qui me hantait, petite.

J’avais alors une sorte de phobie. Je croyais que ce qui était apparemment stable, de ce que je voyais et percevais, à un instant T, allait à l’instant suivant se transformer (subtilement, mais un subtilement du coup très inquiétant). Par exemple, quelqu’un de très familier me tournait le dos, et, je pensais (je pensais vraiment, et c’était terrifiant) que quand il se retournerait, par exemple, sa couleur d’yeux aurait changé, ou ses dents seraient implantés différemment, ou n’importe quel détail de peu d’importance, dans l’absolu. Mais d’une importance littéralement redoutable, dans mon cas de terreur imaginaire.
Je dis quand j’étais petite, mais ça m’est arrivé adulte, aussi.

Plus tard j’ai mis cette phobie métaphorique sur le compte d’un père très cyclothymique (tout va bien, et pof d’un coup, il se glace, se terre, devient subtilement méchant, sans que je ne comprenne pourquoi… et donc je me sentais confusément coupable, mais sans savoir exactement quelle horrible faute j’avais bien pu commettre – j’ai développé par la suite une culpabilité presque naturelle, qui cherche comme une fouine/tête chercheuse ses objets, a posteriori… mais c’est un autre sujet).

Mais je me demande aujourd’hui, si, comme je n’avais pas les mots et que je ne comprenais pas vraiment, que je vivais dans un théâtre d’apparences, je me demande donc si cette phobie ne traduisait pas une intuition, l’intuition que ce qu’on me donnait à voir n’était pas vrai, que derrière les façades gisaient des désirs sourds et contrariés, des angoisses phénoménales, des tristesses insondables. Et que le message subliminal que je retenais était qu’il n’y avait pas d’autres manières de faire que de cacher tout ça (y compris à soi), sinon on serait nécessairement dévasté.

Comme s’il n’y avait pas de juste milieu possible, entre tout enfouir et tout déballer (et faire mal, donc).

Je n’avais pas compris à l’époque tout ce qu’il y avait de mortifère et d’empêchement d’être, dans ce déni généralisé (que j’ai repris mon compte, pendant longtemps, car la violence réelle ou supposée des autres était aussi la mienne…)

Il y a sans doute des tas de moyens de faire différemment, oui. Et le fait de le constater chez d'autres, c'est certainement une fenêtre de plus, enfin quelque chose qui ouvre, encore.






le navet
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 72
Date d'inscription : 05/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des types en noir

Message par Harpo le Sam 3 Nov 2012 - 10:23

Bonjour le navet !

Ça fait un petit moment que j'ai envie d'écrire ici, mais je ne savais pas trop quoi dire. J'étais intrigué par ton style, et ce que tu écris. Je ne comprenais pas toujours, mais j'ai adoré des fulgurances comme :

Comme la vie est lente
Et comme l'Espérance est violente

Que c'est beau et que c'est fort !

En lisant tes deux derniers posts, tout à coup je comprend tout ce que tu dis, et je me souviens. Je me souviens avoir lu assez jeune un bouquin de Fritz Zorn, "Mars". Je m'interroge sur ce paradoxe : ma (fausse ?) non conscience de mon décalage (appelons donc ça zébritude), et en même temps mes lectures qui étaient quasiment toutes tournées vers ce thème.

Mars, donc.




« Je suis jeune et riche et cultivé ; et je suis malheureux, névrosé et seul. Je descends d'une des meilleures familles de la rive droite du lac de Zurich, qu'on appelle aussi la Rive dorée. J'ai eu une éducation bourgeoise et j'ai été sage toute ma vie. Ma famille est passablement dégénérée, c'est pourquoi j'ai sans doute une lourde hérédité et je suis abîmé par mon milieu. Naturellement j'ai aussi le cancer, ce qui va de soi si l'on en juge d'après ce que je viens de dire. Cela dit, la question du cancer se présente d'une double manière : d'une part c'est une maladie du corps, dont il est bien probable que je mourrai prochainement, mais peut-être aussi puis-je la vaincre et survivre ; d'autre part, c'est une maladie de l'âme, dont je ne puis dire qu'une chose : c'est une chance qu'elle se soit enfin déclarée. Je veux dire par là qu'avec ce que j'ai reçu de ma famille au cours de ma peu réjouissante existence, la chose la plus intelligente que j'aie jamais faite, c'est d'attraper le cancer ».
...
« Survivrai-je à cette maladie? Aujourd'hui je n'en sais rien. Au cas où j'en mourrais, on pourra dire de moi que j'ai été éduqué à mort »

Le pays du faux, je le connais bien. J'en sors à peine.

Edit: est-ce que tu écris ? A te lire, j'ai l'impression que oui.

Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des types en noir

Message par le navet le Sam 3 Nov 2012 - 13:58

Bonjour Harpo,

C’est très beau, mais ce n’est pas de moi, bien sûr, mais d’Apollinaire (référence à la Seine, et au pont Mirabeau).

Quant à Mars, je l’ai lu récemment, et il est indéniable que ça a éclairé encore d’une autre façon mon propre milieu, et ma façon d’avoir été (ou de ne pas avoir été, plutôt), et que ma parenthèse sur le pays du faux en est très directement inspirée.

En fait je voulais lire ce livre pour une toute autre raison, depuis longtemps, par rapport à cette histoire de cancer comme maladie de l’âme (c’était une idée que je trouvais plutôt révoltante, et qui rejoignait tous ces discours que j’avais pu entendre sur " il faut se battre contre", et "si on meurt c’est qu’on est faible moralement", en gros, et j’étais du coup assez d’accord avec ce qu’écrit Susan Sonntag dans La maladie comme métaphore).

Après avoir lu Mars, je comprends mieux ce que son auteur a voulu dire, ou faire, c’est-à-dire essayer de donner du sens, à ce qui apparaît finalement comme tellement absurde (et l’allégeance au faux, et le tragique de cette non-existence qui entrevoit la possibilité d’exister seulement quand c’est trop tard).

Ecrire, pour moi, ce serait comme un moyen de m’extraire. Mais j’ai mis beaucoup, beaucoup de temps à m’autoriser à essayer. Je me rappelle qu’en sixième, j’avais pondu une bouse (il fallait décrire un personnage), bourrée de clichés (il s’agissait d’un marin aux yeux bleu, cheveux au vent), et la prof de français, que j’aimais en plus beaucoup, avait à juste titre critiqué ce texte. Ensuite, pendant plus de vingt-cinq ans, je n’ai rien écrit. Il me semblait que je n’en avais pas le droit. Puis, quand tout a commencé à s’effriter, alors j’ai commencé un peu, à expérimenter. Je dirais que ça a changé pas mal de choses, rien que de s’octroyer cette possibilité-là, pour soi, même si c’est très laborieux, très loin de ce que j’aimerais vraiment pouvoir écrire. Mais c’est cette recherche, ce processus qui me plaît, une quête sans fin, un plaisir tout à fait personnel et intense.

le navet
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 72
Date d'inscription : 05/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des types en noir

Message par Harpo le Sam 3 Nov 2012 - 14:37

Rhaaa, sous le pont Mirabeau coule la Seine ! Quel con je fais Smile

Ce n'est donc pas étonnant qu'en lisant tes posts j'ai de suite pensé à Fritz Zorn...

As-tu confronté tes écrits à la lecture d'autrui ?

Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des types en noir

Message par le navet le Dim 4 Nov 2012 - 9:53

Harpo a écrit:Rhaaa, sous le pont Mirabeau coule la Seine ! Quel con je fais Smile

Ben non, c’était plutôt à moi de citer mes sources…

C’est étonnant, car après avoir lu ton fil, et bien que nous n’ayons pas du tout la même histoire, ni le même âge, ni le même sexe (etc. ), tes mots produisent pas mal d’échos. J’ai vu que toi aussi, tu écris, d’ailleurs…

Je n’ai pas de lecteur idéal (au sens de tout à fait critique et non parasité par de l’affectif), mais je fais lire certains trucs à mon compagnon (les textes longs, une fois finis le premier jet), c’est assez utile pour moi au moins pour pointer ce qu’il y a d’incompréhensible, d’abscons, de tordu dans le mauvais sens du terme. Et puis, quand j’ai commencé, j’ai un peu écrit sur un forum dédié aux romans noirs, mais qui n’existe plus aujourd’hui.

le navet
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 72
Date d'inscription : 05/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des types en noir

Message par Harpo le Dim 4 Nov 2012 - 11:57

Pour l'écho, je ne pense pas que cela soit étonnant, nous parlons bien de la même chose, malgré nos histoires différentes Wink

J'écris, oui et non. J'ai écrit sur la musique, le cinéma, la littérature et le théâtre, sur pas mal de blogs - jamais le mien, je n'en ai jamais eu. Des chroniques, des critiques (mais je n'aime pas ce mot, je préfère "mise en bouche" comme a dit un jour Mogwai sur mon fil).

Ensuite j'ai écrit sur moi, sur des évènements de ma vie, à un moment précis assez proche de celui que tu nommes toi même déchirure. Comme une thérapie, comme si coucher des mots sur un papier me permettait enfin de comprendre et de décider. (Je me dis d'ailleurs à l'instant que ma mémoire passe souvent par l'écrit).

Mais je n'ai jamais écrit de fiction. Je ne sais pas faire, et n'ai jamais essayé. La feuille blanche est en général le lieu où se déverse un texte longtemps maturé dans la tête - j’écris d'un jet, ne corrige presque pas, sinon l'orthographe. Ces textes là ont peu de lecteurs, trop intime. Pour ça que la mise en fiction me trotte...

Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des types en noir

Message par Fa le Lun 5 Nov 2012 - 13:54

Pas d'écho personnel sur le faux et cette phobie du masque qui change... et pourtant ces écrits me touchent.

Je rejoins Harpo, tu écris très bien. On a envie de te lire.

Fa
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1849
Date d'inscription : 23/06/2012
Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des types en noir

Message par le navet le Lun 5 Nov 2012 - 15:52

Fa, pour poursuivre ta réflexion, je ne pense pas du tout que le faux-self, ça soit forcément un truc de surdoués (de névrosés, plus sûrement), et ce d’autant que je ne sais même pas, en ce qui me concerne (ça me donnerait presque l’idée que c’est une marque inverse, finalement, tant il y a, avec le recul, une forme de bêtise à s’être assujetti si longtemps comme ça).

C’est plutôt une façon d’être au monde complètement pervertie, en lien sans doute aussi, malgré ce que j’écris (sur l’imprégnation culturelle) avec des choses plus psychologiques, liées à la toute petite enfance. C’est Winnicott je crois qui a écrit des trucs là-dessus, mais je ne l’ai jamais vraiment et sérieusement lu.

Personnellement je ne suis jamais satisfaite de ce que j’écris (sur tout un fatras il y a peut-être une phrase, un paragraphe à tout casser dont je suis contente, et encore), mais c’est aussi cet échec permanent et renouvelé qui me meut. Ce n’est plus un truc écrasant qui me fait dire à quoi bon, parce qu’en fait ce qui compte pour moi, bêtement et égoïstement, c’est l’état dans lequel ça me met. C’est une forme d’intensité très spécifique, liée à une nécessité intérieure et à un plaisir pur (certainement aussi parce que personne ne me demande rien, personne n’attend rien, donc je ne me sens en rien, contrainte par les autres).

Et contrairement à toi, Harpo, je n’écris pas de choses personnelles (hormis ici, un peu), comme si, en fait, pour moi, l’espace de la fiction était un moyen, un biais plus efficace, plus porteur, pour parvenir à être dans une forme de vérité (avec un petit, tout petit v, ou à une forme de réel, disons). Dès qu’il s’agit de mon moi nu, c’est plus compliqué (car mes mises en scènes me sautent aux yeux, peut-être). J’ai l’impression de moins cacher et travestir dans la fiction que quand j’essaye d’écrire des trucs sur moi (ici je peux un peu car je suis un navet, et je parle surtout de trucs de navet passés, finalement… comme ça, allez hop :

Dans le réel, il y a le fait que je suis une fille, et j’ai pendant longtemps trouvé ça dommage. Au début je voulais être un garçon (il me semblait que c’était plus simple, à l’époque), et puis après c’était encore trop pauvre, trop limitant.
J’aurais voulu être l’un et l’autre, changer de temps en temps.
Je ne voulais pas être assignée à un sexe avec toute sa cohorte de représentations que je jugeais pénibles, mais, en même temps, je souffrais de ne pas coller, de ne pas être ce genre de fille si fille, si féminine. Je ne voulais pas séduire sur ce terrain mais je voulais séduire quand même, et secrètement je rêvais sans doute d’être des leurs (des vraies de vraies). Je séparais tout à fait sexe et amour, il y avait les corps pour les corps et d’autres à aimer (amour amitié, sans différence majeure).

Je croyais que les filles étaient destinées ou à pleurer et à subir, ou à devenir des monstres froids si fières de leur résilience, je croyais que c’était à elles de se rendre aimables sinon leurs mères les perdraient dans la forêt, et les princes charmant idem, et tout cela me faisait horreur, et pourtant je détestais les princes charmants, je n’étais pas romantique, je n’étais pas jalouse, pas d’instinct de propriétaire, pas de visée à long terme, je trouvais l’amour mièvre ou faux, ou, au mieux, j’y voyais l’association plus ou moins heureuse de deux aliénations complémentaires. Je ne voulais pas de mec, pas de couple, pas d’enfants.

Je ne voulais rien de près ou de loin qui empêche de s’enfuir.


le navet
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 72
Date d'inscription : 05/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des types en noir

Message par le navet le Lun 5 Nov 2012 - 15:59

ou ça (inspiré de trucs lus chez Doinel, mais je n’ai pas osé intervenir) :

Quand j’étais fonctionnaire active (sic ?), il m’est arrivé quelquefois de devoir trancher, entre morale et lâcheté (au nom de plein de mots qui sont très exactement ceux des nazis). Bien sûr il n’était pas question d’envoyer des gens à la mort, mais le processus est le même…

J’ai souvent été visqueuse et lâche, tout en en ayant parfaitement conscience (et en me sentant très fortement coupable). C’est pour cette raison que j’aurais tendance à penser que la culpabilité n’empêche pas forcément, voire, dans certains cas pathologiques dont je fus, elle permet, elle autorise, elle rend passif et incapable de dire non, de refuser de faire. Il y a quelque part l’idée que c’est moins grave, si on s’en repend. Et peut-être aussi au fond, que ça donnerait enfin une vraie bonne raison, pour être puni, puisque qu’on se sent déjà éternellement coupable, même sans rien faire de mal.

Un peu le même processus que tout faire pour que quelqu’un qu’on aime et qui a l’air de nous aimer nous désaime (puisque c’est nécessairement ce qui doit arriver).

Punis, abandonnés, et nous voilà, au fond, fort soulagés (brisés et incapables de puiser dans notre souffrance auto-produite la mesure de notre responsabilité).

Quand ça n’arrive pas, quand ces plans obscurs sont outrageusement et immoralement déjoués, alors il faut reconsidérer les méthodes, les visées, les croyances.

(S’abandonner ?)

le navet
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 72
Date d'inscription : 05/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des types en noir

Message par le navet le Jeu 15 Nov 2012 - 22:12

Dans la salle d’attente j’ai attaqué La vie est un songe, et j’ai pris l’air de rien.

L’air de rien, ça me fait penser qu’en fait j’ai souvent eu l’air de quelqu’un d’autre, au point que je n’ai jamais su si moi, c’était vraiment moi (puisqu’on me prend souvent pour X). Dilution totale. Même effet sur le net, avec un nom et prénom d’une banalité écrasante (comme mon physique, je suppose). Je m’autogougueulise, et des tas de nanas qui doivent être "moi" apparaissent. Ma vocation à la disparition a aussi pris cet aspect-là (plus tous ces squelettes/cadavres que je voyais en permanence, à seize ans).
En un sens, c'est assez amusant.

Bon, bref, j’ai vu la dame qui a dit que j’en étais, malgré un QI hétérogène (compréhension verbale et raisonnement perceptif bien plus hauts que mémoire de travail et vitesse de traitement – tout de même un peu moins pires que ce qu’elle suspectait, vu ma construction dépressivo-alcoolique). En gros elle explique ça par des fragilités psychologiques (estime de soi en berne, profil "traumatique"?, lutte permanente contre des émotions envahissantes), et par un trouble attentionnel (que je n’avais jamais réellement mesuré, c’est finalement en passant le test que j’ai bien senti que je décrochais, par moments).

Le premier truc qui m’est bien sûr venu c’est le doute (oui mais du coup le test ne veut rien dire, etc. etc.). , puis le deuxième c’est je m’en fous, je m'en tape, là n’est pas l’important, l’important est plutôt ce que je peux en tirer (en termes d’introspection un peu moins stérile ? que d’habitude).
Puis j’ai fumé quinze clopes et j’ai pris le métro.

J’ai croisé des trucs moches et désossés (j’aime terriblement ce qui est moche et cassé, les déchets, les rebuts, les zones, les ruines).

Pour l’instant, encore un peu à chaud, je dirais ça :
- le test a objectivé certains trucs que je pensais déjà (surtout les trucs négatifs, en fait)
- mais il a aussi perçu des choses que je ne pensais absolument pas, comme par exemple une capacité intuitive à trouver des solutions, quand il y a doute.

Alors comme ça, à vue de nez, il me semble que c’est un petit jalon, dans un mouvement déjà un peu amorcé ailleurs, avant. Je me doute bien qu’il ne va pas révolutionner la façon dont je me perçois (sans parler d’estime, un peu de confiance ne ferait pas de mal), mais je ne me sens ni écrasée, ni dévorée, ni en colère, ni déçue (ni non plus galvanisée, ailes qui poussent dans le dos tambours et trompettes).
Et ça me donne un peu des pistes, pour un de mes minots (histoire de ne pas trop passer à côté de ce qu’il est, histoire de faire un peu moins pire, si c’est possible, que mes honorables et moitié décédés parents).

Alors ce que je ressens…
Peut-être une douce et infinitésimale excitation… L’impression que je pourrais peut-être, maintenant, enfourcher en vrai ma vespa et parcourir Rome… Qui sait…




Qui je suis n’aura plus trop d’importance… Disparaître ou Apparaître non plus… Juste à chercher et désirer encore… S’aventurer…

(Etre bouleversée, oui, je crois que c’est ça qui m’intéresse, au fond du fond)
(C'est pour ça que je ne distingue pas, entre l'art et la vie)
(C'est peut-être pour ça juste, que j'ai bu comme un trou)

...

(…) il pourra croire qu’il a fait un songe, et il sera dans le vrai quand il le croira, parce que dans le monde, Clothalde, tous ceux qui vivent sont dans un songe

le navet
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 72
Date d'inscription : 05/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des types en noir

Message par Invité le Jeu 15 Nov 2012 - 22:33

Alors ce que je ressens…
Peut-être une douce et infinitésimale excitation… L’impression que je pourrais peut-être, maintenant, enfourcher en vrai ma vespa et parcourir Rome…

Oui, en vrai, dans la vraie réalité.
Je suis content pour toi.
Laisse le temps se dérouler, un verrou vient d'être ouvert. Derrière la porte, il y a de la lumière et du soleil. Au début c'est surprenant, on doute, mais peu à peu, on marche, on trotte, on court, à perdre haleine de la vie retrouvée.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des types en noir

Message par le navet le Ven 16 Nov 2012 - 21:07

Merci beaucoup petite trace.

Aujourd’hui j’ai eu envie de pleurer quasi toute la journée. Je ne sais pas pourquoi. Si on pleure c’est qu’on est triste ?

Hier avant de m’endormir (très très tard), j’ai eu la vision de ce forum, et d’internet et des gens en général, un peu comme ça :



Mais multipliés à l’infini.

Des cris et des cris et des cris et des cris et des cris et des cris et des cris et des cris et des cris
Oreilles bouchées oreilles bouchées oreilles bouchées oreilles bouchées oreilles bouchées oreilles bouchées

Des tas d'êtres partout, tapis dans le noir, qui vagissent en espérant un écho, un contenant, un contenu (remplir le vide, combler l’éternel manquant/a manqué/va manquer ?).

Depuis que j’ai débarqué ici, je réponds mentalement à des tas de gens, mais je n’écris rien. Je réponds je réponds je réponds je réponds dans ma tête, mais en vrai, en vrai pour communiquer en dehors, nada. J’ai du mal avec cette impression de m’incruster, j’ai du mal avec moi parmi les autres. J’ai du mal à savoir ce que je fiche là. J’ai peur qu’il y ait trop d’autres, je ne sais pas. J’ai peur de ne pas savoir encore bien les limites. J’ai peur d’être con. Je veux et je ne veux pas de consolation. Je sais bien que je ne peux ni l’être, ni l’apporter. Je me dis à quoi bon.

Et je crie moi aussi, pourtant. Et je suis très précisément ce machin vagissant, vide en creux, vide en place, vide au bord,avec lequel je pensais pouvoir faire, pourtant, il y a peu.

Ce qui me hante, ce qui me hante, ce qui me hante est donc bien encore là, très précisément là, et ça tourne autour d’une mère pourtant vivante mais comme morte. Entièrement morte. C’est son fantôme qui me côtoie et me colle. Je pensais vraiment avoir accepté ce qui a manqué, l’avoir relégué dans le passé (fini plié tac tac tac). Mais ce n’est pas entièrement vrai. Je voudrais savoir, je voudrais des mots, je voudrais qu’elle prenne chair enfin. Je voudrais qu’elle ne soit pas mutique, mur, muraille, forteresse imprenable, bouche scellée.
Je voudrais poser des bombes et qu’elle l’ouvre, enfin.
Qu’elle s’incarne une bonne fois, pour moi.

Pourtant je ne fais rien. Dans le moindre interstice il y a son ombre, sa transparence opaque. Son refus et ce rempart imprenable (tac cogne-toi, vieille petite fille, pathétique, tac et retac, jusqu’à brutaliser le joli cercueil à venir que je choisirai en bois, simple).
Je voudrais des mots, n’importe lesquels.

Et je pleure pour des riens, des tout, et je ne sais pas pourquoi.
Je pleure pour des vivants déjà morts. Je pleure pour des présences-absences.

Tout à l’heure mon fiston de douze ans me dit qu’il ne veut pas qu’on lise en lui comme dans un livre ouvert. Il dit que c’est pour ça, l’ironie permanente. Pour se protéger.
De quoi ?
Je lui ai dit.
(Comme si j’avais la réponse).

On s’est regardé et on a cligné des yeux.
On a souri.
Dans la cuisine.

(Des bombes pour exploser les châteaux aux règles si étranges que personne ne peut jamais, jamais, y entrer)

le navet
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 72
Date d'inscription : 05/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des types en noir

Message par Invité le Ven 16 Nov 2012 - 23:34

Il y a quelque chose dans l'air.
Alors que je croyais maitriser mon équilibre,je me suis fait casser la gueule autour de la mère, de l'abandon de la confusion des sentiments.
L'une de mes amies, pareil, et deux de mes copains aussi.
Je ne sais pas que te dire, je ne suis fort en rien si ce n'est en perception. J'ai le sentiment que tu es une belle femme et que le soleil est devant toi. Nous venons de l'informe et du noir, est-il temps de passer de l'ombre à la lumière. L'ombre a toujours raison de la lumière, une pointe de noir grise le blanc, mais pas l'inverse. Alors, si le noir ne se veut pas clair, tu n'y pourra rien, si ce n'est te tourner vers le soleil. N'est-ce pas instinctivement ce que tu as fait en venant dans le sud ?
Je ne sais si ce que je t'ai écrit a un sens pour toi, , je ne suis pas en forme ce soir, mais je ne pouvais pas laisser passer tes mots. Munch est le peintre de la prison, des fond bas, des chemins qui serpentent et des perpectives qui ceignent les toiles. Il a peint le cri et l'ahurissement effrayé tout en espérant le baiser.
Alors, même si je n'ai aucun droit, ni délégation, ni.... et parce que tu es bien plus belle (et moi je ne vois pas l'extérieur mais l'intérieur) que tu crois être :



En te priant d'excuser cette impudeur qui n'est pas une familiarité.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des types en noir

Message par le navet le Lun 26 Nov 2012 - 14:19

Effet post-test :

Tunnel tristesse/colère/sortie des émotions refoulées (y compris les pires, jalousies, agressivité)/lecture d’Alice Miller/je pleure, je pleure/ intérieurement/ enfance enfin expurgée des préservations d’eux/ deuil réel de ne pas avoir été aimée, enfin ?

Je me laisse le droit de les vivre. Entièrement. J’attends. C’est un cri, oui, mais qui n’est destiné à personne. C’est un cri qui se suffit à lui-même, par le simple fait qu’il peut enfin, exister. Je le réceptionne dans le même mouvement, je suis mon réceptacle. Je ne juge pas, je ne juge rien.

J’entrevois qu’il est possible de casser la longue chaîne du tu dois me réparer, petit être, tu n’existes QUE pour cela. Je veux, la rompre. Pour moi bien sûr, mais aussi pour mes deux loustics.

Alors je ne suis plus l’Ingrate. Je ne suis plus la (mal) liée.

Ils n’ont pas pu faire autrement mais j’ai le droit d’en souffrir, pour ne plus en souffrir. D’en souffrir vraiment, une bonne fois. De leur en vouloir à mort, et plus sans affinités.

C’était ça, le tunnel. J’en sors ?/ Ou bien j’y retourne, mais si je fais cela, je m’enterre.
Alors je fais un pas et je cligne des yeux.

Il n’y a plus à attendre qu’elle parle. Elle ne parlera pas. Je n’ai plus besoin d’elle. Je n’ai plus besoin de la préserver, mais plus besoin non plus qu’elle reconnaisse, qu’elle éclaire, qu’elle solutionne, qu’elle fasse ce qui a manqué car ce qui a manqué a à jamais, manqué.

Je ne suis plus si petite, ma petite.

C’est ce manque-là qui existera toujours, mais je peux faire avec, là, je le sens. Avec comme on isole un endroit non contaminant, à l’intérieur de soi. Avec comme s’il pouvait devenir une source, plutôt qu’une gangrène.
(J’écris ça ici au cas où, un jour, je souhaite me réenterrer)

*
Il y a des cheminées d’usine et une route droite. Impeccablement droite. Il y a des panneaux colorés qui indiquent école, zone commerciale, bureaux, enfances/vies idéales, au-delà de cette limite votre ticket ne sera plus valable. Il y a des lacs, des mers, des océans d’alcool, ça brille au loin, le vent se lève. Je me cogne et me cogne dans la jolie boîte perfusée.

Quand ça s’entaille je lève la tête. Les nuages les maisons les arbres des visages. Les morceaux tombent dans les poubelles, je ne trie pas, ces lambeaux sont de chair, ils roulent en petites boulettes molles entre les jambes pressées, destinées à. Le reste, à vif. J’avale le vent, j’avale la terre.

Il y a des cheminées d’usine gris sur noir et des routes, des routes. Les panneaux sont voilés de noir, plus de ticket. Je sens le fond des mers. Le vent se lève sur les plaies, ça brille là, et là, ça se disperse, s’intensifie, se transforme, meurt et renaît. Des routes et des gouffres où encore, aller

mais

je frémis, dans l’ombre et la lumière


(ours, merci pour tes mots, et sinon je suis venue à Marseille très précisément, et pas dans le Sud en général, parce qu’il me semblait que c’était là, pour moi, qu’il y avait des possibilités d’être – une impression confuse, sans doute un fantasme puisque je connaissais très peu la ville avant d’y venir, mais force est de constater que c’est la première fois de ma vie que je me sens bien dans un lieu où je vis, un peu comme si j’étais dans une ville-brouillon, une ville-esquisse, une ville indéfinie-indéfinissable, une ville non assignable, et que c’est ce qui, précisément, me convient).

le navet
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 72
Date d'inscription : 05/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des types en noir

Message par Invité le Lun 26 Nov 2012 - 15:36

Il faut le temps que je comprenne.

Moments merveilleux mais si éprouvants vécus ces 3 dernières semaines.
Je suis affectivement au seuil de rupture et physiquement épuisé par tant d'intensité.

Il faut le temps que je comprenne.

La lecture de tes mots me renvoie à certaines personnes qui ce WE m'ont dit des choses à demi mots. Des choses d'indignité, des choses cachées : Il n'y a de terrible en nous que ce qui n'a pas encore été dit.
Et pour dire, il faut l'autre.
Et pour vivre il faut assembler, "compléter des niveaux".
Quelle est ma morale ? Quelles sont les valeurs irréductibles auxquelles je me réfère ?
Quelle est mon éthique ? C'est à dire, comment je souhaite concrétiser ma morale, comment l'appliquer à ma vie quotidienne, comment je dois l'imposer à ceux dont j'ai la charge éducative.
Quelle est mon intégrité ? A savoir que si je suis en morceaux, je ne peux respecter ma morale et mon éthique, or ce sont mes bases. Donc pour les respecter, il me faut être un, unitaire et pour l'être, je dois me protéger, me sauvegarder, me nourrir, me reposer. Seulement une fois réuni, je pourrais me tourner vers l'extérieur, que celui-ci soit d'ordre réel ou fantasmatique.
Quelle est mon environnement ? Quels sont les faits que j'observe ? Les faits, pas l'image de ceux-ci tels qu'ils ont l'habitude de m'assaillir. Les faits, les mots simples, les éléments dans leur nudité factuelle.
Quelles sont les émotions qui me servent à investir le fait, à me l'approprier ? Sans celles-ci, le fait reste extérieur et donc ne m'atteint pas et globalement la vie ne m'atteint pas. Mais si je ne considère que l'émotion, celle-ci me dépasse, m'envahit, me décolle de la réalité.

Ce sont les 5 niveaux de réflexion que je tente d'utiliser au quotidien pour me dépatouiller de ma vie. Ce ne sont que les miens et à chaque "impact", je les balaye, cherchant à valider mes 5 niveaux, tenter de rester en cohérence, exprimer mes affections sans aller à contre sens. Cela me permet d'aller très loin, de récupérer en conscience des sentiments en principe inadmissibles parce que primaires, animaux, reptiliens, .... Dire, écrire ou penser : "là, c'est de la confusion, mais il faut que je le dise, je trierai plus tard parce que j'ai les outils pour le faire et que si je ne dis pas maintenant, je vais faire naître un fantôme qui me hantera".

Je suis loin de ce que tu écris.
Je ne suis pourtant pas certain d'être hors sujet sur le fond.
Mesurer sa puissance, avoir un référentiel, c'est faire tomber les oripeaux, les lambeaux, c'est avoir une certitude, même si celle-ci est "artificielle" et un peu arbitraire, au moins elle est. C'est déjà un point fixe.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des types en noir

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 17:20


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum