NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Page 24 sur 25 Précédent  1 ... 13 ... 23, 24, 25  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par Philin (varna) le Sam 14 Sep 2013 - 20:08

Fata Morgana a écrit:Mon ami Dom ce matin, grand zèbre parmi les zèbres:

Moi -" Pourquoi les gens éprouvent-ils comme ça le besoin de courir de partout ? Ils ne peuvent pas se et nous foutre la paix en restant tranquillement chez eux à étudier ?"
Dom - "Pour moi, un livre et de quoi écrire, c'est la polynésie."
lol.
1) Si les "gens" comme tu dis restaient chez eux à étudier, tu serais des plus frustrés.
2) (réponse à ton message précédent). Franchement, je ne crois pas que tu sois prêt à entendre ce que les autres pensent de toi.
3) Qu'à cela tienne ! Je saisis l'occasion de ton échange avec Dom pour te dire ce que je me disais récemment de toi : TU ES MÛR POUR ECRIRE UN LIVRE.
Souviens-toi : "Mets-toi au travail". Tu t'y es mis. Maintenant, c'est l'heure, toujours selon moi, de "transformer" ton heureux essai jusque-là.

J'espère que tu ne m'en voudras pas de te parler ainsi. Si c'est le cas - et comme je ne peux m'empêcher de mêler le sérieux au sourire : eh bien, lis mon point 2)

PS/ Bien sûr, si tu t'y mets cela nous privera de toi. Mais bon, "puisqu'il est heureux on s'endormira". (Encore un sérieux en lol majeur)
G.

Philin (varna)
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 780
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 58
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par Fata Morgana le Dim 15 Sep 2013 - 13:34

J'espère que tu ne m'en voudras pas de te parler ainsi.
Meuh non, tu sais très bien que je t'écoute.

Pour les gens qui "courent" il y a un contexte: je vis dans une rue où passent tout l'été les pélerins du chemin de St Jacques, il y a plein de magasins et de bars et de jeunes qui mettent de la techno à fond qui dans leurs apparts, qui dans leurs bagnoles. De même toutes les fêtes, marchés, activités locales se déroulent dans le quartier. Du coup "l'animation" est perpétuelle, et j'avoue que j'attends l'hiver, bien froid, pour que le calme revienne.

"Au moment où l'œuvre se détache de son auteur, tout son être est recueilli par la signification que l'autre lui accorde." (Paul Ricœur)

Pour ce qui est d'un livre, on me dit qu'il y faut un plan. Ce n'est pas tant peut-être écrire qui me gène, que de devoir ordonner ce bastringue et ce désordre qui m'habitent. Sur ce point je n'ai jamais trouvé jusque là le moindre fil d'ariane pour entrer dans le labyrinthe.

Franchement, je ne crois pas que tu sois prêt à entendre ce que les autres pensent de toi.
Personne ne l'est, pas plus toi qui quiconque d'autre. Et moi au moins, je m'expose au reflêt sans erreur de la vérité elle-même.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par Fata Morgana le Mar 17 Sep 2013 - 4:50

La haine du religieux embrasse l'Agneau aussi bien que les pharisiens qui l'ont conduit à la mort, indistinctement. Un peu comme les libéraux haïssent les fonctionnaires, indistinctement, et par principe. Parmi ces haïsseurs certains sont réputés savants. Il semblent ignorer que la foi dans le savoir lui aussi relève d'une croyance. Mais là n'est pas le sujet.
Dans ma bienveillance spontanée - qu'on appelle aussi naïveté quand on veut se montrer désagréable – j'ai longtemps pensé qu'il y avait une solidarité implicite entre tous ceux qui veulent « libérer l'homme ». Mais non, la méthode et surtout "MA" méthode, chez les hommes, prime le but. C'est sans doute la principale raison pour laquelle celui-ci demeure esclave de toutes les aliénations fomentées par les guildes commerçantes ou idéologiques qui empuantent la terre.
Il importe pour ces gens – de tous horizons et confessions politiques ou religieuses - de se montrer fort, croient-ils, en se montrant incapables d'aimer. Mais cela ne doit pas se voir. On s'enveloppera pour nuire du manteau de la « justice » ou de la « vérité » ou parfois d'une méchanceté stérile grimée en humour – toutes sciences matérielles ou immatérielles confondues – pour justifier ce fait:  Mon autre ne peut qu'être mon ennemi. Il ne peut qu'en vouloir à mon trône, fut-il de pacotille. Cet état d'esprit, ou plus justement cet état de l'esprit, est sans doute la raison première de toutes les divisions qui empêchent l'avènement de la liberté et assure la perpétuation des crimes que de l'autre main ils condamnent ardemment.
Il est NATUREL – et donc pas si humain finalement – que celui qui pense autrement que moi ne le fasse qu'en vu d'assombrir le règne de ma certitude. L'opinion selon laquelle on peut au passage parvenir à une certitude, hormis l'extase, est une croyance. Qu'à cela ne tienne, nous sommes les enfants de la raison, toute entière engloutie dans la matière de nos origines, fils de la boue et de la poussière, nous en revendiquons le règne.

Soit, on vous le laisse !

Si tu te tais, tu consens, si tu  parles, tu endoctrines et si tu te mets en colère tu apportes la preuve (laquelle ?) de motifs inavouables. Ainsi blindée dans son système-camisole la certitude (de quoi ?) fait tout ce qu'elle sait faire: se pavaner et paraître.
Les maîtres de la censure interne veulent t'apprendre la parole; le but n'est jamais de dire quelque chose, mais uniquement de faire taire, quitte même pour cela à simuler un échange. Mais bientôt sous le miel paraît le fiel.
Ces règles psychologisantes concernent le dialogue mondanisé, mondifié;  mais pourquoi y obéir ?
Ainsi que celles qui recommandent cinq fruits et cinq légumes par jour pour régir ton alimentation, (j'attends l'heure de la bonne santé obligatoire...) elles prétendent régenter TA parole ! (Dieu sait pourtant que mon « va te faire foutre » est sincère et unique !) C'est une sorte de virus qu'on t'introduit dans la tête. Et de fait, télévision faisant foi, plus personne ne se parle, et tout le monde s'observe, prêt à se précipiter sur la moindre anicroche à la sacro-sainte règle dont l'auteur est d'ailleurs depuis longtemps un fantôme. Nul ce sait au juste quel automate grammairien a inventé une telle castration inquisitrice, qui affecte jusqu'à l'expression même de soi. Une fois la parole normée, le discours devient forcément exangue, et fondamentalement, cela explique que seuls les impertinents de service qui lisent leurs sketches sur les plateaux de télé pour d'jeuns (et être jeune que je sache n'est la garantie de rien) semblent encore avoir quelque chose à dire, même si c'est vain et vide, tant la police de la l'hypocrisie courtoise a placé de radars à nos commissures. Et surprise, ce sont des quasi-libertaires dévergondés, dévergondés à la manière de, comme il se doit, qui sont prêts, à les en croire, à tous les sacrifices pour la liberté, qui se font les gendarmes les plus féroces pour faire appliquer cette loi... à leur endroit !
Comme s'ils pressentaient qu'être traités tout bêtement de cons arrogants et fiets de l'être serait finalement le plus poli de tous les compliment qu'on pourrait leur faire !
Prescience surprenante.
Mais bref, quand il s'agit de sauver les apparences, qu'importe le fond ! Quand « Je » est en péril toutes les indignations sont bonnes... Surtout si de leurs  braiments elles couvrent des silences hélas bien loin d'être habités ou leurs éructations de parvenus, pourquoi pas ?
Il y a nuance entre être remarquable par sa pensée et remarquable par sa grande gueule, et toujours ce sont les gogos qui tombent dans le piège.

Parce qu'au fond, on en revient à ça: l'autre, mon autre,  est forcément l'ennemi à abattre - il ose, par exemple, avoir des idées que je n'ai pas, auxquelles je ne connais rien, et dont je n'ai rien à dire, par conséquent, je vais lui imposer mon système de valeur, on ne sait jamais ! Si sa science humiliait mon ignorance ! Pire, la rendait publique ! Quand je dis « valeur » il faut s'entendre, je veux dire que je vais lui imposer un langage, un vocabulaire et des prérequis qui ne sont que les miens. A défaut d'être intelligent, il fait absolument passer pour tel, au moins aux yeux des suiveurs superficiels et des « glousseuses » de service. Il ne faut jamais oublier l'audimat, n'est-ce pas ? Se faire un nom sur du vent vaut mieux que se faire oublier derrière son œuvre... Car dans ce cas bien entendu, patatras les oubliettes et finies les groupies.

Ces gens sont du reste perpétuellement entourés « d'autres ». S'il le faut, il s'en créent. Ils ne se nourrissent que de l'énergie du talent d'autrui. Viendrais-tu à te taire que soudain, on ne les voit ni ne les entend plus. Il hibernent d'un œil en attendant dans l'ombre quelque lueur à étouffer de leurs fumées.
Puis quand le soir devant le miroir ils se sentent tout à coup vides et seuls, et ils se demandent pourquoi.

Tu me demandes pourquoi ? Et bien parce que !

L'important n'est jamais d'être savant, mais seulement de faire mine de distribuer des notes. A défaut d'inventeur, déguisons-nous en professeur.
Cherche une idée, une seule dont ils seraient l'auteur, tu seras renseigné sur le savant qu'ils sont.
Pourquoi sont-ce toujours ceux qui disent penser par eux-mêmes qui lisent le plus de livres ? Et d'ailleurs, tous les mêmes ?

Puis on fraternise un moment avec des « nous autres romains » autour de la victime ensanglantée. Puis on se rendort, incapable d'être à l'origine d'une pensée animatrice, seulement de se gorger de son sang. Comme toujours les lâches le font quand ils sont en nombre.
Mais alors que faire ? Se taire ! Se taire parce que si le silence est long, pour la plus grande joie des personnes réfléchies, ils en viendront tout simplement à s'entre tuer. Pour une femelle, un sandwich, une virgule. Ce sont des croque-mort par nature: sans cadavres, ils dépérissent, et puis mieux vaut être vu officiant dans la brume d'un cimetière que demeurer inexistant dans la grotte où les confine leur manque d'imagination et d'initiative chronique.

J'oubliais, en général cet archétype est jeune. Avec le temps ils trouvera tôt ou tard quelqu'un pour lui claquer le groin. Par exemple ses propres enfants. Il n'en apprendra rien, mais au moins, nous serons vengés.
Il n'y a qu'en politique que cette fâcheuse manie adolescente perdure: avoir le dernier mot, suprême satisfaction de ceux qui n'ont strictement rien à dire ! S'exprimer en leur présence ou jeter un os au chien, c'est tout comme.
Chaque génération doit supporter de ces jeunes doctes à peine sortis des jupes de leur maîtresse qui se mettent en demeure de passer pour le nouvel bel esprit impertinent. Mais bien sûr pour le savoir, encore faut-il avoir vu défiler des générations. D'une décennie à l'autre, ce sont des mêmes. Mais sans le recul nécessaire, ils se croient uniques. Privilège de la jeunesse ou de l'inculture ? Je pense des deux. Trop jeunes ils manquent d'éléments de comparaison, trop prétentieux, ils ignorent leurs aînés.

Toute ressemblance avec des personnes ou des événement connus tient essentiellement au fait que cette espèce tend hélas à pulluler de partout.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par Fata Morgana le Mar 17 Sep 2013 - 6:16


Moi, mystique, je suis devant un texte. Pas devant une cathédrale ou dans une chorale, devant un texte. Et ce texte répond à tout. Il n'est pas un point de la métaphysique qu'il n'éclaire pas, pas un ainsi  éclairé qui ne s'en trouve transcendé. Chaque mot qu'on y trouve est une poupée gigogne qui en contient d'autres à l'infini. Ce texte est la porte ouverte sur tous les abîmes de tout l'infini. De chaque lecture je sors ébloui échevelé et comme fou. Comment transmettre ce que j'ai vu ? Comment ne pas hurler ce que j'ai entendu ? Qu'y aurait-il de plus cruel que de laisser mes contemporains dans l'ignorance de ce miracle ? Quelque soit l'issue que tu cherches, elle est ici.
Ta maladie, ton deuil, ta solitude, ta peur, ta faim intime, ontologique, trouvent ici leur consolation. Ce n'est pas une vague consolation: cette parole a un pouvoir, cette parole, en disant, produit ce qu'elle dit !
La mort ici commencée, dans cette vie même que tu vis et qui œuvre jusque dans l'éclat de ta joie, perd de son empire sur toi. Une bonne nouvelle que tu ne te contentes pas de lire mais qu'il t'est donné d'éprouver (l'éprouver c'est l'approuver) lui fait perdre tout son venin, son tranchant, sa froideur inflexible. Elle devient, de tombe, une porte.
Ce qui s'ouvre alors en toi n'a pas les limites de la plus belle aurore. Imagine que ton sang devienne de la joie ! Imagine que ton sang devienne du sourire qui coule dans tes veines, et de tes veines à ton esprit, nourrisse chacune de tes fibres d'un miel impondérable et lumineux. Imagine que la vie EN PERSONNE baise ton cœur. Lui qui peut-être flétri par la haine infligée ou reçue, lui qui piétiné par l'indifférence glacée des hommes sans vie a peiné dans un tunnel de fer où ne roulaient que des menaces terribles, le voici rempli tout à coup de la sève d'un printemps inconnu. Dont le soleil  serait la joie et la rosée l'amour. Dont la brise serait la paix et la prairie l'innocence retrouvée ! Que les mots sont infirmes, que la réalité est belle !
Je ne peux pas me taire, je ne peux pas taire ce cri dévorant qui me brûle. Je ne veux plus de secs arguments, je ne veux plus me fatiguer à passer pour crédible aux yeux des incrédules. M'entende qui m'entend.
Je ne te parle pas ici de satisfaction intellectuelle, d'un frisson de plaisir aussi noble soit-il, mais je te parle de l'irruption dans les profondeurs de ton être d'un amour et d'un bonheur tels que soudain ta vie en devient éternelle. Éternelle en terme d'intensité.


Dernière édition par Fata Morgana le Mar 17 Sep 2013 - 7:40, édité 1 fois

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par siamois93 le Mar 17 Sep 2013 - 6:34

Bonjour Fata Morgana
Oui il est souvent bien plus agréable, pour soi et nos lecteurs, que l'on parle de ce que l'on aime plutôt que de ce que l'on n'aime pas.

De ce et de ceux que l'on aime.



Dernière édition par siamois93 le Mar 17 Sep 2013 - 6:56, édité 1 fois

siamois93
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3069
Date d'inscription : 03/04/2012
Age : 49

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par Fata Morgana le Mar 17 Sep 2013 - 6:50

Vu que j'ai passé une nuit blanche, je ne te dis pas bonjour, ou alors en redisant le bonjour d'hier !
*
Que vaut un amour que tu peux ne pas crier ?
Si déjà il est beau de contempler de ses yeux le lever de l'aurore sur des sommets embrasés, que dire de cette aurore vivante quand elle se lève du dedans de toi pour répandre dans tout ton être son rayonnement de vie ?
Ton corps flamboie d'une joie sans mots. La paix te sert de voile contre les griffes des pensées indésirables, l'amour enfin inonde toute ton âme. Et c'est d'ailleurs à cela que tu reconnais d'expérience que tu as une âme.
Parfois il m'est arrivé que des sanglots montent du fond de moi, de profondeurs inconnues. O Combien j'ai espéré dans ces instants que mon âme s'échappe enfin emportée par tous mes soupirs ! C'était alors comme si j'étais sur le point d 'accoucher d'un ange qui serait demeuré blotti au plus profond des sanctuaires inexplorés de mon cœur. J'aurais tout donné pour partir avec ce souffle ! Mes larmes n'étaient à mes pleurs que l'émanation visible des larmes de feu que pleurait mon âme. La mort alors me semblait me promettre le plus libre des envols. Le souffle de vie retournant à la vie elle-même. Absolument épanoui dans un infini d'amour. Chez moi. Chez toi. Chez nous.
Dieu est bleuté. Mais d'un bleu que les yeux ne voient pas.
Il brille d'éclats légers et invisibles.
On dirait un éther formé de joie.
...La demeure de mon souffle.

Je pleurais et j'ose le dire, je me vomissais presque hors de mon corps, parce que j'étais aimanté par l'amour. Par un amour qui aspirait mon souffle depuis le fond de moi. Mon amour - insupportable – devait supporter l'entrave de mon corps. Qu'il tombe enfin là comme une chiffe et me laisse rejoindre ma vie et mon amour !
Je repensais alors à la dureté indifférente de mon cœur au long des jours. Cet organe sans vie, insensible surtout, qui espérait comme dans un coma qu'enfin l'amour-vie lui revienne ! Qui voulait encore qu'on le ravisse et le libère de cette ancre grise et froide qu'est notre corps.
Je suis un homme au bord de l'explosion. De la conflagration.
Si je soupire après l'extase ce n'est pas pour éprouver un vain plaisir ou pour
connaître ce que si peu ont connu, mais c'est juste pour souffler un peu.
Pour un instant encore une fois revoir la porte de Ton seuil.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par Fata Morgana le Lun 23 Sep 2013 - 19:12

Quelque chose bleue comme la vérité ou son parfum

le cœur respire et se soulève, on ne sait pas jusqu'où il portera sa faim, sa soif,

jusqu''où son éclat est visible dans l'invisible. Croyez-le ou non parfois il me semble

qu'il veut partir sans moi. Et je le sais cela se fera.

en un grand "ouf !"

je voudrais dormir - une vraie nuit sera un luxe milliardaire- sur un nuage d'étoiles

inconscient de là et conscient de là-bas

dans la brume des soleils épars

qui poudrera mes cils.

Quelque chose n'en finit de naître en ce cœur

flamme sur flamme il semble se dilater,

il veut épouser quoi ? le feu qui pense chante et danse,

la ferveur pure, l'amour enfin

qui l'a pétri.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par Fata Morgana le Mer 25 Sep 2013 - 9:54

Un langage s'ébauche, un récitatif,

composé des diverses textures du silence.

Il semble alors que l'esprit est sous l'ombre protectrice

d'une grande aile douce qui enveloppe les perceptions et les tamise.

Des mots se forment, écume d'un cri informulé, chacun empreint d'une densité inusitée.

tandis que la pensée se déroule sous le voile de la paix.



Il en va de ce silence comme du chant d'une rivière

harmonique et doux mais qui recouvre les rumeurs de la campagne environnante.

Ce silence est un souffle qui ceint la conscience, la maintient en lui,

la visite et l'approfondit.

Un murmure intérieur qui nous garde des criailleries de l'agitation extérieure

et nous polarise sur l'essentiel, concentre notre attention

sur la "hauteur, la longuer la hauteur et la profondeur"

nous tient à l'écart des disjonctions et des suggestions superficielles.

On appelle cela paix, on appelle cela recueillement,

j'appelle cela demeurer sur le seuil.


Et parfois on se sent dans la profondeur de cette stase

comme incliné sur un cœur invisible qui bat

au plus profond de la vie même.

Certains ressentent même dans ces instants

comme la vaporisation d'un pollen liquide et picotant qui octroit la jubilation.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par Fata Morgana le Ven 27 Sep 2013 - 16:14

Aujourd'hui j'ai posé l'armure et me suis présenté tout nu devant les écrits de kiss, parce qu'après l'échec retentissant de ma croisade, j'avais bien besoin de rigoler un bon coup. Ce fut fait.
Je ne me suis soumis qu'au jeu de style, étant donné qu'une fois le style posé, les idées ne comptent plus.
Toutes griffes dehors, on est moins beaux, et surtout on passe pour un con, et c'est déshonneur que seul le sang peut laver.
Non ! Je ne me suis pas scarifié devant ces écrits, mais j'ai fait défiler mentalement dans mon esprit tous ce que certains d'ici laissent entrevoir d'eux-mêmes: une fumée spectrale, sur laquelle je me suis évertué à souffler.
Rien n'a autant besoin de maîtres que la liberté. Les écoliers qui mettent leurs pas hésitants et gauches dans l'empreinte décidée du maître ne font que la brouiller. Quelle perte ! C'est un palimpseste multiplement massacré.
Et je me suis dis alors qu'on reconnait essentiellement la bête à ses parasites.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par Fata Morgana le Jeu 17 Oct 2013 - 21:34

On suppose que la vérité n'existe pas, parce que tout change.
Mais voilà ma pensée: ce qui change, c'est, ce qui n'est pas encore la vérité.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par Fata Morgana le Ven 18 Oct 2013 - 8:48

Il y a un amour entre les mots et mes neurones. Les mots les excitent. Les titillent. Neurones clitoridiens ? Quoi qu'il en soit certains mots sont bien comme des pochettes surprises, ils contiennent des quantités d'images et de sens, ils sont des pelotes à dévider, multicolores, multisémiques...
On n'en fait jamais vraiment le tour car ils s'agrêgent à d'autres mots et composent ainsi des strucutures mouvantes, en étoile, en abyme.
Ils sont correlés, se répondent, s'entréclairent. Est-il possible que leurs réseaux dessinent mon réseau neuronal, devenu ainsi directement perceptible ?

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par Fata Morgana le Ven 18 Oct 2013 - 11:14

Toute ma difficulté réside, en matière de réflexion, à la tension entre subjectivité (poésie) et objectivité (raison, intérêt pour la science, etc).

Je ne veux renoncer à aucune. Mais si je devais sacrifier l'une des deux, se serait sans doute la subjectivité, parce qu'elle est capable de mirages, de déformations et de dérives émotionnelles.

D'autant que je crois que ce qui EST (ce que nous connaissons comme ce que nous ne connaissons pas encore) - dans le monde, la nature, l'homme - dépasse en poésie (source d'émerveillement ) tout ce que nous pouvons imaginer.

J'admets donc que la nature, la vie, sont de meilleurs poètes que tous les auteurs les plus mirifiques de toute la littérature poétique.

L'arbitraire (tout est possible) en littérature (dans le cas d'une pure imagination) n'est pas une expression de liberté, mais d'indifférence, ou plutôt, d'indifférenciation. On aboutit ainsi à un chaos subjectif dont le psychisme lui-même risque de finir par faire les fraîs.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par Fata Morgana le Sam 19 Oct 2013 - 10:36

La solitude de ce fil illustre à merveille deux solitudes: celle du mystique dont la parole autre crée un malaise, et celle du surdoué qui a vécu une expérience mystique et qui se débat comme un beau diable pour essayer en vain et malgré lui de mettre des mots sur cette trop belle lumière dont il s'est délecté et qui a fait de lui, non seulement un solitaire, mais un double solitaire. Dans solitaire, il y a "taire". Pourtant l'incommunicable, l'indicible ne se tait pas. Il hurle, il vagit, il rue. C'est mon lot. C'est le prix de la béatitude d'une EMI vécue tout vivant.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par Fata Morgana le Sam 19 Oct 2013 - 11:22

Devant l'envahissement des problèmes issus de nos solutions même (pollution, disparition des espèces, troubles politiques, nationalistes, racistes, économique et financiers, incertitudes, angoisses, violence, oppression, chantage de masse, individualisme destructeur, etc, etc) on a tendance à vouloir régler les problèmes un à un, chaque solution entraînant de nouveaux problèmes. Dans ce cas ne serait-il pas plus simple, plus rationnel, plus efficace de considérer enfin que le problème global qui est posé au monde est celui du matérialisme pur et dur ?
Plus on avance et plus l'univers ressemble à une vaste pensée plutôt qu'à une vaste machine. D'autre part, à mes yeux, le matérialisme n'est même pas intéressant. Il ne me donne pas spécialement envie de vivre, de m'émerveiller ou tout simplement d'évoluer vers ce qu'il me dit être son horizon: la connaissance exacte de la matière. Au fond, quant à ce projet, je m'éprouve aucun intérêt. Tout cela me fait finalement baîller.
Je laisse cela aux personnes superficielles.
"Il y a une anxiété latente de l'échec de l'humanisme athée. Au cours du XXe siècle, les régimes politiques athées sont parvenus à un niveau horrifiant (et jamais atteint) de violence. L'humanisme athée n'a pas réussi à concevoir un discous populaire convaincant, ni une téhqie de ce que cela signifie d'être humain et de notre place dans le cosmos; là où la religion s'es retirée, le fossé a été combleé par le consumérisme, le football, strictly come dancing (star académie) et une fascination abêtissante pour des désirs passagers". Madeleine Bunting, du Gardian (quotidien britanique de gauche)

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par Philin (varna) le Sam 19 Oct 2013 - 19:35

Fata Morgana a écrit:Toute ma difficulté réside, en matière de réflexion, à la tension entre subjectivité (poésie) et objectivité (raison, intérêt pour la science, etc).

Je ne veux renoncer à aucune. Mais si je devais sacrifier l'une des deux, se serait sans doute la subjectivité, parce qu'elle est capable de mirages, de déformations et de dérives émotionnelles..
Et pourtant ! Et pourtant si chacun de nous - et chaque chose au monde - est à TOUT moment TOUT ce qu'il PEUT être, alors là réside à coup sûr une OBJECTIVITE de l'être au monde ... - n'en déplaise à une "objectivité" prétendue simplement réflexive mais en définitive totalitaire, à savoir postulée valable pour tous. Mais quelle est donc cette partie de chacun qui peut faire que tous y croient et adhèrent ? Réponse : celle-là même qui est préalablement éduquée en chacun ... Cqfd ?
Si je croyais devoir sacrifier entre subjectivité et objectivité, je me rirais au nez de croire devoir m'imposer pareille confusion : si je SUIS subjectif (et sans doute le suis-je, comme chacun de nous, par définition), l'objectivité n'est en effet plus que réflexion "pure", le fameux immaculé Concept auquel aucun être au monde ne peut prétendre en tant que tel. L'objectivité, seul un Dieu (hypothétique ou postulé, c'est égal) est en mesure de la penser.
Et si on en déduisait, sous cet angle-là précis, que Dieu c'est nous tous qui réfléchissons comme tu le dis (réflexion) EN MEME TEMPS ? Là, il y aurait en effet une piste. Mais c'est pas gagné pour autant ! :-)

Philin (varna)
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 780
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 58
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par Philin (varna) le Sam 19 Oct 2013 - 20:14

Fata Morgana a écrit:La solitude de ce fil illustre à merveille deux solitudes: celle du mystique dont la parole autre crée un malaise, et celle du surdoué qui a vécu une expérience mystique et qui se débat comme un beau diable pour essayer en vain et malgré lui de mettre des mots sur cette trop belle lumière dont il s'est délecté et qui a fait de lui, non seulement un solitaire, mais un double solitaire. Dans solitaire, il y a "taire". Pourtant l'incommunicable, l'indicible ne se tait pas. Il hurle, il vagit, il rue. C'est mon lot. C'est le prix de la béatitude d'une EMI vécue tout vivant.
Tu communiques là avec nous, qui te lisons. Il me semble par conséquent que si ton propos se retrouve seul, c'est que nous y sommes pour quelque chose. Il faudrait donc nous sonder pour en juger. Certes les raisons que tu invoques sont une hypothèse possible, mais tu ne retiens que celles-là - pourquoi ? N'y a-t-il pas là, selon toi, danger d'auto-justification "par le haut" alors même que les raisons à cette solitude sont possiblement bien plus triviales !?

Philin (varna)
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 780
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 58
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par Fata Morgana le Sam 19 Oct 2013 - 20:16

Selon moi les raisons de cette solitude ne sont pas seulement triviales.
c'est que nous y sommes pour quelque chose.
Ce n'est pas ce que je sous-entends. Je me vois plus comme la victime (consentante de grand cœur) d'une situation intérieure "anormale". L'idéologie généralisée fait obstacle, et un obstacle systématique, au type de parole que je porte. Ce n'est pas non plus une "justification", mais une plutôt une analyse. Par contre, pourquoi as-tu toujours de ton coté besoin de trouver un "coupable" ? Est-ce le seul regard que l'on peut porter sur ce genre de choses ? Si oui, pourquoi devrais-je m'exposer à ta critique (un peu pavlovienne parfois) en écrivant ici ? Je le fais dans le but d'entrainer des échanges, pas des accusations.
Ces préjugés qui forcément, automatiquement presque, tendent à dévaluer une parole qu'on n'a pas envie d'entendre (parce qu'elles relativise la valeur de ce que l'on croit ?) reposent des bases pour le moins discutables. Se faire psy de comptoir est un bon moyen de démontrer une forme de surdité intellectuelle commode.
tu ne retiens que celles-là - pourquoi ?
Parce que c'est celle que je note et que je vérifie. De ton coté pourquoi retiens-tu ton interprétation ? Sur le plan psy justement, qu'est-ce qui peut pousser quelqu'un à n'intervenir que de manière soupçonneuse et systématiquement critique ? (Et préférenciellement en déplaçant le débat ?) Après tout, tu es dans ton monde, tu partages les grands traits de la pensée commune, que sais-tu de la solitude INTERIEURE dont je parle ? Rien. Et pour cause, tu en nies la possibilité.
Si tu veux bien, dispense moi de tes leçons. Je ne suis pas du tout là-dedans en ce moment.

Extrait d'un livre de Mario Beauregard, Neuroscientifique canadien

« Il est connu que les mystiques ne peuvent trouver les mots pour exprimer ce qu'ils vivent dans leurs expériences. Il y a une certaine logique à cela. Si toutes les personnes que vous connaissez sont daltoniennes, comment allez-vous expliquer ce qu'est le rouge ? Vous allez probablement parler de choses que le rouge évoque - « Spectaculaire », « amour », « violent », « stop ! », « sexy », « vie animale », « dangereux », « tentation », « mort », etc. Bien sur vos interlocuteurs vous diront que vos explications sont à la fois vagues et contradictoires. Ils sous-entendront que peut-être que vous ne faîtes qu'imaginer voir le rouge. Les psychologues peuvent facilement expliquer votre comportements: vous vous laissez aller à des sentiments dont par ailleurs vous ne reconnaissez pas l'existence, ni à fortiori n'exprimez, en vous persuadant que vous voyez cette couleur inexistante.

Naturellement vous allez rapidement vous sentir frustré. Si seulement vos interlocuteurs pouvaient voir le rouge, ne serait-ce qu'un court instant, les contradictions apparentes de votre vocabulaire disparaîtraient ! Ils pourraient aisément comprendre comment une partie du spectre coloré peut évoquer des sentiments contradictoires, tout en conservant sa qualité intrinsèque. D'un autre coté, aucune explication verbale ne suffit en elle-même.

Toutes les sources s'accordent sur le fait que les mystiques sont confrontés à ce problème de façon intense lorsqu'ils décrivent la conscience mystique. Cependant, ainsi qu'Evelyn Underhill le relève, de nombreux mystiques s'expriment clairement et sont donc assez heureux de tenter d'expliquer. En fait, leurs explications peuvent devenir une partie du problème:

« Toutes sortes de langages symboliques viennent naturellement au mystique éloquent, qui est souvent tout autant un artiste littéraire: si naturellement qu'il en oublie parfois d'expliquer que ses paroles sont seulement symboliques – une tentative désespérée de traduire la vérité de ce monde-là dans la beauté de celui-ci.

Rudolph Otto, auteur du livre « Le sacré » (1927, qui comme underhill et William james a pris l'expérience mystique au sérieux, a suggéré que les mots choisis par les mystiques gagnent à être interprétés davantage comme des idéogrammes que comme des cartes: en effet, prendre les mots des mystiques au sens littéral conduit souvent à des controverses théologiques inutiles. »
Mario Beauregard

*

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par Fata Morgana le Dim 20 Oct 2013 - 10:10

Si je lis des livres quels qu'ils soient, c'est toujours en vue de l'acquisition d'un vocabulaire pour exprimer au mieux ce qui en aucun cas ne peut s'exprimer. J'ai beau admettre que sur le plan pratique wittegenstein a raison de dire que "ce sur quoi on ne peut parler il faut se taire", je constate que sur le plan existentiel ce n'est pas possible. Adopter cette règle ce serait faire comme si on n'avait rien vécu, rien vu. Précisément dans ma position, c'est ce vécu même qui justifie mon existence et la fonde. Mettre entre parenthèse ce vécu, ce serait choisir un sommeil comateux qui seul pourrait calmer "le nerf de la dent". En faire abstraction est impossible, car c'est tout mon être que je devrais effacer littéralement. Aussi bien dans l'ensemble mon psychisme que dans la sphère de mes ressentis et encore dans l'ensemble de mes perceptions, cette expérience mystique s'est substituée au long des ans à tout ce qui précédait, à tout ce que j'ai été. Je SUIS entièrement défini par elle. J'en deviens finalement le porte-parole insuffisant. Partout où je fouis, je cherche des indices qui m'indiqueraient que d'autres sont passés par là, que ma perception et ma conscience n'ont pas été rendues uniques par cela. J'écoute ce que la science dit de l'univers du vivant pour trouver "la porte étroite" conceptuelle qui ouvrirait sur ce possible.
Mais j'ai beau faire, "ce n'est pas ça, ce n'est encore toujours pas ça". Avoir "vu" Dieu revient presque en somme à être socialement mort. Car cela revient finalement à être seul. Vraiment seul. Car rien n'est partageable de ce vécu. Ce n'est pas seulement plus profond, ce n'est pas seulement être différent, c'est réellement être devenu autre.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par Fata Morgana le Dim 20 Oct 2013 - 11:33

Si tu as aussi peu que ce soit vécu quelque chose de l'autre monde, ne t'étonne pas de connaître ici-bas l'exil de l'immigré.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par Invité le Dim 20 Oct 2013 - 12:00

Salut Fata, je te propose un texte en lien avec différents fils auxquels tu a participé, je pense que ça t’intéressera.


http://www.lemondedesreligions.fr/archives/2010/01/01/dieu-et-la-science,10155103.php

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par Invité le Dim 20 Oct 2013 - 12:11

"Si tu as aussi peu que ce soit vécu quelque chose de l'autre monde, ne t'étonne pas de connaître ici-bas l'exil de l'immigré".

Cela ne dure pas.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par Fata Morgana le Dim 20 Oct 2013 - 12:26

J'en suis quand même à plus de trente ans...

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par Fata Morgana le Dim 20 Oct 2013 - 13:26

aqua a écrit:Salut Fata, je te propose un texte en lien avec différents fils auxquels tu a participé, je pense que ça t’intéressera.


http://www.lemondedesreligions.fr/archives/2010/01/01/dieu-et-la-science,10155103.php
Et comme par hasard, je viens de décider d'acheter "le théâtre quantique" d'Alain Connes, en espérant toutefois qu'il vulgarise au max, car sa géométrie non commutative dépasse de très loin tout ce qui est accessible au commun des mortels ! What a Face

En tout cas merci, c'est super !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Very Happy 

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par Philin (varna) le Dim 20 Oct 2013 - 16:52

Fata a écrit : (à propos de la raison de sa solitude)
Parce que c'est celle que je note et que je vérifie. De ton coté pourquoi retiens-tu ton interprétation ? Sur le plan psy justement, qu'est-ce qui peut pousser quelqu'un à n'intervenir que de manière soupçonneuse et systématiquement critique ? (Et préférenciellement en déplaçant le débat ?) Après tout, tu es dans ton monde, tu partages les grands traits de la pensée commune, que sais-tu de la solitude INTERIEURE dont je parle ? Rien. Et pour cause, tu en nies la possibilité.
Si tu veux bien, dispense moi de tes leçons. Je ne suis pas du tout là-dedans en ce moment.
Voilà clairement exprimée une raison bien plus tangible de ta solitude que celle que tu invoquais si joliment et à ton seul avantage.
Eh bien, devant cette solitude si personnelle, à laquelle tu tiens tant et qui te paraît si légitime, je crois bien qu'on ne peut dire en définitive qu'une seule chose : OUI.

Philin (varna)
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 780
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 58
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par Fata Morgana le Dim 20 Oct 2013 - 17:45

Je pense surtout que ton post tombait comme un cheveu sur la soupe et qu'il était assez antipathique pour que je t'envoies promener. Je veux bien dialoguer mais pas rendre systématiquement des comptes. Tu étais Hors sujet, et moi, ce sujet m'intéresse. Donc mets ma réaction sur le fait que je t'ai trouvé très accusateur et antipathique, et tu verras que la cause de ma solitude présente, c'est toi et ceux qui communiquent comme toi. Le penchant psy à ne voir de problème que dans le comportement des autres n'est fondé sur rien et surtout évite commodément de s'intéresser aux autres pour ce qu'ils sont. Je ne me PLAINS pas d'ailleurs seulement de cette solitude, elle est le lot commun de tous ceux qui peu ou prou sont passés par où je suis passé.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: NO FLOOD l'antre à fata (un beau merdier entre nous soit dit...)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:16


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 24 sur 25 Précédent  1 ... 13 ... 23, 24, 25  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum