Zébrés nés dans une famille sans rayures

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Zébrés nés dans une famille sans rayures

Message par Doinel le Dim 14 Oct 2012 - 11:27


Cette discussion me fait penser à ces paroles d'une chanson de Daniel Darc: "Pardonnez nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont enfanté".

Je pense qu'il est important pour soi d'arriver un jour à pardonner à ses parents le mal qu'ils nous ont fait. Cependant, un tel pardon n'est vraiment possible que si la douleur et le ressentiment ont pu s'exprimer dans toute leur mesure. Une fois que les comptes ont été soldés.

Doinel
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1297
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 50
Localisation : Rouen

http://laboitedalphonsed.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zébrés nés dans une famille sans rayures

Message par Invité le Dim 14 Oct 2012 - 12:39

Que les choses soient bien claires : "honore ton père et ta mère", c'est un commandement qui a trois mille ans et même plus. Qui date aussi d'une époque où les parents, devenus vieux, dépendaient des enfants pour survivre, sachant que vu l'espérance de vie, cela ne durait pas des décennies. Ce commandement vise avant tout ceux qui laissaient leurs parents dans la misère alors qu'ils auraient eu les moyens de les prendre en charge. Souligner qu'il est dit "honore", et pas "aime", ça veut dire précisément : ce n'est pas parce que ce sont nos parents qu'on leur doit tout.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Zébrés nés dans une famille sans rayures

Message par Invité le Dim 14 Oct 2012 - 12:44

"Les enfants commencent par aimer leurs parents. En grandissant ils les jugent.
Quelquefois ils leur pardonnent".

Oscar Wilde.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Zébrés nés dans une famille sans rayures

Message par Lilas le Dim 14 Oct 2012 - 13:31

Merci Lemuka pour cette question, et à tous pour vos réponses.
Je m'apprêtais à en faire une aussi, j'avais commencé à l'écrire, mais je me rend compte que je ne suis pas capable de l'envoyer. Parler ainsi de mes parents, de leurs faiblesses, devant des inconnus, sans leur laisser la moindre opportunité de se défendre, ça me semble "mal".
Mais certaines réponses m'ont particulièrement touchée, dans lesquelles je me suis reconnue aussi : "pleurnicheuse", "trop (sensible, collante, peureuse, grincheuse...)".
Il y a toujours eu une sorte de mur invisible entre mes parents et moi, une barrière d'incompréhension qui existe encore aujourd'hui et nous empêche de communiquer (qui en tout cas m'empêche, moi, de leur dire tout ce que j'aimerai).


Lilas
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 170
Date d'inscription : 03/12/2011
Age : 39
Localisation : Là-haut, dans les nuages

http://lilasnoir.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zébrés nés dans une famille sans rayures

Message par Introitus le Lun 22 Avr 2013 - 23:44

moi, j'me rappelle plus de rien, ou si peu...Mon cerveau a boycotté une partie....
mais je me vois encore du haut de mes trois pommes, regarder les 'grands' dirent, parler...du 'être' , se 'tenir'....en société
'ha c'est comme ça, qu'il faut être!!?' me disais je à l'intérieur, et de toute façon pas le choix, car les sons de voix de mes parents étaient les mêmes et si c'était pas dans le son, c'était alors dans les gestes!
Des:"T'es pas gentille, t'es une peste,...une punaise...des au lit sans manger pour punition... des raclées comme preuve de réponses...." c'est minable tout ça!"

J'ai fait comme on m'a dit d'être pour être cette fifille gentitille...au final...je me suis perdue!

Et il y a dix ans, un réveil tout spécial, fait rien que pour moi, a retenti (normal c'était le mien): Ce fut comme un éléctrochoc, une bombe .... je me suis retrouvée en mille morceaux....et pdt 10 ans, j'ai rassemblé et recollé les pièces, une à une, dans le bon ordre et sens, le résultat de cet effet n'a eu d'autre but que de casser, faire éclater un moule, qui ne m'a jamais convenu!

Les souffrances sont parfois terribles, et elles sont en partie créées par les siens, et par nous-même.

Détester ses parents est légitimes...ne sont ils pas 'adultes?...ironie du sort!
Il est sain de pouvoir se sortir de ces colères, ensuite.

Dans les boutades sorties instantanément il y a quelques années, j'ai pu comprendre une partie de mon histoire, chercher l'erreur:
'on m'a toujours dit de 'grandir', hors on ne m'a jamais appris'
'on m'a dit de bien travailler à l'école tu auras des diplomes, j'ai fait ce qu'on m'a dit, sans grands succès et culpabilité; aujourd'hui, je fais ce qui me plait et je remporte pleins de diplomes, j'en suis fière'
" Quand j'étais petite, je voyais les choses si...grande. Aujourd'hui que je suis grande, je vois des choses si....petites!
" a croire tous ce que les autres disent, c'est finalement perdre le fil de son histoire, et se perdre soi même au final, finalement mieux vaut croire en soi-même"
" vieillir, c'est un peu se rapprocher de soi même, de son essence, un peu plus chaque jour"....etc

Courage à tous. Toutes nos histoires belles ou moins belles font notre emprunte. Celle-ci au final doit être belle qu'importe le reste!


Introitus
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 115
Date d'inscription : 29/03/2013
Age : 44
Localisation : au coeur de l'univers

http://anoukandmary.unblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zébrés nés dans une famille sans rayures

Message par Invité le Mar 23 Avr 2013 - 8:00

Quand j'étais petite, je pensais que mes parents m'avaient adoptée.
Je me souviens de jours, comme ça, où je me planquais dans la haie du jardin, en fermant les yeux et en pleurant en même temps.
Et je me disais qu'il y avait quelque chose qui clochait, chez moi, chez eux.
Aujourd'hui, je pleure toute seule dans ma chambre, en général.

Je ne peux pas dire qu'ils m'aient maltraitée.
Bien au contraire : ils m'ont toujours soutenue, ils ont essayé de me montrer leur amour, m'ont nourrie intellectuellement. Le problème - parce que visiblement quand même, il y a un problème - c'est notre incommunicabilité. Il me semble qu'ils me réclament des choses très simples, et que moi, je n'arrive pas à les satisfaire. C'est comme... Un amour à double-tranchant.
Je suis exigeante avec eux, eux le sont avec moi.
Sauf que j'attends, moi, un amour inconditionnel et sécurisant.
Un cocon protecteur - que je n'ai pas le sentiment d'avoir.

Bien que j'aie été diagnostiquée, rien n'a changé dans ma vie, à ce propos.
Je rentre à la maison, souvent vide parce qu'ils travaillent.
Je me mets à rêver qu'ils sont là, pas tellement pour me raconter leur journée, mais pour me dire qu'ils m'aiment, quoi que je fasse, quelles qu'aient été mes emmerdes, mes manquements, mes fautes.
Et que j'ai quelqu'un à serrer dans mes bras.
Effusion de tendresse...
Ce n'est pas vraiment le style de la maison.

Quand j'étais petite, encore, et que je me faisais mal, rudement mal même, mes parents ne supportaient pas mes pleurs. "Serre les dents, et sois courageuse", c'est la phrase qui se tourne et se retrouve dans ma tête. Alors, je garde tout pour moi. J'ai 18 ans, je suis passée par des phases de boulimie-anorexie pour les appeler au secours : mes parents m'ont dit "tu es la seule à pouvoir te sortir de ça", sans chercher à comprendre pourquoi je me comportais ainsi. Ils ne savent pas non-plus mes cuites en solitaire, le soir, ou mes fuites pour des balades d'une longueur indue dans la forêt, pour me fatiguer, arrêter de penser, et enfin, pouvoir pleurer tranquillement, sans que cela se voie à mon retour.

Ma mère m'a demandé un jour : "Est-ce que c'est vrai que tu te sens seule avec nous ?".
J'ai voulu répondre - oui, presque tout le temps, vous êtes là sans être là, moi je suis bonne à rien, je ne sais pas comment me comporter pour sentir ce que je veux sentir, pour être bien, pour l'avoir, mon foyer, mon petit temple, ma cabane, mon résidu de paradis ! Et tout ça ce ne sont que des mirages... Et j'ai qu'une vie, bordel, vous êtes mes seuls parents, et je suis en train de foirer notre relation, sans que vous le sachiez ! Quelque chose se romp, de jour en jour, se distend, s'affaisse, je le retiens au prix de larmes et de non-dits... Quelque chose va céder, - et ce sera moi.
Mais je n'ai rien pu ergoter de la sorte.
J'ai juste dit : "Je vous aime".

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

« La famille des autres, c'est presque toujours amusant. Le problème, c'est la nôtre. "

Message par loolalia le Jeu 2 Mai 2013 - 13:29

Que d'émotions. Que de douleurs. Que de jolies façons d'exprimer l'inexprimable... L'indicible... Et pourtant si courant ! Dans la série, nous (les êtres humains jocolor en général) sommes tous pareils, et tous uniques... Même les non rayés se plaignent souvent de cette espèce d'incompréhension, qui fait nous sentir étranger en notre propre maison, famille... on pourrait continuer la liste... Moi, quand je regardais, dans ma solitude d'enfant -aux pleurs faciles, aux maux de ventre permanents, qui attendait depuis si longtemps déjà Sleep de se sentir en sécurité, aimée pour ce que je suis et non pas moquée pour ce que je ne suis pas,- par la fenêtre, c'était pour surveiller l'arrivée des miens (forcément des ET alien à l'époque...), qui forcément allaient venir bientôt me chercher... Winner Ah, les certitudes de la jeunesse... Je pense aussi à tous ces adages ou autres dictons populaires du type : "on n'est jamais trahi que par les siens" et d'autres moins philosophes mais si délectables :
« La famille des autres, c'est presque toujours amusant. Le problème, c'est la nôtre. »
de Judith Messier
« L’esprit de famille a rendu l’homme carnivore. » Cowboy
de Francis Picabia
« Dans une famille on a beau avoir vécu les mêmes choses, on n'a pas les mêmes souvenirs. »
de Marie Darrieussecq
Essayez, cela peut faire du bien d'aller chercher du côté de l'exagération, de l'humour aux énièmes degrés, des caricatures... Imaginer parfois zigouiller un être "cher" Yahoo ! , 1 n'est pas un crime, 2 que c bon !
Pour autant, la vie au fil du temps évolue, nos idées aussi (il n'y a que les cons, je pense, qui ne changent jamais d'avis), et au rythme de nos expériences particulièrement nombreuses et intenses chez la plupart d'entre nous (les zèbres), nos regards sur les choses.
Je ne suis pas sure à 46 ans d'avoir tout pardonner. Pfiu Je pardonne certaines choses, mais découvre d'autres. Je juge moins, la nuance est quelque part par là... En tout cas, pour mes deux parents. Ma soeur, c autre chose... Finalement bien plus compliqué... Et puis mes parents vieillissent à vue d'oeil. Avec son cortège de défauts amplifiés, des problèmes médicaux (ma mère a combattu une demi douzaine de crabes ces 20 dernières années)et/ou psy voire caractériels... Je ne vois plus mon père depuis que je me suis rendue compte qu'il s'en prenait à ma fille systématiquement maintenant. Lui, certainement l'autre zèbre du premier degré de la famille, lui le caractériel à l'humour ravageur devenu un vieil acariâtre quasiment méchant. J'ai mieux compris et imaginer sous un nouveau jour ce personnage qui, trop souvent, subit chaque jour, souffre pour traverser une nouvelle journée, moments redoutés et si anxiogènes. Dans ces mauvais moments Pompe , il m'a suffit d'être en sa présence, de toute façon, il ne communique plus guère depuis longtemps, pour ressentir sa souffrance abyssale, ses colères rentrées au point qu'elles émettent un halo puissant d'ondes négatives, noires, violentes... Je comprend mieux pourquoi il y a tant de zèbres dans les prisons aux US... C assez flippant. Depuis je m'intéresse à la zen attitude Rolling Eyes , à cultiver mon bien être pour ne pas devenir qu'aigreur pour soi et généreusement pour ceux qui nous entourent...
Je dois reconnaitre aussi qu'en vieillissant il n'est pas faux de constater qu'à certains endroits, je leur ressemble. Pire il m'est arrivé de m'arrêter soudainement dans un échange avec ma fille tout bout de chou me rendant compte que je reproduisais sans m'en apercevoir les attitudes détestées, celles qui font mal de façon pernicieuse à la limite perverse... Il est souvent bien difficile concernant les rapports familiaux de s'écarter du poids des histoires passées. Pas complètement impossible ! Je peux déjà mesurer le chemin parcouru pour me considérer finalement parfois meilleure parent qu'eux, au moins attentive, vigilante, aimante, rassurante la plupart du temps. J'ai apprit que me tromper a eu l'avantage de me permettre de progresser. Qu'à la mesure de mes propres incompétences éventuelles ou décriées, il m'est plus difficile de ne pas pardonner à mes parents les leurs. Surtout au vu de l'habituel retard des français dans ces domaines. Pour autant, les interactions sont toujours autant énergivores, épuisantes même physiquement...
Voili un petit bout d'expérience.
Mes pensées et une immense tendresse vont vers vous. Amoureux

loolalia
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 31
Date d'inscription : 08/12/2012
Age : 49
Localisation : marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zébrés nés dans une famille sans rayures

Message par Lanaka le Lun 24 Juin 2013 - 19:03

Après avoir survolé ce topic en diagonale j'ai envie de demander: comment savez-vous que votre famille est SANS rayures? Ont-ils tous été testés? Ou bien suppose-t-on que par essence, un parent zèbre devrait FORCEMENT comprendre son enfant zèbre (faut-il noter que TOUS les parents "normaux" ne comprennent pas nécessairement TOUS leurs enfants "normaux")? Est-ce que le fait d'être zèbre parent de mini zèbre, pour vous, équivaut à balayer tous les doutes et toutes les erreurs parentales possibles comme par une baguette magique? Et Quelle est la part des personnalités respectives des uns et des autres dans tout ça?

Lanaka
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 207
Date d'inscription : 16/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zébrés nés dans une famille sans rayures

Message par Mimozzz le Jeu 27 Juin 2013 - 16:24

Personnellement, je ne sais pas si mes parents sont des zèbres, ils sont par contre des gens très ouverts d'esprit et très intelligents.
Même si ils essayent de me comprendre, j'ai l'impression qu'ils agissent sans forcément me comprendre. Ils me semblent si égoïstes parfois.
Je leur en veux un peu. J'ai été testée à 6ans, et je n'en ai qu'un vague souvenir. Le psy à dit à mes parents que mon QI serait de 130 si je parlais couramment français ( à l'époque , je venais d'arriver en france et parlais mal encore vu que ma langue natale est l'allemand). J'en veux à mes parents de ne pas avoir approfondi ça avec moi, notamment dans ma période d'anorexie. Pourtant le lien entre l'intelligence et l'anorexie, on en a parlé avec ma mère. Tout autant de ma difficulté d'insertion sociale. Tout comme le fait que je me sentais différente, que personne ne m’intéressais sauf les adultes. Durant mes années d'adolescence où je cherchais à comprendre le pourquoi du comment , qui j'étais et tout le bordel , JAMAIS elle n'a mentionné le fait que j'étais surdouée. Jamais. C'est moi qui , par association d'idées, de connaissances et par chance me suis souvenue de ce test et me suis mise à me renseigner.
Bref, mes parents sont géniaux. Mais ils me prennent pour une autiste à cause de mes facultés d'adaptation difficile. ( je suis quelqu'un de très régulier, on me donne un plan, je l'accomplis à merveille, mais dès qu'il s'agit de gérer de nouvelles situations je stresse et fais des crises d'angoisse). Du coup, ma mère est en train de prévoir MES études, et en ne prenant absolument pas en compte mon avis, en me disant qu'en gros je suis trop fragile pour vivre seule. Alors que je ne rêve que de liberté et que je me sens capable d'affronter les difficultés de la vie.
bref, je m'étale. Voilà.

Mimozzz
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 132
Date d'inscription : 17/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zébrés nés dans une famille sans rayures

Message par Lilas le Ven 28 Juin 2013 - 9:35

Lanaka a écrit:Après avoir survolé ce topic en diagonale j'ai envie de demander: comment savez-vous que votre famille est SANS rayures? Ont-ils tous été testés?

Je vais tricher un peu en répondant à cette question, sans avoir vraiment répondu au topic.

En ce qui concerne mon père, il m'a avoué avoir été testé enfant à cause de grosses difficultés scolaires, et que le diagnostic avait penché en faveur d'un léger retard, donc je n'ai pas vraiment de doutes (à moins d'avoir tout compris de travers, mais même si cela m'a fait un choc sur le moment, cela m'a permis de comprendre bien des choses, donc je ne pense pas).

Pour ma mère, c'est un peu plus complexe car c'est pour moi une énigme vivante, avec qui je n'ai jamais vraiment réussi à entrer en contact. Mais mes nombreuses interrogations sur moi-même me laissent penser aujourd'hui, sans certitude, qu'elle a plus de traits autistiques que zébristiques.

Quant au résultat de l'union de ces deux-là, je n'ai toujours pas compris ce que c'était... alien

Lilas
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 170
Date d'inscription : 03/12/2011
Age : 39
Localisation : Là-haut, dans les nuages

http://lilasnoir.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zébrés nés dans une famille sans rayures

Message par Lanaka le Sam 29 Juin 2013 - 12:47

Le fait est que quand on a affaire à des personnes proches l'affectif rentre en jeu et il est difficile de poser un regard lucide sur elles; pour ma part, j'ai eu comme tout le monde des parents "qui ne comprenaient rien", qui ne me comprenaient pas moi en tout cas, toujours fourrés dans leurs règlements de comptes Rolling Eyes  et encore aujourd'hui ma mère ne me comprend absolument pas -et elle l'a toujours dit- comme si je venais d'une autre planète. Pourtant, à bien y réfléchir, à se souvenirs d'un certain nombre de phrases, des détails de sa vie, des choix qu'elle a fait, il y a de fortes chances pour qu'elle soit zèbre. Pareil pour mon père. Et malgré cela je me suis toujours senti tellement seule, différente, incomprise et loin d'eux...

Le hic, c'est que malgré mon passé difficile et tous les griefs que j'ai envers mes parents (quoique je crois que petit à petit j'arrive à les pardonner, mon père est décédé il y a deux ans dans des circonstances sordides; ma mère... je suis juste tellement triste pour elle, elle est fragile, enfermée dans une vie qui ne lui ressemble pas... elle a mis beaucoup d'eau dans son vin mais surtout, je crois qu'elle a mis une croix sur tous ses idéaux et sur sa personne, à 50 ans elle est devenue vieille Neutral Je crois qu'au final je suis plus solide qu'elle alors je m'en sens responsable, je ne veux pas qu'elle s'inquiète..).. bref, malgré tous les griefs je me rends compte qu'aujourd'hui, avec mes enfants, j'ai naturellement tendance à reproduire un certain nombre de comportements qui m'ont fait souffrir enfant..  ouch.. Mad  alors le diagnostic de leur zèbritude, la littérature spécialisée remet les points sur les i, me soulage quelque part - ouf, ils ne sont pas "normaux", ne sont pas "gris", ne sont pas et ne seront jamais des personnes banales!! - j'ose me lâcher: on achète des livres par dizaines et on les lit ensemble, je vais écouter des concerts de musique classique avec les deux aînés (6 et 9 ans) - on discute et on échange ensuite, la dernière fois c'était des concertos de Bach pour violon et orchestre et pour clavecin et orchestre (j'aime beaucoup le clavecin, il me fait penser à une personne surdouée: froid en apparence, quoiqu'il fasse il ne fait pas partie de l'orchestre alors que les autres instruments semblent communier et former un tout, lui semble crier, pleurer, supplier "mais écoutez-moi, aimez-moi!!" mais la plupart des gens ne perçoit qu'un ton froid et métallique) - et bien mon grand m'a confié que cette musique lui faisait monter des larmes I love you  , et surtout, je me mets à leur place et essaie de les comprendre au lieu de me fier aux solutions traditionnelles toutes faites; non pas que je ne me rendais pas compte avant que les cris et les punitions ne font qu'empirer les choses, mais j'essaie de m’accommoder de mon manque naturel d'autorité plutôt que d'appliquer des méthodes traditionnelles toutes faites qui me révoltaient moi-même quand j'étais enfant. Je ne sais pas si je suis sur la bonne voie... j'ai tellement peur d'échouer, tellement peur qu'ils aussi se souviennent de leurs premières années avec le goût amer que j'ai des miennes et que la plupart d'entre vous ont des leurs Sad

Lanaka
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 207
Date d'inscription : 16/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zébrés nés dans une famille sans rayures

Message par kyria le Sam 29 Juin 2013 - 19:44

Je n'ai été reconnu zèbre que tardivement, mais mes parents ont toujours fait le maximum pour combler ma soif de lecture. Après, sinon, disons que j'ai eu de très gros soucis relationnels à l'école - chose que j'avais caché à mes parents - et mes parents ne m'ont été d'aucun secours là-dessus - j'avais tellement honte de ne pas avoir de copin(e)s... Est-ce que j'aurais été mieux intégrée si ma scolarité s'était effectuée dans une école spécialisée ? La question reste posée.

kyria
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 61
Date d'inscription : 10/02/2013
Age : 23
Localisation : Rouen

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zébrés nés dans une famille sans rayures

Message par Zero le Sam 29 Juin 2013 - 22:13

Au fond il faut juste s'adapté non ? C'est pas si dure de faire comme tout le monde...Faut juste savoir être normal quand il faut. Pourquoi tout dramatisé ? Et aller Cherché 12H à 14H...

Dans une famille il faut juste savoir  être simpliste  , normal, faut pas trop en demandé. On te demande de bosser à l'école tu travailles et  tu apportes des résultats ou est le problème ?  on te demande si tu veux des glaçons dans ton verre d'eau tu rétorques non c'est bon de l'eau tiède me suffit. albino Ne soyez pas trop capricieux, les gens ne comprennent pas faut pas attendre de l'affection envers vos parents c'est trop leurs demandés, même si c'est absurde c'est vos parents c'est ainsi...Et  si ils  vous en donnent tant mieux et si ils vous en donnent pas tant mieux aussi.

certaines émotions ne sont là que pour nous rappelé à quelle point on est faible...

La simplicité est la clé du bonheur dans le milieu familial répondez à leurs attentes sans rien demandé en retour. Contentez vous du strict minimum. Faut pas se laissé guidé par ces émotions, l'intelligence est là pour tuer ces troubles. Vais-je tapé sur un handicapé parce qu'il ma provoqué non ! je lui en veut pas du tout je luis pardonne et je passe à autre chose, je l'invite même au restaurant si il veut. :)vais je tapé un nouveau née parce qu'il ma insulté non bien sur que non c'est un bébé ces paroles n'ont aucun sens...je lui pardonne et je passe à autre chose parce que moi je sais que se qu'il fait est mal lui il trouve ça normal donc je ne fait rien j'encaisse sans lui en vouloir parce que au fond se n'est qu'un bébé après tout pourquoi ces paroles vont m'atteinde ? Est ce qu'un Dieu répondrai à un insulte venant d'un humain ? Non tout simplement parce que c'est un Dieu ces paroles ne l'atteignent pas il est bien au dessus...Faut pas perdre des pions inutilement Ils pourront toujours servir à autres choses protégez les, pardonnez les, respectez les...Faut pas trop attiré l'attention.

Un jour je ne les verrai plus autant ne pas gardez de souvenir plutôt que d'en gardez des mauvaises...Dirige-toi vers ce que personne d'autre ne peut avoir, le cristal qu'on appelle "soi-même". Je ne serais pas capricieux, je ne serais pas un copie de Dylan qui pleure parce qu'il est incompris  ou de Vanessa qui en veut à sa mère pour je ne sais quoi il y a déjà assez de Dylan et de Vanessa dans ce monde On sait tous comment ces deux là finiront donc à quoi bon suivre le même chemin ?  J'ai vite compris que les humains sont tous pareils...Qu'ils soient noir, blancs, surdoués, méchants, bêtes  ou gentils...et le seul moyen de sortir de ce lot c'est de passer à l'étape supérieur devenir plus qu'un Humain, .... Quand un singe arrive à penser et à raisonner c'est plus un singe mais un Humain.

Errer est humain, pardonner est divin.

Zero
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 22
Date d'inscription : 08/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zébrés nés dans une famille sans rayures

Message par Cyril THQI le Dim 30 Juin 2013 - 9:03

Il doit y avoir environ 5 écarts types entre mes parents et moi. L'incompréhension mutuelle est profonde. Toute communication en dehors de sujets triviaux est impossible. La distance a commencé à se faire sentir lorsque j'étais à l'école primaire, puis s'est accrue avec les années.

Cyril THQI
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1493
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 46
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zébrés nés dans une famille sans rayures

Message par imram le Dim 30 Juin 2013 - 21:40

Je suis né dans une famille simple, un univers entre paysan et ouvrier.
Très peu de culture, limité dans beaucoup de choses.
Des gens très gentils en apparence (complètement tarés s'ils se mettent en colère).

Assez rapidement, j'ai compris qu'ils ne comprenaient pas ce que je disais.
A 7 ans, j'expliquais à ma mère comment pensait mon frère (qu'ils pensaient fou). je n'ai pas été entendu.
Ensuite, je n'ai plus eu droit à la parole pendant 8 ans (seul mon frère comptait).
Plus grand chose à échanger avec eux ensuite, sauf les banalités d'usage ... on ne vivait plus sur le même planète.
(classique de l'adolescence, cela dit)
Après ... ben on ne vit pas sur le même planète.
Ca fait longtemps que je n'ai plus de famille.

imram
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 101
Date d'inscription : 24/06/2013
Age : 47
Localisation : Rivendell

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zébrés nés dans une famille sans rayures

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 2:58


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum