Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort).

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort).

Message par Natiro le Mer 12 Sep 2012 - 21:34

Décidément, quel accueil! queen

Enfin je n'aime pas trop le petit sourire "sadiquopervers" du smiley aux fleurs, on a l'impression que le bouquet cache une bombe à retardement...
Et la branche qui pendouille sur son côté gauche, c'est censé être une main?
Moi je dis: c'est louche.

Mais soit, soit.
Et puis ton avatar est quand même sympa Gardenwall, je trouve.
D'ailleurs j'ai le même.

Jiraya vous passe le bonjour sunny


Natiro
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 25
Date d'inscription : 03/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort).

Message par Guard 'n wall PB le Mer 12 Sep 2012 - 22:31

Ah chouette! Vraiment trop sympa ce Jiraya...

Quand ils ont voulu dessiner le smiley, ils m'ont dit de sourire naturellement.
Evidemment que notre avatar est le meilleur! Il exprime à lui seul toute une palette d'émotions qu'on ne retrouve dans aucun autre...

Guard 'n wall PB
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1960
Date d'inscription : 03/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort).

Message par Invité le Jeu 13 Sep 2012 - 19:04

Bon, je suis secrètement chargé de faire une reconnaissance de ta page par louphi, afin de préparer notre invasion, du coup, je plante mon p'tit drapeau... What a Face

Razz

Bienvenue encore ^^ Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort).

Message par Natiro le Jeu 13 Sep 2012 - 22:16

Merci zai ! sunny

« secrètement chargé » ?
Compte sur moi pour garder le secret. What a Face


Ah Gardenwall, c’est ça l’adjectif que je recherchais, un smiley "naturel".
(Je comprends pourquoi tu n’as pas mis d’avatar maintenant... Il ne faudrait pas que ton côté "naturel" ressorte trop tongue)

Moi aussi ils m’ont demandé de poser naturellement, ça a donné ça :
Fouet

(Celui qui a proposé ce smiley, je l'aime.)

Natiro
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 25
Date d'inscription : 03/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort).

Message par Invité le Jeu 13 Sep 2012 - 22:23

.


Dernière édition par Mazarine La Non-Zèbre le Jeu 11 Oct 2012 - 15:28, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort).

Message par Guard 'n wall PB le Jeu 13 Sep 2012 - 22:29

Avec un titre comme Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort), tu étais sûre d'attirer Garden sur ta présentation !
Avec un peu de chance elle va mordiller de l'autre côté Wink

En tout cas ta pose naturelle me plaît beaucoup Natiro. Va falloir qu'on discute tous les deux...

Guard 'n wall PB
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1960
Date d'inscription : 03/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort).

Message par Natiro le Ven 14 Sep 2012 - 0:21

Héhé Mazarine.


Ah Garden... "Avec moi on ne discute pas, on exécute"!

(Dixit mon smiley attitré.)

(D'ailleurs, je devrais faire une pétition pour transformer le code en :natiro:, qui signe?)

Natiro
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 25
Date d'inscription : 03/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort).

Message par Guard 'n wall PB le Ven 14 Sep 2012 - 7:09

Alors dis-moi, je m'exécute!

Moi, moi, moi, je signe!

Guard 'n wall PB
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1960
Date d'inscription : 03/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort).

Message par L✭uphilan le Ven 14 Sep 2012 - 8:38

Zaijian - roi de la discrétion. Il arrive à dévoiler mes plans avant même que je n'aie pensé les concevoir What a Face
Déléguez, qu'ils disaient. Traîtres.

Vais devoir m'atteler à la tâche, du coup...

Tu sais, Natiro... entre nous... tout ça, c'est la faute de Brutus. Il a posté sur ton fil. Le jour où tu l'as créé, en plus.
Comment ne pas être jalouse ?


mMM... j'ai trouvé un mobile, déjà... ça avance, ça avance :•)



Passe une belle journée =)

L✭uphilan
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 581
Date d'inscription : 22/01/2012
Localisation : [J'habite un éclat de rire... Lunatique et vagabond]

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort).

Message par Natiro le Ven 14 Sep 2012 - 21:38

Ne t’inquiète pas Louphi, je suis sûre que tu sens aussi bon que les fleurs de Gardenwall.
(C’est un compliment. Enfin, je crois.)

Sauf quand ton esprit manigance des coups tordus…
Comme faire culpabiliser Brutus pour qu’il vienne poster sur ta présentation. What a Face

page pub:


Natiro
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 25
Date d'inscription : 03/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort).

Message par L✭uphilan le Ven 14 Sep 2012 - 22:28

Mouahaha... et je suis sûre que tu trouves ça malin :p

Meuh non... je ne fais culpabiliser personne. Je n'essaye même pas.
Il n'y a qu'un esprit naïf, pur et innocent comme le tien ( What a Face ) pour y croire ^^


Bisou, Girafette.
Bisous

L✭uphilan
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 581
Date d'inscription : 22/01/2012
Localisation : [J'habite un éclat de rire... Lunatique et vagabond]

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort).

Message par Alma le Jeu 27 Sep 2012 - 8:46

Coucou Natiro!

dans ma tête je roule le R, je sais pas pourquoi, ça me fait penser aux indiens d'amérique Wink un peu comme ça :



c'est un peu loin de ton smiley attitré, il est vrai Razz

et bienvenue Smile


Alma
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 150
Date d'inscription : 05/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort).

Message par Natiro le Lun 10 Déc 2012 - 22:09







Je fuis.

Je fuis, je fuis la société, je fuis l'humanité, je fuis le monde entier.

Je vais ailleurs, peu importe où. Ailleurs.


C’est la folie nocturne qui m’a fait quitter mon lit à une heure indécente, je me suis échappée comme une voleuse par la porte de derrière, et j’ai marché jusqu’au chemin du fond du village, celui que personne n’emprunte parce qu’on a en peur. J’ai sauté par-dessus les barbelés et leurs panneaux « interdit d’accès », et c’est sur une herbe bien verte et encore humide que j’ai fait le premier pas de cet acte fou et improbable que je continuerai jusqu’à la fin.

Car moi, au beau milieu d’une nuit brûlante américaine, c’est l’aventure que je recherche, c’est l’interdit qui m’attire. J’ai soif de vie, j’ai soif de liberté. Elle joue de moi ma liberté, je la poursuis sur ce chemin depuis plusieurs heures déjà, je ne lâche pas, je ne lâche rien, je ne lâcherai jamais.


Je ne me dirige plus maintenant, mon corps fait le travail. Peu importe où il m’emmène, pourvu que ce soit loin. Loin de cette agitation humaine, de ce tourbillon aliénant, loin de cette société superficielle qui ne m’inspire plus que du dégoût.


« …1,2…1,2… »
Les deux chiffres s’entrecoupent et s’emmêlent brouillés par mon excitation. Chaque foulée m’éloigne du répugnant, me rapproche vers l’inconnu.
L’euphorie m’a surprise au détour du premier virage, lorsque j’ai compris que je ne pourrai pas faire demi-tour. Je suis désorientée, j’oublie où je suis, je ne sais où je vais.

Je me suis marié à cet inconnu-là, celui qui m’attend patiemment au bout du sentier sinueux, profitant calmement de cette matinée radieuse. Tandis que moi, le cœur en feu, le souffle court, j’arpente cette route boueuse pour rejoindre mon amant fou. Je l’ai épousé aveuglément corps et âme, car plus rien d’autre ne me retient.



Ce n'est pas une course comme les autres, celle-ci restera gravée à jamais dans mon histoire par la magie de l'instant, celle entourant le sentier interdit et ses alentours, celle que j'ai créé lorsque mon pied s'est posé dans l'herbe pour la première fois.
L'instant ou l'impossible devient possible, l'éphémère devient éternité, l'infini prend fin, me rêve devient réalité, l'invisible est vu, la perfection est atteinte, l'inconnu est rencontré.


Je cours le plus vite possible, comme si l'on me poursuivait, comme si je craignais d'être en retard au rendez-vous le plus important de mon existence, comme si je savais ce que j'allais rejoindre. Je cours à en perdre haleine, je cours comme jamais je n'ai couru, je cours pour vivre.

Oui, pour vivre.

Je veux vivre, je crève d'envie de vivre, chacune de mes enjambées le hurle au monde, à l'herbe verte, au vent du nord-ouest, au chemin marécageux, a l'humanité, et surtout à cet inconnu. À mon inconnu car il m'appartient désormais et je lui appartiens aussi puisque je lui ai montré l'immontrable, je me suis dévoilée à lui, je lui ai tendu mon âme et il l'a saisi.


Et pourtant le temps a perdu tout repère, les minutes deviennent années, les jours deviennent secondes, plus rien n'est inscrit dans le temps, plus rien n'est vieux ou jeune, plus rien ne presse. Pourtant je suis en retard, j'ai un rendez-vous et je suis poursuivie, le monde me pourchasse et me rattrape malgré moi, cette course est gagnée d'avance. Il ne me reste plus qu'à posséder cet instant le plus possible, à ne jamais le lâcher.


Il est trop tard pour rebrousser chemin, il est trop tard pour regretter. J’ai fait un choix, j’ai insulté le reste du monde, cet instant il est à moi, à moi seule et à personne d’autre.


Mon cœur brûle, brûle d'impatience, brûle d'espoir, brûle sous le soleil tapant des matinées d'août, il brûle en me hurlant que je vais dépasser mes limites, il brûle en savourant la transgression des interdits, il brule de peur et d'excitation, il brule de rage et d'amour.


Je courrai jusqu'au bout du monde, jusqu'à la fin de l'instant éternel. Mon arrêt sera ma mort, si je m'arrête je mets fin à la magie que seules mes enjambées maintiennent en vie, si je m'arrête je meurs car sans cette magie je ne peux plus survivre, c'est devenu une drogue, ma drogue, puisqu'il s'agit de moi, cette course me définit, cette magie est mon essence, l'instant est le mien, et il m'appartient pour l'éternité. Jamais je ne le lâcherai.


Cette course je ne la fais pas contre le monde, je la fais contre moi même, contre ma raison, contre ma mort. Mais pour le moment c'est la folie qui domine, mon moi vivant, sans lui je serais semblable à tous les autres. Cette folie je l'aime, cette folie je la veux, je la désire, j'aimerai qu'elle soit mon unique et seule définition, et je lutte pour elle, je lutte pour ma vie, pour mon être, pour mon existence.

Je suis ivre, ivre de folie, ivre de vitesse, ivre d'adrénaline, ivre d'amour, ivre de liberté. Je ne sens plus mon cœur brûlant ni mon souffle court, seulement cette ivresse à son paroxysme et son alcool à l'état pur dans mes veines. Depuis le début, je n'ai jamais couru aussi vite. Je ne vois plus le paysage, je ne vois plus le sentier, je ne vois plus mes pieds, je ne vois plus que la fin qui se rapproche dangereusement.


Elle arrive.

Et elle vient pour moi.




Dernière édition par Natiro le Mer 1 Mai 2013 - 21:19, édité 1 fois (Raison : changement de musique :))

Natiro
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 25
Date d'inscription : 03/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort).

Message par Natiro le Sam 15 Déc 2012 - 12:50








Je m’ennuie.

Oui je m’ennuie, je me fais chier, je m’emmerde si vous préférez.



Petite, mon jour préféré c’était pas Noël, c’était même pas mon anniversaire, ni même le premier jour des vacances.

Non, mon jour préféré, c’était la rentrée des classes. J’en rêvais mêmes pendant toutes les vacances. J’en voulais pas moi, des vacances en Bretagne avec mes parents à me morfondre toute la journée, moi je voulais me lever le matin sans savoir ce qui m’attendait dans la journée. Je voulais que ma vie soit refaite tous les jours comme à chaque rentrée des classes. Une nouvelle maîtresse, une nouvelle classe, de nouveaux camarades, de nouveaux programmes.
Ça c’était de la stimulation.


J’aime pas les choses sans surprise, les emplois du temps réglos, les avenirs prédéfinis. J’aime pas ressentir la saveur d’un plat avant même de le goûter, j’aime pas les conversations où les réponses des gens sont attendues, j’aime pas les films bateaux dans lesquels on devine la fin dès les premières minutes. J’aime pas cette sensation de futur ennui en visualisant l’avenir. Comme si ça c’était déjà passé, comme si je n’avais déjà plus rien à en tirer. Comme si déjà le simple fait de savoir me l’avait fait vivre et en avait retiré tout l’intérêt.



Ce que j’aime c’est l’incertain, le mystère, l’inconnu, l’aventure, l’excitation de la nouveauté, l’adrénaline présente en juste quantité.


J’aime voyager. Découvrir. Explorer. Rencontrer.


Oh oui, rencontrer. Quoi de plus beau qu’une rencontre entre deux humains. Le charme du premier sourire, la malice du premier bonjour, ou même la violence de quelques insultes. Deux vies qui se croisent pour un instant, deux êtres qui ne savent rien l’un de l’autre, un effleurement, un regard, et puis souvent l’oubli.


Parfois je rêve de n’être entourée que d’inconnus, de garder cette stimulation des premières conversations, lorsque les personnalités ne sont pas encore cernées.
Mais ça redeviendrait banal et ennuyeux comme le reste. Un peu comme porter son vêtement préféré tous les jours. Ou écouter sa musique favorite en permanence. Ça en devient lassant.
Certes, on en a besoin de l’ennui, on en a besoin pour mieux apprécier ces rares moments de stimulations. Mais quand même. C’est chiant.



Ma vie est chiante. Nos vies sont chiantes. Le monde est en pause. Les gens ne marchent plus, ne parlent plus, ne bougent plus, ne respirent plus. Ils attendent.
Attendre quoi ? Eux-mêmes n’en savent trop rien. Que ça se passe.

Parfois j’ai envie de les secouer tous. De les réveiller.

Parfois aussi j’ai envie de foutre le bordel dans ma vie, juste pour voir. Par curiosité. Dire merde à tout le monde. Ce serait super fun non ?

Oui, je sais ce que vous pensez, « C’est pour ça qu’on a inventé la vodka, la clope et le hard rock ».
Encore heureux tiens.



Les gens ne voient pas. Ils passent à côté des choses, ils les effleurent même, mais ils ne les atteignent pas. Le monde est à portée de main, mais il est ignoré.

Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi les compteurs affichent jusqu’à 200km/h alors qu’on n’est censé aller que jusqu’à 130 ?
Vous n’avez jamais voulu aller plus loin ? Vous n’avez jamais voulu partir à l’aventure ? Vous n’avez jamais voulu secouer tout ça ?



Moi je veux titiller l’aiguille du compteur, je veux m’enfuir avec un tueur en série belge, je veux escalader l’Everest en bikini, je veux rencontrer des maîtres de kungfu après m’être perdue au fin fond de la Chine, je veux faire du saut à l’élastique avec des pingouins au Groenland, je veux kidnapper des bébés chimpanzés congolais, je veux traverser le Sahara en vélo, je veux faire le tour du monde en trottinette, je veux partir à la recherche du Graal et d’Atlantide.


Moi je veux de la folie, je veux de l’action, du mouvement, de l’excitation.


Moi je veux aller à la rencontre du monde.




Natiro
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 25
Date d'inscription : 03/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort).

Message par Invité le Sam 15 Déc 2012 - 13:09

Ce n'est pas en le disant qu'on le fait ... le silence puis l'action sont toujours bien plus efficaces que les rêves.

Le monde est là, avec Ses beautés muettes et ses horreurs tonitruantes. Les humains en font partie, avec leurs œillères. Tu y est en plein, tu en fais partie.

A l'autre bout du monde, il y a sans doute des êtres qui ressentent la même chose que toi, une désespérance devant ce qui parait presque immuable, cette obscurité de la pensée devant une devenir que l'on croit fuyant.

Alors, qu'attends-tu pour aller au devant d'eux ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort).

Message par Natiro le Sam 12 Jan 2013 - 13:14

Invité a écrit:Ce n'est pas en le disant qu'on le fait ... le silence puis l'action sont toujours bien plus efficaces que les rêves.

Le monde est là, avec Ses beautés muettes et ses horreurs tonitruantes. Les humains en font partie, avec leurs œillères. Tu y est en plein, tu en fais partie.

A l'autre bout du monde, il y a sans doute des êtres qui ressentent la même chose que toi, une désespérance devant ce qui parait presque immuable, cette obscurité de la pensée devant une devenir que l'on croit fuyant.

Alors, qu'attends-tu pour aller au devant d'eux ?


Hihihi Smile

Merci pour ta réponse monsieur l'invité, je ne l'avais pas vue!
Relis mon message, je ne suis pas sûre que tu aies saisi complètement son sens. Il faut lire entre les lignes. Wink

Je ne suis pas d'accord avec tes premières phrases. Je pense que certains rêves sont faits pour rester au stade de l'imaginaire. Enfin là n'est pas vraiment la question.


Aller à la rencontre du monde, ce n'est pas un rêve. Je l'ai fait et je continue à le faire.
Ce que je voulais justement dire, c'est que l'ennui il faut savoir l'accepter. Je pense même qu'il faut apprendre à apprécier les moments de vide au lieu de les fuir. Et j'ai particulièrement souligné le fait que j'avais du mal à m'y résoudre.

Mais j'y travaille.

sunny

Natiro
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 25
Date d'inscription : 03/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort).

Message par Natiro le Sam 12 Jan 2013 - 13:39







Un soleil a frappé à ma porte



Aujourd’hui un soleil a frappé à ma porte
Alerté par des cris s’échappant de mon âme,
Vint précipitamment et m’aurait trouvé morte
Si je n’avais pas vu son reflet dans la lame.

Astre doré, rayon vaillant et téméraire,
Le couteau détourné, tu m’as prise dans tes bras
Guérissant toutes les blessures de la Terre
Et tu m’as dit que rien ne comptait plus que moi.

Âme soleil, esprit brillant et cœur en or,
Tu as comblé la brèche, repoussé tout le froid,
Construit un arc-en-ciel dans ce monde unicolore,
Combattu les ténèbres, tout cela juste pour moi.

Lumière fascinante, tu apprivoises les hommes,
Si tu es le soleil, eux sont les tournesols,
Noble sourire des cieux, c’est ainsi qu’on te nomme ;
Et moi, le sombre nuage qui cache leur idole.

Ô jour éclatant, regarde je suis la nuit,
Moi le démon je ne fais point partie des Dieux ;
Ô royal soleil, dans le ciel comme dans les yeux
Je n’ai jamais été capable que de pluie.

Ô mon soleil, vive lumière, dernier soutien,
Que vais-je faire ? Je ne puis vivre qu’en ta présence !
Mais allons donc, qui déplorerait mon absence ?
Oui, tu as dit m’aimer pourtant il n’en est rien.

Ce n’est qu’une illusion, ce n’est qu’un mirage,
Astre fou, ton cœur garde ta raison en cage ;
Tu ne m’adores point, et si c’était de l’amour
Je l’aurai qualifié d’aveugle et de sourd.

Soleil puissant, seule la plus digne te mérite
Ne t’en fait pas pour moi, je n’en vaux pas la peine,
Je n’ai plus rien d’autre à faire que prendre la fuite,
Je t’en prie va-t’en, je ne mérite que ta haine.

Mon cœur n’a jamais eu qu’une unique convergence,
Celui pour qui j’écris sincèrement ce poème
Et tu le resteras toujours, bien au-delà de mon existence,
Lis bien entre les lignes tu verras un « je t’aime ».

Dis-moi, que fais je encore ici? Je m’interroge,
Les aiguilles de ma vie indiquent minuit passé ;
Il est temps pour moi d’arrêter net cette horloge
Dont les bruyants rouages commencent à me peser.




Natiro
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 25
Date d'inscription : 03/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort).

Message par Natiro le Dim 13 Jan 2013 - 10:29




Vous avez déjà eu l'impression d'entendre du français quand un étranger parlait dans sa langue?
Démonstration en chanson sur l'hymne russe Very Happy :




Et une autre en bonus:




Natiro
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 25
Date d'inscription : 03/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort).

Message par Ise le Dim 13 Jan 2013 - 11:00

Un 'tit bonjour Natiro et un big sourire pour ces chansons !!!
Je vais recommander la seconde à une copine qui n'ose bizouiller la truffe de son toutou - préfère les toutous aux chimpanzés pour ma part ! - de ma part
Bonne année 2013 à toi grande penseuse introvertie (c'est ainsi que je te vois, tu peux rectifier Smile )

Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort).

Message par Natiro le Dim 13 Jan 2013 - 23:08

sunny


Merci ! Bonne année 2013 à toi aussi Ise, je te souhaite plein de bonheur, de rire, d'amour et de réussite !

(et non non, je penche plus du côté de l'extraversion moi)


sunny

Natiro
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 25
Date d'inscription : 03/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort).

Message par Natiro le Lun 14 Jan 2013 - 0:13



Ça vous est déjà arrivé d’aimer incroyablement quelqu’un que vous ne pouvez plus supporter ?



Sophie elle parle, beaucoup même.
Elle parle de tout et de rien, plus souvent rien d’ailleurs. C’est redondant : quelques ragots, sa vie, et surtout ses doutes, car elle manque terriblement de confiance en elle. Elle a une fâcheuse tendance à juger vite et mal, à faire des gaffes, à oublier les conséquences de ce qu’elle peut affirmer.

Sophie a un énorme complexe d’infériorité, c’est une angoissée de la vie qui ne vit qu’à travers les autres. Jusqu’à complètement s’oublier elle-même. Elle n’a pas d’avis, elle n’a pas de personnalité, elle ne fait que répéter idiotement ce qu’elle a entendu à droite à gauche, car c’est la plus grande victime des idées reçues et des préjugés que j’ai jamais rencontré. Sophie n’est pas conne, mais pas très intelligente non plus. Elle ne comprend pas grand-chose de la vie, au fond c’est toujours une gamine. Une gamine qui s’est mal construit, et qui souffre.

Sophie elle n’aime pas quelqu’un pour ce qu’il est, elle l’aime parce qu’il l’aime. Sophie, elle blesse terriblement, et manque trop d’empathie pour le comprendre. Elle n’écoute pas ce qu’on lui dit, elle s’en fout des autres, elle ne pense qu’à elle.

Sophie a une personnalité très moche, elle accumule les défauts, elle est jalouse, possessive, rancunière, pessimiste, lourde, égoïste, irréfléchie, bornée, immature, superficielle, flemmarde, irresponsable, hypocrite, susceptible et surtout : ultra influençable.

Sophie c’est celle que tout le monde déteste, car elle est détestable. C'est celle qu’on ignore ou qu’on évite, et elle fait tout pour.



Mais moi Sophie, je l’aime. Je l’aime de tout mon cœur. Je l’écoute, je la rassure, je la protège. Sophie est plus vieille que moi et pourtant elle est comme ma fille, c’est ma petite protégée. Je la comprends, à un point qu’elle ne peut même pas imaginer.

Moi j’ai essayé de l’aider, ça lui a fait mal et elle m’a détesté pour ça.

Sophie estime les mauvaises personnes, elle croit en ceux qui lui montrent ouvertement une affection hypocrite. Les gens autour d’elle n’en ont rien à foutre, ils ne comprennent pas, ils la supportent gentiment, mais ils la laisseront tomber à la première occasion.

Moi Sophie je lui dis clairement quand elle me fait chier, c’est à dire tout le temps. Mais au moindre problème je serai là pour elle. Encore hier je lui envoyais des sms d’encouragement pour ses révisions et j’annulais un rendez-vous important pour lui expliquer le cours en lui remontant le moral. Je n’ai pas pu m’en empêcher. Et le plus ironique c’est que je sais qu’elle ne fera jamais ça pour moi.

Parce qu’elle n’en a rien à foutre.



Sophie si tu me lis, je t’aime, je t’aime, je t’aime. Je ne sais pas pourquoi, mais je t’aime terriblement.


Natiro
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 25
Date d'inscription : 03/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort).

Message par Ise le Mar 15 Jan 2013 - 17:38

C'est super beau ce que tu écris
Je suis impressionnée par ta clairvoyance :
- tu l'aimes, mais elle ?
- tu l'aides, mais elle ?
- tu parles d'elle, mais elle ?
- tu penses à elle, mais elle ?
...
En fait tu te connais, tu te vois agir, tu continues...
Tu ne juges pas l'autre, tu la vois telle qu'elle est, et tu l'acceptes comme telle...
Je te tire mon chapeau chère extra-vertie !
king

Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort).

Message par Natiro le Dim 20 Jan 2013 - 2:00


sunny

Parce que cette musique me donne envie de rire, d'aimer, de pleurer, de chanter, de vivre, de rêver.





J'ai envie d'aller courir dans les rues enneigées de Paris right now.
I love you



Dernière édition par Natiro le Mer 1 Mai 2013 - 21:29, édité 1 fois (Raison : Renouvellement de lien)

Natiro
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 25
Date d'inscription : 03/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lisez-moi, je ne mords pas (trop fort).

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:58


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum