Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par kooper le Ven 24 Aoû 2012 - 19:40

Bonjour,

Après avoir passé les tests, je les fais passer à tous mes enfants (4) car on soupçonne certains de précocité, et d'autres ont quelques difficultés (difficultés d'attention, rêveurs, etc...)

Les psy annoncent aux enfants leur positionnement et leur score, et du coup mes enfants en parlent entre eux.
Pour ma part, je ne leur ai jamais communiqué les miens.

Pensez-vous qu'il faut en parler ouvertement et librement ?

Merci.


kooper
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 164
Date d'inscription : 27/06/2011
Age : 41
Localisation : Rhône-Alpes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par Bonkers le Sam 25 Aoû 2012 - 22:43

Pourquoi faudrait-il cacher des choses à ce sujet ?

Bonkers
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 244
Date d'inscription : 04/08/2011
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par boucledor le Sam 25 Aoû 2012 - 22:57

Mon fils a été testé hautement zébré à 5 ans. Nous ne lui avons jamais parlé de ce chiffre.
Mme Arielle Adda qui lui a fait passé les tests nous a fait un compte rendu qu'elle nous a commenté seul sans notre fils (elle ne souhaite pas la présence des enfants dans ce cas). En effet, elle estime que cela donne, pour quelques temps, une "longueur d'avance" aux parents pour les gérer.
Personnellement, je pense que le chiffre ne doit pas être un sujet de conversation ou de comparaison entre vos enfants. Le plus important est de comprendre comment chacun de vos enfants fonctionnent et comment les aider au mieux. En plus, si tous vos enfants ne sont pas des zèbres, il y aura beaucoup de soucis à venir avec les non zèbres dans un proche avenir.
Une autre chose est sûre, maintenant j'ai compris qu'il ne fallait jamais donner le "fameux chiffre" à l'éduction nationale: si votre enfant est à 125 ("c'est pas si terrible que ça") et s'il est à 160 ("je comrpend pas pourquoi il a besoin d'apprendre, il devrait déjà le savoir"). Son dossier scolaire ne comprend que le compte rendu sans la note finale est cela se passe très bien comme ça. Certains de nos amis qui en sont àleur 3ème ou 4ème enfant testé ne parle plus des tests aux enseignants pour éviter les problèmes et les remarques déplacées.

boucledor
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 5
Date d'inscription : 20/08/2012
Localisation : marne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par Invité le Mar 28 Aoû 2012 - 18:13

Sujet que je considère comme particulièrement sensible.

Certains psychologues considèrent que : même si un seul enfant de la même fratrie présente des traits laissant présager une surdouance, c'est l'ensemble de la fratrie qui doit être testée.

Il faut avoir conscience du fait que les relations entre frères ou frères et soeurs ne sont jamais simples puisqu'il existera toujours une "lutte" entre eux pour obtenir une première place (qui n'existe pas évidemment) auprès des parents.

Donc il faut déjà annoncer à la petite famille que rendez-vous est pris chez un psy afin de.... afin d'évaluer l'intelligence de chacun ? non, il vaut mieux trouver une autre réponse sous peine de les voir se positionner entre eux en "concurrents" et ruiner leur relation.

Afin de comprendre le fonctionnement de chacun, pour mieux les guider dans leurs choix plus tard, scolaires notamment, ça me semble être plus judicieux.

Mais...

après les tests les choses se compliquent car eux ce qu'ils veulent c'est se situer les uns par rapport aux autres (normal non, on leur apprend ça en classe Very Happy ).

Un enfant surdoué n'est pas un adulte miniature. Il ne faut donc pas compter sur sa maturité, il risque un jour de brandir ses résultats sous le nez de sa soeur ou de son frère au premier conflit.

Que les chiffres ne soient pas communiqués, c'est effectivement la meilleure solution mais de façon temporaire.

De toute façon, normalement, il aura étudié le sujet depuis un moment, ne pensez pas le surprendre. Et puis, il grandira et ressentira le besoin bien légitime de s'approprier son histoire.

L'après test correspond à un moment extrêmement difficile, sauf si l'on est dans le meilleur des cas à savoir que tous les membres de la fratrie sont précoces.

Celui qui aura obtenu des chiffres "dans la normale" aura également besoin d'être entouré, soutenu.

Faut-il parler de sa surdouance avec ses enfants ?

Je pense que oui dès l'instant où l'on ne se présente pas comme un être supérieurement intelligent laissant présager par là-même que la marche risque d'être trop haute pour lui.

Personnellement, je me suis présentée et je me présente encore comme "eip qui a mal tourné" Smile


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par Clemelle le Mar 28 Aoû 2012 - 18:39

je pense aussi que leur age au moment M est important...
ma fille n'avait pas encore ses 7 ans lorsqu'elle a été testée, et elle était présente pour le compte rendu, elle a donc entendu ce chiffre, mais ne m'en a pas reparlé ensuite, elle a aussi entendu mes "putain de bordel de merde" à l'annonce du dit chiffre (THQI) mais n'a pas été interpellée, elle dessinait à coté et n'a souhaité poser aucune question...

Un ado passant ce même test, n'aura pas du tout la même réaction je pense, déjà, on se pose davantage de questions etc... on se compare davantage qu'a l'age doux de l'enfance etc...
puis le tempéramment de chacun interviens, puis le psy et sa façon d'aborder la chose puis, puis,...

Ensuite, à partir du moment ou eux connaissent leur chiffres, ont une petite idée de ce que ça représente (c'est à dire pas grand chose) pourquoi cacher le sien ? ça laisse présupposer que tu te sens inférieure à eux et que tu ne veux pas leur dire (en tous cas moi j'interprèterai de cette façon) par contre s'ils pensent qu'effectivement le QI est un chiffre de classement etc... là tu peux tout à fait justifier ton silence, en expliquant qu'étant donné leur "mauvaise utilisation" de la donnée, tu ne vois pas l'intérêt de la leur communiquer et que du haut de leurs QI, ils ne restent tout de même que des enfants qui doivent apprendre à respecter la discrétion désirée des autres... (houla je ne suis pas sure d'être très claire ^^' )

Clemelle
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 986
Date d'inscription : 28/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par Invité le Mar 28 Aoû 2012 - 18:47

Je fais partie des personnes qui sont pour le test.

Simplement je souhaite attirer l'attention sur les risques possibles une fois les chiffres communiqués, chiffres dont le parent ne doit pas rester détenteur puisqu'ils ne lui appartiennent pas.

Pour faire simple, à mon avis il faut attendre que l'enfant ait suffisamment de maturité (attention je ne parle pas d'intelligence) pour lui communiquer les résultats chiffrés.

Un enfant qui a des prédispositions intellectuelles importantes est loin d'être adulte et il faudra attendre certainement un bon nombre d'années avant d'arriver à ce moment...

Concernant les résultats du parent :

Il est important que l'enfant soit convaincu qu'il pourra un jour "dépasser" son parent.


Dernière édition par paoline le Mar 28 Aoû 2012 - 18:52, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par Clemelle le Mar 28 Aoû 2012 - 18:51

il me semble que si ses enfants en parlent déjà entre eux c'est qu'à priori ils connaissent déjà leurs résultats... la question portait (d'après ce que j'ai compris mais j'me goure peut être) sur le fait de communiquer son chiffre à lui (parent)

Clemelle
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 986
Date d'inscription : 28/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par Invité le Mar 28 Aoû 2012 - 18:55

La personne qui a posté le sujet explique avoir fait tester ses enfants "car certains" présentaient des traits de surdouance.

Elle s'interrogeait ensuite sur l'éventualité de communiquer ses propres résultats à ses enfants.

J'ai donc traité les 2 parties du sujet.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par kooper le Mar 28 Aoû 2012 - 19:05

Alors pour résumer :

Historiquement, j'ai passé d'abord le test

Ensuite, pour le premier testé (le 3ème de la demi-fraterie - 8ans) - puisque c'est celui qui avait des problème de comportement à l'école (rèveries, lenteurs, dans ses pensées...), la psy ne m'a pas communiqué de chiffre, ni à lui (mais m'a communiqué un intervalle de 120/125), et le considère à la limite de la précocité. Par contre, comme la psy scolaire n'est pas spécialiste de la douance, je ne sais pas trop quoi en penser.

Le deuxième testé (le plus grand de la demi-fraterie- 12ans) a toujours été premier de la classe et le psy spécialisé dans la douance a communiqué un QI de 126, mais le considère comme précoce au vue de sa personnalité (synesthète, hypersensible, ...)

Je dois faire tester celui qui a 10 ans prochainement.

Pour ma part, mon chiffre est supérieur à le leur, mais je n'ai jamais communiqué, ni d'intervalle, ni de chiffre à mes enfants.

D'ou effectivement mes questions : doit on en parler ouvertement avec les enfants, de leur positionnement et du mien.

kooper
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 164
Date d'inscription : 27/06/2011
Age : 41
Localisation : Rhône-Alpes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par Invité le Mar 28 Aoû 2012 - 19:15

Très sincèrement je pense que non pour les raisons que j'ai évoquées.

Pour se construire l'enfant doit pouvoir se dire qu'il a la capacité de "dépasser" son parent plus tard. Donc si tu donnes tes chiffres...

Si aujourd'hui tout parait simple entre eux, tu risques de découvrir plus tard une réalité beaucoup moins idéale. Donc non, pas de chiffres.




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par Invité le Dim 16 Sep 2012 - 12:22

Parler de la douance, pourquoi pas, mais parler du chiffre me met mal à l'aise. Cela risque d'induire des comparaisons et guerres d'ego entre enfants ("Ha-ha ! J'ai un QI de 150, alors que t'es qu'à 130 ! Minable !!"), sans compter la peur que le chiffre "baisse" (peur que j'ai déjà vécue à l'adolescence) si on ne se cultive pas assez ou si on ne fait pas de choses "intelligentes/intelligibles"...Un chiffre ne veut rien dire en soi, et le gosse risque de croire que ça peut monter ou baisser à la demande comme le poids.
Ou bien si on en parle, je pense qu'il faut appuyer sur le fait que ce n'est qu'un indicateur, que cela ne veut pas dire grand-chose en soi.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par bepo le Dim 16 Sep 2012 - 13:40

Je suis bien d'accord ce QI n'est qu'un indicateur.
C'est la fameuse différence entre un facteur corrélé et une cause.
Et encore il faudrait que le concept de cause n'ait pas uniquement de signification dans le contexte de notre comprenette Humaine.

bepo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2509
Date d'inscription : 14/09/2009
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par mimie45 le Mer 2 Jan 2013 - 16:36

Bonjour Kooper, ta question date du mois d'avril...en as tu parlé depuis avec tes enfants ? Pour ma part, je pars du principe qu'un chiffre ne fait pas tout!! je ne suis pas d'avis de donner son propre 'score' à ses enfants. Ceci ne regarde que toi. J'aurai peur qu'ils aient envie de t'égaler un jour ou de toujours se sentir inférieur à toi, alors qu'ils ont de très très bonne capacités! Je vais te parler un peu de nous...
En ce qui concerne notre expérience familiale, nous avons 4 enfants de 6 ans 1/2 à 4 mois (trois filles et un garçon).
Ma deuxieme fille a été testée en avril 2012, elle avait 4ans 1/2 à ce moment là (132)
L'AFEP nous a conseillé de faire tester notre ainée (6 ans) pour ne pas faire de différence avec sa soeur et qu'elle se sente valorisée. Il s'est avéré que celle-ci n'est pas HPI (115) et la psy lui a expliqué qu'elle avait de très bonnes performances et qu'il fallait qu'elle prenne confiance en elle (grande timidité)
Mon mari s'est ensuite fait testé à l'été et a été reconnu HPI. Pour ma part, j'ai souhaité aussi passer les tests mais je n'ai pas eu de résultats concluants (car trop d'affects et d'angoisse au moments de la passation).
Les deux derniers sont encore trop petits pour etre testés, mais je pense qu'à l'avenir nous leur ferons passer!
Nous parlons librement de la précocité avec eux, bien qu'ils ne comprennent pas tout encore de cette singularité! Notre deuxieme sait qu'elle est précoce, et différente des autres enfants dans son fonctionnement de penser. Elle prend du plaisir à se retrouver avec d'autres HPI aux ateliers de l'AFEP. Elle sait que son père l'ait aussi, et c'est un peu une fierté d'etre comme papa: 'papa aussi çà va vite dans sa tête, comme moi !'.
Notre fille ainée, le vit bien je pense aussi...pour elle, sa soeur est un peu 'fofolle'. Il faut dire que l'ainée est très calme et bien sur la deuxieme court partout et parle tout le temps Laughing . Elles sont toutefois proches et jouent beaucoup ensemble (17 mois d'écart!), mais on chacune leurs amis. Pour ma part, je n'ai pas évoqué devant elles le fait que j'avais passé aussi les tests... je ne sais pas si c'est parce que je n'ai pas eu de resultats concluants (meme si au fond de moi je me sens zèbre! ), ou si c'est pour équilibrer un peu notre famille ("Lou est comme papa et Lily comme maman.."), meme si ce raisonnement ne me parait pas très bon...Comment ensuite devrons nous fonctionner quand nous aurons les résultats des deux suivants? La troisième m'a bien l'air zébrée aussi ! Je ne voudrais pas que mon ainée pâtisse de cette précocité ambiante alors qu'elle seule sera peut-être dans la normalité (même si comme l'a dit la psy, elle est dans la normalité forte, donc plus éveillée que ceux de son âge).
En tout cas, pour répondre à ta question, je ne serai pas pour parler des chiffres, que ce soit des tiens ou des leur...j'aurai peur qu'ils se jugent trop entre eux et se comparent. Alors que chacun a ses particularités et ses atouts à apporter aux autres, qu'ils soient ou non HPI ! Il faut qu'ils soient fiers d"eux-mêmes. Pour ma part, j'aime autant parler avec mon aînée (Lily) qu'avec ma deuxième (Lou). J'avoue que de temps en temps, elle ne va pas assez vite pour moi lol, et est trop cartésienne. Je me retrouve plus en Lou et sa complexité. Mais c'est ce qui fait que nous sommes complémentaires et que nous devons nous adapter les uns aux autres !

mimie45
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 20
Date d'inscription : 03/12/2012
Age : 37
Localisation : 45

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par fleur_bleue le Mer 2 Jan 2013 - 16:44

Chez nous, on est plusieurs enfants testés surdoués et d'autres testés mais pas surdoués. Nous connaissons nos scores, nous en parlons (enfin, les plus grands), et mon frère non-zèbre réussit très bien ses études (médecine, donc pas rien). C'est certainement un hypersensible aussi, en plus, donc il n'y a jamais eu de vraie différence, au moins dans le ressenti. Et parfois je l'enviais, parce que lui au moins, pour obtenir des résultats, il bossait... Je pense qu'il est davantage fier de ses réussites que je ne le suis moi, parce que tout bêtement, je n'ai pas vraiment fait d'efforts.

En tout cas, je pense qu'il est catastrophique de ne pas dire à un enfant surdoué qu'il l'est, vu les dégâts que l'ignorance peut faire sur des adultes détectés tard - et s'ils sont re-testés plus tard et découvrent le pot aux roses, ça peut entraîner une grosse déception aussi. C'est ce qui ressort des cas comme ça que je connais, au moins.

Edit: Mes parents ne sont pas testés.

fleur_bleue
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3766
Date d'inscription : 18/09/2012
Age : 33
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par mimie45 le Mer 2 Jan 2013 - 17:19

Ta réponse fleur_bleue est assez intéressante! en effet j'ai l'impression que si on parle librement de ces tests et chiffres sans a priori, les enfants peuvent grandir en le vivant très bien....Effectivement, plus on cache de choses, plus le doute peut s installer alors qu'il n'y a pas forcement de raisons. Cela me fait aussi réfléchir!
Je suis aussi de ton avis, de ne cacher en aucun cas à un enfant qu'il est précoce. Pour notre part, même si notre fille n'avait que 4 ans 1/2, nous avons été soulagé de le savoir et d'avoir des réponses! Elle aussi sait maintenant pourquoi elle se sent différente. Tu as l'air d'avoir bien vécu cela dans ta famille (nombreuse je pense?)! Ce n'est pas toujours facile de prendre en considération ses besoins, ses questions et ceux des trois autres ou de gérer le regard des gens qui ne comprennent pas ses questions ou ses réflexions ! mais qu'importe, l'important est de trouver un équilibre

mimie45
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 20
Date d'inscription : 03/12/2012
Age : 37
Localisation : 45

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par Dauphin le Mer 2 Jan 2013 - 17:41

C'est mon 2e qui m'a conduite chez la psy (enfin, c'était pour lui) parce que problèmes de comportements à l'école...Les tests étaient donc pour mieux connaître son fonctionnement...
Le 1er, s'est senti "nul" par rapport à cela, alors qu'en fait...mais rien n'y faisait, donc tests aussi...
Puis le 3e et la 4e: tous Z

Pour ma part, s'est en plongeant dans les bouquins pour décider s'il devait (mon 2d) passer les tests et en faisant appel à une association, que je me suis rappelé avoir aussi passé les tests (toutes les 3e de mon collège): et j'avais "réussi"...bref aucune clinique à côté...et aucun chiffre ni détaillé ni global...

Nous savons donc tous que nous fonctionnons différemment! Et là, pas question de cacher quoi que ce soit à ces Z: il était évident pour eux que moi aussi, j'étais pareil!

Ce que je me suis plutôt attachée à faire, c'est leur faire comprendre qu'à la maison ils avaient non seulement chacun leur place mais aussi leur espace de sérénité possible, et aussi les aider à expliciter les non-compréhension avec leurs non-alter ego...

Les atouts des uns peuvent aider les autres, je ne vois que là l'essentiel

Dauphin
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 41
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par fleur_bleue le Mer 2 Jan 2013 - 17:51

@Mimie45: Dans la famille, oui, ailleurs, c'est une autre paire de manches... J'imagine que dans une dispute, j'ai pu lancer à mon frère un truc genre "t'en sais rien, moi, je suis surdouée", mais je ne m'en souviens pas. Parfois on en rigolait en revanche, avec des "tu sais pas comprendre, j'ai eu un QI de 140 en verbal", réponse: "n'importe quoi, moi, j'ai eu un QI global de 145", "tu ne peux quand même pas comprendre"; "oui, parce que tu ne t'exprimes pas clairement!" Laughing On pourrait faire pareil sur les différences d'âge...

fleur_bleue
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3766
Date d'inscription : 18/09/2012
Age : 33
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par mimie45 le Mer 2 Jan 2013 - 18:45

Vos remarques sont des plus intéressantes et montrent 'oh combien!' il est important dans un complexe familial d'avoir été décélé HPI petit ! Pour ma part, j'ai toujours été un peu transparente dans ma famille, entre le divorce de mes parents et les difficultés de mon petit frère...moi je suivais facilement à l'école et le reste, donc on ne s'interessait pas vraiment à mes capacités ni mes questionnements. Ma mère il n'y a pas si longtemps, m'a même dit 'toutes les deux, on ne s'est jamais comprises!'. Ouah la claque...Pour mon mari zèbre egalement, lui c'etait le deuxieme (enfin pratiquement un ainé car 9 ans de moins que sa soeur partie vite de la maison). Le garçon tant attendu, dont on etait si fier .Il réussissait tout, mais pareil, n'a jamais été vraiment compris. Il y avait aussi le petit dernier en echec scolaire à s'occuper, et le travail très prenant des parents... Vos messages montrent combien il est important d'être proches de ses enfants HPI ou non, de se mettre à leur portée et les comprendre. J'ai hâte d'entendre ce même genre de phrases à la maison Razz ! Ils nous le rendent si bien!!

mimie45
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 20
Date d'inscription : 03/12/2012
Age : 37
Localisation : 45

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par Dauphin le Mer 2 Jan 2013 - 19:07

Ben je n'ai jamais été comprise par mes parents... Ma mère considérait que son rôle était de nous nourrir, nous habiller (j'ai un petit frère) et bien surtout, que tout le monde le voit...
Bref à des milliers d'années lumière...

Mon père ne s'est jamais occupé de moi que lorsque ma mère n'y arrivait plus... D'une crédibilité!...

Il commence à peine à s'en mêler lorsque ça "dérape" avec mes enfants, pour la faire "dédramatiser"...et encore, il en aura fallu des explications (de ma part)...pour la petite histoire, mon aîné fêtra le 20/01 ses 19 ans...

Je vous dit ce qu'elle a dit à Samuel (1er testé, à 8ans) juste après le RV pour le compte-rendu: c'est pas parce que tu as un QI de... que tu peux faire le malin... affraid Lui était au 36e dessous à l'époque... Colère rentrée ccl: elle est vraiment pas Zèbre Boxe

Dauphin
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 41
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par meï le Mer 2 Jan 2013 - 19:39

ici on a testé un peu tout le monde au fur et a mesure mais plus par pression exterieure!!(école..)
et on en parle (peu) mais librement.
les chiffres n'ont ps été sujet de discu.*le dernier, testé thqi (150qit) lui s'en fiche...(de son chiffre.)par contre en efet, difficile de ne pas en parler du ttou puisqu'il est ds un dispo..hpi. Wink
le second (eip)aussi (encore plus.) mais lui est plus msicien, (en cham.)et mon grand s'en sort le mieux en classe (brillant) et pas eip (mais sup..)donc, bref, une fois les explications données a chacun par les psys, on est passes a autre chose.
ici on palre plus des dificultés eventuelles de mamn (je suis aspie hqi) par ex, avec humour souvent..donc la douance, l'autisme, tout ça, c'est discuté en fonction des besoin, sans aucun tabous.Parfois lors de repas avec amis (vrais amis, hein..) plus comme une sorte de specificité de chacun, neurodiversité.
je n'ai d'ailleurs jamais reflechi a totu ça.(comment en parler, etc..) c'est venu naturellement par besoin.

j'espère que vous trouverez les réponses au fur a mesure pour vous... Wink mais plus on est naturels avec ça, plus les enfants le sont.
(ils savent evidement qu'en dehors de notre microcosme, on en parle pas... Wink )

meï
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1247
Date d'inscription : 26/07/2009
Age : 43
Localisation : à l'Ouest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par Dauphin le Mer 2 Jan 2013 - 21:07

(ils savent evidement qu'en dehors de notre microcosme, on en parle pas... Wink )

C'est aussi le cas chez nous, et ils en comprennent vite l'intérêt...vu les "rejets" vécus auparavant...

Dauphin
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 41
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par emilie64 le Lun 28 Jan 2013 - 9:29

Bonjour,

J'ai 2 garçons, dont un testé et confirmé zèbre. Il a 6 ans. Personnellement, j'en parle très librement, aussi bien avec lui qu'avec ses enseignants et avec les autres mamans. Je ferais probablement attention avec les mamans dont les enfants galèrent à l'école, mais c'est plus par souci de ne pas les blesser que par peur du rejet. Pour l'instant, ça se passe plutôt bien.

Dans mon métier (coaching), j'apprends aux gens que cacher ce qu'on est vraiment est très coûteux en termes d'estime de soi + énergie + temps de cerveau disponible. Je m'applique donc autant que possible à me montrer telle que je suis, et j'apprends à mes enfants à faire pareil.

Je crois que ce n'est pas parce que certains ne comprennent pas et rejettent la zébritude qu'on doit se cacher.

Si une personne a un problème avec la douance, c'est son problème, pas le notre. Ce n'est pas le zèbre qu'elle rejette, mais l'idée même du zèbre qui fait écho avec des choses douloureuses en elle.


emilie64
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 8
Date d'inscription : 22/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par Invité le Lun 28 Jan 2013 - 17:34

Super ce que tu dis Emilie, cacher ma vraie personnalité m'a beaucoup coûté (et une dépression, une !) mais maintenant me voilà reconnue, précoce, surdouée, zèbre, quoi, à 23 ans ? Et si je l'avais su avant ? Tu es coach en quoi ?

A la démarche inverse, je fais tester ma famille Very Happy Ma mère le passe demain, mes soupçons se portent vers mon frère, ma tante, mon grand-père... Selon les sensibilités de chacun, j'en parle plus ou moins directement. Pour les hommes, je laisse pousser des graines, je les laisse m'observer et se comparer pour qu'ils prennent la décision seuls. Ma mère je lui parle petit à petit, de mes idées, ma vie, tout ce qu'elle ne soupçonne pas, je lui explique son fonctionnement.

Je veux que ma tribu se sente à l'aise avec la douance ! Je n'ai pas encore d'enfants, et je doute leur communiquer le chiffre, surtout si je vois qu'ils sont fiers d'eux, sauf s'ils me demandent. J'ai beaucoup souhaité enfant qu'on m'apprenne plus "vite", mais ne trouvant pas les pairs, j'ai trouvé toute seule... On est en avance, mais la maturité ne suit pas, d'ailleurs même nous sommes souvent cantonnés à être des immatures.

Je souhaite que la douance, comme beaucoup d'autres sujets, ne soient plus tabous. Un jour, on arrivera à expliquer que les chiffres ne sont qu'une mesure à un moment donné, une photographie d'une intelligence mesurée par des tests imparfaits, une intelligence que l'on n'arrive pas pour le moment à définir dans toute sa complexité.

Enfants HP comprennent beaucoup de choses, même s'ils font mine de rien. Je n'ai jamais supporté d'être traité comme une enfant, avec l'incompréhension de ces adultes qui me semblaient si bêtes et coincés avec leurs tabous. Surtout qu'hypersensibles, ils ne sauront pas leurs chiffres, mais ils sentiront que vous le cachez et que vous êtes mal à l'aise...

Mes enfants vont être insupportables, je les aime déjà... Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par kitty_softpaws le Lun 28 Jan 2013 - 18:48

Bonsoir,

J'ai une question pour ceux qui ont appris leur douance tard. Enfin pendant ou après l'adolescence. Comment l'avez vous annoncez à votre fratrie?

Colours a écrit:Super ce que tu dis Emilie, cacher ma vraie personnalité m'a beaucoup coûté (et une dépression, une !) mais maintenant me voilà reconnue, précoce, surdouée, zèbre, quoi, à 23 ans ? Et si je l'avais su avant ?
Colours en as tu voulu (en quelques sorte) à tes parents de ne pas l'avoir vu ?
Quand j'en parles avec ma mère elle me dit souvent qu'elle pensait que ma grande soeur me stimulait et que c'est pour cela que j'étais en avance pour parler et réclamer d'apprendre. En général un peu désœuvrée elle rajoute "qu'est qu'il aurait fallu faire? "

Par contre comme j'ai été testé à l'adolescence et que à cette période les relations dans la fratrie étaient au plus bas, nous n'avons rien dis à mes soeurs. Par peur de la divulgation d'une part, mais maintenant je me pose la question de devoir ou non le dire à mes soeurs ? De nature assez angoissées, j'ai peur qu'elles ne perdent encore plus confiance en elles avec une quelconque comparaison. Souvent quand on parle des cours je me sens presque coupable de ce qu'elles appellent "mes facilités" qu'elles n'ont pas.

J'ai essayé de leur faire comprendre à demi mots en leur faisant lire des passages de bouquin lors de la préparation d'un exposé sur la douance dans l'espoir que ça leur saute au yeux mais rien. (Y aurait il une erreur de diagnostic?). D'ailleurs j'avais fait cet exposé car j'étais rejeté dans ma classe, j'ai eu l'espoir que quelqu'un comprenne et m'aide ( peut -être la prof? ) ou vienne vers moi. J'ai été très déçu No
Qu'elle est la meilleure façon de l'annoncer des années après ?? confused confused

kitty_softpaws
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 11
Date d'inscription : 25/01/2013
Age : 24
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par Ise le Lun 28 Jan 2013 - 18:52

Dans ma belle-famille il y a un surdoué décelé à 7ans (il en a 12 aujourd'hui). Grande fierté de son grand-père, mais ça se chuchote... Jusqu'en avril dernier : je lis "je pense trop", je fais une TS, passe 2 mois en HP, en sors et passe les tests : j'en suis !
Je le dis à mon mari, il a l'air de le prendre...plutôt bien !
Je le dis à mes enfants. Mon aîné a 15 ans et on vient de le découvrir dyslexique. Il se sent nul. Je lui dis que pour moi si on l'a découvert si tard, c'est qu'il est comme moi. Il a passé les tests en décembre, négatif, mais avec le complément personnalité et le suivi de la psychologue il a repris confiance en lui et est très motivé.
Mon second a 14 ans et me dit "et moi ?". Je lui dis "toi on a toujours su que tu l'étais, on t'a toujours"nourri" en conséquence."Et je lui fais lire un article sur les surdoués. Je lui propose les tests il n'en voit pas la nécessité.
Voilà. Donc on sait qui l'est mais chacun garde son chiffre pour lui.
Je pense que notre façon de gérer cela est la nôtre. Avec nos personnalités. Ca nous convient comme ça. Et je pense qu'il y a autant de façon de gérer cela que de familles !
Idem par rapport aux "extérieurs" : famille élargie, amis, profs, collègues...
Ah oui j'ai oublié de finir la petite histoire par laquelle j'ai commencé, comment ça a passé auprès de la famille élargie... Personne ne m'en parle. Moi j'en parle. Mais c'est marrant comme le comportement de mon beau-père (le grand-père du début) a changé... Il y a comme qui dirait un peu plus de respect de ma personne, un peu plus d'écoute lorsque j'ose ouvrir le bec ! Rien que pour ça je suis super contente d'être "surdouée". En revanche côté parents je l'ai déjà dit sur un autre fil, ça a commencé par "c'est pas parce qu'on a une fille surdouée qu'on va être fiers", et petit à petit je les apprivoise... Ben oui ils découvrent que j'existe, que parfois je parle, et maintenant ils écoutent. Alors que j'ai toujours été transparente...
Enfin voilà, toute une histoire, qui a commencé il y a quelques mois et qui continue, avec ses surprises, ses rebonds, ses chutes profondes, mais grosso modo plutôt bien

Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Famille testée, faut-il en parler ouvertement ?

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:31


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum