Je est un regard

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par follofficielle le Sam 10 Nov 2012 - 22:23

Gagné,
elle ne t'en parlera plus.......tu imagineras,
Saoule toi bien.
Mais garde la classe.

Emo est un écrivain pas un paillasson,
et toc, Essilla.
from Follof

follofficielle
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 692
Date d'inscription : 09/10/2012
Age : 57
Localisation : lyon

http://nathirouve.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Dim 11 Nov 2012 - 2:26

Les potes sont partis. Heureusement j'ai vu à leur gueule qu'il n'était pas dans de meilleurs dispositions que moi alors je n'ai pas eu à faire semblant et progressivement, à nos rythme on est tous sortis de nos mood badant pour arriver au plaisir qu'on a à être ensemble.

Et Follof' il est possible que j'imagine, peut-être pas, je crois pas en être là pour l'instant. Si à un moment Essila commence à être présente à mon esprit et à mon coeur à ce point je me déclarerais, quelques soit mes chances. Si j'en arrive là c'est qu'une relation "amicale" ne sera clairement plus possible pour moi (trop douloureuse) et que ce sera une relation amoureuse ou pas de relation du tout. Je n'en suis pas là et peut-être que je n'en serai jamais là alors pour l'instant je propose des règles communes pour ne pas souffrir inutilement et pour ne pas lui faire payer ma souffrance malgré moi.

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par follofficielle le Dim 11 Nov 2012 - 6:45

Je comprend, j'avais trop vite lu : me manquait que tu lui racontais "aussi" tes histoires de coeur ou de cul.

elle à dit "d accord"

j'entends "à ce point je me déclarerais".
?

follofficielle
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 692
Date d'inscription : 09/10/2012
Age : 57
Localisation : lyon

http://nathirouve.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Lun 12 Nov 2012 - 11:07

Follof' je vois un "?" dans ton post mais je ne vois pas la question ou l'interrogation...

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Lun 12 Nov 2012 - 11:42

Bon aujourd'hui petite journée:
- Déjeuner avec une cop's
- Rdv pour faire du bénévolat dans une asso' d'aide au devoir de mon nouveau quartier
- essayer de trouver un complément de revenu pour les deux mois qui viennent qui vont être très très serrés niveau budget.

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Ven 16 Nov 2012 - 1:20

Bienvenu dans le monde des grandes personnes. Je me dis souvent ça. Bienvenu dans le monde des grandes personnes. Pourtant je ne vois que des gosses autour, au boulot et ailleurs. Je préférais l’époque où je pensais que les gens étaient fous, j’avais juste à rester à distance. Maintenant que je les vois comme des enfants c’est plus compliqué. Maintenant que j’ai besoin de les côtoyer pour survivre c’est plus compliqué.

***

Du temps a passé. Passé, pas comme je l’imaginais, pas comme un fleuve, ni comme une course autour du cadran, passé comme un bus. Passé comme un bus que l’on ne prendra plus. Les pages se sont tournés et ont brulées, certaines dans une douce chaleur, d’autres ce sont consumée si lentement que même un fin liseré rouge n’aurait pu m’avertir que cette page elle aussi disparaissait, je remarquais juste que les lettres m’étais de moins en moins lisible, que je ne pouvais plus déchiffrer les mots, ni les phrases, que je ne voyais qu’un voile noir qu’une obscurité sans fin, puis un accident, une brise, un souffle, un geste moins précautionneux et la poussière brune révélait soudain une autre page derrière mes larmes.
Puis un jour je me suis surprise à prier pour que les pages brulent et brulent, je n‘espérais plus garder ces traces d’une vie qui de toute façon ne me plaisait pas, je n’avais qu’une envie, un but, voir les pages tourner et tourner et bruler et bruler, finir ce livre que finalement je n’avais pas commencé, qu’on m’avait imposé, mais que je devais finir pour parcourir le mien. Non. Pour écrire peut-être. Non. Arrêter la fiction, vivre. Laisser à d’autre le loisir d’écrire et de lire, leur laisser le plaisir de rêver les rêves d’autres, d’offrir des rêves dont il n’ont jamais voulu à d’autre comme on se débarrasse d’une couverture trop usé reçu en héritage, dont on n’ose s’avouer que l’on ne l’offre que par honte de la jeter, de la bruler.

***

Je suis seule. Je l’ai toujours été. Parfois je croise un regard, dans ces yeux je me vois, je ne sais pas s’ils me reconnaissent comme je les reconnais, je sais juste que je me vois. Non. Je vois cette autre que pendant longtemps j’ai craint de voir réapparaitre à ma porte me regardant comme on regarde une enfant qui ne serait jamais sorti de son jeu, comme une actrice continuant de jouer son rôle dans sa cuisine des années après les derniers applaudissements, comme on regarde une folle, avec un mélange de dégout et d’étonnement. J’ai cru l’entendre parfois sa voix qui me disait « Qu’est-ce que tu fous là ? », j’ai cru l’entendre chez moi, j’ai cru l’entendre dans les bras des hommes que j’ai aimé, j’ai cru l’entendre à chaque fois que je me sentais quelque part un peu à ma place. Je n’ai fait que croire, elle n’a jamais franchi le pas de la porte, n’a jamais prononcer ces quelques mots, elle a brulé au milieu de milliers d’autres mots dans les premières pages, avec le nom que l’on ne m’a pas donné et l’enfance que je n’aurai jamais.

***

Alors j’écris entre deux verres, entre deux lits, entre deux fuites. Non. J’écris pour me lire, me reconnaitre, voir ces yeux qui sont les miens. Voir mon regard.

***

Lui, je l’ai haï. Lui, je l’ai aimé. Lui… Encore aujourd’hui je repense à lui. Il a été un monstre pour moi, il a été un ange pour moi. Il est un homme, seulement. Je lui en ais tant voulu de ne pas être cet ange, cet archange que j’entrapercevais parfois. Je lui en ai tant voulu de ne pas être autre chose qu’un homme. Je m’en veux tellement de ne pas… Non. Ces pages aussi ont brulé. Dans une douce chaleur qui ne nous suffisait pas à nous qui n’avions connu que l’hiver, nous avons attisé et souffler, jusqu’à ce qu’un brasier consume notre histoire et nous laisse transis et gelés de nouveau. Mais nous avions connu la douceur d’un foyer, quelques jours seulement, mais quelques jours où nous avons senti pour la première fois. Après ça, les peines et les douleurs, les fatigues et les combats n’ont plus jamais eu le même goût. Pour qui n’a jamais connu la chaleur d’un foyer tout est vain, le bois est inerte, l’étincelle éphémère, mais un instant suffit pour savoir que, peut-être, un jour, l’étincelle durera et le bois s’animera.
Cet instant nous nous le sommes offert l’un à l’autre.
Sans cet instant ma vie n’aurait jamais compté à mes propres yeux, depuis je sue, saigne et pleurs, et creuse la terre de mes ongles pour me bâtir un foyer dans le cœur, un foyer fait des pages noircis de mon passé, du bois rouge des forêts que je traverse, un foyer dont les flammes ardentes me réchaufferons et dont les braises douces éclaireront mon visage.
Un jour se foyer sera prêt, je le sais, ce jour il ne manquera plus qu’un toi.

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par follofficielle le Ven 16 Nov 2012 - 17:31

Je n'arrive plus à m'interessée aux histoires d'amours.
Heureusement, que c'est bien écrit. Tout ce feu!

follofficielle
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 692
Date d'inscription : 09/10/2012
Age : 57
Localisation : lyon

http://nathirouve.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Sam 17 Nov 2012 - 3:08

Surprised

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Lun 19 Nov 2012 - 21:30

« C’est l’heure du petit déjeuner ! » Les fenêtres s’ouvrent et le froid me traverse, les volets s’ouvrent et la lumière m’envahit « Allez, il y a école aujourd’hui il faut se lever » Elle retire la couverture et je lui souris, mon sourire est une grimace, je le sens, mes yeux me piquent, je suis à deux doigts de pleurer, mais je n’ai plus de larmes. J’ai tellement mal, je voudrais me rendormir, quand je dors je ne souffre pas « Allez ça suffit maintenant le déjeuner est prêt je t’attends en bas. » Je me lève difficilement, je voudrais mourir tellement c’est dur de devoir quitter mon lit. Je rentre sous la douche, je suis nue et j’ai froid. Allez ! Ne sois pas lâche ! Allez ! Soit forte ! Allez ! Je tourne le robinet d’eau froide à fond et l’eau m’arrache un cri étouffé quand elle me parvient. Je grelote et claque des dents et mes larmes n’en finissent pas de ne pas vouloir couler, elles m’emplissent et bouillonnent et refusent de sortir. Je me frictionne avec un gant de toilette rèche, ma peau est rouge à force de frotter. Je coupe l’eau et j’ai encore plus froid. Le dos courbé, les épaules en dedans, les genoux fléchis comme une vieille femme, je vois mes lèvres bleuies dans le miroir.

« Ton thé est près, tu en as mis un temps ! Tu veux des tartines ou des biscottes ? Il faut finir les tartines, ton père en a fait griller trop, il ne faut pas perdre. Je suis bien contente d’être debout j’ai fait un cauchemar horrible, j’étais poursuivi par un chien affreux et personne ne faisait rien pour m’aider, évidemment. Mais bon n’en parlons plus "c’est passé : c’est passé". Voilà la confiture. Et au fait ce week-end nous allons chez papy, je sais c’est ennuyeux mais la famille c’est important et il doit se sentir tellement seul maintenant, tu veux que je te réchauffe un peu ton thé ? Mon thé ? Où j’ai posé mon thé ? » Elle me regarde, je hisse le coude à hauteur de table, le bras plié, le doigt vers le plan de travail. « Je suis tellement tête en l’air ! » elle sourit « Ton thé est chaud de nouveau, tu ne t’es pas coiffée ? Attends j’ai un élastique, tu sais pas ce qu’ils ont inventé hier au boulot ? » Ma tête est tiré de droite à gauche, je sens mes cheveux se resserrer comme un filet autour de mon crâne « Je voulais t’en parler quand tu es rentrée de l’école mais tu es montée directement. Surement que tu étais fatigué. Mais bon, bref au boulot… Voilà, tu auras l’air un peu moins négligé avec ça pour te tenir, tu aurais pu faire l’effort de passer un coup de peigne tout de même, des fois tu tiens vraiment de ton père, ça aurait pris cinq minutes, tu n’as pas touché à ton chocolat et à tes tartines. » Elle me fixe. Je m’entends lui dire que je n’ai pas très faim, je sens cette grimace sur mon visage, les coins de mes lèvres déformés par une mimique se voulant joyeuse et les muscles autours de mes yeux crispées pour retenir des larmes inopportunes, c’était sous la douche qu’il fallait pleurer, pas maintenant, pas maintenant ! « Pas de caprice. Je n’ai pas envie d’être appelé par ton lycée parce que tu t’es évanouis, ce n’est clairement pas la journée pour ça. Fais un petit effort et mange. » Elle se retourne pour vider le lave-vaisselle. Je prends une tartine et la trempe dans le liquide froid devant moi, je lutte contre moi-même pour conserver dans ma bouche la pâte humide, presque gluante, qui en résulte et avale en retenant un haut le cœur. Je reproduis deux fois la manœuvre, concentrée sur le fait de ne pas recracher, ne pas recracher, avaler, avaler. Je ne pensais pas que ce serait un jour si dur de manger. « Arrête de faire la gamine, je n’ai pas le temps de jouer à ça. Et accélère un peu tu vas me mettre en retard. » Je regarde la tartine à peine entamée, le bol encore si plein malgré le liquide étranger et froid que je sens dans mon ventre, et je réalise que je ne pourrais jamais finir. « Arrête de jouer, je n’ai vraiment pas le temps-là : Allez ! » Je prends la tartine et l’enfonce le plus loin possible dans ma bouche, je mâche et remâche, je soulève le bol et en déverse une lampée pour m’y aider, j’ai envie de vomir, la nourriture n’a pas l’air d’une nourriture, je suis au bord de vomir comme si je faisais quelques chose de contre-nature, comme si le pain était la chair d’un proche, mon breuvage son sang. Les digues ont rompu, les larmes ruissellent le long de mes joues et je continue à me remplir la bouche, à mâcher, à remâcher, à ne pas vomir, je ne vois plus ce que je mange, je ne vois plus la cuisine, je ne vois plus personne, je ne fais que sentir cette mixture écœurante qui emplit ma bouche, mon ventre, mes dents qui la décompose un peu plus qu’elle puisse se répandre dans ma gorge. « Bon, j’ai vraiment pas le temps de jouer j’y vais tu prendras le bus, pour changer. » J’entends quelques pas, des bruissements de tissus, des tintements de clefs et une porte qui se referme.


***

Dans le bus je sens des regards sur moi, je regarde la vitre la plus proche pour ne pas croiser ces regards, je ne ressemble à rien, je ne suis pas coiffée, je suis cernée, j’ai le visage froid et dur, ils se demandent comment on peut oser sortir comme ça. Certains ont pitié, d’autres sont dégoutés. Je fixe un point noir sur la vitre, j’y mets toute l'attention dont je dispose, et je me dis que je n’ai pas froid, que je n’ai pas mal, je me dis que je ne suis pas une faible, que je ne suis pas une lâche, que ces autres qui me dévisagent seraient resté chez eux, ils auraient fuit, mais moi non, je souffre mais j’avance, et je souris, je n’ennui personne avec mes soucis, je ne me plains pas, je ne suis pas une pleurnicharde, je ne suis pas faible.
En descendant du bus je croise un regard, une vieille femme qui sourit en me regardant. Les larmes me viennent je presse le pas et les ravale : Je ne lui ferais pas le plaisir de pleurer, je suis plus forte que ça.

Je m’installe devant le lycée, j’ai l’impression que tout le monde me regarde. Je m’en fous : Qui sont-ils pour me juger ? Ils se croient meilleurs que moi ? Ce sont des faibles, des faibles. Je les hais, je les méprise, je les… Il est là. Il fume une cigarette. Nos regards se croisent et il sourit, il se moque, il se moque de moi. Je me lève. « Pour qui tu te prends !? Espèce de cancre ! Je suis dix fois meilleurs que toi espèce de naze ! Tu crois que tu me connais ?! Tu crois que tu sais qui je suis !? Avec tes grands airs tu te crois malin ?! Tu te crois beau !? Tu crois que quelqu’un t’aimes !? Tu n’es qu’un cancre tout ce que tu peux faire c’est amuser la galerie, faire le brave en insultant les profs ! Et quand tu te feras virer tout le monde s’en foutra ! Tu les amuses pour l’instant mais ils te laisseront tomber, et tu seras seul, tout seul ! Ça te fais rire, hein ? Tu fais le fier, hein ? Mais regarde-les ! Ils pensent comme moi, que t’es qu’une merde ! Une putain de merde !
- Ça va ..? » C’est Chloé, elle me regarde comme une bête étrange, comme une folle, elle essaie de sourire mais ce n’est pas un vrai sourire. Je ne l’ai pas vu s’approcher je hurlais tellement fort que mes yeux se sont fermés. Il est là, il n’a pas bougé, il sourit, il sourit et ces yeux, ces yeux qu’il a… il… sourit et une larmes coulent le long de sa joue gauche, je ne sais pas si quelqu’un d’autre se rend compte que c’est un pleurnichard. « …t’es sûr que ça va ?
- Foutez-moi la paix allez tous vous faire voir ! » Tout le monde se tait, il me regarde tous, ma gorge me tire, j’ai mal leurs yeux me font mal, ils savent, ils sont tous au courant maintenant, ils voient que… Je m’enfuis je bouscule deux ou trois personnes sur le passage, l’une tombe. Loin derrière moi, j’entends une voix crier mon nom dans une supplique.

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par follofficielle le Lun 3 Déc 2012 - 8:21

je croyais avoir posté :
"bon, on attend la suite"

Mais j'avais du renoncer pour ne pas te brusquer.
Je brusque, donc, finalement

follofficielle
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 692
Date d'inscription : 09/10/2012
Age : 57
Localisation : lyon

http://nathirouve.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Mar 11 Déc 2012 - 14:38

Internet est de retour, je passe et jette un œil et voit ton message Follof' (en passant ton pseudo m'évoque le terme "Patient désigné" utilisé en psychologie). Je ne veux pas mettre la suite directe de ce texte (il y a une soixantaine de pages) par contre je peux poser un autre extrait :

Ils sont la tête dans leur bouquin, y sont persuadés qui vont apprendre des trucs juste en regardant des lettres enfermées dans des piles de papier estampillées du sceau du ministère de l’éducation nationale (éducation nationale, ça veut tout dire, éducation nationale, elle est passée où l’instruction publique chère à Condorcet ? C’est pas tout de faire des lycées de bourges à son nom faut respecter ses idées. Tu verras que bientôt on aura un ministère de l’élevage salarial… (Bordel, c’est quand qu’on est passé du travailleur au salarié ? Du métier au travail ? (étymologiquement parlant y a pas la notion de douleur ou de peine dans travail ? Je sais que dans ouvrier il y a œuvre, artisan il y a art (y a une définition au mot art ? J’ai l’impression que tout le monde met un peu ce qu’il veut dans ce mot comme pour amour(Vous pourriez prendre des notes.)…)…)…) …)
« Pardon ?
- Vous avez la volonté affichée de rater votre année, mais vous pourriez au moins prendre des notes ?
- Pourquoi ?
- Pardon ?
- Vous dites que j’ai la volonté de rater mon année alors pourquoi est-ce que je prendrais des notes ?
- Ne faites pas le malin ! »
Je crois que je vais me faire virer si ça continue.
« - Ou plutôt, si. Continuez. Dites-nous, vous qui êtes si malin … Qu’est-ce qui a provoqué la seconde guerre mondial ?
- Ben, la crédulité des gens.
- Très bien on voit que vous avez beaucoup réfléchi à la question. » Son ironie me tape sur le système.
« - Si les gens n’était pas si crédules, ils n’auraient jamais gobé que tous leurs problèmes pouvaient être réglés en allant piquer les terres du voisins, surtout si ledit voisin continue de vivre sur ces terres.
Si les gens n’étaient pas si crédules, ils auraient compris assez vite que filer tous les pouvoirs à un petit nerveux qui passe son temps à dire que tous leurs problèmes sont de la faute des autres, c’était le meilleur moyen de partir droit vers des conflits interne et externe, parce que si c’est la faute des autres qui sont des méchants et qu’en plus c’est une question de race si y sont méchants, ben y a pas trente-mille solutions, on pourra pas leur faire changer de race, les enfermer tous coûte du pognon qu’on a pas, alors la solution la plus logique ben c’est la guerre à l’extérieur et à l’intérieur la solution finale.
- Vous savez que faire l’apologie de la Shoa est interdit par la loi ?
De quoi il me parle ? Pourquoi y change de sujet ?
- Et alors ?
- Vous êtes en train de dire que la solution finale était une solution logique, vous savez combien de gens sont mort ?
- Des millions y paraît. Mais je vois pas le rapport, je ne dis pas que c’était bien mais que c’était logique.
- C’était inhumain !
- Faut être clair ou on est en cours d’histoire ou on est dans un cours de morale, on peut pas faire les deux en même temps.
- Vous voulez m’apprendre mon métier ? Vu votre parcours scolaire ? Vu vos notes ?
Ça dure beaucoup trop longtemps comme échange, on va encore dire que je perturbe le déroulement des cours, on va encore me mettre un rapport.
- Qu’est-ce que vous faites ?!
- J’aime pas perdre mon temps, on sait tous les deux comment ça va se passer : je vais vous répondre, vous allez vous énerver encore un peu plus, puis je vais vous répondre de nouveau puis vous allez me virer de votre cours. Alors je range mes affaires.
- Qu’est-ce qui vous permet de dire que je perds mon sang-froid ?
- Vous êtes tout rouge, vous hurlez et vous postillonnez. »
Des rires.
« Dehors !! »
Y a des fois où j’aimerais avoir tort.
Au moins mon sac est prêt.

Pourquoi je me suis pas simplement tu ? Pourquoi j’ai pas simplement fermé ma gueule ? C’est pas compliqué fermer sa putain de gueule !
« Encore vous ? » Ça a l’air de l’amuser.
« Vous êtes content de vous alors ? » elle prend son pied on dirait.
« Répondez-moi quand je vous parle ! » Putain qu’est-ce que je dois faire si je réponds ça va encore dégénérer, si je me tais ça va encore dégénérer.
« Si vous ne dites rien je vais devoir vous foutre un rapport. » Bordel, elle prend vraiment son pied, elle ne sourit plus mais elle est excitée comme une puce !
« Et arrachez-moi tout de suite ce sourire de votre visage ! »
Faisons un effort pour arranger la situation, j’ai pas trop envie de me retrouver encore dans le bureau du principal. On soigne son langage, on est courtois, on se détend et on explique, simplement. Ça devrait passer.
« Écoutez, mon intention n’est absolument pas de vous énerver ou de vous provoquer mais vous me mettez dans une situation assez délicate. Je viens de me faire renvoyer d’un cours pour avoir répondu à des questions, je sens que si je réponds aux vôtres l’issue ne sera pas non plus en ma faveur, alors je me tais. Mais mon silence vous mets dans un état proche de … » L’excitation pré-coïtale d’un sadomasochiste en plein acte de domination… non, pas ça. « …la crise cardiaque, alors je ne vois plus quoi faire pour essayer de vous contenter vos collègues et vous-même…
- Bien. Vous le prenez comme ça ? »
Je crois que c’est un piège, soyons habile…
- Je le prends comme vous voulez que je le prenne ..?
- Le bureau du principal adjoint.
Je vois pas le rapport… De quoi elle me parle ? Le bureau du principal-adjoint… est assez grand y a des trucs dessus…
- Je ne vous comprends pas très bien là…
Ah, je suis con ! Elle veut que j’aille au bureau du proviseur…
- Allez immédiatement au bureau du proviseur-adjoint !
- C’était pas compliqué de faire une phrase avec un verbe. »
Merde, je l’ai dit à voix haute.
« Dehors !! »


Putain fait chier ! Mais c’est quoi mon problème putain ! Pourquoi à chaque fois que je parle à un adulte dans ce putain de lycée ça finit toujours par un dehors !!! Putain, pourquoi est-ce que je me mets systématiquement dans la merde ! Je suis vraiment une merde. Quelle bande de con pourquoi y me posent des questions si c’est pour me virer quand je réponds !? Si c’est pour me pourrir quand je me tais ? Qu’est-ce que je dois faire bordel ? C’est quoi mon problème !? Quoique je fasse ça finit toujours pareil ! Oh et puis merde, j’arrête de faire des efforts de toute façon je vais me faire virer alors merde.

« Encore vous ?
- Encore moi.
- Vous souriez, vous êtes fier de vous ?
- Non mais pleurer ne changerait pas grand-chose à ma situation, n’est-ce pas ?
- Vous êtes obligé de répondre de cette façon ?
- Quoique je dise on finit par me foutre dehors alors celle-là ou une autre. Mais si vous voulez, vous avez qu’à m’écrire ce que je dois vous répondre et je le ferai, mais là faudra pas vous plaindre.
- Bien. Vous n’avez pas l’air de vouloir changer d’attitude je vais devoir convoquer vos parents encore une fois.
- Vous pensez vraiment que cette fois-ci ça changera quelque chose?
- Vous ne réussirez pas à me faire changer d’avis, vous auriez dû y réfléchir plus tôt.
- Je ne cherche pas à vous faire changer d’avis et si vous aviez écouté ma question vous auriez compris que j’y ai réfléchi plus tôt. Pas vous apparemment… »
Il a l’air vraiment en colère là… Mais bon si il avait réfléchi à la question deux secondes ils se rendrait compte que convoquer mes parents n’a jamais rien changé.
« Dehors ?
- Foutez-moi le camp d’ici espèce de petit merdeux ! »
Au moins lui a fait un effort pour être original. Bon, je vais me prendre un chocolat au distributeur.

***

C’est toujours pareil. Je rentre et un bon bol de chocolat chaud m’attend, du pain frais et de la confiture aussi, on me demande si j’ai passé une bonne journée. Je réponds que j’ai fait de mon mieux, on me dit que c’est tout ce qui compte avec un sourire généreux et un regard complice. On papote un peu puis on lave nos bols en riant. « Le lycée a appelé. » Après ça je vais dans ma chambre et ne pense pas à acheter un verrou. Pourquoi je mettrai un verrou ? Tout le monde est trop respectueux pour entrer dans ma chambre sans frapper. Pour entrer dans ma chambre sans attendre que je les y invite. Je me détends un peu sur mon lit douillet, un lit deux places (au cas où j’aurais une invitée) et me dis que j’ai de la chance qu’il y ait un endroit où je suis à ma place, où on me comprend, où on ne me pose pas systématiquement des questions qui me mèneront droit vers la porte. « je te parle là. » Un endroit où… « Le lycée a appelé qu’est-ce que t’a encore foutu ? Tu peux pas faire comme tout le monde ?! T’es obligé de te faire remarquer ? De faire ton malin ? Tu penses pas à nous ? Tu crois qu’on a que ça à faire que d’aller tous les jours voir des gens à ton lycée ? On est fatigués de toi, tu comprends ?! Fatigués ! C’est ça, dis rien, tais-toi. De toute façon on sait comment ça va finir, tu vas te faire virer encore une fois. Tu ferais mieux d’aller chercher un boulot, au lieu d’aller au lycée. T’en as pas marre franchement ? T’en a pas marre ?
- Et toi ?
- Tu me réponds, en plus ?!
- Je suis peinard dans ma chambre et toi tu te pointes et tu me bombardes de questions, t’en as pas marre ?
- Ta chambre ? Tu paies un loyer ? » Putain, je peux pas être tranquille 2 secondes sans qu’on vienne me saouler. « Tu vas où ?
- C’est pas ma chambre ? Alors j’ai rien à y foutre.
- T’as raison barre-toi ! De toute façon tu reviendras quand t’auras faim ! »
Le pire c’est que c’est vrai.

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par follofficielle le Mar 11 Déc 2012 - 18:48

holala, ça bardait ce jour là, imo.

C'est celui là, que tu avait envie de poster aujourd'hui.

j'espère que tu n'a pas remonter l'adrenaline en recopiant.
Bon, ta prof, je lui ai piqué son rouge à lèvre pendant qu'elle te harcelait.
Et je me suis assise à coté du proviseur adjoint dans le métro au retour, je l'ai piqué tout le long avec l'épingle que ma grand-mère me disait d'avoir toujours sur moi dans ces cas là.(il est pedophile)
Il n'a rien oser dire, j'avais mon air ingénue, il transpirait, il puait.
c'est vraiment pour te rendre service

qu'es ce qu'on dit?
merci, patiente désignée,
n'importe quoi imo : merci f o ll o ffi ciellle

follofficielle
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 692
Date d'inscription : 09/10/2012
Age : 57
Localisation : lyon

http://nathirouve.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par follofficielle le Jeu 13 Déc 2012 - 17:27

quand internet reviendra de nouveau, imo, je veux bien que tu me post un topo sur "la patiente désignée" puisque tu l'as désignée

follofficielle
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 692
Date d'inscription : 09/10/2012
Age : 57
Localisation : lyon

http://nathirouve.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Mer 19 Déc 2012 - 12:44

Je n'ai pas vraiment le temps et la disponibilité de passé forumer ces temps-ci, alors je laisse un autre extrait de ma novela (je rappelle que ce qui est en quote est œuvre fictionnelle (comme tout fiction elle est très proche de l'auteur mais n'a pas valeur d'autobiographie)):

Une sensation de chaleur m’emplit le bas ventre. Je rougis. Il y a du monde autour. Je ne comprends pas. Je me mords la lèvre, la caresse du dos du doigt. Je suis gêné de ressentir ça, ici et maintenant. Je ne cherche pas à comprendre pourquoi, il y a tant de choses à ressentir, je me lève sans chercher à cacher ce qu’il se passe en moi, je ne veux pas contrôler, je savoure chaque instant, chaque nuance. J’entre dans ma chambre, me déshabille lentement dans la salle de bain, je sens le moindre bout de tissus me caresser, le moindre frottement parcourt ma chair la pénètre jusqu’à l’os en un frisson tendre et puissant, c’est tellement bon, je retarde le moment de me caresser le sexe le plus longtemps possible, mes mains parcourent mon corps, mon corps, ma peau, mon être tout entier est un sexe, les bruits sourds du dehors le traverse, me traverse c’est tellement bon, je ne suis pas à l’aise dans la salle de bain, je vais dans la chambre, je suis entièrement nue, mon corps entier jouit, je me glisse sous la couverture avec lenteur, je me fous qu’on puisse entrer à tout moment, je suis vivante et veut en profiter, j’ai le droit de savourer cet instant, je m’étire et me meus sous la couette, elle est si chaude si douce, mes mains attrapent ma cuisse et la serrent, des larmes me montent, c’est si bon, l’une se pose sur mon sexe délicatement, le caresse lentement l’autre passe sur mon visage, mes doigts s’arrêtent, sur mes lèvres les caressent doucement, mes lèvres s’entrouvrent mes doigts y pénètrent, c’est brûlant c’est doux mon corps se caresse ma respiration est forte, mon être se contorsionne en spasmes successifs ma chair enserrant un peu plus mes os à chaque expiration, je ne sais plus ce qui est ma main, mon sexe, mes lèvres, ma peau, la couette, mes cuisses, les draps, je sens cette chaleur partout en moi, je suis reconnaissante au monde, à moi, au monde, à la chair, à tout, de m’avoir amenée à cet endroit le temps n’existe pas, j’aime, j’aime, j’aime, mon sexe mon bas ventre, ma poitrine, mon ventre mes cuisses une explosion ! Je suis essoufflée, je suis bien, mes joues sont brûlantes, mon corps est brulant, je suis si bien, les mains jointes serrées entre mes cuisses brûlantes, mon sexe chaud, je me dis qu’un tel plaisir est indécent, je m’endors c’était tellement, tellement, tellement bon… Je suis si bien…

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par follofficielle le Mer 19 Déc 2012 - 18:46

que de vagues que de remous

qqsdfghjklmm

rouge

flamboyant

c'est Noel

follofficielle
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 692
Date d'inscription : 09/10/2012
Age : 57
Localisation : lyon

http://nathirouve.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Dim 23 Déc 2012 - 12:41

Smile

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par follofficielle le Mar 25 Déc 2012 - 10:03

oui imo

toute seule comme une grande

ou

l art de retomber sur ses pattes

mes compliments l ami

follofficielle
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 692
Date d'inscription : 09/10/2012
Age : 57
Localisation : lyon

http://nathirouve.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par follofficielle le Mar 1 Jan 2013 - 14:11

imo mon ami,

ne serait il pas temps pour toi et nous de poster de la bonne littérature?

"On" attend une suite.

follofficielle
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 692
Date d'inscription : 09/10/2012
Age : 57
Localisation : lyon

http://nathirouve.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par follofficielle le Mar 1 Jan 2013 - 18:51

qsdfghjk:!

follofficielle
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 692
Date d'inscription : 09/10/2012
Age : 57
Localisation : lyon

http://nathirouve.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Mer 2 Jan 2013 - 1:48

Je t’envoie la totalité par mail si tu veux. Tu as juste à m'envoyer une adresse mail en mp (et la promesse de ne l'envoyer à personne Wink )

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par follofficielle le Mer 2 Jan 2013 - 8:12

ah non,
c'est si bien de lire au gré de ton bon vouloir, ici.

follofficielle
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 692
Date d'inscription : 09/10/2012
Age : 57
Localisation : lyon

http://nathirouve.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par follofficielle le Jeu 3 Jan 2013 - 16:20

bonjour l'ami,

je me suis procuré ton document autrement finalement.

J'ai vu que tu n'as posté ici que des morceaux de choix, donc tu sais que d'autres sont à remanier, mais tu as le fleme je crois.
je n'en suis qu'a la page 25.
Excuse moi du peu.
A cette page 25, je me permet de dire qu'une jeune fille qui aime les polard parceque le héros a toutes les femmes qui veux, c'est pas forcement crédible pour une lectrice.
pour un lecteur ça le fait, mais cela reduit considérablement le public.
sinon c'est bien cette page.
je continue ma lecture à mon rytme
compliments à qui de droit,

follofficielle
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 692
Date d'inscription : 09/10/2012
Age : 57
Localisation : lyon

http://nathirouve.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Jeu 3 Jan 2013 - 18:17

Very Happy
C'est toujours un peu compliqué l'ironie à l'écrit, mais c'est la première fois que quelqu'un comprend cette séquence comme ça!
Le personnage féminin ironise justement sur le fait que son interlocuteur aime probablement les polars pour les raisons que tu évoques, ce qu'elle trouve assez risible. Smile

Je parcourrai ce passage de nouveau pour voir si je trouve un moyen de le rendre plus clair sans qu'il ne devienne explicatif.

Si tu veux m'envoyer en mp les passages que tu trouves faiblard ça me permettra d'avoir une idée des endroit où le retravaille est nécessaire.

Et merci pour tes précieux retours Smile

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par follofficielle le Jeu 3 Jan 2013 - 19:56

cela t'étonne imo, que follo ne comprenne pas comme il aurait fallu?
Tu es sur d'avoir besoin de mes retours?
Je ne voudrais pas creuser ma chère cervelle en vain.

Quoique pour un jeune homme charmant comme toi...................la vielle cougar va..........
shut follo

ok, mais pas de delais precis

follofficielle
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 692
Date d'inscription : 09/10/2012
Age : 57
Localisation : lyon

http://nathirouve.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Jeu 3 Jan 2013 - 20:04

Fais attention Follo', je prends toujours les avances au premier degré Wink

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:16


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum