Je est un regard

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Je est un regard

Message par Imo le Lun 20 Aoû 2012 - 5:16

Je est un regard, un regard sur le monde et sur Je.
Je vais tenter une autobiographie de ce "Je" en mouvement, de ce regard qui bat des cils, des paupières fermées pour se protéger à l'apprentissage des formes et des couleurs (Ce qui suis est plus prosaïque mais plus clair):

Dans ma famille on se décharge de sa tension sur les autres, on ne sait pas faire autrement et on ne sait pas qu'un autrement est possible.
Le père et la mère se décharge sur l'ainé de leur tension, de leur frustration et de leurs responsabilités de parents quand au reste de la fratrie et à lui-même, de leurs violences physiques et émotionnelles sans contre-partie suivant le contrat suivant: "je suis le parent tu dois me montrer que tu me respecte et que tu m'aime, si je réagis violemment c'est que tu n'est pas un assez bon garçon, que tu ne t'occupe pas assez de tes frères et je t'interdis de dire que je ne m'occupe pas assez de toi parce que je suis ton parent et que je te nourris et loge ce que tu ne mérite même pas".
Cette façon de faire engendre évidemment tension et frustration chez l'ainé qui se décharge sur le reste de la fratrie de la même façon, qui chacun reproduit également le même système.
Nous sommes 6 frères et sœurs, ajouter à cela les deux parents cela fait huit. Au final les relations sont un genre de Matriochka où le plus grand enferme le plus petit dans une tension constante dont il ne se soulage qu'en enfermant le plus petit encore. Et la dernière Matriochka c'est bébé Imo!

Bébé Imo pendant un temps bénéficie d'un contrat familial particulier en tant que dernière chance de la maman de pouvoir se définir en tant que mère et vu son background de se définir tout court: "tant que tu es ma poupée-bébé et que tu ne fais rien je te protège et m'occupe de tout", toute la tension va finalement dans les premiers temps sur l'avant-dernière qui a morflé grave.

La maternelle arrive et Imo va se rendre assez vite compte qu'il n'a acquis aucun réflexe d'adaptation pour cette jungle qu'est la cours de récré', tout ce que sa maman lui a permis d'expérimenter comme comportement social c'est "ne pas se faire remarquer" et "répondre à des sollicitations de maternage par un comportement adapté au fantasme du bébé parfait". Bébé Imo prend donc très cher de la part des autres gamins mais discrètement, car n'ayant jamais appris à établir une communication quelle qu'elle soit avec un adulte ou un enfant, juste à répondre à une attente précise. Il prend cher mais personne ne s'en rends compte c'est surement ça la vie. Il se fait tout de même un ou deux ami(e)s à tendance "mère poule" précoce, qui commencerons à lui apprendre des choses vraiment utiles.

Le système familiale n'est plus en vase clos et bizarrement malgré ses efforts la maman n'a pas réussi à rendre son enfant autiste ou psychotique (faute au trop grand nombre d'enfant composant déjà la fratrie je pense). L'enfant à des réactions non-programmées, il commence à exprimer une volonté d'avoir une existence propre en refusant d'être habillé dans le salon devant tout le monde au sortir de la douche (vers 6 ans). Le contrat particulier est rompu pour cause de refus de la clause "tu es une poupée", donc plus d'immunité diplomatique et le rapport de la maman passe d'affectueux à carrément ambivalent.

D'un coup d'un seul toute les tensions nerveuses du systèmes de Matriochka se déverse sur Imo (l'avant-dernière qui a dérouillé grave ajoute des "intérêt" car bien consciente de s'être faite avoir pendant tout ce temps). Le monde change totalement Imo passe de la tension dramatique d'un Mickey Mag' à celle d'une tragédie antique croisée à un film de vampire!

L'avant dernière avait appris à rendre les coups (et donc à les donner) quand elles se trouvait dans la même situation, elle avait presque huit d’expérience dans la violence physique avec des plus grands il ne pouvait pas rivaliser avec elles et n'avait pas vraiment le temps d'apprendre.

Que faire de toutes cette tension?
Ben il fait ce que les humains font dans le meilleurs des cas il s'en sert pour s'adapter à la situation. Les interrelations fluctuantes entre les différents membres du système familial, leurs nombres et leurs dangerosités potentiels physique et psychique pour le petit Imo, font de toute cette tension nerveuse une aubaine: Elle lui sert d'engrais pour devenir un instinctifs de la géostratégie en temps réel (à la façon de la suisse au début) et de l'interprétation de tout les signes individuels ou de groupes précédant un pétage de plomb. Parallèlement (et les deux vont ensemble) il fait une dépression et développe la croyance forte que si son monde a changer c'est que c'est de sa faute, qu'il faisait "bien" avant et que maintenant il fait "mal" que tout le monde est devenu malheureux d'un coup à cause de lui. Imo n'était pas assez grand pour se rendre compte de lui-même que tout cela était bien plus grand que lui et personne ne le lui a jamais dit non plus.

S'il devient si fin sans s'en rendre compte pour anticiper et lire les gens c'est qu'il n'a pas trop le choix il est en tension constante il faut qu"elle serve. Quand ce fonctionnement de protection sera suffisamment efficace pour devenir réflexe. Il dépensera une bonne partie de cette tension à ne pas voir qu'il est en danger, à oublier qu'il se trouve là, et pour ça (mais pas que) il pense à tout ce qu'il peut, et il lit tout ce qu'il trouve, et pense à tout ce qu'il lit, et lit sur tout ce qu'il pense...etc.

Et à un moment peu après l'age de l'adolescence tout son système se pète la gueule et il le vit très mal, plus rien ne fonctionne à part sa tête et il se retrouve bloqué sans prise sur lui, sans joie, sans larmes, sans entrain sauf pour avaler des choses intellectuel de plus en plus complexe parce que son cerveau mâche vachement plus vite qu'avant et c'est de plus en plus dur de décompresser et de fuir dans sa tête. Et puis finalement, ça ne suffit plus, décompensation, la dépression réparer à coup de rustine à l'âge de 6 ans finit par vraiment péter.

Et sans transitions tout va mieux! C'est pas encore le bout du tunnel mais y commence déjà à faire franchement clair, et je commence à me rappeler ce qu'est la joie, la tristesse, découvrir ce qu'est la colère, un tas de chose vachement pratique pour avoir une vie affective réelle et que le mode survie imposé par le fonctionnement familiale m'avait complétement interdit!

Voilà un peu où j'en suis, j'ai évidemment tronqué un tas de choses pour que ça tienne dans des mots, et me suis beaucoup plus intéressé à la partie genèse qu'au reste pour pouvoir me le formuler à moi-même ce que je n'avais jamais fait de manière aussi clair avant ce soir!

Au fait pour la petite histoire, Imo c'est pas tout à fait moi mais c'est vraiment pas loin!

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Invité le Mar 21 Aoû 2012 - 0:07

Bienvenue Imo.

Au plaisir de visiter le regard de ce "Je" .

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Mar 21 Aoû 2012 - 1:22

Very Happy

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Carla de Miltraize III le Dim 26 Aoû 2012 - 7:56



miew ! cat

Carla de Miltraize III
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4073
Date d'inscription : 10/07/2012
Age : 99
Localisation : Toulouse *** Se guérir de nos malaises de l’âme implique souvent une bonne dose d’humilité, d’accueil de la nature humaine et de sympathie envers autrui et surtout envers nous-mêmes. Daniel Desbiens

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par colargolle le Dim 26 Aoû 2012 - 10:39

Bonjour, Ito !
et bravo pour ce début de rédemption, je suis toujours très admirative des gens qui réussissent à mettre un pied en dehors de la caverne...
Bienvenue ici, et au plaisir de te lire!

colargolle
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1054
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 42
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Dim 26 Aoû 2012 - 15:48

Merci Colargole pour ces quelques mots et Miew Carla! Very Happy

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Jeu 20 Sep 2012 - 15:42

Petite info: Je joue ce soir à XXh à XXXXXXX. Les projets présentés vont du plus barge au plus fin et parfois même les deux!
Je ne resterai pas très longtemps après la pièce ce soir mais demain et après demain si.
Une dernière chose: postez sur ce mur qui vous pensez que je joue j'offre une pinte au premier qui à la bonne réponse!

Ps: Précision importante "c'est en entrée libre!"


Dernière édition par Imo le Dim 23 Sep 2012 - 14:00, édité 1 fois (Raison : Anonymiser le post et corriger les fautes d'ortographes.)

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Ven 21 Sep 2012 - 17:44

Une centaine de spectateurs hier soir! Y avait-il des zébre..?

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Sam 22 Sep 2012 - 1:48

Bon ben il faut se rendre à l'évidence: je suis totalement seul sur ce mur de présentation...
Deux choix s'offre à moi:

1) déprimer et fantasmer les choses que j'aurais pu écrire ou faire ou ne pas faire ou ne pas écrire qui aurait mené à cet état de fait, ce qui me mènerais à déprimer et à fantasmer les choses que ...

2) Considérer l'état de fait et partir de là pour aller ailleurs.

Sachant pour l'avoir longtemps expérimenter que le premier choix ne mène nulle-part si ce n'est au premier choix donc à la déprime, c'est avec plein de bonne volonté que je me tourne vers le second qui ne mènera peut-être nulle part mais peut-être pas (et c'est là toute la différence avec le premier choix qui si vous avez bien suivi mène à la déprime à coup sûr)

Que faire alors de cette solitude informatique? Et bien, j'ai un mur pour moi tout seul je ne vais pas me gêner pour l'assombrir d'écrits sombres et tortueux, de fulgurantes impressions sans but autre que d'être exprimées, de phrases à rallonges dont celle-ci est un exemple flagrant tant chaque virgule semble nous éloigner un peu plus du point et non le contraire (je raffole également des parenthèses imbriqué (les parenthèses imbriquées sont des parenthèses dans des parenthèses (ça nuit un peu à la clarté je vous l'accorde mais moi ça m'amuse alors bon quitte à être seul pourquoi faire des efforts pour être clair (surtout que plus je m'approche de la clarté pour les autres et plus j'ai le sentiment d'exprimer confusément une idée qui n'est simple que si elle est expliqué par des parenthèses en cascade)))

Oui la phrase précédente ce fini par des parenthèses imbriqué et je ne saurai dire car ne me souvenant pas du début de celle-ci si c'est une fin en queue de poisson ou pas.
Voilà donc ce que sera ce mur, une expression libre de l'envie du moment comment s'exprimer librement si l'on s'impose à soi-même les barreau de la clarté à l'autre? (sachant que rien n'est clair si ce n'est ce que l'on sait par avance l'inconnu est obscure, l'autre est obscure, une rencontre ne ce fait qu'avec un inconnu, sinon l'on ne fait que reconnaitre ce que l'on est, ce que l'on sait ou croit savoir, et on se retrouve à collectionner le même pensant faire des rencontres (cette parenthèse aurait mériter une phrase je crois))

Voilà pour la suite de ce nouveau mur de présentation de Imo, et maintenant Imo va aller sur un autre onglet regarder un épisode d'une série qu'il ne citera pas car il ne veut pas que tout les internautes en manque de vie social errant sur google à la recherche d'un brain-trapper tombe sur son mur.
Il regardera un épisode pas plus et pour de vrai parce que déjà il sent ses paupières lourdes et son corps tout détendu, monter sur une scène à la capacité de le détendre vraiment et en profondeur c'est la seule façon qu'il a de se préparer au sommeil depuis que les films pour adultes ne lui procure plus le relâché nécessaire à l'endormissement et qu'il a admis que l'épuisement ni l'alcool n'était une solution productive à long-terme quand à la recherche d'un repos récupérateur.

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Dim 23 Sep 2012 - 14:09

Et voilà, retour à la vraie vie. La dernière a eu lieu, les représentations se sont bien passé et comme toujours je me sens détendu mais assez vide, ou dés-oeuvré pour être plus précis. C'est assez particuliers de passer d'une urgence constante, que l'on a appris à gérer et à aimer, à une situation plane faite des choses simples de la vie comme faire la lessive, le ménage, vérifier l'état de son compte, voir des copains...etc. Toutes ces choses qui sont tellement loin quand on doit se jeter sur une scène avec la conscience aigu qu'à tout moment quelque chose peut déraper, un effet lumière en retard, une bande son qui ne démarre pas, un déplacement oublié ou une confusion dans le texte, et que l'on aura qu'un instant pour en faire quelque chose de façon à ce que le public ne réalise pas qu'à tel endroit la veille les choses étaient totalement différentes.
Je ne remonte pas sur une scène avant au moins 3 semaines et j'ai hâte de retrouver cet état où seul le présent compte.

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Lun 24 Sep 2012 - 16:18

Et ainsi arriva le premier lundi de septembre!
Je sais nous sommes le 24 , mais je n'ai pas eu le temps avant aujourd'hui de réaliser que la rentrée était là: la pluie ce matin s'est chargé de me le rappeler.
La routine reprend: Passage en coup de vent au boulot, finissage de truc supra-urgent dont j'aurai pu m'occuper hier au lieu de me vautrer dans l'oisiveté, retour près de la maison du moment pour rejoindre une amie, se prendre un verre à une terrasse parce qu'en fait elle a un rdv chez le médecin et qu'elle me retrouve après, puis j'enchainerai sur des lessives (ça devient carrément urgent), puis rejoindre une autre amie qui doit me faire lire le texte de sa prochaine création théâtrale, puis ...
Puis audition en fin de semaine pour le projet que je tiens à bout de bras et souvent à bout de force depuis 18 mois et dont la première est dans un mois, avant ça revoir mon texte, contacter l'équipe pour être sur de sur que tout le monde a bien intégrer l'heure et le jour, planifier une ultime répêt', me trouver un endroit où crécher pour le mois d'octobre. Un lundi quoi.
C'est marrant de faire la liste des choses que l'on fait, surtout quand comme moi on a le sentiment de ne rien branler. Ça permet de remettre les choses à leurs places: Non, quoi qu'en dise cette petite voix qui n'en finit pas d'agoniser je ne suis pas ni un branleur ni un incompétent. Et Pan! Dans sa gueule!
Je me suis dis ces derniers temps que peut-être je n'avais pas/plus de problèmes de "zèbre", que c'était pour ça que je me sentais aussi à coté sur le forum. Mais en fait, je me sens tout aussi à coté dans 99% de mes relations. Je ne me sens à ma place que sur un plateau, ou dans d'autres situation où l'urgence est la règle.
L'amie est là je conclu.

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Mer 26 Sep 2012 - 1:37

Je suis reconnu pour mon sang froid dans les situations les plus extrêmes et pour mon pragmatisme, si vous faites une crise de nerfs énorme, si vous avez des bouffées délirantes, si vous êtes menacé par un toxico dans une ruelle obscure c'est moi que vous voulez avoir auprès de vous: si c'est le cas la crise de nerfs vous soulagera, vous vous sentirez en sécurité malgré cet alien qui vous regarde bizarrement en dévorant votre mère, et le toxico vous offrira une pinte au troquet le plus proche.

Mais hier, pour la première fois depuis bien longtemps je me suis laissé submerger, je me suis retrouvé à m'engueuler avec une femme inconnue dans un bar. Certes elle était agressive, con comme un âne mort qui continuerai de brailler, certes j'étais dans mon droit, mais tout de même, c'est exactement le genre de situation où habituellement et contre toute attente je me fais offrir un verre.
Mais là je ne sais pas pourquoi je n'ai pas voulu être pragmatique, je n'ai pas voulu retourner la situation, je suis rentrer en confrontation bête et méchante avec elle. On aurait dit deux gamin de CE1 qui s'engueulent parce que chacun veut absolument avoir le dernier mot.
Je ne suis sorti de cette dispute sans fin ni fond qu'au moment où les tables à l'autre bout de la terrasse se sont exprimer pour dire qu'on commençait vraiment à les gêner.

Et après cette altercation je tremblais, essayant de ne pas trop le montrer par fierté mal placé, que cette femme acariâtre ne se sente pas victorieuse. C'est d'une totale puérilité. Et bizarrement ça m'a fait du bien.

Je passe mon temps à arrondir les angles depuis toujours malgré-moi et depuis 3 ans en conscience, ma survie en dépendait. Quand je dis arrondir les angles je ne parle pas d’aplanir, je parle de retourner les situations d'agressions contre-moi en situation en ma faveur, faire de la moindre antipathie une sympathie. Ça demandait une capacité à encaisser la violence de l'autre sans broncher en souriant très couteuse en énergie, de façon à ce que l'autre en face n'ai aucune prise qu'il s'épuise dans ses hurlement et qu'il se rende compte que cela lui coutera moins d'énergie de faire de moi un copain que d'essayer de me soumettre.

Et depuis quelques temps j'en ai plein le c..., pas que ça me fatigue plus qu'avant ou que je trouve ça plus injuste, moins morale qu'il y a quelque-temps, c'est juste que je crois que ce n'est plus nécessaire., que je n'ai plus à être un roc, que je n'ai plus besoin d'être aimé, apprécier, ou reconnu comme utile pour pouvoir être en sécurité. Je n'ai plus besoin d'être irréprochable.

Oui, j'ai le droit d'être aussi con que n'importe qui dans certaine situations. J'ai le droit de manquer de finesse et de discernement, j'ai le droit de me laisser dépasser par mes émotions, et cela ne fait pas de moi une mauvaise personne. On ne m'abandonnera pas plus si je me permet d'être moins fin, on ne m'aimera pas moins si je me permet de n'être qu'une simple personne qui des fois se fout des conséquences de ses actes.

Je mérite d'être aimé même si je ne suis pas un magicien des situations extrêmes, même si je ne sers à rien, même si des fois ma présence n'est pas de la meilleure compagnie qui soi.

J'ai le droit d'être aimé même si je ne fais aucun effort pour être parfait.

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Invité le Mer 26 Sep 2012 - 8:26

Oui, j'ai le droit d'être aussi con que n'importe qui dans certaine situations. J'ai le droit de manquer de finesse et de discernement, j'ai le droit de me laisser dépasser par mes émotions, et cela ne fait pas de moi une mauvaise personne. On ne m'abandonnera pas plus si je me permet d'être moins fin, on ne m'aimera pas moins si je me permet de n'être qu'une simple personne qui des fois se fout des conséquences de ses actes.

Etre "aussi con", "manquer de finesse"... ou tout simplement t'affirmer, avec les angles et les aspérités que tu possèdes comme tout un chacun, et que tu n'aurais plus envie de gommer pour satisfaire l'autre, apaiser ses peurs à tes dépens pour sortir du conflit ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par colargolle le Mer 26 Sep 2012 - 10:59

Bon ben il faut se rendre à l'évidence: je suis totalement seul sur ce mur de présentation...

ben oui c'est bizarre... je n'ai jamais reçu de mails de notifications comme quoi y'avait de nouveaux posts sur ton fil, et là pof ça vient de reprendre...

Alors moi j'aimerais bien savoir c'est quoi tes spectacles. Moi aussi je fais (?) faisiais (?) ferai plus jamais (?) referai peut-être un jour (?) des spectacles

on ne m'aimera pas moins si je me permet de n'être qu'une simple personne qui des fois se fout des conséquences de ses actes.
parfois je me dis que c'est ça le secret, en fait : n'en avoir rien à foutre du reste du monde. Globalement c'est comme ça que se comportent la majorité des gens et ça a l'air de ne leur poser aucun problème dans leur vie, ça a même l'air d'être le bon choix, en tous cas ils ont des vies drôlement paisibles les gens qui font ça

Je ne me sens à ma place que sur un plateau, ou dans d'autres situation où l'urgence est la règle.
C'est ça. J'ai fait un petit atelier de yoga l'autre jour, un travail centré sur la respiration. Tout le monde était très sérieux, tout ça, j'inspire, j'expire, je me concentre. A un moment, on a fait un petit jeu : la prof claque dans les mains et il faut claquer pil poil en même temps (parfois elle fait des pièges, évidemment). C'était marrant. Et après le petit jeu, elle nous demande si on a remarqué quelque chose. Ben en fait on avait tous les banane jusqu'aux oreilles. Et elle de conclure : ben voilà, pour se sentir bien, le secret c'est d'être dans l'instant présent.

Sur ce, je vais boire mon café sur mon balcon Very Happy

colargolle
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1054
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 42
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Mer 26 Sep 2012 - 11:39

Fusain> Je crois que c'est un peu ça l'idée Smile

colargolle> Yep, c'est vachement bien d'être là à l'instant présent et pour moi (j'imagine pour plein d'autres dans le coin aussi) c'est un apprentissage tout nouveau. Ne pas me laisser entrainer dans ma tête au moindre stimuli, laisser mon corps réagir, apprendre à repérer les moments où je bloque malgré-moi mes impulsions... Je n'y arrive pas tout le temps, mais quand j'y arrive quoi qu'il advienne je me sens bien, et globalement même quand je n'y arrive pas je me sens de mieux en mieux!

Ça me fait plaisir d'avoir quelques réactions de votre part.

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Dim 30 Sep 2012 - 17:52

Nous sommes dimanche et tout va bien!
Ce n'est pas un éclatant dimanche plein d'action, ni un de ces dimanches où une tranquille sérénité vous accompagne quoi que vous fassiez où ne fassiez pas, ni un de ces dimanche où tout est beau même les frais dégueulis des rues étudiantes parisiennes, non c'est un dimanche d'une affligeante normalitée, comme la plupart des gens en vivent chaque fin de semaine.
Le genre de Dimanche qui habituellement m'angoissait au plus haut point.
Et là, ben: tout va bien.

Je commence à croire que j'ai trop appris la vie par le prisme de la fiction. Les livres, films et séries ayant été les seuls lieux où je pouvais trouver des pistes de "comment qu'on vie", mon entourage à ce point de vue là a toujours été, bien que je ne le réalise que depuis peu, un exemple que j'ai eu raison de ne pas suivre malgré leur remontrance, chantage affectif, culpabilisation de tous ordre. (D'ailleurs les quelques comportements qu'ils ont réussi à m'inculquer et dont je n'ai pas encore réussi à me débarrasser sont les seuls qui arrivent encore à me mettre dans la m...)

J'ai passé énormément (et non pas "trop" comme dit plus haut) de temps à apprendre à vivre au travers d’œuvre de fiction. Le hic est que la fiction m'a appris un tas de chose sauf les choses qui ont été coupé au montage, en gros: Tout les moment hors-crise/hors évènement.

Je peux gérer tout les bouleversement mais apprend à peine à gérer un simple dimanche sans totalement perdre pied Smile

Et là je sens que enfin ça a commencé à se diffuser en moi, que la routine se fait moins effrayante et moins obscure. Que je me permet de me poser un peu, de laisser un peu de vide entre deux montagne à déplacer. Un ami (presque un père pour moi) me parlait souvent du "repos du guerrier", il ne l'a encore jamais connu lui-même mais je crois que je commence à me permettre de déposer armes et boucliers (pas trop loin quand même ça peut toujours servir)

Bon et bien, sans avoir à relire je trouve la structure de ce post assez représentative de la plupart de mes écrits par son absence de structure si ce n'est celle de ma pensée qui avance.

Sur ces quelques mots arbitrairement choisi pour l'écho imparfait qu'ils font en moi à ma pensée (et peut être à un Zébracrossien sur 100 (sur 40 si tout le monde est bourré)), je vous laisse!

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Lun 1 Oct 2012 - 12:42

Premier lundi du mois d'octobre, dans un Mc do, un mauvais café et des sites d'annonces immobilières. Cela faisait un certain temps que je n'avais pas connu ça. Ma sous-location de transition s'est achevée ce matin et je me retrouve à devoir faire mes recherches depuis un Mc Do (ma paie n'est pas encore arrivée sinon je serai à une terrasse ce qui est un peu plus classe quand même).
Je repère quelques annonces et hésite à appeler, je ne suis pas étudiant, mes parents étaient encore pauvres quand nous avons coupé les ponts (et il y a peu de chance que cela est changé) donc je ne suis pas très rassurants comme locataire. Bien que mes garants (des amis de longues dates) soit largement solvable.

J'avoue que je rechigne à la tache ce matin... Je sais que j'aurai bien plus de chance de trouver un appart' en comptant sur le nombre, si je fais 100 visites je ne doute pas que mon dossier sera accepté mais je n'ai pas trop la force d'encaisser 99 refus avec le sourire alors que je vois autour de moi, des amis qui n'ont qu'à en faire trois qui change de logement deux fois l'an sans aucune difficultés et sans aucune fiche de paie.

Je sais, je sais "faut pas comparer", ben là tout de suite ici maintenant j'ai envie de comparer. Je me bat depuis deux ans que j'ai décider de quitter l'environnement mortifère qui a presque réussi à me rendre dingue ou décédé. J'ai été à la rue, j'ai eu froid, j'ai eu faim, je dormais peu d'un sommeil qui ne me reposait pas, je n'ennuyais personne avec mes ennuis, je gardais le sourire et écoutais les problèmes de cœur des autres, leur problème de boulot, je les rassurais, les conseillais, puis je les voyais rentrer chez eux au chaud, alors que je me retrouvais à errer dans les rues de Paris avec la foi inébranlable que ma bonne étoile ne me lâcherait pas.
J'ai passé presqu'un an dans cette situation, j'avais le RSA et un sac de rando. Je me suis démerdé dans ce laps de temps pour écrire un roman, réunir une équipe pour monter une pièce, trouver des partenaires pour ce projet, être présent pour mes amis en cas de coup dur, être présent pour d'illustres inconnus aussi, puis finalement trouver un boulot, remplir mes fonctions avec le sourire malgré ma situation durant les premiers mois et finalement trouver une chambre dans une colocation de zombie psychopathe à deux heures de là.

J'ai eu durant cette période des dizaines de raisons de lâcher l'affaire, d'excellentes occasions de m'enrichir au dépend d'autrui, à aucun moment je ne l'ai fait. J'ai dù perdre une quinzaine de kilos que je n'ai toujours pas eu l'occasion de reprendre.

Alors là, ici, maintenant, je le dis, je mérite totalement de pouvoir enfin avoir un lieu à moi, un lieu où je me sente légitime et en sécurité, je reprend à mon compte la phrase de Figaro dans le Mariage:

"Qu'avez-vous fait pour tant de biens? Vous vous êtes donné la peine de naître, et rien de plus. Du reste, homme assez ordinaire; tandis que moi, morbleu! perdu dans la foule obscure, il m'a fallu déployer plus de science et de calculs pour subsister seulement, qu'on n'en a mis depuis cent ans à gouverner toutes les Espagnes"

Et là ce matin je suis conscient que ce n'est qu'un éclat, que dans quelques minutes je sortirais de ce Mc Do, je fumerai une cigarette et déjà je me sentirais un peu moins en colère, je sais que je me dirai qu'être en colère contre l'injustice de ce monde ne m'aidera pas à grand chose si ce n'est à m'isoler ce qui dans ma situation équivaut à un suicide que le monde est injuste c'est un fait que je dois prendre en compte pour aller plus loin, je sais que je me dirai tout ça. Mais là, maintenant à cet instant précis je me permet de lâcher un peu la pression sur ce mur, de dire que oui ce qui m'arrive est injuste, que oui je dois constamment et depuis toujours déplacer des montagnes là où d'autres n'ont qu'à ouvrir des portes, et que oui je le fais, je le fais encore et encore, levez-vous montagne, déchainez-vous volcan, océan, ouragan, vous me vaincrai peut-être mais vous ne me verrai jamais capituler!

...

J'aimerai dire que tout ceci m'a calmé, mais même pas. Ce qu'il me faut c'est me faire un ciné, oublier juste une petite heure le combat du moment, respirer un peu, faire comme si tout allait bien, de nouveau, accepter que cette vie qui est si dure est en faite une bénédiction, que chaque jour je rencontre de nouvelles personnes, que chaque jour je suis obligé d'aller un peu plus loin, d'en apprendre un peu plus sur moi et sur les autres, que finalement c'est ce que j'ai toujours voulu que la vie m'impose d'avancer et d'avancer.

Me morfondre comme je le fais là n'est en fait qu'un vieux réflexe qui ne m'a jamais servi à rien, pas même à me soulager. La colère à la rigueur peut-être utile quand son objet est défini et accessible, ce n'est pas le cas ici. J'en veux à mes parents de ne m'avoir jamais soutenu, de m'avoir laissé livré à moi-même m'éduquer tout seul, je m'en veux à moi de n'être pas un meilleur parent, un meilleur ami pour moi-même. Et pour tout ça ma colère ne me servira à rien, au contraire.

Alors repassons en mode Bisounours et appelons tout ces agents immobiliers et ces propriétaires pour leur apprendre à faire la différence entre les fausses garantie que donne les titres, les biens et l'assurance d'un homme de volonté et de parole.

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Invité le Lun 1 Oct 2012 - 15:11

Imo a écrit:

(...) Alors là, ici, maintenant, je le dis, je mérite totalement de pouvoir enfin (...)

Oui.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Mar 2 Oct 2012 - 1:21

Ce matin la colère, ce soir la tristesse. Certains seront tenté de dire calme-toi, ou, présentement, rejouis-toi. Non. J'aime la colère comme j'aime le calme, la tristesse comme la joie.
J'ai passé tant de temps à ne rien ressentir, à me sentir monstrueux de ne rien ressentir, qu'aujourd'hui je reconnais cette tristesse bloquée derrière mes paupière comme un don. Je suis triste, je sais que je suis triste, je ne suis pas vraiment sûr du pourquoi et je m'en fous, je sais que ça a un sens.

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par colargolle le Mar 2 Oct 2012 - 9:16

C'est peut-être le début que tu deviens un bon parent pour toi... je sais pas...
T'as raison de t'en foutre de savoir pourquoi ou pourquoi pas, il paraît qu'il est plus important de savoir vivre les choses que de les comprendre... Alors bon, si le poète il dit ça, il doit avoir raison, les poètes c'est un peu comme les enfants.

Accueille-toi toi-même, le monde t'accueillera (qu'il dit aussi)(mais moi j'en sais rien, hein, j'ai pas trop testé pour le moment...)

colargolle
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1054
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 42
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Mar 2 Oct 2012 - 21:40

Teste!!!
C'est que le début mais pour moi ça marche déjà vachement bien!

J'ai rencontré un livre à la Fnac sur ce thème aujourd'hui. La lecture en a été éprouvante émotionnelement (je me levais toutes les vingts pages pour me calmer, et quand j'étais assis mon talon tapotais frénétiquement sur le sol (et je ne te parle pas du nombre de clope que j'ai fumées)). Je me suis imposé de poursuivre malgré le malaise (sur mon échelle perso de l'angoisse j'étais à 6 ou à 7, ce qui sommes toute restait tout juste dans la limite acceptable) puis je l'ai refermé et ça allait vachement mieux qu'avant! Je vais tout de même mettre quelques semaines à digérer tout ça Smile
Le bouquin c'est "le drame de l'enfant doué" de Alice Miller.
Voilà, pour les news de fin de journée (en direct d'une terrasse, une pinte en guise de micro.)

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Invité le Mar 2 Oct 2012 - 23:25

-


Dernière édition par Théodicée le Lun 18 Fév 2013 - 22:20, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Mer 3 Oct 2012 - 17:23

C'est gentil Théo.

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Imo le Ven 5 Oct 2012 - 0:11

Je rentre dormir au boulot. Et je sens que c'est l'une des dernières fois que ça m'arrive.
J'ai aimé cette période plus souvent que je ne l'ai haïe. Elle m'a permis de me dépasser, de m'affronter, elle m'a empéché de me fuir en m'injectant des séries, des web-comics chaque fois que je trouvais la vie trop dure, elle m'a empéché de fondre sur le frigo dès que j'était trop triste où trop seul, elle m'a obligé á chercher des alternatives. Elle m'a permis de réaliser que ce que ma famille appelait des caprices n'en était pas, qu'ils ont été malgré eux destructeurs, violents, manipulateurs, qu'il m'utilisait, abusait de moi, me blamait pour ne jamais avoir à admettre que ce qu'il faisait était monstrueux. C'était pour mon bien, pour corriger mon orgueil, pour faire de moi un homme.

Et je suis parti, comme j'ai pu, ils m'ont empécher d'obtenir quoique ce soit qui aurait pu me permettre de partir dans de bonnes conditions, alors je suis parti avec ce sur quoi il n'avait pu avoir de prise: mon inconscience et mon indépendance d'esprit.

Et dans cette parenthèse qu'ont été ces deux dernières années, ce prologue plutöt, j'ai appris à aimer, appris à refuser l'amour sans respect, appris que j'étais aimable et respectable, appris qu'il y a des mots qui peuvent détruire aussi surement que la violence, appris qu'il y a des mots, des yeux, qui peuvent vous donner le souffle nécessaire pour recommencer à respirer, pour guérir et grandir.

J'ai revu des images filmée chez eux avant que je coupe les ponts que mon dos et mes articulations soutenaient par trop d'effort. Et ce qui me parraissait normal il n'y a pas si longtemps, que je trouvais trop génant quand je suis parti, m'a paru proprement insupportable. Heureusement que l'humain est bien foutu et que pour peu qu'on est jamais simultanément l'occasion, les rasions et l'envie d'en finir on peut survivre à bien des choses.

Je ne peux m'empécher de penser que certains liront ce mur en se disant que c'est indécent, que ce n'est pas le lieu, que ce lamenter ne sert à rien, je sais aussi que c'est la petite voix qu'il m'ont forcé à avaler qui me souffle cette pensée pour me convaincre de ne pas la recracher. Et si par hasarf quelqu'un serait d'accord avec cette voix qu'il se rappelle que ni lui, ni moi ne sommes des self-services, nous sommes nos douleurs et nos joies, je vous les présentes, je me présente. Si vous voulez que je fasse du tri pour vous distraire ou vous rassurer passez votre chemin.

Imo
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 194
Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par colargolle le Sam 6 Oct 2012 - 11:30

Plainte ? Indécence ? Pas trouvé...
Et ce qui me parraissait normal il n'y a pas si longtemps, que je trouvais trop génant quand je suis parti, m'a paru proprement insupportable. Heureusement que l'humain est bien foutu et que pour peu qu'on est jamais simultanément l'occasion, les rasions et l'envie d'en finir on peut survivre à bien des choses.
Ouaip, on est bien foutu, je suis d'accord... Avec une capacité à lire les choses à travers des prismes qui rendent possible la survie

colargolle
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1054
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 42
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je est un regard

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 1:08


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum