Les penseurs en images - quelqu'un connaît il la méthode Davis ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les penseurs en images - quelqu'un connaît il la méthode Davis ?

Message par bethisabea.rossitto le Dim 19 Aoû 2012 - 18:06

Salut,
Quelqu'un connaît-il la méthode Davis ?
Ron Davis est un américain. A 18 ans il était encore considéré illettré parce que incapable de lire, d'orthographier malgré un QI de 137.
Il est parvenu à devenir ingénieur, homme d'affaire, formateur et sculpteur.

Je suis typologie, zèbre. Je dis "typologie" parce que je n'ai jamais fait les démarches pour être diagnostiqué « officiellement » mais je peux dire, comme la plupart des zèbres, des surdoué, des HP, (avec ces appellations comment voulez-vous sortir dehors) que ma vie n'a pas été drôle alors que, pour le commun des mortels, j'ai tout pour être heureuse. Je me regardais dans le miroir en me demandant "c'est quoi qui va pas chez moi, pourquoi mon cerveau ne fonctionne pas ? Pourquoi je me sens une coquille vide ? ¨Pourquoi je m'ennuie autant ? Pourquoi on m'aime pas ?"
J'ai trois enfants, eux aussi le même fonctionnement. Alors, vous imaginez, combien de souffrance, de mal être, d'incompréhension et ça jusqu'à ce que je fasse cette grande découverte. Je suis normal ! seulement, je suis différente et ma différence elle ne se voit pas et donc elle ne peut pas être reconnue et personne ne peut m’aider.
D’avoir toutes ces informations sur mon fonctionnement m'a soulagé et j'ai beaucoup lu les livres de JSF et d'Ariel Adda, de Alice Miller et d'autres.

Bien sachant maintenant qui je suis il me manque encore des outils. Comment prendre le contrôle de mon cerveau ? J'ai enfin trouvé ! et je veux partager.

Davis a mis au point une technique de correction des troubles de l'apprentissage. Dans son livre le DON d'Apprendre il livre tous les détails de sa méthode. Il explique les outils mis à disposition pour faciliter l’apprentissage. Peut-être vous dites-vous, je suis HP je n’ai pas de difficultés d’apprentissage. Justement si.
L’apprentissage à tout individu se donne de la même manière à tout individu. seulement lorsqu’on est cerveau droit l’approche de l’apprentissage se doit d’être différente.
On nous nie le droit à l’éducation et ainsi l’accès à la connaissance.
Hé oui !!! C’est vrai, c’est fort, mais c’est exactement ce qui se passe.
Vous noterez qu’à un aveugle on lui donne des livres en braille, à un handicapé on organise les lieux, pour un sourd le langage des signes….
Notre différence ne se voit pas et donc « nada », on est catalogué fainéant, rêveur, manque d’attention, peu soigneux, pourrait faire mieux, etc. s’en suit la frustration, la dévalorisation, la démotivation, le peu d’estime de soi. Et avec tout ça il faut devenir un adulte épanouit.
Ben voyons !
J’ai lu que 60% des élèves d’une classe serait cerveau droit.
Avec pas grand-chose, sans révolutionner le système, il est possible d’aménager l’éducation, la scolarité d’un enfant (HP, dyslexique, TDA..) pour lui permettre l’épanouissement et le confort durant toute sa scolarité. Davis apporte des solutions simples et exceptionnelles.
Je peux, et je veux témoigner des résultats de cette méthode pour en avoir fait l'expérience sur mes trois enfants et sur moi-même et je peux ajouter mon époux, dont j’ai découvert le fonctionnement après avoir compris l’approche Davis.
Nous sommes nombreux. Je crois pouvoir dire que nous sommes bien plus nombreux que ce qui se dit. Notre différence ne se voit pas comment est-il possible de quantifier ce qui n'est pas visible.

Concrètement qu’apporte Davis ? Que se passe-t-il dans notre cerveau ?
Selon ce que j'ai pu apprendre, comprendre c'est que le fil commun aux difficultés diverses est "la pensée en image" (prochainement le site "lespenseursenimages.com" ) .
C'est aussi la capacité exceptionnelle à se désorienter; c’est à dire percevoir notre environnement avec tous nos sens et notre cerveau décode. Seulement lorsqu'on est excellent à se désorienter les informations décodées sont pas toujours celles qui reflètent la réalité.

Lorsqu'on apprend il nous faut rester présent. Présent à la lecture présent à l'écoute. Lorsqu'on est + cerveau droit on a besoin de pouvoir faire des images de ce qu’on lit, de ce qu’on entend. Une image mentale comprend le mouvement, les couleurs, les odeurs, le toucher – tous les sens sont représentés dans une image mentale.
Seulement si : « maison, pomme, herbe, plage, cocotier » sont des mots faciles à imaginer mentalement, les mots comme : » un – le – si – qui – quoi – comme – avant – jamais » -, eux n’ont pas d’image.. C’est le grain de sable ; pas d’image pas de compréhension possible. De ces petits mots, la langue française en contient environ 200 soit entre 40 et 60% d’un texte.
Et lorsque le cerveau rencontre ces petits mots, il va finir par se désorienter; ainsi l’individu ne sera plus présent à la réalité. C’est l’imaginaire qui aura pris le dessus.
Exemple : vous est-il arrivé d’être avec des amis? vous les voyez, les entendez, mais ce qui est bizare c'est que vous les analyser, les regarder comme spectateur, vous êtes pas dans la discussion avec eux, vous êtes décalé.


Je suis facilitatrice Davis, et je mets en œuvre tout ce que je peux pour rendre la méthode connue du grand publique. SVP plus de rétaline ou rilatine ou….. on peut vraiment faire autrement.
Si vous habitez la Belgique pour l’info, un petit article sera dédié à la méthode dans le bioinfo de septembre.
Prochainement je donnerai deux conférences pour donner toutes les informations, en attendant je vous propose de lire Davis. Davis est repris dans la bibliographie de JSF.

Whou !!!!. Je ne voulais pas écrire grand-chose, c’est vrai que c’est difficile de se taire lorsqu’on a beaucoup à dire

Au plaisr d'échanger

Bàv




A bientôt

bethisabea.rossitto
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 3
Date d'inscription : 19/08/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les penseurs en images - quelqu'un connaît il la méthode Davis ?

Message par Invité le Lun 20 Aoû 2012 - 2:17

+1000


J'ai testé par hasard en essayant de trouver des outils qui m'aideraient à expliquer lorsque les mots simples sont "refusés" ou bloquent la compréhension.
Les résultats étaient chaque fois 100% réussite, au point de pouvoir ensuite se passer des images une fois chaque "concept" compris. Que ce soit pour une règle de vie commune à respecter pour le bien de tous, ou pour une notion.

Je crois que d'autres méthodes utilisent le langage par image, mais je n'ai pas retenu les noms, ou alors c'étaient peut-être des variantes de Davis. Il y avait notamment des cartes ou des tableaux qui montraient par des dessins et des schémas, l'ensemble d'une notion à expliquer, lorsque ce n'était pas compris en parlant.
Cela pouvait aller du détail des choses à faire (en dessins), ou des activités possibles, ou encore comment se préparer seul, etc...

Quand je peux m'en passer, je fais par les mots.

Mais dès que je vois que ça bloque, je passe aux images, ou mieux, à "faire avec", pour montrer par le geste, ou le regard et sans parler surtout. Si ça bloque, le fait de parler bloque encore davantage. Se taire, permet de réatteindre une phase d'apprentissage ou d'attention positive. Au lieu de faire du parasitage dans la tête.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les penseurs en images - quelqu'un connaît il la méthode Davis ?

Message par bethisabea.rossitto le Sam 25 Aoû 2012 - 8:16

Bonjour Stéphanie, Désolée de n'avoir répondu plus tôt. Je suis débutante. Les forums j'ai pas encore trop l'expérience.
Je suis épaté de lire que tu as pu mettre en place des trucs et astuces pour surmonter la difficulté d'apprendre.
Tu as su développer une maîtrise sur les mots, ce qui te permet d’en avoir la compréhension et de les utiliser. C’est justement ce qui manque aux personnes qui développent des troubles de l’apprentissage : ils n’arrivent pas à accéder à la compréhension (l’image) du mot.
Les mots simples dont tu parles sont nommés, chez Davis « des déclencheurs » ils sont environ 200 pour la langue française. Lorsque le cerveau (droit) ne peut mettre d’image il, comme tu dis, « bloque » ; c’est ce qu’on connaît sous le nom de dyslexie, trouble de l’attention, dyscalculie, dysgraphie tous les troubles dys. Ce sont là des symptômes.
Sachant que le cerveau droit c’est l’image (Visuel Spatial (VS), le cerveau gauche (Auditif Séquentiel (AS)) c’est le langage, on peut comprendre qu’il est nécessaires que les deux hémisphères traitent l’info pour rendre l’information verbalisable.
Si je suis tendance cerveau droit (je crois qu’on n’est jamais totalement l’un ou l’autre) j’aurais besoin de mettre une image sur le son que j’entends, ou que je lis. Si ce n’est pas possible le cerveau gauche va ramer pour arriver à transformer l’info en langage ou en tout cas à traite l’info.
Pour en sortir, Davis préconise dans sa technique l’utilisation de la plasticine pour modeler (créer) un scénario en trois dimensions qui représente la définition du mot.
On va procéder, avec une technique précise, pour que le cerveau intégre et relie l’image au son du mot ainsi qu’au graphisme. Ainsi lorsqu’il rencontre le mot la lecture ou à lecture ou encore qu’il entend le son du mot, le cerveau ne « bloquera » plus. Il aura toutes les informations nécessaires à sa compréhension. C’est ainsi que Davis procède pour faciliter l’apprentissage.
Les concepts de base permettent de comprendre les règle de vie commune, comme tu dis pour le bien de tous ; Ils sont enseigner selon cette technique de la même manière, en modelant en trois dimensions des scènes relié à la définition du concept. Par exemple pour la définition de la cause, on dira que c’est « quelque chose qui fait arriver une autre chose » Tous ces enfants qui sont définis « mal élevé, impoli » « fainéant » « rêveur » « manque de travail » … ce sont des enfants pour il n’a pas été possible d’intégrer ces régles dès leur plus jeunes âge parce que, je pourrais développer la raison…mais je crains de me faire trop longue.
De ce que je sais, Davis est le seul à donner l’outil « d’orientation » et à utiliser la création en trois dimensions (on quitte le papier) pour intégrer la compréhension.
L’orientation te permet, sans effort, d’ atteindre ce dont tu parles lorsque tu dit « se taire permet de réatteindre une phase d’apprentissage, ou d’attention positive ».
Je suis admirative de ton parcours. C’est la première fois que je rencontre quelqu’un qui intuitivement réussi à maîtriser son fonctionnement. Généralement les personnes développent des « solutions compulsives » par exemple pour éviter la rencontre des petits mots déclencheurs, ils accélèrent la vitesse de lecture. Tu peux comprendre que cela leur permet d’augmenter le seuil de confusion puisqu’il évite à leur cerveau de chercher des infos qu’il n’a pas. Seulement inévitablement atteint un certain seuil il vont être amené à désorienté. Désorienté c’est allez mentalement vers autre chose (sois disant rêver).
C’est en comprenant le rôle de chacun des hémisphères du cerveau que l’on peut avoir une idée de l’importance d’être en mesure de faire transiter l’information de l’un à l’autre
Le gauche étant l’analyse du rationnel, linéaire séquentiel, principalement en mots, les détails, c’est le passé et le futur.
Le droit étant l’image, le global, intuition, le dessin, c’est le présent, l’ici et maintenant
Voilà je suis heureuse d’échanger tous ces détails et te remercie de m’en donner l’occasion.
A très bientôt.
Ps : peux-tu me donner ton appréciation sur l’appellation « penseurs en images » pour toucher les personnes qui comme toi ont besoin de faire des images pour leur compréhension. Et aussi ton appréciation de mes explications sur le sujet. C’est important. Un grand merci
B.

bethisabea.rossitto
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 3
Date d'inscription : 19/08/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les penseurs en images - quelqu'un connaît il la méthode Davis ?

Message par Invité le Sam 25 Aoû 2012 - 10:50

A lire, je comprends mieux pourquoi je parle sans arrêt en images pour expliquer un concept... What a Face

Si tu cherches des références, on trouve beaucoup-beaucoup d'images-pensées:

Like a Star @ heaven dans les contes à morale, les contes anciens qui illustrent avec finesse un concept.
(La Fontaine, pourrait peut-être correspondre au profil, qu'en penses-tu ?)

Like a Star @ heaven les paraboles en image, c'est un peu lié au style de contes cités ci-dessus, mais en version dite religieuse. Les paraboles donc, notamment Jésus. Mais aussi tous les contes zen qui percutent, et tous les koans. Mais là, c'est la version très élevée de ce profil.

Like a Star @ heaven en arts visuels, les personnes douées pour représenter un ensemble complexe "avec magie". Les choix de proportions, les places des centres d'intérêt, les angles de caméra, les couleurs juxtaposées, la lumière etc... Pour donner deux exemples probables, Peter Jackson au cinéma, et Monet en peinture ? De Vinci également, mais il camouflait tout. La sensation éprouvée le fait sentir, mais on s'en rend compte en voyant les géométries et les symboles reliés ou les symétries. Donc pas visible au premier abord.


Je sais aussi que "sans vue globale" je patauge.
Alors je prends le temps pour la créer moi-même sur les sujets où j'avance, en scannant, lisant, reliant ce qui me fait tilt. Comme de faire un tissu avec un motif qui se dessine ou se retrouve petit à petit, sans savoir où l'on va arriver au bout, en suivant les puzzles trouvés et en comparant.
Pour les examens, je faisais de multiples annales et exercices en chaîne, pour scanner tout. Apprendre par coeur que tel type d'exo on le résout efficacement ainsi, que telle autre configuration il lui faut au contraire telle méthode, etc...
Une fois fait, je peux alors me retrouver n'importe où sur le motif dans ce sujet-là, je suis autonome ensuite.

"Voir faire" est aussi très important, "faire le geste" en étant guidé.
Sinon, je ne démarre pas alors que tout le monde a déjà compris.
Les explications orales ne m'aident pas beaucoup, elles ne sont jamais assez précises pour tout me donner dans cette vue globale qui m'est nécessaire. Si je ne peux pas être guidée pour apprendre, je m'entraîne au geste le temps qu'il faut.



Ma fille a le même souci, mais en version plus handicapante actuellement que je ne l'ai ressenti pour moi. Je ne me rappelle plus comment j'ai construit tout cela, et c'est récent la compréhension que le souci vient de cette pensée en images, qui bloque du coup les explications verbales. Ou alors, il faut tout dire avec des mots ultra-précis pour chaque détail. Ma mère m'aidait beaucoup dans les apprentissages, on retravaillait tout à sa façon pour que je puisse avancer. Elle me réexpliquait beaucoup. Je suppose que cela a compensé.

On travaille actuellement avec une personne-ressource, qui a bien fait avancer ma fille: elle se base sur les méthodes Vittoz et Nuyts.

http://www.methodevittoz.ch/
http://www.vittoz-irdc.net/spip/La-therapie-Vittoz

http://www.lire-ecrire.org/conseils-pratiques/aider-a-apprendre/echec-scolaire/les-conseils-delisabeth-nuyts.html
http://www.savoir-apprendre.info/


C'est ainsi que Madame Nuyts a pu relier dyslexie et apprentissage global et silencieux chez certains enfants, par ailleurs très intelligents. Voyez plutôt :



Sans parler cet enfant n'avait vu ni les analogies (les formes semblables) ni les positions, ni les orientations. Et que dire des omissions ! Nous avons là tous les défauts du dyslexique. Quelle est en effet la différence entre p b d et q, si ce n'est la différence de position de la barre par rapport au rond ? Et que dire des omissions ? L'exemple suivant nous prouve bien que la parole accompagnant la vue est nécessaire à certains enfants.



A gauche , mot "député" écrit sans parler ( l'enfant confond le "d" avec le "t" et oublie une voyelle)

A droite ce même mot écrit correctement en parlant



Du coup, j'ai vu là aussi que ma façon de construire correspondait à ce qu'il fallait faire, mais que j'avais aussi à "désapprendre" ce qu'on m'avait appris à faire en formation enseignante, pour ce genre de profil. Sinon effectivement, tu as raison, on tombe direct dans les troubles dys de toutes sortes. Ma fille se plaint déjà de confondre les lettres qui se ressemblent et bloque sur elles, donc on travaille sur les formes de la méthode de lecture des Alphas pour qu'elle les mémorise sereinement sans se braquer ou se stresser. Sinon elle angoisse dès qu'elle ne comprend pas à l'école et se bloque. Et pour débloquer après, ... (plus dyspraxie, dysgraphie, que la maîtresse a résolu avec sa méthode d'écriture, ouf)
silent






Ce qui m'intrigue, c'est qu'effectivement le fait de parler ou "paroliser" aide énormément. (voir ci-dessus)
Cela change tout.
Mais une autre façon d'avancer permet parfois au contraire d'éviter de se disperser, de se taire, pour "voir faire".
Et là, le langage gestuel résout aussi beaucoup de choses. Sous condition de ne pas parler en même temps, de se taire. Sinon cela ne marche pas. Un seul bon geste résume tout le concept, geste mental qui rejoint si j'ai compris l'image 3D dont tu parles.
Bêtement, si je demande à ma fille d'aller se coucher, ce ne sera pas fait: elle va oublier, faire autre chose en chemin, ou ne pas vouloir, ou revenir avant d'avoir fini car elle a oublié une chose avant et doit revenir la chercher, bref ça ne marche pas. Si je détaille tout, si je l'accompagne tout le long, j'ai des chances d'y arriver. Mais cela génère de l'éparpillement, des arborescences lourdes et sans fin, donc c'est mieux mais pas top non plus. Surtout épuisant à gérer durant ce temps-là, je dois la recentrer tout le long, cela demande beaucoup d'attention.
Alors que si je me tais, que je ne réponds surtout pas à son bavardage à ce moment-clé, et que je lui montre par le geste, gentimment, que c'est l'heure d'aller se coucher, ou par une image-dessin et un petit clin d'oeil de ma part, elle comprend de suite, et va le faire sans se disperser.
L'image globale, par le geste, ou le dessin, pour faire une chose qu'elle sait pourtant faire en théorie, permet d'y parvenir.
Bien plus efficacement que par la parole, sinon c'est épuisant.
Sleep

Mais ce qui m'intrigue, c'est que d'autres fois, l'image seule ne suffit pas: comme les exercices en image ci-dessus. Notre personne-ressource dit que cela dépend si l'enfant "se parle en lui ou pas". Celui qui se parle dans sa tête y arrive. Celui qui ne le fait pas, n'y arrive pas. ce qui donne donc des exercices géométriques, ou d'écriture, complètement ratés pour ces enfants, s'ils ne se parlent pas. Si l'enfant en échec, apprend à paroliser sur son travail, dans le moindre détail, c'est gagné. Il pourra ensuite apprendre à "parler dans sa tête".
Et je confirme, je suis extrêmement gênée par le bruit autour de moi si cela me coupe ma pensée. Je dois alors tout recommencer. Surtout lorsque je mène plusieurs choses en même temps ou en parallèle.
pale
Donc le paradoxe, est que dans le meilleur cas, il faut se passer de la parole autour de soi pour réussir à "se parler dans la tête".
Mais avant ce stade, ou pour un nouveau concept peut-être, il faut au contraire beaucoup de parole... Suspect
A moins de trouver la vue globale, ou la bonne image qui fait tilt, ou de "voir faire sans parler" pour le faire dans sa tête. Je ne sais pas si j'explique bien.
Embarassed


"Penser en images" m'a très bien évoqué l'idée en lisant ton titre, no souci.
Sinon "parler en images" ? Car c'est dans les deux sens: pour s'adresser à ceux qui fonctionnent ainsi, et pour qu'eux aussi le puissent.

En tout cas, si je remonte le fil, les ennuis pour ma fille ont commencé à partir de l'âge où:
Like a Star @ heaven elle pouvait faire toute seule. Du coup, j'étais moins souvent avec elle pour accompagner ses gestes quotidiens, ou moins proche physiquement, mois souvent. Mais du coup elle a perdu si j'ose dire le miroir sur lequel elle s'appuyait pour certaines situations: le coucher par exemple, elle ne pouvait pas l'apprendre "ne me voyant faire". Laughing

Like a Star @ heaven Et à partir de l'école. Où tout s'explique et se montre une fois, mais ces enfants ne construisent pas assez de cette façon, il leur faut répéter et revoir le miroir-modèle, apprendre à se parler. Et vivre le fait que tous les autres ont compris de suite, mais pas eux qui pataugent. Alors que d'habitude, ils réussissent tout plus vite, ou gagnent à tous les jeux d'intelligence-stratégie. Mais là, boum, échec. Sans compter ceux qui sont en échec tout court partout, s'ils n'avaient rien construit avant l'entrée en école.
Neutral



Témoignage d'une jeune fille qui depuis l'enfance a traversé toutes les étapes de difficulté, et comment elle s'est battue.



Purée, j'ai fait long. Very Happy
J'espère n'avoir pas trop fait fouillis, et pas exploré trop de pistes, mais c'est ma façon globale d'appréhender l'ensemble. D'habitude je résume, ou je coupe pour mettre moins d'idées et moins de longueur. Mais cette fois je laisse au naturel, puisque le sujet est de penser ainsi. ^^


J'adore ce sujet et cette discussion. cheers
J'explorerai mieux tout ça au retour de vacances.
Hop, direction plage !
sunny sunny sunny



PS: va vraiment falloir faire circuler des infos auprès des écoles, des trucs simples comme ça, apprendre à paroliser, c'est génial et résout tellement de difficultés. Shocked

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les penseurs en images - quelqu'un connaît il la méthode Davis ?

Message par bethisabea.rossitto le Sam 25 Aoû 2012 - 15:10

super sympa ta réponse. Je prends le temps de répondre sur tout.
Mais comme tu pas en vacances (bonnes vacances donc) ....
et évidemment que ce sera mon combat.... mais sans forcer....
si je peux amener la méthode comme l'oméopathie j'ai des chances d'êtres accepté, parceque la technique est révolutionnaire.
Vraiment j'insiste, prends le temps de lire le Don d'apprendre de Ron Davis.
Tu pourras comprendre comment (très rapidement) aider ta fille pour que plus jamais elle ne"bug" sur les mots, ou les mouvements, ou les sons.
A plus tard.
Moi aussi, j'adore parler de ce sujet. C'est devenu une passion si pas une obsession.
B.

bethisabea.rossitto
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 3
Date d'inscription : 19/08/2012

Revenir en haut Aller en bas

La méthode Davis, un espoir pour les dyslexiques

Message par bethisabea le Jeu 31 Jan 2013 - 22:52

Bonjour,
J'avais promis une suite et plus d'info sur le sujet.
J'ai écrit un article paru dans le magasine Néo Santé du mois de décembre (n°18).
Je ne réussi pas à le joindre à ce message, en voici donc un résumé.

La Méthode Davis®, pour corriger les troubles liés à l’apprentissage

Depuis 1981 l’américain Ron Davis mène des recherches pour corriger les difficultés tels que la dyslexie, la dyscalculie, les troubles de l’attention, etc. Sous le terme « dyslexie », la méthode Davis® englobe tous les troubles liés à la difficulté d’apprendre.
Ron Davis était encore illettré à l’âge de 18ans parce que incapable de lire et d’orthographier correctement et cela malgré un QI de 137. Il est considéré retardé mental durant toute sa scolarité. En dépit de ces difficultés, il est devenu ingénieur, homme d’affaire, formateur et sculpteur. Dans son livre « le Don d’Apprendre » Ron Davis dévoile le fruit de ses recherches et explique la méthode dans son intégralité.
Selon Ron Davis, le fil commun à ces difficultés est la pensée en images et la désorientation. J’ai choisi tout au long de ce résumé de nommer « penseur en image » le sujet qui présente des troubles liés à l’apprentissage.
Pensée verbale et pensée non-verbale.

Selon Ron Davis la plupart des individus utilise deux formes de penser dans des proportions très variables : la pensée verbale et le pensée non verbale.
- La pensée verbale : le sujet pense avec le son des symboles (auditif/séquentiel).
- La pensée non verbale : le sujet pense essentiellement en image (visuel/spatial).
La pensée verbale (son) est linéaire séquentielle, c’est-à-dire que la vitesse de penser est égale à la vitesse de parole. A noter qu’un bon speaker aura un débit de 200 à 250 mots par minutes.

Le sujet qui pense en image n’est pas conscient de son mode de penser qui est rapide automatique et systématique.

Confusion et désorientation

Lors de la reconnaissance des symboles, lettres, mots etc. le sujet peut être confondu et se désorienter. Pour identifier un objet il utilise la désorientation ; mentalement il tourne autour de l’objet et le fait pivoter jusqu’à 360°pour le reconnaître. Mais ce procédé l’induit en erreur, il ne fonctionne pas pour déchiffrer un symbole, une lettre. En effet selon sa forme la lettre change : « p» devient « q » et « b » devient « d », etc. Il ne fonctionnera également pas pour reconnaître les mots abstraits, sans image ; mots qu’on nomme « les déclencheurs » parce qu’ils déclenchent la désorientation. C’est au moment où le sujet atteint son seuil de confusion, qu'il se désoriente. Il est confondu par un élément qu’il n’est pas en mesure de reconnaître et en même temps qu’il veut comprendre. C’est le cas avec les symboles qui sont les lettres, les chiffres, la ponctuation ainsi que les symboles mathématiques.
La pensée non verbale (en image) est sans fin ; les idées s’associent et se complètent à l’infini. Ce mode de penser étant très rapide et subliminal (il en n’est pas conscient) le sujet éprouve des difficultés à formuler ses pensées en mots ; ses pensées sont plus rapides que la capacité à les verbaliser, ce qui donne parfois un langage incohérent.

Le symbole
Le symbole est constitué de trois parties : le graphisme, le son et le sens (la définition du mot).
Lorsque ces trois parties sont reliées, il est possible d’acquérir la compréhension du symbole.
S’il existe uniquement le lien entre le son et le graphisme cela ne suffira pas à comprendre ce dont il s’agit. Prenons l’exemple du mot suivant : canadair ; le lire et se faire une idée du son ne permet pas d’en avoir une image ; i l faut y ajouter l’image qui est le sens du mot.
Pour la compréhension du penseur en image, le lien entre ces trois parties est fondamental.
Cela lui permet de créer des données et de les intégrer mentalement sous forme d’image et souvent en trois dimensions.
Désorientation et mots déclencheurs
Comme dit plus haut le sujet est confondu lorsqu’il est dans l’impossibilité de se faire une image mentale compréhensible. Il va, vu l’impossibilité de comprendre, se désorienter. Chacun d’entre nous a déjà vécu une désorientation : tourner très vite sur place et s’arrêter brusquement donne l’impression que tout l’environnement tourbillonne. - la perception de l’environnement est déformée et la perception des sens est altérée ainsi, la réalité est faussée. Dans cet état la reconnaissance d’un symbole est systématiquement faussée d’où les erreurs de lectures et de compréhension. Ajoutons à cela des mots qui sont abstraits et peu définissables, comme « le », « qui », « sans » « ne » qui représentent entre 40 et 60% du texte. Ces mots sont des déclencheurs, ils entraînent la confusion et génèrent la désorientation. Une fois que le sujet est désorienté il n’est plus présent à la réalité. Il est projeté dans son imaginaire ce qui le rend absent. Ces absences vont le rendre incapable de suivre une leçon, d’intégrer des compétences, de comprendre et de répondre aux consignes, elles-mêmes construites avec des mots déclencheurs. Les erreurs vont s’accumuler ainsi que les frustrations et au final, le sujet se démotive, quoi qu’il fasse il sera dans l’erreur.
La Technique Davis®

La technique Davis propose des outils pour contrôler la désorientation.
- L’orientation ; le sujet apprend à s’orienter et à percevoir la réalité. Il est présent.
- La maîtrise des symboles. Dans cet état d’orientation il intégré la compréhension des symboles et des mots.
- Les exercices de lecture. Ces exercices de lecture exercent l’œil à reconnaître les formes des lettres et des mots ; ceci permet également d’exercer une vision détaillée du langage écrit et d’améliorer l’orthographe.
C’est dans cet état de présence qu’il effectue les exercices pour éliminer les confusions et s’approprier le sens des symboles et des mots. Il peut maintenant comprendre, lire et entendre les consignes de manière à intégrer les matières. L’orientation lui permet de sortir de la confusion et d’être présent.
Les sujets TDA

Pour les TDA, ce sont les concepts de base qui sont enseignés dans cet état d’orientation. Il sera clairement défini la conséquence, les situations de cause à effet, ce qui est avant et après, le concept de changement, d’ordre, de désordre, ainsi que le concept de temps et de séquence.
Une fois la correction effectuée, le sujet utilise son fonctionnement de base : la pensée en image. A partir de ce moment il est en mesure d’acquérir de nouvelles compétences.

Cette méthode permet aux adultes et aux jeunes penseurs en image de prendre conscience de leur fonctionnement et de contrôler ce qui les confond en maîtrisant les symboles et les mots. Dans ces conditions, l’accès à la connaissance est ouvert à tous et apprendre devient un réel plaisir.
Caractéristiques et particularités
Voici quelques caractéristiques et particularités communes aux penseurs en image :
Pour résoudre les problèmes il utilise un mode de raisonnement basé sur les images et le ressenti plutôt qu’une logique verbale, linéaire et séquentielle. Il donne la solution d’un problème sans savoir comment il y est arrivé. C’est un mode intuitif.
Il éprouve des difficultés à formuler ses pensées en mots ; ses pensées vont plus vite que sa capacité à les verbaliser. Aussi, vous l’entendrez passer du coq à l’âne, et que vous sachiez ce qu'il veut dire est une évidence pour lui. Il ne réalise pas que ça n’est pas le cas, ce qui donne l’impression d’un langage incohérent.
Souvent il dit avoir compris mais il n’a saisi qu’une partie de l’information parce que pour lui les mots n’ont pas tous une image. Sans image il n’y a pas de sens, si il n’y a pas de sens il n’y a pas de compréhension possible et, cette incompréhension est inconsciente.
Certains paraissent brillants s’expriment bien à l’oral, mais ont des difficultés à écrire, lire ou à orthographier
Il s’ennuie très vite lorsqu’on lui parle
Il a des difficultés à comprendre les consignes, Il répond mais pas à ce qui a été demandé
On dira qu’il est paresseux, sot, peu soigneux ; qu’il manque de persévérance, qu’il est étourdit et trop souvent ailleurs. Qu’il fait toujours autre chose au lieu d’être attentif. Qu’il se disperse, qu’il n’a pas la notion du temps. Il a des problèmes comportementaux.
On dira aussi qu’il n’arrive pas à se concentrer. Qu’il est trop actif ou pas assez.
Ces humeurs peuvent varier d’un instant à l’autre.
Il a tendance à voir les solutions de par sa vision globale. Par contre il n’est pas à l’aise lorsqu’il doit utiliser les mots.
Il apprend plus facilement au travers de démonstration, s’il peut créer, manipulé.
Il est doué pour l’artistique.
Il est souvent très altruiste et d’une grande sensibilité,
On remarque aussi, qu’il n’est pas suffisamment en difficulté pour justifier une prise en charge et en même temps suffisamment pour être en difficultés, se sentir bête et perdre confiance en lui
Betty Rossitto,
Facilitatrice Davis
lespenseursenimages@gmail.com

Informations pratiques
Site international, www.dyslexia.com
Site français www.dyslexie-tda-dyscalculie.fr
site d’un facilitateur français. www.infodyslexie.org
Sur la page http://www.dyslexia.com/world.htm, tous les facilitateurs dans le monde ainsi que les sites.
L’ouvrage « le Don d’Apprendre »
La présentation détaillée de la théorie de Ron Davis sur le fonctionnement et le développement cognitif du dyslexique, ainsi que la description, étape par étape, des exercices de base de la méthode Davis, sont exposées dans le livre Le Don de Dyslexie, par Ron Davis, aux éditions Desclée de Brewer


bethisabea
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 1
Date d'inscription : 17/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les penseurs en images - quelqu'un connaît il la méthode Davis ?

Message par siamois93 le Ven 1 Fév 2013 - 0:32

Très intéressant...pour moi cela rejoint aussi certaines formes de méditation où l'on préfère l'écoute à la vision, alors que le monde d'ordinaire est bien plus souvent visuel.

siamois93
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3069
Date d'inscription : 02/04/2012
Age : 49

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les penseurs en images - quelqu'un connaît il la méthode Davis ?

Message par Invité le Ven 1 Fév 2013 - 0:41

Very good. Wink




Il apprend plus facilement au travers de démonstration, s’il peut créer, manipulé.

En dialogue aussi, il apprend beaucoup. Et très vite.
question-réponse, en réciprocité, ouvre des portes, comme un ping-pong, sauf que dans ce cas, le "joueur" dit visuel, apprend autant des questions posées que des réponses.
Le jeu commence avec un niveau disons de 25/50, et à la fin des questions-réponses en mode réciproque, ou miroir, il repart avec 40/50 minimum.
Et sur ce point, ce profil est performant, bien plus que les autres qui ne sont pas concernés. Il n'apprend pas parce qu'on lui explique. Il apprend parce qu'il intègre les questions. Et qu'il intègre les intuitions que cela lui ouvre en arborescence.
S'il essaye d'intégrer autant en lisant, ça prendra non seulement plus de temps, beaucoup plus, mais en prime il ne comprendra pas forcément tout, ou pas de la même manière. Voire pas du tout pour ceux qui n'ont pas trouvé comment fonctionner. Ou à qui l'on a répété qu'ils étaient nuls.



Et utiliser ce concept de question-réponse, ou observation-réponse avec des plus jeunes qui sont concernés par cette façon d'appréhender le monde, leur ouvre aussi de très grandes portes.
Structure.
Donne de l'ordre là où il n'y en a pas, mais d'une autre façon qu'apprennent et réalisent "les autres".


Le sujet qui pense en image n’est pas conscient de son mode de penser qui est rapide automatique et systématique.
Donc lui donner des questions, des paradoxes, ... Démultiplie son avancée. En mode automatique, "et" systématique. Fulgurant. ^^
Pour illustrer ce qui est dit ci-dessus avant cette citation.


Je peux me tromper, mais pour avoir vu nombre d'enfants que je qualifierais de "fonctionnement chaotique puissant", qui dépassent sans sourciller en vitesse, les profils dits "non chaotiques", qui pourtant excellent d'habitude... Lorsque la recherche est justement en mode chaotique obligatoire, car non-linéaire, et surtout arborescente complexe inconnue, sans repères habituels.
Ces profils n'apprennent pas par réponses, ni par recherches guidées, encore moins linéaires.
Ils sont performants et ultra-performants, en recherche globale, chaotique, et arborescente, dont la réponse n'existe pas encore pour eux.
Le fait est que donc, souvent, ils expliquent eux-mêmes avec ce mode-là, en mode "nuageux" car ils ont intuité que c'est ainsi qu'ils apprennent. Et que donc cela sert à tous ceux qui sont du même profil.


Mais si tu leur donnes une recherche linéaire, ou accessible, ou que tu les guides de manière classique... Alors tu leur parasites carrément les récepteurs intuitifs, qui donnent la solution directe le reste du temps. Et s'ils sont persuadés que la bonne façon c'est de se faire parasiter par tout cela, parce qu'on leur répète que c'est ainsi qu'on apprend... Alors que ça les met au contraire en échecs... Le résultat peut effectivement être un néant total.
Ou une supernova quand ils utilisent leurs propres façons de fonctionner.


"Les autres" apprennent par pas de fourmis. Avec une vision de fourmi.
Ceux-là, peuvent être en aveugle sur les pas de fourmis, avec une vue de fourmi, comme on apprend à ce jour.
Mais en mode "sauterelle", avec un vol, un saut , et une vue de sauterelle... Là, ils gagnent.


Comparer les progrès d'un enfant-fourmi, et d'un enfant-sauterelle, où chacun a sa bonne manière d'apprendre... Comparer la fourmi qui apprend en fourmi, et la sauterelle qui apprend en sauterelle.
Même en partant de très bas, de très loin, l'enfant-sauterelle sera fulgurant du point de vue des progrès réalisés. Méthode Vittoz, Méthode Nuyts, en sont des exemples.
Une sauterelle, peut rattraper 2-3 ans de retard, en seulement une année: j'en ai un cette année qui revient de très loin, et quand on passe en mode-sauterelle, il apprend tout réellement plus vite que les autres. Mais si tu le remets en mode-fourmi classique, c'est de nouveau galère, on perd du temps, il ne comprend pas.




Rubicube en mode instinctif, résolu à vitesse grand V, sans méthodes ni schémas mémorisés, c'est fourmi ou bien sauterelle ? Like a Star @ heaven

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les penseurs en images - quelqu'un connaît il la méthode Davis ?

Message par Flo tant le Ven 1 Fév 2013 - 8:18

Juste un petit partage.
Je fais actuellement un bilan dyslexie, et comme j'avais lu Davis "le don de la dyslexie", je lui en parle.
Recule et la petite phrase de protection:
- à non je ne l'ai pas lu, sourire, mais vous allez m'en parler.
Je cherche activement des solutions pour mes difficulté à intégrer l'orthographe, surtout qu'en j'écris des histoires car là mon émotion bloque beaucoup.
J'ai le résultat cette après midi. Je pense qu'elle n'a rien trouvé de probant.
Je partagerai la suite, car pour les adultes il n'y a pas de test.

Flo tant
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 265
Date d'inscription : 27/06/2012
Age : 40
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les penseurs en images - quelqu'un connaît il la méthode Davis ?

Message par Ise le Ven 1 Fév 2013 - 19:54

Bonjour, je me glisse ici pour vous lire plus tard
Je suis très concernée par tout cela et IL Y A URGENCE
Mon fils aîné a été décelé dyslexique en 3ème, en mai dernier. Il est en train de s'écrouler littéralement en 2nde. J'ai le livre de Ron Davis et j'ai vu que des "stages" sont proposés par des spécialistes de la méthode un peu partout en France. Je mets actuellement de l'argent de côté pour le lui proposer, mais 1500 euros ça ne se trouve pas sous le sabot d'un cheval !
A bientôt donc

Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les penseurs en images - quelqu'un connaît il la méthode Davis ?

Message par Invité le Ven 1 Fév 2013 - 19:58

En personnifiant les règles d'orthographe ? En inventant une histoire "qui explique" tous les liens sur telle règle, tel type de famille de mots?

+ mémorisation visuelle, du coup

Visualiser les liens avec des couleurs, des symboles, qui s'ajoutent à la phrase, sur papier ou dans la tête ?
Lien d'accord, lien de conjugaison, etc...

En presque 3D du coup, si tu mets des symboles qui parlent en relief à ton esprit, et en couleurs.





Dyslexie: il y a la police de caractère à utiliser et prendre sur internet.
Ecarter les lettres entre elles, ou écrire-taper les lettres en plus gros.
Je regarde pour d'autres liens que j'ai. On peut mutualiser ce qu'on a en liens, vécus qui marchent, astuces possibles.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les penseurs en images - quelqu'un connaît il la méthode Davis ?

Message par Flo tant le Sam 2 Fév 2013 - 10:18

Bon, bilan dyslexie rien de significatif quelques signes mais mineur, conseil : prendre des cours de d'orthographe. Me voilà bien avancé. C'est autre chose peut être, ou pas. Je connais les règles, mais il y a une dichotomie entre l'application et le savoir. Quand j'écris ce n'est pas fluide, comme si il y avait une barrière. Je pense à faire des scéances d'hypnose pour lever le voile sur ce blocage. Ce qui frustrant c'est que pour le reste cela va super vite, le décalage est d'autant plus visible.

Flo tant
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 265
Date d'inscription : 27/06/2012
Age : 40
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les penseurs en images - quelqu'un connaît il la méthode Davis ?

Message par Iron D. Tramb le Sam 2 Fév 2013 - 11:13

La methode Davis...
je suis partagé, j'ai l'impression que c'est un peu une usine a fric tant les self test proposé ont des questions générales-> parfaites pour l'effet Barnum ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Barnum ) ou le biais de confirmation d'hypothèse ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Biais_de_confirmation ) qui font que quasiment tout un chacun pourrait s'y reconnaitre et donc faire des stages


traduction du self test version 2008 → http://www.dyslexia.com/library/adult-symptoms.htm

un version moins complète existe en francais, mais date de 92 et la différence que je fait entre ma compréhension (du 2008) et la traduction (du 92) diverge,
1992 -> http://www.dyslexia.com/library/french/signes.htm




Traduction:
Common Characteristics of Adult Dyslexia
Caractéristiques communes des adultes dyslexiques

Most adult dyslexics will exhibit at least 10 of the following traits and behaviors. These characteristics are often inconsistent, and may vary depending upon the day or situation.
La plupart des dyslexiques adultes présentent au moins 10 des traits et comportements suivants. Ces caractéristiques sont souvent incompatibles, et peuvent varier en fonction du jour ou de la situation.


Career
Carrière

Employed in job/position that will hide difficulties or not require dealing with problematic areas.
Employé dans un boulot /poste qui permet de masquer les difficultés ou qui évite de rencontrer les problématiques.
.

Hides difficulties from co-workers, friends and even family.
Cache ses difficultés grace a ses collègues, amis voir par la famille


Becomes frustrated at "planning meetings" and sequential tasks - already has the answer and how to do it.
Est frustré par les réunions x?x et par les taches séquentiels, car il connait déjà les réponses et la méthodologie qui va avec


Becomes frustrated or overwhelmed with long forms or sequential processes.
Devient frustré ou dépassé(?) avec des X?X X?X ou des processus séquentiels


Thrives in careers where visual-spatial/kinesthetic talents can be realized: For example - Entrepreneurs, Engineers, Trades (carpentry, plumbing, electrical), Artisans, Interior Decorating, Actors, Musicians, Police/Investigation, Athletes, and Business Executives (usually with staff/assistants).
S'épanouie dans les carrières où les talents visual-spatial/kinesthesique peuvent être réalisées: par exemple - entrepreneurs, ingénieurs, hommes de métiers (menuiserie, plomberie, électricité), des artisans, la décoration intérieure, acteurs, musiciens, Police / Enquête, athlètes et de dirigeants d'entreprises (généralement avec le personnel / assistants).


May pass up promotions or advancement opportunities that would require more administrative work.
Peut avoir des opportunité d'avancement~promotion requérant normalement plus de compétence(~travail(?)) administrative


Has difficulty focusing and staying on task - may feel more comfortable managing many different tasks simultaneously.
A des difficulté a rester concentrer sur une même tache- peu se sentir a l'aise a faire plusieurs chose en même temps


Difficulty with tests - passing standardized tests can be a barrier to career advancement.
Rencontre des difficulté avec les test- les test standardisé peuvent être un frein a l'avancement proffessionnel


Highly successful/over achiever, or considered "not working up to potential." Either way, displays extreme work ethic.
???? ????/???? ???? ou considéré comme ne travaillant pas a pleine puissance, mais montre de toutes manière une forte éthique concernant son metier

May be a perfectionist and overreact when they make a mistake.
Peut être un perfectionniste et réagir de manière excessive quand ils font une erreur.


Out-of-the-box thinker or operates with very strict rules for themselves.
Penseur divergent ~penseur hors-norme ou se fixant des règle de conduite strict


Learns best through hands-on experience, demonstrations, experimentation, observation, and visual aids.
Apprend à travers des expériences pratiques, des démonstrations, l'expérimentation, l'observation, et des aides visuelles.




Général


Highly intuitive - known to have "street smarts." Is often "dead on" in judging personalities of others.
Très intuitif – connu pour être débrouillard. Et est aussi ??? pour jugé la personnalité des autres



May be able to sense emotions and energy of others.
Peu être en mesure de sentir les emotions et l'energie des autres


Remembers struggling in school.
Se souvient de ses problèmes scolaires


Frequently have dyslexic children and experience guilt when seeing own child struggle. Insecurities arise while reading to own children or helping them with homework.
Ont souvent des enfants dyslexiques et se sentent coupable en voyant la lutte de leur propre enfant. . angoisse pendant la lecture aux enfants ou les aider à faire ses devoirs.


Easily distracted/annoyed by noises and other things in environment.
Facilement distrait / agacé par les bruits et d'autres choses dans l'environnement.


May appear to "zone out" and be unaware that it is happening.
Peut paraitre "à l'ouest" et incontient de ce qui ce passe


Enjoys video games.
Apprécie les jeux vidéo


Misspeaks, misuses, or mispronounces words without realizing it.
Parle mal, utilise mal ou prononce mal les mots sans s'en rendre compte



May have poor balance or is/was very athletic.
À un mauvais équilibre ou est/était très sportif


May have excellent recall of events that were experienced or not remember at all.
Peu se souvenir tres bien d'événement vécu ou au contraire, pas du tout


May confuse past conversations or be accused of "not listening."
peu confondre les conversation passé ou être accusé de ne pas écouté


Difficulty remembering names of people without tricks, but remembers faces.
Difficulté a se souvenir le nom des gens sans astuce, mais se souvient des visages


Difficulty remembering verbal instructions or directions.
Difficulté a se souvenir des instructions verbales ou directions


Poor recall of conversations or sequence of events.
Se souvient mal des conversation ou des enchainement d'événement

reading, writting & speellling
lecture, écriture et orthographe


Difficulty reading unfamiliar fonts
difficulté a lire des police inconnues


Avoids reading out loud. May dislike public speaking.
Évite de lire a haute voix . Peut ne pas aimé parlé a un public


Will commonly perceive that they "read better silently."
X?X percoit qu'il lit mieux en silence


Has adopted compensatory tricks to remember spelling and homonyms (their, there, they're), or misuses homonyms and has poor or inconsistent/phonetic spelling.
A adopter/développer des astuce pour retenir l'orthographe et les homonymes '(s'il, si il, cils...), ou inverse/utilise mal les homonymes et a une mauvaise orthographe phonétiques.

Reading fluency and comprehension fluctuates depending upon subject matter.
La fluidité de lecture et la compréhension dépende du sujet


Frequently has to re-read sentences in order to comprehend.
A frequement besoin de relire une phrase pour la comprendre


Fatigues or becomes bored quickly while reading.
Fatigue ou « s'emmerde » vite a force de lire


Reliance on others (assistants, spouses, significant others) for written correspondence.
Demande a autrui(assistante, épouse ??? ) pour écrire ses correspondances



Uncertainty with words, punctuation, and spelling when writing. Reliance on spell-check and grammar-check.
N'est pas sur de lui pou les mot, la ponctuation et l'orthographe qd il ecrit. Fait appelle au programme correcteur d'orthographe et de grammaire.


Words out of context look "wrong."
les mots sorti de leur contexte sonne faux


Poor handwriting - masks spelling mistakes.
Écriture a main levé plutôt moche~illisible cachant ainsi les fautes



Writes with all capital letters, or mixes capital letters within words. Abbreviates words frequently.
Ecrit en tout capital ou mixte lettre capital et attaché. Abrège souvent les mots




Math, time management, directions
Math, gestion du temps et orientation


May understand higher math, but can't show it on paper.
Peu comprendre les mathématiques supérieurs sans pour autant le démontrer sur le papier


May excel at math, or may still rely on tricks for remembering math facts.
Peu exceller en math, ou peut avoir besoin d'astuce pour se souvenir de fait mathématiques


Relies on calculators or finger counting. May have difficulty with making change.
Utilise la calculatrice ou le comptage sur les doigt. Peu avoir des difficulté avec le changement.


Difficulty with left/right and/or North, South, East, West.
Difficultés avec la droite/gauche et/ou nord, sud est ouest


Gets lost easily or never forgets a place they've been.
Se perd facilement ou n'oublie jamais une place ou il a été


Difficulty reading maps.
Difficulté à lire les cartes


May have anxiety or stress when driving in unfamiliar places. Relies on others to drive when possible.
Peut être anxieux ou stressé a conduire dans un endroit inconnu. Put faire appelle a autrui pour conduire qd cela est possible


May lose track of time and is frequently late - or is highly aware of it and is very rarely late.
Peut perdre la notion du temps facilement et est fréquemment en retard, ou étant conscient de cela , est très rarement en retard.


Finds it difficult to estimate how long a task will take to complete.
Trouve difficile l'estimation de la durée d'une tache




behavior, heath & personnality
comportement, santé et personnalité


May have a short fuse or is easily frustrated, angered, or annoyed.
??? ou est facilement frustré, en colère ou faché


Easily stressed and overwhelmed in certain situations.
Facillement stressé ou submergé dans certaine situations



Low self-esteem.
Faible estime de soi


Self-conscious when speaking in a group. May have difficulty getting thoughts out - pause frequently, speak in halting phrases, or leave sentences incomplete. This may worsen with stress or distraction.
Conscience de soi lorsque l'on s'adresse a un groupe, peu avoir des difficulté a exprimer ses pensées. Pause fréquente, parle avec des phrase non fini, ( peut être aggravé par le stress ou la distraction )


Sticks to what they know - fear of new tasks or any situation where they are out of comfort zone.
??? de ce qu'il savent – appeuré par les nouvelle tache ou les situation qui sorte de leur compétence forte


Extremely disorderly or compulsively orderly.
Extrêmement désordonné ou carrément maniaque


Confusion, stress, physical health issues, time pressure, and fatigue will significantly increase symptoms.
La confusion, le stress, les problèmes de santé , la pression du temps, et la fatigue vont augmenter de façon significative les symptômes


If you, your spouse, or an employee displays at least 10 of these common symptoms, an initial consultation would be appropriate to see if the Davis® Program would be a fit.

seulement 10... mouais, de mon coté, j'explose le quota ^^ et je ne pense pas avoir besoin pour autant de rééducation, surtout au prix que ca coute ^^....

sinon ce site pourrait vous interresser -> http://www.visualspatial.org/

ps: personellement, je me définit comme un penseur multi-spatial. (plutot qu'en image)

Iron D. Tramb
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 718
Date d'inscription : 22/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les penseurs en images - quelqu'un connaît il la méthode Davis ?

Message par Flo tant le Sam 2 Fév 2013 - 12:27

Oui c'est exaustif, il aurait pu rajouter :à souvent deux bras. Very Happy .

Flo tant
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 265
Date d'inscription : 27/06/2012
Age : 40
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les penseurs en images - quelqu'un connaît il la méthode Davis ?

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 18:25


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum