Nos "fantasmes" intellectuels

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nos "fantasmes" intellectuels

Message par mariel1978 le Jeu 9 Juil 2009 - 12:00

Oui, bon, pas vraiment intellectuel, mais je ne sais pas comment les appeler!
Ces espèces de désirs un peu saugrenus, inavouables, de "capacités" spéciales, de super pouvoirs en quelque sorte!
Enfin, j'espère que vous voyez de quoi je parle... habituellement c'est à ce moment que les gens me regardent avec un air interrogateur et que je me dis "Et voilà, j'ai encore dépassé une limite!" Razz

Je voulais vous parler du mien: depuis... hum... toujours (!) je m'imagine que je peux, par une télépathie inexpliquée, faire en sorte que les personnes à qui je pense puisse littéralement voir à travers mes yeux! Comme s'ils étaient dans ma tête, devant mes orbites occulaires... Ce fantasme fantastique qui découle de ma soif de partage absolu...

Je sais, comme pouvoir surnaturel j'aurais pu trouver mieux Wink
Mais celui là me plait... et, dans un sens, fait en sorte que je ne suis jamais seule... il y a toujours qqn dans ma tête, qui regarde à travers mes yeux. Voit ce que je trouve beau, visite ma vie, fais le même parcours que moi Wink

Je l'aime mon fantasme! Razz

Et vous?

mariel1978
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 523
Date d'inscription : 04/06/2009
Age : 38
Localisation : Montréal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos "fantasmes" intellectuels

Message par mariel1978 le Jeu 9 Juil 2009 - 19:33

Je vais me répondre à moi-même Smile

Ce matin, en revenant au bureau, je regardais la ville devant moi et je m'imaginais pouvoir vous faire vivre ce moment. Je réalise qu'en fait, mon réel fantasme est de pouvoir partager mon réel vécu avec quelqu'un. Savoir que quelqu'un vit la même chose que moi en même temps que moi. Qu'une personne me "vit"!

C,est en quelque sorte (si l'on pousse la chose) un désir d'osmose. Pour éviter de paniquer devant cette idée existenciellement dur à suporter que nous sommes seuls. Nous seul pouvont vivre ce que nous vivons exactement comme nous le vivons... C'est un peu angoissant, même si je ne comprend pas pourquoi.

Ça explique aussi pourquoi les gens aiment les émotions de foule: tous au diapason dans une extase ou autre...


Ouhla, j'suis profonde aujourd'hui, moi!!!!

mariel1978
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 523
Date d'inscription : 04/06/2009
Age : 38
Localisation : Montréal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos "fantasmes" intellectuels

Message par TmichelT le Ven 10 Juil 2009 - 21:35

Je te vis... I love you

TmichelT
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 41
Date d'inscription : 10/07/2009
Age : 37
Localisation : 77

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos "fantasmes" intellectuels

Message par Virgule le Ven 10 Juil 2009 - 21:59

Mon fantasme intellectuel serait de pouvoir aider tous les enfants qui n'ont pas été aimé comme il se devrait, pouvoir trouver les mots qui les "débloquer" et les aider dans l'avenir. J'ai vu tellement d'enfants se laisser mourir de ne pas être aimer que j'ai envie de leur donner cet amour qui me remplit le coeur et qui déborde.

J'aimerais avoir l'intellect nécessaire pour trouver les "choses" juste pour ceux qui n'ont plus rien que l'espoir qu'une grande personne vienne les aider.

Virgule
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 364
Date d'inscription : 22/06/2009
Age : 29
Localisation : Bruxelles

http://mon-coeur-de-poete.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos "fantasmes" intellectuels

Message par mariel1978 le Ven 10 Juil 2009 - 23:48

TmichelT a écrit:Je te vis... I love you

Dit comme ça ça fait presque peur Very Happy

mariel1978
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 523
Date d'inscription : 04/06/2009
Age : 38
Localisation : Montréal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos "fantasmes" intellectuels

Message par soleil300 le Sam 11 Juil 2009 - 2:52

Plus qu'un fantasme, pour moi, ce que tu dis Virgule, est une réalité : je pense sentir la détresse chez un enfant - quand je dis détresse, je ne parle pas forcément de trucs causés par des événements super graves objectivement pour les gens en général - rien de pénal, quoi, pour résumer - non, mais chez l'enfant, une déception, une angoisse, une peur, une frustration, une contrariété, un sentiment de culpabilité peuvent naître "pour un rien" - ce n'est jamais un rien pour le petit ou la petite qui le vit - et rapidement prendre des proportions gigantesques et avoir des effets dévastateurs (sauf erreur de ma part, le cerveau humain n'est pas "fini" avant trois ans, et de toutes façons il continue encore à se câbler par la suite pendant quelques années, ce qui veut dire que les fonctions de gestion de tout un tas de problèmes notamment affectifs ne sont pas encore correctement implémentée à ces âges juvéniles, d'où la nécessité de prendre soin d'eux et de par exemple pas leur hurler dessus pour un oui ou pour un non, ce qui ne sert qu'à en faire des gros bourrins ou des martyrs ou des rebelles ou des violents ou des légumes ou des ... et pas les étoiles qu'ils sont à leur venue au monde et qu'ils méritent de continuer à être à l'âge adulte).

Je ressens non seulement la présence de ces états "dégradés" du "sytème enfant" (j'utilise cette expression, parce que mon ressenti ne s'applique pas qu'aux enfants, il vaut aussi avec les adultes, lorsque leur coté enfant est atteint) lorsqu'ils surviennent, mais aussi l'impérieuse nécessité d'y remédier. De plus, j'en ai les moyens (tout simplement, je crois, parce que je me les donne : quand on veut, on peut, à partir du moment où on dispose d'un minimum de ressources et où on est en capacité de les mobiliser à bon escient). J'aurais d'ailleurs voulu être pédiatre, pour exercer cette mission de sauvetage d'adultes en devenir. En la matière, un modèle découvert il y a à peine quelques mois : Boris Cyrulnik (la résilience, l'enfant de 6 ans qu'il était, hyperconscient - s'il y en a qui ne connaissent pas son histoire, elle est édifiante et pour moi pas l'ombre d'un doute : un zèbre bien rayé, ce Boris...).

Mariel, je crois avoir vécu ce que tu n'arrives pas à t'expliquer "intellectuellement" mais que tu décris fort bien. Je l'ai vécu une première fois sur un plan purement physique, à l'âge de 10 ans, et une seconde fois, plus intellectuellement, vers mes 16 ou 18 ans. Dans les deux cas, c'est une sorte de paralysie qui a fait naître en moi cette impression d'isolement, de profonde solitude et d'incommunicabilité absolue, qui a pu confiner au désespoir, qui me semble se rapprocher de ton ressenti.

La première fois, c'était dans un grand gymnase un soir vers 17 ou 18 heures en plein hiver - donc en pratique la nuit - sur une base militaire ; imaginez une salle énorme au haut plafond vouté remplie d'agrès de gymnastique : enchevêtrement de tapis, de trampolines et de poutres au sol, d'anneaux et de tremplins, de chevaux d'arçons et de barres asymétriques... bref, un dédale parcouru par peut-être une vingtaine de gamins répartis sur tout le parcours et concentrés sur l'amélioration de leurs gestes techniques. Tout à coup, panne de courant, le noir le plus total qu'il m'ait été donné à l'époque de connaître. Plus un mouvement dans la salle (il y avait de quoi se casser bras et jambes au bout de trois pas), plus un bruit, chacun étant isolé à l'endroit où la nuit était venu le trouver. La mort, en quelque sorte. Pire que la mort : la vie suspendue (à 10 ans, on a besoin de bouger et on est comme un cycliste sur son vélo : bloqué, on perd l'équilibre). Les minutes qui suivirent furent interminables et marquantes. Une expérience d'isolement sensoriel soudain qui me mettait au bord de l'abîme...

La seconde fois, c'était dans une voiture stationnée dans une petite rue d'une ville moyenne d'Ile de France, en hiver à nouveau, il pleuvinait, je crois. J'étais passager et mon père m'avait demandé de l'attendre quelques minutes pendant qu'il allait saluer un collègue chez lui. La voiture était garée sur le trottoir, et l'étrangeté de ma situation - posé là, comme un paquet, objet et non pas sujet, abandonné, entièrement dépendant - je ne savais pas combien de temps prendrait l'entretien, je n'avais pas le permis, j'oubliais l'heure, le programme de la soirée - je trouvais le temps long, s'étirant interminablement puisque ce n'était pas mon temps mais un "intertemps" dans lequel j'avais l'impression que le monde allait achever de se dissoudre autour de moi - je fais le lien entre l'absurde de la situation, l'absence de sens à ma présence dans ce véhicule, ressentie comme une négation de mon existence par celui qui m'avait donné la vie, et l'impression que le monde n'avait plus d'existence réelle : il n'avait plus de raison d'être, vu que je n'avais selon moi aucune raison d'être positionné à cet instant précis à cet endroit précis de l'univers. le terrain devait être bien préparé à une idée qui se se fit soudain jour dans mon esprit avec une implacable vérité : on est toujours tout seul au monde, isolé qu'on se trouve dans sa boîte cranienne, frontière intangible au delà de laquelle on n'a pas de réelle existence et en deçà de laquelle, finalement, rien de ce qui semble exister en dehors de nous, à l'extérieur, n'a de réelle et vraie présence, le cerveau étant en quelque sorte la seule partie au final utile de l'univers, lorsqu'on réduit ce dernier à sa plus simple expression, comme on réduit un nombre au produit de ses facteurs. J'ai un peu perdu la trace de l'émotion produite par la survenue de cet état de conscience, mais je me souviens de la force et de la clarté de l'idée.

Un "fantasme", à mon tour (une hallu, diront certains) : avez-vous eu, comme moi (ça ne m'est arrivé qu'une fois) l'impression de voir distinctement - ou de pressentir visuellement si on veut éviter l'hospitalisation d'office... - le mouvement des atomes constituant la matière présente autour de vous ? C'était en marchant au bord de la mer, le long d'une promenade ; j'ai, l'espace d'un instant, entrevu le ballet de milliards d'atomes, les vagues se brisant en rouleaux sur le rivage de galets...

sunny rendeer Sleep

soleil300
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 305
Date d'inscription : 16/06/2009
Age : 49
Localisation : Nîmes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos "fantasmes" intellectuels

Message par mariel1978 le Sam 11 Juil 2009 - 2:58

Soleil... ce n'était pas la bruine des vagues cassées qui brillait dans les rayons du soleil ces atomes? Surprised

C'est un beauc fantasme quand même: voir les atomes, les particules former ce monde...

mariel1978
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 523
Date d'inscription : 04/06/2009
Age : 38
Localisation : Montréal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos "fantasmes" intellectuels

Message par soleil300 le Sam 11 Juil 2009 - 3:05

En fait, je me souviens bien que j'ai commencé à regarder les vagues en marchant et en cherchant à observer le mécanisme de ce système, cette chute de l'eau sur elle même, sous l'effet des oscillations générées par la houle. La vision n'est pas venue tout de suite, mais c'est par l'intellect qu'elle est arrivée (le starter, c'est la réflexon et l'observation), et c'est, je pense, le caractère rythmique et hypnotique de mon pas qui l'a faite se déployer. J'étudiais les sciences à l'époque (biochimie, biophysique, cytologie, etc...).

Aussi bien, c'est un truc que j'avais mal digéré et qui m'était resté sur l'estomac albino

sunny alien sunny

soleil300
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 305
Date d'inscription : 16/06/2009
Age : 49
Localisation : Nîmes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos "fantasmes" intellectuels

Message par Dilbert le Sam 11 Juil 2009 - 11:28

L'invisibilité
La télépathie
La force surhumaine
Le truc de Jack 2.0 avec les ordinateurs Laughing
Voler
Déplacement instantané
etc etc Very Happy

Dilbert
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 119
Date d'inscription : 10/06/2009
Age : 38
Localisation : Somewheeeere over zeu rainbowww

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos "fantasmes" intellectuels

Message par soleil300 le Sam 11 Juil 2009 - 11:32

Dilbert, le nouveau personnage multipower de "heroes" zebra season sunny !

soleil300
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 305
Date d'inscription : 16/06/2009
Age : 49
Localisation : Nîmes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos "fantasmes" intellectuels

Message par À trop vouloir en savoir le Sam 11 Juil 2009 - 14:32

J'ai entendu que les zèbres étaient empathiques (j'arrive pas à dire nous…c'est terrible ça!). Je pense qu'il en est de même pour chacun de nous : au bout de 3mn de conversation (voire moins, parfois il est inutile de parler, il suffit de regarder) avec quelqu'un, on ressent la majeure partie de sa personne : ses traits de caractère, son humeur, ses ressentiments…etc. C'est ça mon fantasme intellectuel, mais j'aimerais le pousser à l'extrême : tout comme virgule en somme, saisir instantanément l'intégralité de la personne de tout un chacun, voir les dysfonctionnements, et par LES mots, par ces seuls mots précis dont l'individu a besoin, pouvoir toucher instantanément sa sensibilité et réparer lesdits dysfonctionnements/traumatismes.
Il y a un paquet d'autres choses… mais celle-ci est la principale : comprendre instantanément un système et les rouages qui le composent en somme… humain ou non.

À trop vouloir en savoir
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 152
Date d'inscription : 09/07/2009
Age : 32
Localisation : Lyon

http://www.knorweb.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos "fantasmes" intellectuels

Message par soleil300 le Sam 11 Juil 2009 - 15:43

Atves, j'ai le même souci de compréhension rapide, instantanée, des rouages... je me suis souvent demandé quelle fonction cela pouvait bien avoir, dans le sous-système que je constitue, et au sein du système plus vaste auquel j'appartiens, à savoir l'espèce humaine ?

Une idée qui me vient là : et si, conscients de la fragilité, de la vulnérabilité qui nous caractérise - la conscience aiguë de notre différence nous laisse à penser, et notre expérience souvent nous l'a confirmé ou appris à nos dépens, que nous avons du mal à nous intégrer dans le "troupeau" et donc que nous sommes plus isolés, donc plus vulnérables - nous avions besoin de nous assurer en permanence, pour nous rassurer sur nos chances de survie en cas de pépin, que notre capacité à comprendre les sytèmes, tous les systèmes, est intacte et supérieure à celles des membres du courant "mainstream" ?

scratch study lol!

soleil300
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 305
Date d'inscription : 16/06/2009
Age : 49
Localisation : Nîmes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos "fantasmes" intellectuels

Message par À trop vouloir en savoir le Sam 11 Juil 2009 - 16:14

je me suis souvent demandé quelle fonction cela pouvait bien avoir………
Ça va faire très Science fiction mais il se pourrait que ce soit une étape de l'évolution… Je vais vraiment trop loin là?

Une idée qui me vient là : et si, conscients de la fragilité, de la vulnérabilité qui nous caractérise, nous avions besoin de nous assurer en permanence, que notre capacité à comprendre les sytèmes, est intacte et supérieure à celles des membres du courant "mainstream"
Peux-tu développer s'il te plaît, je t'avouerais que je ne vois pas jusqu'où tu veux aller dans ton raisonnement ma foi intriguant.

À trop vouloir en savoir
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 152
Date d'inscription : 09/07/2009
Age : 32
Localisation : Lyon

http://www.knorweb.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos "fantasmes" intellectuels

Message par soleil300 le Sam 11 Juil 2009 - 16:47

À trop vouloir en savoir a écrit:
je me suis souvent demandé quelle fonction cela pouvait bien avoir………
Ça va faire très Science fiction mais il se pourrait que ce soit une étape de l'évolution… Je vais vraiment trop loin là?

non, non, ici on peut aller aussi loin que ça nous chante, du moins, je pense que c'est la règle qu'on doit se donner, sinon autant rester sur n'importe quel autre site bom

Une idée qui me vient là : et si, conscients de la fragilité, de la vulnérabilité qui nous caractérise, nous avions besoin de nous assurer en permanence, que notre capacité à comprendre les sytèmes, est intacte et supérieure à celles des membres du courant "mainstream"
Peux-tu développer s'il te plaît, je t'avouerais que je ne vois pas jusqu'où tu veux aller dans ton raisonnement ma foi intriguant.

je postule l'hypothèse suivante : zèbre = individu dont la différence originelle tient à un avantage comparatif prononcé sur le plan des capacités cognitives, raisonnement, conscience de soi et de son environnement, etc... diférence qui se trouve au fur et à mesure du développement du jeune zébrounet associée à toutes les différences comportementales que cela peut entraîner (constitutives, adaptatives, réactives, etc...).

puis celle-ci : zèbre = individu se sachant facilement excluable du groupe (les groupes ont toujours besoin de boucs émissaires, dommage pour celui qui est différent !)

et encore celle-ci : lorsqu'un individu est dans le groupe et sait qu'il a des facilités pour y rester accepté, il a moins besoin de se soucier du contexte dans lequel le groupe évolue (restera-t-il encore assez d'herbe dans la prairie demain pour tout le monde ? le lion est-il parti en vacances ou fait-il des heures sup ? etc... - des préoccupations que personnellement je trouve assez "nobles" ...), et plus (+) besoin de se soucier de son évolution propre au sein du groupe (comment je me situe dans la hiérarchie ? comment bouffer ce soir si je les laisse tous passer à la gamelle avant moi ? - des trucs qui personnellement me font horreur...), bref, il devient plus con, plus matérialiste, plus égoïste, plus égocentré - hum, là, sur cette dernière hypo, j'ai un doute, à voir, mais bon.... L'appartenance au groupe est une manière de graviter sur un niveau d'énergie plus bas - on s'economise : à la cantine, un gars qui bouffe seul jette un coup d'oeil autour de lui toutes les, mettons, dix secondes ; au sein d'un groupe, le délai entre deux zyeutages passe à un truc comme 50 secondes ou plus... j'ai oublié les chiffres

bon, je fais une pause, je me relirai tout à l'heure, je crois que je n'ai pas tellement éclairci mon raisonnement

rendeer rendeer

soleil300
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 305
Date d'inscription : 16/06/2009
Age : 49
Localisation : Nîmes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos "fantasmes" intellectuels

Message par À trop vouloir en savoir le Sam 11 Juil 2009 - 19:19

Suspect

À trop vouloir en savoir
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 152
Date d'inscription : 09/07/2009
Age : 32
Localisation : Lyon

http://www.knorweb.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos "fantasmes" intellectuels

Message par soleil300 le Sam 11 Juil 2009 - 19:56

ahem... alien ? A ce point ?

soleil300
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 305
Date d'inscription : 16/06/2009
Age : 49
Localisation : Nîmes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos "fantasmes" intellectuels

Message par mariel1978 le Sam 11 Juil 2009 - 21:07

OUF Soleil, celle là, je la relirai plus tard!

Atves, je pensais justement à ça ce matin... nous avons déjà l'équivalent de "mini-pouvoirs" et effectivement, j'aimerais bien être capable de les pousser plus loin. Mais est-ce que je veux vraiment être en mesure de comprendre entièrement une personne au premier contact? À bien y penser, je risquerais:
1- de la choquer, de lui faire peur (ce que je fais déjà mais beaucoup moins fortement)
2- de perdre tout intérêt à vouloir connaître des personnes

Quant à pouvoir aider (comme ET) en touchant LE bobo, ce serait miraculeux, oui...

mariel1978
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 523
Date d'inscription : 04/06/2009
Age : 38
Localisation : Montréal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos "fantasmes" intellectuels

Message par Solhaan le Sam 11 Juil 2009 - 22:06

Déjà que les "autres" me font peur par leurs....(allé j'ose) ignorance, je ne sais pas si je dois pousser encore plus mes possibilités et agrandir encore le fossé qui me sépare des chevaux... je risque de devenir raciste, j'ai peur des extrèmes, je ne veux pas devenir ce que je hais par dessus tout : une chose différente dont on a peur.

P.S : je ne sais pas si je suis dans le bon sujet là ...


sunny
cheers

Solhaan
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 343
Date d'inscription : 01/06/2009
Age : 36
Localisation : Paris

http://solhaan.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos "fantasmes" intellectuels

Message par mariel1978 le Sam 11 Juil 2009 - 22:09

Oui, mais cette réponse aurait aussi une superbe place dans le post sur la misanthropie... Wink

Je te suis à 100% mis à part que je n'arrive pas à voir, percevoir un faussé d'ignorance entre moi et les autres... je n'arrive pas à croire que je puisse être meilleure... je sens une petite perception, mais il y a un voile dessus...

mariel1978
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 523
Date d'inscription : 04/06/2009
Age : 38
Localisation : Montréal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos "fantasmes" intellectuels

Message par Syïlis le Dim 12 Juil 2009 - 11:49

Moi je trouve Soleil très clair ! rendeer

En fait,si je ne me trompe pas tu parles d'un genre de mécanisme de défense-acceptation > Comprendre le système pour savoir comment s'y faire accepter (ou comment y échapper, au choix ^^) en ayant la possibilité de ne pas prendre trop de risque vis à vis des autres (puisque l'on comprend comment ça/ils marche(nt)).
Après, je suis peut être complètement à côté de la plaque...

Moi plus tard je veux être télépathe albino

Syïlis
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 180
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 25

https://fourmifuture.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos "fantasmes" intellectuels

Message par Scarbo le Dim 12 Juil 2009 - 11:55

Syïlis a écrit:un genre de mécanisme de défense-acceptation > Comprendre le système pour savoir comment s'y faire accepter (ou comment y échapper, au choix ^^) en ayant la possibilité de ne pas prendre trop de risque vis à vis des autres (puisque l'on comprend comment ça/ils marche(nt)).

Tiens, c'est marrant, ça me rappelle mon service militaire clown

Scarbo
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 70
Date d'inscription : 10/07/2009
Age : 39
Localisation : Liège (Belgique)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos "fantasmes" intellectuels

Message par Syïlis le Dim 12 Juil 2009 - 13:35

Bah au final c'est une histoire de stratégie j'imagine.

albino


Dernière édition par Syïlis le Mer 16 Déc 2009 - 13:56, édité 2 fois

Syïlis
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 180
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 25

https://fourmifuture.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos "fantasmes" intellectuels

Message par Syïlis le Dim 12 Juil 2009 - 13:37

albino pirat


Dernière édition par Syïlis le Mer 16 Déc 2009 - 13:56, édité 1 fois

Syïlis
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 180
Date d'inscription : 23/06/2009
Age : 25

https://fourmifuture.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos "fantasmes" intellectuels

Message par À trop vouloir en savoir le Dim 12 Juil 2009 - 13:51

Récemment je me suis acharné à être le plus objectif possible (encore un délire sur l'absolu…rhaaaaaaaa………) et du coup, j'ai beaucoup développé cette "capacité" à lire les gens. Il faut faire, à mon avis abstraction de soi.
En même temps ça a coïncidé avec ma zèbro-découverte, et depuis celle-ci, j'ai vécu beaucoup de changements. J'en vis encore pas mal d'ailleurs… grâce à vous… merci Aïe ma fierté…

À trop vouloir en savoir
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 152
Date d'inscription : 09/07/2009
Age : 32
Localisation : Lyon

http://www.knorweb.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos "fantasmes" intellectuels

Message par TmichelT le Dim 12 Juil 2009 - 14:15

À trop vouloir en savoir a écrit:Récemment je me suis acharné à être le plus objectif possible (encore un délire sur l'absolu…rhaaaaaaaa………) et du coup, j'ai beaucoup développé cette "capacité" à lire les gens. Il faut faire, à mon avis abstraction de soi.
En même temps ça a coïncidé avec ma zèbro-découverte, et depuis celle-ci, j'ai vécu beaucoup de changements. J'en vis encore pas mal d'ailleurs… grâce à vous… merci Aïe ma fierté…
L'objectivite pure est un nonsens...a mon avis...
l'exclusion du sujet est une illusion..., surtout pour faire des "jugements"
Et je parle plus de resenti profond que de physique quantique ou relativite (a l'Etre)...

"La clef de voûte de la transdisciplinarité réside dans l’unification sémantique et opérative des acceptions a travers et au delà des disciplines. Elle présuppose une rationalité ouverte, par un nouveau regard sur la relativité des notions de « définition » et d’ « objectivité ». Le formalisme excessif, la rigidité des définitions et l’absolutisation de l’objectivité, comportant l’exclusion du sujet, conduisent à l’appauvrissement."

De plus, j'ai jamais entendu parler d'humeur "objective" jusqu'à présent...
Bien que je suis prêt a faire des rencontres du Xeme type...

TmichelT
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 41
Date d'inscription : 10/07/2009
Age : 37
Localisation : 77

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos "fantasmes" intellectuels

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 1:52


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum