Misogynie balzacienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Misogynie balzacienne

Message par Petitagore le Lun 30 Juil 2012 - 16:03

En lisant la Peau de chagrin de Balzac, je suis tombé sur un couplet dont je ne sais pas trop quoi penser... alors je me suis dit que vous pourriez peut-être m'aider à me faire une opinion, chers zèbres des deux sexes. Very Happy

Les femmes sont habituées, par je ne sais quelle pente de leur esprit, à ne voir dans un homme de talent que ses défauts, et dans un sot que ses qualités; elles éprouvent de grandes sympathies pour les qualités du sot qui sont une flatterie perpétuelle de leurs propres défauts, tandis que l'homme supérieur ne leur offre pas assez de jouissances pour compenser ses imperfections. (...) Toutes veulent trouver dans leurs amants des motifs de satisfaire leur vanité. C'est elles encore qu'elles aiment en nous!

Messieurs les zèbres, vous est-il déjà arrivé de penser comme Balzac? (En ce qui me concerne, la réponse est: oui bien sûr, mais seulement quand je suis en colère, par exemple après m'être pris un râteau.) Pensez-vous que ce soit absolument faux, ou à la rigueur vrai mais seulement avec des idiotes de modèle courant? Les zébrettes sont-elles inaccessibles à de telles critiques? Votre avis m'intéresserait.

Je ne me souviens pas d'avoir jamais lu de troll misogyne sur ZC... il faut un début à tout. :-b

Petitagore
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2708
Date d'inscription : 29/11/2011
Age : 56
Localisation : Ile-de-France

http://triancey.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Misogynie balzacienne

Message par ♥ Kiss Jong-il ♥ le Lun 30 Juil 2012 - 16:48





A mon humble avis inutile et radical, et puis pour schématiser :

Quand il dit "les femmes", il doit certainement désigner les 999 sur 1000 qui ont un QI inférieur à 145.

Je crois en effet que "chasser" dans cette majorité => AUCUN, AUCUN intérêt.

Parce qu'à titre personnel, je "nie" cette humanité-là, presque par automatisme naturel simili inconscient !

Bien avant d'ailleurs d'être au courant de ces histoires de QI.

Il vaut mieux dépenser son énergie à comprendre les super-surdouées-trop-cools (sans oublier de zapper parmi elles les insupportables spécialistes des trop gros mécanismes de défense / carapaces de protection), et dépenser son temps à aimer les "zébrettes-touchantes-univers-à-elle-toute-seule", plutôt que vouloir ruminer déceptions et râteaux, inlassablement fabriqués par ces "femmes sous-hommes".


Seulement, j'insiste : "sans aigreur particulière", en respectant la différence mais en intégrant que "aucun intérêt".


Un peu comme je pourrais avoir une attirance tout à fait NULLE envers les "femmes âgées", ou les "filles de type non caucasien", ou encore les "lourdement handicapées moteurs", etc, etc ! Sans pour autant remettre en cause leurs éventuelles autres-qualités-humaines, et sous réserve d'une absence de coup de foudre surprise rebatteur de cartes Smile



Bref, j'aime bien cette vidéo éclairante !










♥ Kiss Jong-il ♥
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 943
Date d'inscription : 12/07/2011
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Re: Misogynie balzacienne

Message par Lex le Lun 30 Juil 2012 - 17:13

Si l'on doit généraliser, de part mon expérience (vécue, mais aussi simplement en spectateur), je pense que oui.
Bon nombre de macho, balourds et autre blaireaux des temps modernes (du kéké musclé, au tuning boy tendance bidochon, en passant par le mono neurone "fan de foot/bière", entre autres clichés), sont avec des demoiselles/femmes au demeurant "physiquement (très) intelligentes" et à leur petit soin.

Et qu'en revanche, bon nombre de candidats ayant plus de matière à partager, d'éducation (pas seulement de culture ou QI) et de gentillesse, ce malgré un physique "normal", trouvent bcp de refus (et oui, devant les copines, le kéké-fashion-boy-macho fera toujours plus sensation que le gentil-chéri-normal LOL)

Et ceci dit, point de misogynie ici, puisque le contraire est applicable : combien d'homme préfèrent de loin une fille/femme au QI physiquement super élevé (voir "proéminent" pour ce QI là), quitte à ce que ça soit la dernière des cruches (idem, devant les potes, c'est plus "classe" : la rolex, la porsche, et la bombasse qui sourit bêtement à tout en guise de "j'ai pas compris...")

Et je rejoins l'avis ci-dessus : certes, le physique est important, mais "l'intérieur" (sans notion imagée cette fois....) compte bien plus ; peut-être un effet secondaires de zébrures.
La définition de Balzac, à mes yeux, se retrouvent essentiellement entre gens, de tous sexes, superficiels, et parfois à l'égo bien plus lourd que leur QI

Lex
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 307
Date d'inscription : 27/07/2012
Age : 34
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Misogynie balzacienne

Message par Mlle Zèbre le Mar 31 Juil 2012 - 0:09

Balzac <3

*sors l'attirail de combat de la balzacienne acharnée* Comment, je ne suis pas UN zèbre ? Peu importe, La Peau c'est sans conteste mon sujet à moi XD

Les femmes sont habituées, par je ne sais quelle pente de leur esprit, à ne voir dans un homme de talent que ses défauts, et dans un sot que ses qualités; elles éprouvent de grandes sympathies pour les qualités du sot qui sont une flatterie perpétuelle de leurs propres défauts, tandis que l'homme supérieur ne leur offre pas assez de jouissances pour compenser ses imperfections. (...) Toutes veulent trouver dans leurs amants des motifs de satisfaire leur vanité. C'est elles encore qu'elles aiment en nous!

La Peau de chagrin est un panorama des plus édifiants de l'être "de génie" face à une Société qui passe son temps à penser gros sous, et encore quand je dis penser... Le héros, Raphaël de Valentin est un idéaliste qui a passé toute sa jeunesse sur la férule d'un père castrateur et totalitaire, il ne connaît alors de la femme que les visions fantasmatiques qu'il a pu former auparavant, il croit dur comme fer dans l'Amour, total, absolu, élevant l'âme et l'esprit. Il a dédié sa jeunesse à un ouvrage à son image, entassant des connaissances dans de multiples domaines pour arriver à ses fins (langues étrangères, sciences naturelles, balbutiements de la psychologie cognitive).
Au bord de la ruine et déçu par ce monde qui l'entoure, c'est alors qu'il entreprend de séduire la comtesse Foedora, dont la fortune colossale ajoute à la fascination que procure sa grande beauté. Pour Raphaël c'est le coup de foudre, car Foedora est belle mais aussi d'une grande intelligence, elle est capable de soutenir une conversation sur les sujets intellectuels que Raphaël étudie, il semble parvenu à connaître quelqu'un qui pourrait le satisfaire, si je puis dire, sur tous les plans. Mais, l'illusion retombe vite, Foedora est froide, une femme de tête et rien de plus, chaque prétendant est pour elle un simple repose pied lorsqu'elle repose sur son trône. La comtesse ne voit dans ses succès que la réponse positive de la fameuse question "Miroir ô miroir .... ?"
Une constatation que Raphaël élargit volontiers à son compte. Lui, le jeune homme sincère, sensible, et éveillé intellectuellement ne parvient à séduire aucune femme, quand des fats sans aucune envergure se présentent insolemment au bras de grandes dames.

Mlle Zèbre
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 138
Date d'inscription : 04/12/2011
Age : 27

Revenir en haut Aller en bas

Re: Misogynie balzacienne

Message par Petitagore le Mar 31 Juil 2012 - 9:11

Mlle Zèbre a écrit:*sors l'attirail de combat de la balzacienne acharnée* Comment, je ne suis pas UN zèbre ? Peu importe, La Peau c'est sans conteste mon sujet à moi

Même que c'est la raison pour laquelle je ne lirai ta réponse que quand j'aurai fini le bouquin! Mais je m'attendais bien sûr à ce que tu réagisses... Very Happy

Petitagore
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2708
Date d'inscription : 29/11/2011
Age : 56
Localisation : Ile-de-France

http://triancey.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Misogynie balzacienne

Message par Musesoul le Dim 5 Aoû 2012 - 18:04

Petitagore a écrit:

Les femmes sont habituées, par je ne sais quelle pente de leur esprit, à ne voir dans un homme de talent que ses défauts, et dans un sot que ses qualités; elles éprouvent de grandes sympathies pour les qualités du sot qui sont une flatterie perpétuelle de leurs propres défauts, tandis que l'homme supérieur ne leur offre pas assez de jouissances pour compenser ses imperfections. (...) Toutes veulent trouver dans leurs amants des motifs de satisfaire leur vanité. C'est elles encore qu'elles aiment en nous!

Tout d'abord, je ne supporte guère les généralités qui croient imposer une grande vérité aux yeux du monde, encore moins quand elles commencent par "Les femmes sont comme ceci" ou "Les hommes sont comme cela".
Aussi, je ne m'exprimerai pas au nom de la gente féminine, mais je m'exprimerai en mon nom.
Je sais voir et reconnaître des qualités aux "hommes sots". Cependant, je ne me plais absolument pas en leur compagnie. Je m'ennuie sincèrement. Je les fuis.
Je recherche au contraire perpétuellement la compagnie de "l'homme de talent" (notamment parmi mes amis masculins très proches) : avec eux je ne m'ennuie jamais, car ils m'apprennent en permanence des choses. Que ce soit des apprentissages cognitifs, culturels, sur le monde ou sur moi-même. C'est une constante : le besoin d'avancer et d'évoluer.
Se sentir belle et intelligente aux yeux d'un homme : oui. Se sentir supérieure et satisfaire son ego en côtoyant un idiot : non.


Et qu'en revanche, bon nombre de candidats ayant plus de matière à partager, d'éducation (pas seulement de culture ou QI) et de gentillesse, ce malgré un physique "normal", trouvent bcp de refus (et oui, devant les copines, le kéké-fashion-boy-macho fera toujours plus sensation que le gentil-chéri-normal LOL)

Je suis en désaccord avec cette affirmation sur le kéké-fashion-boy-macho. J'ai beau réfléchir, je n'en ai jamais rencontré un seul pour lequel j'ai éprouvé de l'intérêt.
En plus, ce que pensent les copines de ce qui est capable de me rendre heureuse, je n'en ai fichtrement rien à faire. Choisir son partenaire en fonction de l'image qu'il va renvoyer aux autres, c'est choisir un nouvel accessoire qui s'assortira avec le reste de la tenue, c'est tomber dans une forme de narcissisme bien dangereuse, c'est ne plus être capable de s'écouter soi-même.

Tu seras peut-être surpris d'apprendre que l'on peut justement chercher quelqu'un avec qui on a matière à partager, qui a de l'éducation, de la gentillesse, qui nous plaise avec son physique considéré comme "normal", et qu'on croise beaucoup plus de "kéké-fashion-boy-macho" qui nous embêtent, à qui on se refuse et qui nous feraient presque croire que l'homme cité précédemment n'existe pas, tellement il se fait rare (ou se cache).

Quoi qu'en fait, non : tu ne seras peut-être pas surpris.

J'apprécie assez Balzac. J'ai lu la Peau de Chagrin plus jeune. Mais ce discours-là est celui de la frustration d'un narrateur. Pas une vérité générale sur ce que veulent les femmes.




Musesoul
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 72
Date d'inscription : 10/07/2012
Age : 26
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Misogynie balzacienne

Message par Lex le Lun 6 Aoû 2012 - 10:05

♒♬ Musesoul ♬♒ a écrit:Tout d'abord, je ne supporte guère les généralités qui croient imposer une grande vérité aux yeux du monde, encore moins quand elles commencent par "Les femmes sont comme ceci" ou "Les hommes sont comme cela".
Idem, horreur, mais au plus haut point, des généralisations abusives, qui sont malheureusement tombées dans le langage courant (et pour coup, que ça soit "les homme", "les femmes", mais aussi toute autre généralisation tendant à faire croire que le comportement de certains est un trait de caractère obligatoirement présent chez tous les membres de ladite catégorie)


♒♬ Musesoul ♬♒ a écrit:Je recherche au contraire perpétuellement la compagnie de "l'homme de talent" (notamment parmi mes amis masculins très proches) : avec eux je ne m'ennuie jamais, car ils m'apprennent en permanence des choses. Que ce soit des apprentissages cognitifs, culturels, sur le monde ou sur moi-même. C'est une constante : le besoin d'avancer et d'évoluer.
Se sentir belle et intelligente aux yeux d'un homme : oui. Se sentir supérieure et satisfaire son ego en côtoyant un idiot : non.

Etre stimulé, intrigué, intéressé par l'autre, en plus d'attiré, c'est obligatoire je pense pour qu'une histoire à 2 fonctionne correctement et dure dans le temps. Serait-ce une vision zébresque du couple, ou largement répandue, ça, j'avoue, je donne ma langue au chat


♒♬ Musesoul ♬♒ a écrit:Choisir son partenaire en fonction de l'image qu'il va renvoyer aux autres, c'est choisir un nouvel accessoire qui s'assortira avec le reste de la tenue, c'est tomber dans une forme de narcissisme bien dangereuse, c'est ne plus être capable de s'écouter soi-même.
Je ne peux qu'être 100% d'accord avec cette analyse. Mais force est de constater que, malheureusement, c'est qd même assez courant, surtout dans la tranche 15-30 ans, ça se tasse après. Combien d'entre nous ont vu, entendu, dans leur entourage familial ou amical, des personnes se plaindre du comportement, du caractère de leur compagne(on), mais qui restaient avec parce que "beau" (pour résumer) ; et qui, même s'il quittait la personne, ayant le choix entre quelqu'un de "lambda" mais très intéressant intérieurement, ou quelqu'un de "regarde avec qui j'suis, la classe non?", ba, le constat est assez vite fait


♒♬ Musesoul ♬♒ a écrit:Tu seras peut-être surpris d'apprendre que l'on peut justement chercher quelqu'un avec qui on a matière à partager, qui a de l'éducation, de la gentillesse, qui nous plaise avec son physique considéré comme "normal", et qu'on croise beaucoup plus de "kéké-fashion-boy-macho" qui nous embêtent, à qui on se refuse et qui nous feraient presque croire que l'homme cité précédemment n'existe pas, tellement il se fait rare (ou se cache).
Quoi qu'en fait, non : tu ne seras peut-être pas surpris.

LOL Oui, je le sais déjà, heureusement. Et heureusement il existe encore bon nombre de personnes avec ce même raisonnement, pas de fausses généralisations dans mon propos, juste une tendance que je n'apprécie guère (sûrement parce qu'un brin jaloux que le type juste bogoss mais pas loin du débile profond et macho sans nom "ramasse" de super filles - et pas que physiquement, loin de là même LOL).
Et qu'il existe aussi des gars qui apprécient une fille non pas pour son physique (il faut l'attirance, mais ça ne nécessite pas de tomber dans le cliché de la fille mannequin), mais pour ses qualités, son intelligence, sa façon de voir les choses, de les analyser, de les vivre. Après, qui se ressemble s'assemble, quand on sait dans quelle direction regarder (le paraître, ou la construction de qqch de plus profond)

Lex
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 307
Date d'inscription : 27/07/2012
Age : 34
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Misogynie balzacienne

Message par Harpo le Lun 6 Aoû 2012 - 10:55

Bon, Musesoul a beaucoup mieux dit ce que j'aurais pu écrire. Je rajouterai juste deux choses :

1) - ne pas confondre le personnage d'un roman et son auteur, mais bon j'imagine que ce n'était qu'un prétexte au sujet du post, malgré le titre.

2) - Pour ce qui concerne la misogynie balzacienne, un petit texte tiré de "La femme de trente ans" :

Pendant la rapide saison où la femme reste en fleur, les caractères de sa beauté servent admirablement bien la dissimulation à laquelle sa faiblesse naturelle et nos lois sociales la condamnent. Sous le riche coloris de son visage frais, sous le feu de ses yeux, sous le réseau grâcieux de ses traits si fins, de tant de lignes multiplies, courbes ou droites, mais pures et parfaitement arrêtées, toutes ses émotions peuvent demeurer secrètes : la rougeur alors ne révèle rien en colorant encore des couleurs déjà si vives ; tous les foyers intérieurs se mêlent alors si bien à la lumière de ces yeux flamboyants de vie, que la flamme passagère d’une souffrance n’y apparaît que comme une grâce de plus. Aussi rien n’est-il si discret qu’un jeune visage, parce que rien n’est plus immobile. La figure d’une jeune femme a le calme, le poli, la fraîcheur de la surface d’un lac. La physionomie des femmes ne commence qu’à trente ans.

Jusqu’à cet âge le peintre ne trouve dans leurs visages que du rose et blanc, des sourrires et des expressions qui répètent une même pensée, pensée de jeunesse et d’amour, pensée uniforme et sans profondeur ; mais, dans la vieillesse, tout chez la femme a parlé, les passions se sont incrustées sur son visage ; elle a été amante, épouse, mères ; les expressions les plus violentes de la joie et de la douleur ont fini par grimper, torturer ses traits, par s’y empreindre en mille rides, qui toutes ont un langage ; et une tête de femme devient alors sublime d’horreur, belle de mélacolie ou magnifique de calme ; s’il est permis de poursuivre cette étrange métaphore, le lac desséché laisse voir alors les traces de tous les torrents qui l’ont produit ; une tête de vieille femme n’appartient plus alors ni au monde qui, frivole, est effrayé d’y apercevoir la destruction de toutes les idées d'élégance auxquelles il est habitué, ni aux artistes vulgaires qui n’y découvrent rien ; mais aux vrais poètes, à ceux qui ont le sentiment d’un beau indépendant de toutes les conventions sur lesquelles reposent tant de préjugés en fait d’art et de beauté

Comme aimait dire l'ami qui m'a fait lire ce texte : "Balzac rules, évidemment !"

Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Misogynie balzacienne

Message par Invitado le Lun 6 Aoû 2012 - 13:22

L'amour ou la beauté se trouvant essentiellement dans les yeux de l'observateur.
L'intelligence chez certains n'étant que la manifestation d'une folie bien présentée, ou l'expression d'un singe savant.
Rien de vivant, de beau, d'attirant ne peut émaner d'une tête remplie de préjugés et de mépris (ce dernier étant la manifestation d'un esprit aigri et torturé).

Ton texte harpo est de loin le plus brillant de ce fil.




Invitado
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Misogynie balzacienne

Message par Musesoul le Lun 6 Aoû 2012 - 16:00

Harpo : Merci.

Musesoul
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 72
Date d'inscription : 10/07/2012
Age : 26
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Misogynie balzacienne

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 9:42


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum