Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Page 38 sur 40 Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Renarde20 le Mer 6 Fév 2013 - 23:39

Ca me rappelle ce qui s'est dit sur le fil des "Girls and women who have Asperger’s syndrome" :
Ce sentiment de se perdre soi même, de s'échapper et de ne plus réussi à rassembler les morceaux, de perdre ce contrôle si précieux pour trouver ses propres limites ...


Renarde20
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7209
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 45
Localisation : Lyon

http://www.zebrascrossing.net/t11058p20-le-debut-de-tout-le-rest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Doinel le Jeu 7 Fév 2013 - 0:32


Merci pour toutes vos réactions. Je les lisais au fur et à mesure tout en participant à un appel conférence.

Je vais essayer d'y répondre en vrac...

Tout d'abord, PY, "vas-y frappe encore, même pas mal", c'est tout à fait cela. C'est extrêmement perturbant, comme si on avait une force surnaturelle en face de soi. Un des enfants extraterrestres du film Le Village Des Damnés pour ceux qui connaissent.

Pour répondre à vos questions, je vais un peu décrire le cours de la soirée d'hier et ce matin.

Il a été très obéissant avec sa mère ces deux derniers jours et elle lui avait demandé de l'être avec moi.

Dans la voiture, de lui même il m'a dit qu'il allait être "gentil". Je lui ai demandé pourquoi c'était important. Il m'a répondu que sinon il serait disputé. Là je lui ai expliqué qu'être gentil en l’occurrence (je n'ai pas utilisé "en l'occurrence"!) cela signifiait obéir quand on lui demandait quelque chose, que sa mère et moi étions les adultes et lui l'enfant, que c'est nous qui décidons ce qu'il doit faire pour son bien. Obéir, c'est tout. Quand je lui demande pourquoi il se comporte ainsi, il ne sait pas répondre ou trouve des excuses bidons et souvent intéressées (j'aime plus les jouets chez toi, il faut qu'on aille au magasin).

J'essaie toujours de lui expliquer le déroulement des événements, surtout comme quand hier il y a des contraintes de temps et le lendemain l'école. Au fur et à mesure je récapitule où on en est et sollicite son acceptation.

Quand il a refusé d'aller se coucher, je lui ai fait part de ma déception parce qu'il était au courant de ce qui allait se passer ("après ceci", "bientôt", "très bientôt"...).

Sa conduite initiale est celle du jeu. Sourire jusqu'aux oreilles, "attrape moi si tu peux", "non je ne veux pas". Je reste zen, lui dis ce que je ressens (déception, frustration, tristesse, colère). Il s'en tape totalement. Viennent le haussement du ton, les menaces de punitions et puis, comme cela ne fait rien, celles ci tombent (pas de ceci demain, plus de cela).

Je considère comme primordial de toujours lui assurer mon amour, de faire la distinction nette entre la situation difficile et les sentiments que je lui porte. En général j'y arrive. Hier soir et ce matin, les émotions m'ont trop submergé pour cela, en tout cas sur le moment de la crise et l'immédiat après.

Sa mère et moi sommes extrêmement émotifs, alors au bout d'un moment, rester zen devient difficile. Colère, impuissance, détresse...

Moi, c'est souvent le trop plein qui finit par déboucher sur un calme relatif, désabusé.

Tu ne veux pas te coucher? Très bien. Demain tu seras fatigué quand je vais te demander de te réveiller, tu seras fatigué à l'école et de mauvaise humeur le soir avec maman.

Tu ne veux pas t'habiller? On sera en retard à l'école (réponse: "j'espère qu'on sera bloqué sur la route!"), je ne pourrai pas rendre le siège auto à ta mère et elle ne pourra pas venir te chercher en voiture.

Et puis je retourne au combat.

Face à la colère et les mots parfois durs qui échappent, le désarroi, la détresse qu'il peut ressentir sont très ponctuels. D'ailleurs, une fois calmé il ne semble pas craindre un manque d'amour. A la limite, c'est lui qui rassure en disant "je t'aime" et la réponse "je t'aime aussi" semble accessoire, mais là je peux me tromper (certaines affirmations sont en fait des questions). Je pense que sa mère et moi lui donnons beaucoup de tendresse, elle étant plus démonstrative que moi.

Je vais essayer la "zénitude" absolue Mog. Pas toujours facile en situation réelle, face à un enfant qui recherche la confrontation. Le problème c'est que sans réponse forte, il fait exactement ce qu'il veut. A quatre ans, il est aussi très fort physiquement. Sa mère dit qu'il a plus de force qu'elle. Le prendre dans ses bras pour l'emmener dans sa chambre devient très difficile, et puis il sort de son lit à barreau, ouvre la porte et continue son cirque. Seul l'épuisement émotionnel en vient à bout.

Mais bon, il est rassurant d'apprendre que c'est un comportement habituel chez un mini Z.

Doinel
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1297
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 50
Localisation : Rouen

http://laboitedalphonsed.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Doinel le Jeu 7 Fév 2013 - 0:38


Et merci pour le post d'encore avant (J&J), auquel j'avais pas réagi de peur que mes "je t'aime" ne deviennent lassants.

Au contraire Fa. J'ai toujours si peur d'écrire des choses sans le moindre intérêt.

Doinel
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1297
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 50
Localisation : Rouen

http://laboitedalphonsed.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Fa le Jeu 7 Fév 2013 - 0:47

Doinel a écrit:J'ai toujours si peur d'écrire des choses sans le moindre intérêt.
Je sais...

Bisous

Désolé de ne jamais rien apporter de plus que mes projections. Et à nouveau pour cette relation avec ton fils.
Mais tu me touches très souvent.
Cette peur d'écrire des choses sans intérêt, c'est... fondamentalement... c'est ma peur de gamin.
Qui veut que son papa l'aime et soit fier. Qui croit échouer. Qui, depuis, erre. Qui cherche ça partout.
Je sais que je veux prendre le chemin de dépasser ça.
Je sais qu'on se ressemble un peu, toi et moi.
J'espère que tu trouveras de ton côté.

En attendant, je sais.

Fa
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1849
Date d'inscription : 22/06/2012
Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Mowa le Jeu 7 Fév 2013 - 1:24

Doinel, quelques pistes:

- toute première réaction: attention avec le terme "gentil"! Gentil n'est pas obéissant, et vice-versa. Il faut être clair avec ce que l'on demande - surtout avec un HP. D'ailleurs, il te le prouve en se faisant "adorablement insupportable..."

- différencier plus clairement actions et sentiments, du style: "je t'aime mais ça n'a rien à voir, là maintenant c'est le moment de se laver les dents, un point c'est tout." L'affect n'a rien à y voir.

- Tu es triste, déchu, fâché? Il s'en tape et j'irai jusqu'à dire que c'est normal, il n'est pas responsable de ta réaction émotionnelle. Pour te rassurer, Dieu sait que je sais que ce n'est pas facile à encaisser. Ce que je veux dire, c'est qu'il est important de différencier entre l'expression de tes sentiments et la réaction que tu attends de lui...

- rendre plus concret et immédiat les conséquences du refus. A son âge (si je me réfère à l'exemplaire que j'ai à la maison...), les conséquences au lendemain sont trop lointaines, de l'ordre du futur hypothétique. Par contre, si le pyjama n'est pas mis, les dents pas lavées lorsque la grande aiguille arrive à tel endroit, tant pis, le moment de l'histoire, des câlins aura passé (attention il faut s'y tenir ensuite, pas facile...). Ici: tu ne veux pas te coucher, tu préfères faire le pitre sur ton lit? Tu sors de la chambre, ta soeur a le droit de se reposer. ET non, à partir de telle heure je ne te réponds plus, n'interagis plus, parce que c'est MON moment, l'heure des grands. Tu te débrouilles.

Je ne dis pas que ce sont des réponses magiques, mais des pistes pour se faire moins balader. Je suis aussi preneuse des expériences positives que tu auras pu faire. ici aussi le coucher est un moment sensible Rolling Eyes

Mowa
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3127
Date d'inscription : 06/07/2012
Age : 48
Localisation : Suisse, la Côte

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Doinel le Jeu 7 Fév 2013 - 2:15


J'ai profité du midi pour aller en ville. Me promener. A la FNAC. Acheter. Un Livre. Arielle Adda

Merci Fa, tu es mon pote.

Merci zébrée pour tes conseils. J'en applique certains. Pas toujours avec constance.

Oui, le terme "gentil" me gène aussi. Hier j'ai essayé de lui dire que ce n'était pas une question de gentillesse mais d'obéissance. Parfois, quand il me dit qu'il n'a pas été gentil je lui dis que si, il est gentil, qu'il s'est mal conduit, c'est tout. Mais bon, dans les disputes d'hier et de ce matin je me suis laissé aller. S'il essaie souvent de faire l'adulte, moi je retombe parfois en enfance, limite "céçuikidikié".

Différencier actions et sentiments je fais. Je ne lui dirais jamais que je ne l'aime plus ou qu'il ne le mérite pas.

Son indifférence à mon ressenti c'est dur. L'empathie quand même... Mais bon, je vois bien qu'il s'en tape dans ces moments là et cela ne m'empêche pas de le considérer comme un trésor de gentillesse et de tendresse. Ca viendra.

L'immédiateté des sanctions, je fais. Pas de lecture ce soir (ça me fait mal à moi aussi!). Pas de MacDo ce soir. Je ne te parle plus, pour moi tu dois être au lit. Mais je fais aussi des sanctions à plus long terme.

Ceci dit, je ne suis pas fier de mon comportement d'hier et de ce matin. J'ai franchi plusieurs lignes que je n'ai pas l'habitude de franchir. J'ai craqué. J'ai été méchant et injuste. J'espère qu'au moins cela m'aidera à faire mieux à l'avenir, en prenant aussi appui sur vos conseils.




Doinel
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1297
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 50
Localisation : Rouen

http://laboitedalphonsed.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par MarSupilami le Jeu 7 Fév 2013 - 3:39

Oupa Piwala (zébrée) a écrit:
- Il faut être clair avec ce que l'on demande (...)

- différencier plus clairement actions et sentiments, du style: "je t'aime mais ça n'a rien à voir, là maintenant c'est le moment de se laver les dents, un point c'est tout." L'affect n'a rien à y voir.

- (...) Ce que je veux dire, c'est qu'il est important de différencier entre l'expression de tes sentiments et la réaction que tu attends de lui...

- rendre plus concret et immédiat les conséquences du refus. A son âge (si je me réfère à l'exemplaire que j'ai à la maison...), les conséquences au lendemain sont trop lointaines, de l'ordre du futur hypothétique. Par contre, si le pyjama n'est pas mis, les dents pas lavées lorsque la grande aiguille arrive à tel endroit, tant pis, le moment de l'histoire, des câlins aura passé (attention il faut s'y tenir ensuite, pas facile...). Ici: tu ne veux pas te coucher, tu préfères faire le pitre sur ton lit? Tu sors de la chambre, ta soeur a le droit de se reposer. ET non, à partir de telle heure je ne te réponds plus, n'interagis plus, parce que c'est MON moment, l'heure des grands. Tu te débrouilles.

Je trouve aussi ces pistes très justes ! Adaptées. Le plus dur sera, oui, de s'y tenir. Un non est un non, un oui est un oui. Les deux sont clairs et massifs. Ce qui demande que le parent mouline à toute vitesse avant d'ouvrir la bouche pour peser dans l'instant le pour, le contre, les avantages et les inconvénients.
J'ai adopté avec ma grande qui se comportait comme ton petit garçon à peu près au même âge ( on peut rajouter pour elle les bleus partout et les bosses à la tête puisqu'elle se jetait contre les murs ) un truc qui marchait pas mal du tout. Quand elle commençait ses colères et ses crises, je m'en allais ( pas loin, genre, elle dans sa chambre, moi dans le salon) après lui avoir dit de la façon la plus apaisée et ferme possible : "Je ne peux plus te parler et je ne veux plus te parler quand tu es comme ça. Alors, je te laisse. Je vais dans le salon. Quand tu seras calmée, tu me rejoindras. Si tu viens quand même, c'est moi qui m'en irai. " Les premières fois, une furie. Courses poursuites dans la maison. Retour invariablement à la chambre jusqu'au calme qui mettait toujours longtemps à revenir. Les colères ont duré de moins en moins longtemps. J'entendais les hurlements, les portes vibrer, les poings cogner. Puis silence. Puis elle allait dans la salle de bains se laver le visage. Puis elle venait d'elle-même me retrouver et on scellait la paix par un gros câlin et des je t'aime.
Ne cède pas non plus aux affres de la culpabilité et aux tourments du doute ! Parce que nos petits, eux, savent exactement sur quel bouton appuyer pour trouver notre point sensible. C'est pas méchant, c'est juste la règle du Jeu " Parents versus Enfants" Smile
Courage ! :grosbisous:

MarSupilami
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 788
Date d'inscription : 24/11/2012
Localisation : Océan Indien

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Doinel le Jeu 7 Fév 2013 - 4:35


Jouer à cache cache chez moi c'est impossible. Par contre, cela correspond parfaitement à mon tempérament et je le ferais extrêmement naturellement. Moitié en parent qui sait y faire avec son monstre, moitié en gamin qui va bouder dans son coin. Very Happy

Ma culpabilité, là ça va. Un petit peu pour que la prochaine fois je fasse attention, mais pas trop non plus.

Par contre, c'est vrai qu'il sait appuyer sur les points sensibles, et entre sa mère et moi il a de quoi s'éclater.

Doinel
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1297
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 50
Localisation : Rouen

http://laboitedalphonsed.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Super PY est rive le Jeu 7 Fév 2013 - 4:47

Je peux avoir des comportements, qui sont vraiment similaires à ce que tu décris de ton fils.
En général, dès que je sens de la frustration venir, je préfère m'éloigner, m'isoler un peu pour pouvoir la sortir, l'évacuer. Une fois qu'elle est évacuée, en général c'est bon, je peux revenir à l'état "normal", limite comme si de rien n'était. Et comme dit Marsupilami, ou comme le montre ton fils, une fois que c'est passé c'est complètement oublié, on peut passer à autre chose, ou en rediscuter calmement... Enfin, souvent, ça aide à comprendre tout un tas de choses.

Quels sont ses points sensibles à lui?

Super PY est rive
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4427
Date d'inscription : 09/10/2009
Age : 31
Localisation : environ par la

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Doinel le Jeu 7 Fév 2013 - 5:16


Ses points sensibles? Dans les moments difficiles, son talon d’Achille est son combo doudou/tétine. Je m'y attaque lâchement en dernière extrémité, sachant que l'en priver décuple son énergie pour un temps qui n'est pas négligeable.

Autrement, il a plein de points sensibles. Quand il ne tente pas un putsch, il essaie de faire plaisir, de se comporter comme un gentil petit garçon. Il a toujours connu les limites et dans le doute pose des questions. Il est très sensible et très affectueux, aime être encouragé et câliné, sur-réagit parfois quand il croit ne pas avoir fait ce qu'il faut. "C'est ma faute! - Mais non ce n'est pas ta faute mon chéri". Comme je suis très maladroit, il m'arrive parfois de lui faire mal. En général il me dit "Tu ne l'as pas fait exprès!" en rigolant.

Doinel
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1297
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 50
Localisation : Rouen

http://laboitedalphonsed.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Super PY est rive le Jeu 7 Fév 2013 - 5:52

Il vous frustre de sa gentillesse quoi ^^.

Super PY est rive
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4427
Date d'inscription : 09/10/2009
Age : 31
Localisation : environ par la

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Doinel le Jeu 7 Fév 2013 - 6:07


Exactement! Mi ange mi démon, avec une énergie incroyable.

Doinel
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1297
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 50
Localisation : Rouen

http://laboitedalphonsed.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Super PY est rive le Jeu 7 Fév 2013 - 6:25

Haha, ça me fait trop penser à quelqu'un que je connais très bien Very Happy, enfin Sad aussi parfois.

Super PY est rive
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4427
Date d'inscription : 09/10/2009
Age : 31
Localisation : environ par la

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Doinel le Jeu 7 Fév 2013 - 7:10


Je change de sujet pour le moment.

J'ai commencé à lire L'Enfant Surdoué d'Arielle Adda (merci Mog). C'est bien écrit et intéressant.

Mais là je suis arrivé à un chapitre qui m'énerve. Je ne tiens plus en place, je me sens mal à l'aise. Parce qu'elle décrit avec acuité un de mes traumatismes d'enfants: la maladresse qui m'a fait fuir toute ma vie tout ce qui était manuel et pratique. Une incapacité à bien écrire, à dessiner, à fabriquer des objets de mes mains, à coordonner mon corps dans des activités physiques. Le tout résultant dans un blocage psychologique dès que je suis confronté à ce besoin.

Le top du top, c'est ce bout de phrase sur lequel je viens de m'arrêter "puis ils [les parents] se rendent compte qu'il faut lui lacer ses chaussures, lui couper sa viande, si on veut qu'il termine son repas en même temps que les autres, et qu'il tombe bien souvent malade les jours de gymnastique à l'école."

Je ne me suis jamais fait porter pâle pour éviter la gym mais que je me sentais mal. Les lacets, la viande, il ne manque que les fruits à éplucher. J'ai honte mais je n'ai jamais appris à éplucher un fruit en utilisant un couteau. Dur après de se sentir normal.

Doinel
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1297
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 50
Localisation : Rouen

http://laboitedalphonsed.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Invité le Jeu 7 Fév 2013 - 8:03

Je ne me suis jamais fait porter pâle pour éviter la gym mais que je me sentais mal (+1+1+1+1+1+....+1 = nb d'heures de "torture mentale" au point de finir par considérer son corps comme un handicap accablant, puant, indigne d'intérêt).

Les lacets (si je réfléchis : impasse),

la viande (problème résolu : je gobe-j'ai honte...),

il ne manque que les fruits à éplucher. J'ai honte mais je n'ai jamais appris à éplucher un fruit en utilisant un couteau (ça, j'y arrive, mais le faire à table avec l'art bourgeois de le bienséance.... Il y a un épisode d'Hercule Poirot en téléfilm britannique où, à table, il épluche une mangue avec couteau, fourchette et cuillère à soupre. J'en rève encore...).

Dur après de se sentir normal. L'espace social de normalité est diablement restreint.....

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Super PY est rive le Jeu 7 Fév 2013 - 8:22

Oui, changes de sujet!!
J'ai complètement abandonné l'idée d'être un jour "normal".

Tiens, d'ailleurs, une phrase que j'ai lue dans un bouquin sur l'hypersensibilité il y a peu :

"La plus grande erreur concernant la sensibilité ( et surtout l'hypersensibilité) est de la considérer comme incongrue, gênante, ou pire : "pathologique". Notre monde contemporain a tropo tendance à tout vouloir "normaliser", donc "morbidiser"(rendre morbide), en faisant croire hâtivement et sans honnêteté que tout ce qui sort des cases "normal" et "standard" relève de la maladie. Pourtant, un des fondements de l'équilibre psychique, donc de la santé, réside dans la vigilance à ne pas croire ce que les autres disent de nous, et surtout de ne pas s'y réduire. Il est déjà bien difficile de se connaître soi(même ; l'autre peut difficilement nous connaître mieux que nous-mêmes. Cela n'empêche pas, bien entendu, d'écouter de vrais amis avisés, qui perçoivent nos façons d'être au monde et en relation, et peuvent témoigner de ce qu'ils constatent chez nous, sans nous juger."

Super PY est rive
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4427
Date d'inscription : 09/10/2009
Age : 31
Localisation : environ par la

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Doinel le Jeu 7 Fév 2013 - 9:10


Ours, heureux de voir que je ne suis pas le seul handicapé dans le coin, avec mes deux mains gauches (la vraie gauche étant encore de loin la plus "adroite").

PY, je pense que j'ai toujours plus ou moins réussi à ne pas être considéré comme vraiment "anormal" pour la plupart, au prix de ne pas être vraiment "cernable". Je me suis souvent dit que si on demandait à des personnes qui ont croisé mon chemin de me décrire, à la manière d'un documentaire où les témoignages s'entrecroisent, on aurait bien du mal à établir un portrait cohérent de moi. C'est d'ailleurs une description personnelle d'un tel patchwork qui a amené une personne à me conseiller de me documenter sur la douance.

Doinel
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1297
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 50
Localisation : Rouen

http://laboitedalphonsed.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Invité le Jeu 7 Fév 2013 - 9:30

Doinel a écrit:PY, je pense que j'ai toujours plus ou moins réussi à ne pas être considéré comme vraiment "anormal" pour la plupart, au prix de ne pas être vraiment "cernable". Je me suis souvent dit que si on demandait à des personnes qui ont croisé mon chemin de me décrire, à la manière d'un documentaire où les témoignages s'entrecroisent, on aurait bien du mal à établir un portrait cohérent de moi. C'est d'ailleurs une description personnelle d'un tel patchwork qui a amené une personne à me conseiller de me documenter sur la douance.

Je suis entièrement concernée par ce que tu écris. Le patchwork de ma personnalité serait considéré comme anormal si je le révélais en entier aux personnes que je rencontre. Mais je m'en suis sortie comme "indiscernable" en triant les parties de moi que je montrais selon les possibilités que chaque situation ou personne m'accordait.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Invité le Jeu 7 Fév 2013 - 11:16

Ah ! S'ils savaient out ..... affraid

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Doinel le Jeu 7 Fév 2013 - 11:43


Oui ce patchwork. Je me suis longtemps dit que parmi les traits de personnalités souvent contradictoires que je pouvais montrer selon les circonstances, certains étaient vrais, d'autres étaient faux et faisaient partie de mes défenses, d'un faux self. Puis j'ai réalisé que non. Bien sur il y a des masques, des moyens de défense, mais ils restent superficiels et peuvent s’ôter avec plus ou moins de facilité. Et derrière, il y a bien ces caractères paradoxaux, tout aussi authentiques les uns que les autres.

Ce n'est pas quelque chose de facile à accepter parce que ce n'est pas ce qu'on apprend en observant les gens "normaux", en lisant des romans ou en regardant des films. Ou, pour revenir à la citation de PY, cela semble relever de la pathologie.

Doinel
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1297
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 50
Localisation : Rouen

http://laboitedalphonsed.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Invité le Jeu 7 Fév 2013 - 20:43

Doinel a écrit:.../...
ce n'est pas ce qu'on apprend en observant les gens "normaux", en lisant des romans ou en regardant des films
.../...

Je pense qu'on apprend par imitation de ce qui nous entoure.
Mais si ce qui nous entoure nous rejette parce qu'on est trop différent, ou si on le rejette parce qu'il est si incompréhensible, cela devient bien plus complexe.
Pourtant, nous avons appris, nous sommes socialisés, "à la va comme j'te pousse",
Nous sommes hétérogènes, faits de bric et de broc, avec ce qui restait.
Même entre nous, nous n'arrivons pas à nous comprendre par moment.
Nous nous savons étranges et avec cette conscience de "tout" cette étrangeté nous fait souffrir ; c'est au moins notre point commun.

Je ne fais pas le bisounours, Il y a ici des sal..... de p.... d'enc.... de perv... Que ce soit bien clair, je ne suis dupe de rien.
Mais j'essaye de retenir comme ligne de conduite 2 titres de fils : "Je nous prie de nous aimer" et " Je m'étais tout simplement désaccordée du monde....".

Je ne sais pas si vraiment cela a un rapport avec ce que tu écris.
J'avais envie de te dire cela, alors je lance ces mots dans les airs, à ton bon soin.

Belle journée.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Doinel le Jeu 7 Fév 2013 - 22:14

Ca a un rapport Ours. Merci.

Moi, il y a deux titres de fils qui me touchent particulièrement et me font regretter la vacuité du mien: celui de Magox et "Bonjour et Merci d'exister".

Ma ligne de conduite, je l'ai essentiellement puisée chez Georges. Une des choses qui me touchent chez lui, c'est que ses chansons se répondent. Toute chanson un peu vacharde est contrebalancée par une autre. Il condamne les groupes, il sauve toujours les individus.


Doinel
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1297
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 50
Localisation : Rouen

http://laboitedalphonsed.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Invité le Jeu 7 Fév 2013 - 22:24

Doinel a écrit:
Il condamne les groupes, il sauve toujours les individus.

Bien vrai et très finement remarqué
Me fait penser à "Le nombril des femmes d'agents".

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Doinel le Jeu 7 Fév 2013 - 23:20

Ceux et celles qui pensent que Brassens étaient misogyne devraient plus l'écouter parce qu'il a écrit parmi les plus belles chansons sur les femmes.



Il a eu des chansons très anticléricales et anti-flics, mais il faut aussi écouter La Marguerite ou celle ci:



Brassens est une institution. De gauche ou de droite, catho ou athée, il est de bon ton de l'aimer. On trouve maintenant rigolotes ses chansons les plus lestes ou gentiment subversives, comme Fernande, Hécatombe ou Le Gorille. Mais il reste un bon nombre de chansons dans son répertoire qui ne peuvent que faire tiquer la plupart des gens, "Brassens je l'aime bien mais là...".


Doinel
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1297
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 50
Localisation : Rouen

http://laboitedalphonsed.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Fa le Ven 8 Fév 2013 - 0:32

Amour

Fa
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1849
Date d'inscription : 22/06/2012
Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 7:22


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 38 sur 40 Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum