S'isoler pour reprendre haleine.

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

S'isoler pour reprendre haleine.

Message par Fata Morgana le Lun 16 Juil 2012 - 8:19

Voici au mot près ce que j'ai écris sur mon fil ce matin:
"Je suis très sensible, fragile et résonnant. J'ai besoin de souvent être seul et de sélectionner des musiques adaptées pour reprendre haleine à l'écart. Je ne sais pas dans quelle caractéristique classer cette manière d'être. Je ne peux pas rester longtemps sur une chaise avec un groupe qui discute car très vite une impatience me happe et je dois quitter la pièce pour rentrer en moi-même et faire le silence en moi. Du coup je parais instable. Les personnes présentes peuvent mal interpréter cette façon de faire, pourtant je n'ai strictement rien contre elles, simplement, j'ai besoin de m'extraire du temps et rejoindre un havre intérieur pour reprendre le fil de MES pensées. La solitude au fond souvent n'est pas choisie mais s'avère être une nécessité écologique pour moi, une bouffée d'air pur. Je remonte en surface reprendre un peu d'air.
Je ne peux pas suivre une conférence sans éprouver le besoin d'aller respirer à l'écart. Je suis en tension. Alors je mets mes écouteurs et vais marcher tout seul. Je ressens alors une sensation d'intense apaisement et soulagement. J'ai l'impression d'entrer dans un temple, un sanctuaire. Mon épouse le sait, elle n'interfère jamais, sachant que si je suis contraint à rester en place, je deviens de mauvaise humeur, irritable et agressif."

J'aimerais savoir si j'ai des semblables concernant cette manière d'être, qui auraient de surcroit une explication au sujet de ce comportement.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'isoler pour reprendre haleine.

Message par Tiwële le Lun 16 Juil 2012 - 8:47

Hey, tope là.
La solitude est un besoin constant. Combien de fois au cours d'une soirée avec des amis, j'ai eu l'intense besoin de m'enfuir le plus vite possible ?
Ne pas avoir ce silence, ce calme, ce soi-même, cela revient à être écorché vif, du moins c'est comme ça que je le ressens après trop de temps passé en compagnie (de plus) d'une personne. Zèbres ou pas, d'ailleurs.

Une des explications, à mon sens, c'est la fatigue. Il est très difficile d'être soi-même, totalement détendu, et sans (même [surtout] inconsciemment) surveiller son comportement, ses mots, ses gestes...
L'attention ne se relâche pas, même avec des amis, tout est analysé, décrypté, mis en relation avec plein d'autres choses.
Se retrouver seul permet de se ressourcer puisqu'on a plus à se surveiller d'une part, mais aussi parce qu'on a du temps pour reprendre -au calme- les choses apprises, les sentiments ressentis, tout ça tout ça.


Tiwële
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 252
Date d'inscription : 21/12/2010
Age : 20
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'isoler pour reprendre haleine.

Message par Invité le Lun 16 Juil 2012 - 9:14

... (Hachis (parment)ier)


Dernière édition par elnumaem le Lun 16 Juil 2012 - 10:12, édité 1 fois (Raison : A ...er)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'isoler pour reprendre haleine.

Message par Orchidée le Lun 16 Juil 2012 - 9:15

Bonjour Fata,
je vis de la même façon. Présentement en vacances et je me suis aménagée tout plein de temps pour être seule chez moi et vagabonder au gré de ce qui se présente sans devoir répondre à des obligations extérieures. Ma tête se repose un max et ça fait un bien fou.
L'hypothèse que je pose quant à mon incapacité ''sociale'' : j'ai l'impression que beaucoup de gens ont de la peine à vivre seul dans leur tête avec leurs propres pensées et qu'ils doivent rameuter d'autres gens qui adhèrent à leurs pensées et ainsi tromper ce sentiment d'isolement. Et quand je sens cet effet de groupe et de ralliement, je dois me reculer immédiatement. J'ai l'impression qu'on tente ''d'entrer '' dans ma tête, de me déposséder de ma pensée et que l'autre tente d'y mettre la sienne. J'ai même eu un rêve, il y a un certain nombre d'années, où j'avais décidé de consulter une psy. Et en rêve, je l'ai vu entrer dans ma maison, enlever les meubles et mettre les siens à la place. J'ai immédiatement mis un terme à cette relation.
Ce ralliement, c'est comme une prise en otage pour moi. Et toujours la forte sensation que le ralliement est comme un bateau laissé au gré des vents sur l'océan et qu'il court inévitablement à sa perte, augmentant alors mon sentiment d'angoisse et de courir à ma propre perte si je m'en approche.

Orchidée
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1800
Date d'inscription : 17/03/2012
Age : 55
Localisation : Extraterrestre sur Planète Terre

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'isoler pour reprendre haleine.

Message par Fata Morgana le Lun 16 Juil 2012 - 9:44

Je la tope Tiwële ! Very Happy
j'ai mis du temps pour me séparer de la culpabilité que me causait le fait de paraître distant quand je me mettais à l'écart, par nécessité pourtant. Mais c'est bien le sentiment d'être arraché à moi-même qui est le plus pénible et dont je me demande s'il ne pourrait pas même me rendre violent à une certaine dose. La chose qui est certaine, c'est que là où les autres sont nourris, je finirais par m'assécher et devenir très très triste si je ne pouvais me mettre à l'écart. Et cela explique sans doute l'incapacité totale que j'ai eu de m'adapter à l'école. De fait, je n'ai quasiment pas été scolarisé, et au vrai, indépendamment des problèmes d'inadaptation sociale que le fait d'avoir été auditeur libre dès la cinquième engendre, je ne le regrette pas: je serais devenu fou...
Le terme qui me vient à l'esprit c'est dysharmonie. Je vis comme des heurts et des chocs ce qui pour tant d'autres relève de la vie sociale normale. J'ai le sentiment d'un exil intérieur et d'un arrachement. Par contre, ces instant vécus à l'écart dans cette sorte de contemplation (combien de fois me suis-je surpris à penser tellement intensément que je ne réalisais pas que j'étais dans une position corporellement douloureuse, totalement absorbé par les arborescences analogiques qui me fascinaient !) est parfois délicieuse et rafraîchissante. Ma respiration semble devenir plus ample, parce que quelque part ma vitesse de croisière est atteinte et je ressens alors une fluidité des pensées dénuée de frictions. drunken
(Cependant je ne suis pas sûr que tout ce qui me passe par la tête à ces instants soit en réalité si intéressant que ça ! Suspect )

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'isoler pour reprendre haleine.

Message par Invité le Lun 16 Juil 2012 - 10:15

yep.
Problématique lorsque arrive la phase "je dois m'éloigner" suivant le moment ou le lieu. Y compris au sein d'un groupe zébré, bien que dans ce dernier cas, cela me le fasse moins vite et moins fortement.
Mais pour ce que je vois des rencontres zèbres, nous sommes plusieurs à être concernés. Départ sans prévenir, éloignement soudain, pour revenir ensuite plus tard, plus loin. D'autres ne sont pas touchés, et n'agissent pas ainsi.
La plupart du temps, en groupe zèbre, je peux m'en passer de partir, mes procédures suffisent à réguler en interne.



Anticiper est possible, pour éviter d'atteindre la limite à un moment où on ne peut pas vraiment partir:
Like a Star @ heaven En limitant ce genre de sorties quand c'est non-zébré en particulier,

:star:en réduisant la durée d'exposition,

Like a Star @ heaven ou en ayant la possibilité de pouvoir en partir à tout moment (techniquement + civiquement). J'aurai ainsi toujours ma possibilité technique propre de pouvoir partir. Ma propre voiture si on se déplace de nuit, ou en campagne, par exemple. Tant pis pour le co-voiturage sympathique et écologique, pas le choix. Si je dois partir, au moins je peux.

Like a Star @ heaven Se faire sa bulle aussi, lever son bouclier mental pour fermer, bloquer, ou retour à l'envoyeur en mode-miroir réfléchissant. Il suffit de le mentaliser pour le créer selon ta personnalité.



"Une" explication ? déductions persos, à partir d'expériences diverses vécues, en croisant au hasard et par surprise des gens ayant cette faculté, et ce "souci" à gérer en cas d'approche imprévue...
Nos pensées sortent, et nous pouvons faire capter les nôtres, ou capter celles des autres.

Pas que la pensée immédiate à vrai dire. Le "programme de pensée" également. Le mode de fonctionnement, ou partiellement si plusieurs co-existent. Là, on rejoint l'idée de meubles installés, évoquée par Orchidée. C'est exactement ça. Cela peut s'implanter en toi, ou au contraire t'extraire de toi pour t'emmener dans une autre direction, là c'est Fata qui l'explique en parlant d'être "arraché"...

Ce ne sera pas forcément une personne qui les émet d'ailleurs. Si vous êtes sensible aux énergies des lieux, vous pourrez ressentir ce qui émane du lieu lui-même. Idem pour les objets.
Parfois, je ne sais même pas d'où ça vient précisément, mais si ça "galope" en tous sens, alors gare aux effets sur les gens qui vous entourent. Une folie ou agitation collective brusque et sans raison, ce sera sous cette influence.
La météo agit également ainsi, et très facilement sur les gens s'ils ne résistent pas.

Certains les captent consciemment, et en sont (éventuellement) gênés si la protection-gestion ne suffit pas. C'est nous. D'autres fois, nous serons capables de résister facilement, tandis que tout le monde autour devient sous influence de quelque chose.
Les autres captent aussi, mais sans en être conscients. Donc si cela agit sur eux, ils ne s'en rendent même pas compte, pas la peine d'espérer non plus leur expliquer le processus d'influence en terme "normal".

De manière concrète, c'est largement utilisé par la publicité.
En techniques commerciales aussi non-publicitaires, de comm, etc...
Certains concepts sont connus et traduits en mode grand-public depuis longtemps. D'autres ne sont expliqués qu'en études commerciales (entre autres), et d'autres non.

Le souci, vient de l'utilisation consciente, utilisée à mauvais escient. Car cela s'appelle alors de la manipulation, ou autres.

Quand tu croises quelqu'un comme toi, il est appréciable de mettre son bouclier, pour filtrer tes propres pensées, et les atténuer ainsi en force. Sinon, cela va le gêner si tu diffuses hors de toi et sans contrôle, en liberté, en sa présence. Ceux qui le "savent", peuvent alors te faire un signe de tête en remerciement, en te croisant, au moment où tu occultes les tiennes en le-la percevant sensible aussi. Si tu ne le fais aps, tu les verras largement gênés ou irrités, comme tu expliques si bien Fata. Ils devront alors eux-mêmes mentaliser plus fortement leur bouclier-résistance, ce qu'ils n'apprécient guère, on comprend pourquoi en sachant les effets provoqués ensuite.




Pour résumer, c'est comme de "crier", et ceux qui entendent, n'aiment pas du tout.

On peut réduire nous-mêmes, en baissant le "ton" de notre côté, ou en bloquant-filtrant ceux perçus de l'extérieur. Mais si on croise un qui est comme nous, alors on le sentira bien plus fort s'il ne maîtrise pas son filtre et cela gênera (beaucoup).

Que l'autisme y soit "aussi" sensible, et donc reste fermé dans sa bulle pour s'en protéger dès l'enfance, j'en suis convaincue, mais cela reste hypothèse de ma part, mon opinion. Si elle était correcte, le fait de se fermer à toute relation sociale pour échapper aux intrusions déstabilisantes, y compris de la part de personnes proches et appréciées, aimées, ... Dès l'enfance, donc dans un esprit pas encore mature pour discerner ce qui est "normalisé ou non"...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'isoler pour reprendre haleine.

Message par Fata Morgana le Lun 16 Juil 2012 - 10:32

Visuellement, les mouvements, même calmes, d'une foule assise par exemple me déconcentrent et me fatiguent. Auditivement, les éclats de voix et les applaudissements m'agressent énormément. Et là je déborde sur un thème adjacent: Je ne fais pas mystère de ma méfiance à l'égard des philosophies orientales, cependant l'un de mes isolants favoris c'est la musique trance, qu'elle soit full-on, psychédelique, progressive ou goa. Musique qui pourtant s'inspire largement des mythologies hindouistes ou Bouddhistes. C'est comme un moyen de suspendre la marche de ma pensée, de l'assujetir à un rythme régulier. J'adopte le son, le tempo, l'aspect hypnotique, mais non pas le discours. Cela me permet de dresser une barrière entre la réalité "crue" et moi. C'est elle qui pourrait me protéger par exemple du chant des cigales qui parfois quand je descends dans le sud finit par m'obséder What a Face ...


Dernière édition par Fata Morgana le Lun 16 Juil 2012 - 10:34, édité 1 fois

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'isoler pour reprendre haleine.

Message par Invité le Lun 16 Juil 2012 - 10:33

Pareil que toi Fata. Très fréquemment, en soirée un peu bruyante, il faut que je sorte, et je vais me réfugier dehors, dans l'espoir de voir les étoiles ou d'entendre des animaux nocturnes. Glisser dans cette autre réalité où je sais qu'on me laissera tranquille - ou alors on me rejoindra sur la pointe des pieds - plus vaste, plus paisible, où je puisse, sur le plan mental et spirituel, m'étirer comme on s'étire après des heures sur une chaise inconfortable.
En réunion, en conférence, je ne peux pas me permettre de partir. Alors je reste, mais je me glisse dans une fragile bulle intérieure; je regarde par la fenêtre, je griffonne, j'imagine des contextes différents, par exemple je m'amuse à imaginer les personnes présentes vêtues à la mode d'une autre époque. Si je peux me le permettre, je déconnecte complètement le radar, les conversations ne me parviennent plus que comme un murmure assourdi. Comme le cancre moyen je "pense à autre chose" mais je dérouille, parce que l'agression du monde extérieur se poursuit et ma barrière est bien trop fragile pour ne rien laisser passer. C'est dur. Je me noue, je me tords. L'envie de fuite monte.
Parfois, ce n'est pas tenable. Ou bien socialement, je peux me permettre d'actionner le siège éjectable. Je ne m'en prive pas. Vingt, trente minutes, maximum, de résistance... il faut fuir. Echapper au bruit normal, mais qui est pour moi un vacarme, une agression. Echapper à des sollicitations sans intérêt. Echapper à un tourbillon qui m'est totalement étranger et d'autant plus insupportable que les autres semblent s'y trouver très bien...

C'est une vraie glissade dans une autre dimension.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'isoler pour reprendre haleine.

Message par Fata Morgana le Lun 16 Juil 2012 - 10:35

Oui Fusain, nous nous ressemblons en effet ! Bisous

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'isoler pour reprendre haleine.

Message par Invité le Lun 16 Juil 2012 - 10:50

Par contre, je ne me sers pas de la musique.
Dans un moment pareil, soit c'est un morceau-machine à remonter le temps (il y en a beaucoup) et je n'ai absolument pas la force de gérer le flux fantastique d'images, de sons et de ressentis qu'implique un tel voyage, soit c'est un morceau "neutre", non évocateur, et dans ce cas je le ressens plus comme un bruit, une agression. Et puis je n'aime pas être dans la bulle des écouteurs. L'ouïe coupée en tant que sens, en tant que détecteur du monde extérieur, accaparée par la musique, je m'y sens comme le pilote d'un char qui évolue à travers le champ de bataille : même si le blindage est puissant, je cherche à m'étirer et me détendre, pas à me protéger dans une caisse d'acier. J'ai besoin, dans ces moments (entre autres) non pas d'être protégé des agressions sensorielles par un blindage, un rempart ou un bouclier mais de me retirer du champ de bataille pour un environnement où ça ne tire pas dans tous les coins. Le blindage ? J'entends les balles tambouriner contre, et j'ai peur qu'il y ait dans le lot un obus antichar qui débarque alors que je n'aurai même pas pu repérer le canon.
Donc couper les sens non. Ils sont ouverts en permanence et plein but. Donc s'ils sont saturés, il faut aller quelque part où ils n'auront pas lieu de l'être.
Généralement, je me sers de l'observation de la nature. Même en ville. Un cri, un oiseau qui passe, un insecte, une plante. Retiré dans un coin tranquille, je m'ouvre complètement à cette réalité-là et je peux m'étirer dans toutes les directions, reprendre ma forme, sans sentir au bout des doigts les bords d'une caisse ou d'un moule ou d'une cellule...
Si j'avais des écouteurs, j'y serais fermé.
Il y a dix jours, j'accompagnais un groupe de réflexion, nous étions dans la forêt et évidemment j'entendais et indiquais les oiseaux, je désignais les libellules qui nous croisaient, etc. Une participante a dit "ça me fascine, c'est comme une autre réalité à laquelle moi, malheureusement, je n'ai pas accès". Je préfèrerais qu'un maximum de monde y eût accès ! mais l'important est là : "une autre réalité", et c'est vraiment comme ça que je la vis, dans ces situations : j'y glisse, comme sur un autre plan.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'isoler pour reprendre haleine.

Message par Fata Morgana le Lun 16 Juil 2012 - 10:54

La nature !
J'ai la chance de vivre dans une région où l'évasion est facile et les paysages magnifiques et peu fréquentés. Oui, sur le mont Meygal, l'Alambre ou le Mezenc, je me poste près du chant de l'eau qui vaut toutes les musiques du monde. Mais il y a une chose encore plus puissante: les bruissements et étincellements de la nuit dans la nature. Comme si j'entendais le frou-frou des étoiles et respirais un éther divin ! drunken

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'isoler pour reprendre haleine.

Message par Invité le Lun 16 Juil 2012 - 10:56

Si vous avez une astuce pour être moins sensible aux mouvements proches de soi, ...
Les mouvements calmes près de moi, s'ils sont en grand nombre, j'ai appris à m'en soustraire, à les "dissocier de moi" , mais si c'est un groupe de travail auquel je suis liée, alors cela me perturbe toute la pensée.


A moins de m'en soustraire de la même façon, en les dissociant, mais je n'arrive pas à le faire en ce cas-là.



(musique et nature, oui, j'envisage d'accroître le nombre de plantes au travail pour m'aider et ré-harmoniser le lieu)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'isoler pour reprendre haleine.

Message par Fata Morgana le Lun 16 Juil 2012 - 11:00

Perso, pas de solution. J'ai la chance de vivre très isolé et je ne souffre que durant l'été - quand je vais à une convention chrétienne par exemple - de la présence de la foule. je n'ai pas de solution, pas même fermer les yeux, car alors je sens le mouvement alentour, et les bruits prennent encore plus de relief. Une chose: regarder la cime des arbres sur fond de ciel bleu quand les nuages se meuvent: on a l'impression d'entrer dans une chorégraphie lento, majestueuse et apaisante.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'isoler pour reprendre haleine.

Message par Invité le Lun 16 Juil 2012 - 11:03

Fata Morgana a écrit:
La nature !
J'ai la chance de vivre dans une région où l'évasion est facile et les paysages magnifiques et peu fréquentés. Oui, sur le mont Meygal, l'Alambre ou le Mezenc, je me poste près du chant de l'eau qui vaut toutes les musiques du monde. Mais il y a une chose encore plus puissante: les bruissements et étincellements de la nuit dans la nature. Comme si j'entendais le frou-frou des étoiles et respirais un éther divin ! drunken

Il vaut mieux pour moi que je ne sois pas obligé de fuir jusqu'au Meygal pour survivre, sinon, ce serait compliqué. Quant au "frou-frou des étoiles", moi, je suis sans arrêt en train de me dire : "c'est quoi, ça ? Une hulotte ? Un Moyen' ? [duc] Un Micromamm' ? [ifère] Un Chiro ? [une chauve-souris] ?" Laughing ça fait un peu déformation pro, mais quand une bestiole qui a émis un bruit a reçu son nom, quelle douceur de sa présence familière ! De même que les étoiles sont infiniment plus paisibles et chantent plus quand on connaît les constellations... Qu'on sait dans quelle direction regarder pour savoir que là, tapie, il y a une nébuleuse, une galaxie...
Penché au balcon de l'univers, se dire : "voilà la vérité qui m'est dite là. Nous ne sommes qu'une petite bulle dans cet infini piqué de diamants. Mais nous y sommes."

Sinon, pas davantage de solution pour les mouvements. Je crains aussi.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'isoler pour reprendre haleine.

Message par Waka le Lun 16 Juil 2012 - 11:24

Spoiler:

Sans vouloir en rajouter une couche.. enfin, un peu. Mais:

Le besoin de se ressourcer seul est lié au I (INFP, INTP) du profil MBTI. I=Introvertit, E=Extravertit.
Les I puisent leur énergie en eux même, et la dépensent au contact des autres. Les E puisent leur énergie au contact des autres, et ont du mal avec la solitude.

Les I ne représenterait qu'un tiers de la population globale environ. Mais sur ce forum, ils sont une large majorité (4 fois plus nombreux que les E) à en juger par le sondage sur le fil MBTI...

http://www.zebrascrossing.net/t2259p120-mbti-sondage

Waka
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3452
Date d'inscription : 06/11/2011
Age : 32
Localisation : A l'ouest mais au Sud.

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'isoler pour reprendre haleine.

Message par Ethelred le Lun 16 Juil 2012 - 12:53

Fusain a écrit:Pareil que toi Fata. Très fréquemment, en soirée un peu bruyante, il faut que je sorte, et je vais me réfugier dehors, dans l'espoir de voir les étoiles ou d'entendre des animaux nocturnes. Glisser dans cette autre réalité où je sais qu'on me laissera tranquille - ou alors on me rejoindra sur la pointe des pieds - plus vaste, plus paisible, où je puisse, sur le plan mental et spirituel, m'étirer comme on s'étire après des heures sur une chaise inconfortable.

Idem pour moi.
L'anticipation d'une soirée animée me fiche une peur bleue. Que ce soit avec des inconnus ou des amis.
Le fait de sortir s'isoler est souvent mal interprété par les autres: ils pensent que l'on recherche de l'attention alors que c'est tout l'inverse.

Dans de rares cas, j'ai remarqué que si je suis forcée à rester dans une soirée, je suis capable de jouer au caméléon.
Ca ne marche pas à tous les coups (le plus souvent j'ai un blocage complet qui se termine parfois purement et simplement en crise de spasmophilie), mais si ça "prend" j'imite le comportement des autres et ils sont persuadés que je m'éclate autant qu'eux.
C'est utile quand on n'a pas envie de blesser ses proches.

En réunion, je passe généralement en mode furtif, j'arrête d'écouter et je pars complètement ailleurs, ou, si on me force à "rester" je chipote. Par exemple, la dernière réunion m'a permis de fabriquer un petit personnage avec les papiers des bonbons dont les autres se goinfraient... What a Face

Quant aux bains de foule...faut même pas y penser.
Une personne de ma famille a voulu m'emmener à une manifestation publique (pour me faire plaisir!!!); une fête en ville. J'étais tétanisée de peur, c'était si évident qu'un garçon m'a abordée en rue; nous ne pouvions pas parler parce qu'il y avait trop de bruit, mais il a étiré les coins de sa bouche avec ses doigts pour me faire signe de sourire.
Ca n'a fait qu'agraver les choses Laughing



Ethelred
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 70
Date d'inscription : 05/07/2012

http://www.norzgodz.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'isoler pour reprendre haleine.

Message par Fata Morgana le Lun 16 Juil 2012 - 13:34

Waka Tu sais pertinement que je suis infoutu de comprendre les questions d'un tel questionnaire ! Suspect
Wink

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'isoler pour reprendre haleine.

Message par Waka le Lun 16 Juil 2012 - 17:33

What a Face

Nan, mais mis à part cela, je vis la même chose. Je me remémore avec émoi mes périodes de partiels qui étaient un super prétexte pour m'enfermer 3 semaines en continu sans voir personne.

Une sorte de "retraite".

(sans ironie)

Waka
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3452
Date d'inscription : 06/11/2011
Age : 32
Localisation : A l'ouest mais au Sud.

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'isoler pour reprendre haleine.

Message par hope12 le Lun 16 Juil 2012 - 18:33

Je vois qu'on est nombreux dans ce cas. Je redoute les soirées surtout celles avec des jeunes dans ces moments je suis inexistante de la conversation, impossible d'ouvrir la bouche. Je regarde l'heure pour savoir encore combien de temps je dois supporter ça. Aujourd'hui j'évite d'y aller. En ce qui concerne les reunions ou concerts il y a des moments où je m'absente mais je reviens après. je ne peux pas rester là tout le temps. La solitude c'est une sorte de survie, je ne sais pas comment les gens qui vivent en communauté font mais ça me parait surréalite. Dans la même lignée qu'elle est votre rapport à votre logement?

hope12
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 44
Date d'inscription : 12/07/2012
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'isoler pour reprendre haleine.

Message par Invité le Lun 16 Juil 2012 - 18:39

Le logement ? Un lieu dont j'ai vite marre...
On n'a pas assez de moyens (ni envie d'en mettre) pour l'aménager au quart de poil, le bichonner... Toujours cent mille trucs à faire alors le gros plan "on repeint tout", on n'ose jamais l'affronter. Du coup, il nous plaît médiocrement, on ne prend pas le temps d'y remédier, de toute façon il n'est pas bien placé (ça, c'est la faute à l'immobilier dans les grandes villes françaises), on n'est pas là pour longtemps...
Du coup, au bout de deux ou trois ans, qu'il a été le théâtre de quelques crises d'angoisse, on en a ras-le-bol. Actuellement nos moments de qualité en couple, c'est le restau en amoureux. Pour se faire servir... et changer de décor.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'isoler pour reprendre haleine.

Message par hope12 le Lun 16 Juil 2012 - 18:48

C'est vrai on ne prend pas le temps de s'occuper de l'intérieur et on s'en lasse vite. Je voulais plutôt dire que pour ma part j'ai vraiment du mal à laisser rentrer les gens chez moi. C'est mon territoire, ma zone de tranquilité et savoir que le "loup" est rentré dans mon poulailler m'énerve à un point inimaginable que se soit des amis ou la famille. En ce qui concerne les inconnus ils ont quasi interdiction de passer la porte.Je sais c'est fou

hope12
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 44
Date d'inscription : 12/07/2012
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'isoler pour reprendre haleine.

Message par Invité le Lun 16 Juil 2012 - 19:16

Tilté.
Les pensées en milieu de groupe de travail, je le savais en plus, j'aurais pu tenter d'y appliquer avant, sur ce sujet aussi...

Les pensées qui me distraient ne sont pas "miennes", et je ne suis pas non plus ce "ça me dérange" qui trotte en tête.

Les deux, oust, je les vire de là, et il reste enfin le centre intérieur calme et parfait. Celui d'où émerge la concentration ultime, la créativité. C'est de là d'ailleurs qu'est venue cette notion que j'écris là, pour résoudre le problème cité plus haut.

cheers

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'isoler pour reprendre haleine.

Message par Renarde20 le Lun 16 Juil 2012 - 19:30

Pour avoir très tôt et très souvent déménagé et vécu seule, j'attache une importance démesuré à mon intérieur, mon chez moi. Rares sont ceux qui y sont invités, même les très proches, c'est un refuge, un nid, mon terrier de renarde, mon bunker. Je sais qu'une fois la porte fermée je serai à l'abri, au silence, coupée de toute stimulation douloureuse, capable enfin de débrancher et de me mettre sur pause pour recharger mes batteries loin du monde extérieur.

Peut être juste ce besoin essentiel, vital, de liberté, de solitude, de retour sur soi, mon côté introverti que j'assume. Je recrée un univers miniature, je me rassure. Une seule et même colocataire fidèle et ronronante, c'est elle la tôlière des lieux, un regard suffit pour nous comprendre Razz Besoin d'une barrière physique forte entre le dedans et le dehors, un sasse, parce que j'ai du mal naturellement à sentir ma limite avec le monde extérieur qui me heurte et m'agresse plus souvent que je le souhaiterai ...

Renarde20
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7209
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 45
Localisation : Lyon

http://www.zebrascrossing.net/t11058p20-le-debut-de-tout-le-rest

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'isoler pour reprendre haleine.

Message par hope12 le Lun 16 Juil 2012 - 20:08

renarde20 a écrit:Pour avoir très tôt et très souvent déménagé et vécu seule, j'attache une importance démesuré à mon intérieur, mon chez moi. Rares sont ceux qui y sont invités, même les très proches, c'est un refuge, un nid, mon terrier de renarde, mon bunker. Je sais qu'une fois la porte fermée je serai à l'abri, au silence, coupée de toute stimulation douloureuse, capable enfin de débrancher et de me mettre sur pause pour recharger mes batteries loin du monde extérieur.

Peut être juste ce besoin essentiel, vital, de liberté, de solitude, de retour sur soi, mon côté introverti que j'assume. Je recrée un univers miniature, je me rassure. Une seule et même colocataire fidèle et ronronante, c'est elle la tôlière des lieux, un regard suffit pour nous comprendre Razz Besoin d'une barrière physique forte entre le dedans et le dehors, un sasse, parce que j'ai du mal naturellement à sentir ma limite avec le monde extérieur qui me heurte et m'agresse plus souvent que je le souhaiterai ...

C'est exactement ça même si pour les gens je peux paraitre pour une sauvage mais c'est une question de survie. Sans ce respect de mon espace je peux devenir agressive( y compris pour la famille). La maison c'est la maison. Moi aussi mes colocataires sont les seules que j'accepte et qui me comprennent très bien même mieux que les humains. J'adore mes animaux.

Ps on s'éloigne peut-être un peu du sujet initial?

hope12
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 44
Date d'inscription : 12/07/2012
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'isoler pour reprendre haleine.

Message par Fata Morgana le Lun 16 Juil 2012 - 20:13

La solitude est un havre pour beaucoup apparement. Je supporte moi aussi très mal les visites (suis-je le seul homme dans ce cas ? on dirait que les femmes sont plus nombreuses à adopter cette attitude...)
Il s'en passe des choses dans ce cocon...
Mais en présence d'autrui, oui, la saturation menace vite.
Les techniques de repli m'intéressent particulièrement.
Seul sous - ou devant - les étoiles, j'ai l'impression que mes poumons ont alors la taille du ciel.
Une vocation à l'érémitisme ? Suspect

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'isoler pour reprendre haleine.

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 5:00


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum