Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par surlavoielactee le Dim 1 Juil 2012 - 22:24

Bonjour à tous,

Nous savons tous que les personnes incompétentes ou manipulatrices sont à tous les niveaux.
Si vous vous retrouvez leur subordonné dans le monde du travail, celui-ci leur donne le pouvoir de compenser sur vous ce qui les frustre dans leur vie privée.

Et malgré quarante ans de discours politiquement correct de tolérance et d'empathie, il y a des chances que votre entourage ne réponde encore que : « Oh, c'est pas sympa […] faut qu'on […] y a qu'à […] fallait faire attention ! »

Aha... « faire attention », savoir se défendre, quand être souple et quand être ferme.
Alors pourquoi le discours officiel n'en touche-t-il pas un traitre mot ?

« Chercheurs d'emploi, c'est à vous à vous adapter ! C'est à vous, sans expérience, à savoir vous vendre et à faire vos preuves devant des gens en place qui, eux, ont l'expérience. »

Voilà une première réflexion que je me suis faite : « Et si nous n'étions pas si inadéquats que ça ? Et si nous nous trouvions devant des groupes ou des corps constitués qui n'étaient pas si vertueux que ça ? »

Deuxième réflexion que je me suis faite : « En plus de l'incompétence omniprésente, des passe-droits et de la cooptation, et si les codes avaient changé ? »

Imaginez que vous vouliez faire de la radio.
Imaginez que Léon Zitrone vous ait impressionné par ses compétences au point de devenir un exemple pour vous.

Est-ce que Léon Zitrone réussirait un casting aujourd'hui ?
Ou pour le dire autrement, existerait-il un jury de casting faisant un écart intellectuel suffisamment grand pour trouver du talent autant aux ados de la télé-réalité qu'à un bourreau de travail polyglotte comme Léon Zitrone ?

Franchement, j'en doute, et ce doute m'aide à me sentir moins coupable d'être zèbre.
Qu'en pensez-vous ?



surlavoielactee
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 12
Date d'inscription : 24/06/2012
Age : 48

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par Café-Clope le Lun 2 Juil 2012 - 22:06

C'est, je trouve, méchamment intéressant, d'autant que, vu d'où je suis (ce qui ne vaut pas plus que ce que c'est, n'ayant pas connu beaucoup de changements dans mon activité pro), l'incompétence semble régner parfois en maître.

Pourquoi?
Je pense comme toi que les codes ont changé. Ou plutôt, les critères.
J'en discutais il y a peu avec un collègue, un "vieux de la vieille", qui a connu dans le service plusieurs chefs, et se lamentait du manque "d'étoffe" de l'encadrement actuel. L'ancienne école prenait des décisions, "mouillait le maillot", pour le service, pour les projets à défendre, remettait à leur place les pignoufs trop prétentieux, ou qui glandaient.
Aujourd'hui, nos cadres se contentent d'être des rouages. Ils font descendre la mer les demandes et problématiques depuis le haut (direction, élus), et s'assurent que toute alerte sera levée dans les délais impartis, le nez plongés dans leurs tableaux Excel stabliotés. Ce ne sont plus des cadres, mais des gestionnaires. Certes, je travaille dans l'administration, et les élus sont loin de rendre la tâche facile aux services, en raison de leur complexe de Dieu. Mais, à entendre et lire des témoignages à gauche et à droite, j'ai l'impression que c'est le reflet d'une tendance "moderne" qui tend à se généraliser - au moins en France (comme les Open Space). ils n'animent plus une équipe, de l'humain, mais gèrent juste une entité abstraite, économique ou administrative.
La faute à qui?
Disons plutôt à quoi. Je pense que, là où le bât blesse, c'est que, dans l'évaluation d'un service, du fonctionnement qu'il a, on s'est refusé à quantifier l'humain, dans sa compétence, dans son bien-être. Les outils d'évaluation sont si pauvres que, financiers, administratifs ou productiques, ils se résument à chaque fois à des tableaux chiffrés qui donnent des idées globales, mais SURTOUT ne veulent rien dire en soi. Les problèmes sont du ressort des opérationnels, et les dirigeants ont l'esprit libre pour poser les grands jalons d'une politique globale abstraite.
La place pour le talent, la compétence? Tout en bas de l'échelle, où tout savoir-faire avéré est précieux. C'est pour ça qu'on nous fait commencer dans la fange: pour voir s'il n'y aurait pas moyen de retenir au bas de l'organigramme, pour avoir quelqu'un qui saura faire, démêler les problèmes, et éviter des remous préjudiciables à l'encadrement - qui ne saurait pas faire 10% de ce que font les "petites mains".

C'est là, à mon avis, le piège pour un Z: s'il réussit à investir ses moyens intellectuels dans le développement d'un savoir-faire véritablement utile à son environnement pro, il attirera tout de suite l'attention de ceux qui n'ont aucun intérêt à ce qu'il grimpe les échelons. Je le dis tout net: la compétence fait peur. Et l'intelligence aussi.
Sauf si elles sont domptées de façon à ce que le service, ou son avatar terrestre, le Chef, puisse se l'approprier de façon à gommer tout ce qui pourrait lui être nuisible en termes de réputation. Il ne lui reste donc plus qu'à faire de la politique, et prétendre être ce qu'il n'est pas, en foutant la paix à ceux qui ne participent pas, car ils feraient trop de vagues, alors qu'il y a de bonnes pommes qui seront toujours là pour répondre présent et faire tourner la boutique.

Je le conçois, tout ceci a l'allure d'un bête règlement de comptes, alors je vais synthétiser: il y a à mon avis, à tous les plans de notre société, dans l'entreprise, la vie civile, une véritable cassure, généralisée, entre les faiseurs et les décideurs. Ces derniers ne voient plus, généralement, leur entreprise/commune/bureau que comme une boîte noire abstraite, que l'on alimente de matière première (données, problèmes, matériaux) et qui recrache ce qui, directement ou indirectement, sert leurs intérêts (parfois en répondant à des impératifs venus d'encore plus haut).
Je ne crois pas que tout ça vienne d'une malhonnêteté, ou bien de méchanceté, du moins, pas toujours. Je crois que ça vient surtout du fait qu'un décideur n'est pas formé à gérer autre chose que sa carrière, tout simplement parce qu'il ne fait pas lâcher ce gars qui a fait les Ponts et Chaussées après Sciences Po'. Encore une fois, parce que la vraie valeur d'une personne échappe complètement aux outils d'évaluation de nos jours, et que ça ne semble déranger personne que ce fonctionnement ne soit pas optimisé, voire qu'il soit contre-productif.

Peut-être par paresse, peut-être pour se retrouver entre "gens de qualité", corporatisme.
Ou peut-être juste par incompétence.

C'était la 1/2h socio de Café-Clope, j'espère avoir évité le HS. Embarassed

PS: Ca a sans doute été dit, mais ça va mieux en le répétant: pourquoi se sentir coupable d'être zèbre, blonde ou gaucher?

Café-Clope
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 182
Date d'inscription : 01/07/2012
Age : 39
Localisation : St Ouen l'Aumone

http://cafeclopeblog.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par surlavoielactee le Lun 2 Juil 2012 - 22:29

Merci et bienvenue, Café-Clope !
Mais alors, d'après toi, est-ce que les choses se sont déréglées ?
Pour reprendre le cas de l'intelligent Zitrone, il a bel et bien été repéré, engagé, promu. Donc l'intelligence faisait moins peur à son époque, non ?
Que s'est-il donc passé d'après toi ?

surlavoielactee
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 12
Date d'inscription : 24/06/2012
Age : 48

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par Harpo le Lun 2 Juil 2012 - 22:34

Smile Ca fait plaisir de lire ça !

Première technique pour cacher l'incompétence : le discours, abscons de préférence.

J'ai bossé avec un DAF qui était toujours accompagné de son traducteur. Il venait expliquer ses projets et désirs dans un charabia incompréhensible, et ensuite le traducteur passait derrière pour nous expliquer qu'en fait c'était simple, fallait juste faire ceci ou cela... Bon, il a fini par se faire lourder hein, vu qu'en plus il détournait des ronds Wink


Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par Café-Clope le Lun 2 Juil 2012 - 23:01

surlavoielactee a écrit:Donc l'intelligence faisait moins peur à son époque, non ?
Que s'est-il donc passé d'après toi ?
Je le crois sincèrement!
Un type intelligent, il s'imagine des trucs, il a un ego qui lui dit qu'il pourrait rêver de faire mieux, être plus efficace, plus éthique, peut-être même faire avancer le schmilblick. Alors qu'un abruti fini est malléable, il fait où on lui dit de faire. Pour reprendre l'exemple de l'ami Harpo, un discours abscons et creux pour faire croire qu'il a gambergé, et l'affaire est dans le sac! Il fait semblant de révolutionner les choses en les laissant scrupuleusement là où elles étaient depuis le début!

Le type intelligent, on n'a pas intérêt, au dessus, à ce qu'il l'ouvre, et encore moins à ce qu'on l'entende... Nouvelles règles de management, sans doute héritées de modèles anglo-saxons.
N'as-tu pas déjà constaté que bien des choses, après une jeunesse dorée, innovante, créative, devient une masse grise et indistincte? L'informatique, par exemple... quoi de neuf, de vraiment neuf, depuis les systèmes multitâches avec interface graphique à fenêtres?

Café-Clope
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 182
Date d'inscription : 01/07/2012
Age : 39
Localisation : St Ouen l'Aumone

http://cafeclopeblog.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par surlavoielactee le Lun 2 Juil 2012 - 23:05

Mais alors diriez-vous, Harpo et toi, qu'il vaudrait mieux nager dans le sens du courant et, comme notre but est d'éviter l'isolement, savoir escamoter nos capacités critiques ou de raisonnement... pour ne pas faire peur ?

surlavoielactee
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 12
Date d'inscription : 24/06/2012
Age : 48

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par Renarde20 le Lun 2 Juil 2012 - 23:22

Le seul problème c'est qu'à la longue c'est l'ennui qui te guette, et là c'est pas du tout la meilleure façon pour un zèbre de s'épanouir, dépression assurée !!! Ca porte même un nom : le bore-out, par comparaison avec le burn-out.

Renarde20
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7209
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 45
Localisation : Lyon

http://www.zebrascrossing.net/t11058p20-le-debut-de-tout-le-rest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par surlavoielactee le Lun 2 Juil 2012 - 23:24

Hmm... Renarde20 (que je salue) soulève l'argument-massue :-)

surlavoielactee
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 12
Date d'inscription : 24/06/2012
Age : 48

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par Renarde20 le Lun 2 Juil 2012 - 23:26

Et oui, nous autres zèbres naviguons entre burn-out et bore-out, on s'auto-consume ou on s'éteint, si vous trouvez la solution miracle j'achète !!!

Renarde20
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7209
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 45
Localisation : Lyon

http://www.zebrascrossing.net/t11058p20-le-debut-de-tout-le-rest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par Café-Clope le Lun 2 Juil 2012 - 23:41

Pour ma part, je te répondrais: tout dépend de toi, et de ce que tu souhaites tirer de ce monde.

Si tu souhaites éviter l'isolement, il est clair qu'il faut "mettre de l'eau dans son vin", mais pour tenter la chose plus ou moins au quotidien, j'en retire exaspération et frustration, mais, c'est peut-être propre à ma personne - j'ai dû abattre des cloisons pour que mon orgueil puisse passer d'une pièce à l'autre. Si ton caractère est plus souple que moi, peut-être est-ce une solution à envisager; les débouchés sont multiples: reconnaissance, évolution, vie sexuelle épanouie bah oui)...

En même temps, éviter l'isolement, je ne sais pas s'il s'agit d'un absolu. Difficile à cette heure tardive de m'expliquer clairement, mais, en gros, entre vivre dans un tonneau et se fondre dans la masse, il y a des tas de solutions intermédiaires. Personnellement, être ultra-sélectif dans mes relations me satisfait pleinement, peut-être aussi parce que j'aime d'une certaine manière la solitude (dans certaines limites), ce qui me fait la préférer à la compagnie de personnes à qui je n'aurai rien d'intéressant à dire et qui n'ont rien à m'apporter. Mais, ici, je parle plus de relations interpersonnelles, moins de boulot.
Si on parle taf, j'ai peur que la solution se résume à une attitude proche du cynisme manipulateur, car je ne crois pas qu'on puisse évoluer en utilisant d'autres armes que celles qu'emploient déjà ceux qui tirent les ficelles. C'est peut-être là une des faiblesses du Z, une éthique, une conscience, une morale parfois trop prégnantes qui vont l'empêcher de mettre les mains dans le cambouis. Ce qui me laisse penser que les zèbres sont rares parmi les classes dirigeantes, hors toutes considérations de bâtons dans les roues.

Peut-être, au fond, la question se résume-t-elle à "seul, ou mal accompagné?", mais je suis mal placé pour imposer ce genre de vision réductrice.

Sinon, concernant l'ennui, et suite à l'intervention de Renarde20, je cris que, dans une société comme la nôtre, où on nous demande de choisir ce qu'on veut faire plus tard alors qu'on sait à peine qui on est, et encore moins ce que sera le monde de demain, je ne le vois pas autrement que comme une fatalité. J'en ai fait mon deuil, et m'investis dans ma vie privée (au détriment du sommeil), d'autres en font sans doute de même. Parallèlement, je suis par rapport à ma vie professionnelle dans une sorte de déni volontaire et conscient: "ce n'est pas ma vie". C'est, prolongé d'une manière extraordinaire, un de ces moments galère où l'on attend comme un crevard, le corps tremblant de froid et de sommeil au petit matin, un bus qui n'arrive pas. Une attente. Un temps incompressible qui ne dépend pas de nous. Un moment qu'on s'empressera d'oublier, car il nous aura coûté, sans contrepartie.

Café-Clope
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 182
Date d'inscription : 01/07/2012
Age : 39
Localisation : St Ouen l'Aumone

http://cafeclopeblog.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par Renarde20 le Mar 3 Juil 2012 - 0:00

Soucis du cumule au cours des années et du débordement. On peut mentir à son entourage, mais à soi c'est plus compliqué !!!

As tu déjà tenté les IRL entre zèbres ? Je pense que ça aide à comprendre qui on est vraiment, ce que l'on l'on désire vraiment ... Après c'est une réconciliation avec soi-même qui nous réconcilie de fait avec les "autres".

Un peu confuse mais je suis en pleine métamorphose, je me rends compte que ma sérénité retrouvée désamorce d'elle même les anciens conflits peu à peu ...

Renarde20
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7209
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 45
Localisation : Lyon

http://www.zebrascrossing.net/t11058p20-le-debut-de-tout-le-rest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par Harpo le Mar 3 Juil 2012 - 1:59

Café-Clope a écrit:
Sinon, concernant l'ennui, et suite à l'intervention de Renarde20, je cris que, dans une société comme la nôtre, où on nous demande de choisir ce qu'on veut faire plus tard alors qu'on sait à peine qui on est, et encore moins ce que sera le monde de demain, je ne le vois pas autrement que comme une fatalité. J'en ai fait mon deuil, et m'investis dans ma vie privée (au détriment du sommeil), d'autres en font sans doute de même. Parallèlement, je suis par rapport à ma vie professionnelle dans une sorte de déni volontaire et conscient: "ce n'est pas ma vie". C'est, prolongé d'une manière extraordinaire, un de ces moments galère où l'on attend comme un crevard, le corps tremblant de froid et de sommeil au petit matin, un bus qui n'arrive pas. Une attente. Un temps incompressible qui ne dépend pas de nous. Un moment qu'on s'empressera d'oublier, car il nous aura coûté, sans contrepartie.

Entièrement d'accord avec tout ça. Sauf que pour moi ça a été longtemps un déni volontaire et inconscient. Et je crois bien que c'est pire.
Et aussi que je n'aime pas la fatalité.

Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par Café-Clope le Mar 3 Juil 2012 - 6:16

Personne, je crois, n'aime la fatalité.
Cependant, il est des choses déplaisantes dont je me dis que personne, pas même les plus puissants, n'y changeront quoi que ce soit, par incompétence, paresse, cupidité... Alors on n'est pas dans le fatum implacable, mais, honnêtement, tous ces gens qui tirent les ficelles de notre monde monde, que l'on ne rencontrera jamais de notre vie, qui ont sur nos existences un pouvoir dont on ne pourra jamais avoir d'une fraction, n'ont-ils pas quelque chose de divin?

Café-Clope
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 182
Date d'inscription : 01/07/2012
Age : 39
Localisation : St Ouen l'Aumone

http://cafeclopeblog.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par Renarde20 le Mar 3 Juil 2012 - 7:45

La destinée mais aussi le libre arbitre, 50/50, commencer par changer les choses à notre petite échelle, décider pour soi, un début de réponse ...

Renarde20
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7209
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 45
Localisation : Lyon

http://www.zebrascrossing.net/t11058p20-le-debut-de-tout-le-rest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par Café-Clope le Mar 3 Juil 2012 - 8:32

J'ajouterais que le libre-arbitre, tout limité qu'il soit, commence par arrêter des positions qui nous sont propres, même si nos actes (contraints par une causalité externe trop forte) y sont contraires. Avoir ses motivations à soi. Savoir pourquoi on fait, ne fait pas, être en mesure de (se) l'expliquer. Juger, critiquer.
Savoir dire: "Je le fais, mais je désapprouve."

Café-Clope
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 182
Date d'inscription : 01/07/2012
Age : 39
Localisation : St Ouen l'Aumone

http://cafeclopeblog.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par Renarde20 le Mar 3 Juil 2012 - 10:15

Bizarre mais je le sens plus en dehors de toute critique et tout jugement, faire les choses parce qu'on les ressens, qu'on en a "juste" envie, sans lancer la machine à rumination et se poser trop de questions, suivre son intuition en confiance ...

Renarde20
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7209
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 45
Localisation : Lyon

http://www.zebrascrossing.net/t11058p20-le-debut-de-tout-le-rest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par Garp le Mar 3 Juil 2012 - 10:16

Je vous trouve bien pessimistes. Pas sans raison, d'ailleurs ! Mais je crois qu'il existe des gens capables d'apprécier ce que nous pouvons apporter à une organisation. Il y a plein de normo-pensants intelligents, qui savent que l'uniformité d'une équipe est dangereuse, et qui sont contents que nous apportions dans notre boulot quelque chose qu'ils ne savent pas y apporter. Cela ne les empêchera pas de nous faire subir, inconsciemment ou pas, une pression de conformité, mais cela permet au moins de faire ses preuves : une fois qu'on s'est montré utile, on est moins contesté, même si on est arrivé au résultat par des voies peu classiques.

En tout cas, c'est sur cet espoir que je fonctionne en ce moment, après quelques mois difficiles. Après deux mois d'arrêt pour "bore-out", j'ai repris le travail persuadé qu'il est possible, pour moi et dans ce poste, de faire mon trou, ma petite niche écologique. Je commence à identifier le projet-phare sur lequel je veux montrer que je peux, avec des méthodes non-conventionnelles, obtenir des résultats reconnus. Je ne compte pas nager avec le courant pour m'intégrer à l'équipe, juste être une pierre autour de laquelle le courant passe sans heurt.

Garp
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 396
Date d'inscription : 05/05/2012
Age : 49
Localisation : Rhône-Alpes

http://garp3.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par Renarde20 le Mar 3 Juil 2012 - 10:26

Nous sommes d'accord !!! Ni dans le courant ni à contre courant, soi avec les autres ... Sacré programme mais nous en sommes capables cheers

Renarde20
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7209
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 45
Localisation : Lyon

http://www.zebrascrossing.net/t11058p20-le-debut-de-tout-le-rest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par Café-Clope le Mar 3 Juil 2012 - 10:43

Garp a écrit:Je vous trouve bien pessimistes. Pas sans raison, d'ailleurs ! Mais je crois qu'il existe des gens capables d'apprécier ce que nous pouvons apporter à une organisation. Il y a plein de normo-pensants intelligents, qui savent que l'uniformité d'une équipe est dangereuse, et qui sont contents que nous apportions dans notre boulot quelque chose qu'ils ne savent pas y apporter. Cela ne les empêchera pas de nous faire subir, inconsciemment ou pas, une pression de conformité, mais cela permet au moins de faire ses preuves : une fois qu'on s'est montré utile, on est moins contesté, même si on est arrivé au résultat par des voies peu classiques.

En tout cas, c'est sur cet espoir que je fonctionne en ce moment, [...]. Je commence à identifier le projet-phare sur lequel je veux montrer que je peux, avec des méthodes non-conventionnelles, obtenir des résultats reconnus. Je ne compte pas nager avec le courant pour m'intégrer à l'équipe, juste être une pierre autour de laquelle le courant passe sans heurt.
Sache, dans ce cas, que je t'envie. (enfin, pas de ton bore-out, hein, je passe mon tour)
Mais, je dois reconnaître que, dans mon travail, et à travers différents témoignages de proches, la frustration règne sans partage, sur un paysage ravagé par l'incompétence montée en valeur-force. Ceci explique ma lecture pessimiste de la situation, mais ça procède sans doute (et j'ai envie d'y croire, même si je ne suis pas convaincu) d'une généralisation hâtive à partir de mon expérience propre.
Le problème, c'est qu'un "normo-pensant intelligent" ne fera pas nécessairement usage de son intelligence dans le bon sens, en tout cas, pas celui qui privilégierait le bon fonctionnement de son environnement. Je suis entouré d'ingénieurs, d'esprits assez brillants, pourtant, ils persistent à considérer le service avec un recul tel qu'on a l'impression qu'ils n'en font pas partie, mais qu'ils y sont plutôt détachés par la direction. Le service n'est pour eux qu'une fonction: on lui passe des paramètres, elle retourne un résultat.
Point.

Encore une fois, l'administration est un environnement particulier, où les interlocuteurs sont multiples (administrés, élus, partenaires privés...) et parfois dotés d'un ego aux proportions relativistes, dont seulement une faible proportion qui jouent vraiment "collectif".

Renarde20, ton post est plein de bon sens, je crois que toute la clé est là - donc, en fait, en chacun de nous.
Les interprétations varieront, mais au final, ça restera: avoir des interactions aussi fluides que possible avec autrui, tout en gardant à l'esprit la différence, voire le fossé, qu'il y a entre nous, et les autres, et ce que ça implique en termes de limitations. L'accepter, et cueillir toutes les fleurs qui nous font envie au bord de la route.

Café-Clope
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 182
Date d'inscription : 01/07/2012
Age : 39
Localisation : St Ouen l'Aumone

http://cafeclopeblog.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par Renarde20 le Mar 3 Juil 2012 - 11:15

Voui en gros c'est ça. Mais comme Garp je me suis mangée burn-out +/- bore-out pour réussir à comprendre ça !!! Théorie de la désintégration positive de Dabrowski à laquelle je vais m'attaquer pour mieux comprendre. En gros se déconstruire, tout remettre en cause pour enfin pouvoir se reconstruire, plus en conformité avec soi et peut être aussi avec les autres ...

Houhou ... faut que je refroidisse les neurones là Very Happy

Renarde20
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7209
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 45
Localisation : Lyon

http://www.zebrascrossing.net/t11058p20-le-debut-de-tout-le-rest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par Garp le Mar 3 Juil 2012 - 11:35

Café-Clope a écrit:Le service n'est pour eux qu'une fonction: on lui passe des paramètres, elle retourne un résultat.
Ça, Café-Clope, c'est le propre de l'ingénieur. Je le sais bien, j'ai une formation d'ingénieur (que j'ai heureusement réussi à déconstruire). Et je bosse dans une administration pleine d'ingénieurs.
Mais j'ai de la chance : j'ai trouvé un poste qui peut me convenir, et même si je suis au milieu d'ingénieurs normo-pensants, on me laisse une autonomie considérable. Cela n'a pas toujours été le cas, et j'étais moi aussi fort pessimiste ces dernières années...

Garp
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 396
Date d'inscription : 05/05/2012
Age : 49
Localisation : Rhône-Alpes

http://garp3.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par Café-Clope le Mar 3 Juil 2012 - 11:37

Gare à toi, Renarde20, la déconstruction, quand on a élaboré un scénario implacable, et tout un système cohérent, ça peut virer à la décompensation... Je ne souhaite ni te faire peur, ni te décourager, c'est quelque chose de nécessaire. Faut juste le savoir, et, si possible, être accompagné.

@Garp:
Je vois, mais tu n'as peut-être pas fait Sciences-Po' avant! ^^

Café-Clope
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 182
Date d'inscription : 01/07/2012
Age : 39
Localisation : St Ouen l'Aumone

http://cafeclopeblog.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par Renarde20 le Mar 3 Juil 2012 - 11:45

Je suis en train de m'en sortir de ma décompensation, un mal pour un bien !
Et je ne suis plus seule Very Happy

Renarde20
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7209
Date d'inscription : 16/08/2011
Age : 45
Localisation : Lyon

http://www.zebrascrossing.net/t11058p20-le-debut-de-tout-le-rest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par Garp le Mar 3 Juil 2012 - 11:50

Café-Clope a écrit:Je vois, mais tu n'as peut-être pas fait Sciences-Po' avant! ^^
Je n'ai pas compris ce que tu voulais dire, mais en effet je n'ai pas fait Sciences Po, ni avant ni après. J'ai commencé par des études d'ingénieur, puis j'en ai fait d'autres pour élargir un peu ma palette mentale.

Garp
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 396
Date d'inscription : 05/05/2012
Age : 49
Localisation : Rhône-Alpes

http://garp3.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par Café-Clope le Mar 3 Juil 2012 - 12:01

Je souhaitais simplement souligner que, dans notre service, nous avons une ingénieur qui a commencé, justement, par Sciences-Po' avant de faire l'école d'ingé.
Le corollaire en est qu'elle a une façon de penser qui semble tout droit héritée d'une usine à politiciens, et que, parallèlement, elle est critiquée pour sa légèreté technique, et le fait que, globalement, elle n’apporte rien au service (pas d'implication projet, pas non plus force de proposition, pas de prise de décisions cruciales).
Bien qu'intelligente, on peut, je crois, la dire formatée, tout du moins, la partie qu'elle laisse voir d'elle-même dans son environnement socio-professionnel.

Café-Clope
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 182
Date d'inscription : 01/07/2012
Age : 39
Localisation : St Ouen l'Aumone

http://cafeclopeblog.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si certains codes sociaux changeaient plus mal que nous ?

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 1:07


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum