HQI et dyslexie

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: HQI et dyslexie

Message par Invité le Dim 3 Avr 2016 - 16:27

Je me permets d'ajouter de le terme THADA est désuet et incorrect car ce n'est pas l'hyperactivité qui est le "symptôme" principal mais bel et bien le trouble de l'attention qui ne s'accompagne pas nécessairement d'une hyperactivité, ce pourquoi le terme TDA/H est maintenant employé.

Sinon, pour en revenir à la dyslexie, il est important de mentionner qu'elle ne s'exprime pas de la même manière chez les personnes HP comme chez celles dites "d'intelligence standard" - "dans la norme". Le déficit en question est proportionnel aux "capacités/potentiel" du sujet. De plus, une grande majorité des HP souffrant de dyslexie n'ont pas de problème phonologique comme la majorité des autres dit "dans la norme" mais souffrent du type dit "visuo-attentionnel".

Voici un constat très intéressant établi grâce aux recherches du Docteur Michel Habib, spécialiste de la dyslexie notamment chez les Haut Potentiel.

Spoiler:
Le profil des enfants à haut potentiel en difficulté, qu'ils aient ou non
connu des difficultés d'acquisition de la lecture, est différent de celui de
la majorité des dyslexiques
• Il est caractérisé dans la grande majorité des cas par un écart moyen de
plus de 20 points en faveur de l'indice de compréhension verbale,
suggérant un excellent raisonnement verbal et un profil relatif de
dyspraxie ou de "syndrome hémisphérique droit", incluant souvent des
difficultés d'acquisition des coordinations, des notions spatiales et des
notions temporelles
• Plus de la moitié des enfants ont souffert de difficultés de lecture.
• Les enfants en difficulté de lecture avaient tendance à souffrir d'une
limitation de la mémoire de travail, suggérant un trouble dysexécutif
associé.
• Chez un quart des enfants, les performances en calcul étaient endessous
du niveau escompté

J'ajoute aussi un extrait d'une étude réalisée par Elisabeth Cistac neuropsychologue :

Spoiler:
La précocité intellectuelle concerne 200 000 enfants en France et un certain nombre de ces
enfants présentent une dyslexie développementale qui peut être source de difficultés
scolaires non négligeables.
L’objectif de ce travail a été d’étudier les profils de dyslexie présentés par les enfants
précoces dyslexiques. L’étude a porté sur 18 enfants intellectuellement précoces, âgés de 8
à 12 ans : un groupe contrôle (n=9) et un groupe dyslexique (n=9).
Une évaluation neuropsychologique a permis de préciser les profils de performances des
enfants à des épreuves d’identification de mots, d’orthographe, phonologiques et visuoattentionnelles.

L’étude a mis en évidence des profils de dyslexie particuliers chez ces enfants. Elle
témoigne de l’hétérogénéité des résultats et a permis de préciser les caractéristiques
particulières de ces profils.
Ces enfants sont très déficitaires lorsqu'ils sont comparés à un groupe d'enfants
intellectuellement précoces mais ils obtiennent des scores comparables aux enfants de
même âge réel quand ils sont évalués à l’aide des normes classiques.
Ce travail suggère qu’il serait souhaitable de développer des normes sur de larges
échantillons d'enfants précoces afin de constituer un meilleur groupe de référence
permettrant une prise en charge adaptée aux caractéristiques particulières de ces enfants

Je vous transmet le lien complet avec plusieurs intervenants sur la question de la dyslexie chez le haut potentiel : http://www.dysmoitout.org/pratique/documents/2007-Intelligence-et-Dyslexie.pdf

En effet, je semble correspondre à ce profil, bien qu'une nouvelle visite chez la neuropsychologue qui m'avait déjà diagnostiqué un léger TDA soit nécessaire afin d'écarter tout doute possible. J'espère que cela pourra aider d'autres personnes en difficultés comme je le suis actuellement. Difficile de trouver "sa place" parmi les "autres"... autant que chez les "surdoués" qui n'ont pas de troubles de l'apprentissage. Notre décalage est d'autant plus grand... il me semble. Malgré tout, je ne veux pas être défaitiste mais je pense qu'apprendre à s'accepter comme on est, malgré nos difficultés est vraiment essentiel pour être bien avec soi-même... mais aussi avec les autres. Je ne veux pas baisser les bras.  Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: HQI et dyslexie

Message par Boitachat le Dim 3 Avr 2016 - 22:34

Concernant le terme désuet, je ne crois pas qu'il soit, de toute façon, très utilisé. Je l'ai très rarement rencontré.

Tu as vécu comment l'apprentissage de la lecture, ParaPluie ? Ce que tu pense être une dyslexie se manifeste comment concrètement chez toi ? Est-ce que ça a eu un impact important sur un quelconque aspect de ta vie ? Comment tu définirais ton rapport à la lecture, aujourd'hui ?
avatar
Boitachat
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1449
Date d'inscription : 31/07/2013
Age : 37
Localisation : Au fond du couloir, à gauche de l'infini.

http://www.defilmince.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: HQI et dyslexie

Message par cailloudanslachaussure le Mar 18 Oct 2016 - 13:02

Bonjour à tous,
voilà je suis nouvelle sur le forum.
A 39 ans, je viens d'être diagnostiquée HP.
30 ans plus tôt, j'ai été diagnostiquée dyslexique.
Je joins mon témoignage aux vôtres. Suis très heureuse soi-dit en passant de vous rencontrer virtuellement. ... Je me sens un peu moins seule.

Bref, des souvenirs qu'il me reste. Je faisais des dessins très élaborés pour mon âge en GS , la maîtresse de maternelle avait d'ailleurs dit à ma mère que j'étais mûre pour la lecture.
Chouette!!!
Arrivée quelques mois plus tard au CP, grosses difficultés à rentrer dans la lecture. L'enseignante utilisait une nouvelle méthode qui venait de sortir, bref elle voulait être dans le vent. Et ça m'a mis dans le vent. J'ai total à la dérive. Je crois qu'il s'agissait d'une méthode global ou... syllablique? Vraiment je ne sais plus mais ce qui était sûr c'est que ce n'était pas une méthode mixte.
Les années passent, toujours de grosses difficultés à lire et à écrire. Mon écriture n'est pas très belle. En tout cas, je ne la trouvais pas belle, j'étais jalouse des autres filles qui avaient une écriture très régulière.
Arrivée au cm , l'enseignante prend mon problème au sérieux. Merci à elle.
J'étais scolarisée dans une école internationale. Du coup, on me faisait suivre les cours de FLE (français langue étrangère). J'avais un peu honte , je me sentais vraiment nulle par rapport aux autres.
Mes parents songeaient déjà à me faire sortir du circuit classique.
Le diagnostic dyslexique est posé et j'ai de l'orthophonie pendant 3 ou 4 ans. Je ne sais plus.
A la maison, ça ne va pas fort, mes parents se disputent tout le temps, pas vraiment d'amis.
Je lisais néanmoins beaucoup... les bd en regardant les images. Pour les adultes, ce n'était pas de la lecture.
Puis j'ai eu un déclic, voyant que pour m'en sortir je ne pouvais que compter sur moi-même et comme je voulais quitter au plus vite la maison, j'ai pris le taureau par les cornes et j'ai passé tout un été à lire, à dévorer des livres.
Arrivée en 4ième, j'ai été la première étonnée, je ne faisais quasi plus de fautes d'orthographe en tout cas, je ne dénotais plus par rapport aux autres même que je n'étais plus la dernière de la classe en français voire même que j'étais plutôt dans les meilleurs. Là-dessus, ma prof qui me prédit que plus tard j'écrirai des livres, c'était la 4ième dimension pour moi.
Bref je n'ai rien compris à ce qui s'était passé.
Aujourd'hui, j'enseigne à lire et à écrire à des enfants en primaire. Un comble. (ce n'était pas un choix de vocation je précise)
Je dois rester vigilante car je fais encore des inversions, c'est surtout au niveau des homophones actuellement j'ai remarqué.
Ce qui me fruste le plus, c'est ma mémoire de travail qui n'est pas aussi bonne que j'aurais voulu. Je comprends vite mais j'oublie vite du coup ça démotive par moment.
Bonne route à tous.

cailloudanslachaussure
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 10
Date d'inscription : 15/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: HQI et dyslexie

Message par ortolan le Mar 18 Oct 2016 - 13:50

Bonjour cailloudanslachaussure,

Dans les années 80, c'était le plein essor de la méthode globale pure et dure, du photographique en somme, basée essentiellement sur l'association mot-image. Les difficultés ressenties par les dyslexiques avec cette méthode proviennent du fait qu'elle "coupe" toute la relation des lettres avec leur valeur sonore (le mot oral). Ca paraît paradoxal puisque les dyslexiques ont du mal avec le traitement des sons de la parole justement (syllabes complexes comme "strict", difficultés d'accès aux phonèmes et à la métaphonologie).

Le fondement de la globale est que les adultes lisent "visuellement" et à voix basse, s'étant constitué un lexique visuel au cours de leur apprentissage. En "plaquant" ce modèle sur les enfants, on shunte toute la période d'apprentissage de l'alphabet et le symbolisme qui lie les lettres aux sons. Et ça fait bientôt 40 ans que la sacro-sainte Education Nationale refuse d'admettre ce que je considère (et je ne suis pas le seul) comme une erreur. La critique principale de la méthode syllabique (le B-A BA pour faire simple) est qu'il fait "ânonner" les enfants (littéralement "parler comme un âne").

A peine 5 années plus tard, une chercheuse américaine démontrait que l'unité de base de la parole est la syllabe et que les méthodes d'apprentissage devraient s'appuyer dessus. Sans effet, hélas !

Les dyslexiques compensent presque toujours leurs difficultés par la compréhension, s'aident du contexte de la phrase ; ils sont souvent intelligents et le "trouble" peut passer inaperçu jusqu'au collège.

Le fait que tu interviennes auprès d'enfants au niveau de l'apprentissage ne me surprend pas : je suis dyscalculique et j'étais très bien placé pour comprendre les difficultés rencontrées par les enfants et à même de trouver des moyens de les aider. Ma maître de stage me disait qu'on travaille toujours dans sa pathologie Wink
avatar
ortolan
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 5886
Date d'inscription : 31/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: HQI et dyslexie

Message par Lainie le Mar 18 Oct 2016 - 14:53

ortolan a écrit:Bonjour cailloudanslachaussure,

Dans les années 80, c'était le plein essor de la méthode globale pure et dure, du photographique en somme, basée essentiellement sur l'association mot-image. Les difficultés ressenties par les dyslexiques avec cette méthode proviennent du fait qu'elle "coupe" toute la relation des lettres avec leur valeur sonore (le mot oral). Ca paraît paradoxal puisque les dyslexiques ont du mal avec le traitement des sons de la parole justement (syllabes complexes comme "strict", difficultés d'accès aux phonèmes et à la métaphonologie).

Le fondement de la globale est que les adultes lisent "visuellement" et à voix basse, s'étant constitué un lexique visuel au cours de leur apprentissage. En "plaquant" ce modèle sur les enfants, on shunte toute la période d'apprentissage de l'alphabet et le symbolisme qui lie les lettres aux sons. Et ça fait bientôt 40 ans que la sacro-sainte Education Nationale refuse d'admettre ce que je considère (et je ne suis pas le seul) comme une erreur. La critique principale de la méthode syllabique (le B-A BA pour faire simple) est qu'il fait "ânonner" les enfants (littéralement "parler comme un âne").

A peine 5 années plus tard, une chercheuse américaine démontrait que l'unité de base de la parole est la syllabe et que les méthodes d'apprentissage devraient s'appuyer dessus. Sans effet, hélas !

Les dyslexiques compensent presque toujours leurs difficultés par la compréhension, s'aident du contexte de la phrase ; ils sont souvent intelligents et le "trouble" peut passer inaperçu jusqu'au collège.

Le fait que tu interviennes auprès d'enfants au niveau de l'apprentissage ne me surprend pas : je suis dyscalculique et j'étais très bien placé pour comprendre les difficultés rencontrées par les enfants et à même de trouver des moyens de les aider. Ma maître de stage me disait qu'on travaille toujours dans sa pathologie Wink

Putain j'ai l'embarras du choix alors Shocked
avatar
Lainie
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1985
Date d'inscription : 22/07/2015
Localisation : Canterbury plains

Revenir en haut Aller en bas

Re: HQI et dyslexie

Message par cailloudanslachaussure le Mar 18 Oct 2016 - 15:09

Ma maître de stage me disait qu'on travaille toujours dans sa pathologie Wink

Putain j'ai l'embarras du choix alors Shocked

Laughing
Oui il paraît que les coïncidences n'existent pas.
Mais c'est bien ce qui me semblait, c'était de la globale, je n'ai pas osé l'affirmer avant .
Ce qui est amusant c'est qu'aujourd'hui, j'ai 3 enfants qui ont des difficultés dans ma classe. Bon non ça ce n'est pas drôle pour eux mais si on prenait les 3 , on aurait ce qui se passe actuellement dans ma tête: une petite fille dyslexique, un que je suppose HP en attente du test , une révoltée contre la société car rejetée par ses parents.
Je me dis que ce n'est pas anodin avec ma thérapie que je suis depuis janvier.
Rien n'arrive par hasard, alors pourquoi certains ont ces troubles?
Parce qu'ils vont apporter une approche plus créative que les autres n'auront pas?
Restons dans le positif.

cailloudanslachaussure
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 10
Date d'inscription : 15/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: HQI et dyslexie

Message par danslesétoiles le Jeu 19 Oct 2017 - 12:18

avatar
danslesétoiles
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 735
Date d'inscription : 08/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: HQI et dyslexie

Message par ortolan le Jeu 19 Oct 2017 - 12:36

Merci pour le lien, danslesétoiles, c'est intéressant pour ce qui est des confusions visuelles de lettres par symétrie (l'exemple donné b/d), mais ça ne rend pas compte de l'ensemble des difficultés causées par la dyslexie. Rien que la prévalence de 10% est erronée puisqu'on situe le seuil à -2 écarts-type de la moyenne, soit 5% ou 95ème percentile (on trouve des chiffres allant de 5 à 8%). Mais le point le plus gênant me semble-t-il est que ça ne prend pas en compte l'aspect phonétique de la dyslexie, la difficulté à traiter les sons de la parole (syllabes) qui conduit aux difficultés d'apprentissage des règles de correspondance graphies-phonies (le c/g pour prendre un exemple).
Donc je ne nie pas les aspects visuo-spatiaux qu'on peut trouver dans le cas de la dyslexie dyséïdétique ou de surface et la dyslexie mixte qui est la forme la plus fréquente, mais pourquoi alors prescrire des séances d'orthophonie plutôt que d'orthoptie ?
Le titre aurait pu être « Des physiciens ont percé un des mystères de la dyslexie » ; ça me paraîtrait plus honnête Approuve
avatar
ortolan
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 5886
Date d'inscription : 31/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: HQI et dyslexie

Message par Unefois le Jeu 19 Oct 2017 - 15:13

Hello,

je suis le sujet de près puisque nous formons une tribu sous le même toit. Suivant les journalistes, c'est
- trouver LA cause
- trouver UNE cause (Exemple Science et avenir : Une nouvelle cause de la dyslexie découverte ?)

Sans vouloir pinailler sur les mots, cela en dit long sur la capacités de nombreux journalistes à retranscrire une information juste. Et moi qui me trouve à c.... en expression écrite.



Toujours est-il que si cela me fatigue moins en lecture, je prends. Malgré toutes les compensations je suis sous -2 et mon fils c'est pire.

Unefois
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 995
Date d'inscription : 07/08/2017
Localisation : Chez Claude

Revenir en haut Aller en bas

Re: HQI et dyslexie

Message par Unefois le Jeu 19 Oct 2017 - 16:36

ATTENTION ! Très très gros détartrage. Mais je pense à tous les vieux comme moi qui viennent de prendre une double peine ....


Boitachat a écrit:UP !

Je fais remonter.
Pour ceux dont la dyslexie est avérée :

- Quels sont les signes qui vous y ont fait penser ?
- Jusqu'à quel point votre (T)HQI l'a-t-il (ou non) compensé ?
- Qu'en est-il de la reconnaissance chez les adultes, HPI qui plus est ? Cela change-t-il quelque chose ?

Petite précision avant repondre aux questions, il y a peu je ne connaissais ni la notion suréffience cognitive ni la dyslexie. Vu mon âge, en primaire, les dyslexique étaient vu comme des mômes un peu attardés ayant des troubles du cerveau : En langage de gamin 'bienveillant', des mongoles !
Moi mes fötes d'ortografffe étaient des "Etourderies", 'des manques d'attention", "de la paresse" ou "de la nullité" suivant la bienveillance des adultes me jugeant.

J'ai dû consulter une psy pour me sortir de ruminations liés à mon travail. J'ai fait cette démarche avant que l'histoire ne tourne vinaigre. Quelques séances plus tard, je prenais la double peine => Forte probabilité de HPI en commorbidité Dys. Cela fera 55€ pour aujourd'hui. Coup de bol la psy consulté est spécialisé dans les adultes haut potentiel.

Réflexion de quelques mois, je veux savoir alors en avant les tests : Rey, Neo-PI, WAIS IV et bilan orthophonique.

Pas de TDA à soigner, impulsif et quelques troubles névrotiques, tout ne fonctionne pas à fond sur le congitif, heureusement car il y aurait surchauffe et Lecture écriture lente, très lente.

Bref Dys et HP chez l'adulte ont tendance à se masquer, socialement parlant, et bilan : Vous semblez brillant mais vos écrits montrent que vous êtes très limité. Merci, je vous dois combien ?

Je plaisante sur ma psy, mais elle a d'excellents conseils : Regarder sur les sites des Dys, ils présentent des logiciels de dictées vocales, des correcteurs orthographiques de haut niveau ainsi que des logiciels de lecture. Et maintenant avec mes béquilles je peux rédiger de gros pavé sans avoir cette sensation d'aller casser des cailloux au bagne.

Unefois
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 995
Date d'inscription : 07/08/2017
Localisation : Chez Claude

Revenir en haut Aller en bas

Re: HQI et dyslexie

Message par ortolan le Jeu 19 Oct 2017 - 16:41

Ok, la version de Sciences & Avenir me semble un peu plus juste (pardon pour les mouches, toussa Rolling Eyes ) en ce qu'elle n'exclut pas d'autres causes possibles. Bon, les journalistes ont au moins ce mérite de ne pas nous faire sentir trop nuls Rolling Eyes
Il semble établi que l'origine de la dyslexie soit une migration excessive des neurones lors du développement embryonnaire / foetal due à des causes génétiques. Ces neurones iraient plus loin que prévu et ne permettraient pas le traitement à temps des informations phonétiques (sonores). Plus récemment, il a été découvert que le gyrus angulaire ou "pli courbe", qui est une zone chargée du passage des infos visuelles vers les zones langagières, serait aussi impliqué. Alors pourquoi pas ce problème de symétrie visuelle -des problèmes de latéralisation et de symétrie cérébrale passant par les corps calleux ont déjà été évoqués dans les recherches.

À suivre donc Approuve
avatar
ortolan
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 5886
Date d'inscription : 31/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: HQI et dyslexie

Message par Unefois le Jeu 19 Oct 2017 - 16:45

Le Headbanging aide-t-il à "replacer" correctement ces neuronnes si pressé de ce placer au devant de la scéne ?

Oups... je sors:

Unefois
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 995
Date d'inscription : 07/08/2017
Localisation : Chez Claude

Revenir en haut Aller en bas

Re: HQI et dyslexie

Message par ortolan le Jeu 19 Oct 2017 - 17:03

Laughing Haha, je ne sais pas. Je pense que ça ne change rien quand on est déjà un AJT du bocal (alité du bocage en contrepèterie).
Trance
avatar
ortolan
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 5886
Date d'inscription : 31/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: HQI et dyslexie

Message par Unefois le Jeu 19 Oct 2017 - 17:09

Pfuiiiit, cherchez pas, bercé trop près du mur ....

Unefois
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 995
Date d'inscription : 07/08/2017
Localisation : Chez Claude

Revenir en haut Aller en bas

Re: HQI et dyslexie

Message par ortolan le Jeu 19 Oct 2017 - 17:15

Ok, donc ça a achevé de faire migrer tes cellules, ça se tient Laughing
avatar
ortolan
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 5886
Date d'inscription : 31/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: HQI et dyslexie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum