La pudeur associée à notre chiffre

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par paela le Lun 13 Aoû 2012 - 13:38

Je n'en parle pas, parce que ça gêne, ça crée un malaise, tu établis déjà une frontière très claire entre ton interlocuteur et toi-même. C'est aussi simple que ça.
C'est aussi simple que ça.


Il y a un exemple qui me semble bien décrire le problème, ce sont les questions de salaire.

Ici, on discute pas mal de notre vie en tant que zèbre, même si pas que. On applique notre zébritude à des réflexions, on organise des rencontres où on est entre zèbres, donc le QI est toujours là, tapi dans l'ombre.

Si on était sur un forum de gens riches, et si les rubriques étaient "que faîtes-vous cet été?"; "vos goûts culinaires"; "votre famille sait-elle que vous êtes riche?"; etc, il y aurait aussi une gêne à évoquer son revenu parce que ça détermine la distance qu'il y a entre ce qu'on vit, ce qu'on dit concernant ces sujets et ce que les autres vivent.



paela
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2197
Date d'inscription : 30/05/2011
Age : 23
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par Invité le Lun 13 Aoû 2012 - 14:29

C'est aussi simple que ça, mais l'ennui c'est que du coup on perpétue le malaise même qui fait qu'on se sent facilement rejetés. On perpétue l'idée que la douance a quelque chose de honteux, de non dicible, qu'on a en nous une caractéristique à laquelle nous ne pouvons strictement rien mais qu'il faut cacher parce qu'elle dérange, qu'elle blesse.
Je pense qu'il vaut mieux laisser de côté - avant qu'on ne me l'objecte - la comparaison avec la longueur du phallus, parce que bon, les tabous sur ce sujet sont nombreux et d'autre nature.
Spoiler:
(Quant à celle avec le salaire... J'sais pas, pour ma part, je n'éprouve pas de complexe à le donner. Peut-être parce qu'il est bas, sensiblement inférieur à ce qu'on donne habituellement pour le niveau d'études nécessaire, et que pour diverses raisons, je ne me sens pas spécialement aigri par ce bas salaire ni envieux d'un salaire plus élevé. Du coup, le sens de ce tabou-là m'échappe et je ne peux pas faire de parallèle avec celui sur le QI.)

On se retrouve avec ce constat que la douance est l'une des rares caractéristiques entièrement subies dont tout le monde s'accorde à dire qu'il est légitime que les détenteurs rasent les murs parce que leur simple existence peut à bon droit être considérée comme une frontière, une hiérarchisation, une attaque envers l'autre. Point de vue partagé par les détenteurs en question... et même entre eux. Quelqu'un l'autre jour sur le tchat comparait le coming-out Z et le coming-out gay. Je pense qu'il n'y a pas besoin de revenir sur les persécutions subies par les gays dans l'histoire humaine - et encore de nos jours. Reste qu'il existe des lois pour y mettre bon ordre, et même des Gay Pride. On peut s'amuser à imaginer ce que serait une Douance Pride, je pense qu'il y a matière à se marrer un bon coup, il n'empêche que ce n'est pas demain qu'il en existe une, et quant aux lois, si un texte de 2005 conseille vaguement aux enseignants de considérer les surdoués comme des gamins à prendre en compte pour éviter leur décrochage, personne n'est au courant, personne ne l'applique, la presse parle toujours des surdoués comme il y a 30 ans (le petit geek à lunettes qui passe le bac à 10 ans, mais qui sera malheureux toute sa vie et c'est bien fait pour lui), et quant aux seuls projets de loi dont j'aie entendu parler, ils se proposent d'enfermer les surdoués dès l'enfance, afin d'en protéger les honnêtes gens, car ils présenteraient statistiquement un risque supplémentaire de criminalité...

En espérant que ces délires extrémistes ne deviendront pas bientôt réalité dans notre société hystérique de la norme et du risque zéro, ce problème montre à quel point nous-mêmes, nous ne sommes pas clairs avec ce problème, pas libérés. Pas prêts à assumer pleinement la signification de la douance dans tout ce qu'elle implique comme intelligence plus vive et plus rapide. Mais pas non plus désintoxiqués de la corrélation intelligence/valeur de la personne, de la hiérarchisation fallacieuse qui se fait automatiquement - cette "barrière", ce "malaise" - quand on énonce des chiffres. Il y a à la fois à assumer un truc vrai et à briser un truc faux, et les deux sont complètement intriqués.

Et la preuve du boulot qui reste à faire, c'est qu'à l'issue de cette péroraison, je ne donnerai pas mon chiffre. What a Face

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par paela le Lun 13 Aoû 2012 - 18:24

la hiérarchisation fallacieuse qui se fait automatiquement - cette "barrière", ce "malaise" - quand on énonce des chiffres. Il y a à la fois à assumer un truc vrai et à briser un truc faux, et les deux sont complètement intriqués.
Difficile de faire sortir beaucoup plus d'information dans un nombre que "plus grand que ci" et "plus petit que ça".

(Ma comparaison avec le salaire est plutôt moyenne effectivement.)



paela
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2197
Date d'inscription : 30/05/2011
Age : 23
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par Invité le Lun 13 Aoû 2012 - 18:38

Certes mais après, que fait-on de cet ordre croissant de deux chiffres ? Il est là, le lièvre.
Qu'est-ce qui nous pousse à hiérarchiser les personnes quand on entend parler d'un QI de 134 et d'un de 138 ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par Invité le Lun 13 Aoû 2012 - 18:43

De mon coté j'assume désormais ce chiffre que je prenais tout au début comme une étiquette de plus, une espèce de code-barre sociétal, ou encore une puce RFID qui ferait sonner chaque détecteur de différence ...

Eh bien, un chemin s'est ouvert dans ma tête. Ce chemin qui m'incite à accepter les autres tels qu'ils sont, et donc à chercher autre part, même s'ils s'agit de plein de lieux disparates, de contacts hétéroclites, manière de combler un à un mes centres d'intérêts, mes aspirations, etc.

Depuis que je suis plus au clair sur moi, mes envies, mon autonomie intellectuelle, l'acceptation de mes imperfections et celles des autres; avec l'acceptation de mes différences et celles des autres .... je me sens plus libre.

Je n'ai plus ce désir d'intégration forcée qui ne faisait me râper et me détruire, plus ce sentiment de devoir aider à tout crin, plus ce sentiment de frustration et de gêne à ne pas être compris, et surtout plus ce sentiment d'urgence à faire comprendre des choses aux autres, quelque chose qui pouvait être vue comme une tentative de contrôle. Je partage donc ce que j'ai a partager sans arrière pensée de classification quelle qu'elle soit.

Je suis au dessus des 145 au WAIS, mais cela ne m'apporte rien de plus que le fait de le savoir. C'est ce fait qui m'a aidé, pas le chiffre lui-même.


Dernière édition par Mjöllnir le Lun 13 Aoû 2012 - 22:41, édité 2 fois (Raison : fautes)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par paela le Lun 13 Aoû 2012 - 19:47

Certes mais après, que fait-on de cet ordre croissant de deux chiffres ? Il est là, le lièvre.
Qu'est-ce qui nous pousse à hiérarchiser les personnes quand on entend parler d'un QI de 134 et d'un de 138 ?

Sur le forum, ça ne se voit pas je trouve. (dans ce que j'ai écrit précédemment je me mettais dans une situation sur le forum; dans la vie réelle la barrière se développe souvent sur l'absence de renseignement des gens sur le QI et presque par conséquent leur focalisation sur le chiffre et sur le côté spectaculaire)

Mais l'intelligence rend compte de la compréhension, et des limites quant à ce qu'on peut imaginer, créer, faire. Ces facultés peuvent être mises en lien avec tout ce qui est bon, bien vu, tout ce qui permet de s'en sortir moralement. Après, on ne hiérarchise jamais complètement, on peut seulement hiérarchiser selon les affinités (ce qui est hasardeux) et selon certains critères, qu'on perd de vue pour se noyer dans l'idée, "hiérarchie".

Perso j'ai encore ce besoin de "sécurité", de "prudence", de contrôle oui dans chaque relation, conversation que j'ai. Ca crée en soi une différence inéluctable avec la personne, les personnes. Sans vouloir projeter mon cas sur tout le monde mais en le faisant, je dirais que ce que tu évoques Mjöllnir est du même genre, avant d'être une histoire de QI ou d'intelligence. C'est-à-dire que le QI n'a jamais eu à entrer en ligne de compte qu'en second recours explicatif.

paela
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2197
Date d'inscription : 30/05/2011
Age : 23
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par Invité le Lun 13 Aoû 2012 - 19:56

Mais if aïe understainde vériouel, Mjöllnir a dépassé la peur du chiffre (il le donne ici) et toi, tu préfères te tenir en-deçà, crainte de malentendu (comme le Petit Poisson-plein-d'astuce avec la Baleine) ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par paela le Lun 13 Aoû 2012 - 20:30

C'est ça, mais quand je disais prudence je ne voulais pas dire "prudence, ne donnez pas votre Chiffre à n'importe qui".

Cependant, ça engendre un malentendu comme un autre. Et puis je suis persuadé que sauf QI vertigineux, le révéler sur ZC n'a presque pas de conséquences, pareil pour certains cas IRL.

paela
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2197
Date d'inscription : 30/05/2011
Age : 23
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par Invité le Lun 13 Aoû 2012 - 20:42

paela a écrit:Cependant, ça engendre un malentendu comme un autre. Et puis je suis persuadé que sauf QI vertigineux, le révéler sur ZC n'a presque pas de conséquences, pareil pour certains cas IRL.

Alors ça, j'ai déjà vu voler des remarques comme quoi c'était prétentieux de mentionner le fait d'être THQI.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par paela le Lun 13 Aoû 2012 - 21:07

Alors ça, j'ai déjà vu voler des remarques comme quoi c'était prétentieux de mentionner le fait d'être THQI.
Bien sûr que non. Par contre, se dire TTHQI, c'est carrément de la mégalomanie Wink

Je considère que des remarques comme ça, c'est peu. C'est ma façon de voir les choses; je comprends qu'à la longue ça puisse décourager.


Je suis d'accord avec toi Casse bonbon; les étiquettes HQI, ..., T...THQI remédient un peu au problème, mais il faudrait en savoir plus pour juger de leur pertinence.

paela
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2197
Date d'inscription : 30/05/2011
Age : 23
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par Invité le Lun 13 Aoû 2012 - 21:18

Je ne sais pas si ça décourage, j'en ai vu passer, c'est tout. Pas souvent, c'est vrai.
Mais je me souviens de l'ouverture du premier topic spécifique - même pas salon, topic, le fameux "THQI ? t'es cuit !" de Lanza, ça avait mis un certain bouzin.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par paela le Lun 13 Aoû 2012 - 22:19

Les HQI sont peut-être autant informés sur les THQI que les gens sur les HQI?
Et puis il y a toujours de l'envie de dire "tu n'es pas plus quelque chose qu'un autre, et es au fond comme moi". Ca pose des problèmes, on n'est pas les mêmes malgré beaucoup de constantes comportementales.

paela
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2197
Date d'inscription : 30/05/2011
Age : 23
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par Deaumas le Mer 15 Aoû 2012 - 10:53

A bien y réflechir c'est peut être aussi une question d'intervalle et de pertinence, car même si j'ai passé un test disons il y a trois ans, mon QI au moment ou je te parle "flotte" normalement dans un intervalle de +- n points autour de la valeur que j'ai eu à ce moment donné (et c'est dans le cas idéal de passation) donc du coup la pertinence du chiffre est implicitement confinée au qualitatif.

Alors on pourrait se dire que pour être précis et rester à peu près pertinent à la limite on pourrait préciser l'écart type, mais alors en partant du principe que NQI>HQI | HQI>THQI | THQI>TTHQI... on en arrive peut-être à une situation aussi gênante.

Enfin en tout cas je perçoit plus de potentiel d'inconvénients que d'avantages à évoquer un chiffre ici ou bien ailleurs...

Deaumas
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 170
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 24
Localisation : Under London bridge

Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par Noumenie Dysnomie le Lun 27 Aoû 2012 - 12:48

Je n'ai jamais dis ni IRL ni sur le net, le "score" que j'ai eu lors des tests que j'ai passé. Pour autant, je n'ai aucune gêne à dire que j'ai plus que "tant" parce que je vois ça comme un seuil. Attention, je ne dis pas que je vois ça comme un trophée non plus.
On m'a juste appris qu'il y avait ceux en dessous de 100, ceux à 100, ceux à 130, ceux qui sont autour de 160 et ceux au dessus qui sont à classer dans la case autisme. Pour moi, de mon vécu et de celui de mes entourages, ce "classement" là m'a juste permis de comprendre celui qui m'en parlait un peu. Permis de comprendre son fonctionnement car j'ai noté que plus le "score" était élevé, plus la personne avait tendance à se rapprocher des caractéristiques de l'autiste, en bien comme en mal.
Après, dans les faits, comme déjà dit, je peux échanger avec quelqu'un de non testé et pouvant ne pas dépasser les 130 peut être aussi bien qu'avec quelqu'un qui aura explosé les "scores"... Disons que le plus intéressant, dans le fait de le mentionner (si on le fait) c'est ce que ça peut changer/apporter du côté social, réactionnel. A mon sens, bien sur.

Noumenie Dysnomie
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1400
Date d'inscription : 26/08/2012
Age : 25
Localisation : Dans le <3 de Bibo :v

http://www.noumenie.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par Invité le Mer 5 Sep 2012 - 4:03

Je n'aime pas poster sur le forum globalement, car je maitrise globalement bien mieux pour moi les discussions de vivie voix, ça évite toute ambiguïté et polémiques, et les fautes Wink, mon langage est assez rudimentaire aussi (il y en a qui aime bien se cacher derrière leur clavier aussi, il faut le dire...).
Je n'aime pas ce que j'ai pu voir sortir de Imposter en IRL, et je lui ai dit, mais je trouve qu'il a subi des attaques est des réponses noyés de certains, c'est injuste, et comme j'ai lu : "Pourquoi on ne pourrait pas parler de chiffre clairement sur ZC? On est là pour ça non?"
Les questions que tu te poses sont très intéressantes quelle qu'en soit l'issue!
J'aimerais juste exposer, en tout cas en ce qui concerne les IRL que j'ai pu faire et observer.
- Quand on dit " ça va donner une hiérarchisation par QI", mais sérieusement ça me fait vraiment doucement rigoler (je ne mets pas tout le monde dans le même panier quand même), à Paris dans mon milieu le niveau de poste et le salaire deviennent des valeurs humaines au détriment d'une nuance ou d'un positionnement spatial, et sur ZC j'ai vu que des échanges où le la valeur humaine et/ou hiérarchisation, étaient attribués par le niveau de connaissances, ça en devient puant de la part de certains et ridicule, et le pire c'est que très peu en ont une compréhension qui permette un échange constructif, et pas seulement des joutes vomissantes de paraphrase et de récitations, on se croirait dans un cirque des fois, ça jongle. Je vois même bon nombre se réfugier dans ce savoir, en s'en remplissant, et il ne se construisent pas intérieurement. C'est pas dans les livres qu'on peut trouver les réponses indispensable à l'évolution et à la transmutation.
-Quand au score, j'ai vu un post avec un test sur internet (pas de QI), et les personnes disaient qu'ils trouvaient que le test était nul car ils avaient tous eu un bon score, mais le pire c'est qu'en fait ils auraient voulu avoir eu un nombre supérieur, et ça c'était très clair sérieusement.
- Je pense aussi que certains, se cachent aussi derrière leur score pour se justifier leur problèmes et leur manque de densité, ça leur donne de la consistance aussi, d'où ce rapport personnel et intime avec leur propre chiffre, comme une identité.
Certains refusent de parler d'élitisme et d'égo, mais ce problème doit être exposé ici aussi, il est réel.
Quand à une polémique éventuelle, les contraires existent partout, j'espère avoir pu apporter une pensée de plus à ce poste, aussi non-exhaustive et réductrice soit-elle.
Quelle que soient la conclusions de ce Topic, cela pourrait se révéler réellement intéressant si certaines personnes arrêtaient de se mentir, et voulaient réellement débattre.
Ça tourne en rond desfois et ça en devient vraiment lassant.
Beaucoup d'avis sont vraiment intéressants de mon point de vue, il est bien entendu, que tout test, se limite aux capacités d'un individu à un instant T, avec sa charge émotionnelle. *Et si j'avais été dans un meilleur jour, est-ce que j'aurais eu plus?* Perso je me pose la question avant d'y aller, aussi ambivalente soit-elle.
Sinon je ne peux donner mon chiffre. Je vais passer le WAIS ce mois-ci.

Il faut rester corporate j'allais oublier :

Long hug Bisous I love you


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par Harpo le Mer 5 Sep 2012 - 8:29

Je suis d'accord pour dire que c'est - aussi ? surtout ? - une question d'élitisme et d'égo.

Par contre, en IRL, les hiérarchies, si l'on peut parler de hiérarchie dans ce qui est juste le jeu social classique (et même si les rencontres Z permettent de sortir justement de ce jeu social, mais uniquement en petit comité, en groupe c'est quasiment pareil, même si plus bienveillant) ne sont pas établies par le QI mais par le charisme, la présence, l'extraversion contre l'introversion, le fait que l'on soit plus ou moins à l'aise, que l'on connaisse déjà ou pas d'autres Z, l'aisance dans le discours, l'humour, la capacité de rire, etc. Je n'ai jamais vu quelqu’un arriver et annoncer "je suis TTHQI, et je vais mal, c'est dur !" et tous les autres répondre "respect, ça c'est du zèbre !" Wink Par contre, j'ai souvent entendu des "t'es sur que c'est un zèbre lui ? Je me pose la question..."

Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par imposteur le Mer 5 Sep 2012 - 8:57

Merci pour vos réactions à tous Smile

Je ne sais pas si j'ai réussi à faire passer mon message de cette forme (et désolé d'apporter la précision après 2 pages de débat Smile ) mais mon questionnement est le suivant: "à tous ceux qui préfèrent ne pas donner leur chiffre, quelle est leur justification?" Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise réponse, pas de bon ou de mauvais point de vue, je me questionne sur les raisons qui poussent les gens à laisser une zone d'ombre sur cette partie de leur personne, histoire de confronter mes idées à celles d'autrui.

Si je ne prends pas toujours le temps de répondre à chaque post, sachez que je les ai tous lus et que certains arguments m'ont très fort séduits, même s'ils viennent du "camp adverse".

Smile

imposteur
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 644
Date d'inscription : 31/01/2012
Age : 25
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par Invité le Mer 5 Sep 2012 - 9:28

imp-uni(imposteur)
tout est question de point de vue:écris le "cu-i" et tu deviendras l'oiseau libre de tes pensées;le terrorisme mental du chiffre et de la productivité réveillent en moi,systèmatiquement,l'animal rebelle.Ne jamais oublier que la vérité d'aujourd'hui peut devenir le mensonge de demain.
Pour en revenir à ton étude,et au "qui,que,quoi,dont,où",si j'ai bien compris,c'est pcqu'il semblerait que la "communication",pour toi,serait plus aisée,plus "rassurée" dans des codes chiffrés?
Pour ma part,je n'ai jamais fait de test,et de toutes façons,je ne penserais pas y arriver:tout ce qui marche avec un meneur et un mené me fait fuir. farao 20ans de formatage et 35 ans de sarcophage ont fait explosé ma boite cranienne! farao

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par Invité le Mer 5 Sep 2012 - 9:33

"à tous ceux qui préfèrent ne pas donner leur chiffre, quelle est leur justification?"

Ne pas passer pour quelqu'un qui veut se la péter, tout simplement...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par Invité le Mer 5 Sep 2012 - 9:43

.


Dernière édition par Kaz le Dim 9 Sep 2012 - 11:29, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par Invité le Mer 5 Sep 2012 - 9:47

C'est pour éviter de me poser ce genre de question que pour l'instant j'ai décidé de ne pas me faire tester. (hop un 3ie camps qui je l'espère n'est le camp adverse de personne Wink )

En tout cas sujet très intéressant.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par Invité le Mer 5 Sep 2012 - 9:57

Kaz a écrit:Par ce que ca ne reflète que l'état psychologique dans lequel tu étais le jour du test, et n'est pas 100% représentatif des capacités que tu as ( tellement de choses jouent sur le résultat final, le jour du test....)
==> Chiffre , pas représentatif
==> HPI ou pas HPI , c'est le plus important sur la feuille de compte rendu


hqi ou thqi cela fait, apparemment (selon mon psy) une certaine différence dans la manière d'aborder les problèmes de la personne. D'autre part, à l'instar du faux-négatif entre hqi et nqi, il est possible à un bon thérapeute de repérer un thqi même s'il n'atteint pas le seuil de 145 le jour du test.
On peut du coup étendre la question et se demander s'il existe le même blocage à informer d'une thqitude face à un public d'hqi, qu'à donner son chiffre.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par Invité le Mer 5 Sep 2012 - 10:53

.



Dernière édition par Kaz le Dim 9 Sep 2012 - 11:30, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par Invité le Mer 5 Sep 2012 - 10:56

Ca dépend de l'ouverture d'esprit des gens présents.

Ben voilà, c'est le fond du problème. Il y a des sujets sur lesquels il est impensable de se cacher et de s'en remettre à "l'ouverture d'esprit des gens présents", parce que la tolérance sur le sujet est censée faire partie du bagage minimal du citoyen de notre époque.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par Invité le Mer 5 Sep 2012 - 11:10

.


Dernière édition par Kaz le Dim 9 Sep 2012 - 11:31, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La pudeur associée à notre chiffre

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 6:49


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum