Hyperfatigabilité ?

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par mimibisca le Jeu 28 Juin 2012 - 22:39

je connais ca aussi... c'est hyper frustrant et je trouve que la fatigue et le desinteret entrainent le desinteret et la fatigue... du coup, dur dur de se sortir de la...

et que ca doit etre penible pour l'entourage... je pense (encore) a mon mari, qui m'a tjs soutenue et lui tire mon chapeau (je ne sais pas si j'aurais pas pete un cable si j'avais ete mariee a qqu comme moi), je peux passer dans la meme minute de l'euphorie au decouragement, comment peut il suivre le pauvre?
je me fatigue et me decoit moi meme alors comment fait il pour ne pas m'envoyer bouler?
l'amour peut etre.... quelle magie si c'est ca...

bref, tout ca pour dire que moi non plus je n'ai pas de solution,
je patis encore et toujours de toutes ces motivations pour tous ces projets que je mene souvent au bout mais qui me decoivent pratiquement a chaque fois...

j'ai l'impression de courir apres un bonheur qui n'existe pas, comme si on nous avait vendu du reve...

du coup je me demande souvent a quoi sert tout ca? a quoi sert la vie?
(et accessoirement, comment supportaient ils leur vie pourrie avant? au moyen age et en ces temps ou tout etait calvaire...)

mimibisca
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 66
Date d'inscription : 10/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par enzèbrée le Jeu 28 Juin 2012 - 23:01

mimibisca a écrit:
et que ca doit etre penible pour l'entourage... je pense (encore) a mon mari, qui m'a tjs soutenue et lui tire mon chapeau (je ne sais pas si j'aurais pas pete un cable si j'avais ete mariee a qqu comme moi), je peux passer dans la meme minute de l'euphorie au decouragement, comment peut il suivre le pauvre?
je me fatigue et me decoit moi meme alors comment fait il pour ne pas m'envoyer bouler?
l'amour peut etre.... quelle magie si c'est ca...

c'est clair !! je vis tout ça régulièrement aussi. D'ailleurs j'étais dans une phase descendante hier soir et je l'ai prévenu que si jamais le projet en cours capotait de nouveau, j'allais être à ramasser à la petite cuillère... mais bien au fond du fond du trou... Rolling Eyes

enzèbrée
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 384
Date d'inscription : 31/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par Invité le Jeu 28 Juin 2012 - 23:01

mimibisca a écrit:
(et accessoirement, comment supportaient ils leur vie pourrie avant? au moyen age et en ces temps ou tout etait calvaire...)

Ben c'est simple, ils n'avaient pas le temps de se poser des questions, et ne pas se lever c'était pas de nourriture pour soi et sa famille.
Ne me faites pas dire ce que je ne dis pas, hein, je ne suis pas en train de dire "bande de feignasses vous connaissez pas vot' chance" Very Happy .

C'est juste une histoire de pyramide de Maslow, quand tu en es à te battre pour dépasser le niveau 1, tu te poses peu de questions de niveau 4 ou 5.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par Invité le Jeu 28 Juin 2012 - 23:09

Pourtant c'est une époque assez intense sur le plan spirituel et pas exactement vide sur le plan artistique. N'importe quel paysan médiéval, certes pas en permanence, mais sur sa vie ou même sur une année est concerné au minimum par les niveaux 1 à 3.
Comment supportaient-ils leur vie pourrie ?
Ben déjà on ne sait pas s'ils la supportaient vraiment. Quand on voit comment les populations de l'Empire romain ont totalement lâché l'Empire en question face aux barbares, quelque part cela reflète le fait qu'ils ne supportaient pas la vie pourrie que le système du Bas-Empire leur imposait (pression fiscale intense et structures totalement rigidifiées par l'obsession de faire rentrer les impôts pour solder les troupes, à très très gros traits)...
Ensuite la pression n'était pas constante et par exemple le nombre élevé de jours sans travail en raison des fêtes permettait de relâcher.
Ce n'était pas du travail de force 15 heures par jour, du jour de l'An à la Saint-Sylvestre...

En revanche, cette dernière phrase, elle, peut s'appliquer aux ouvriers de la Révolution industrielle, et là, l'espérance de vie et les ravages de l'alcoolisme répondent clairement à la question : cette vie, les gens ne la supportaient pas.
Toujours marrant ce discours des vieux "A telle époque, les gens, ils avaient pas ci, pas ça, il fallait qu'ils fassent ci, ça - et il fallait bien que ça fasse."
Oui sauf qu'ils étaient morts à 50 piges, donc non, pépé, ça faisait pas.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par mimibisca le Jeu 28 Juin 2012 - 23:10

mais en galerant pour manger, ils ne demandaient pas a quoi ca servait de se galerer pour vivre puisque leur vie se resumait a un enchainement de galeres?
l instinct de survie je veux bien, mais j'ai du mal a comprendre....

bon apres y'a ptetre un monde entre penser que ca sert a rien de vivre et mettre fin a sa vie... surement meme...

perso je ne pose pas la question de mettre fin a mes jours, ayant un mari formidable et surtout deux enfants, je ne peux pas leur faire une chose pareille, ce serait les traumatiser pour le restant de leur vie, impossible...

mimibisca
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 66
Date d'inscription : 10/06/2012
Age : 34
Localisation : Biscarrosse (40)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par mimibisca le Jeu 28 Juin 2012 - 23:13

oui fusain tu as raison, ils ne la supportaient pas forcement...
J ignorais cette histoire de fetes et jours "feries" au moyen age, ceci explique peut etre cela...
merci pour l'Histoire, tellement interessant tout ca...

mimibisca
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 66
Date d'inscription : 10/06/2012
Age : 34
Localisation : Biscarrosse (40)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par Invité le Jeu 28 Juin 2012 - 23:17

mais en galerant pour manger, ils ne demandaient pas a quoi ca servait de se galerer pour vivre puisque leur vie se resumait a un enchainement de galeres?

Bien sûr que si, de là les nombreuses réponses spirituelles apportées par les structures officielles pour expliquer le pourquoi de la dureté de la vie, depuis la lointaine Sumer où on expliquait que les dieux avaient créé les hommes pour trimer et les servir. C'était difficile d'expliquer que la grande malédiction était dans le paradoxe de l'agriculture : davantage à manger, mais produit par un labeur infiniment plus dur.

Et puis ces réponses ne contentaient pas tout le monde et ça continuait à chercher, et ainsi de suite. Mais c'est une grossière erreur d'imaginer nos ancêtres comme de perpétuels esclaves abrutis par le travail, ne se posant jamais aucune question. Sinon pourquoi, dès les époques les plus anciennes, tant d'édifices religieux de cette taille, destinés à être vus par tout le monde, pourquoi de grandes cérémonies, pourquoi les changements de paradigmes religieux, pourquoi les systèmes (comme la Chine antique il me semble) où le roi doit se démerder avec les dieux pour que les récoltes soient bonnes, sinon couic. A des degrés divers, tout le monde se posait des questions de "pourquoi".

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par Invité le Ven 29 Juin 2012 - 8:32

Oui effectivement la religion dans sa forme officielle devait avoir une place très importante, mais si remise en question il y avait, selon les périodes il était hors de question de l'exprimer sous peine d'être accusé d'hérésie. Et le manque d'accès à l'éducation et à l'information devait aussi passablement limiter les choses.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par Invité le Ven 29 Juin 2012 - 8:40

Tu mélanges un peu tout là, je ne parle pas de la tarte à la crème de la "remise en question de l'Eglise officielle" mais du fait de se poser des questions existentielles même quand on a une vie de serf carolingien. Le constat que certains se faisaient chier à apporter des réponses accessibles à tout le monde donne à penser que les questions existaient. Le reste, c'est un autre sujet. Mais on peut essayer de limiter un peu les poncifs sur le passé.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par Fata Morgana le Ven 29 Juin 2012 - 9:38

Je ne vois le rapport avec l'hyperfatigabilité que d'assez loin là... Shocked
avatar
Fata Morgana
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 20818
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 61
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par Invité le Ven 29 Juin 2012 - 10:18

Le rapport, c'est que le cliché "comment ils faisaient à l'époque où... et ils ne se posaient pas autant de questions...", que "l'époque où..." soit le Moyen Age ou l'époque de nos parents et grands-parents nous est souvent opposé quand nous essayons de faire respecter notre fatigabilité, pour survivre.
Dans ces cas-là ce n'est pas inutile d'avoir quelques arguments pour répondre : "Non, de ton temps, du temps de... etc, ils ne faisaient pas, justement : ils mouraient. Essaie encore."

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par Fata Morgana le Ven 29 Juin 2012 - 10:51

Je suis juste convaincu que les zèbres dans le passé en ont bavé des ronds de chapeau, étant donné la conception souvent assez primaire de l'homme qui dominait (très supersticieuse en fait : on pensait que les rouquines venaient du diable par exemple! et l'inconscient n'existait pas encore.) A ces époques, je n'aurais de toute façon pas été viable: je suis né longtemps avant terme. Peut-être bien que la sélection naturelle aurait éliminé pas mal de zèbres...
avatar
Fata Morgana
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 20818
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 61
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par Invité le Ven 29 Juin 2012 - 10:57

Plus que la "conception assez primaire" (qui est quand même excessivement variable, là non plus il ne faut pas généraliser à l'excès quelques cas spectaculaires), c'est de la grande rigidité des sociétés traditionnelles qu'ils devaient souffrir. On devait les retrouver surreprésentés parmi ceux qui un beau matin mettaient le sac à l'épaule et partaient tenter leur chance loin de la ferme familiale.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par Fata Morgana le Ven 29 Juin 2012 - 11:00

c'est de la grande rigidité des sociétés traditionnelles
Et précisément, c'est cette rigidité qui entretenait des conceptions partielles, ou obsolètes, ce que font toujours, et aujourd'hui encore, les conservatismes. Le savoir n'était pas partagé, cela ne signifie pas qu'il n'y en avait pas. Il y avait sans conteste des génies au moyen-âge.
avatar
Fata Morgana
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 20818
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 61
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par mimibisca le Ven 29 Juin 2012 - 23:02

moi non mais je voulais pas donner dans le cliche, je ma faisais juste la reflexion qu'ayant tt pour etre heureuse et n'y parvenant pourtant pas, comment aurais je pu vivre a cette epoque la et donc comment faisaient ils eux meme...

mimibisca
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 66
Date d'inscription : 10/06/2012
Age : 34
Localisation : Biscarrosse (40)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par Mélisande le Mar 25 Juin 2013 - 0:03

Bon, et du coup on a pas réussi à savoir que faire quand on est dans cette période down de découragement total-total-total?????
avatar
Mélisande
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 45
Date d'inscription : 29/08/2012
Age : 30
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par moi?vraiment? le Mar 25 Juin 2013 - 10:53

j apporte ma petite pierre a l édifice : je ne sais pas si ça vient de la zebritude, mais je souffre aussi de ces horribles périodes sombres ou on est 6 pieds sous terre sans pouvoir ou vouloir en sortir ( avec l age, elles me tombent dessus plus souvent et durent plus longtemps ) j ai a chaque fois cette horrible sensation de ne rien voir autour de moi, d être dans le noir, de ne vouloir que dormir et mes pensées sont comme paralysées. 
pour ma part, je pense que ça vient de l ennuie. je n ai toujours pas dépassé le problème de l ennuie, il me suit et me colle a la peau cet enf**** . rien ne m intéresse vraiment et tout me saoule très vite. et le pire c est que je ne peux même pas boire pour oublier parce qu allergique a l alcool Surprised ouep, avec le temps j ai développé une pathologie a la c** qui fait que je ne contrôle plus du tout le flot d émotions qui me coule quand je bois, et je me retrouve toute rouge avec des grosses plaques et la gorge serrée ( autre pathologie zebresque ? mon beau frère zébré qui contrôle encore plus mal ses émotions que moi  a le même problème s il boit et qu il est angoissé ou en présence de trop de monde ) bref, je m éparpille Smile . par contre j ai capté que la musique m aidait un peu a sortir de cet état de stase soporifique et déprimante .
avatar
moi?vraiment?
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 81
Date d'inscription : 22/01/2013
Age : 34
Localisation : Drôme

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par j0hn le Mar 25 Juin 2013 - 12:54

C'est en parti physiologique ton problème. Ca à un rapport avec le fait de trop réfléchir...
avatar
j0hn
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 171
Date d'inscription : 13/06/2013
Age : 45
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par Mélisande le Mar 25 Juin 2013 - 13:04

Bah moi je suis en plein dedans là.. depuis 1 mois, je pleure si le magasin où je voulais aller est fermé... tous mes projets sont à l'arrêt, car démotivée, découragée, plus rien ne m'intéresse, je n'ai plus goût à rien sauf dormir (et manger à la limite... ou me bourrer la gu*** sévère). Très irritable, je ne supporte plus le bruit, les voix, la lumière, moi-même, mon image, mes vêtements, j'ai encore pris 3 kilos, tout est désespoir et découragement. Tout me fatigue... tout ménerve... alors que je suis quelqu'un de très positif et zen d'habitude.
ça m'arrive tout l'hiver et au printemps.
Après tests sanguins, juste une carence en vitamine D donc j'ai pris un gélule. Reste plus qu'à attendre... et prendre quelques jours de congés?
mais comme techniquement je n'ai pas 40 de fièvre et que je suis capable de venir au travail je vais culpabiliser, être énervée... pfffffff
avatar
Mélisande
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 45
Date d'inscription : 29/08/2012
Age : 30
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par moi?vraiment? le Mar 25 Juin 2013 - 22:41

ça fait bizarre parce que j ai super honte de moi , de la personne que je suis, d etre si fatiguée dés que je fais un truc, et d etre tellement en dessous de tout pendant de longues periodes .. bref ça fait tjs plaisir de voir que je ne suis pas la seule a etre so weird .
on n a pas plus de reponses, mais je pense qu on se sent moins seuls. merci d etre là et d etre si differents tout comme moi Smile
avatar
moi?vraiment?
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 81
Date d'inscription : 22/01/2013
Age : 34
Localisation : Drôme

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par kissenbien le Mer 26 Juin 2013 - 0:40

Je ne sais pas comment cet état se déclenche chez moi mais je rejoins vos descriptions sur cet état de mal être, de grande lassitude, de tristesse, et qui arrive pas vague. C'est peut être, une baisse de quelque chose dans nos corps, trop d'émotions avant, parfois comme un contre coup qui peut arriver plusieurs semaines...et pleins d'autres trucs encore possible...je n'écarte pas la piste des étoiles.
J'ai pas trouvé...

Depuis plusieurs mois, je cherche des 'solutions' pour améliorer ces moments là qui revenaient trop souvent et où j'ai l'impression que je suis dans une autre réalité, très négative, néfaste, comme un filtre un peu crade qui m'empêche d'être en contact avec l'extérieur et l'intérieur, mon corps est lourd, ma tête est ailleurs, mais comme en prison. J'arrive pas bien à expliquer.

Du coup, j'ai décidé d'essayer de lutter contre cet état en faisant des trucs, et en même temps, j'essaie d'introduire le concept d'une de mes collègues "on fait comme on peut !" ca me rappelle qu'on est pas obligé d'être trop exigent avec soi, au risque de se fatiguer... Je m'explique:

J'essaie de me forcer un peu à faire quelque chose. J'essaie de pas trop me laisser crever sur mon canapé (crever c'est pas forcément joli, mais c'est le mot). Sinon je culpabilise de rien avoir fait, et c'est encore pire le soir quand je fais le bilan. Bon c'est sur que dans ces moments là faut pas être trop exigent avec soi. (faire la vaisselle est le truc de la journée et c'est déjà ca). Faut aussi s'auto-convaincre pour déployer l'énergie pour se mobiliser mentalement, se lever, aller jusqu'à l'évier, et tout le reste, au bout d'un moment ca va...

Et quand je me force à faire un truc, après je me dis, que maintenant j'ai le droit de me reposer et d'avoir le même temps que la corvée pour faire un truc pour moi. Force de auto-conviction encore.
C'est pas la même que chose que je me laisse crever dans mon canapé, c'est autre chose, genre je m'autorise à faire un truc pour moi qui me sera agréable, la récompense... Je fais un truc,  parce que malheureusement ou pas, dormir dans ces moments là m'est impossible, j'arrête d'essayer c'est pire pour moi.

Donc soit j'ai envie de faire un truc et un seul et j'arrive à le faire et là, je me sens un peu mieux, je me reconnecte.
Soit j'arrive pas à me poser sur une envie, car je sais pas laquelle choisir, ou ma baisse d'énergie est trop dans le rouge, et alors là, ben je bouillonne et c'est pas cool.
Dans ces moments là j'ai une image très négative de moi et c'est difficile de me motiver à faire un truc agréable pour moi.
Parfois, j'essaie de me ressaisir, de me dire que je me pourris, que je mérite mieux que ce que je m'inflige, en clair je me convaincs dans ces moments là de m'aimer un peu, d'être moins exigeante.

Pour faire plus court, au lieu de penser dans ces états là, car c'est négatif et pas tout à fait la réalité, et bien j'essaie de m'occuper un peu ce qui me revalorise un peu, me fait patienter. Je cherche pas à dire ce qu'il faut faire, je ne le sais pas, je veux juste dire qu'il faut peut être essayé des trucs, j'ai pas essayé le lâcher prise à ce niveau...

Bon courage, et si quelqu'un à la clé je suis preneuse... Wink
avatar
kissenbien
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 236
Date d'inscription : 23/07/2012
Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par moi?vraiment? le Mer 26 Juin 2013 - 9:02

merci pour ton temoignage kissoufle Smile je me reconnais tellement dans ce que tu dis. mais quand je suis au fond du goufre, je n ai pas la force de reflechir pour me bouger. c est tjs mon conjoint qui me force a bouger. ou bien ma honte : j ai trop honte d etre dans cet état là devant mes enfants. ils sont mon moteur , mais aussi ma plus grande source de souffrance parce que je passe mon temps a me fustiger d etre aussi nulle.. pour ma part, ce qui " déclenche " ces crises, c est generalement quand j ai ete dans une periode de ma vie ou j ai fais plein de choses et ou je ne me suis pas trop ennuyée. puis dés que je reprends ma vie " normale " , tout retombe et je sombre. en fait c est l ennuie le pire. il entraine l envie de ne rien faire, de ne plus exister et c est de pire en pire.. mais je pense qu une grande lucidité sur le monde aussi nous " aide " a entrer dans cet état de transe pour ne plus voir et souffrir de ce monde merdique. ce qui est sur c est que quand j etais ado et que je croquait la vie a pleine dents parce que j avais des tonnes de choses a découvrir dans la grande ville ou je vivais, je n avais que rarement ces phases down. par contre je manquais de sommeil  (12 h min regulierement sinon je pars en vrille ) et ressemblais a une droguée ( de la vie lol ) . bref, que de bons souvenirs qui me rappellent a quel point je ne sais plus apprecier la vie , les gens , et a quel point je me fais chier. bon allé , j arrete de raler et je pars pour une journée follement ch***** Smile
avatar
moi?vraiment?
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 81
Date d'inscription : 22/01/2013
Age : 34
Localisation : Drôme

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par Mélisande le Dim 30 Juin 2013 - 21:53

Oui merci pour vos témoignages!
avatar
Mélisande
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 45
Date d'inscription : 29/08/2012
Age : 30
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par discrete le Sam 6 Juil 2013 - 1:24

Salut,
Oui moi aussi je me reconnais dans ses phases, même le cycle est plus court.
J'avais interprété le phénomène de cette façon:
- hyperfatigabilité générale à cause de mon petit vélo qui tourne sans arrêt, et j'ai pas les mollets de Jeannie Longo. Surtout depuis que je suis maman en fait. L'anxiété incroyable que ca me génère d'être maman. Et les interruptions incessantes des enfants du "fil" (genre boutique Bergère de France après les soldes) de mes pensées. Ca me fatigue ca. Enormément.
- et les plus haut et plus bas sont pour moi à chaque fois associés à des stimulis "extérieurs": une succession de contrariétés (souvent même des petites me suffisent: plus de place de parking, un ton désagréable d'une commerçante,...) et la belle énergie qui m'habitait depuis qques jours vole en éclat. Inversément une petite réussite de rien du tout (pose d'un luminaire,...), un petit plaisir particulier savouré à sa juste valeur (gâteau ou autre) et ca repart...
C'est pas très stable, c'est fatigant et incompréhensible pour l'entourage proche mais honnêtement, je n'espère pas un jour trouver de solution. Et comme me disait dernièrement une psychologue, avec grande prudence à propos de l'effet des psychotropes sur les surdoués, le surdoué a peut-être une part de narcissisme qui lui donne une résistance à son propre changement (même si ca pourrait le rendre "plus normal"). Enfin voilà, je ne sais pas si c'est intéressant, mais...
avatar
discrete
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 151
Date d'inscription : 26/04/2013
Age : 43
Localisation : 32 41 50 ...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par discrete le Sam 6 Juil 2013 - 1:40

Salut,
Oui moi aussi je me reconnais dans ses phases, même le cycle est plus court.
J'avais interprété le phénomène de cette façon:
- hyperfatigabilité générale à cause de mon petit vélo qui tourne sans arrêt, et j'ai pas les mollets de Jeannie Longo. Surtout depuis que je suis maman en fait. L'anxiété incroyable que ca me génère d'être maman. Et les interruptions incessantes des enfants du "fil" (genre boutique Bergère de France après les soldes) de mes pensées. Ca me fatigue ca. Enormément.
- et les plus haut et plus bas sont pour moi à chaque fois associés à des stimulis "extérieurs": une succession de contrariétés (souvent même des petites me suffisent: plus de place de parking, un ton désagréable d'une commerçante,...) et la belle énergie qui m'habitait depuis qques jours vole en éclat. Inversément une petite réussite de rien du tout (pose d'un luminaire,...), un petit plaisir particulier savouré à sa juste valeur (gâteau ou autre) et ca repart...
C'est pas très stable, c'est fatigant et incompréhensible pour l'entourage proche mais honnêtement, je n'espère pas un jour trouver de solution. Et comme me disait dernièrement une psychologue, avec grande prudence à propos de l'effet des psychotropes sur les surdoués, le surdoué a peut-être une part de narcissisme qui lui donne une résistance à son propre changement (même si ca pourrait le rendre "plus normal"). Enfin voilà, je ne sais pas si c'est intéressant, mais...
avatar
discrete
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 151
Date d'inscription : 26/04/2013
Age : 43
Localisation : 32 41 50 ...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hyperfatigabilité ?

Message par p2m le Sam 6 Juil 2013 - 4:00

discrete a écrit:Et comme me disait dernièrement une psychologue, avec grande prudence à propos de l'effet des psychotropes sur les surdoués, le surdoué a peut-être une part de narcissisme qui lui donne une résistance à son propre changement (même si ca pourrait le rendre "plus normal").
jette ce psy

p2m
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2428
Date d'inscription : 20/05/2011
Age : 45
Localisation : bxl

http://www.zebrascrossing.net/t2857-salut-salut-c-etait-d

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum