la version courte est à la fin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

la version courte est à la fin

Message par labuc le Lun 25 Juin 2012 - 20:08

Je suis née le 03/03/1968 à la clinique des bleuets à Paris (aussi appelée clinique des metallos) par césarienne, une des premières « maillot de bain ».

Je vis seule avec ma mère jusqu’à l’âge de 7 ans car elle ne veut pas vivre avec mon père et ne lui donne l’autorisation de me reconnaitre qu’à mes 4 ans, ce que je n’apprendrai qu’adulte ayant cru longtemps que cette reconnaissance tardive était une volonté paternelle.

J’ai peu de souvenirs de ma petite enfance : la mort de mon grand père tant aimé quand j’avais 6 ans et ma mère qui allait au resto en me laissant seule à la maison, je me suis réveillée une fois, me reste le souvenir de l’angoisse, de la solitude.

Ma mère m’assure que j’étais une petite fille enjouée, pleine d’imagination et sachant à trois ans faire de très jolies phrases pleines de beaux mots.

Le système éducatif décide me faire sauter une classe, je rentre donc en CP à l’âge de 5 ans.

Après la mort de mon grand père maternelle, ma mère se met en ménage avec un alcoolique qui la bat, j’ai un souvenir pitoyable d’elle un bleu à la pommette avec des lunettes de soleil disant qu’elle dirait au boulot qu’elle c’était cogné dans une porte, ça fait tellement cliché que je me demande parfois si c’est un vrai souvenir ou si je me le suis fabriqué. Et paradoxalement, un autre d’une partie hilarante de rami, en vacances en Bretagne ou je m’étais fait un ami, un chiot. Rolling Eyes

Très bonne élève sans trop d’effort jusqu’en CE2, malgré ou à cause des circonstances, mais toujours seule, la bizarre, la batarde, le garçon manqué… hyper susceptible et répondant à la moindre provocation je faisais un bon sujet à tourmenter.

Quand elle le fout dehors enfin, 2 ans plus tard, j’arrête de travailler à l’école.ma sensibilité me gardant à l’écart des autres je ne trouverais qu’une copine en la sauvant de la cruauté d’autres filles qui voulaient lui faire boire l’eau d’une flaque.

Je passe en 6ème, en 5ème et en 4ème sans fournir de travail, jusque là ma scolarité est émaillé de commentaires du genre « quel dommage qu’Eva (c’est mon prénom) ne veuille pas travailler, elle a tellement de possibilités ».

Pendant ma 5ème, j’ai 11 ans, mon beau-père arrive dans notre vie. Grâce à lui j’apprendrais à écrire lisiblement, en script écriture du dessin industriel. Il arrive à me faire travailler, mais ce n’est pas suffisant. Je m’affirme dans l’insolence, je sèche des cours, falsifie la signature de ma mère, répond aux professeurs et en contre coup je commence à me faire des amis. Toujours dans des familles où les enfants sont abandonnés à eux même et en souffrance. A la maison aussi je ne supporte plus l’autorité, je veux être LIBRE. Je fume mes premières cigarettes.

A 13 ans je ferais la première d’une longue série de fugues, la rencontre avec la misère, les endroits glauques et louches, le hachich. Ce sera en colo que je ferais l’expérience de l’eau écarlate. En bref je cherche n’importe qu’elle moyen pour échapper à moi-même (ça je ne le saurais que bien plus tard à cette époque je ne comprends rien).

Quelques parcours psy plus tard, 3 redoublements (4ème ; 3ème, seconde), un passage en internat en lycée agricole ou je voulais être « ingénieur en agronomie tropicale pour faire reculer l’avancée du désert », c’est finalement le lycée horticole qui recevra ma lettre de démission quelque jours après l’anniversaire de mes 18 ans.

Je quitte aussi mes parents, me mets en ménage avec un homme un peu ballot. J’arrête un temps de fumer, deviens boulimique (20kg en 1 mois) mais pas uniquement de nourriture puisque mon compagnon travaillant la nuit je me mets à regarder la télé (à cette époque c’est les séries débiles sur la 5) toute la nuit. J’arrive péniblement à mes 21 ans.

Sursaut, je dois maigrir (cure dans un service diététique de l’hôpital Lariboisière) et avoir une formation car les boulots merdiques que j’ai fait jusque là m’insupporte au plus au point. Mon compagnon voulant me garder à la maison comme mère et boniche, je lui demande de partir, puisque c’est chez moi, ou plutôt chez ma mère puisque l’appartement lui appartient.

Je me m’inscris à l’AFPA pour un BTS de Technicienne supérieure en électronique et automatismes industriels. Acceptée aux tests psychotechniques, je fais une mise à niveau de 3 mois qui décide de mon orientation vers le niveau inferieur (Technicienne de maintenance) par manque de travail et d’assiduité. Au bout de deux mois de formation au métier de technicienne de maintenance et devant ma capacité à assimiler les connaissances, ils me réorientent vers le niveau que je « voulais », enfin que j’avais choisi selon les conseils de mon beau-père qui avait suivi le même. J’aurais le diplôme de justesse, car n’aimant pas l’électronique je n’ai pas appris grand-chose dans cette matière, par contre la logique, les maths, la programmation là je me régale.

Mais ce n’est pas ça qui m’aidera pour le boulot. Pas de femme à ces postes là…

Plusieurs boulots de secrétaire technique, câbleuse… plus tard. Après avoir hébergé un sdf de 40 ans mon ainé (ça a fini en gros clash), partagé mon appart en colocation puis vécu avec un autre homme une année en passant notre temps à fumer du shit, jouer à des jeux de rôles, voler dans les magasins. Je me reconnecte doucement avec mon cerveau, en rencontrant un homme avec lequel je me sens intelligente. Mais on continue à fumer, à picoler à l’occasion et à jouer aux jeux de rôles.

C’est à la mort de ma grand-mère maternelle, en 1996, que j’entreprendrais de mon plein gré une psychothérapie qui m’emmènera à la séparation de cette « amitié amoureuse ». J’entame aussi en parallèle une correspondance avec un détenu que je pense ne jamais rencontrer juste pour le plaisir d’échanger avec quelqu’un qui prenne le temps de me répondre. Quand ma psy me dira que ce détenu n’est pas un homme pour moi (1998), c’est elle que je quitte, lui je l’épouse (2000) 1 an après sa libération et nous faisons deux enfants ( 2000 et 2005).

En 1999 je trouve un nouveau thérapeute et en 2000 quelques jours après mon mariage je passe en psychanalyse.

Nous sommes en 2012, mon époux est parti pour une autre en 2009, divorce en 2010 et des relations très difficiles, ce qui me masque longtemps les difficultés que rencontre mon grand fils Arthur à l’école.

Il y a tout juste un an je rencontre Vincent, mon amoureux. Ces trois enfants on été détecté EIP et ont des parcours différents, mais le récit de mes déboires scolaires, ma curiosité insatiable pour tout et presque n’importe quoi (j’exagère un peu) lui font me suggérer que je suis peux être comme ses enfants (lui-même ne pense pas l’être et mets ça sur le compte de leur mère, personnellement j’en doute) je me demande d’ailleurs si les EIP s’attirent comme des aimants ???.
Puis c’est le prof principal d’Arthur qui dis qu’il est peut-être précoce (du coup je suis un peu familiarisé avec le langage et ça ne passe pas inaperçu) et celui de Maxime (le plus jeune) qui me dis qu’il est très doué mais que parfois il refuse de travailler.

Bref (là vous pouvez rire, je suis loin d’être brève) du coup ça tourne à vitesse grand V dans ma tête, j’ai parfois l’impression d’avoir un stroboscope à pensées dans le crane.

Dans tout ça je n’ai pas dis que j’ai quand même bien avancé avec la psychanalyse mais depuis un certain temps j’ai l’impression de tourner en rond et d’avoir toujours quelque chose qui cloche.

J’ai arrêté de fumer, ça fait 7 ans et demi maintenant.

J’ai passé, en formation professionnelle, deux bacs (gestion des entreprises et comptabilité) avec une facilité déconcertante.

Je me suis remise l’année dernière à la poésie, et si j’en crois les retours des différents lecteurs (j’ai un peu du mal) j’écris très bien. Et je peins depuis 2006/2007 de manière sporadique mais j’aime ce que je fais et visiblement je ne suis pas la seule.

Si je fais encore de nombreuses fautes d’orthographe, j’ai appris à me relire mais ça reste imparfait.

Le sentiment d’être quelqu’un de capable m’a toujours accompagné d’où ma colère je crois devant tant d’échecs (je ne vois qu’eux trop souvent).

Ce qui est à faire recèle un certain nombre d’obstacles, mais ce qui est fait n’est jamais un exploit et ce quelque soit la tache. J’essaie de changer de mode de pensée mais ce n’est pas chose aisée.

Je crois entrevoir maintenant d’où viennent mes désirs de lobotomie.

Arthur passe des tests pour détecter s'il est EIP ou pas mercredi prochain, j'appréhende un peu mais je ne sais pas trop quel résultat j’appréhende.

Bon j’ai été très très longue aussi si vous avez été jusque là vous lirez bien encore quelques lignes Laughing et je livre à votre appréciation la version courte de ma présentation et mes félicitations personnelles à moi-même.

C'est moi! Du moins je crois...

cent soixante sept centimètres de haut,
Pour quarante et un au sol.
Ronde et charnue, même un peu trop
J'aime la gaudriole.

Le menton volontaire des montagnards
Les pommettes saillantes des ashkénazes
Mes lèvres gourmandes aiment le caviar
Mon nez pour certains parfums s'embrase

Dans l'amande de mes yeux noisettes
Des étoiles font des pirouettes
Quand a ce qu'il y a dans ma tête
Avec le reste ça se complète

L'amour de soi, sans abuser
Respect de l'humain, de la terre qu'est notre jardin
Beaucoup d'humour pour s'amuser
De la tendresse pour bien grandir et pas de dédain

Et puis apprendre qui est une joie
Dans une école, un musée ou dans la rue
Ne pas devenir une rabat-joie
Ne pas finir sorcière même sans verrues

Si je ne connais pas ma route
Je choisis mes camarades sans doutes
Des relations pleines d'écoute
Les emmerdants loin de moi je boute

C'est moi! Mais comme je croîs...

LABUC – 06/07/2011


De moi à moi

Aujourd’hui je veux te féliciter.
Louer ici tes capacités.
Oui je t’applaudis !
Tu trouves enfin ta mélodie.
Tu t’en vas, tu quittes le nid,
libérée de ta tétanie.
Je trouve que tu réussis bien ta vie
et ce malgré certains avis.
Tu as su surmonter les écueils,
faire de nombreux deuils.
Et si tu as des fois cédé aux chants des sirènes,
assimilant alcool, haschisch et styrène,
tu n’as jamais sombré corps et biens,
toujours en émergence,
tu fais ta résilience.
Tu construis ton bonheur de tes propres mains,
en tête un entêtant parfum de jasmin.
Rénovant jusqu’aux fondations,
épongeant les inondations.
Un labeur qui parfois effraie,
tu en as déjà fais les frais.
Tu grandis vraiment bien
malgré les aléas de l’existence
et les traumas de ton enfance.
Si tu ne vois pas où te mène le chemin
tu sais qu’ils chanteront tes demains,
que la solitude de tes calvaires
n’empêche pas la multitude de joyeux vers.

LABUC – 04/10/2011

écrit après la présentation mais je pense qu'il aura sa place ici :

Oh Renouveau

L'esprit est là! Presque libre.
Connexions chauffées au rouge.
Il cherche le bon équilibre,
virevoltant tel le petit carouge.
Malgré lui, il ébloui son monde.
Pourquoi alors se sent-il immonde?
Soit! Il a connu bien des misères,
longtemps sur lui trop de gens misèrent.
Il était perdu dans cet univers,
l'impression d'être seul dans un grand hiver.
Cette faculté de penser avec célérité,
exacerbant intensément son altérité,
il se jugea, sans clémence,
Développant une grande véhémence.
Et pour entrer dans une romance
décida de ce mettre en dormance.
Mais bien loin de la félicité,
le temps passait,grand horloger.
Il cherchait sa propre réalisation ,
rejetant ses idées d'idéalisation,
développant au mieux sa multiplicité,
il ne pouvait s'empêcher de rêver d’apogée.
Pleurant souvent, comme la pluie,
à la moindre émotion ou belle chanson.
Buvant jusqu'à la lie, ses larmes à lui
que ses yeux lui servaient en échansons.
C'est alors qu'un jour nouveau,
il apprit être un zèbre.
C’était au printemps, au renouveau,
qu'il vit un chemin pour sortir des ténèbres.

LABUC - 27/06/2012


Dernière édition par labuc le Ven 29 Juin 2012 - 0:50, édité 2 fois (Raison : correction)

labuc
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 33
Date d'inscription : 25/06/2012
Age : 48
Localisation : bagnolet

Revenir en haut Aller en bas

Re: la version courte est à la fin

Message par Invité le Lun 25 Juin 2012 - 20:39

.


Dernière édition par Loic le Sam 8 Déc 2012 - 10:37, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: la version courte est à la fin

Message par mimibisca le Lun 25 Juin 2012 - 20:40

Bonjour et bienvenue...

Je pense, ou du moins j'espere, que tu trouveras un certain apaisement par ici.

Je me reconnais beaucoup dans ton portrait, les tendances à tout faire pour se mettre en "pause", la colere devant les echecs, les projets que je realise les uns apres les autres en gardant pourtant ce sentiment d insatisfaction, et tellement d'autres "tortures" psychologiques...

je te souhaite de continuer sur la voie que tu as prise et qui semble te convenir, te détendre.

Je souhaite le meilleur pour tes enfants, personnellement j'aurais tendance à leur souhaiter de ne pas etre zebré (ce que je souhaite pour les miens meme si ca semble mal parti) car j'ai l'impression que les zebres sont moins tortures...

bref, a bientot de te croiser au detour d'un post...



Dernière édition par mimibisca le Mer 27 Juin 2012 - 21:53, édité 1 fois

mimibisca
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 66
Date d'inscription : 10/06/2012
Age : 32
Localisation : Biscarrosse (40)

Revenir en haut Aller en bas

Re: la version courte est à la fin

Message par labuc le Lun 25 Juin 2012 - 22:56

Merci de l'accueil Loïc tout bref fut-il

labuc
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 33
Date d'inscription : 25/06/2012
Age : 48
Localisation : bagnolet

Revenir en haut Aller en bas

Re: la version courte est à la fin

Message par Invité le Lun 25 Juin 2012 - 23:02

Bienvenue Labuc
Je prends le : de moi à moi aussi pour moi du moins il y a plusieurs années maintenant.
Bonne découverte du forum et surtout de toi même Wink


Dernière édition par Diana le Mar 26 Juin 2012 - 1:21, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: la version courte est à la fin

Message par Waka le Lun 25 Juin 2012 - 23:12

Coucou, bienvenu à toi !

Waka
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3452
Date d'inscription : 06/11/2011
Age : 32
Localisation : A l'ouest mais au Sud.

Revenir en haut Aller en bas

Re: la version courte est à la fin

Message par siamois93 le Mar 26 Juin 2012 - 0:56

Bonjour et bienvenue, l'AFPA j'y suis passé aussi pour une formation d'Analyste Programmeur en Informatique Industrielle, à Brest en 1989.
J'aime bien ta prés. version longue, bravo pour tes poèmes.

siamois93
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3069
Date d'inscription : 02/04/2012
Age : 49

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: la version courte est à la fin

Message par labuc le Mar 26 Juin 2012 - 8:40

Waka a écrit:Coucou, bienvenu à toi !
Merci Waka

labuc
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 33
Date d'inscription : 25/06/2012
Age : 48
Localisation : bagnolet

Revenir en haut Aller en bas

Re: la version courte est à la fin

Message par labuc le Mar 26 Juin 2012 - 8:42

Diana a écrit:Bienvenue Labuc
Je prends le : de moi à moi aussi pour moi du moins il y a plusieurs années maintenant.
Bonne découverte du forum et surtout de toi même Wink

Heureuse que tu y trouves un écho.
Merci pour l’accueil Diana

labuc
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 33
Date d'inscription : 25/06/2012
Age : 48
Localisation : bagnolet

Revenir en haut Aller en bas

Re: la version courte est à la fin

Message par labuc le Mar 26 Juin 2012 - 20:27

siamois93 a écrit:Bonjour et bienvenue, l'AFPA j'y suis passé aussi pour une formation d'Analyste Programmeur en Informatique Industrielle, à Brest en 1989.
J'aime bien ta prés. version longue, bravo pour tes poèmes.

Maintenant la formation professionnelle c'est plus dur d'en obtenir une et moins bien payée...
moi c'était à Champs sur Marne en 1994
Merci de l'appréciation et de la lecture

labuc
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 33
Date d'inscription : 25/06/2012
Age : 48
Localisation : bagnolet

Revenir en haut Aller en bas

Re: la version courte est à la fin

Message par Harpo le Mar 26 Juin 2012 - 23:23

Moi aussi, passé par l'AFPA en 87 ou 88, sais plus. Je touchais pas grand chose, mais un bon souvenir, avec de drôles de zèbres.

Quel parcours Labuc !

Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: la version courte est à la fin

Message par labuc le Mer 27 Juin 2012 - 15:14

Harpo a écrit:Moi aussi, passé par l'AFPA en 87 ou 88, sais plus. Je touchais pas grand chose, mais un bon souvenir, avec de drôles de zèbres.

Quel parcours Labuc !

j'aime bien Harpo, je connais pas trop les frères mais le nom me fait invariablement penser à l'instrument de musique Smile

et oui un parcours atypique quoi, j'ai eu droit à cette définition lors d'un entretien en vue d'un changement de poste il y a quelques semaines...

Merci de ton passage commenté

labuc
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 33
Date d'inscription : 25/06/2012
Age : 48
Localisation : bagnolet

Revenir en haut Aller en bas

Re: la version courte est à la fin

Message par labuc le Ven 29 Juin 2012 - 1:12

une petite mise à jour à la fin de la pres... Smile

labuc
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 33
Date d'inscription : 25/06/2012
Age : 48
Localisation : bagnolet

Revenir en haut Aller en bas

Re: la version courte est à la fin

Message par labuc le Ven 29 Juin 2012 - 19:00

et puis comme les choses changent trop vite le dernier née de mes poèmes qui change ma vie et ma vision de la vie

Et maintenant?

Depuis quelque temps j'entendais une irritante musique,
ça sonnait à mes oreilles comme une volée de moustiques.
Et puis je prends conscience de mes facultés
du coup tous les avertissements j'ai occulté,
je me sentais vivante, consciente, allégée.
Mais j'étais dans la boucle, scrutée, auscultée
on traquait la plus petite des difficultés,
mon héritage incriminé m'a aussi protégé,
Maintenant il n'y a plus aucune possible polémique
mon médecin à poser un cancer du sein en diagnostique,
J'appelle à la rescousse les énergies tantriques,
je supprime de ma vie les substances maléfiques.
Je me pose dans le présent, je sublime le moment.
J' assoie des stratégies pour sortir victorieuse
de ce combat, qui arrive en rugissement.
J'abandonne la furie et je m'affirme curieuse.

LABUC - 29/06/2012

labuc
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 33
Date d'inscription : 25/06/2012
Age : 48
Localisation : bagnolet

Revenir en haut Aller en bas

Re: la version courte est à la fin

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 9:14


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum