Zèbre sous antidépresseurs

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par Bretz'elle le Jeu 8 Nov 2012 - 18:54

OUFY

Sous Seropram, je n'avais pas de decharges mais parfois comme des "ondes de joie" dans le cerveau, et toutes mes pensées devenaient soudain agréables, comme une bouffée d'amour pour les autres.

Je pense que ce devait etre une soudaine et trop grande concentration du principe actif du médicament dans le cerveau. Mais je n'étais pas tendue ni "pile électrique" au contraire très sereine puisque tout me passionnait, et que rien ne me rebutait. Je me demande toujours si c'est la vie telle qu'elle est ressentie par la majorité ou si le médoc était trop dosé.

En tout cas, en cas de dépression, il faut absolument ne pas lacher le traitement. Il agit d'autant plus que la dépression est d'origine endogène, et ce sont aussi les plus graves.

Bretz'elle
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1583
Date d'inscription : 04/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par Albertine le Jeu 22 Nov 2012 - 20:01

Effexor + Abilify (bipo) + seresta (pour le sevrage d'hautes doses de rivotril, après avoir essayé atarax, tercian et un autre dont je ne me souviens plus).
Ça me rends dans un état plus acceptable à l"audience générale", mais ne m'ont pas rendu dans un état plus fonctionnel. Bizarrement, je n'ai plus eu des symptômes psychotiques (fruit de la dépression), mas ça n'a pas facilité mes tâches quotidiennes. encore plus bizarrement, récemment mon état général est devenu très difficile et mystérieusement, si les médocs ne semblent être assez puissants dans ce moment là, je fonctionne pour des choses pratiques (travail, études). Comment expliquer? J'en sais rien!
avatar
Albertine
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 41
Date d'inscription : 22/11/2012
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par aureliaaurita le Ven 30 Nov 2012 - 14:46

Je suis sous AD depuis plus de six mois maintenant, il a fallu trouver la bonne molécule pour éviter les nausées, les troubles du sommeil, l'apathie, les crises d'angoisse et autres joyeux effets secondaires.
Je suis sous Fluoxétine depuis un mois et ça se passe bien, je commence à aller mieux, à m'intéresser de nouveau aux choses que j'aime.
En phase dépressive il est normal d'avoir des baisses intellectuelles, d'imagination, de réflexion, je n'écris plus depuis un an maintenant, mais je retrouve l'espoir que la source ne soit pas complètement asséchée.
Tes soucis de "déconnexion" viennent peut-être de tes AD, et probablement de ta dépression.
Depuis combien de temps es-tu sous AD ? Quel type ?
avatar
aureliaaurita
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 60
Date d'inscription : 30/11/2012
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par Albertine le Ven 30 Nov 2012 - 15:51

J'en suis depuis un an environ (même si je trouve que ça aurait du être diagnostiqué avant), sans basse de dosage, que j'attendais...
Ça me rend plus facile de mettre mes masques, mais pendant quelque temps j'ai tombé dans un état que j'appelle hyper-hedoniste, qui ne m'a rien apporté de productif. Mais je sais que c'est plus facile pour gens autour de moi et que ça prévient des crises d'angoisse/panique, alors je essaye de suivre le traitement.
Comment ça marche pour toi?
avatar
Albertine
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 41
Date d'inscription : 22/11/2012
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par Albertine le Ven 30 Nov 2012 - 15:52

ce que je prends c'est l'effexor (2 gelules par jour)
avatar
Albertine
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 41
Date d'inscription : 22/11/2012
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par aureliaaurita le Ven 30 Nov 2012 - 16:02

Je posais ces questions à Oufy, mais c'est pas grave !

@albertine tu en as essayé d'autres ? tu prends effexor depuis un an (je n'aime pas l'effexor) / pour moi le Prozac marche bien, et surtout j'ai une très bonne psychiatre ! Wink
avatar
aureliaaurita
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 60
Date d'inscription : 30/11/2012
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par Albertine le Ven 30 Nov 2012 - 19:05

oui, mais ça marche pas comme je l'avais prévu. Et tu sais quoi? je suis bien beaucoup à l'aise comme ça.
avatar
Albertine
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 41
Date d'inscription : 22/11/2012
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par Albertine le Ven 30 Nov 2012 - 19:07

oui, mais ça marche pas comme je l'avais prévu. Et tu sais quoi? je suis bien beaucoup à l'aise comme ça. Moi j'ai des tremblements permanents. Explication de la psychiatre:m peut être que sont les médocs, peut être que c'est ta nature trop émotionnelle et angoissée.
avatar
Albertine
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 41
Date d'inscription : 22/11/2012
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par aureliaaurita le Ven 30 Nov 2012 - 19:10

Et elle ne t'a pas proposé de changer de formule ou de prendre des anxiolytiques en plus ?
avatar
aureliaaurita
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 60
Date d'inscription : 30/11/2012
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par Elléane le Ven 30 Nov 2012 - 19:39

J'ai pris Effexor pendant 7 ans.
Efficace pendant 3 mois.
Du moins c'est ce que j'ai cru sur le moment, mais depuis, je pense surtout que c'est un projet de construction qui m'a beaucoup occupée et boostée.
Pendant ces 7 années, même à forte dose, les médicaments, que je tolérais par ailleurs très bien, ne m'ont jamais empêchée d'aller très mal quand rien ne me nourrissait.
Ils ne m'ont ni rendue joyeuse, ni protégée.
Lors de ma dernière hospitalisation, j'ai interrogé la chef réa pour savoir si l'arrêt brutal de l'effexor serait préjudiciable ( j'étais tellement droguée avec ce que j'avais ingurgité et avec la perfusion d'antidote qui m'empêchait de sombrer dans le comas qu'ils n'allaient évidemment pas m'ajouter ma dose quotidienne d'antidep ).
Elle m'a répondu qu'elle avait vu trop de cas de suicides sous leur effet et que je ferais bien de diminuer les doses en vue d'un arrêt définitif.
Elle avait été mise au courant de ma zébritude par la psy qui était venue me visiter, et qui considérait, elle, que les surdoués ne répondent ni aux médicaments, ni aux psychothérapies traditionnelles et que je devrais me pencher sur d'autres méthodes.
Depuis, et réagissant à une phrase dite par Arielle Adda lors de la conférence à Mensa, je suis assez d'accord avec elle pour dire que nous ne faisons pas de réelles dépressions, mais que nous en avons tous les symptômes par moments.
Seulement, nous avons la capacité de repartir comme en 14, dès lors qu'un projet nous intéresse, nous semble viable, alors qu'un vrai dépressif ( je veux dire en réaction à un événement traumatisant ) est prostré et rien ne peut l'en sortir. C'est là que pour lui, les médicaments peuvent aider, assortis d'une thérapie. Je passe vite sur leur cas, car ce n'est pas ce qui nous intéresse ici.
Je me souviens pourtant de mon indignation, lorsqu'un jour, un psy a osé me dire que je ne faisais pas une véritable dépression, mais que je ne supportais simplement plus ma vie telle qu'elle était.
Je me suis souvenue dernièrement, qu'à plusieurs reprises, j'étais passée d'un état de dépression sévère à un état normal, de nouveau capable de fonctionner, car on m'avait proposé une activité qui me plaisait, et qui était réalisable. En quelques heures seulement. C'était miraculeux !
Alors je repense tout cela autrement, j'ai lu ce que dit David Servan-Schreiber sur les façons naturelles et efficaces de traiter la dépression, des livres sur la méditation, et je lirai prochainement celui que nous a conseillé Mjöllnir sur les antidépresseurs, par curiosité seulement, car mon avis est solide désormais à propos de ces cochonneries !
avatar
Elléane
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 358
Date d'inscription : 16/11/2011
Age : 56
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par aureliaaurita le Ven 30 Nov 2012 - 19:53

Je ne sais pas vraiment quoi te répondre Elléane, je suis en dépression régulièrement depuis que j'ai 10 ans. Effectivement, tant que je suis occupée, que j'ai un projet, ça va à peu près, mais dès qu'une situation devient trop perturbante, ça me déstabilise et je n'arrive pas à compenser. J'ai été sous Seroplex pendant un an et demi, et là depuis 7 mois, je suis passée de l'effexor à d'autres AD, puis au Prozac. Je me sens mieux, est-ce parce que j'ai un nouveau projet, ou grâce aux AD, ou grâce à ma thérapie ? Le problème c'est que les phases dépressives reviennent régulièrement, et si je l'ai cru pendant un moment, aujourd'hui je ne me sens pas assez forte pour lutter contre elles sans AD. Ce n'est qu'une béquille, bien sûr, je le sais bien.
Le fait est que nous sommes plus sensibles, et donc plus sujets à la dépression, dont il existe différentes sortes. Parler de dépressions réelles et de dépressions non réelles ne me paraît pas pertinent.
avatar
aureliaaurita
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 60
Date d'inscription : 30/11/2012
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par Albertine le Sam 1 Déc 2012 - 16:33

Je suis d'accord avec aurelia, qu'est-ce que légitime une dépression? A chacun ça façon de ressentir les choses. Ma seule objection c'est que j'ai déjà vue des gens en train de "glamouriser" la dépression, en manipulant psychiatres pour se faire diagnostiquer. Au moins dans un certain milieu, la dépression est devenue à la mode, ainsi comme d'autres troubles, notamment le DDA et l'hyperactivité traités à Ritaline pour les enfants...
avatar
Albertine
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 41
Date d'inscription : 22/11/2012
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par Bretz'elle le Sam 1 Déc 2012 - 19:06

Je pense qu'il faut bien différencier un état dépressif léger, chronique et parfois exogène à une dépression majeure et d'origine endogène pour laquelle les médocs auront une action dans la plupart des cas (zèbre ou pas).

Je parle bien d'une dépression marquée ou les gens perdent leur boulot, ne s'habillent plus etc.. et qui marque une véritable rupture avec l'état antérieur.

Les états dépressifs chroniques sont aussi une véritable souffrance puisque raremnt reconnus, le sujet pouvant passer pour éventuellment plus "fainéant" et tire-la-patte que la norme, n'ayant pas grande ambition et vivotant laborieusment.

Bretz'elle
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1583
Date d'inscription : 04/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par Invité le Sam 19 Jan 2013 - 15:52

Ah ah, vive les antidépresseurs, normalisateurs des HP ! Mouahahaha.

Je suis sous fluoxétine également comme aureliaatia depuis 2 mois. Bon déjà quand on m'a diagnostiqué une dépression, je n'étais pas d'accord ( ah bon être sans cesse fatiguée, angoissée, ne plus dormir, arrêter mes études, pleurer toute la journée, n'est-il pas une normalité pour moi ? ).

J'avais déjà des pertes de mémoire avant d'en prendre, surtout mémoire à court terme, elle qui m'a déjà tant servie. Ce qui est bien, c'est que ce qui me reste de mémoire me permet d'être encore au-dessus de la norme donc de ne pas me faire remarquer outre mesure Very Happy

Je ressens un état que je n'ai jamais vécu (ou alors je ne m'en souviens plus) : je pense à.... rien. Je fais. Sans angoisses, sans 10 000 questions, analyses, etc. sans mon fonctionnement habituel. Et c'est reposant, je me dis que dans le cerveau des autres, cela doit ressembler à ça, et que malheureusement je n'en prendrais que 6 mois car c'est une béquille effectivement ! Ma volonté consciente veut digérer les traumas, mais mon inconscient me paye des sacrés cauchemars et mon corps somatise à l'extrême pour me dire : ah ça non, ça t'as fait chier sur le coup, et ça te fera chier toute ta vie d'ailleurs, parce que ton cerveau ne digère pas, et tu ne sais pas pourquoi ! C'est comme ça avec ton fonctionnement à la con !

Donc la fluoxétine me permet de ne pas être angoissée, de reprendre les activités que j'aimais, d'établir de nouveaux projets, de dormir normalement et de récupérer une énergie dont je ne soupçonnais plus l'existence.

Par contre également, je n'écris plus depuis presque 1 ou 2 ans. Mais en même temps, mes textes étaient ma psychanlyse. Maintenant je vais en voir une, ça coûte plus cher Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par Bretz'elle le Sam 19 Jan 2013 - 21:28

En gros, ça "aplanit" tout, le bon comme le mauvais ?

Bretz'elle
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1583
Date d'inscription : 04/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par Invité le Dim 20 Jan 2013 - 0:56

Je ne dirai pas que ça aplanit, en tout cas dans mon cas. J'ai eu de grosses émotions sous antidépresseurs donc j'ai quand même réussi à pleurer deux fois, à être en colère.

Mais surtout ce que je retiens c'est que j'arrive de nouveau à rire, sourire, m'intéresser à des choses ( ce forum par exemple ^^ ) dans mon cas en tout cas, j'ai été complètement vidée de mon énergie, de mon réservoir de sérotonine et de je ne sais plus quoi, et la fluoxétine ( l'autre nom du Prozac ) permet de booster artificiellement ces hormones afin qu'effectivement je puisse me lever le matin, m'habiller, manger, retrouver l'envie d'avoir envie... A bien-sûr compléter par un travail sur soi avec un professionnel à mon avis qui aidera à ne pas retomber dans les schémas qui nous ont menés à cette dépression.

Mais je me pose une question plus angoissante. Etant donné le nombre de dépressifs chez les zèbres, et lire ce forum me confirme ce fait, je me demande si nos prédispositions naturelles ne nous donnent pas une nature "dépressive " ou du moins jugée comme telle par les autres. Je me demande si une psychanalyse va m'aider à mettre de la distance avec les stimuli, les autres car au final.... si c'est biologique, y a rien à faire. Je verrai bien comment je réagirais sans les AD !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par Bretz'elle le Dim 20 Jan 2013 - 19:55

Je pense comme toi que c'est biologique et que sans la béquille chimiothérapique, on crapahute pas bin vite.

Je pense que nous sommes de petits porteurs de sérotonine et qu'on peut etre dépressif chronique mais léger qui rend la vie pesante sans etre vraiment impossible.

J'ai des petites solutions naturelles comme le sport régulier, l'alimentation ; cacao pur, oignon cru (ail) et tout ce qui est Vit C, protéines... ça dope sur le coup mais il faut renouveler sans arrêt. Le café est délétère car il entraine une période d'excitation suivie d'un creux dépressif. En plus, il peut causer des crises d'angoisse.

L'AD qui m'a bien remontée était le seropram. Mais j'ai du l'arreter etant enceinte et les symptomes sont réapparus.

Bretz'elle
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1583
Date d'inscription : 04/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par mrs doubtfull le Mer 23 Jan 2013 - 17:17

Colours a écrit:Ah ah, vive les antidépresseurs, normalisateurs des HP ! Mouahahaha.

Je suis sous fluoxétine également comme aureliaatia depuis 2 mois. Bon déjà quand on m'a diagnostiqué une dépression, je n'étais pas d'accord ( ah bon être sans cesse fatiguée, angoissée, ne plus dormir, arrêter mes études, pleurer toute la journée, n'est-il pas une normalité


Et bien moi non plus, je n'étais pas d'accord quand le généraliste m'a annoncé une dépression et prescrit seropram et anxyolithiques. Si bien que je n'ai rien pris du tout jusqu'à hier où une psychiatre à confirmé le diagnostic.
Comme dit Colours, mon " état " ne me semblait pas si terrible, malgré cette absence d'envies, la FATIGUE , pb de sommeils, troubles anxieux et ce qui en résulte en termes de somatisation. Difficile pour moi d'accepter que ça peut être "ça".
Ça allait plutôt mieux après 15 jours de calme, en arrêt maladie, à hiberner. De prendre l'AD, j'ai l'impression de me retrouver 15 jours en arrière aux niveaux des symptômes physiques, vertiges, insomnies et une grosse boule dans la gorge.
Je ne sais pas trop ce qui va en résulter, je vous lis et oscille entre peur et incrédulité y: ah bon, c'est possible de faire sans penser ????
avatar
mrs doubtfull
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 753
Date d'inscription : 16/12/2012
Age : 51
Localisation : 69

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par Fata Morgana le Mer 23 Jan 2013 - 17:44

Les Ad m'ont sauvé la vie pendant...50 ans !
Dépression majeure continue depuis l'âge d'environ 4 ans.
Si on me dit que les AD sont des saloperies je réponds seulement que quand on dit ça c'est qu'on n'en n'a pas vraiment besoin.
Surtout que les recapteurs de la sérotonine permettent tout de même de vivre bien !
Sauf que le zyprexa m'a enfoncé dans une crise de mélancolie anxieuse...Je suis un saint: j'ai réussi à ne pas me flinguer...
Moi je buvais à une époque du valium à même le flacon (Amertume infine); c'était autre chose...
Je prends du zoloft (peu désormais). Un peu d'une humeur terne quand j'en prenais beaucoup et ch'tite colique en début de traitement... Embarassed Ça fait 14 ans que j'en prends. Ça vaut mieux que de rôtir en enfer à longueur d'années...Quand à un certain sédatif que je prends encore, j'ai commencé à quinze ans.
(Je prenais du neuleptil et de melleril avant le collège.)

Qui a dit hypersensibilité ? Shocked
avatar
Fata Morgana
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 20818
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 61
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par Ise le Mer 23 Jan 2013 - 19:24

J'ai bien aimé la différence entre AD et anxiolytiques de Bilbil, et l'explication d'Elléane. Je vois que Fata est adepte et ne semble pas affecté par ses AD. Je vois que Foreigner pense qu'on a la force pour surmonter la dépression. Tout cela m'intéresse au plus haut point, merci à tous. De mon côté j'ai toujours été contre les AD mais je n'y connaissais rien. Je suis sous AD depuis le mois de mai dernier, à doses infimes. Et souvent le soir je me relève car je es ai oubliés. Pour dire que si je les oublie c'est que je pense qu'ils ne me sont plus indispensables. J'ai arrêté de moi-même les anxiolitiques du matin et du midi car ils me faisaient dormir et coupaient mon imagination. Bref j'envisage bien d'arrêter les AD grâce aux arguments d'Elléane : en effet rien de tel qu'un projet aussi infime soit-il pour sortir de la léthargie... Mais bon sur le coup quand tu découvres que tu es peut-être surdoué, et que pendant toutes ces années personne n'y a rien vu qu'on t'a crue dépressive que tu as un caractère de cochon et que tu t'ennuies dans tous tes boulots, y a de quoi péter la durite ! Ce que j'ai fait et j'en remonte tt doucement.
A+ tous
avatar
Ise
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 49

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par Fata Morgana le Mer 23 Jan 2013 - 19:35

De toute façon, il n'y a pas une dépression mais des dépressions. Les dépressions endogènes ne s'arrangent pas d'elles-mêmes parce qu'on en a envie...Si on cumule endogène et exogène, on arrive à un cocktail détonnant. Dire qu'on peut s'en sortir tout seul, c'est ignorer le taux de mortalité particulièrement élevé par exemple chez les bipolaires. Comme pour les AD, si on pense pouvoir dépasser le truc tout seul, c'est que c'est pas bien méchant, si tant est que ce soit une vraie dépression...
Par contre méfiez-vous des benzodiazépines, ça laisse des sacrés cicatrices dans la citrouille et on tombe vite fait accro.
Ah oui j'oublais; les AD recapteurs de la sérotonine bousillent un peu la libido...
avatar
Fata Morgana
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 20818
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 61
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par Ise le Mer 23 Jan 2013 - 19:47

Ah ben j'avais remarqué !!!
avatar
Ise
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 49

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par Ise le Mer 23 Jan 2013 - 19:48

Aussi un peu pour ça que je veux les arrêter !!!
avatar
Ise
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 49

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par Ise le Mer 23 Jan 2013 - 19:50

Ben oui quoi, y a pas que le QI !!!
avatar
Ise
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 49

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par Bretz'elle le Jeu 24 Jan 2013 - 18:38

Pour ceux qui peuvent se passer des AD, ce n'est pas une plaisanterie : le cacao pur en poudre type Van Houten ou Nestlé, au moins 3 cuillères à soupe, stimule sans énerver. je viens d'ailleurs d'en prendre !

Bretz'elle
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1583
Date d'inscription : 04/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre sous antidépresseurs

Message par Miss Turtle'ita le Ven 25 Jan 2013 - 0:24

.


Dernière édition par Miss Turtle'ita le Dim 12 Jan 2014 - 2:27, édité 1 fois
avatar
Miss Turtle'ita
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 62
Date d'inscription : 09/04/2012
Age : 34
Localisation : carapace'home- soleil- sud

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum