Paradoxe du zèbre doué en logique mais nul en maths.

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Paradoxe du zèbre doué en logique mais nul en maths.

Message par Cleore le Dim 16 Mar 2014 - 14:17

ouiiiii, l'équation de la production de muguet j'aime bien ! Mais ça, à mon époque, c'était mon programme de fin d'école primaire. Je m'en souviens très bien. D'ailleurs j'étais l'une des meilleures à ce petit-jeu là et j'ai intégré après ça la classe de 6ème du niveau le plus élevé, au collège. A l'époque on nous plaçait en 6ème en fonction de notre classement au CM2. Dans mon collège, ça a changé l'année suivante, ils ont mélangé tous les niveaux. Bref j'étais entourée en 6ème de la crème des matheux de mon collège, dont un qui était probablement THQI et stupéfiait tous les profs. Mais tous mes copains de classe étaient de très bons élèves. Le niveau était élevé.

Si je me souviens bien, on a fait pas mal de géométrie en 6è (c'est si loin !), et là je m'en sortais encore. En 5è j'ai commencé à pédaler dans la semoule avec les équations et j'ai dû prendre des cours de soutien en dehors du collège, en tout petit groupe : là tout s'est débloqué, tout est devenu très clair et très facile. Je crois qu'en classe, on s'éparpillait trop, on perdait beaucoup de temps en discussions stériles, ce qui me démotivait. Il faut dire qu'il y avait quelques agitateurs dans ma classe, on n'avançait pas. Dès qu'on était bien concentré sur le sujet et qu'on allait droit au but, je m'en sortais bien. Mais ces histoires de x et y m'ennuyaient.

C'est en 4ème que j'ai décroché totalement, à cause du théorème de Pythagore. Pour moi c'est l'exemple parfait du truc chiant à mourir, d'autant que personne ne nous a expliqué à quoi ça pouvait bien servir. Ce n'est pas mon truc, voilà tout. J'étais bien meilleure dans les matières littéraires. J'apprenais le latin avec un très bon prof qui nous racontait plein de passionnantes histoires sur la Rome antique, avec lui cette langue morte devenait vivante et je trouvais ça bien plus intéressant.

Cleore
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1004
Date d'inscription : 13/01/2014
Age : 53
Localisation : complètement à l'ouest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Paradoxe du zèbre doué en logique mais nul en maths.

Message par Petitagore le Dim 16 Mar 2014 - 17:01

Cleore a écrit:C'est en 4ème que j'ai décroché totalement, à cause du théorème de Pythagore. Pour moi c'est l'exemple parfait du truc chiant à mourir, d'autant que personne ne nous a expliqué à quoi ça pouvait bien servir.

Note bien que ça m'a fait le même effet qu'à toi, sur le moment du moins... Mais justement, le théorème de Pythagore sert à tellement, tellement de choses qu'on ne saurait pas par où commencer si on cherchait à expliquer à quoi il sert. On n'aurait pas beaucoup moins de raisons d'enseigner aux mômes à quoi ça sert de lire et de compter. Moi aussi, j'ai regretté qu'on ne me dise rien là-dessus, mais d'un autre côté, si on m'avait dit quoi que ce soit, ce quoi que ce soit n'aurait pu être que ridiculement réducteur. C'est de ces phases de l'enseignement où le message implicite à l'élève est "commence par apprendre, ensuite tu trouveras toi-même tout seul ce que tu peux en faire"... ce qui fait aussi partie des joies de l'enseignement.

Et puis il y a l'héritage d'une tradition académique qui vient bel et bien de l'école pythagoricienne: ce théorème est un exemple quasi-mystique de vérité vraie, dure de dure, indestructible, pas épouvantablement complexe mais cependant accessible seulement à ceux qui font l'effort de comprendre. Cette compréhension est en un sens sa propre récompense, comme on le dit de la vertu. Tous les élèves ne le comprennent pas, mais ceux qui le comprennent, fût-ce des années plus tard (ça a été mon cas), goûtent une joie d'une saveur particulière, qu'on appelle la mystique. Ce n'est pas assez fréquent pour qu'on les en prive.

(Tu auras peut-être noté à mon pseudo voire à mon avatar que j'ai une certaine affection pour Pythagore et son théorème... Il est dangereux de me lancer là-dessus!  Very Happy )


Dernière édition par Petitagore le Dim 16 Mar 2014 - 17:07, édité 2 fois (Raison : précision nécessaire)

Petitagore
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2708
Date d'inscription : 29/11/2011
Age : 56
Localisation : Ile-de-France

http://triancey.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Paradoxe du zèbre doué en logique mais nul en maths.

Message par Cleore le Dim 16 Mar 2014 - 17:22

Ah d'accord, je comprends mieux ton pseudo.

Tant mieux pour toi si tu aimes bien ce cher Pythagore. Tous les goûts sont dans la nature.

C'est justement le "commence par apprendre..." qui m'a tant énervée à l'époque, comme si nous étions des outres vides qu'il fallait remplir de gré ou de force, comme des mules qu'on obligerait à avancer à grands coups de pieds dans le... et quand je discute, aujourd'hui encore, avec des profs de maths, ils n'ont pas changé de discours. On n'est vraiment pas sur la même longueur d'ondes. Leur dire qu'on n'aime pas les maths, pour eux c'est un blasphème suprême. En d'autres temps on m'aurait mise au bûcher sans doute (hou la sorcière). Mais quand une matière ne m'attire pas, je suis incapable de me forcer.

Cleore
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1004
Date d'inscription : 13/01/2014
Age : 53
Localisation : complètement à l'ouest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Paradoxe du zèbre doué en logique mais nul en maths.

Message par p'tit toutou le Mer 26 Mar 2014 - 17:06

Oui pour le professeur qui dégoute de sa matière. Et ce n'est pas seulement le cas pour les mathématiques. C'est le cas pour la vie même du travail en entreprise etc. Une personne peut dégouter du travail.

En  plus du professeur au collège je haïssais les cours de musique, çà ne m'a pas empêché de me consacrer à elle et à sa théorie étant adulte ! Pourquoi  ? Car c'est une découverte par soi-même et non la matière qu'on t'impose à un temps x où tu n'es simplement pas prêt à apprendre ou à t’intéresser.

Pour en revenir aux mathématiques, un professeurs me dégoutait en 5eme 4eme, n'étaient pas derrière moi, des critiques; résultats m'enfoutisme , rebellion, mauvaises notes. Par contre en 3ème celà a changé, certes pour une partie de l'année j'ai dû remonter à la surface, mais à la fin j'avais bien eu un niveau largement mieux, dû à un professeur qui encourageait et faisait du soutient. J'ai commencé à aimé la matière.

C'est vrai que les mathématiques jusqu'aux lycée et dans certains diplômes post-bac sont très mécaniques, aucune démonstration, c'est du par-coeur, de l'emboitage de légo avec une feuille de formule ! Pourquoi ? car les élèves ne sont pas ici pour faire que des mathématiques, les recettes sont là pour gagner du temps et ne pas sur-charger les cours.

Peut-on apprendre en autodidacte les mathématiques d'université ? Ce qui rebuterait de prime abord ce serait leurs langages trop abstrait. Une idée serait de faire un langage plus universellement compréhensible peut-être ? Y a-t-il eu des chercheurs qui se sont pencher sur le fait de facilité ce langage mathématique ?

p'tit toutou
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 264
Date d'inscription : 23/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Paradoxe du zèbre doué en logique mais nul en maths.

Message par Pieyre le Mer 26 Mar 2014 - 17:12

Je ne pense pas qu'il puisse exister un langage mathématique universellement plus compréhensible. Dans mon cas le langage utilisé était adapté, parce que minimal et abstrait. Mais c'est doute dû à mon profil psychologique. Pour d'autres enfants il aurait fallu un autre langage, ou du moins une introduction plus progressive à ce langage.

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15367
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Paradoxe du zèbre doué en logique mais nul en maths.

Message par 8dePool le Lun 30 Mai 2016 - 12:02

Je rejoins totalement un intervenant sur le fait que j'aime beaucoup et suis quelqu'un d'assez logique sur un problème, tout mon primaire (après relecture de mes bulletins) j'étais dans la tranche haute des élèves en mathématique et j'aimais ça, arrivé au collège (privé catholique) ma 6ième et ma 5ième se sont passées avec la même professeur qui avait un comportement austère et humiliant avec les élèves dès qu'ils n'étaient pas dans la norme ou comme elle souhaitait, dès lors s'est installé un dégoût pour les mathématiques, je trouve ça dommage même si mes notes m'ont suffit à passer dans les classes supérieurs.
Autre chose, j'ai souvenir aussi d'obtenir des résultats exacts à certains contrôles alors que les "démonstrations" d'obtention des résultats n'y étaient pas et les annotations du genre: " comment as-tu trouvé la réponse ?? " ou encore des reflexions laissant sous-entendre que j'avais triché en copiant sur le voisin... Bref, rien d'encourageant et donnant envie de persévérer quand on a pas commis le moindre écart de conduite.

J'ai aussi tenté quelques années après mon interruption de cursus scolaire de reprendre mes études afin d'obtenir un niveau Bac, via un organisme de remise à niveau et pour tester nos capacités de réussite, je me rappelle que pendant des exercices de mathématiques, j'ai formulé à l'enseignante présente une simple question pour m'aider à la compréhension et visualiser le problème, cette question portait sur une équation et était: " à quel cas peut-on appliquer cette équation, et quelle représentation visuelle peut-on en faire ? ". Cette enseignante m'a regardé et j'ai lu sur son visage une expression du style: " qu'est ce qu'il me demande celui-là ? " puis elle m'a répondu qu'elle ne comprenait pas ma question, j'ai donc tenté de reformuler, mais sa réponse a été: " je ne sais pas, il faut apprendre par coeur " et là c'est moi qui ai été décontenancé, comment un professeur ne peut répondre à une question de l'ordre de la facilitation de compréhension ? sachant qu'elle était payée pour cela...
Autant dire qu'arrivé là, l'envie n'y est plus, dommage...

8dePool
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 56
Date d'inscription : 08/04/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Paradoxe du zèbre doué en logique mais nul en maths.

Message par nikko76 le Jeu 13 Oct 2016 - 15:20

Sensible à cette thématique. Toujours complexé par ma "relative" nullité en math (j'ai un bac S, mais j'ai eu 4 sur 20 en math...grosse attaque de panique en pleine épreuve. Je peinais à avoir 11 de moyenne en terminale.) Jamais compris pourquoi j'étais si moyen....alors que sur la plupart des tests de logique que j'ai pu passer (IRP de la wais, test des domino, progressive matrices avancées...) je suis toujours dans le premier % de la population, avec un score équivalent à celui de l'un de mes meilleurs amis de lycée, zèbre, donc, et surdoué en math (20/20 au bac, devenu par la suite programmeur dans de grosses boites, type intel.)

nikko76
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 359
Date d'inscription : 29/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Bolosse

Message par timaaa le Sam 12 Nov 2016 - 9:46

Nul(-le) en maths.

Je sais pas mais pour moi être "nul" c'est vraiment être N-U-L.
Genre un peu comme moi (égocentrisme quand tu nous tiens)...
24 ans et je compte encore sur mes doigts, je fais partie des gens qui tapent 4+4 à la calculatrice alors que je connais la réponse, mais juste "au cas où", "on ne sait jamais".

J'ai toujours entendu des gens dire "ahhhh mais moi aussi je suis nul en maths" et se taper des notes du style 14, 16. C'est pas ça pour moi être nul en maths.

En fait c'est simple : mes premiers cours de calculs je m'en souviendrais toute ma vie. Au CP avec les ardoises on nous disait je sais pas du style 4+8 et moi à la ramasse je savais pas quoi écrire. Angoissée de voir mes camarades qui s'exécutaient à le faire, ils avaient déjà la réponse en eux et levaient leur ardoise avec le résultat. C'était tellement angoissant que j'en écrivais un chiffre ou un nombre au pif. Les additions sont complexes pour moi, c'est lent, très lent... Je ne connais toujours pas mes tables de multiplications, trop chiant, je sais par exemple que 4x4 c'est 16 mais c'est ma mémoire c'est tout.

En seconde j'ai eu une prof, une dame (Mme Faye, je m'en souviendrais toujours d'elle Smile ). J'arrivais perdue, elle voulait que je réussisse. Parfois j'avais l'impression de faire perdre du temps à la classe et j'étais agressive en disait "mais d'où il sort ce résultat ?!". Même en m'expliquant, je ne comprenais rien, je cherche du "sens" là où il y en pas. Le équations on en parle même pas, parce-que j'ai eu beau réviser, refaire des exercices j'arrivais même pas 8 ou 10. Les lettres dans les calculs (putain mais c'est qui ce x ?!), c'est là où je ne voyais plus d'issue. UNE MERDE je vous dis, bolosse qui criait toute seule parce-que je savais pas. Pleins de regrets, de remords, j'ai beau apprendre ça ressortait immédiatement par l'autre oreille. Comme s'il y avait un barrage en moi.

Il n'y avait qu'en géométrie où ça allait, je faisait ma figure, j'appliquais bêtement les théorèmes et pas complètement... Je sais pas, c'était plus simple pour moi.

Comme au brevet vous savez cet examen : en maths j'ai eu 6 sur 40. Je suis venue, j'ai fait une belle copie, donc 4 points de présentation bim et les 2 autres points c'était des figures qui fallait reproduire.

Autant vous dire que je ne sais absolument pas gérer mon argent. Les pourcentage c'est vague, quand je fais mes courses c'est calculatrice (que ferais-je sans elle ?) ou sinon je calcule en arrondissant et à chaque fois je reprend tout parce-que je perd le résultat et du coup ça me saoule, je prend sans vraiment compter et basta. Je sais que 50% c'est moitié prix, c'est juste ma mémoire qui m'aide.


Voilà la bolosse des mathématiques.

timaaa
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 4
Date d'inscription : 05/09/2016
Age : 24
Localisation : Dans le sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: Paradoxe du zèbre doué en logique mais nul en maths.

Message par ortolan le Sam 12 Nov 2016 - 14:57

timaaa a écrit:(putain mais c'est qui ce x ?!)
C'est bien là tout le problème : c'est l'inconnu. Il paraît que c'est lui aussi qui signe les lettres anonymes.
^^:

Voilà la bolosse des mathématiques.
Allez, c'est pas loin de la bosse des maths Wink Courage !

ortolan
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1591
Date d'inscription : 31/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Paradoxe du zèbre doué en logique mais nul en maths.

Message par timaaa le Dim 20 Nov 2016 - 10:58

ortolan a écrit:
timaaa a écrit:(putain mais c'est qui ce x ?!)
C'est bien là tout le problème : c'est l'inconnu. Il paraît que c'est lui aussi qui signe les lettres anonymes.
^^:

Voilà la bolosse des mathématiques.
Allez, c'est pas loin de la bosse des maths Wink Courage !


Bah voui ze sais que x c'est l'inconnu, le vilain.
Merci pour ce petit moment de rigolade Laughing

J'aimerais tellement re apprendre, re essayer... Seule c'est un peu compliqué. J'en fais un gros complexe je pense, comme beaucoup de choses.



timaaa
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 4
Date d'inscription : 05/09/2016
Age : 24
Localisation : Dans le sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: Paradoxe du zèbre doué en logique mais nul en maths.

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 9:54


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum