Un cerveau courant, ça fonctionne comment ?

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Un cerveau courant, ça fonctionne comment ?

Message par Invité le Mer 6 Juin - 11:31

C'est vrai, mais ils semblent moins s'en rendre compte.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau courant, ça fonctionne comment ?

Message par oufy-dame le Mer 6 Juin - 15:26

Ben il suffit de passer un vrai test de QI pour constater le niveau des questions et réaliser qu'il y a des gens qui ne répondent pas à la moitié des questions (je dis la moitié au pif).

oufy-dame
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 953
Date d'inscription : 14/07/2010
Age : 50
Localisation : IdF

http://www.oveo.org/etudes-scientifiques-sur-les-effets-de-la-vi

Revenir en haut Aller en bas

La tête et les jambes

Message par Envol le Mer 6 Juin - 20:16

Salut Flo,
merci pour ta question.
Qui me parle aujourd'hui tout particulièrement.
M'est revenue à vous lire la parole d'une amie danseuse, dont j'ai été très proche, qui avait dit : 'Et bien nous deux, c'est vraiment la tête et les jambes !' ça m'avait beaucoup choquée à l'époque, l'idée qu'elle me prenne mes jambes !!! D'autant que j'aime danser, que je me débrouille plutôt bien... Razz J'ai compris qu'elle avait besoin de redéfinir sa place par cette parole-là, et que commençait de pointer une concurrence qu'elle ne pouvait plus gérer. Mais couper la tête des jambes lui permettait une lecture viable, et me renseignait beaucoup sur sa façon de penser, et de neutraliser un problème, c'est dire quelque chose qu'elle ne semblait pas pouvoir comprendre... moi !
Cette phrase me revient suite au témoignage sur l'impro... j'ai souvent pensé aussi, en musique, que lorsque je connaîtrais suffisamment mon instrument, je pourrais improviser. Je l'ai repris depuis ma redécouverte de ma zébritude, et j'ai improvisé direct. Rien à voir avec le lâcher-prise pour ma part. J'ai d'ailleurs été très soulagée de lire JSF dire que cette notion très à la mode n'était pas exactement la bienvenue chez les zèbres, cela m'a autorisé à réfléchir vraiment sur cette notion. J'ai découvert que je pouvais improviser en dansant à mon retour de l'étranger, des écouteurs dans les oreilles, c'est sorti tout seul. et puis ça s'est arrêté. Parce que j'ai traversé une période de grande instabilité à TOUS les niveaux. Pour moi, c'est vraiment l'inverse du lâcher prise, improviser, c'est se laisser attraper, aller, aller vers ça, en plaisir, en confiance, agir ce qui me traverse.
J'ai longtemps envié la facilité apparente des NT à 'aller de l'avant' sans entraves. Je connais maintenant des zèbres qui agissent ainsi.
Et pour revenir à ta question, aujourd'hui, j'ai vu un type avec lequel je prépare un événement, et qui fait que je ne dors pas à cette heure-ci !!! On attendait une guest star qui a annulé à la dernière minute. Je m'y attendais, ça fait deux ans qu'on doit me le présenter, si ça avait du se faire, ce serait fait. Je suis tout de suite passée à autre chose. Pas lui : il a tenu à m'en parler, c'était une nécessité pour lui, là, entre la poire et le dessert, alors qu'on était charrette. Cette information a été capitale. J'ai pensé : c'est tout simple tout ça, vraiment tout simple. Pas de frustration en moi, pas d'animosité, seulement deux réalités qui ont cohabité d'un coup. Je l'ai écouté deux minutes, et j'ai très vite souri, d'un très large sourire. Il a stoppé net. Et on a enchaîné. Cet événement minuscule est pourtant venu se mettre là, en plein milieu de ta question, qui est la mienne très souvent, et qui l'a été trop souvent tout le temps de ma zébritude inconsciente. Ce qui m'aide considérablement, c'est d'apprendre à écouter ce que je ressens face à ça. Ne pas perdre ce nord-là, qu'est-ce que je ressens plutôt que qu'est-ce que j'en pense... Et quand c'est de l'étonnement, je constate que c'est une chose que nous partageons avec les NT, voire la stupeur. Comprendre ce que nous partageons m'aide à mieux cerner nos différences.
Et pour rester dans le champ musical, j'ai la sensation d'un rayonnement polyphonique pour nous, et d'une voie claire pour eux, qui peut dégager beaucoup d'harmoniques pour qui sait les entendre. Et résister à la compétition facile : ils sont NT, ils ont la majorité, c'est plus facile pour eux. Ou ils sont surdoués, ils sont bardés de dons pour lesquels ils n'ont pas travaillé, c'est plus facile pour eux. J'ai souvent l'impression de tomber dans ces travers, comme ce vent étrange de notre époque, qui a vu la femme petit à petit libérée, et qui se permet du coup beaucoup de sexisme envers les hommes...
Ce que j'aime dans ta question, c'est qu'elle montre qu'il est très difficile de parler de quelque chose que l'on ne connaît pas de l'intérieur sans en faire une étude poussée sur le terrain, tout en en admettant les limites. (Orchidée a écrit ici une fois qu'à la lecture de JSF elle avait eu l'impression qu'on ne lui parlait que de la partie visible de l'iceberg. Et ça me rappelle ce que m'avait dit une psy : 'Rien de plus dur et faux que cette maxime : imbécile heureux. J'ai eu des personnes extrêmement limitées en consultation, la conscience de leurs limites si vite atteintes leur donnait un sentiment de handicape réel, et très douloureux'.)
Et qu'elle parle du chemin que nous pouvons faire pour comprendre l'autre, qu'il est un des chemins vrai vers nous-même aussi.
Dans cette recherche des points communs, une différence m'apparait : les NT ne semblent pas passer beaucoup de temps à chercher à comprendre les codes qui les entourent, ils semblent faire avec, avec ce qui paraissait être de la virtuosité, alors que la dextérité me semble maintenant plus juste. Wink

Voilà, une toute petite goutte d'eau à ton moulin, et d'avance pardon pour ce qui pourra t'apparaître comme une digression, c'est ma façon de glisser... !

Une bonne nuit à tous,

Em'

Envol
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 489
Date d'inscription : 02/03/2012
Age : 40
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau courant, ça fonctionne comment ?

Message par Zébu le Mer 6 Juin - 23:27

Fusain a écrit:Le filtre de nos amis "normopensants" a du bon !
Filtrer les possibles interprétations anxiogènes de temps en temps... Filtrer les éventualités très anxiogènes mais aussi très improbables (exemple : mon chef n'a pas encore répondu à mon mail envoyé il y a une heure = c'est louche, il a un truc à me reprocher, je vais être convoqué et viré, etc.) Savoir mettre de côté ce qui est certes déplaisant mais à quoi on ne peut rien, mais rien du tout (exemple : les derniers résultats de son club sportif préféré...)

Ce qui est précisément anxiogène, c'est l'impossibilité de sortir du scénario imaginé. Cette difficulté traduit le fait que l'on s'accroche fermement à l'idée.
Filtrer l'idée (c'est quoi filtrer ? refouler ? ) ne la fait pas disparaître (elle reste là sous la forme d'une angoisse sourde).
Lâcher prise permet au contraire d'accepter toutes les idées tout en ne s'identifiant pas à la plus douloureuse.
Et il est étonnant de constater que le fameuse arborescence de pensées des HQIs semble bien impuissante à fournir des scénarios moins anxiogènes dans ces situations.


Zébu
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 489
Date d'inscription : 10/09/2010
Age : 49
Localisation : Brabant Wallon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau courant, ça fonctionne comment ?

Message par Esterelle le Jeu 7 Juin - 1:41

Je ne suis pas tout à fait d'accord avec vous sur les scénarios anxiogène...enfin, si mais ma conclusion n'est pas la même. Je pense que parce que nous avons une conscience aigüe des risques engendrés par une situation (ou une multitude de situations possibles, dérivées de la première), notre système de pensée analyse les impacts positifs et négatifs à une vitesse fulgurante, nous permettant de choisir toujours les 2 ou 3 meilleurs options en en ayant mesuré tous les impacts dans le proche avenir.
Ce qui nous permet de lutter contre l'anxiété et je dirais même nous sécurise.

Esterelle
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 344
Date d'inscription : 09/02/2012
Age : 42
Localisation : A droite au fond du couloir

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau courant, ça fonctionne comment ?

Message par Granny le Jeu 7 Juin - 2:18

Esterelle a écrit:Justement je me pose la même question en ce moment. Puisque ce qui nous caractérise est une pensée en arborescence, ça marche comment quand c'est linéaire?? J'ai du mal à concevoir une pensée linéaire... Donc, je suis preneuse de tous ce qui pourrait éclairé ma lanterne, merci Flo pour ce post Smile
J'ignore si ma manière de fonctionner, en apprentissage par exemple, est révélatrice de quoi que ce soit mais voici deux souvenirs personnels si vous le permettez.

Au début des années soixante, vers mes vingt-cinq ans, je n'avais encore jamais conduit d'auto. Les cours de conduite étaient rares et le permis n'a été nécessaire qu'un peu plus tard. Un jour, à force de pratique, je suis assez rapidement parvenue à réussir tous mes créneaux, même en tirant une remorque.

Au milieu des années deux mille, de manière empirique et malgré mon grand âge, j'ai commencé toute seule à retoucher mes photos sur l'un des logiciels les plus connus (celui qui ressemble à une usine à gaz). Les connaissances plus expérimentées auxquelles je posais parfois une question, m'expliquaient leur manière de faire et, souvent, quelques variantes. Ayant repéré leur plaisir à faire valoir leur savoir-faire, je les arrêtais immédiatement en leur demandant de me laisser le temps d'expérimenter leur première réponse sous peine de m'embrouiller les pinceaux.

Quitte, cela fait, à finir par leur poser mille questions à ce sujet voire à leur poser involontairement des colles.

Mon QI n'a plus jamais été testé après mes douze ans (et j'ai oublié le résultat à trois chiffres que j'avais obtenu). Ces deux exemples ne suffisent pas à dire comment je fonctionne. Mais je vous les livre bruts de décoffrage, en ignorant si cela peut faire avancer un peu votre questionnement.

Granny
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 583
Date d'inscription : 06/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau courant, ça fonctionne comment ?

Message par Invité le Jeu 7 Juin - 3:43

Esterelle a écrit:Je ne suis pas tout à fait d'accord avec vous sur les scénarios anxiogène...enfin, si mais ma conclusion n'est pas la même. Je pense que parce que nous avons une conscience aigüe des risques engendrés par une situation (ou une multitude de situations possibles, dérivées de la première), notre système de pensée analyse les impacts positifs et négatifs à une vitesse fulgurante, nous permettant de choisir toujours les 2 ou 3 meilleurs options en en ayant mesuré tous les impacts dans le proche avenir.
Ce qui nous permet de lutter contre l'anxiété et je dirais même nous sécurise.

Je ne trouve pas. Parce que ce dont nous avons une conscience aiguë c'est que tous les scénarios peuvent mal tourner, que la maîtrise complète est une illusion. Ou alors, s'il existe une option "maîtrise complète", elle a un coût énorme. Pas de bol : notre pensée nous ayant gentiment présenté tous les possibles, y compris les terrifiants, souvent avec bien du mal à en hiérarchiser les probabilités, alors nous voilà gentiment poussés vers l'option "ceinture et bretelles"... quand elle existe. Objectivement, nous prenons sans doute des décisions plus sûres et mieux étayées, mais l'angoisse est égale ou supérieure. On remarque des dangers bien réels dont les autres n'ont aucune idée, comme la bouée coincée dont parlait Waka.

Et il est étonnant de constater que le fameuse arborescence de pensées des HQIs semble bien impuissante à fournir des scénarios moins anxiogènes dans ces situations.

Si, elle en fournit, mais l'horreur inspirée par les scénarios les plus noirs recouvre tout.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau courant, ça fonctionne comment ?

Message par alty le Sam 16 Juin - 14:15

Lire ce fil me fait un bien fou et me rassure en un sens (j'avais déserté ce forum pendant des mois). Je m'adapte aussi aux non-Z, j'ai vite compris que je les heurtais si je cassais leur raisonnement en deux mots ou si je donne la réponse alors qu'ils n'en sont qu'au début. Je devrais venir plus souvent ici. Maintenant, j'envie aussi les cerveaux des non-Z parce que quand le mien s'emballe, j'ai l'impression d'avoir deux cerveaux : un qui agit normalement qui travaille, parle, expose un dossier tandis que l'autre tourne à plein regime sur tout un tas d'autres sujets qui n'ont rien à voir avec ce que je fais.

alty
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 44
Date d'inscription : 12/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau courant, ça fonctionne comment ?

Message par bandini le Lun 6 Aoû - 20:03

Salut à tous,

Je lis tous les posts et je suis un peu comme certains: je ne visualise pas ce que pourrait être une "pensée linéaire"....
Pour ma part je dirais qu'une grande différence se joue au niveau de la mémoire. Plus gros disque dur! C'est surement ce qui nous donne cette énorme faculté d'adaptabilité. On s'adapte à toutes les situations...

Par ailleurs je me rends compte que ce qui me différencie, c'est ce côté "instinctif" des zèbres. Ce qui me pousse souvent à dire: "bah je te l'avais dit, souviens toi..." D'ailleurs, dans les tests type Mensa, on doit répondre à un certain nombre de questions en un temps donné. Les dernières figures sont très complexes et ce qui fait souvent la différence, ce n'est pas la chance, mais le côté instinctif des dernières réponses... Et ça je ne sais pas d'où ça vient!

Par rapport au versant anxiété, je dirais que ça dépend du parcours de chacun, mais comme me disait un ami, un zèbre ne peut espérer être heureux que s'il entreprend un processus de travail sur lui même afin d'apprendre à gérer ses émotions. ( art-thérapie, psychanalyse, yoga, bouddhisme, peu importe on s'en fout ). Le zèbre est tellement conscient qu'il a également une conscience affutée de ses propres défauts, ce qui crée son "manque de confiance en lui".

Enfin je dirais que je suis parfois super envieux des "non-Z". J'aimerais tellement avoir des certitudes, j'ai l'impression que la vie est plus simple comme ça...


PS: il faut essayer de communiquer en ayant à l'esprit que tout le monde ne va pas aussi vite. Dans un précédent boulot, ma chef tentait de me donner des pseudos conseils, et à chaque fois je lui coupais la parole. Un de mes amis qui connaissait mieux que moi mon fonctionnement lui a dit un jour: "c'est pas qu'il ne te respecte pas, mais quand tu es à la moitié de ta phrase, il a déjà compris où tu voulais en venir, donc il ne perd pas de temps!" Et c'est tellement vrai! Mais il faut savoir s'adapter et se faire violence...pas simple hein, je reconnais! Le danger c'est de braquer autrui en lui envoyant comme message que ce qu'il a à dire est d'une simplicité enfantine...L'égo n'aime pas ça...

bandini
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 22
Date d'inscription : 05/08/2012
Age : 37
Localisation : dakar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau courant, ça fonctionne comment ?

Message par bandini le Mar 7 Aoû - 18:32

J'ai raconté n'importe quoi parce que le mot m'échappait. Je ne voulais pas parler "d'instinct" mais "d'intuition"... Ca change pas grand chose mais quand même...

D'où vient cette intuition?

bandini
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 22
Date d'inscription : 05/08/2012
Age : 37
Localisation : dakar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau courant, ça fonctionne comment ?

Message par Invité le Lun 28 Jan - 12:11

Un jour, un normo-pensant m'a demandé la vraie raison de mon choix d'arrêt d'études. Je lui ai dit que je passais des tests et que j'étais probablement surdouée. J'ai été horrifiée de la bêtise de ses réponses.

"Ah, donc tu te crois plus intelligente?"
"Non, c'est une intelligence différente, mais je ne voulais pas t'en parler car c'est la réaction typique"
"Ton problème vient ailleurs. Il n'y a que deux solutions dans la vie : voir le verre à moitié plein et à moitié vide "
"Voilà, c'est ça la différence. Quand toi tu ne verras que deux solutions pour envisager un problème, j'en verrai 60"
" C'est n'importe quoi. Donne-moi un exemple".

Et là, j'ai stoppé la discussion inintéressante. Et il passé la soirée a essayé de démontrer sa supériorité, et je l'ai ridiculisé. Heureusement, que dans les NP, il y a aussi ceux qui sont moins fermés d'esprit.

Mais voilà, pour moi, c'est l'âge de pierre. " Je crois que ce que je ne vois" " La vie c'est bien ou mal" "Tu te prends trop la tête" "Pour trouver une solution, il faut y aller étape par étape".

Je vois ça comme quelque chose de lent. On tape sur la pierre et elle fait une étincelle. Et le NP va manger. 1000 ans plus tard il découvrira peut-être qu'il avait fait du feu.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau courant, ça fonctionne comment ?

Message par helpj'aiépouséunzebre le Mar 13 Aoû - 16:07

je suis non zèbre et je suis venue là pour mieux comprendre une personne qui m'est chère, mais je veux bien tenter de répondre à la question puisque mon cerveau est non testé mais en fonctionnement courant.

Je ne suis absolument pas d'accord avec félidé, bien que j'aie pu croiser des gens "courants" qui n'anticipaient rien et m'ont parues pour le - "limitées" dans leurs raisonnements.
Ces gens là sont peut être un peu en dessous, et bien que pas complètement demeurés, ne sont pas totalement courants.

Personnellement j'anticipe lorsque je prends un nouveau boulot : la question financière, le temps perdu en transports... Simplement pour ce faire il me faut mon tableur et un peu de temps. Je ne suis pas à l'aise avec les chiffres, et j'ai une mémoire à court terme absolument désastreuse donc le calcul mental est pour moi totalement impossible sorti des tables de bases.

La curiosité je pense qu'elle est dans le caractère et aussi transmise : mes parents m'ont donné cette envie de chercher par moi mm, approfondir les choses, élargir mon champ de vision...
ça ne veut pas dire que je retiens tout, malheureusement, après m'être documentée je n'aurais retenu que les faits les + marquants ou ceux qui auront fait écho en moi.

Je pense à une chose à la fois, mais je peux partir à tout moment dans tout autre chose comme dans la chanson (3 petits chats...) et sauter d'un sujet à l'autre, par ricochet et revenir (ou pas!) au point où j'en étais (ça m'arrive régulièrement de perdre le fil). Dans mes raisonnements je fonctionne par étapes, type action/réaction, je me fais des scénaris dans ma tête lorsque qqchose me préoccupe et j'essaie d'anticiper ce qui pourrait se produire afin de ne pas être prise au dépourvu, mais parmi les 10zaines de possibilités que j'aurais imaginé il se produira souvent encore tout autre chose, et pire bien souvent je me serais pris la tête pour rien !

Lorsqu'on m'agresse (d'une façon ou d'une autre) j'ai un peu de répartie, mais souvent je me dis entre 3secondes et 3 jours après ARGH ZUT c'est ça que j'aurais du dire !


bref si t'as des questions + précises car je vais pas me décortiquer comme une crevette si ce qui t'intéresse c'est de trouver son nerf optique Wink


Dernière édition par helpj'aiépouséunzebre le Mer 11 Sep - 11:40, édité 1 fois

helpj'aiépouséunzebre
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 25
Date d'inscription : 13/08/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau courant, ça fonctionne comment ?

Message par nikoku74 le Mer 14 Aoû - 3:29

je dirais que notre caractéristique est ce qu'on appel le recul sur les choses, la pensée globale. Faire quelque chose m'est par exemple impossible si je ne connais pas tous les paramètres du problème...Mais ça n'empêche pas les cerveaux courants d'anticiper (j'espère pour eux car je pense qu'on ne peut pas vivre sereinement sans anticipation du tout).

nikoku74
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1041
Date d'inscription : 22/06/2012
Age : 41
Localisation : Haute-Savoie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau courant, ça fonctionne comment ?

Message par -Wa- le Mer 14 Aoû - 4:11

Il y a un manque de curiosité c'est sur, mais je dirai surtout, même si ça ressemble il y a une nuance : la soif d'apprendre et de comprendre est absente. Je suis incapable de rester sur un : tiens, je ne sais pas. Je pense que les zèbres ont souvent besoin de compléter leurs connaissances, de savoir. Un non zèbre qui ne comprend pas ou ignore quelque chose, a moins qu'elle ait un lien direct avec le présent ou quelque chose qui les touche personnellement va plus vite passer a autre chose avec un simple haussement d'épaule. J'adore qu'on m'apprenne des trucs, qu'on m'explique, mais j'aime encore plus transmettre ce que je sais, partager ce qui m'étonne, mais en général ça n'intéresse personne. Ça et la rapidité de traitement et le fait que les non-surdoués ne suivent pas quand je parle, c'est vrai que c'est souvent frustrant ^^ et encore maintenant je sais qu'il y a des gens (vous tous I love you ) qui fonctionnent comme moi: avant je me remettais sans arrêt en question du style  : c'est moi qui suis idiote ou quoi ?
Donc c'est vrai que parfois, la communication peut être pénible et c'est pour ça que j'essaye de développer une culture cinématographique : au moins c'est un sujet qui intéresse plus.
Et encore... Se tape la tête cont

Ps :
Félidé zebristique, ce que tu dis a l'effet d'une pommade apaisante : je me reconnais dans tous tes posts surtout celui avec le prof, c'est fou le nombre de gens qui réagissent comme ça, c'est fatiguant on est obligé de faire marche arrière et d'expliquer que non on ne parlait pas de sa sœur qu'on ne connait même pas d'ailleurs, mais d'expérience que l'on a eu et que non on a rien contre sa sœur ni contre le super instit qui lui a mît 20 en grammaire quand il était en 6eme... Et c'est vrai j'ai remarqué que les gens "normaux" font beaucoup de choses par ego. Exemple : je travailles dans une banque et mes collègues s'évertuent à clamer "il ne faut pas frauder a la caf il faut faire avec ce que l'on a etc." J'ai vu des collègues de la fac frauder légèrement en ne se déclarant pas en couple, le temps de finir la dernière année d'étude, et je me met a leur place, et pour une annee je ne trouve pas ca dramatique, mais je suis la seule, tous mes collègues récitent le même charabia alors que certains avec un bon salaire ont des logements sociaux... L'anecdote mise a part c'est toujours le même refrain: les non-zèbres sont pour beaucoup très peu capables d'empathie.
Je ne sais pas vraiment quelle est la place de l'empathie au niveau neurologique, mais j'ai l'impression que c'est une barrière que beaucoup de mettent. Comme si c'était faire défaut à la bienséance, ou si c'est juste par orgueil, car se placer du point de vue de l'autre c'est risquer de s'apercevoir qu'il a raison et que j'ai tort... ?
J'ai l'impression que c'est stupide ce que je dis! ^^

-Wa-
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 238
Date d'inscription : 26/06/2013
Localisation : Sur Wakah Chan.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau courant, ça fonctionne comment ?

Message par Vendetta le Mar 10 Sep - 18:06

alien 

Vendetta
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 202
Date d'inscription : 17/08/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau courant, ça fonctionne comment ?

Message par Petitagore le Mer 11 Sep - 5:52

-Wa- a écrit:Je ne sais pas vraiment quelle est la place de l'empathie au niveau neurologique, mais j'ai l'impression que c'est une barrière que beaucoup de mettent. Comme si c'était faire défaut à la bienséance, ou si c'est juste par orgueil, car se placer du point de vue de l'autre c'est risquer de s'apercevoir qu'il a raison et que j'ai tort... ?
J'ai l'impression que c'est stupide ce que je dis! ^^
Que non...

Se pourrait-il que les gens soient méchants par simple manque d'intelligence?

On peut être un mauvais footballeur non pas par manque d'application, mais par manque de réflexes. On peut être un mauvais combattant non pas par couardise, mais par manque d'endurance physique. On peut être une mauvaise sentinelle, non pas par manque d'attention, mais parce qu'on a mauvaise vue. Et hélas, on peut être un mauvais ingénieur, non pas par manque de bonne volonté, mais par manque d'intelligence.

Est-il possible qu'on puisse être un sale type par manque de capacités d'empathie? On le dit de certains psychopathes dont le psychisme a été endommagé par un événement traumatisant (viol, notamment) dans leur petite enfance. Mais serait-il concevable que le sale con moyen soit seulement un imbécile de modèle banal? Qu'il ne soit pas particulièrement méchant, mais seulement incapable d'imaginer ce que peuvent avoir dans la tête ses commensaux, qu'il blesserait donc sans hostilité particulière, sans particulière intention de nuire, simplement en ne prenant pas en compte leur probable réaction?

Tout petit indice à l'appui de cette thèse. J'ai souvent vu, en milieu professionnel, des collègues négliger de rendre de petits services qui ne leur auraient absolument rien coûté et probablement valu une certaine reconnaissance, comme de passer un coup de fil pour éviter à quelqu'un de venir de loin assister à une réunion annulée. Le sale con qui ne passe pas le coup de fil salvateur ne le fait même pas par égoïsme, car un égoïsme intelligent lui ferait comprendre que par cet effort minuscule il se crée un obligé et que ça ne peut que lui être utile, alors qu'en ne le faisant pas il se crée durablement un ennemi.

"Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu'on te fît", "Ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux". Est-il possible que certaines personnes ne puissent obéir à ces injonctions par incapacité, ou tout au moins absence de facilité, à se figurer les sentiments des autres?

Se pourrait-il qu'il y ait des gens, même intelligents, vraiment pas doués pour l'empathie, de même qu'il y a des gens, même intelligents, vraiment pas doués pour les maths?

Auquel cas, faudrait-il cesser de leur en vouloir, pas plus qu'on n'en veut à un sourd de n'entendre pas ce qu'on lui dit?

Encore que, justement, je connais des tas de sales cons qui en veulent aux sourds de ne pas comprendre ce qu'on leur dit...

Petitagore
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2708
Date d'inscription : 29/11/2011
Age : 56
Localisation : Ile-de-France

http://triancey.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau courant, ça fonctionne comment ?

Message par krapopithèque le Mer 11 Sep - 8:41



c'est alternatif , bien sur !

krapopithèque
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2070
Date d'inscription : 24/06/2013
Age : 65
Localisation : sud

http://www.zebrascrossing.net/t11671-salutation-bonjour-kenavo-e

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau courant, ça fonctionne comment ?

Message par Mimozzz le Lun 30 Sep - 12:50

j'ai pu constater quelque chose de fort intéressant en cours de littérature l'autre jour. Ma prof est zèbre, on dirait que c'est noté en énorme et en rouge sur son front. Ca se répercute dans ses cours : pensée en arborescence, je comprends les liens qu'elle tisse, mais je suis la seule dans la classe à la comprendre. J'aime pas trop sa façon d'organiser ses cours du coup, car l'arborescence n'est vraiment pas un truc adapté au système scolaire : c'est très compliqué d'apprendre, de se focaliser sur une notion lorsque la prof s'étale et se met à partir très loin. En philo c'est autre chose : on part loin aussi, mais c'est moins dérangeant vu que c'est de la philo. Tandis qu'en litté, on doit étudier certaines notions à un moment précis T, et si on se met à tout mélanger c'est impossible à retenir. Bref, là c'est moi qui m'étale
Quoi qu'il en soit : les autres élèves se sont tous plaints de ne rien comprendre à ses cours tandis que j'en comprends la logique
Comme quoi : les arborescents ne comprennent pas les linéaires et réciproquement

Mimozzz
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 132
Date d'inscription : 17/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau courant, ça fonctionne comment ?

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 9:01


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum