Ce qu'en dit la psychanalyse...

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ce qu'en dit la psychanalyse...

Message par Angeal le Ven 11 Mai 2012 - 17:55

Yop !

Il est courant de mentionner la sur-intellectualisation chez la personne surdoué, ce qui je trouve n'est pas néfaste tant que cette personne se sent bien comme ça. Mais je suis récemment tombé sur un article de psychanalyse mentionnant Anna Freud disant que les adolescents peu importe qu'ils soient surdoué ou non avaient recours à la sur-intellectualisation, donc grands intérêts soudain pour la philosophie ou les débats politiques et la tendance à tout rationaliser. Donc vu comme mécanisme de défense contre la réalité. Je vois dans cette approche, quelque chose de plutôt péjoratif quand on parle de mécanisme de défense...pourquoi n'aurait-on pas le droit d'être passionné quelque soit l'âge ! On ne dit pas des politiciens ou des philosophes qu'ils font preuves de mécanisme de défense à ce que je sache ?! A vrai dire je ne comprend pas cet entêtement à vouloir mettre les adolescents dans des cases dès qu'un centre d'intérêt ou un comportement sort un peu de la normal....alors que quand cela touche l'adulte on en dit rien !

De plus dans mon entourage, voir dans mon lycée, je suis bien la seule à entreprendre des études de philosophie, je ne crois pas que ce soit si commun que ça aux adolescents...les généralisations psychanalytique sont douteuses de mon point de vue....

Je trouve que les psychanalystes sur-intellectualisent un peu trop à vrai dire Wink

Angeal
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 333
Date d'inscription : 31/12/2011
Age : 22
Localisation : En train de siroter un verre avec Satan.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'en dit la psychanalyse...

Message par Fata Morgana le Ven 11 Mai 2012 - 17:58

Même avis. Quand on voit comment ils se sont fait rabrouer sur l'autisme, on se dit qu'il y a encore du chemin à faire. On ne peut nier l'existence de l'inconscient, mais là où le bât blesse c'est je crois dans l'interprétation. Instinctivement, je me suis toujours méfié de la psychanalyse.
Et si les ados pensent autant, c'est peut-être parce que leur cerveau encore jeune peut se le permettre ! Jaloux ! Wink

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'en dit la psychanalyse...

Message par sandrabreizh le Ven 11 Mai 2012 - 18:04

Oui je suis tout à fait d'accord avec toi !Et ce d'autant plus qu'ils se sentent menacés par les TCC (thérapies comportementale et cognitive ).Quand on voit la réplique qu'ils ont faites au livre noir de la psychanalyse + la récente contreverse par rapport à l'autisme je suis de plus en plus dubitative sur leurs théories

sandrabreizh
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 175
Date d'inscription : 02/05/2012
Age : 39
Localisation : BZH

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'en dit la psychanalyse...

Message par Angeal le Ven 11 Mai 2012 - 18:40

Oui, le problème est que ces personnes sont un peu mégalo sur les bords à mon avis....trouver l'inconscient est une découverte prodigieuse je trouve mais pourquoi se prendre pour le maître du monde en voulant tout expliquer après, quitte à affabuler comme le démontre bien Michel Onfray dans "Apostille au crépuscule".

Angeal
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 333
Date d'inscription : 31/12/2011
Age : 22
Localisation : En train de siroter un verre avec Satan.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'en dit la psychanalyse...

Message par sandrabreizh le Ven 11 Mai 2012 - 20:49

Mégalo oui puissance 10 quand on voit qu'ils se remettent jamais en question et ne supporte pas que quelqu'un essaye de le faire c'est triste quand mêrme et ils refusent également de prendre en compte les progrès de la science et de la médecine (et donc de l'integrer à leurs pratiques )donc leur pratique devient poussièreuse quand même !Et pour clore je dirais que les plus grands névrosés que j'ai connu étaient des psychologues (et non pas des psychiatres qui eux m'ont l'air de moins se torturer ou triturer les méninges )

sandrabreizh
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 175
Date d'inscription : 02/05/2012
Age : 39
Localisation : BZH

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'en dit la psychanalyse...

Message par Wise le Ven 11 Mai 2012 - 23:59

Je vous conseille de vous renseigner sur Freud. ce qu'il a fait vraiment.
ce n'est pas parce que quelqu'un a réussi à se faire un nom dans l'histoire et est connu, qu'il est crédible et compétent.

ce n'est qu'un type qui a écrit des livres et formé une secte pour en faire un buisness.

pour moi il restera dans l'histoire comme un des plus grands escrocs.

je trouve scandaleux que Freud fasse toujours parti de l'enseignement obligatoire en fac de psycho.

Wise
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2149
Date d'inscription : 18/02/2010
Age : 30
Localisation : au soleil .G (30)

http://deltarc.blog4ever.com/photos/2016-univers

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'en dit la psychanalyse...

Message par Angeal le Sam 12 Mai 2012 - 8:19

Les français sont les seuls à s'accrocher à la psychanalyse freudienne comme un noyé à sa bouée...

Le plus surprenant est qu'Adler ou Reich sont très peu voir nullement mentionner dans les cours au lycée par exemple, peut -être même en faculté de psychologie, alors que leur pensée qui diffère de Freud sont beaucoup plus convaincante ! Mais bon la psychanalyse n'est pas une science et de ce fait est difficilement vérifiable par preuves, à partir de là....pseudo-science et charlatanisme se côtoient de très prêt !

Angeal
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 333
Date d'inscription : 31/12/2011
Age : 22
Localisation : En train de siroter un verre avec Satan.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'en dit la psychanalyse...

Message par Bonkers le Sam 9 Juin 2012 - 3:23

Oui, la psychanalyse ne se base pas sur des affirmations réfutables, donc elle n'a rien d'une science. C'est une croyance, comme le feng shui, ou l'acupuncture.
Maintenant, l'idée que la sur-intellectualisation serait un mécanisme de défense, je me demande s'il n'y a pas un fond de vérité là-dedans.
Quand ça va bien dans ma vie, d'un coup je m'arrête de penser à plein de choses. Mon esprit se libère de plein de soucis et réflexions qui semblaient essentiels auparavant. C'est dur à observer, parce que les moments où ça va bien dans ma vie c'est rare. Néanmoins, c'est une piste que je compte explorer...

Bonkers
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 244
Date d'inscription : 04/08/2011
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'en dit la psychanalyse...

Message par fleurdesel le Lun 11 Juin 2012 - 2:44

Je n'ai pas lu Anna Freud pour commenter la phrase sortie du contexte : il faudrait voir si un "toujours" est sous entendu dedans. La sur intellectuallisation peut être une défense, oui, mais tout le temps surement que non, et certainement pas à l'adolescence.
En effet, à l'adolescence, notre cerveau connait sa 2è grande phase de neuro plasticité (la 1ère étant entre 2 et 3 ans, cf http://www.amazon.fr/%C3%A9tonnants-pouvoirs-transformation-cerveau-neuroplasticit%C3%A9/dp/2266188232/ref=cm_cr_pr_product_top), ca me paraît beaucoup plus crédible comme cause de sur-intellectuallisation :p

fleurdesel
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 576
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 37
Localisation : Aquitaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'en dit la psychanalyse...

Message par Invité le Lun 11 Juin 2012 - 6:10

Angeal a écrit:Anna Freud disant que les adolescents peu importe qu'ils soient surdoué ou non avaient recours à la sur-intellectualisation, donc grands intérêts soudain pour la philosophie ou les débats politiques et la tendance à tout rationaliser. Donc vu comme mécanisme de défense contre la réalité. Je vois dans cette approche, quelque chose de plutôt péjoratif quand on parle de mécanisme de défense...pourquoi n'aurait-on pas le droit d'être passionné quelque soit l'âge ! On ne dit pas des politiciens ou des philosophes qu'ils font preuves de mécanisme de défense à ce que je sache ?! A vrai dire je ne comprend pas cet entêtement à vouloir mettre les adolescents dans des cases dès qu'un centre d'intérêt ou un comportement sort un peu de la normal....alors que quand cela touche l'adulte on en dit rien !
Cela décrit pourtant bien mon passage par l'adolescence. Une sorte de mise en cause du monde m'entourant, une intellectualisation critique, passionnée, déprimée...Une période centrée sur moi et rejetant l'extérieur à la manière d'un Descartes se séparant de tout ce qu'il croyait savoir pour le mettre à l'épreuve du doute.
N'est-ce pas là un mécanisme de défense de son individualité ? Un examen de l'extérieur, une projection de soi sur le monde, avant d'avancer dans l'existence et de s'y "fondre".

Je me souviens comme à l'époque j'étais pénétrée par l'idée d'être sur la case départ, un tout petit ilot, ne sachant pas dans quelle direction aller et ayant l'impression d'un monde de sables mouvants. J'avais peur que l'extérieur me corrompe, change mon essence, ma nature et ma liberté d'être.

Etre philosophe ou politique est a priori par contre une véritable vocation, un choix de vie et beaucoup de travail. Evidemment, les philosophes et les politiques ont eu également une adolescence sans doute composée de philosophie et de politique mais la différence c'est que ça leur était chevillé au corps et non un passage de "crise".

J'étais vraiment une ado "classique" dans toute sa splendeur ! Entre la philosophie et ses questions existentielles, le syndicalisme étudiant, les bonnes oeuvres, la politique, les voyages en car et en train toute seule avec mon gros sac à dos, mes incursions dans les conférences parisiennes, ma vie sexuelle -hum- instable... What a Face

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'en dit la psychanalyse...

Message par Angeal le Lun 11 Juin 2012 - 7:53

Cherokee a écrit:
Cela décrit pourtant bien mon passage par l'adolescence. Une sorte de mise en cause du monde m'entourant, une intellectualisation critique, passionnée, déprimée...Une période centrée sur moi et rejetant l'extérieur à la manière d'un Descartes se séparant de tout ce qu'il croyait savoir pour le mettre à l'épreuve du doute.
N'est-ce pas là un mécanisme de défense de son individualité ? Un examen de l'extérieur, une projection de soi sur le monde, avant d'avancer dans l'existence et de s'y "fondre".

Je me souviens comme à l'époque j'étais pénétrée par l'idée d'être sur la case départ, un tout petit ilot, ne sachant pas dans quelle direction aller et ayant l'impression d'un monde de sables mouvants. J'avais peur que l'extérieur me corrompe, change mon essence, ma nature et ma liberté d'être.

Il est vrai que je ressent aussi tout cela mais ce n'est pas comme si pour moi c'était totalement nouveau...j'ai à mon sens toujours eu recours à l'intellectualisation. J'ai toujours était d'une introversion qui faisait que les gens s'interrogeaient bien sur ce que je pouvais penser tellement je communiquais peu. Mais après c'est vrai que la peur de "l'avenir" quand on débute dans la vie adulte forcément je la ressent, mais comme toute personne confronté à un avenir incertain. Le quarantenaire au chômage sera tout aussi inquiet. Je n'ai pour ma part pas non plus envie que l'extérieur me corrompe en effet, je me qualifie d'être libre mais encore une fois ça ne date pas de mon adolescence.

Cherokee a écrit:
Etre philosophe ou politique est a priori par contre une véritable vocation, un choix de vie et beaucoup de travail. Evidemment, les philosophes et les politiques ont eu également une adolescence sans doute composée de philosophie et de politique mais la différence c'est que ça leur était chevillé au corps et non un passage de "crise".

J'étais vraiment une ado "classique" dans toute sa splendeur ! Entre la philosophie et ses questions existentielles, le syndicalisme étudiant, les bonnes oeuvres, la politique, les voyages en car et en train toute seule avec mon gros sac à dos, mes incursions dans les conférences parisiennes, ma vie sexuelle -hum- instable... What a Face

Voilà, justement j'entame des études de philosophie car je ne me voit de toute manière nul part ailleurs. Je me suis toujours plus ou moins sentie philosophe dans l'âme à questionner le monde, bien évidemment les débouchés sont incertaines mais je crois que je ne désire pas vraiment faire de la philosophie un métier (si ce n'est de la recherche) mais du genre la philosophie en entreprise ou autre bwah jamais ! Allié philosophie et entreprise libérale c'est une honte...Pour moi c'est un apprentissage de la vie, un cheminement long et ce ne peut-être utilisé à titre de profit uniquement pour les besoins vitaux. Donc au pire un métier peu rémunéré mais surtout pas en entreprise ! Dans le manuel d'Epictète il est de toute manière bien stipulé que le philosophe ne doit pas recherché honneur et profit. J'ai toujours cherché à me débarasser de cette matérialité corruptrice où si les honneurs arrivent il faut les prendre comme ils sont mais ne pas chercher à en avoir plus.

Enfin bref je divague.....contrairement à ce que tu as été je ne me considère pas comme "une ado classique" , la politique je l'observe de loin, je ne prétend pas pouvoir changer les choses avec une ou deux manifs, ça ne m'intéresse guère de toute manière je préfère observer les hommes se prendrent la tête sur des sujets sur-lesquels ils ne seront jamais en accord tel le Zarathoustra sur ça montagne Cool (je plaisante) Je ne fais PAS de soirée non plus, pas faute d'y avoir été invité mais bon les ados qui parlent sexe, boulot, alcool etc...moui...ça va deux secondes. Par contre courrir aux conférences j'aime bien Smile Faire des heures de marchent en montagne, j'y vais avec une amie deux semaines, 8h de marche par jour dans les Alpes Very Happy Etre au chaud chez soi avec un chocolat chaud et écouter du classique en regardant les étoiles ^^ Lire un bon livre, tout cela dans un calme solitaire. Enfin bref, oui parfois j'ai l'impression d'avoir atteint 60 ans...ce qui ne m'empêche pas de jouer avec des enfants et de retomber à l'âge de 7 ans Smile

Donc tout cela pour redire que mettre tous le monde dans cette case est une normalisation attristante...

Angeal
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 333
Date d'inscription : 31/12/2011
Age : 22
Localisation : En train de siroter un verre avec Satan.

Revenir en haut Aller en bas

Pour la psychanalyse

Message par EB le Mar 18 Mar 2014 - 14:24

.


Dernière édition par EB le Sam 22 Mar 2014 - 18:10, édité 1 fois

EB
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 6
Date d'inscription : 17/03/2014
Age : 57
Localisation : PARIS

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'en dit la psychanalyse...

Message par Invité le Ven 21 Mar 2014 - 10:38

.


Dernière édition par Anne O'nyme le Lun 22 Sep 2014 - 16:20, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'en dit la psychanalyse...

Message par loupiotte le Ven 21 Mar 2014 - 12:22

What a Face


Dernière édition par loupiotte le Dim 27 Sep 2015 - 22:13, édité 1 fois

loupiotte
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 78
Date d'inscription : 28/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'en dit la psychanalyse...

Message par EB le Ven 21 Mar 2014 - 13:45

.


Dernière édition par EB le Sam 22 Mar 2014 - 18:11, édité 1 fois

EB
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 6
Date d'inscription : 17/03/2014
Age : 57
Localisation : PARIS

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'en dit la psychanalyse...

Message par Niobée le Ven 21 Mar 2014 - 22:26

Ça alors, un psychanalyste sur un forum de surdoués !? J'ai cru que cela n'arriverait jamais, ni ici, ni à Mensa !

J'ai des doutes sur le fait qu'il puisse y avoir débat car peu de personnes "anti-psychanalyse" ne veulent finalement vraiment en discuter. On en reste généralement aux arguments hyper-rationnels et cela s’essouffle ensuite très vite (enfin, cela s'arrête net à chaque fois). En tout cas, c'est l'impression que j'en ai, et ce n'est pas faute d'avoir essayer, sous différentes formes, alors peut-être pas les meilleures, je ne sais pas.

Pour les lieux communs, peut-être s'agit-il de ceux que l'on peut trouver dans "Le livre noir de la psychanalyse" et "Le crépuscule d'une idole" et que l'on entend désormais dans chaque argumentaire anti-psychanalyse, sans signe de dépassement personnel de l'argument ?

Niobée
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 154
Date d'inscription : 19/01/2014
Localisation : Le Logos

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'en dit la psychanalyse...

Message par EB le Sam 22 Mar 2014 - 9:28

.


Dernière édition par EB le Sam 22 Mar 2014 - 18:11, édité 1 fois

EB
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 6
Date d'inscription : 17/03/2014
Age : 57
Localisation : PARIS

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'en dit la psychanalyse...

Message par meï le Sam 22 Mar 2014 - 9:33

bonjour
j'ai juste envie de dire....
avant je ne connaissais pas la psychanalyse.
m'en fichais...avant de totue façon je ne me savais pas surdouée, encore moins autiste asperger.

depuis des années j'ai appris a naviguer, dans le monde de la douance, puis dans celui de 'lautisme, des troubles associés, etc.
j'ai appris  entendre et comprendre différentes positions, experiences, etc.
comme pou tout dans ce monde, tout est d'abord souvent question de rencontre et de personne.
perso par ex....une des personnes qui m'a le plus aidé est psychanalyste!! (et oui.) pourtant dans sa prise en charge, pas de freud ni de lacan..mais une super écoute, aide à la prise de conscience, etc...alors là je dis oui.

mais dans le cas de si nombreux enfants, autistes par exemple....je n'ai rien contre le fait de vouloir essayer la psychanalyse, pour soi, quand on sait pourquoi, quand on veut tenter, etc.pourquoi pas evidemment
mais pourquoi l'imposer comme "soin" a des enfants autistes qui eux n'ont absolument pas la possibilité d'investir leur therapie?(en tout cas pas comme ça?)
pourquoi ensuite venir encore et encore en 2014 apposer des idées dépassées (et aujourd'hui reconnues comme telles, avec les neuroscioences) sur la relation mère enfant, etc? combien de familles ds ma quête j'ai rencontrée, avec des parcours afreux,  brisées à cause en partie de la psychanalyse, comment rester ensuite neutre, comment dire "bah pourquoi pas"?
pour de adultes consentants, bien sur, mais pas pour de enfants autistes pour qui on le sait la psychanalyse habituelle n'apporte rien!!

et ce sujet me tient à coeur, j'ai d'autres arguments, bien  sur , (je n'ai même aps lu les bouquins anti psychanalyse) mais franchement j'ai du mal avec la complaintes des pauvres persecutés quand on constate les milliers de familles brisées et humiliées par la psychanalyse en France.
il doit surement y avoir des personnes biens, des psychanalystes qui esaient d'aider.
mais dans le lot, combien de vieux monsieurs accrochés désesperement à leur dogme et aveugles aujorud'hui aux nouveautés scientifiques, et mee parfois (j'en ai rencontrés) de très mauvaise foie, mauvais perdants, qui font énormément de mal aux familles?
alors zut...

edit c'est une vraie question!..je veux bien en discuter et échanger la dessus, car c'est très important justement!!!.que peut apporter et comment, la psychanalyse aujourd'hui aux enfants autistes? et pourquoi ne veut on pas dans ce milieu (le plus souvent) aborder les choses de manière rationnelle, en accord avec la science, peut être?

meï
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1247
Date d'inscription : 26/07/2009
Age : 43
Localisation : à l'Ouest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'en dit la psychanalyse...

Message par EB le Sam 22 Mar 2014 - 13:30

.


Dernière édition par EB le Sam 22 Mar 2014 - 18:12, édité 1 fois

EB
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 6
Date d'inscription : 17/03/2014
Age : 57
Localisation : PARIS

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'en dit la psychanalyse...

Message par EB le Sam 22 Mar 2014 - 13:31

.


Dernière édition par EB le Sam 22 Mar 2014 - 18:13, édité 1 fois

EB
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 6
Date d'inscription : 17/03/2014
Age : 57
Localisation : PARIS

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'en dit la psychanalyse...

Message par meï le Sam 22 Mar 2014 - 15:31

EB a écrit:
J'espère que je ne suis pas un pauvre persécuté. Mais je ne me positionne pas comme tel. Je ne m'occupe pas d'enfants, ni d'autistes. Vous n'avez absolument aucune idée de ce que je peux en penser ou en dire, donc j'ai plutôt l'impression que vous vous adressez à moi (et non à la cantonade) comme représentant de la psychanalyse, or je viens d'expliquer en long, large et travers, que je ne souhaitais pas en répondre, que ça ne m'intéresse pas d'avoir à défendre, et plus encore dans des domaines qui ne me concernent pas et ne m'intéressent pas. Je comprends, par ailleurs, que vous y soyez, vous, intéressée, accrochée, etc. Mais je ne suis sans doute pas le bon interlocuteur sur ces sujets.

et?....
qui a dit que je m'adressais à vous? Shocked 

EB a écrit:
Le moins que l'on puisse dire, c'est que je ne me reconnais pas dans votre description, et que je n'y reconnais pas non plus les personnes avec qui je travaille, en séminaires, cartels et autres. Ceux qui pourraient ressembler à ça, je les fuis. La dernière fois que j'en ai rencontré un, c'était un jour où je faisais une conférence, il causait juste après moi. Ce monsieur était patron d'un CMPP. Il avait une seule réponse à la bouche : le médicament. La Ritaline, je crois. Son interrogation principale était de savoir s'il fallait mettre sous Ritaline ou pas.
Avant, j'avais parlé pendant à peu près une heure d'écoute et de désir. Il venait, avec son médicament, comme pour éteindre ou nier le désir (la pulsion de vie). Avec ce monsieur, aucun débat, aucune discussion n'a été possible. Il m'a ignoré tout du long. C'était très impressionnant, cette ignorance, cette redoutable incapacité à parler avec un autre, et à entendre.
Personnellement je ne pensais pas que ça pouvait exister encore. J'ai tendu quelques perches : même si l'on n'est pas d'accord, ça n'interdit pas de parler, du moment que l'on est capable d'entendre ce que dit l'autre. Il faut se rendre à l'évidence, c'est très rare. Ce qui m'a amusé, à la fin, c'est que la salle l'a ignoré, lui, le vieux ponte, pour s'intéresser à ce que je disais, moi. Cela étant je ne suis pas intervenu sur la question des enfants, surdoués, hyperactifs ou autres.

et bien.je vais vous décevoir, mais ce sont bien les types de personnes qui sont encore et toujours les plus présents au sein des cmp, des centres publics de soins, et que la plupart de familles en difficulté ont donc obligation de rencontrer. Ce sont eux, qui "ont le pouvoir" sur la prise en charge de la plupart des enfants en France aujourd'hui, avec autisme, avec troubles.
peut être que si vous aviez eu dans vitre parcours propre, un enfant autiste ou autre, vous auriez une autre vision des choses.


EB a écrit:
Peut-être que vous suivez mon raisonnement ?
"Peut être", oui.... 

si c'est un concours du plus malin,(ou du plus gros QI) ca ne m'interesse pas.

meï
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1247
Date d'inscription : 26/07/2009
Age : 43
Localisation : à l'Ouest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'en dit la psychanalyse...

Message par EB le Sam 22 Mar 2014 - 16:05

.


Dernière édition par EB le Sam 22 Mar 2014 - 18:09, édité 1 fois

EB
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 6
Date d'inscription : 17/03/2014
Age : 57
Localisation : PARIS

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'en dit la psychanalyse...

Message par Niobée le Sam 22 Mar 2014 - 16:30

EB a écrit:Mais par exemple, vous, Niobée, quel métier faites-vous ? Quelle passion avez-vous ? Que penseriez-vous si, en vous présentant, je mettais en doute la validité de ce que vous faites et de qui vous êtes ? C'est juste pénible, non ? Je pense que c'est valable pour chacun d'entre nous.
C'est vous, sur la photographie ? Ou bien est-ce la photographie d'un mannequin qui n'a rien à voir avec vous (n'y connaissant rien en mannequins ou célébrités, je ne connais pas le modèle).

Et vous, quels signifiants voudriez-vous mettre derrière cette photographie ? Quelles intentions ? Sinon, à quoi bon poser ces questions ?


EB a écrit:Si je décrypte et analyse votre réponse, je la trouve pernicieuse, puisque vous semblez tout d'abord être ouverte à l'échange, tout en regrettant qu'il ne puisse avoir lieu, et qu'ensuite vous jetez vos deux gros pavés dans la mare, comme s'il y avait à en répondre. Vous croyez que ces gens disent la vérité ? Vraiment ? Vous croyez qu'il y a une vérité ?

Vous, on peut dire que vous savez mettre les pieds dans le plat !


EB a écrit:Pour ce qui concerne psychanalyse et surdoué :
moniquedekermadec.com

Peut-être n'est-elle pas psychanalyste ? Ou qu'elle ne connaît rien aux surdoués ? Pourtant elle est membre de l'APF. Alors je ne comprends pas bien votre première remarque. Ou bien vous ne la connaissez pas.

Oui, vous n'avez rien compris... et votre tendance à faire des inférences foireuses me fatigue déjà. C'est dommage. Destressez-vous, personne ne va vous manger ici.

Niobée
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 154
Date d'inscription : 19/01/2014
Localisation : Le Logos

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'en dit la psychanalyse...

Message par Niobée le Dim 23 Mar 2014 - 7:42

Et ben ! Il est déjà reparti après avoir tout interprété de travers. Le voila le travers de nombreux psy obnubilés par le fait de "croire savoir" que leur confère ces 3 lettres et qui a le don de m'exaspérer. Démonstration nette et sans bavure. C'est bien dommage, il avait surement beaucoup de choses intéressantes à dire.


La réalité :




Ce qu'un psy voit :




Ce qu'un surdoué voit :




Ce qu'un "normopensant" voit :




Ce que le psy a vu :




Ce que le surdoué a vu :




Ce que le "normopensant" a vu :


Niobée
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 154
Date d'inscription : 19/01/2014
Localisation : Le Logos

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'en dit la psychanalyse...

Message par meï le Dim 23 Mar 2014 - 12:54

ça va au dela de l'incompréhension de l'écrit...
en quelques phrases, bcp de "reformulation"et de "retournure" d'esprit..ca sent la manipulation, et ca me fait très peur.(surtout si ce métier est d'aider les autres!
Le coté "je te retourne la politesse mais t'as vu t'a vu ce que tu as dis là? et là? oulala t'es méchant toi! ?" j'ai connu, merci...c'est ravageur. Evil or Very Mad 
brrrrrrrr.

meï
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1247
Date d'inscription : 26/07/2009
Age : 43
Localisation : à l'Ouest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qu'en dit la psychanalyse...

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:25


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum