les surdoués qui réussissent vraiment? les vrais surdoués c'est elles ?

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

les surdoués qui réussissent vraiment? les vrais surdoués c'est elles ? - Page 2 Empty Re: les surdoués qui réussissent vraiment? les vrais surdoués c'est elles ?

Message par Invité le Dim 20 Mai 2012 - 7:48

"Leur insertion sociale est difficile et souvent originale. Les plus brillants d'entre eux ont une sensation forte de marginalité, ou du moins le sentiment d'être différents des autres. Leur vie professionnelle présente une régression par rapport au statut professionnel global de leurs parents, et une modestie nette par rapport à ce à quoi ils auraient pu prétendre compte tenu de leurs dispositions intellectuelles. Les professions précaires ou peu courantes sont privilégiées. Ils semblent de plus être porteurs de valeurs qui les particularisent : pas de recherche de l'argent ni de la réussite sociale en général, valorisation par contre de la solitude, du temps libre, des loisirs, du retour à la nature et évitement de la routine et des contraintes hiérarchiques."
Le complexe de l'Albatros


Pas de recherche de l'argent, ni de réussite sociale
Solitude, temps libre, retour à la nature...
Oui?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

les surdoués qui réussissent vraiment? les vrais surdoués c'est elles ? - Page 2 Empty Re: les surdoués qui réussissent vraiment? les vrais surdoués c'est elles ?

Message par Invité le Dim 20 Mai 2012 - 10:57

Je ne suis pas "brillant". Par contre thqi testé. Et ce paragraphe me parle énormément...
En tout cas, question métier rare, sans recherche de l'argent ni de la réussite sociale, retour à la nature et évitement de la routine, ça va. Laughing

les chevilles aussi, oui oui Embarassed

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

les surdoués qui réussissent vraiment? les vrais surdoués c'est elles ? - Page 2 Empty Re: les surdoués qui réussissent vraiment? les vrais surdoués c'est elles ?

Message par Mairon le Ven 24 Aoû 2012 - 2:59

j'ai l'impression qu'être premier deprom et être surdoué ne sont pas compatibles, chose étrange quand même

Non, c'est compatible.
Le problème est sans doute que tu restreins l'amplitude de la qualification du "surdoué" : il y a une grande diversité ! Wink

ptet que la plupart de mes brillants camarades sont des surdoués finalement... qui ne se posent pas de questions mais réussissent brillamment à l'école.( désolé, pour moi c'est pas ça être surdoué)

Même remarque.

le QI des universitaires était plus élevé que la moyenne et que le QI augmentait avec le nombre d'années d'études; sans savoir si cela était du aux études ou à la population ... Alors qu'en pensez vous? les surdoués ont-ils tendance à faire de longues études? ou ce snt les longues études qui rendent plus intelligent?

Les longues études ne peuvent pas changer un mode de fonctionnement profond, ni les capacités intellectuelles proprement dites. Tu acquières des méthodes, des savoirs, des automatismes, des habitudes, et plein de choses, qui peuvent permettre d'utiliser à plein escient tes capacités, ce qui peut revenir à les "augmenter" en quelque sorte, mais tu vas finir par arriver à la limite à un moment ou à un autre (à part si tu fais partie de très rares élus...). A part en ayant une plasticité cérébrale plus importante, ou en subissant une modification ou une altération (les fameux cas d'accidents touchant le cerveau), un changement majeur n'est pas vraiment possible (à part du côté opposé de la courbe, ça oui, il est très facile de baisser ses capacités intellectuelles, voire de devenir un légume, en consommant des substances etc.).

Plus on avance dans les études (dans le cadre des disciplines universitaires académiques, sciences "dures" et sciences humaines surtout, pour le reste c'est plus ou moins différent), plus il est nécessaire d'avoir déjà des capacités intellectuelles importantes à la base. Si tes capacités sont seulement "normales" statistiquement, même si tu es un grand travailleur, un doctorat dans les matières et sur des problématiques les plus exigents, n'est pas accessible. Avec plus ou moins de travail selon les capacités à la base, dans un bon environnement, pas mal de monde peut réussir la licence et le master, mais pour dépasser certains paliers de notes, il faut avoir quelque chose de plus que le travail (dans lequel j'inclue la méthode)... C'est la douance, au sens propre, et lorsque l'on arrive dans ces terrains là elle est assez évidente. Wink

La différence entre le surdoué et le non-surdoué, c'est que les choses peuvent être plus simples, plus naturelles, pour lui, jusqu'à un certain point (qui recule plus il est "surdoué") : moins ou pas besoin de faire effort, pas vraiment besoin de travailler, ce qui veut dire qu'il peut être très bon ou exceller sans effort, voire dominer s'il va au-delà en travaillant en plus (s'il peut avoir 16 sans effort, alors il peut avoir 18 ou plus en en faisant, par exemple). Je le distingue alors de ma conception de la figure du "brillant bosseur" "normal", qui peut lui aussi être "plus intelligent", mais n'a pas vraiment la capacité sus-mentionnée : il la remplace par un gros travail, ou des capacités un peu différentes de celles du surdoué que j'ai présenté. Mais peut-être est-ce un cas de surdouance parmi d'autres ; en tout cas, il y a quand même une validité dans la différenciation de ces deux catégories. J'ai le fonctionnement du premier cas, et c'est pourquoi je réponds que je ne mérite pas certaines de mes notes quand on m'en félicite, parce que je n'ai pas vraiment travaillé, pas fait effort, pour les obtenir ; le "brillant bosseur", lui, a davantage de mérite, et doit davantage sa réussite à l'effort que moi.
[En fait c'est plus compliqué : je considère qu'à partir du moment où on dépasse en quelque sorte ses capacités naturelles à travailler sans effort, on devient un bosseur, et potentiellement un "brillant bosseur." J'en ai parlé dans le sujet sur les THQI.]

Quant aux universitaires, c'est normal qu'ils aient une intelligence plus élevée que la moyenne Wink , pas besoin même d'expliquer.

ça voudrait dire que les grands de ce monde- les gens qui nous dirigent- sont pour la plupart des HQI

En politique, c'est loin d'être toujours vrai. En ce qui concerne la communauté scientifique/savante/universitaire, c'est le cas, bien entendu.

J'ai deux hypotheses pour expliquer la difference entre les haut QI qui souffrent socialement et ceux qui reussissent.

Une troisième hypothèse : le lien entre QI et douance n'est pas exactement révélateur de la réalité, tel qu'on le considère généralement à l'heure actuelle... Ce qui renvoie à de profondes questions à avoir sur les rapports entre quantitatif et qualitatif, sur les différences de fonctionnement cognitif... Imaginer plusieurs courbes (par rapport peut-être à des grandes types de fonctionnement repérés) plutôt qu'une seule ?

plus le QI est élévé et plus on se sent en décalage avec l'école non

L'élève peut aussi avoir une faculté d'adaptation assez bonne, ou peut essayer de l'apprendre, ou de tolérer, sans forcément décrocher. Le contexte est vraiment l'une des données fondamentales, aussi.

On peut avoir un petit QI et être porté par des rêves grandioses, par des passions, par une cohérence interne... C'est ça la différence entre un surdoué et un créateur.

Le surdoué peut être créateur, non ? Wink
Je ne vais pas m'arrêter sur le QI, mais sur la question des capacités et du travail, en ce qui concerne la réalisation de ces "rêves grandioses" justement : quid lorsque les capacités ne sont pas réunies, et lorsque même un travail acharné ne parvient pas à bout ? Tout le monde peut avoir des grands rêves, mais il est différent par exemple de rêver d'écrire une oeuvre importante, et de l'écrire Wink .


Dernière édition par Mairon le Ven 24 Aoû 2012 - 18:42, édité 1 fois
Mairon
Mairon

Messages : 231
Date d'inscription : 20/08/2012
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

les surdoués qui réussissent vraiment? les vrais surdoués c'est elles ? - Page 2 Empty Re: les surdoués qui réussissent vraiment? les vrais surdoués c'est elles ?

Message par Doinel le Ven 24 Aoû 2012 - 18:01


Je ne suis pas sur d'avoir grand chose d'intéressant à ajouter, mais bon.

Je pense qu'il existe des premiers de la classe non surdoués, et même statistiquement dans au moins une classe sur deux, celles qui ne comprennent pas de surdoués.

Pour réussir dans la vie il vaut mieux savoir gérer son affectivité et sa relation aux autres, même si ce n'est pas toujours nécessaire. C'est un frein pour beaucoup de surdoués. Et cela ne se réduit pas à un profil MBTI, on est plutôt dans le domaine de l'intelligence émotionnelle.

Une hypothèse sur l'adaptation potentiellement plus forte des surdouées féminines, du moins dans leur scolarité: la sensibilité et l'émotivité sont des "valeurs" féminines, plus facilement acceptées chez les filles que les garçons. Leur sentiment de décalage sera pendant au moins un temps moins difficile à vivre. Par contre, ces "valeurs" risquent de les cantonner plus tard dans le cliché féminin ou de générer des bombes à retardement dans l'univers professionnel.

Doinel
Doinel

Messages : 1297
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 53
Localisation : Rouen

http://laboitedalphonsed.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

les surdoués qui réussissent vraiment? les vrais surdoués c'est elles ? - Page 2 Empty Re: les surdoués qui réussissent vraiment? les vrais surdoués c'est elles ?

Message par Harpo le Ven 24 Aoû 2012 - 20:18

La réussite sociale, c'est un peu comme le bonheur, on peut disserter longtemps pour en trouver une définition précise et qui convienne à tout le monde. Celle dont semble parler Erebos est un peu un cliché non ? Un bon métier, du fric, une belle maison, une belle bagnole, une belle femme (pour les hommes). Ce cliché là, il existe, mais peut aussi coïncider avec une impasse pour son heureux "winner".

J'aime bien par contre la grille des profils MBTI, à condition de la relativiser. C'est effectivement une pseudo-science, et il me semble qu'un homme peut voir son profil évoluer tout au long de sa vie, certes pas entièrement, mais sur une ou deux lettres...

Pour moi, la vraie condition de réussite (et il reste encore à définir ce que l'on entend vraiment par là), c'est la capacité d'un zèbre à se débarrasser de tout l'arsenal qu'il se fabrique lui même pour arriver à vivre sa différence. Elle passe donc par le développement personnel, le plus tôt possible. Donc, par sa rapide compréhension de ce qu'il est (pronostic précoce), et par la qualité de son environnement. Il est indéniable que cela devrait être plus facile au sein d'une famille CSP+, mais cela reste encore à prouver.

Le vrai problème, me semble t-il, réside moins dans le profil psychologique du zèbre que dans l'inadéquation du système actuel à reconnaitre et à encadrer son développement. Je ne vois pas en quoi un INFP qui comprendrait rapidement que son bonheur passe par la création artistique ne pourrait pas en vivre, et y réussir, à partir du moment où il s'en donne les moyens, et que bien sur il a les moyens de se les donner...
Harpo
Harpo

Messages : 5770
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 57
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

les surdoués qui réussissent vraiment? les vrais surdoués c'est elles ? - Page 2 Empty Re: les surdoués qui réussissent vraiment? les vrais surdoués c'est elles ?

Message par Doinel le Ven 24 Aoû 2012 - 20:46


Harpo, intéressant ta réflexion sur l'évolution du profil MBTI au cours de la vie.

Je suis selon les jours (et mon interprétation selon un contexte privé ou professionnel) INFP ou INTP. Et je suis sur qu'il y a quelques années je serais apparu comme un INTJ.
Doinel
Doinel

Messages : 1297
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 53
Localisation : Rouen

http://laboitedalphonsed.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

les surdoués qui réussissent vraiment? les vrais surdoués c'est elles ? - Page 2 Empty Re: les surdoués qui réussissent vraiment? les vrais surdoués c'est elles ?

Message par Drixme le Mar 12 Mai 2015 - 20:58

Je me permets de déterrer ce post malgré les années..

J ai l impression qu il reflète bien le public de cette "communauté" de " zèbres" sur ZC..

Je me pose beaucoup de question sur moi même depuis ma fraîche découverte et cherchais donc des "congénères"..

Après seulement quelques semaines, je suis choqué des propos de certains !!!

Pour vous c est quoi la définition d un zèbre, d un surdoué et d un HAÏ ??

Je suis largué là.. On est pas sur surdoués crossing, si ?!

J ajouterais qu' il existe une énorme différence entre un zèbre et un surdoué..

Un premier de la classe n est pas par défaut un surdoué !! Il y a même beaucoup plus de chance que ce soit un Brillant Bosseur..
Un Brillant Bosseur n est pas un zèbre ! Et c est sans conditions, c est une vérité générale..
Je ne comprends vraiment pas que la majorité des posts ont l air d avoir étés postés par des non zèbres - peu être je me trompe mais bon -, voir par des PN..

Rien qu ici, j ai l impression de lire des discours de BB se donnant l illusion d etre surdoué..

Je suis le seul à penser autrement ??

Comment peut on se penser zèbre et penser que la réussite dans la vie est une réussite professionnelle, matérielle et financière ??
Mon décalage à la "normalité" doit il être le même sur ce forum ?! J espérais que non, je suis dégoûté de ce que j y vois..ma singularité direz vous - excusez moi !

Drixme
Drixme

Messages : 70
Date d'inscription : 26/04/2015
Age : 37
Localisation : Chelles

Revenir en haut Aller en bas

les surdoués qui réussissent vraiment? les vrais surdoués c'est elles ? - Page 2 Empty Re: les surdoués qui réussissent vraiment? les vrais surdoués c'est elles ?

Message par Mairon le Jeu 2 Juin 2016 - 17:50

Je suppose que s'il y a une diversité de publics ici, c'est aussi parce que ce forum est fréquenté et actif. D'ailleurs, je vois mal pourquoi des gens non-zèbres, pour ainsi dire, ne pourraient pas trouver intéressant de venir discuter ici avec ceux qui se retrouvent dans les caractéristiques qu'ils attribuent à la zébritude.
En revanche, je continue de penser (et je pense que ton message peut le montrer en partie) que certaines distinctions in fine peu satisfaisantes n'arrangent pas l'affaire. Pour le dire grossièrement, il y a des gens qui peuvent se sentir "surdoués" et non pas zèbres et qui ne peuvent être qu'interloqués qu'on réduise la catégorie de la "surdouance" à celle de la "zébritude". Les différentes notions qui se chevauchent, en définitive, mais en laissant des interstices, produisent sans doute un panorama insatisfaisant. Je tire cette observation de ma lecture des témoignages et des avis, au fil du temps. Les catégories conceptuelles utilisées, surtout dans le discours commun dont la source légitime est issue des livres et des outils de grande vulgarisation et qui abreuve ensuite un espace de discussion comme ce site, sont loin d'être anodines et sont précisément révélatrices dès lors qu'on se penche sur la configuration du public qui s'intéresse aux thèmes dont nous parlons.

La notion de "brillant bosseur" me semble assez traîtresse. En somme, certains vont dire, finalement, que ceux qui réussissent dans les domaines des marqueurs d'intelligence les plus traditionnels sont forcément des "brillants bosseurs" alors que ce n'est pas ainsi que se passent les choses, selon moi. D'ailleurs, rien n'empêche d'être très bon scolairement, puis universitairement, puis dans son travail et ses diverses activités et poursuites intellectuelles, artistiques, etc., tout en ayant des besoins particuliers et en rencontrant des problèmes, hein. Pour sortir du réservoir un lieu commun, Rimbaud était aussi fort en thème latin (voire en composition latine, pour mieux dire, ce qui n'est pas la même chose).
Mairon
Mairon

Messages : 231
Date d'inscription : 20/08/2012
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum