Solitude...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Solitude...

Message par Invité le Jeu 19 Avr 2012 - 22:52

Intense.
Quel abandon !
Tout est noir et silencieux. Comme un enfant perdu dans la forêt... Pire ! la forêt, ça bruit. Non, abandonné dans une cave, et qui a froid et qui appelle.
N'avez-vous jamais fait ce cauchemar où vous appelez au secours de toutes vos forces et où le silence et les ténèbres sont si épaisses que vos cris s'étouffent en un filet de voix rauque ? Où vous allumez les lampes, mais elles grillent aussitôt ou bien n'éclairent pas plus loin que leur pied ?
Seul. Voulant parler, mais déjà assuré de l'incompréhension absolue. Cherchant des voix, des présences rassurantes, incapable de se rassurer par soi-même... Seul dans un appartement qui n'est pas vide et pourtant semble silencieux et noir.
On voudrait rassembler tous ses amis, mais on ne peut pas, il est déjà tard... Parler, bavarder même, se dissoudre dans quelque activité !
On ne peut pas !
Il n'y a même pas de Horla ! au moins, ça occuperait !

Non, c'est un puits...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude...

Message par Invité le Ven 20 Avr 2012 - 0:46

Concernant la solitude, je vais te donner mon point de vue malgré que je sois nouveau sur ce forum, tu l'apprivoises, tu l'as dompte et tu en fais ta meilleure compagne en tout cas c'est le choix que j'ai fais dans la vie au lieu de jouer une mascarade en société.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude...

Message par Aeline le Ven 20 Avr 2012 - 2:36

La solitude. Un grand vide qui s'ouvre en soi, un monstre griffu tapi derrière le foie ou la rate, et qui sort de temps en temps lorsque le moral nuageux et l'heure tardive le lui permettent, lacérant allègrement ce qui l'entoure.

Face à ce gouffre, le soi s’agrippe à la raison, en déchire quelques lambeaux, et finalement se met en boule, s'enroule sur lui-même jusqu'à n'offrir au monde qu'une surface lisse, un miroir sans tain. L'esseulé observe le monde derrière sa carapace, habité de rien, se gavant de savoir inutile.



Dernière édition par Aeline le Ven 20 Avr 2012 - 14:15, édité 1 fois

Aeline
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 56
Date d'inscription : 07/03/2012
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude...

Message par Invité le Ven 20 Avr 2012 - 3:00

Le soi s'agrippe a la raison comme tu le dis mais le soi représente ma personnalité, mon envie de vivre malgré mon décalage et ma simplicité mais surtout cette envie de connaitre ce bonheur et cette joie qui me fait défaut.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude...

Message par Invité le Ven 20 Avr 2012 - 3:04

Après c'est tellement poétique que ça laisse rêveur mais tu consumeras jamais le réel en écrivant ça

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude...

Message par Invité le Ven 20 Avr 2012 - 8:04

Horacle a écrit:Concernant la solitude, je vais te donner mon point de vue malgré que je sois nouveau sur ce forum, tu l'apprivoises, tu l'as dompte et tu en fais ta meilleure compagne en tout cas c'est le choix que j'ai fais dans la vie au lieu de jouer une mascarade en société.

Non, merci, faire style je suis seul et ça me va très bien, j'en suis las. (Surtout que je suis marié).
Je suis sorti du schéma d'exécration et de mépris de l'humanité que nécessite ce genre de démarche.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude...

Message par Invité le Ven 20 Avr 2012 - 9:00

Je trouve de plus assez surprenante ta réponse, je parle d'une situation de cauchemar qui provoque une souffrance intense et tu me réponds que je n'ai qu'à l'apprivoiser... M'en contenter...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude...

Message par WildZ le Ven 20 Avr 2012 - 10:08

Bonjour Fusain,
Moi aussi j'ai eu très peur de la solitude, mais pour moi c'était une pièce toute blanche et sans vraiment de limites. Et completement vide, sans limite entre le sol le plafond et les murs. Le grand vide, et l'impression de se diluer dans le vide, de s'y perdre.
C'était une énorme angoisse jusqu'à très récemment.
Je t'envoie ce lien, en espérant qu'il peut t'apporter quelquechose comme ça l'a fait pour moi :
http://www.zebrascrossing.net/t4636-l-esprit-de-solitude-jacqueline-kelen?highlight=solitude

WildZ
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1347
Date d'inscription : 18/09/2011
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude...

Message par rv le Ven 20 Avr 2012 - 19:14

Ne pouvant aller vers le haut, j'ai continué de creuser, ça m'a isolé encore plus....

Mais...

http://www.zebrascrossing.net/t5356p20-fuir-toute-sa-vie


rv
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 284
Date d'inscription : 30/01/2012
Age : 40
Localisation : Orange

Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude...

Message par Invité le Ven 20 Avr 2012 - 19:59

ça m'aurait convenu il y a trois ans, mais je n'en suis plus là.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude...

Message par Fata Morgana le Ven 20 Avr 2012 - 20:13

Je ne sais pas si on parle de la même (de celle-là, il y en a tant...) mais j'ai appris à l'aimer, et je ne peux plus m'en passer. La solitude désormais, c'est les autres.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude...

Message par Bliss le Ven 20 Avr 2012 - 21:37

J'ai déjà fait ce genre de cauchemar dont tu parles Fusain et effectivement, c'est affreux ! No

Je fais même pire : depuis des années (quoique depuis que je suis en Bolivie et que je m'épanouie enfin dans mon job, ça ne m'arrive plus et tant mieux !!), j'ai des crises d'angoisse qui me réveillent la nuit. Tout d'un coup, je me réveille, j'ouvre les yeux et je me sens perdue dans le noir, complètement déboussolée, ne reconnaissant plus ma chambre, comme si on m'avait téléportée ailleurs.

Et pour couronner le tout, j'ai alors des hallucinations visuelles qui me font entre-apercevoir un décor qui fait froid dans le dos :
> une cave sombre, humide et sans issue dans laquelle on m'a oubliée et laissée là pour l'éternité...
> un grenier obscur dans lequel je suis allongée et je peux même pas me relever, car le plafond est presque collé à mon visage (autant dire un cercueil). Et là, pareil, aucune issue, aucune source de lumière... Sans parler du fait que je sais que les propriétaires de la maison où se trouve ce grenier, sont partis depuis belle lurette et donc que PERSONNE sait que je suis enfermée là, dans cette maison vide...
> une crypte (si si, je voyais même les pierres humides et la mousse qui les recouvrait par endroits) dans laquelle on m'a enterrée vivante...

Que du bonheur !! Laughing

Et bien sûr, dans ces moments, je suis en panique total, le coeur battant à 100 à l'heure, tremblante, gémissant ou hurlant, cherchant frénétiquement l'interrupteur de la lumière ou la fenêtre pour ouvrir mes volets... et une fois que j'ai réussi, que ma chambre est éclairée, je me "réveille" de cet affreux cauchemar éveillé, je regarde autour de moi, encore en état de choc et tremblante... peu à peu, je reconnais ma chambre, je reprends mes esprits, je réalise que c'était encore une crise d'angoisse, que ce n'était pas réel, et je me recouche, le coeur battant encore à tout rompre mais reprenant peu à peu son rythme normal... (inutile de dire que le lendemain, je suis crevée complet, même si je fais la grasse mat !)

Et pourtant, je ne suis pas claustrophobe (je prends l'ascenceur sans problèmes, je n'ai aucune crainte en avion, etc.). Et bizarrement, même si ça ne m'est jamais arrivée en vrai (sauf peut-être dans une autre vie et ces attaques de panique en seraient la réminiscence... c'est ce que je finis par croire !), je peux dire que je SAIS ce que ça fait d'être enterré vivant No affraid

Mais pour moi, ces angoisses reflètaient plus ma peur d'être oubliée, abandonnée par les miens, enterrée vivante dans cette non-vie qu'était ma vie auparavant, plutôt qu'une peur de la solitude en elle-même.

Car en ce qui me concerne, la solitude n'a jamais été un problème. J'avais même tendance à la rechercher activement lorsque j'étais enfant, ado puis jeune adulte. D'ailleurs, j'avais des comportements autistiques, me réfugiant dans mon monde imaginaire, préférant les animaux aux êtres humains et me sentant beaucoup mieux étant seule avec moi-même, qu'en compagnie des autres, car le contact avec autrui me faisait trop mal...

Depuis, j'ai fait énormément de chemin, et celle qui n'avait aucun ami (ou à peine une meilleure amie) et que l'on qualifiait de "sauvage", d'"associale", etc., est devenue très sociable, ouverte, expansive (mais point de masque ou de faux-self là-dedans ! C'est 100% authentique !) et a des tas d'amis (des vrais, pas juste des connaissances) Very Happy

Cependant, je garde ce goût pour la solitude (bien qu'aujourd'hui je ne la vive que de façon intermitente, car je ressens régulièrement le besoin de voir mes amis, d'échanger et de communiquer avec autrui IRL, etc.) et j'ai même BESOIN de me retrouver seule avec moi-même de temps en temps, pour faire le point, recharger mes batteries, me "réunir" (parce qu'une exposition prolongée aux autres a quand même tendance à m'éparpiller, à me séparer en plusieurs morceaux, à m'user émotionnellement... autant dire que je serais incapable de vivre en colloc ! What a Face Mais au fur et à mesure que j'évolue et que j'épaissis mon "Moi-peau", je suis de moins en moins vulnérable à ce niveau et je gagne donc en "endurance") Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven


Bliss
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 12125
Date d'inscription : 11/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

solitude

Message par sélénite le Lun 7 Mai 2012 - 22:40

Fata Morgana a écrit:Je ne sais pas si on parle de la même (de celle-là, il y en a tant...) mais j'ai appris à l'aimer, et je ne peux plus m'en passer. La solitude désormais, c'est les autres.


Comment apprendre à aimer la solitude, quand la raison ne suffit pas?
Il est toujours possible de se persuader que la solitude est une alliée, mais moi, je ne vis pas cela,
même si ma (dé)raison me pousse à me dire que la solution à l'ennui se trouve peut-être là.

sélénite
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 22
Date d'inscription : 16/12/2011
Age : 41
Localisation : 17

Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude...

Message par Invité le Mar 8 Mai 2012 - 8:34

http://www.youtube.com/watch?v=QvFLBs9S8FY

Pour avoir si souvent dormi
Avec ma solitude
Je m'en suis fait presqu'une amie
Une douce habitude
Elle ne me quitte pas d'un pas
Fidèle comme une ombre
Elle m'a suivi ça et là
Aux quatre coins du monde
Non, je ne suis jamais seul
Avec ma solitude

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude...

Message par eude le Mar 8 Mai 2012 - 8:57

sélénite a écrit:
Comment apprendre à aimer la solitude, quand la raison ne suffit pas?
Il est toujours possible de se persuader que la solitude est une alliée, mais moi, je ne vis pas cela,
même si ma (dé)raison me pousse à me dire que la solution à l'ennui se trouve peut-être là.

En effet moi non plus je ne peux me résoudre à aimer la solitude ... sauf, peut-être, lorsque je l'ai librement choisie, que je ne la subis pas .. mais c'est bien rare !
Comment aimer cette solitude qui s'impose à nous parfois même au milieu des autres parce qu'on ne se sent pas sur la même longueur d'ondes ? comment aimer cette solitude qui nous empêche de partager le plaisir de découvrir, de ressentir, de communiquer ?
Je souffre terriblement de ma solitude, je ne vois pas de sens à une vie en solitaire et sans partage ... le pire étant évidemment d'être "seul à deux", c'est terrible ! Alors je fais des concessions, j'essaie d'accepter des compromis sans grande conviction, je prends sur moi en me disant que qui ne tente rien n'a rien et que c'est bien à moi de faire des efforts puisque c'est moi l'être "a-normal", mais au bout du compte je me retrouve toujours seule, à côté des autres, à côté de lui (mon "compagnon" à temps partiel )aussi, et puis finalement seule chez moi parce que ça finit toujours pareil : je craque ou bien les autres n'ont finalement guère envie d'être avec moi,ils doivent sentir cette réserve, ce malaise qui ne me met jamais à l'unisson avec eux, avec lui non plus d'ailleurs ... J'ajoute que "lui", il aime sa solitude, tout zèbre qu'il est-et ne dit pas- et qui a décidé qu'il était le plus fort, qu'il n'avait besoin de rien ni personne ... ça n'arrange pas mon cas, c'est vrai.

Sujet d'actualité en tout cas en ce jour férié que beaucoup passent sans doute entre amis ou en famille : la solitude est mon unique compagne, et malgré beaucoup de bonne volonté, malgré mille et une choses à faire, à lire etc , j'en souffre déjà ce matin Crying or Very sad !



eude
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 82
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 48
Localisation : entre mer et montagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude...

Message par Invité le Mar 8 Mai 2012 - 9:04

« Souffrir de la solitude, mauvais signe ; je n'ai jamais souffert que de la multitude... »


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude...

Message par siamois93 le Mar 8 Mai 2012 - 10:30

On souffre peut-être surtout de ne pas être soi-même.
X, j'ai l'impression que tu souffres de la solitude que t'impose la multitude avec qui il n'y a pas de communication .

siamois93
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3069
Date d'inscription : 03/04/2012
Age : 49

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude...

Message par eude le Mar 8 Mai 2012 - 10:38

OUi je crois me reconnaître un peu dans ce que tu dis Siamois : je souffre de ne pas être moi-même, de ne pas m'être trouvée sans doute, ou de ne plus savoir qui je suis à force d'essayer de m'adapter, de me sentir ballottée entre ce que je sais que ce que les autres attendent de moi et ce que je suis, je me sens tiraillée et de ce fait contrainte à la solitude car pas bien avec les autres, mais avec cette volonté tenace (j'ai un côté âne entêté j'avoue) de partager des moments, des choses, des passions... et je ne peux pas ! Je déteste ce sentiment d'impuissance ! Au final, j'en viens à préférer les jours où je bosse parce qu'au moins je vois du monde, parce que ça m'évite de cogiter (ce qui est perpétuel quand je suis seule et ça m'épuise) et puis au moins je me sens utile... malgré le côté contraignant , évidemment ...

eude
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 82
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 48
Localisation : entre mer et montagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude...

Message par Invité le Mar 8 Mai 2012 - 15:32

Au final, j'en viens à préférer les jours où je bosse parce qu'au moins je vois du monde, parce que ça m'évite de cogiter

Meilleur moment passé dans les 3 jours passés, celui ou une personne moins âgé que moi est venue me voir alors que j'étais plus qu'aviné, et qu'elle ma déclaré en ces mots ; "Monsieur merci, vous avez transformé ma vie. Il faut absolument que je vous présente mon père..." etc... Et là, j'ai vécu 2 heures en semi-latence ou l'on m'a porté devant des gens que je ne connaissais pas... En un laps de temps ma solitude m'a semblé plus que belle, elle a prit sens. Je suis seul avec moi même mais je baigne dans le monde et les gens. Je ne suis seul que si je le désire. Je ne suis seul que parceque je le veux. Hyvernaud disait, pauvre hyvernaud, trop peu connu... 'La véritable pauvreté c'est de ne jamais être seul'... J'ai modifié son axiome en ;
'la véritable solitude, c'est de ne pouvoir jamais être seul...'

« Souffrir de la solitude, mauvais signe ; je n'ai jamais souffert que de la multitude... »
X, j'avais pas vu ton message...

Ce n'est pas par l'amour que l'on comble sa solitude.
En fait, elle est comme le bonheur, surement une idée inventée au XIXes. Faudrait une étude sémantique et sémiologique pour découvrir l'apparition du mot écrit.

Et comme toi, "quand je bosse", j'ai une sensation de passage qui annihile ma solitude. Mais comme je boss pour manger, ici le pouvoir est effacé par le vouloir... Et finalement, même si je ne me sens plus seul, je le suis...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude...

Message par siamois93 le Mar 8 Mai 2012 - 15:41

Vous me rappelez cette pensée sur le fait de n'avoir rien à offrir.
On peut toujours offrir quelque chose, même un caillou que l'on a trouvé, ou une simple bricole qui nous apporte du sens, et qui crée du sens dans le fait de l'offrir.
Mais certaines personnes ne savent plus offrir, ni même offrir leur présence, je parle là de ceux qui nous imposent une solitude, qui s'enferment volontairement sous des carapaces d'isolement. Il y a aussi ceux qui veulent contrôler notre vie.

Il y a offrir, il y a partager. Parfois offrir permet de partager.
Le besoin de s'ouvrir est aussi inné chez les humains que chez les fleurs.

siamois93
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3069
Date d'inscription : 03/04/2012
Age : 49

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude...

Message par Invité le Jeu 10 Mai 2012 - 12:13

Ah désolé j'avais pas vu les réponses Very Happy

"je souffre de ne pas être moi-même", une question que je pose dans mon fil de présentation.
Si l'on souffre c'est qu'on est pas soi même, maintenant si vous me dites souffrir de votre solitude, je vous dis mauvais signe.

C'est aussi inné de se fermer chez les fleurs. Les hommes, eux, quand ils voient une belle fleur ben ils l'arrachent Very Happy
Je ne suis qu'un pauvre cultivateur, je dépends des saisons, elles ont toutes leur importance.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude...

Message par Absaintéthique le Jeu 10 Mai 2012 - 23:45

Pour ma part, la solitude fût fin collège un trait que je considérais naturel en moi: J'avais déjà choisi allemand et latin en partie pour éviter les mauvais éléments, et malgré cet écrémage, je me sentais toujours en décalage. Pas le moindre terme convenable pour mes camarades masculins de classe, les trouvant immatures, dans les meilleurs jours. Autant dire que je les rejetais, ils me rejetaient, c'est pratique pour se donner l'impression que la solitude est totalement choisie, surtout à cet âge.

Depuis, la solitude a été brisée pour moi : J'ai rencontré au lycée et surtout à l'université des gens bien plus ouverts. La musique m'a beaucoup aidé, par le travail de groupe, la cohésion, l'écoute, l'empathie, la complicité nécessaire (en plus, à la basse, on est une sorte de liant Very Happy ), mais également les jeux de rôle et la franche camaraderie qui s'est instaurée à force (d'ailleurs avec les seules personnes du lycée que je revoit régulièrement), ou encore le théâtre, ayant joué quelques années (rôle favori : Don Juan). Tout ça, ça m'a appris, entre autre par imitation, le contact, que j'ai maintenant assez facile (sauf quand les personnes me plaisent, mais c'est une autre affaire Laughing )

Et pour moi tout aussi important, je cumule deux vies, une diurne où je suis entouré d'étudiants en gestion, comptabilité, dans laquelle je me sens régulièrement très seul... Je réussi à être relativement accepté, mais il reste cette impression tenace d'être encore perçu très différent, les jalousies attirées, les surnoms mi-admiratifs mi-moqueurs (Wikipédia, Universalis...), parfois de la peur chez l'autre, de l'incompréhension (même pour les quelques uns que j'ai estimés capables de comprendre sans que cela ne me nuise, et à qui j'ai tenté de faire lever le voile), voire de l’auto-dépréciation de l'autre (et la culpabilité). Face à eux, je ne peux me permettre d'être complètement moi-même, et vis donc cette vie seul et entouré, les deux à la fois.

Et une nocturne, où je suis entouré d'artistes en tout genre, de freaks, souvent plus âgés que moi d'ailleurs (une constante...). Si ma vie diurne me semble souvent fade et sans trop d’intérêts, ma vie nocturne, plus ponctuelle toutefois, reste riche tant en créativité qu'en esprits, curiosités, réflexions, débats... C'est la dedans que je me sens à la fois vivant et accepté, ayant remarqué plus d'une fois qu'auprès de ces personnes, mes zébrures et les traits associés ne font pas partie du paysage, mais presque, et sont plus source d’intérêt qu'autre chose. Ça rattrape l'autre vie Smile. Pas de solitude, une multitude principalement choisie, du moins maintenant que nombre de rencontres ont été faites... Et en adoptant un principe simple : les amis de mes amis sont à priori mes amis.

Absaintéthique
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 318
Date d'inscription : 16/04/2012
Age : 29
Localisation : Melun (77)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude...

Message par peroxyde le Ven 11 Mai 2012 - 1:18

@Absainthétique

Tu as 24 ans, j'en ai 39... et pourtant tu me parais avoir trouvé un certain équilibre entre une vie diurne ennuyante et une vie nocturne (la part d'ombre ?) stimulante, que je n'arrive plus à gérer.

Pour ma part, ma vie diurne (chef d'entreprise) m'ennuie de plus en plus, ce que ma vie nocturne (mes passions) ne peut plus compenser, de sorte que j'ai conscience d'amorcer une spirale mortifère qui va me conduire vers plus de solitude et de décalage.

J'ai de la peine à poursuivre, car je sens que cela touche le nœud fondamental de mon blocage... comment continuer quand la notion "gagner de l'argent qui est l'objectif principal d'une entreprise selon les normes économiques actuelles" a perdu tout sens car je partage d'autres valeurs...

J'ai engagé un directeur commercial qui me parle "marchés, opportunités, ventes" et il m'ennuie et j'ai le sentiment qu'il est en guerre avec le monde, qu'il ne se pose aucune des questions morales qui m'habitent alors que moi, moi, je n'ai envie que d'amour, que de fraternité...

Voilà ou se trouve ma solitude, c'est celle de ne pouvoir parler la même langue que les autres...

peroxyde
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 21
Date d'inscription : 18/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude...

Message par Absaintéthique le Ven 11 Mai 2012 - 12:43

Se sentir différent à cause de l'idéal porté... Il faut avouer que les idéaux commerciaux sont loin d'être idylliques, surtout avec la concurrence omniprésente dans ce domaine, dès la formation. À force de baigner dans cette concurrence, et aussi souvent dans des formations et types de postes sur-valorisés je trouve, nombre de ceux que j'ai pu voir pourrissent comme des fruits trop mûrs... Enfin, il en faut aussi. Vraiment dommage que la coopération ne soit que trop rarement mise à l'honneur.

Pour ma part, je ne suis encore qu'étudiant, BTS assistant de gestion PME. Je m'intéresse à la sociologie de l'entreprise, aux questions de cultures, valeurs... Mais en autodidacte. C'est cela qui m'a donné une passion pour les modes de travail alternatifs, l'économie sociale, le modèle du logiciel libre (que j'aimerais voir véritablement appliqué en management et gestion), les structures organiques (d'accord, n'aimant tout simplement pas le principe hiérarchique, cet intérêt tombait sous le sens)... Si discuter de cela t'intéresserait, MP.
Sur le fait de ne pas parler la même langue que les autres... Si on ne peut toujours avoir quelqu'un comprenant tout cela, on peut au moins tenter d'avoir des gens assez curieux et compréhensifs pour prendre des points d'accroche. Au moins parmi tes collaborateurs directs. Qu'en penses tu ?

Sur l'équilibre entre les deux vies, je doute que je pourrais le tenir encore bien longtemps. Tout dépend de nombreux facteurs : carrière, mode de vie choisi, réalisation ou non de mes projets (notamment d'entrepreneuriat), vie sentimentale... Plus on vieillit, plus concilier ces deux vies peut sembler difficile. Toutefois, je garde espoir, certains le font, pourquoi pas moi ? Quelques sacrifices seront justes inévitables. En attendant, je sépare les deux, de manière stricte. Le passage du diurne au nocturne fait pour moi quasiment l'objet d'un rituel, exploitant l'imagerie du vampire type romantique. Légère transformation physique (lentilles, crocs). Par ce moyen, je "tue", ou plutôt j'efface mon moi diurne, qui tente de tout brider, pour mon moi nocturne, radicalement différent, beaucoup plus sincère. C'est un peu le principe du faux self pour le diurne, quand le nocturne, plus authentique, prend l'apparence d'un faux. Pas une solution idéale, mais y en a t-il ?


Absaintéthique
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 318
Date d'inscription : 16/04/2012
Age : 29
Localisation : Melun (77)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Solitude...

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:01


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum