Torsion nerveuse

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par Invité le Mar 1 Mai 2012 - 13:57

Après avoir croisé le chemin d'un PN, j'ai mis du temps à me rééquilibrer mon harmonie intérieure. j'avais beau connaître le processus, et avoir gardé mes sens conscients de ce qui se passait, cela fait un sacré cafouillage malgré tout.

Avoir réussi à porter plainte était essentiel pour moi, pour dire "c'était interdit et puni par la loi", mais au final, ce n'est pas le côté PN qui fut pénalement retenu, mais les infractions annexes à côté. Mais c'était déjà ça. Par contre, à refaire, ce serait avec un bon avocat qui s'y connaît, et pas toute seule, sinon l'administration te ballade sans arrêt.

Quand ce n'est pas possible, puisque PN est encore plus nocif que du harcèlement et plus difficile aussi à faire reconnaître, se dégager de là, du lieu où se trouve la personne.
Changer de boulot, de lieu de travail si le PN est là-bas. Prévenir les syndicats aussi.

Sinon se changer de lieu pour un WE ou une semaine de congés, pour "partir loin" et être réellement dans un univers "normal" qui soit très loin géographiquement du lieu et de la maison où l'on ressasse. C'est ce que j'avais fait l'été dernier, impossible de se défaire ces idées qui me collaient comme de la glue alors que je savais très bien qu'elles étaient fausses. une calamité.

Partir, les a laissées sur place ces idées malsaines et gluantes.
Et ce fut enfin possible dès le premier jour sur place, de pense à autre chose. Quand je suis revenue, c'était parti, et je ne les ai pas retrouvées.


C'est ballot, mais ce serait comme si le mal fait par le PN avait une "portée" qui te suit où que tu ailles, même sans sa présence: sauf si tu pars loin de ta ville pour un moment. Hop, les idées, comme des têtes chercheuses ne peuvent plus te rejoindre, tu es "hors de portée"... Et elles s'éteignent directement toutes seules.
I love you



Pour moi, ce fut radical, avec effet de suite dès que j'étais partie: le lendemain j'étais moins engluée, et 2 jours après je n'y pensais enfin plus, le bonheur... cheers



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par Invité le Mer 2 Mai 2012 - 14:54

Je suis à 500 km de ce PN. Cela fait 5 ans...
Mais, moi, je me suis fait piéger. Je n'ai rien vu venir. La personne a été amicale 4 ans et a changé ensuite pour des raisons que j'ai dites. Elle a su adroitement non pas me coller ses propres idées sur ma personne, mais faire prospérer les hydres qui étaient déjà là, en moi, à cause d'une éducation toxique. A la limite elle n'a fait que révéler, que faire sauter une poudrière qui ne demandait pas mieux. L'explosion a fait valser le peu que j'avais construit de positif sur moi, mais qui était du vent.
C'est parce que je me méprisais qu'elle a eu beau jeu de me convaincre que j'étais méprisable; et je me méprise toujours. La seule étape que j'ai franchie est d'en parler, il y a 5-6 ans. J'ai gardé cela pour moi pendant des années et des années. Maintenant j'en parle trop. Je gémis. On m'accuse donc de me complaire dans ces complaintes (air connu). Je cherche simplement des avis nouveaux, des pistes nouvelles, des visions nouvelles du problème après de nombreux échecs.
C'est parce que je me jugeais foncièrement digne de ramasser des coups, de "payer", que je me suis mis à anticiper la possibilité d'en prendre, sans cesse et de manière imprévisible.
Le véritable PN est en moi, c'est mon tyran intérieur. Je ne peux pas le fuir, il faut le tuer, et il ne se laisse pas faire.
Et si vous saviez ce qu'il est heureux quand il entend quelqu'un me dire que je me complais dans cette situation ! Il triomphe.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par Invité le Mer 2 Mai 2012 - 18:55

Je partage aussi ta répulsion pour les explications de texte et autres interpétations littéraires, sculpturales, photographiques, architecturales

Je n'ai pas de répulsion pour. J'ai de la répulsion pour celui qui nous tance d'un "vous comprenez rien" et qui ne s'explique pas. Je suis toujours triste d'aimer un morceau de musique et d'être incapable de dire pourquoi, de comprendre pourquoi, de mettre des mots sur ce que je ressens. Il y a un certain nombre d'années j'ai visité une église romane avec un guide qui nous l'a "expliquée", sur le plan technique, mais pas comme un technocrate : au contraire, en homme qui connaissait les règles, les symboles, les idées qui avaient cours chez les constructeurs et qui savait donc nous en faire pénétrer l'esprit. On peut se dire qu'on aime les églises romanes parce qu'on les trouve belles et ne pas savoir dire davantage pourquoi. Ce guide nous a appris que si elles nous paraissent harmonieuses, c'est parce que l'art roman utilise à foison le fameux nombre d'or comme proportion, ce nombre d'or en lequel - même sans le connaître - notre oeil reconnaît une proportion harmonieuse, parce qu'elle est archi-courante dans la nature.
Nantis de ce viatique et de divers autres, sans être pour autant des érudits en architecture romane, nous voilà contemplant l'église non plus comme un paysage, un ciel ou une montagne, mais comme une oeuvre humaine qui vibre de la vie des hommes qui l'ont pensée, conçue, et construite - qui partageaient le même univers symbolique, du maître d'oeuvre au maçon.
Dans le même ordre d'idée, connaître le processus créatif de l'artiste n'est pas idiot, ni superflu, ni s'encombrer de péroraisons pédantes. Je demande juste le droit d'avoir mon propre ressenti même s'il est différent. Je ne me bouche pas les oreilles pour autant. Ce serait stupide...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par Invité le Mer 2 Mai 2012 - 21:40

La spécificité du PN est justement de se baser sur les bonnes valeurs des gens, et de les vampiriser pile dessus.

Ce qui devient ensuite quasimment un lavage de cerveau, qui fait perdre les repères. Car si une part de nous veut dire "ho, stop, ça va pas non ?" cela met tout de suite en contradiction avec ses propres valeurs sur lesquelles le PN se pose et s'appuie pour rester ancré à toi.
(si j'ai bien expliqué)



Donc ce sont ces points-là qui demandent à se reconstruire aujourd'hui. Ceux de tes valeurs, qui étaient les bonnes, qui sont encore justes et adéquates, de bonnes valeurs.
Tout a été fait pour te les rendre empoisonnées ces belles valeurs.


Est-ce que ce point-là, tes belles valeurs, te pose actuellement souci ?
Tu n'es pas méprisable.
I love you
Ce sont les belles personnes qui sont les cibles favorites des PN. Et ne cherche pas pouquoi cela a changé au bout de 4 ans d'amitié avec ce PN, c'est exactement sa tactique: faire ami, lier des liens profonds, rendre l'amitié profondément ancrée. Et seulement là, pour certaines de ses victimes, seulement une fois ce travail d'approche vraiment bien ancré, alors il te saccagera. Mais pas avant, pour ceux qu'il choisit de détruire en les désintégrant de l'intérieur en plein coeur. D'autres victimes, ce sera quasimment tout de suite qu'il commence son carnage.

Mais il en choisit toujours au moins un-e qui sera "épargné" durant un temps, pour approcher d'encore plus près.


Ton PN intérieur ensuite.
C'est celui-là alors qui te martyrise donc actuellement... On peut le poser en image intérieur loin de soi, le mettre au pied d'un arbre imaginaire, qui en deviendra le gardien pendant que tu pourras partir sans lui et vivre enfin.
On peut aussi le dessiner, quitte à faire un gribouillis informe, ou écrire un texte qui parle de lui, et le mettre ensuite dans un barbecue pour le brûler. C'est symbolique, mais le geste de le faire vraiment, soulage et aide à tourner la page. Le fait de apsser à cet acte, de le voir ensuite brûler, ou déposé-enterré au pied d'un arbre imaginaire, cela incite ensuite le cerveau à se nettoyer.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par Fata Morgana le Jeu 3 Mai 2012 - 9:58

N'y a t-il pas à ta portée Fusain une "nouveauté de vie" accessible dans laquelle tout ce qui est vicié et ancien retombe à même le sol tandis que "tu montes en volant parce que tu montes en aimant" ? ( St Augustin)

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par Invité le Dim 6 Mai 2012 - 11:57

Il devrait, mais ça ne marche pas.
Le tyran intérieur "bonheur, interdit ! Punis-toi ! Paie la note !" est trop lourd, trop bien accroché.
Je ne sais pas recevoir, rien accueillir. Ni don, ni amour, rien. Toujours l'impression qu'il faut verser, et tout de suite, une contrepartie, sinon aïe aïe aïe.

Je suis debout pour le boulot depuis 5h. J'ai demandé à ma femme de bien vouloir, pour cette fois-ci, préparer le repas, je me sens un fieffé connard et je vais culpabiliser une semaine.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par Invité le Dim 6 Mai 2012 - 12:40

"Il est dans la nature de l'Homme d'opprimer ceux qui cèdent et de respecter ceux qui résistent."

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par Invité le Lun 7 Mai 2012 - 4:51

ça ne marche pas avec "soi-même".
Accessoirement les discours politiques sur le travail (le faux travail, les assistés, etc) sont tellement toxiques qu'on les croirait émis par une sorte de super-PN.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par Fata Morgana le Lun 7 Mai 2012 - 6:17

Toujours l'impression qu'il faut verser, et tout de suite, une contrepartie, sinon aïe aïe aïe.
La grâce est gratuite. C'est à dire que tout ce qui est beau bon et vrai est à nous...
Je me demande si on ne peut pas voir ici un manque de confiance en soi. Mais moi je te dis: tes interventions sont intéressantes, ton style est concis, ton esprit ouvert. J'ignore ton âge, mais je ne "crois pas" que le tyran intérieur soit si bien accroché que ça...A toi je peux le dire "Nous marchons sur les serpents et les scorpions, et rien ne peut nous nuire". Sans doute as-tu du mal à t'emparer de cette bonne nouvelle, mais pourtant, elle t'est bel et bien adressée.
J'aimerais aider d'autres ici, mais ces mots que je viens de dire, je ne peux pas les dire à beaucoup de monde, alors que toi, tu peux les entendre.
On tord les choses quand on veut les faire entrer dans quelque chose qui n'est pas pour elles, ou quand on veut leur donner une forme qui ne leur est pas naturelle. Il y a peut-être un faux-self qui te tyrannise, en voulant faire de toi quelqu'un que tu n'es pas, ne peux-tu pas le repérer et l'envoyer promener ?

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par Invité le Lun 7 Mai 2012 - 11:39

Il y a 3 semaines, donc, je me suis fait agresser, j'ai eu un problème au genou qui m'a empêché de marcher normalement pendant 15 jours. Pendant ce temps, j'ai pris du retard dans mon travail de terrain. Du coup, depuis dimanche dernier, je me suis imposé d'aller au boulot tous les jours, cad même lundi que j'avais posé en congé, même le 1er mai, même samedi, même hier, sans parler des heures sup en soirée.
Est-ce que je continue ? Est-ce que je m'impose encore de travailler demain et le week-end prochain (au mépris complet de la loi, par ailleurs, mais je note ce travail comme du bénévolat...) Là, je le sais, le tyran est à l'oeuvre, il m'impose de me punir. Il me parle comme les harceleurs que j'ai croisés, il m'insulte, me traite de branleur, proclame que tant que j'ai du boulot, je ne devrais jamais songer un instant à arrêter (sachant que j'aurais alors largement de quoi remplir 365 jours de travail dans l'année), etc etc.
Qu'est-ce que je fais ? Je suis incapable de prendre la décision. Je sais que si je renonce à travailler demain 8 mai (toujours sans compter ces heures) et samedi et dimanche prochain, j'aurai honte, je me dirai que j'ai été incapable de faire un petit effort, etc etc.
Moi qui étais si heureux d'être libéré de ça et de m'être battu contre mon employeur pour que le droit du travail soit un minimum respecté, qu'on arrête de bosser jour, nuit, dimanche et jours fériés comme c'était le cas il y a peu. Voilà que je fais "par moi-même" ce contre quoi je me suis battu.
Et évidemment je trouve des tas de braves gens qui, eux, n'auraient jamais levé un petit doigt un 1er mai pour m'expliquer que "ben oui, c'est ça le monde du travail"...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par siamois93 le Lun 7 Mai 2012 - 11:46

Eh Fusain, il y a une différence entre aimer son boulot et se comporter en esclave volontaire. Le prix de la liberté est-il trop élevé pour toi ? Je ne te connais pas assez, peut-être que tu n'as rien d'autre à faire que ton travail ? Une promenade à bicyclette ?

siamois93
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3069
Date d'inscription : 02/04/2012
Age : 49

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par Invité le Lun 7 Mai 2012 - 12:14

Rien d'autre à faire ? ça fait des semaines que je soupire après du temps pour moi, ne t'inquiète pas, on pourrait me donner trois mois de congé là tout de suite que pas une heure ne serait perdue...
Non, c'est simplement des échos intérieurs (et certains discours extérieurs) qui réactivent le PN-patron-harceleur intériorisé, celui qui me traite de branleur H24...

Sans réfléchir, là tout de suite je vois au moins dix sorties possibles demain si je ne vais pas bosser...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par siamois93 le Mar 8 Mai 2012 - 8:19

Poème à métamorphose pour ruban de Moebius (Luc Etienne)

Prendre une bande de papier allongée. Sur l’une des faces, écrire : ’ Trimer, trimer sans cesse Pour moi c’est la sagesse Je ne puis flemmarder Car j’aime mon métier’

• Retourner la bande autour de son plus grand côté et écrire : ’ C’est vraiment éreintant De gaspiller son temps Et grande est ma souffrance Quand je suis en vacance’

• Coller les extrémités de la bande de papier avec une torsion d’un demi-tour. Le ruban de Moebius ainsi créé n’a en fait qu’une seule face. • Relire le poème de bout en bout. • Résultat : les vers des deux strophes s’alternent et donnent un sens bien différent au poème. ’ Trimer, trimer sans cesse C’est vraiment éreintant Pour moi c’est la sagesse De gaspiller son temps Je ne puis flemmarder Et grande est ma souffrance Car j’aime mon métier Quand je suis en vacances’

siamois93
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3069
Date d'inscription : 02/04/2012
Age : 49

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par Invité le Mer 9 Mai 2012 - 12:57

La question a été assez vite réglée, je me suis mis dans le rouge physiquement, donc ou je me calme, ou c'est l'arrêt maladie à brève échéance. Ce n'est pas agréable de se heurter à une telle limite, qui est quand même parfaitement honteuse - ne sommes-nous pas, en France, la nation des branleurs aux 35h, des fainéants ? - mais c'est ainsi. Un mur, mais pas d'acceptation.
De toute façon, rien de plus pénible que de ne pas avoir la force de faire ce que le cerveau aurait envie de réaliser.

Rien ne va, décidément : j'ai l'impression de tout faire de travers, mon quotidien, tout... Tout est sale, laid, gris.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par Invité le Lun 21 Mai 2012 - 6:26

WE de 4 jours, du temps pour nous pris, mais... pas de repos.
Trop d'incertitudes sur l'avenir, trop de temps déjà perdu. Je ne sais plus ce que je dois retenir de ma vie, si je dois tout changer et quoi. J'ai l'impression d'être complètement lunatique dans le regard que je porte dessus, je ne sais plus où j'en suis.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par Invité le Lun 21 Mai 2012 - 10:30

J'ai l'impression qu'une partie de moi refuse d'être adulte : on prend trop de coups... Ou plutôt j'en ai trop pris, en n'étant pas assez protégé par ceux qui auraient dû le faire (par exemple des personnels de sécurité de statuts divers qui ont sciemment laissé faire)... Du coup, je reste à demi l'enfant en quête de protection douillette et à demi l'adulte qui veut vivre, libre, autonome. Et je me comporte tantôt comme l'un tantôt comme l'autre.

Et c'est humiliant de le constater...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par siamois93 le Mar 22 Mai 2012 - 5:06

Salut Fusain.
Etre adulte, n'est-ce pas aussi savoir se protéger, se défendre ainsi que sa famille ?
Notre société nous demande d'être gentils en nous promettant la protection policière en échange mais est-ce vraiment réaliste ?
Est-ce possible d'être en haut de l'Himalaya sans en faire l'escalade ? Les rêves de gosse il faut les garder et chercher à les réaliser, mais l'adulte a appris qu'il y a parfois des difficultés en chemin. Qu'elles ne t'arrêtent pas.
Mais le gosse c'est aussi celui qui traverse alors qu'une voiture arrive, ou le gosse qui va poser sa main sur une plaque électrique encore brulante.
Oui on continue à faire des expériences parfois douloureuses, et c'est bête mais si on recommence on se refait mal, comme avec la plaque électrique. Je crois que la plaque électrique te bruleras TOUJOURS, et la seule solution c'est de ne pas poser la main dessus quand tu sens qu'elle est chaude quand tu t'approche.
Je crois qu'on peut adopter ce comportement pour d'autres situations.

Sois confiant en ta grandeur, en ton statut de grand, d'adulte. Ce n'est peut-être pas ce que tu croyais que ce serait quand tu étais gamin.
Etre adulte c'est peut-être aussi faire des choix et les assumer, ne pas avoir peur de se détacher. Comme un bateau doit quitter le port pour vraiment naviguer. Un bateau à quai, est-ce vraiment un bateau ? Et tu emmènes qui tu veux sur ton bateau.


siamois93
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3069
Date d'inscription : 02/04/2012
Age : 49

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par Invité le Mar 22 Mai 2012 - 7:41

Oui on continue à faire des expériences parfois douloureuses, et c'est bête mais si on recommence on se refait mal, comme avec la plaque électrique. Je crois que la plaque électrique te bruleras TOUJOURS, et la seule solution c'est de ne pas poser la main dessus quand tu sens qu'elle est chaude quand tu t'approche.
Je crois qu'on peut adopter ce comportement pour d'autres situations.

Le problème, c'est que c'est ce que je fais. Constamment sur la défensive, constamment à me demander si ce sur quoi je pose la main n'est pas une plaque électrique chaude. Dans la vraie vie, une plaque électrique, on sait la reconnaître. Il y a un voyant rouge si elle est chaude. Et même si ce voyant est en panne, on sent la chaleur bien avant qu'elle ne blesse.
Dans la vraie vie, quand un enfant est victime d'injustices allant jusqu'à des tabassages réguliers, le contrat de l'amour parental, c'est que les parents ne disent pas à l'enfant qu'il a dû le mériter quand même ou qu'il faut qu'il "se montre plus intelligent" en acceptant de prendre les coups, tous les jours, sans répondre, et que "c'est lui le plus con" et le coupable s'il ne se résigne pas à son statut de punching-ball à usage triquotidien. Dans la vraie vie, quand on va au stade encourager son équipe, il y a des personnes chargées de la sécurité. Il y en a même souvent trop. Alors quand on se fait agresser par des supporters de l'autre club en surnombre, que 30 CRS sont à dix mètres de là, le contrat social veut qu'ils réagissent, pas qu'ils te se montrent du doigt en riant. Quand on se fait tomber dessus par un cinglé qui se plaint de ne pas assez bien voir et entendre, il est viré du stade.
Quand le contrat est rompu de la sorte, l'adulte porte en lui l'enfant qui n'a pas été rassuré ni protégé par ceux dont c'était le rôle de le faire parce que l'enfant ne le pouvait pas. Il n'a pas davantage appris à se rassurer lui-même puisque non seulement on lui a refusé protection, mais on lui a aussi collé la culpabilité. Quand l'adulte se trouve à rejouer dans la même scène, il revit indéfiniment le même trauma, et où va-t-il chercher les ressources pour savoir se rassurer lui-même ? En le rendant coupable des agressions qu'il a subies, on a également condamné par avance son éventuelle réaction de faire-face, on l'a délégitimée, on a ainsi également tué en lui, par confort et par lâcheté, les germes de cette auto-assurance.

C'est parvenu à l'âge adulte qu'il faut tout faire à partir de zéro et chaque traumatisme de la même famille fait repartir en arrière. Il faut déjà croire qu'on en a le droit. Avec une confiance en soi même pas détruite : jamais construite, il faut appuyer un raisonnement aussi risqué que : "les dépositaires reconnus de l'autorité qui ont refusé de m'inclure parmi ceux qu'ils défendent, ces dépositaires qui m'ont dit que mon cas était différent, que moi, j'étais bon à prendre des coups pour ne pas déranger l'équilibre social, bon à servir de défouloir, ne sont pas réalistes, ni pragmatiques, ni respectables, ce sont des lâches, des traîtres, des merdes, et peut-être même de grands immatures eux-mêmes. Et c'est moi qui ai raison contre eux."

Vas-y. Facile.
Ha, ha. Oui, je sais. Se prendre en main. Il n'y a que toi qui puisses. Toussa toussa. Je sais, hein. Fut un temps où je n'osais pratiquement plus sortir dans la rue. On en est bien loin. Mais depuis quelques semaines, les crises d'angoisse sont physiques. Etouffements, impression de fièvre brûlante, etc etc. Vous savez ce que c'est. Vous savez ce qu'on donnerait pour que ça s'arrête, là, maintenant, même si c'est un échec, et que ça repousse encore une fois d'un jour la résolution du problème.

Tu sais, siamois, c'est la brûlure de la plaque qui se manifeste alors qu'il n'y a même pas de plaque dans les environs. Qu'est-ce que tu ne donnes pas alors pour sauter dans une piscine ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par siamois93 le Mar 22 Mai 2012 - 8:05

Je sais pas, Fusain, vraiment je ne sais pas, j'essaye simplement de te donner des idées, de réfléchir, mais je ne peux te proposer que mes idées. Peut-être que tu y accroche, peut-être pas, je souhaite qu'un jour tu trouve un truc qui te plaise suffisamment pour que tu te mette en mouvement, et comme un caillou dévalant une pente, enfin débloqué, tu avances de plus en plus.
Ta souffrance me fait beaucoup de peine, vraiment de la peine pour TOI. Parce que tu vaux mieux que ces vieux cauchemards.
Mais comme je le mettais dans mon précédent message, il n'y a pas que le chemin personnel qui nous empêche de nous défendre, il y a la société, comme je disais, qui nous fait croire que les flics nous défendront toujours. Tu l'as bien constaté, ils ne le font pas toujours. Je ne veux pas dire jamais non plus. Mais pour les cas où ils sont défaillants, il te faut une autre solution.
En fait, ça fait 20 ans que je fais du t'aï-chi-chuan, que j'essaye d'expliquer à plein de gens ce que ça pourrait leur apporter cette pratique, santé, équilibre, énergie, détente (dans le sens d'une capacité à bondir). Et les gens s'en foutent. Pourquoi ? Je ne sais pas ? Je ne vois pas ce qu'il y a de mauvais dans cette pratique, pourquoi si peu de personnes s'y intéressent ? Ils préfèrent décorer l'intérieur de la diligence dans laquelle ils sont enfermés plutôt que d'essayer d'en prendre le contrôle ??? NO COMPRENDO !
Avant ça j'avais fait du karaté shotokan pendant presque 5 ans, c'était très bien aussi, une bonne dynamique, une belle énergie :-) et pour ce qui est de se défendre c'est assez efficace aussi.

Tu as certainement déjà essayé les Fleurs de Bach ?

Ce n'est qu'en cherchant en commun, en discutant toi moi et tous, que l'on finira par trouver ta solution.

Ne crois pas que je n'ai pas de problème.


siamois93
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3069
Date d'inscription : 02/04/2012
Age : 49

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par Invité le Mar 22 Mai 2012 - 9:26

En fait, ça fait 20 ans que je fais du t'aï-chi-chuan, que j'essaye d'expliquer à plein de gens ce que ça pourrait leur apporter cette pratique, santé, équilibre, énergie, détente (dans le sens d'une capacité à bondir). Et les gens s'en foutent. Pourquoi ? Je ne sais pas ? Je ne vois pas ce qu'il y a de mauvais dans cette pratique, pourquoi si peu de personnes s'y intéressent ? Ils préfèrent décorer l'intérieur de la diligence dans laquelle ils sont enfermés plutôt que d'essayer d'en prendre le contrôle ??? NO COMPRENDO !

Parce que toi, tu sais maintenant que ce chemin est bon, mais il est bon pour toi. Si tu savais combien j'en ai essayés. Au bout d'un moment, on fatigue. On aimerait que ça ne soit plus "grimpe cette montagne-ci, et tu verras une fois arrivé en haut si c'était bien ton Everest". A la vingtième montagne qui se fout de ta gueule en te disant que tu l'as montée pour des clous, tu t'assieds et tu pleures.

L'art martial, je ne vais pas dire "je vais essayer". Je suis le champion des "je vais" qui ne se concrétisent pas. Et pour tout cela, je me hais. Et ceux qui se concrétisent, je ne les retiens pas. Hier, j'ai dit, suite à mes posts sur mon topic de présentation "je vais peindre". Je l'ai fait. En une heure, j'ai peint ceci. http://www.flickr.com/photos/exile17/7244471498/in/photostream

Le scan est laid, trop contrasté. Quant à l'image, elle est ce qu'elle est. Mièvre, notamment. Tant pis, j'avais cette image en tête depuis des années.
J'ai dit "je vais", je l'ai fait, et j'ai déjà oublié. J'en parle, pour le ramener un peu à la surface quand même. Pour voir ce que ça donne.
Mais je ne suis pas plus fier de moi. (Attention, hein. Je parle fierté d'avoir agi et non procrastiné. La qualité graphique de cette chose n'est pas l'objet du débat.)

De même, mes 10 dernières années ont été empoisonnées par des problèmes de surpoids. J'ai trouvé, après X essais tous plus punitifs les uns que les autres, une méthode plus paisible et consistant aussi à s'accepter. J'ai perdu 16 kg en quelques mois et je suis stabilisé depuis 3 mois, sans effort, sans tension, donc sans risque de reprise. Rien à faire : je m'accepte à peine mieux qu'avant...

Je crois que mes parents, fort toxiques, m'ont imposé une telle exigence de perfection que je n'arrive pas à m'en dégager. Et ça colle à la peau ! parce que le savoir, c'est se savoir vaniteux ("mon vrai objectif, la perfection" ! charlot, va, pour qui tu te prends ?) et donc bang ! imparfait, et c'est reparti pour un tour. Je suis coupé en deux. Une partie adulte imparfaite et qui par intermittences arrive à être "libre et heureuse". Une partie qui est toujours l'enfant inquiet, sans sécurité, et poussé par des adultes traîtres intériorisés à une quête éperdue de perfection-approbation.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par siamois93 le Mar 22 Mai 2012 - 10:15

En général j'aime bien les aquarelles, ce rendu un peu mystérieux, un effet de verre un tout petit peu déformant, qui donne l'impression que les choses ne sont pas vraiment ce qu'elles sont.
Ton ciel est balaise :-)
Les terrains de tennis sont quand même vachement pentus :-)
De toute façon on ne peut pas être tout le monde. Regarde les champions du monde de boxe, il y a des poids lourds, il y a des poids plumes. Ils sont champions du monde parce qu'ils sont dans la catégorie qui leur convient.
Leur fierté fait-elle ton bonheur ? Evidemment non. Trouver ses propres valeurs ça fait du bien, tu as raison, c'est là qu'on se sent bien. C'est aussi valable pour ce que l'on fait, là où on se sent bien c'est dans les actions qui sont liées à nos valeurs, qui ont du sens pour nous. Et si tes valeurs ne sont pas mes valeurs, tant mieux. Et si ce sont les mêmes tant mieux aussi.

siamois93
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3069
Date d'inscription : 02/04/2012
Age : 49

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par Invité le Mar 22 Mai 2012 - 15:49

Les terrains de tennis sont quand même vachement pentus :-)

Pas d'ma faute si la terre des vignobles de Franconie est rouge !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par siamois93 le Mar 22 Mai 2012 - 16:45

Ouais j'ai trouvé ça marrant d'imaginer un match de tennis par-dessus les vignes, quel bordel ça foutrait.
Dans le Var les terres sont bien rouges aussi, peut-être que tu connais ?


siamois93
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3069
Date d'inscription : 02/04/2012
Age : 49

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par Invité le Mar 22 Mai 2012 - 16:52

C'est un des départements que je ne connais absolument pas.
Là c'est plutôt rouge comme du grès. Le coin ressemble à l'Alsace sans les Vosges en arrière-plan, avec juste ces petits coteaux plats. Ils plantent d'ailleurs les mêmes cépages qu'en Alsace. Ce n'est pas du grand vin, mais du bon petit vin, disons.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par Invité le Mer 23 Mai 2012 - 7:59

Aujourd'hui, je suis allé à la rencontre de l'enfant qu'il y a en moi, celui qui n'a pas été rassuré quand il aurait dû l'être (quand j'avais 3, 5, 8, 10 ans...) et qui sans cesse, sanglote parce qu'il a peur, que le monde est trop dangereux pour lui, qu'il est abandonné, seul, dans le froid. Celui qui n'a jamais été aimé, qui devait sans cesse prouver qu'il était parfait.
Je lui ai dit que tout ça c'était fini. Que moi, je l'aimais. Que je ne lui demanderais plus jamais la perfection. Qu'au lieu de repenser avec honte à ces épisodes d'enfance où l'enfant a eu un comportement "décalé" - un quiproquo, n'importe quoi, tout ce qui est complètement normal à 3 ans ou 5 ans mais qui était resté marqué par le fer rouge de la honte - j'y repenserais avec un sourire aimant. Que je l'aimerais sans conditions et sans jamais l'abandonner. Je lui ai dit que j'aimais son sourire, son regard émerveillé, le même que moi-adulte je pose sur la Nature, c'est lui qui me le donne - et à ce moment-là un écureuil est arrivé.
Je lui ai demandé pardon d'avoir mis si longtemps et je l'ai serré, très fort.
Il m'a semblé consolé, mais je ne sais pas combien de temps ça va durer.
Mais la clé est là, n'est-ce pas ?
Si je sais me rassurer moi-même... comme tout le monde...
Là, je voudrais pleurer, mais ce ne sont plus les mêmes sanglots qu'au début.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Torsion nerveuse

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:36


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum